En poursuivant votre navigation sur ce site ou en cliquant sur la croix, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à réaliser des statistiques de visites ainsi qu'à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des publicités personnalisées et un service de chat. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies X

FR EN ES PT

Il y a d’abord eu Astrub, toujours à la pointe en matière d’innovation, et voilà que les 4 autres grandes nations lui emboîtent le pas deux années plus tard : plus belles, plus modernes, Amakna, Bonta, Sufokia et Brâkmar font peau neuve et vous invitent pour de nouvelles aventures. Mais pourquoi cet aménagement du territoire ?

Le petit flotteur violet dansait sur l’eau du lac. Sous son chapeau de paille, pieds croisés sur le rebord de la barque, Chairmane avait remarqué le début d’une touche. Il sondait à présent son fils du regard pour voir s’il était attentif à sa ligne, mais Ching fixait droit devant lui, perdu dans ses pensées. Le bouchon plongea une première fois. Pas de réaction. Puis une deuxième… Le jeune Osamodas ne bronchait pas, il portait sa canne d’une main et tout le poids de sa tête sur l’autre. C’est alors que le bouchon fila.

« Pique ! » cria Chairmane, surprenant Ching qui réagit aussitôt et souleva instinctivement sa canne.

Le fil de nylon s’envola vers le ciel, éclaboussant la petite embarcation de gouttelettes. Quand il retomba, il révéla un hameçon privé d’appât.

« Tu t’es fait bouffer ?

- Oui, p’pa…
- J’l’ai vu partir, mais t’étais dans les nuages. À quoi tu pensais comme ça, fils ?
- Rien… C’est mon copain, Jacquou. Il me disait qu’c’était décidé, qu’après les vacances d’été, il allait rejoindre une nation.
- Ah… et qu’at-il choisi ?
- Sufokia.
- Très bon choix !
- Papa… tu n’as jamais pensé à rejoindre une nation ? demanda Ching en ouvrant une boîte pleine de sciure et d’asticots. On pourrait y aller aussi, Maman vendrait nos poissons sur les quais…
- Encore faudrait-il qu’on revienne avec du poisson… plaisanta Chairmane avant de redevenir sérieux. Tu sais... j’aime bien me sentir chez moi partout où je vais. J’aime vivre à la campagne et me rendre dans ces grandes cités quand le cœur m’en dit, sans y vouer une ferveur aveugle.

J’aime les plaines d’Amakna et ses champs de blé, la beauté de Bonta et ses forêts, le stade de Brâkmar ! Ah… et les plages de Sufokia ! J’en ai des souvenirs avec ta mère, seuls sur le sable, les pieds dans l’eau…
- C’est bon P’pa, tu m’as déjà raconté. La dernière fois, j’ai dû sauter par-dessus bord et rentrer à la nage pour y échapper… »

Chairmane Fifi ébouriffa affectueusement les cheveux de son fils, qui remettait sa ligne à l’eau.

« Tu sais, P’pa, il paraît qu’elles sont encore plus belles qu’avant. Jacquou me disait qu’il avait visité toutes les capitales avec sa famille. Les crises d’Ogrest n’ont pas que de mauvais côté : partout où il est allé, on lui a expliqué que les combats des aventuriers contre l’ogre étaient si puissants qu’ils provoquaient des chutes de pierres du Mont Zinit, des tremblements de terre et des tempêtes…

- Whoua ! Ça donne envie, dis donc ! ironisa Chairmane.
- Laisse-moi finir ! Toutes ces catastrophes ont eu des effets bénéfiques sur toutes ces grandes villes : elles se sont d’autant plus développées, reconstruisant sur les ruines avec les pierres tombées du ciel, renforçant les zones qui se montraient trop faibles pour supporter ces assauts de “la nature”…
- Y serait pas agent immobilier, ton copain par hasard ?
- Allez, Papa, promets-moi d’y réfléchir !
- Tu veux suivre ton pote, c’est surtout ça…
- Oui, c’est vrai… mais une nation, c’est ça aussi : plein d’anciens et de nouveaux amis ! D’ailleurs, t’avais pas un copain qui est parti pour une nation et que tu n’as jamais revu ?
- Bowbody… J’avais à peu près ton âge quand il est parti pour Amakna. À l’époque, j’ai fait mon sac et je me suis caché dans la charrette de ses paren… »

Chairmane réalisait en parlant qu’il allait donner une mauvaise idée à son fils. Ching, malin, l’avait bien compris et souriait en coin.

« Papa…
- Oui… ?
- T’as une touche.
- Par Oktapodas ! »

Le père ferra le pichon, tandis que le fils sortit l’épuisette. La canne plia sous le poids de la prise qui se débattait et faisait faire des tours à la barque. Après quelques minutes, Chairmane parvint à remonter suffisamment la ligne pour apercevoir la bête. Ce jour-là, les Fifi remontèrent l’une des plus belles pièces de leur vie. On dit que c’est là que tout aurait commencé et qu’ils auraient eu l’idée de monter une affaire avec la famille de Jacquou sur Sufokia : Chairmane et Ching allaient régulièrement leur livrer des poissons d’eau douce et repartaient avec une cargaison provenant de la mer d’Asse. Ils projetèrent rapidement de livrer le fruit de leur pêche dans toutes les nations afin de découvrir de leurs propres yeux les nouvelles merveilles de Bonta, Brâkmar, Sufokia et Amakna.