FR EN ES PT

Répandant son sifflement macabre, un vent glacial balayait l’île de Sberg avec une violence inouïe. Sur le chantier en pagaille, Djeun’s Amond et son armée de dracologues chevronnés brisaient la glace à grands coups de pics et de pioches, malgré la douleur provoquée par l’engourdissement de leurs doigts...

À cet instant précis, le froid était à la fois leur meilleur ami et leur pire ennemi. Emprisonnés sous la glace, les vestiges d’une ère passée allaient peut-être leur révéler des trésors insoupçonnés, et leur fournir les clefs de portes de l’histoire jusqu’alors demeurées closes.

« Djeun’s ! Venez voir ! On a trouvé quelque chose ! Bon sang ça a l’air énorme... »

L’Enutrof d’un âge pourtant avancé, couru d’un pas alerte en direction de Lalane Grante, manquant de chuter à de nombreuses reprises sur la patinoire qui faisait office de chantier.

À la fois songeur et incrédule, Djeun’s scruta longuement la découverte de son acolyte avant de se pencher au-dessus de ce qui semblait être les restes d’une créature venue d’une époque lointaine.

« Incroyable... Mon ami, vous venez de faire une découverte de premier ordre ! »

  • Qu’est-ce donc que cette créature Djeun’s ? Une grosse Dragodinde ?
  • Ne dites pas de sottise Lalane, vous avez en face de vous une véritable merveille de la nature...

Sur ces mots, Djeun’s sortit son pinceau fétiche de la poche de son veston et se mit à « dépoussiérer » délicatement le squelette que renfermait la glace. Puis il effleura du bout des doigts ce qui ressemblait à une griffe, tout en chuchotant ces mots : « Crocabulia... »

« Crocaquoi ? » demanda naïvement Lalane.

Djeun’s s’assit sur la glace, son enthousiasme lui faisant presque oublier l’humidité gelée qui lui engourdissait les fesses, déjà meurtries par les températures de javian. Dans sa main, l’inestimable griffe qu’il leva en direction du ciel pour en admirer tous les détails, avec l’aide de quelques discrètes éclaircies.

« Crocabulia, Lalane... La célèbre gardienne des Dragoeufs... »

« Djeun’s, je suis désolé, mais je ne comprends pas un traitre mot de ce que vous dites.

  • Pardonne-moi, j’ai tendance à oublier mon grand âge. Il est vrai que les jeunes aventuriers comme toi ne peuvent pas savoir de quoi je parle. Vois-tu, Crocabulia était une dragonne dont le charme et les brillantes écailles n’ont pas échappé à notre cher Grougalorasalar.
  • Le dragon noir ? Le gardien du Dofus Primordial Ébène ?
  • Celui-là même Lalane, je vois que tu as bien suivi durant tes cours de mythologie ! »

Lalane affichait un sourire satisfait de premier de la classe.

« Malgré sa robuste corpulence, comme en témoigne la taille de cette griffe, Crocabulia était une dragonne aux mœurs pour le moins légères... Elle affichait un éventail de conquêtes draconiques qui avaient de quoi faire pâlir de jalousie les plus célèbres séducteurs du Monde des Douze de l’époque, comme Don Rouann et bien d’autres ! Dans le but de calmer cet « excès de frivolité » qui entachait la réputation du dieu Osamodas, ce dernier lui confia une mission visant à lui accaparer suffisamment l’esprit pour qu’elle ne cède aux avances du premier dragon qui viendrait frétiller des écailles sous son museau. Cette mission : veiller sur les Dragoeufs, à l’époque, une nouvelle race en phase de devenir...

  • Les Dragoeufs ? De quoi s’agit-il Professeur ?

Alors qu’il dévorait des yeux son précieux, ne prêtant pas attention à la question de Lalane, Djeun’s fut ébranlé par une sorte de pressentiment, un message qui venait des profondeurs de la terre. Peut-être de celles du sanctuaire des Dragoeufs ? Ou alors était-ce la dépouille de Crocabulia qui essayait de lui dire quelque chose ? Le professeur répondit enfin :

« Quelque chose me dit que tu vas bientôt le savoir mon cher Lalane... »