FR EN ES PT
Mélone Meusk a remis le couvert ! Le druide Huppermage n’a pas fini de te régaler avec son four à mikrosmonde. Tu reprendras bien une petite tranche de démon sauce ravageuse ?

Tu vas finir par croire que Mélone voue un culte sans limites aux créatures les plus répugnantes qui peuplent le Krosmoz. C’est pas faux. Mais avoue que tu commences à y prendre goût, toi aussi... Hum ? Allez zou, clique là-dessous espèce de gros(se) vilain(e) :

 

Tu n’as pas découvert les deux premiers épisodes de 30 secondes au mikrosmonde ? Avant que je ne me mette à pleurer à chaudes larmes et que ça devienne gênant pour tout le monde, dépêche-toi de le faire :

PODCAST DÉMONS DES HEURES

PODCAST SHUSHUS



Paix et félicité, vaillant boute-en-train.

Moi, c’est Mélone Meusk, druide Huppermage au génie « bien, mais pas ouf » d’après les annotations sur mes copies.

Pas très gentil, je te l’accorde.

Après des années à supporter le mépris de mes précepteurs, j’ai décidé d’œuvrer au service de la science en créant... le four à mikrosmonde !

Un four qui, quand tu le mets sur chaleur tournante... (mystérieux) te faire revivre les moments les plus cringe de ta vie

Rhooo ça va... HUMOOOUUR, comme disent les gens rigodrôles.

Par un ingénieux procédé que je tiendrai secret jusqu’à mon aller sans retour vers Externam, mon électroménager du turfu examine, décompose, éparpille, ventile et recompose l’objet de notre attention pour en extirper toute la quintessence et me faire un topo.

Bon, en gros ça permet de comprendre des trucs.

Allez zou, passe-moi ça, tu vas voir … (Ouverture porte du four à mikrosmonde)

 

Tu crois que c’est un simple attrape-rêve, hein ? (Pose dans le four)

Eh non, c’est de la lingerie fine de Ravageur, mon p’tit pote ! (Ferme la porte)

 

Comment ? Est-ce que tu peux repartir avec après ? Ce serait pour un ami ? Attends d’abord que j’te présente les gaillards. Sont pas du genre à faire dans la dentelle, crois-moi…

Dentelle, lingerie… Hmm, y’a un concept à creuser, là !

Allez hop, un p’tit programme « pas délicat » (bip bip du four à mikrosmonde). J’ajoute l’option lavage de linge sale en famille et paf ! 30 secondes au mikrosmonde (Tut ! Puis, son du four qui tourne.)

Prêt à passer une journée en Enfer ? Enfin j’veux dire… dans la Shukrute ?

Allez...

(Langoureux) *Chaud tiiime*

(Tut, puis son du four à mikrosmonde qui tourne)

Comme tu le sais, la terre des démons abrite des Shushus au service de Rushu, et l’Hormonde des Démons des Heures aux ordres du dieu Xélor. Pardon ? Ah... Tu ne vois pas de quoi je veux parler. Tu n’as donc pas écouté les épisodes précédents... (musique triste)

Deux familles de démons dans un univers, c’est déjà trop… Eeet comme si ça ne suffisait pas, Helzbeth, la frangine de Rushu, a décidé de corser tout ça avec une troisième catégorie de durs à cuire : les Ravageurs.

Les démons, c’est comme les mioches, faut les occuper. Alors, entre deux sacrifices d’êtres faibles et sans défense, la démone organise des p’tits ateliers sympas pour sa descendance.  Bon, j’te cache pas que, assez rapidement, la mama est à court d’idées. C’est pas Super Grany non plus !

(Aparté) Super Granny ? Bah tu sais ? Cette vieille Ecaflipette qui a élevé une portée de 27 rejetons avant de se lancer dans le chacha-sitting à grande échelle ? Bref…

Un matin, après une bonne nuit de sommeil, elle se dit « Tiens... Et si j’offrais un cauchemar à mes petiots ? ».

Oui, là, on est clairement sur de l’éducation positive.

Là-dessus, elle prend toute la rancœur inspirée par la p’tite guéguerre qui oppose les deux plus grandes cités du Monde des Douze, elle la malaxe, y ajoute un ingrédient secret (bruit de raclement de gorge et de crachat), en fait une boule qu’elle laisse reposer 2, 3 nuits, la met au four et PAF : un bon vieux cauchemar prêt à déguster ! (Tadaaa !)

Euh... J’y mettrais pas les doigts à ta place... » (Grognement et claquement de gueule)

La p’tite particularité de cette créature mi-cauchemar, mi-démon, c’est qu’elle peut hanter plusieurs générations de Douziens. Seule condition : lui donner à grailler. Et c’est lààà que nos chers Ravageurs interviennent.

Très vite, les p’tits démons se donnent du mal pour que le cauchemar pourrisse bien comme il faut la vie des Douziens. Et vas-y que j’te mets de la Misère, et que je t’ajoute un soupçon de Servitude. Oh... et puis, allez, un chouia de Corruption ! Pour ça, ils n’hésitent d’ailleurs pas à faire bosser les principaux concernés ! C’est futé, très futé !

Sans le savoir, durant leur sommeil pas du tout réparateur, les habitants du Monde des Douze attisent le cauchemar pendant des années et donc le conflit entre Bonta et Brâkmar. Déjà que de base, les deux cités ne se tolèrent même pas, alors t’imagines l’ambiance ?

Tu le sais peut-être pas, mais entre les Shushus et les Ravageurs, c’est pas l’amour fou. Les blagues sur le physique fusent. Et la répartie, c’est clairement du niveau CP grand maximum ! Jusqu’au jour où un Shushu se met à casser du sucre sur le dos de la Mère des sept mers (l’autre p’tit nom de Helzbeth). Et insulter les mamans, chez les Ravageurs, ça passe pas.

Qu’est-ce que tu crois ? Les démons aussi ont des principes !

Déjà pas jouasse de voir ses p’tits s’faire importuner à la récré, Helzbeth bouillonne sévère. Comme toute bonne mère protectrice, après avoir demandé conseil sur « Démone mais maman avant tout.com », elle dit à ses marmots :

« Allez faire un tour sur le Plan Matériel et montez une armée de Douziens réduits en esclavage, on verra qui que c’est les plus forts. »

Remontée comme un piou-piou la daronne.

Ses rejetons, qui faisaient trempette dans le fleuve Akeranzu – un fleuve pas super tranquille – sautent dans un bateau et se laissent portés par le courant du spectre du Ch’tyx (un autre fleuve, vivant, puis mort, mais pas tout à fait) avant de déboucher sur un terrain de jeu plutôt sympatoche.

L’île de Grobe.

Tu connais pas ? Mais si, le p’tit bout de terre perdu au large de Pandala. Un endroit charmant. Spectres, revenants, fantômes et... j’crois que j’ai fait le tour des synonymes. Une destination où t’enverrais même pas ta belle-doche.

Les p’tites terreurs débaroulent à bord d’un vaisseau genre badass. Lambeaux de chair qui pendouillent, giga canines, filets de bave et j’en passe. Le véhicule infernal par excellence. Ils larguent les amarres et direct ils renomment les lieux (oui, sans-gêne les gars).

Ils l’appellent : Pandamonium

Bon, c’est vrai qu’ça claque.

Le port, qui s’appelle aussi l’Atoll des Possédés et qui se trouve à proximité du gros crâne chauve et enflammé du Dark Vlad, devient le petit pied-à-terre des charmants bambins de la reusse de Rushu.

Rapidement, la rumeur circule comme quoi des types louches squattent du côté de Grobe. La plupart des Douziens évitent d’y mettre les pieds, mais un groupe d’irréductibles aventuriers résistent encore et toujours à l’envahisseur... Pire : ils vont carrément leur faire coucou. 

Faut dire que l’offre est alléchante. Quelle offre ?

« Avec comme j’haine, j’ai pris 10 kilotonnes de muscles, 3 nouvelles paires d’yeux, deux rangées de dents acérées et 20 centikamètres à chaque ongle. Et tout ça, en moins de 10 secondes ! »

Quand j’te disais qu’ils faisaient pas dans la dentelle. Parce qu’attention, les Ravageurs ne se contentent pas de piller, semer le chaos et faire pipi partout, non, non, non, jeune candide ! Ils vont jusqu’à te voler ce que tu as de plus précieux. Non, pas ta collection de Meupogs. Ton enveloppe charnelle.

Oui, ils sont complètement timbrés.

Au terme d’une cérémonie bien sinistre - un truc avec des chants lugubres, des symboles démoniaques qui saignent des murs, et un canon à fumée façon soirée de mariage à la salle des fêtes de Mon Régis le Fleuri – les Douziens volontaires se retrouvent avec un physique de lanceuse de poids.

Pour résumer : si tu veux te faire pimper, va faire un tour à l’Atoll des Possédés (paraît que les autochtones sont aux p’tits soins).

 

Tu l’auras compris : là-bas, les aventuriers croisent des Douziens un poil différents de ceux qu’on peut rencontrer dans le reste du Monde des Douze. Ils bavent, ont le regard vide et aucun son intelligible ne sort de leur bouche. Un peu comme toi, passé minuit, à la taverne du Gobelin Facétieux.

Oh hé, fais pas l’innocent...

(Ting !)

Alors ? Bluffant mon four à mikrosmonde ?

Qu’est-ce que c’est que ça… ?

Il a toujours été bleu comme ça, ton pouce ? T’as pensé à consulter un Eni, ou... ? MAIS ! Éloigne-le de mon mikrosmonde ou je t’envoie en Externam !

Allez, file ! Tu reviendras quand t’auras d’autres questions…

(Bémol) Comment ça t’avais rien demandé ? …