FR EN ES PT
Il était une fois des blops pas comme les autres. Échouées sur les plages de Macheville, ces petites créatures gélatineuses ont appris à chanter grâce à Ardwin, le célèbre voleur de voix. Certains, comme Blopgang Amadeus Blopzart, ont poussé cet art de la chansonnette un peu plus loin, allant jusqu’à constituer un véritable orchestre...

Ah ! Ah ah ! Ah ah ah ah ah aaah !

Oh ! Oh oh ! Oh oh oh oh oh ooooooh !

Ah aaah ! Ah ah ah ah ah aaaaaah !

Ah ah ah ah ah aaaaaah !

Eh eh eh eh eh eeeee...* ♫

Blopgang Amadeus Blopzart s’arrêta net et fit signe aux autres blops d’en faire autant. Il prit un air agacé.

« Non, non, NON ! Beblop, vous n’êtes pas du tout dans le rythme, qu’est-ce qui vous arrive, mon cher ? »

Le jeune blop se contenta de rouler des yeux et de pousser un long soupir en guise de réponse.

« Si je vous ennuie, dites-le !

- Vous m’ennuyez. »

Blopgang tressauta. Jamais jusqu’alors on ne lui avait autant manqué de respect. Lui, illustre compositeur blop au talent incontesté et à l’oreille si jalousée.

« Pardon ??

- Vous m’en-nu-yyy-ez ! Mais il est sourd en plus ? Étonnant pour quelqu’un qui se vante à tout va d’avoir les tympans les plus délicats du port de Macheville...

- Ma parole, mais vous avez perdu la tête, mon pauvre ami ! »

Les autres n’en revenaient pas. Blopgang était sans nul doute le blop musical le plus respecté qui soit. Son talent était reconnu à travers le Monde des Douze. Des aventuriers venaient des 4 coins du Krosmoz (bien que ce dernier soit ovoïde), pour venir apprécier les concertos et autres chorales dont il était le chef d’orchestre depuis sa rencontre avec Ardwin, le voleur de voix.

« C’est juste que... j’en ai marre des “Ah”, des “Oh”, des “Eh”... Ça vous dit pas de changer d’air ? Ça va maintenant, on connait la chanson !

- Mais enfin, je ne vous permets pas ! Qu’avez-vous contre Ailleneu Klailleneu Narteumusik ? C’est pour lui que des centaines de Douziens viennent nous voir chaque jour, alors un peu de respect je vous prie !

- Parce qu’on ne leur a jamais rien proposé d’autre, voilà tout ! Avez-vous déjà songé à laisser parler vos tripes ? Ce que vous avez là... Au plus profond de vos entrailles... »

Beblop dit cela en se tapotant le ventre. Celui-ci ondula comme une grosse tranche de gelée, ce qui fit rire les autres musiciens...

« Non, mais je rêve... Pensez-vous vraiment que c’est avec mes intestins que j’ai écrit Les Noces de Figablop ? Et La Flûte Emblopée ? Elle est née de mes gros orteils peut-être ? Non ! Premièrement, tout comme vous, je n’en ai pas ! Deuxièmement, sachez que la musique blop est une discipline sérieuse et rigoureuse, mon cher Beblop ! Elle nécessite du travail, de la rigueur, des accords mélodieux et cohérents, une échelle diatonique, une échelle chromatique, des chants à l’unisson, des quartes, des quintes et c’est marre ! Mais... qu’est-ce que vous cachez dans votre dos ? »

Pris sur le vif, Beblop faisait moins le fier. Tous les regards étaient rivés sur lui. Blopgang s’approcha de son élève et lui arracha des mains un instrument étrange, semblable à une flûte, mais en beaucoup plus gros et pourvu d’un énorme entonnoir à son extrémité.

« C’est quoi, ce truc ?

- Un Saxblophone, répondit le jeune blop, non sans un léger trémolo dans la voix.

- Et vous allez me faire croire que ce machin est censé révolutionner le monde de la musique blop peut-être ? Laissez-moi rire !

- Tsssi, tsssi-tsssi, tsssi-tsssiii ! »

Blopgang se retourna brusquement. Un autre blop musical était en train d’effleurer une sorte de plateau circulaire en métal légèrement incurvé à l’aide d’une baguette dotée de petites tiges à son extrémité. Le tout en remuant allégrement du blop, bien entendu...

« Mais qu’est-ce que... »

Blopgang était déconcerté. Les autres blops, eux, ne pouvaient s’empêcher d’agiter la tête en rythme, comme emportés par ce nouveau son.

« Mais... vous n’allez pas vous y mettre, vous aussi ?? Qu’est-ce que c’est que ce machin encore ?!

- Chtong ! Bolong blong chtong chtong bolong booong ! »

Un autre blop avait envoyé voler ses feuilles de partition et grimpé sur son pupitre. De là où il était, il pouvait tenir le haut du manche d’un instrument particulièrement imposant. En y regardant de plus près, Blopgang comprit que le blop avait tout simplement jeté un sort à son violon qui avait pris deux tailles supplémentaires et qui reposait désormais au sol. Le blop s’amusait à tirer ou à taper sur les cordes pour en faire ressortir un son grave, un poil pataud.

« Malheureux ! Qu’avez-vous fait de votre violon ?? Vous êtes tous devenus fous !! »

L’autre blop frotta de plus belle ses étranges baguettes contre son plateau circulaire. Beblop, lui, souffla de toutes ses forces dans son Saxblophone tout en se dandinant, comme possédé par le son presque sensuel qui en sortait.

Blopgang était tout simplement outré. La musique blop volait en éclats. Il hurla de détresse tout en se bouchant les oreilles. Quand soudain...

« Ski-bi dibby dib yo da dub dub ! Ba-da-ba-da-ba-be blop blop blodda blope ! Blop ba blodda blope ! »

La voix était suave et envoûtante. Le chant rapide et enveloppant. Contre toute attente, Blopgang sentit un étrange frisson lui parcourir tout le corps. Du bout de ses pieds, jusqu’au sommet de sa tête... Il était scotché. Loula, sa meilleure violoniste, se révélait être une chanteuse hors pair. Des sons comme il n’en avait jamais entendu jusqu’alors. D’ordinaire, les blops n’étaient capables de prononcer que des syllabes.

Un étrange tourbillon se forma au creux du ventre du chef d’orchestre. « Ça » faisait comme des chatouilles... Et surtout « ça » lui donnait l’impression d’être aussi léger qu’une plume de piou. Il comprit alors ce que Beblop voulait dire...

À l’unisson avec son cœur, ses entrailles parlaient.

Pour la première fois dans toute sa carrière de chef d’orchestre blop, Blopgang Amadeus Blopzart apprécia la musique d’une manière totalement différente. Le blop comprit alors que, si les règles étaient primordiales, la spontanéité, la passion, voire la folie, pouvaient rendre la musique encore plus grandiose.

Beblop lui avait ouvert les yeux. Ceux de Loula lui avaient ouvert le cœur... Grâce à eux, Blopgang décida de lancer un nouveau mouvement musical totalement révolutionnaire, permettant ainsi à la musique blop de s’ouvrir à d’autres horizons : le Beblop.

L’histoire raconte également que depuis leur rencontre, entre Blopgang et Loula ça fait des shebam, pow, blop, wizz !

Blopgang Amadeus Blopzart est votre Boss Smasher du mois d’octobre ! Depuis le temps, vous connaissez la musique, pas vrai ? Alors si ça vous chante, vous pouvez vous rendre à Brâkmar du 1er au 31 octobre pour lui donner une bonne leçon, sans tambour ni trompette !

*Sur l’air de « Une petite musique de nuit », de Wolfgang Amadeus Mozart.