En poursuivant votre navigation sur ce site ou en cliquant sur la croix, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à réaliser des statistiques de visites ainsi qu'à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des publicités personnalisées et un service de chat. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies X

FR EN ES PT

Toi, l’aventurier des bacs à sable ; et toi, l’expert capable de survivre dans des conditions extrêmes (et même de boire son propre heu… enfin… tu vois) : ne partez pas sur l’île de Moon sans votre carnet de voyage Smisse Odvaïzor ! Il pourrait vous sauver la vie…

Après la ville de Bonta, ses rues pavées et ses boutiques clinquantes, vous avez besoin d’exotisme.

Pas celui du touriste lambda qui déambule en short, chemise à fleurs et claquettes, une crème glacée à la bananagrume à la main, noooon !

Celui qui pique, qui gratte et qui démange. Celui qui s’introduit discrètement dans votre tente à la nuit tombée pour ramper sous votre couette. Celui qui brouille vos repères tant il y a de végétation et vous surprend par ses coutumes locales, à commencer par vous suspendre comme des gorets sur une tige de bambou pour vous accueillir... Rendez-vous sur l’île de Moon !

« On a marché sur l’île de Moon ! »

Ce sont à ce jour les derniers mots griffonnés par le célèbre reporter Quinquin sur la page arrachée d’un carnet. Elle fut retrouvée sur le campement déserté du journaliste, entre-temps mis à sac. Cette phrase et son contexte résument à eux seuls ce mélange d’engouement et d’angoisse qui caractérise tant l’île primitive.

Dans la jungleuuu, terribleuuu jungleuuu, le Moon te mord, ce soooooir !

Vous voici au plus près de la nature, de ses merveilles plantureuses, de sa verdure généreuse, de ses créatures fantastiques et colorées. « Ouuuh ! », « Aaaah ! » : ça commence toujours comme ça. Et puis après, il y a des « sauve qui peut ! », « je veux ma maman ! », juste avant les hurlements.

Bienvenue dans la jungle !

Le village des Kanniboules

Le peuple indigène de l’île de Moon est très friand des visiteurs en tout genre. Il vous enlèvera durant votre sommeil et peut-être même en plein jour, car après tout, personne ne peut vraiment l’en empêcher. Et si les Kanniboules risquent de vous effrayer à cause de leurs masques étranges, une fois que vous les connaîtrez, ce sera certainement pire ! Avec un peu de chance, vous aurez droit à un dîner spectacle : pendant que certains pratiqueront une danse rituelle, d’autres prépareront votre garniture (celle qui vous accompagnera au cœur de l’assiette dans un succulent ragoût). Notre promesse : vous vous souviendrez de ce séjour le restant de votre courte vie.

L’antre de Moon

Les voyageurs les plus chanceux parmi les imprudents à s’être fait capturer par les Kanniboules auront l’honneur d’être offerts à leur divinité : Moon. Peu d’aventuriers peuvent témoigner de son apparence, et encore moins sont capables de dire ce qu’il se passe derrière ce gigantesque portail, mais pensez à vous mettre sur votre trente-et-un, juste au cas où…

Retrouvez prochainement un nouvel extrait du carnet de voyage Smisse Odvaïzor !

En attendant, essayez de revenir de l’île de Moon en un seul morceau !

Qui sommes-nous ?

Bonjour, je m’appelle Odvaïzor Smisse. Depuis près de 500 ans, ma famille travaille dans le tourisme, et l’organisation de voyages. Déjà à l’âge des Dofus, mon arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière… hm… mon ancêtre Hanniboul Smisse, dirigeait la plus grande agence de voyages du Krosmoz : la fameuse Agence Touriste.

Aujourd’hui, je rassemble pour vous des recommandations de voyages utiles de la part de voyageurs novices et experts. Chaque carnet de voyage Smisse Odvaïzor rassemble des milliers d’avis et conseils touristiques émanant de consommateurs sur des auberges, des tavernes, des restaurants, des lieux de loisirs et d’activités sportives dans toutes les villes et régions du Monde des Douze.

Notre secret ? Des commentaires 24 h sur 24 issus des quatre coins du Monde des Douze grâce à un sort magique unique. L’aventurier qui le maîtrise peut ainsi « écrire » dans le vide avec ses doigts pour nous envoyer son avis à tout moment. Si nous ne sommes pas responsables des propos tenus, nous veillons toutefois à ne pas relayer des messages qui paraîtraient (trop) insultants.