En poursuivant votre navigation sur ce site ou en cliquant sur la croix, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à réaliser des statistiques de visites ainsi qu'à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des publicités personnalisées et un service de chat. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies X

FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

Les Douze Artefacts Divins

Par benjiavril 12 Janvier 2011 - 21:25:16
Chapitre 1 : Une simple histoire de taverne
 
 Les Douze Artefacts Divins... Peuh ! Encore une histoire à dormir debout ! déclara un homme.
 
 Cet homme, c'est moi. Flai Cheu, disciple de Crâ brun aux yeux bleus. Je déteste les légendes. Pourquoi s'amuser à raconter des histoires, à croire aux trésors cachés, s'ils ne sont pas vrais ? Par exemple, cette histoire que vient de raconter un Enutrof. Il prétend que les Douze "vieux" Dieux (donc ni Roublard, ni Zobal) possédaient il y a longtemps chacun un objet, un Artefact, imprégnés d'une puissance incroyable. Les Dieux ayant jugés trop dangereux de garder ces Artefacts en leur possession, ils les auraient cachés dans douze endroits différents.
 
Tu devrais pas dire ça, Flai ! Après tout, pourquoi on dit "Le soulier de Sadida" ou "Le bouclier de Féca", hein ? répliqua un Osamodas appelé Monh.
 
L'Enutrof, nommé Hare prit la parole : Ouais, Monh a raison.La plupart des légendes que je raconte sont fausses, mais celle-là est, j'en suis sûr, véridique.
 
Ah oui ? Et qui te l'as dit ? Ton petit doigt ? me moquais-je.
 
Arrête ! Moi, je te parie que ce que raconte Hare est vrai ! défia Khar, un Ecaflip.
 
Tu parierais sur n'importe quoi, même si tu étais sûr de perdre ! se moqua un Pandawa, Pik. Moi, de toute façon, je suis de l'avis de Flai. Si toutes les histoires que raconte Hare sont fausses, pourquoi celle-là dirait elle la vérité ?
 
Khar voulut répliquer, mais un inconnu, un Féca, s'avança.
 
Bonjour. Je me présente : Protè Ksion, disciple de la déesse protectrice. Je suis intéressé par les Douze Artefacts Divins. J'avais déjà entendu cette légende auparavant, et j'avais fait des recherches, mais sans beaucoup de succès. Mais entendre de nouveau cette histoire m'a donné une idée.
 
Et c'est quoi cette idée ? demandèrent en cœur les cinq acolytes.
 
Je vous propose de vous joindre à moi pour rechercher les Douze Artefacts Divins.
0 -1
Réactions 9
Score : 233

//Hrp : Si je comprends bien , le dernier message ''Je vous propose de vous joindre à moi pour rechercher les Douze Artefacts Divins.'' s'adresse à nous , forumeurs ou es-ce une fic comprennant plusieurs chapitres que tu écriras ? Si elle nous concernent , ça ferait une sorte de RP communautaire ?//

1 0
Score : 1671
Chapitre 2 : Décisions

La proposition fit l’effet d’une bombe dans la taverne. Un long silence de réflexion s’installa. Hare prit enfin la parole :

Et ça nous rapporterait quoi ?

Ah ! Je vois… Pur Enutrof, hein ? Et bien… Ça peut vous rapporter la gloire, le pouvoir, et puis… l’argent de la revente des Artefacts qui ne nous servent pas. C’est déjà pas mal, non ?


Marché conclu ! s’exclama, cupide, l’Enutrof.

Moi, où va Hare, je vais ! déclara Khar.

Les autres semblaient plus réticents. Monh commença :

Ça pourrait être intéressant… J’ai toujours été attiré par l’aventure. Maintenant, est-ce que ça vaut le coup… Je crois à cette légende, mais si je passai des mois à chercher des objets et qu’il s’avérait que ces derniers n’existaient pas, je ne crois pas que je m’en remettrais.

Je comprends. Mais, comme je vous l’ai dit, j’ai fait des recherches. J’ai des preuves de l’existence des Douze Artefacts Divins. expliqua le Féca.

Bon, alors je crois que je n’ai plus aucune raison de ne pas venir. décida l’Osamodas.

Moi, je n’ai jamais cru aux légendes, et ce n’est pas aujourd’hui que je vais commencer ! déclara Flai.

Idem. Ne comptez pas sur moi pour courir après un truc qui n’existe pas. affirma Pik.

Oui, je comprends, mais, comme je vous l’ai dit, j’ai des preuves de l’existence des Artefacts. Et puis, ça pourrait vous permettre d’explorer des contrées lointaines, de combattre de puissantes créatures… tenta de convaincre Protè.

Des preuves, des preuves… Et puis, pour ce qui est des contrées lointaines, je suis très bien dans ma cabane, avec une chope et une cuisse de Dragodinde ! ajouta le Pandawa.

Bon, très bien. Alors je vais vous faire une autre proposition. Si nous trouvons un Artefact, nous vous envoyons une lettre avec notre position, et vous nous rejoignez. Si, un mois après notre départ, vous n’avez pas de nos nouvelles, c’est soit que nous n’avons rien trouvé, soit que nous sommes morts. Est-ce que ça vous va ?

Moi, oui. Et, toi Pik ?
demanda Flai

Très bien. Je vous souhaite bonne chance, et je vous dis à, je pense, bientôt. Je serais là lorsque vous reviendrez bredouilles. plaisanta Pik. Puis il s’adressa au tavernier, qui somnolait : Ronh ! Six Pandaburg ! C’est ma tournée !

Hein ? Euh… Quoi ? Ah, oui, oui, d’accord. Voilà voilà !

Le Sadida sortit la bouteille et servit les six verres.

Et voilà ! Ça fera 45 kamas !


Le Pandawa donna l’argent au tavernier puis avala cul secle contenu de sa chope. Les autres burent lentement, excepté le Féca qui repoussa la boisson.

Désolé, je ne bois que de l’eau et du lait.

Ah bon ?
s’étonna Pik. Allez, faut pas gâcher…

Il s’empara de la chope de Protè et lui fit subir le même sort qu’à la sienne.

Ah ! Ça fait du bien par où ça passe !

Bon. Très bien. Faisons un peu plus connaissance. Comment vous appelez vous ? demanda le Féca qui sera le meneur de cette aventure

Je m’appelle Hare Jan et je suis disciple du dieu Enutrof.

Moi, c’est Khar Teu, disciple du dieu joueur. J’adore parier sur tout et n’importe quoi !

Et moi, c’est Monh Steur. Les animaux, c’est sacré, et gare à celui qui y touche devant moi !

Bien. Je vous donne rendez-vous ici même demain, à 10 heures. Essayez d'emporter le moins d'affaires possible.

Compris !
répondirent ensemble les trois hommes.


Chapitre 3 : L’Assien

Les trois aventuriers suivirent les instructions du Féca et se retrouvèrent à la taverne à 10 heures. Il attendirent quelques minutes, puis Protè arriva.


Désolé… Une affaire urgente à régler. Bon, on y va ?

Où ça ? demanda Khar.

Au port de la ville, bien sûr ! Nous allons embarquer à bord de mon navire, l’Assien.

Vous avez un navire ?
s’étonna, incrédule, Hare.

Puisque je vous le dis ! Allons-y.

Arrivés au port, les aventuriers n’eurent aucun mal à repérer l’Assien parmi les bateaux. Son nom était tracé en lettres manuscrites sur sa coque de bois finement taillé dont était aussi composé sa figure de proue plaquée d’or, qui représentait un Pichon. Le pont mesurait plus de 60 mètres de long, et sur les trois mâts qui y étaient ancrés, un enchevêtrement de cordes retenait plusieurs voiles.
La petite troupe monta sur le bateau et emprunta un petit escalier qui menait à la cale. Au fond de celle-ci étaient disposés des centaines de tonneaux d’eau, de bière et de vin, de viande et de sel. Mais la cale était surtout occupée par deux énormes rangées de rames.


Euh… C’est pas nous qui allons devoir ramer, j’espère, s’inquiéta Monh.

Bien sûr que non ! le rassura le Féca. Et pour ce qui est de qui va ramer, c’est un secret… ajouta-t-il avec un air mystérieux.

La visite continuait. Une petite porte mena les aventuriers à la salle de la barre qui, malgré avoir été conçu de manière à ce qu’il soit le plus léger possible, était très dur à déplacer. Heureusement, expliqua Protè, une vingtaine de marins allaient embarquer avec eux pour ce voyage. Ils remontèrent sur le pont et se dirigèrentvers la cabine du capitaine. Le Féca déclara que, en tant que propriétaire du navire, il serait le capitaine. Il rassura les autres en leur assurant qu’il avait de bonnes compétences en navigation.


Bien. Maintenant que vous connaissez le bateau, nous allons pouvoir larguer les amarres. Nous devons profiter de ce vent d’ouest qui peut nous mener rapidement à notre destination.

Très bien ! On part quand ?
demanda Khar, impatient.

Le plus tôt possible. Vous avez encore des préparatifs à faire ?

Khar et moi, non.
affirma Hare. Et toi, Monh ?

Je crois pas… Il prit soudain un air horrifié : Mon Chacha ! Je l’ai oublié !

Il descendit du navire en courant et se alla chez lui. Il revint quelques minutes plus tard, avec son Gobgob et son Chacha qui couraient derrière lui.

C’est bon ! On peut y aller !

Les aventuriers remontèrent à bord et Protè rejoignit sa cabine après avoir ordonné aux marins de hisser les voiles et de quitter le port. Khar, Hare et Monh le rejoignirent pour discuter de leurs prochaines destinations.

Tu connais combien des emplacements des Artefacts ? interrogea l’Ecaflip.

Trois : l’île de Moon, notre première destination, et deux endroits distincts sur Pandala. Mais nous en apprendrons sûrement plus durant notre voyage.


On en a pour combien de temps avant d'arriver sur l'île de Moon ? s'enquit Monh.

Environ une semaine, si le vent ne tourne pas.

Le reste du groupe remonta sur le pont.

C'est parti pour l'aventure ! s'exclama Khar

Chapitre 4 : Osamodas, en bas

Osamodas ! tonna une voix provenant du Sialap, le palais des dieux.

Le Dieu des animaux, contrarié, se leva de la pierre sur laquelle il était assis. Il fit quelques pas, puis s'arrêta pour contempler le Sialap. L'immense bâtisse, complètement recouverte d'or, se dressait devant le Dieu, qui se sentit minuscule. Les cinq grandes tours du palais, culminant à plus de cent vingt mètres, semblaient mener une course à qui serait la plus haute. La divinité poussa la lourde porte de bois dont les charnières, faites d'argent, émirent un petit grincement. Les deux battants cognèrent contre le mur, provoquant un bruit sourd. Osamodas pénétra dans la grande salle du palais et admira les tapisseries représentant les plus mémorables combats des Dieux. Au centre de la pièce, une grande table pouvant accueillir plus de cinq mille convives occupait une grande partie de l'espace. Tout autour, d'autres tables, plus petites, étaient destinées à porter les nombreux plats que consommaient les Dieux lors de leurs grands banquets. Accroché au plafond, un immense lustre entièrement fait de cristal reflétait la lumière qui passait par les grandes fenêtres de verre ancrées dans les murs de la salle. Osamodas, malgré qu'il vive dans le Sialap, était toujours émerveillé par la beauté de la construction. Il y avait, au fond de la salle, douze portes, où étaient gravés les emblèmes des classes. Le Dieu traversa la salle à grands pas et passa la porte de l'antichambre du Dieu Iop.

Tu m’as demandé, Iop ?

Oui. Crâ vient de remonter ici. Un groupe d’aventuriers s’est mis à la recherche des Artefacts Divins, et nous voudrions que tu descendes sur Terre pour savoir s’il sont dangereux ou pas.

Encore moi ? J’en ai marre de monter et de descendre sans cesse ! Tu pourrais pas demander à Sadida ?

Il dort. Sacrieur n’acceptera jamais, pas plus que Pandawa ou Ecaflip. Féca a protégé une armée entière la nuit dernière, il est complètement épuisé. Eniripsa a prêté main forte aux médecins de cette même armée, et Sram a piégé leurs adversaires en les menant dans un cul-de-sac. Enfin, Xélor répare l’horloge du palais et Enutrof demanderai à être payé pour descendre. Il ne reste donc plus que toi.

Bon, d’accord. J’y reste combien de temps ?

Environ une semaine. Et n’oublie pas de rester invisible aux yeux des humains, hein ! Pas comme la dernière fois…

Très drôle… Bon, j’y vais.


Le maître des animaux sortit du Sialap et se rendit aux Nacrines, les douze collines qui permettaient aux Dieux de descendre sur Terre. Osamodas gravit sa colline et se plaça sur le symbole de la classe dont il était le Dieu. Il prononça sa formule :


Moi, Osamodas, dieu des bêtes, fait part de mon intention de descendre sur Terre.


Une lumière bleue l’enveloppa, et il disparut.

Au même moment, sur l’Assien, les aventuriers jetaient l'ancre sur un petit îlot. Ils devaient trouver du bois pour réparer le haut d'un des mâts. Arrivés sur l'île, ils pénétrèrent dans le petit bois qui recouvrait presque la totalité des terres. Chacun cherchait du bois, mais tous l'utilisaient différemment. Seul Protè suivait l'idée de départ. Hare, lui, bricolait une pelle avec un bâton et un bout de fer que son Phorreur de compagnie avait trouvé, tandis que Khar se servait d'un grand chêne comme cible pour améliorer la précision de ses lancers de cartes. Enfin, Monh jouait à "Va chercher" avec le Chienchien qu'elle avait invoqué. Mais son Chienchien commença à poursuivre son Chacha, et Protè du interrompre son travail pour intervenir. Finalement, la petite troupe retourna calmement au bateau pour réparer le mât. Une fois ceci fait, ils décidèrent de rester encore un peu sur l'îlot, notamment pour cueillir quelques fruits. Pour cela, chacun utilisait une technique différente : le Féca, agile, grimpait aux arbres, pendant que l'Écaflip projetait ses cartes aiguisées sur la tige des fruits. Monh envoyait des Corbacs les cueillir, et Hare utilisait un sort, "Roulage de Pelle". Ils rapportèrent leurs trouvailles sur le bateau, et s'apprêtèrent à partir. Mais alors qu'ils allaient larguer les amarres, une voix s'éleva.

S'il vous plaît ! Emmenez-moi avec vous !

Un Xélor, qui semblait épuisé, courait vers le navire.

Emmenez-moi avec vous ! répéta-t-il.

Mais… Qui êtes-vous ?
questionna Protè.

Je m'appelle Ore. Je suis un naufragé, et je n'ai pas vu personne depuis plus d'un mois. Je vis dans une grotte, au bout de l'île, et je…

Il s'affala par terre, exténué.
0 -1
Score : 2

OUais moi jaime bien ta fic mais la légende elle est vrai ou pa?

0 0
Score : 25

les gens il ont que sa a faire de leur journée serieux ^^

0 -2
Score : 16

hmmm, dommage que sept ans apres, il n'y ai plus de suites, il y avais de quoi faire...
(oui, je sais, on ne devrais pas détérer des vieux topic, mais bon...)
 
a la limite, je pourrais improviser une suite, et apres, laisser les autres faire la suite de ma suite, et ainsi de suite...

1 0
Score : 3619

Bah j'arrive en retard, visiblement.

Mais l'idée de faire une histoire autour des légendaires phrases de classe est pas si bête que ça.
Seulement : Mon dieu... c'est gniangnian, mal scénarisé et surtout c'est tellement cliché, je peux deviner ce que vont dire les personnages avant que eux-même aient pensé à parler. Genre, pile poile le jour où le vieux raconte sa légende, le mec arrive et comme par hasard il est à la recherche des artefacts, non, ça ne marche pas comme ça, ce n'est pas crédible et encore moins un bon scénario.

0 -3
Score : 1052

Le principale trou à mes yeux est l'introduction à la première personne pour au final suivre le récit d'autres individus a la 3eme .

Ca crée directement une brèche sur le point de vue, ce qui n'est pas une tres bonne chose.
Le faire de temps en temps pour donner des informations supplémentaires au lecteur pourquoi pas , mais sinon c'est contradictoire.

Apres oui c'est un peu simple et l'ouverture un peu cliché ( on dirait mes  intro de campagnes aléatoire quand t'as la flemme " alors c'est un vieux dans une taverne..."  ).

Mais bon on auras pas de suite je pense.

0 0
Score : -19

c'est si facile de critiquer beaucoup moins de créer . Pourquoi ne nous raconterai tu pas la suite hynox toi qui est si malin à deviner le scénario ?

J aimerais bien la connaître la suite de l'histoire...
 

Eh bien se faire voler une guilde dans laquelle on a participé depuis le début du serveur, oui cela donne envie de râler. ( surtout en aprenant que seul deux joueurs profite maintenant de ce que des dizaine ont débloqué pendant des années )

Je ne suis pas écrivain et mon écriture viens peut être du fait des profs de français, de l'éducation nationale, de parents absent.

Mais ne t inquiete pas pour moi, je vais bientôt suivre un mooc pour me rattraper.

Tout ce que je vois c'est qu'aprés vos interventions , l auteur a cessé d'écrire.

Merci de l avoir encouragé.

0 -1
Score : 3619
Meow !

Tu verras sur le forum quelques de mes projets, abandonnés ou non, biens écrits ou non, je t'invite donc à aller faire un tour et tu verras que j'écris moi-même sur ce forum, en plus d'écrire des romans dans la vie de tous les jours.

Il y a aussi à reprendre donc cet argument digne du primaire qui veut que "si on critique on doit être capable de faire mieux" mais dans la vraie vie et surtout dans le monde de l'art ça ne marche pas comme ça, un critique n'est pas forcément meilleur écrivain, simplement, il sait de quoi il parle en terme de scénario, je ne suis pas critique, mais comme dit plus haut, moi-même écrivant, j'ai quelques légères bases dans l'écriture (c'est un euphémisme).

Chacun peut ou non apprécier ainsi que donner son avis, pour ma part j'ai tenté de justifier le miens, j'ai hâte de voir des contre-arguments.

Edit :

En regardant ton profil, je vois surtout que tu aimes bien râler et pas beaucoup argumenter, je pense donc avoir mit trop de temps à te répondre.

Katze~

PS : Même si une écriture n'est pas parfaite, au moins faire l'effort de tenter de bien écrire. 
1 -2
Réagir à ce sujet