FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

Galerie Littéraire Faonesque #2

Par Faolin-archer 12 Juin 2010 - 16:13:01
Réactions 53
Score : 475
*décide d'abandonner la tentative de rimes*

C'est super !
J'aime particulièrement celui sur les Sadidas :unsure: J'pense que c'est surtout parce que j'suis pas trop fan du "Haïfu"... ^^
Mais sinon, c'est très bien: toujours aussi bien écrit, avec de très belles rimes ! wink
0 0
Score : 763

J'aime beaucoup le poème traitant des pandawas et des eniripsa. Hmm.. l'absinthe.. La drogue de l'inspiration !
(Yééé)

Namého ! C'est quoi cette morale à la con des Enutrofs? Tu veux ma pelle dans ta tête de travelot?
*Attitude — qui se veut — intimidante*

Haïfu? Qu'est-ce donc? Tu ne confondrais pas avec le haiku par hasard? ohmy

0 0
Score : 4246

Non, non, pas du tout
Je m'exerce bien au HAÏFU
C'est une discipline littéraire
Tirée du jeu nommé Wakfu

Enfin, Wlg... là où les éliatropes
Se baladent et se battent dans Emrub
Et où ils écrivent ces courts poèmes tercets

0 0
Score : 4246

Eh bien, amis, amies, je n'ai pas chaumé!
J'amène céans la dernière fournée
Une fois n'est pas coutume, l'un est en prose
L'autre, classique, ne mérite pas porte close

C'est ainsi que se referme la série des Douze
En pleine nuit, en plein été.
Une délicieuse nuit qui rend les autres jalouses...

OSAMODAS

Ils sont amis des bêtes, pervers pour les autres.
Les premiers leurs font fête, les seconds sont les hôtes
De leurs yeux de biches, de leurs sourires d’ange
Et leurs airs de caniches, et leurs voix de mésange

Les Osamodas sont le symbole du bestial
Il rejaillit en eux à la première occasion
Ils font de leur vie une immense nuit nuptiale
Le plaisir est pour eux une fatale addiction

Etranges sybarites, aux allures de satyres
Mi-humains, mi-bestiaux, pauvres victimes lubriques
De leur monde trop sage, ou beaucoup trop pudique
Ils deviennent avec l’âge des fous furieux pince-sans-rire

ECAFLIP

Avoir une chance hasardeuse, jouir d’un fabuleux trésor issu d’une heureuse partie de cartes… C’est ce que recherche, fugace aléa, maître Ecaflip, fièrement engoncé dans son fauteuil fétiche. Un jour, dit-il songeur, quand mes dés se dresseront d’eux-m^mes pour gagner, faudra-t-il encore espérer ?
Car Ecaflip espère, quand il met sa vie dans ses dés, que sa verve sera préservée. Pour gagner, il a fallu être félin, et donc savoir retomber sur ses pattes, en cas de coup dur.
Les coups durs sont inassimilables. C’est, en substance, toute la déveine de peut encaisser le disciple. Ce mal, véritable pandémie, blesse, tue, et affaiblit sans vergogne.
Ils savent tous et tout, ces félins, car leurs cartes leur souffle le passé et l’avenir. Tarot, l’amant de la divine Ecaflip, aime ses beaux-fils. Ou ses belles-filles.
D’ailleurs, qui peut ne pas aimer les femmes d’Ecaflip ?
Prenez garde, amis, amies, choisissez bien vos alliés, et fuyez encore mieux vos ennemis. Je vous aurais prévenu…

Qu'en pensez-vous?
La prose, indécise, est un coup d'essai
J'espère vous avoir au moins contenté
M'en blamez-vous?

0 0
Score : 1031

Oh non au grand jamais, mon cher ami,
L'essai ne doit pas être un ennemi,
Car qui tente au moins réussit
A s'enrichir le corps et l'esprit.

Le poème sur les crâs était vraiment sublime,
celui sur les pandawas vraiment hilarant,
Avec de nombreuses et belles fières rimes
Le tout le front haut et le verbe pédant.

Avec moult respects mon chapeau je retire,
Et je m'incline devant le maître poète,
Qui aura mis nos petits coeurs à la fête
Dans un immense éclat pétillant de rire.

0 0
Score : 4246

Oui, cela fait longtemps que je ne suis pas venu...
Trois ans et dix mois, quelle belle déconvenue!
Mais je reviens ici, sur ma terre nourricière
Car cette fois j'ai grandi, car cette fois je suis fier!

Je me suis épanché sur les landes inconnues
J'ai bravé les douleurs et caresses de l'été
Je fus grand goéland, puis chamane éveillé
Mais je reviens maintenant, puissiez-vous m'écouter...

Pour ceux à qui je manque, qui sont intéressés
Oui j'ai déménagé, mais vous pouvez me suivre
J'abandonne ici l'exploit de me juger!

0 0
Score : 490

Faooooo !!!! Je viens briser tes élans poétiques !! Je sais pas si tu te rappelles de moi mais jsuis contente de te revoir sur le forum...surtout que je venais par hasard faire un tour !!!

0 0
Score : 4246

Oh non, je ne t'ai pas oubliée!
Certes, je n'ai pas de mémoire précise
Enfin, juste assez concise
Pour savoir ceux à célébrer !

0 0
Score : 195

Moi je suis incapable de faire de rime...
C'est pas trop dure d'en faire?
Sinon super le poème!
Et super le moral a la noix

0 0
Score : 833

Oh, Coolamare ! Nom d'un bigorneau, ça fait longtemps...
Oh, un Fao', voilà qui est surprenant
Oh, un up de trois ans, je ne pensais pas cela venant de toi wink

Nom de zeus marty, je me sens presque revenir à la grande époque en lisant les trois précédentes pages !

0 0
Score : 490

Deux anciens de retrouvés
Sinon trois, me voici rajoutée
Le passé est terminé
Le futur il faut rédiger

0 0
Score : 4246

Et comment va-t-on faire ?
Prose, poésie, théâtre ?
Que de codes pour plaire
Un coup à être bellâtre !

Ecrivons nouveau, oui
De nouvelles écritures
Quel immense défi
Pour notre faible stature !

0 0
Score : 60

J'arrive ici, en tant que découverte de la vie
et je m'exclame jusqu'au plus profond de mon âme !
Je ne te connaissais pas sous ce nouveau visage là
Est-ce bien fao qui écrivit ce qu'en ce moment je lis ?

Je suis bien heureux d'avoir pu te voir entre ces jours
à travers de nouveaux vers dont les sons ne sonnent point creux
à qui veut l'entendre fera bien des heureux
moi y compris j'y grave ma mémoire pour toujours

à jamais

Mais j'attend une suite, pourquoi pas un sonnet
ce qui te ferait plaisir moi aussi me le ferais 0u0
j'aimerais juste lire pour oublier les moments difficile
car je préfère ça à de simples rimes m'enlevant bonne mine

aussi je te demanderais de continuer
et j'espère ne pas trop t'avoir dérangé
car vois-tu règles de la poésie je ne connais
mais je ne m'y ferais sûrement jamais :,)

( en gros ça veut dire continue )o) )

0 0
Score : 4246

J'ai pensé à ce petit sonnet, rédigé par un seigneur de Guerre qui vivait près des landes de Sidimote, et qui invective les Amaknéens qui ont attaqué une nuit son campement dans le désert, tuant ses compagnons.

Qui ose m'interpeller en ces temps ombrageux,
Si ce n'est l'inconscient ou le fou coléreux
Moi qui à main nues brave les mulous et phorreurs
Qui traverse le désert seul et sans efforts?

Ma monture fougueuse qui jamais n'a trahi
Ma fidèle dragodinde aux harnachements dorés
Traversera la plaine qui sépare les armées
Et brillera la lame, de son fourreau sortie!

Car c'est la guerre qui vient, ma soif de sang qui presse
Le Bourreau des Armées que le destin traverse
Le fil de mon épée que les soldats aversent !

Par mes amis sont occis sous les feux des étoiles
Attaqués de nuit par les escouades rivales
Je m'en vais honorer notre pacte tribal !
 

0 0
Réagir à ce sujet