FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

les récits de Piilastre

Par Piilastre 18 Mars 2009 - 20:54:13

Voilat c est ici que je posterait mes histoire sur le couple de Pinpin et Eva. bonne lecture, j espère que mes histoire vous plairons.

1ère partie : Le frère d Evangéline

Un jeune xélor âgé de 8ans seulement avait déjà les bandage (habillée la même manière que les xélors dans dofus ) mais il n y avait que les cheveux qui dépassait. Un roi Sadidas s approcha de lui (il avait une couronne) et lui demanda :
Roi : Talken, tu es le seul a avoir aperçu ma fille et son garde du corps pour la dernière foi, alors dit moi où est ce qu elles sont allez.
Talken : Jamais !
Roi : S il te plais ne m oblige pas à te faire de mal.
Talken : Que Xélor me transforme en poussière temporelle si je vous raconte tous.
Roi *d un air déçu* : Alors je n ai plus le choix.
Puis il tapa des mains et deux personnes s approchèrent de lui avec un gourdin.
Roi : Tu es sûr de ne pas vouloir tout nous dire.
Talken : Non, je l ai promis à Amalia et Evangéline.
Roi *soupir* : Comme tu voudra.
Puis les deux personnes qui étaient à coté de lui et commençaient à le battre.

(Deux jours plus tard)

Nos cinq amis étaient entrain de chercher un village pour y passer la nuit car ils avaient marre des jacassements incessants d Amalia.
Yugo : Ho ! Toi carte au merveille, adoré par les dieux eux même, toi qui voie tous et sais tous indique nous le chemin vers le village le plus proche.
Carte : Mais avec grand plaisir mon cher.
Ruel : Alors Yugo.
Yugo : Il y en a un juste à coté de cette clairière et il s appelle « a casa ».
Tristepin : Sa veut dire quoi se nom.
Ruel : Sa veut dire « la maison ».
Nos héros se mirent donc en marche, mais un xélor leur barra la route.
Evangéline *surprit* : Talken ? Mais qu est ce que tu fais là ?
Talken : Eva, Amalia, n’y allaient pas, c est un piège.
Amalia : Un Piège ?
Talken sortie un rouleau et le déroula, dessus était afficher la tête d Evangéline et Amalia.
Tristepin : Eva ?
Yugo : Amalia ?
Talken : Exacte, et elle sont mise à prit au montant de 500 000 kamas ; ton père n y va doucement pour te chercher Princesse.
Tristepin : Mais tu es qui enfaîte toi ?
Evangéline *gêné* : C est Talken et c est… mon… c est mon frère.
Ruel, Tristepin et Yugo : Quoi !!!
Tristepin : Alors comme ça Eva a un frère ?
Ruel : Le pauvre sa doit pas être facile pour lui, avoir une sœur comme ça…
Ruel ne termina pas sa phrase car il se rendit compte que la jeune cra venait de lui lançait un regard froid.
Yugo : Alors on fait comment ? Si vous êtes recherchez tous les énutrofs du coin seront à nos trousses.
Tristepin : on à cas dormir dehors.

2ème partie :

Tristepin : Ben, on a cas dormir dehors.
Amalia : QU-OI !! Mais c et hors de question, personne ne me fera dormir dehors.
Talken : Dit donc Amalia, tu avais dit que tu avais besoin d aventure, maintenant tu es servit.
Ruel : 1 point pour le xélors.
Yugo : On fait comment alors ?
Talken : Mais j en sais rien moi, je suis juste venus vous prévenir du danger. Je ne suis pas impliqué dans vos affaires.
Amalia : Tu nous a aidé à sortir du château, tu as donc participé à notre évasion.
Talken *en croisant les bras et regardant le sol* : Je sentait bien que ce n était pas une sortie comme les autres.
Evangéline : La prochaine fois il faudra faire plus attention.
Talken : Grrrrr !
Ruel : Je vais avoir du mal à résister, avec trois recherchez à côté de moi.
Amalia : Bon c est pas ça mais y un village là bas et moi j ai pas envie de dormir dehors.
Evangéline : Amalia, je pense que…
Evangéline n eu pas le temps de finir sa phrase car 6 énutrofs et 6 srams venaient de sortir des bois ; l sram lança une dague sur Talken, mais elle s arrêta juste en face de ce dernier (il à du utilisé sont pouvoir sur le temps).
Talken : Non mais ça va pas.
Un sram : C est bien eux attraper les.
Ruel : Là, on est mal.
Tristepin *en dégainant rubilax* : T inquiète j ai un plan.
Yugo : A bon ?
Tristepin *en s apprêtant à foncez sur ses ennemis* : On les éclate
Talken : C est bien un plan de iop ça.
Ruel : Sa ne sert à rien de se battre.
A ses mots le iop s arrêta et répondit à Ruel :
Tristepin : Si tu as un autre plan va y.
Pendant ce temps leurs ennemis s approchez tranquillement comme s ils avaient affaire à des enfants.
Ruel : Talken, tu es un xélor ? Alors téléport nous le plus loin possible d ici.
Talken : Mais… en fait…
Le petit xélors ne finissa pas sa phrase tout le groupe lui tenait la main attendant qu il se téléport. Il ferma les yeux et commença à disparaître. Les chasseurs de primes se jetèrent sur eux mais trop tard ils avaient disparut.
Un sram : Ou sont ils passé ?
Un énutrof : J en sais rien mais si je leur mes la main dessus il seront mal.
Pendant ce temps nos héros eux s étaient retrouvés à 20 mètres au dessus d un lac.
Le groupe : Ho ho !
Puis ils tombèrent dans l eau, «plouf » serait le mot plus exact.

3ème partie :

Evangéline sortie de l eau en premier, suivie de Tristepin, puis de Yugo, de Ruel et d Amalia. La jeune cra alla aidé la sadidas.
Evangéline : Ça va Amalia ?
Amalia : Si je croise ton frère Eva, je te jure que je lui fais sa fête.
Au même moment Talken sortie de et la princesse marcha jusqu a lui, du s accroupir tellement il était petit (il faisait 1 mètre) et le prit par le col de sa toge.
Amalia : Mais ça va pas la tête, à cause toi je suis toute trempé !
Talken : Désolez, mais c est vous qui m avait obligé à me téléporter.
Ruel : bon c est pas ça, mais c est qu il commence à faire nuit alors il vaudrait faire un feu et dormir ici, vous ne trouvez pas.
Amalia : Non, on va trouver un village et dormir dans une auberge.
Tristepin : Et c est repartie.
Yugo : Même si on arrivait à trouver un village, je doute qu on ne se face pas remarqués avec Pinpin.
Tristepin : Alors on fait quoi.
Evangéline : Chut, quelqu’ un arrive.
Nos héros se mirent en position d attaque, mais fausse alerte se n était qu un troupeau de bouftouts.
Tristepin : Le dîner est servi.
A ses mots il fonça sur les bouftouts.
Yugo : Non, arrête ! Si tu fais ça les bouftouts serons à nos trousses
Talken fit apparaître un marteau en bois dont la tête faisait la moitié de sa taille, il y avait une montre à gousset qui était incrustée à l intérieur (au milieu) du marteau ; tout à coup la montre devint bleu et Tristepin s arrêta net, un pied en l air un autre sur le sol, rubilax en l air, prêt à l attaque. A le voir on aurait dit une statue. Le groupe se tordait de rire devant leur ami qui était aussi immobile qu une pierre. Le iop lui essayer de leur lancer un regard froid.
Evangéline : Je pense que tu peut lui enlever se sortilège Talken.
Aussitôt dit, aussitôt fait la montre de son marteau redevins normal, ais Tristepin lui tomba au sol comme une mouche. Le groupe s éxclafa à nouveau. Finalement le groupe dormi dehors malgré les remarques incessantes d Amalia. Il faisait nuit, tout le monde dormait, mais Evangéline fut réveillée par des bruits de pas, elle se réveilla et vit Talken entrain de tourner en rond.
Evangéline : Toujours insomniaque Talken ?
Talken : *en continuant de marcher* : …
Evangéline : Tu n as rien dis au père d Amalia j espère ?
Talken : *en continuant de marcher* : Et toi tu lui as dit au iop.
Evangéline *surprise* : Je ne vois pas du tout de quoi tu parle.
Talken : *en s arrêtant* : Arrête de faire l innocente, ou sinon il sera trop tard et il sera déjà prit.
Evangéline : Et toi tu devrait te mailer de ce qui te regarde.
Talken : Maman te l a…
Evangéline: Maman n a rien avoir avec ça!
Talken : Tu as tord de faire semblent de le renier, il y a du bon en lui.
Evangéline *en se rendormant* : Je n est plus rien à t expliquer, bonne nuit.
Talken *en se remettant à tourner en rond* : Tu verras que j ai raison.
Evangéline : Il est incorrigible.

4ème partie :

Nos héros dormir jusqu à l aube car ils avaient encore un bon bout de chemin à faire avant d arriver à Oma. En route Tristepin, lui se disputait toujours avec la carte, qui ne voulait pas leur donner la route à prendre.
Evangéline : J ai l impression qu on nous observe.
Talken : T es juste parano, ce sera pas la première fois.
Evangéline *en lui donnant une tape sur la tête* : Mais tu vas te taire oui.
Le reste du groupe laissa échapper un petit gloussement.
Yugo *en chuchotant à Talken* : Elle est toujours comme ça.
Le petit xélor fit un signe de tête qui voulait dire oui.
Tristepin : Allez ! s il te plait montre nous le chemin pour aller à l île d Oma.
La carte : Non ! T avais qu à pas me traiter de vieux bout de parchemin moisie.
Amalia *en lui prenant la carte* : Passe moi ça, vraiment tu n as aucun don de flatterie. Ho ! Toi carte au merveille, tout qui possède la connaissance absolu montre nous le chemin à prendre pour allez à l île d Oma.
La carte : Je vous est dit de vous débrouiller.
Puis tout à coup un craquement de branche se fit entendre et tous nos amis se mirent en alerte.
Ruel : Ils nous on suivit.
Amalia : Quoi ?
Puis tout à coup les malfaiteurs de la dernière fois surgirent des buissons.
Evangéline : Resté sur vos garde, puisqu on ne peut pas compté sur les pouvoir de Talken, il vas falloir se battre.
En entendant ses mots Tristepin se rua vers les ennemis rubilax à la main, suivit par Yugo, sauf Ruel, qui lui était aller se cacher quelque par, quand à Evangéline elle était resté en arrière pour surveiller Amalia. Puis tout à coup une voie retentie derrière la jeune cra, c était un sram.
Le sram : toi d abord.
Puis Talken apparut derrière le truand et lui dit :
Talken : Personne n a le droit de frapper ma sœur.
Puis il lui asséna un coup violent dans la tête se qui le propulsa très loin et il heurta un autre sram. Tristepin, lui de son côté avait réussi à faire fuir tout les énutrof.
Tristepin : Allez ! Ramenez vous bande de lâche.
Yugo : C est pas la peine Pinpin, l important c est que tout le monde n est rien.
Puis le jeune éliatrope se retournât vit que tout le monde allez bien mais il manquait Talken et Ruel.
Yugo : Evangéline, Amalia, vous auriez pas vus Talken et Ruel.
Evangéline : Ruel c est caché dans un buisson et Talken est juste…
Les deux filles se retournèrent, où était il donc passé ? Elle le virent à côté d un énutrof, il lui tenait le col avec une boule rouge sang dans la main.
L énutrof : Pitié, ne me fait pas de mal.
Talken *pris d un air de folie* : SOUFRE, SOUFRE, MEURT, MEURT.
Puis il enfonça sa boule d énergie dans le cœur de l ancien, le choc fut tellement grand que des éclairs sortie de sont corps. Puis Ruel lança part surprise, un coup de pelle à l enfant.
Ruel : Saleté de jeune.
Nos cinq aventuriers rejoignirent ses derniers, Yugo regarda le vieille homme, il était clamsé.

désolez pour la taille de l ècriture dess histoire mon ordi beug

0 0
Réactions 11
Score : 108
Piilastre|2009-03-18 20:54:00
Nos cinq aventuriers rejoignirent ses derniers, Yugo regarda le vieille homme, il était clamsé.[/font]


Sympa le mot de la fin XD
Bonne histoire, un peu barbare pour l'enu (amen.), j'ai vraiment adoré le mot de la fin...
"Yugo regarda le vieil homme, il était clamsé" XD ! 10/10 !!
0 0
Score : 365

[/size]

5ème partie :

Nos amis commençaient à partir du terrain de batail pour éviter de rencontrer nouveau des chasseurs de primes, Tristepin lui à son grand regret du trainer Talken, puis le ciel commença à devenir noir.
Ruel : Il vaudrait mieux que l on aille trouver un endroit pour s abriter, je pense qu’il va pleuvoir.
Puis ils se mirent à chercher un endroit pour s abriter, car quelque goutte commençait à tomber. Puis par chance alors qu’il commençait à tomber des cordes ils trouvèrent une grotte. Evangéline alluma le feu ; Pinpin lâcha Talken et Ruel regarda se qui leurs restait en vivre.

5 minute plus tard, quand tout le monde eux assez mangés, Talken se réveilla et senti une odeur de bruler. Il se leva, prit son marteau, et écrasa le feu avec.
Amalia : NON MAIS ÇA VA PAS LA TÊTE !!!
Talken : Oui je vais très bien, et puis pourquoi rester là il y à une ville tout près d ici.
Ruel : Comment s appelle-t-il ?
Talken : Le royaume Shéran Sharm.
Evangéline : Tu es incorrigible, puis elle rajouta, et puis nous somme rechercher alors comment allons nous passer une nuit inaperçu chez quelqu un
Talken : Il y a toujours maman.
Evangéline : Il est hors de question de mettre en danger la vie de maman.
Amalia : Moi je suis d accord avec ton frère, comme je pourrais enfin rencontrer ta mère.
Ruel : Ce ne serait pas plutôt pour dormir dans un bon lit douillet, hein mademoiselle la princesse.
Tout à coup Amalia rougit puis tourna la tête.
Talken : Bon moi j y vais
Yugo : Attend moi !
Tristepin : Je t accompagne.
Ruel : A ses jeunes, toujours pressé.

Tous nos amis partir en route vers le royaume, tout en priant pour que Tristepin n’attire pas trop l attention. Arriver là bas ils virent des millions d affichettes sur les quelles étaient afficher les photos de Evangéline et Amalia. Le petit groupe arriva devant une petite maison un peu écartée des autres. Le petit xélors s approcha de la porte, frappa dans la porte. Tout en criant :
Talken : Maman c est moi !!
Puis la porte se cassa, à l’intérieur, la pièce était en désordre, comme si on c était battu à l intérieur. Nos héros rentrèrent dans la maison.
Yugo : Mis qu’ est ce qui c est passé ici

[size="3"]Fin de la cinquième partie la suite une autre fois

0 0
Score : 391

Pas mal; c'est même très bien; il y à des répétition mais sinon ça va.
Ce Talken est vachement zarb'.
En tout cas bonne chance pour la suite.

0 0
Score : 365

6ème partie : L’arrestation

[/size]

yugo : Mais que c est-il passé ici ?
Talken et Evangéline n en revenait pas, leur maison venait d être saccagé dans les moindre coins et recoins, et pas de signes de leur mère. Le petit xélor entra dans la pièce, puis ramassa un bout de papier et le lit.
Talken : il y à un mot dessus.
Evangéline : Donne moi ça !
Son frère s’exécuta puis elle commença à réciter à voix haute :

« Evangéline, dame de compagnie de la princesse Amalia Sheram Sharm, comme vous venez de le constater, nous tenons en otage votre mère, si vous voulez la revoir vivante rendez nous, notre princesse et il ne lui sera fait aucun mal.

Le chef de la brigade policière du royaume »



Tristepin : Est-ce que quelqu’un pourrait m’expliquer se qu’elle vient de lire.
Ruel *d’un ton agacer* : Leur mère c est fait enlever.
Amalia : Mais comment une t’elle choses puis se produire, mon père n’est pas être fou au point de croire que je me suis fait enlever.
Evangéline : Cela ne serait pas arriver si Talken avait pas envoyé un message disants qu’un jour il t’enlèveras.
Talken : Mais ce n’était juste qu une farce, j aurais jamais penser vous vous enfuirez moi.
Ruel lui sortie de la maison et tout à coup des lances se braquèrent sur lui, le vieil énutrof recula puis dit à ses amis :
« Les amis, on à de la compagnie. »
Nos héros se retournèrent et d autres lances se mirent à coté de eux.
Yugo : Que tout le monde reste calme
Un sadidas : Rendez nous la princesse, et il ne seras fait aucun mal.
Talken : Ce n est qu un mal entendu…
Un sadidas : Toi tu te la boucle.
Talken : Je t’ai parlé sale buisson ambulant.
Le sadidas : Embarquaient-les !
Amalia : Mais attendez, ils y sont pour…
Un sadidas : Nous allons vous emmenez au château, votre père seras content de savoir que vous n’avez rien.
Amalia : Mais vous n’avez pas compris, ces personnes sont…
Le sadidas : Se sont vos kidnappeurs, alors maintenant vous montez sur votre drodinde, et vous nous suivez !
Amalia ne pouvant pas protesté du obéir au ordre de se dernier, elle voyait ses amis monté dans le chariot, les menotte au main. Au même moment Yugo demanda à ses camarades se qu’ils feraient maintenant, mais il n’eu pas réponse de. Il fallait se rendre à l évidence, cette fois si, nos héros étaient bel et bien dans un énorme pétrin, et il ne s’en sortira pas aussi facilement.

[size="3"]Fin de la sixième partie la suite une autre fois

0 0
Score : 365

1ère partie : Une bête mystique dans la nuit

[/size]

Le vent se chargeait à l’horizon, la nuit était très sombre, dans la forêt marchait un sorcier, accompagné de brigands, tous étaient cachés dans les buissons, attendant le moment propice pour passer à l’action. Puis dans l’obscurité des bois, apparu une escorte d’une dizaine de soldas entourant une jeune femme. C’est à se moment précis que le mage ordonna aux voleurs d’attaquer. Les détrousseurs se jetèrent dessus les guerriers, qui n’eu pas le temps de contre-attaquer sous l’effet de la surprise. La jeune femme, sortit une dague et tua l’un de ses ennemis. Puis elle fit partir sa dragodinde à vive allure. Laissant ses gardes du corps morts sur le sol. Elle essaya de s’échapper du carnage. Mais sans succès. Elle reçu un poignard dans le corps. Quand les assassins étaient sur le point de la détrousser, une bête gigantesque jaillit de nulle part et s’attaqua aux meurtriers. Elle mesurait un mètre soixante du sol jusqu’au garrot, un fourrure blanche comme de la neige et une crinière noire ; une queue longue de soixante centimètre don le bout finissait par une petite touffe de poils noirs. D’un seul coup de patte, elle tua tous ses opposants ; le mage, quant à lui, sortit une métaria rouge de sa poche, murmura quelque mots dans sa barbe, et d’un seul coup un souffle de feu géant fondit sur l’animal. Ce dernier, poussa un rugissement qui repoussa la flamme contre le sorcier.

« HAAAAAAAAAAA !!!!!!! cria t-il.

Le retournement des flammes avait brulé tout sur son chemin il ne restait plus rien.

La créature fit le tour du champ de bataille puis après un brève coup d’œil pour voir si il ne restait pas de survivants elle se mit à diminuer de taille, et par magie prit une forme humaine gardant les yeux jaunes sombres du monstre.

L’ensorceleur qui avait réussi à esquiver les flammes, avait assisté à toutes la scène, se mit à marmonner : "Par Rushus mais qui est cette homme, il se mit à réfléchir puis continua, un jour je percerait son mystère et ce jour là je rèussirais enfin à gagné la confiance de mon maitre."

[size="3"]Fin de la première partie, la suite une autre fois

0 0
Score : 365
2ème partie : Enastral

Cela faisait des mois que nos héros (Tristepin, Evangéline, Amalia, Ruel et Yugo) marchaient sur la route boueuse sans s’arrêter. Leur ventre criait famine et ils avaient mal aux pieds.
« Pinpin, quelle est la ville la plus proche de nous, demanda le jeune éliatrope à son ami.
_C’est Enastral, elle est à environs un kilomètre d’ici.
_Enastral ! S’écria Amalia, émerveillée.
_Tu sembles bien connaître cette ville Amalia ? Interrogea Ruel.
_Un peu que je la connais, c’est l’une des plus belles villes de ce monde.
_Et aussi la plus bizarre, souligna Eva. »

Tout le long du trajet le petit groupe resta silencieux, jusqu’à ce qu’il aperçoive une énorme tour. Quelques minutes après, ils virent une énorme ville toute blanche rayonnant de partout, le château situé sur la partie centrale de la ville était fait de marbre, les maisons étaient faites avec un bois qui ressemblait étrangement à du cristal.
« Whouaa! Mais c’est magnifique, s’exclama Yugo.
_Je ne comprends pas pourquoi cette ville serait bizard Eva, demanda Tristepin

Et c’est ainsi que toute l’équipe descendit la pente de la colline pour aller vers la grande ville, devant eux se présentait une grande porte en pierre, des cras étaient en fraction sur le chemin de ronde.
« Qui êtes vous ? demanda l’un des sentinelles.
_Nous ne sommes que de simple voyageur, qui cherchent une auberge pour passer la nuit, assura Ruel.
_C’est bon vous pouvez passer. »
Alors la porte s’ouvrit et nos héros furent surpris de voir ce qu’il y avait à l’intérieur de cette ville.

Fin de la deuxième partie la suite une autre fois.

0 0
Score : 365

Troisième partie : Le guide

[/size]

A l’intérieur d’Enastral tous les habitants étaient armés : hommes, femmes, enfants ; tous étaient au moins équipés : d’une épée, d’une lance ou d’un gourdin. Des troupes de soldats patrouillaient le long des rues.
« Mais qu’est ce qui se passe ici ? demanda Amalia qui paraissait très étonnée, d’habitude cette ville est si calme, si chaude.
_J’ai l’impression que la ville se prépare à une attaque, expliqua Eva.
_Venez voir, il y a quelque chose d’écrit là-dessus, déclara Yugo. »
Ils allèrent regarder l’affiche et virent un message expliquant que toute personne voulant sortir de la ville devra être accompagnée d’un guide.
« Je n’ai jamais vu une ville prendre autant de précaution que celle-ci en temps de guerre, confessa le vieille énutrof. »

Au bout d’un moment nos héros décidèrent qu’il valait mieux aller se reposer dans une auberge pour reprendre des forces, ils choisirent donc la plus proche d’eux, celle qui portait le nom du « meulou affamé ». A l’intérieur ils prirent place à l’une des tables libres. Quelques minutes plus tard une jeune feca vint leur apporter un plateau comportant : de la soupe, du pain et du fromage. Avant qu’elle ne parte Evangéline l’appela pour lui demander quelque chose :
« Excusez moi, mais pouvez vous nous dire ou nous pouvons trouver un bon guide pour sortir de cette ville.
_Pour sortir de quel côté ? Nord, sud, est ou ouest ?
_Nord »
La jeune femme resta figée un moment et dit :
« Il n’y a qu’un seul fou capable de traverser cette endroit, il s’appel Narglaen.
_Très bien, pouvez vous nous dire ou le trouver ?
_Quoi en pleine nuit ? Désolée de vous le dire mais Narglaen sort de la ville la nuit –et seul les dieux savent ou il va-, il va falloir attendre que le soleil se lève pour aller le voir.
_Et comment pourrons nous le reconnaître ?
_Ho! ce sera très facile, il ferait n’importe quoi pour se faire remarquer.
_Ok, merci du conseil.
La serveuse s’en alla, laissant nos amis tranquilles, des qu’ils eurent finit de manger, ils allèrent dans leurs chambres pour se coucher.

Fin de la troisième parti, la suite une autre fois

[size="3"]

0 0
Score : 414

Pas mal biggrin Un peu de fautes ( mais c'est pas grave ça =) )
La suite ?

0 0
Score : 365

Quatrième partie : Narglaen

Nos héros se levèrent de bonne heure, ils étaient frais et leur fatigue était partie. Ils ne prirent pas de petit déjeuner, mais ils firent des provisions pour la route. Ils sortirent de l’auberge et partirent à la recherche de Narglaen.

Quelques minutes plus tard nos héros n’avaient pas encore trouvé le guide.
« Mais où est ce que ce Narglaen peut il bien être ?! Protesta Amalia.
_Narglaen ? Répondit une voix, vous avez bien dit Narglaen ? »
C’était un enfant il devait avoir pas moins de dix ans, était habillé en blanc (un short et un tee-shirt) et avait une écharpe noire sur ses yeux.
« Oui petit, expliqua Ruel, tu peux nous dire où le retrouver ?
_Bien sûr en fait Narglaen c’est…
Le garçon n’eut pas le temps de finir sa phrase car une violente bagarre éclata. Et d’un seul coup un grand pandawa mis KO ses adversaires en un seul coup.
« Je crois qu’on vient de trouver ce fameux Narglaen, déclara Tristepin. »
Le petit groupe alla vers le pandawa.
« Excusez moi, vous êtes bien Narglaen ? demanda Yugo. »
Le vainqueur se retourna vers eux et leur répondit :
« Bien sur. Que puis-je faire pour vous ?
_ Nous avons besoin de vous car il parait que vous êtes le seul capable de nous guider le long de la route nord. Répliqua Amalia.
_Bien sur ma petite dame, mais d’abord il faudra…
Mais il n’eut pas le temps de finir de parler car le petit garçon de tout à l’heure était réapparut devant Narglaen.
« Comment oses-tu ? Grogna le garçon.
_Quoi ? Interrogea le guide.
_Arrête ton baratin, il serra son poing, comment oses-tu faire croire que tu es Narglaen ?
_Je ne vois pas du tout de quoi tu veux parler. »
Le petit garçon le prit par le col et lui gueula :
« Comment oses-tu faire croire que tu es Narglaen alors que c’est moi !
_Quoi ? S’éclaffèrent nos héros.
_Ecoute petit, dit Ruel, je ne crois pas que se soit le moment de…
_Toi je ne t’ai pas adressé la parole ! Vociféra le petit homme. »
Puis il envoya Ruel d’un seul coup de poing sur la muraille.
« Ha ! Ruel ! s’écria yugo.
_Maintenant à ton tour, imposteur.

Fin de la quatrième partie la suite une autre fois.

0 0
Score : 365

5ème partie : Le combat

Le vent soufflait depuis à peu près dix minutes tout le monde s’était écarté du gamin et du pandawa, ils se regardèrent en face droit dans les yeux pendant quelques minutes qui parurent une éternité. Puis l’enfant baissa le dos et disparut d’un seul coup laissant son ennemi et les spectateurs tout seuls.
« Où est il, s’écria l’imposteur. Le lâche, il a du s’enfuir !
_Ça, c’est ce que tu crois, répondit une voix derrière lui.
_Où est tu ? dit-il en se retournant.
_Ici, ou là, ainsi qu’ici, résonnaient les voix.
_Arrête ça et montre toi !
_A tes ordres. »
Puis d’un seul coup le pandawa se fit écraser au sol, et le petit homme réapparut.
« Alors on fait moins le fier maintenant. Ricana le gamin.
_Tu vas voir ce que tu vas voir. Vociféra son adversaire. »
Et il fonça vers lui tête baissée. Mais le mioche disparut une nouvelle fois et réapparut derrière son opposant et lui asséna un coup de point qui eu pour effet de l’envoyer sur un tonneau, sous l’effet de la colère le soumis fonça de nouveau vers lui mais cette fois ci il se passa quelque chose de bizarre : le môme fit sortir de la poudre blanche de ses mains et la jeta en l’air quand son ennemi se retrouva face à lui il la concentra dans ses mains, puis la plaqua susr le torse du pandawa, après cela il y eu une grande explosion.

Après cinq minutes d’attente et une fois la fumée partie, ils virent que le petit garçon était debout et son adversaire à terre, hors service. Puis le vainqueur se tourna vers nos héros et déclara :
« Le combat est terminé.
_Narglaen ? Demanda Evangéline.
_Exacte, et d’après ce que j’ai entendu vous voulez que je vous accompagne le long de la route nord ?
_Et quand y allons nous ?
_Pourquoi pas maintenant.

Fin de la cinquième partie la suite une autre fois.

0 0
Score : 365


6ème partie :

« Quoi maintenant ? s’écria Amalia.
_Bien sur, dit Narglaen ; puisque vos affaires sont prête.
_Mais on n’a même pas encore visité la ville. Expliqua Amalia.
_Ho vous savez, ces temps ci la ville n’est pas un bon lieu de visite. Une autre fois peut être.
_mais…
_Aller ! Suivez moi.
Et c’est ainsi que nos héros suivirent Narglaen jusqu’à la porte nord. Là bas, ils virent des sentinelles postés sur le chemin de ronde. Un garde voulut leur demander si ils étaient accompagnés d’un guide mais dès qu’il vit Narglaen, il demanda à ses compatriotes d’ouvrir la grande porte.
« Tiens c’est bizarre, insinua Evangéline, il aurait du nous demander si nous étions accompagnés d’un guide.
_Je suis très connu dans cette ville.

Trois heure plus tard la ville d’Enastral était hors de vu et nos héros accompagné de Narglaen voyage aient dans le silence, puis d’un seul coup leur guide fit signe de s’arrêter.
« Qu’est-ce qui se passe. Demanda Yugo. »
Mais ce dernier ne leur donna aucune réponse.
« TOUT LE MONDE A TERRE ! S’écria Narglaen. »
Puis une volée de flèche s’abattu sur eux.

Fin de la sixième partie.

0 0
Réagir à ce sujet