En poursuivant votre navigation sur ce site ou en cliquant sur la croix, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à réaliser des statistiques de visites ainsi qu'à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des publicités personnalisées et un service de chat. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies X

FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

[Les récits du Démon Brisé] Acte I - Chapitre 6 - Intouchable

Par Heldenhammer 04 Mars 2018 - 16:26:31

Face à face avec l'individu, Ilgart fut d'abord impressionné par l'aura que l'individu dégageait. L'air semblait bien plus lourd quand on s'approchait de l'homme en armure. Sans réfléchir, et voyant un de ses frères à terre, Ilgart ordonna de faire feu immédiatement. Tous levèrent leurs pistolets et fusils et tirèrent sur celui qui avait tué leur frère. Les balles fusèrent toutes vers la même cible. L'homme ne broncha pas, il leva la main droite, et toutes les balles furent stoppées net sur une barrière bleue incantée par l'homme en armure. Elles retombèrent au sol, comme coupées de leur élan meurtrier. Ilgart regarda dans les yeux le visage de l’ennemie. Venant de le remarquer, l'homme possédait une balafre qui allait de sa joue gauche jusqu'au milieu du front, passant entre son nez et son œil. Cette balafre se mit à briller de la même couleur que ses yeux, un bleu azur.


Les roublards, pris de rage continuaient de tirer sur le mystérieux personnage mais le résultat était le même. Ilgart regardait toujours l'individu, puis cette fois, c'était sa main gauche qui brillait. Levant son bras, et dirigeant sa paume vers l'avant, un cercle, aligné avec la main, était apparu devant le balafré. Aussitôt Ilgart ordonna de reculer, mais les roublards semblaient coincés dans leur frénésie et épuisaient toutes leurs balles. La lance de wakfu disparu, libérant la main droite de l'individu, puis un second cercle apparu. Un battement de cœur plus tard, le cercle droit fusionna avec le cercle gauche, et libéra un puissant rayon de wakfu qui fit disparaître sept roublards sur le coup.


Les autres, voyant la situation dégénérer, se ravisèrent, et commencèrent à courir, Ilgart en tête. L'homme sorti de la salle, presque instantanément, leva sa main vers le fond du couloir. Les roublards continuaient de courir vers la cage d'escalier pour remonter et déguerpir d'ici au plus vite. Soudain, on voyait les rainures des murs commencer à se remplir d'une jauge bleue, puis ils s'animèrent, resserrant le couloir et bloquant petit à petit la sortie vers l'escalier. L'homme continuait d'observer les roublards, il se concentra sur les murs. Le groupe se mit à sprinter, mais sur les neuf restants, seul cinq purent passer. L'un des roublards frappait sur le mur, côté extérieur et hurlait, voulant essayer de sauver ses frères. On entendit de l'autre côté des cris, puis un souffle puissant, des coups de feu qui se soldèrent par des râles d'agonie. Ilgart ravisa les mercenaires restants, leur disant qu'il fallait sauver leurs peaux et dégager de cet endroit maudit.


L'Eliatrope venait de tuer les quatre intrus qui eurent le malheur de ne pas avoir passé la porte. Dés-incantant sa lame de wakfu, il se concentrait pour aller arrêter les autres et surtout pour refermer le portail dimensionnel. Une question taraudait son esprit, comment sont-ils arrivés ici ? Peu importe, personne ne doit connaître l'emplacement du souvenir de l'Erchos, et il ne pouvait faire confiance à personne. Avant d'invoquer le portail, il sentait qu'il y en avait d'autre qui étaient entrés dans sa dimension. Il se focalisa sur la source des bruits, puis en un battement de cil, il quitta le couloir où gisaient les cadavres.


Piracle agonisait. Il sentait une vive douleur au niveau de son crâne. On pourrait décrire son état d'esprit comme s'il avait eu la « pire cuite qu'il ait jamais senti ». Il sentait son sang couler sur sa peau. Incapable de parler, il regarda le bouclier Arkhanique, le bouclier du troisième. Il était là, à portée de main, et il avait échoué. Dans son esprit, il repensait à la raison pour laquelle il était venu ici. Le troisième l'avait appelé car il était le seul à pouvoir l'aider, il était le plus proche du but. Malheureusement, le destin semblait avoir choisi une toute autre voie. Piracle ferma son œil valide, tenta de lever sa main vers le bouclier mais son bras restait collé au sol. L'ex-chef archaologue soupira une dernière fois, avant que son nom ne soit à jamais oublié.


Quand le gardien de la dimension arriva vers l'endroit qui avait attiré son attention, il comprit immédiatement le danger qui s'approchait. Il voyait un pilier de création qui commençait à se distordre, la jeune dimension créée par un individu voyait son équilibre rompu et sa destruction était inévitable. La partie de l'Erchos allait ressentir le chaos qui sera produit par l'explosion titanesque. L'Eliatrope se concentra sur sa dimension, et la plia à sa volonté afin de la consolider. Le choc allait être violent, et le souvenir de l'Erchos risquait de s'effondrer à son tour.

Le groupe de roublards courrait vers le portail de sortie le plus vite possible, terrifié par l'individu en armure. Certains courraient jusqu'à cracher leurs poumons, mais lorsque les mercenaires arrivèrent près du portail, trois silhouettes étaient présentes. Ces hommes – s'ils en étaient – semblait entièrement noir, un noir tellement sombre que même au plus profond des ténèbres, on aurait pu distinguer les corps. Les yeux de ces entités étaient blancs et des particules émanaient des orifices oculaires. Tous étaient armés d'une épée. Cette vision terrifia encore plus les roublards, mais ce n'était pas l'apparence qui les effrayaient, mais un fredonnement. Les personnages fredonnaient une mélodie à glacer le sang. Ils ne semblaient pas avoir vu le groupe d'Ilgart, malgré les bruits de pas. Les roublards n'auraient pas fait attention à ces mystérieux individus s'ils n'étaient pas devant le portail. Des questions émergèrent dans l'esprit d'Ilgart parmi la rage, la tristesse et la peur. Qui étaient ces personnes ? Que font-elles ici ? Sont-elles aussi dangereuses que l'autre en blanc ? Ces questions restèrent sans réponse pour l'instant. Il fallait partir d'ici, mais ces enflures restaient ici comme des gardes. Il allait falloir un plan.


Des dizaines de minutes plus tard, restés à couvert, les roublards restant avaient repris leur souffle, avaient rechargés leurs armes et fait une barricade. Comme à Sufokia. Cette fois en revanche, ils ne se feraient pas surprendre par un Iop qui sort de nul part. Des bombes étaient prêtes à être amorcées et utilisées. Puis tous prirent en joug les ombres, puis quand Ilgart donna l'ordre, tous tirèrent sur une cible. Cette dernière succomba sous le feu des roublards. Maintenant repérés, l'une des ombres se dirigea vers la barricade, pendant que la seconde restait à côté du corps inanimé de son congénère. Ilgart pris son fusil, visa la tête de l'ombre qui s'approchait. La précision était chirurgicale et aurait explosé le crâne de l’ennemie, mais, d'un coup d'épée, la balle fut déviée et l'ombre continuait d'avancer. Ilgart avait cependant prévu le coup, cette ombre ne pouvait donc pas être touchée par un coup qu'elle voit, mais s'il vient de nulle part ? Ilgart pris son pistolet et attendit que l'ombre s'approche d'un point précis. Quand elle fut à un mètre, Ilgart tira sur un tas de livre dans lequel une bombe était camouflée. L'explosion souffla l'ombre qui s'effondra au sol. Cependant, la dernière ombre, restée en arrière, avait relevé la première ombre abattue par les roublards.
« Bon les gars, ça risque d'être un poil plus compliqué que prévu »


L'ombre qui s’était relevée, leva sa main vers un roublard sur la barricade. Un battement de cœur plus tard, l'ombre s'infiltra dans le sol, y glissa en direction de la barricade, avant de surgir derrière un tireur et trancha net sa tête. Ilgart, voyant la menace proche, sorti son épée et engagea le combat avec l'ombre. Au même moment un roublard terrifié se mit à courir le plus vite possible vers le portail. Il fut intercepté par le déchu à terre et ce dernier asséna un terrible coup de poignard dans l'épaule gauche. Puis, une première impulsion résonna dans tout le site, déstabilisant les combattants. Une seconde se déclencha à peine quelque seconde plus tard, celle-ci fit tomber les ombres. Une troisième, bien plus puissante que les autres fit saigner du nez les roublards et immobilisa les déchus, mais le portail commençait cependant à se refermer lui aussi. Les trois personnes restantes étaient un artilleur, un mercenaire et Ilgart. 

« Courrez tous vers le portail vite ! Les roublards coururent vers le portail, mais l'un d'entre eux se fit attraper par la jambe. Une ombre semblait encore vivante. Ilgart rebroussa chemin pour aller sauver son frère. Animé par une détermination sans précédent, il asséna un coup si violent qu'il trancha le bras de l'ombre. Cette dernière se mit à hurler de rage et de douleur.
-T'arrête pas et cours ! Hurla Ilgart, mais voyant que l'artilleur était blessé à la jambe, il prit son épaule et l'aida à aller à la porte dimensionnelle. Voyant le portail se refermer, le maître artilleur y lança le blessé au dernier moment. Le vortex se referma devant le dernier roublard. Ilgart tomba, maudissant l'ouvrage qui le fit amener jusqu'ici, dans cet endroit désolé. Il entendit soudain un coup de vent derrière lui. Ilgart se retourna, puis une main le pris au coup, le levant et le plaquant contre un pilier. C'était l'eliatrope.


« JE VEUX DES RÉPONSES, D’OÙ SORTEZ VOUS ? La voix de l'homme en armure résonnait dans la tête d'Ilgart, ce qui ne manqua pas d'impressionner et de terrifier le maître artilleur
-On viens juste d'un autre groupe, on-on avait trouvé un portail et-et on a sauté dedans pour…
-AINSI TA PITOYABLE IDÉE AURA CONDUIT A LA MORT DE DIX-NEUF DE TES CONGÉNÈRES. VA DIRECTEMENT AU BUT, QUE VOULIEZ VOUS FAIRE AVEC LE BOUCLIER ? La main de l'individu se mit à chauffer, et ses yeux se mirent à briller du même bleu azur.
-On voulait rien voler ! On voulait explorer voir ce qu'il y avait au-delà du portail ! Plus Ilgart parlait, plus sa voix devenait fébrile sous la peur.
-QUI L'A OUVERT ? RÉPOND !
-On sait paaas ! On-on avait vu un groupe de fanatique qui semblait porter une sorte de culte, on a essayé de les abattre avant d'entrer, mais ils ont sauté, on n'est même pas avec eux ! L'eliatrope leva sa main libre, la dirigeant à bout portant de la tête de l'intrus. Puis elle s'illumina. Ilgart fonda en larme
-NOOON, JE VOUS EN SUPPLIE ARRÊTEZ ! La main toucha le crâne d'Ilgart, ce dernier senti une brûlure indescriptible mais ne hurla point. Il revoyait des images de ce qui vennait de se passer aujourd'hui du point de vu de tous ceux qui étaient morts. Il ressenti chaques blessures, chaques émotions et chaques sensations. Lorsque l'eliatrope relâcha sa main et libéra l'intrus, Ilgart restait au sol, pensant aux moindres détails de ce qui venait de se passer. L'eliatrope s'apprêtait à parler quand un écho retenti derrière lui. Il y avait une autre figure qui était présente, une figure humanoïde. Quand un corps fut visible, Sarthoraël resta sur ses gardes. Il s'agissait d'un homme à la peau écailleuse entièrement violette, parfois faite de métal. L'entité tenait un bouclier dans sa main gauche et une épée encore dans sons fourreaux à la ceinture. Cette même personne leva la main droite, puis des filins aussi noirs que les ombres tuées en sortirent.

« Et les déchus s'élevèrent de nouveaux... »

0 0
Réagir à ce sujet