FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

[Récit] Voyage à Sufokia l'engloutie

Par Cheebooger 11 Février 2016 - 23:55:49
Réactions 23
Score : 245

Coucou ! (Je m'améliore en salutations, non ?^^') ... Tout le monde connaît mes messages répétitifs, mais franchement, je suis en réel manque d'inspiration... Bref, j'adore, je me demande comment Sekto veut les trouver, ses alliés, et vivement la
suite !^^

'Ki, le manque d'inspiration incarné

0 0
Score : 3

Bonjour,
J'espère que la suite arrive très prochainement car ton histoire est tellement bien construite qu'on pourrait même penser à une histoire officielle que les écrivains d'ankama mettent des mois à écire (en 3 ans 3 manga c'est pas foufou hein ^^).
Sinon l'orthographe parfaite et l'histoire est très entraînante avec une suite logique des chapitres. biggrin
Valentin.

0 0
Score : 169

[HRP]Merci pour vos messages, je puise ma motivation dans votre soutien amis lecteurs ! Désolé pour le délai inhabituellement long de parution pour ce chapitre, j'ai passé beaucoup de temps à chercher comment raccorder ce qui a été raconté avec la fin que j'ai prévu.

La fin du récit approche, j'espère qu'elle vous plaira.[/HRP]

Chapitre 8 : La famille royale


Sekto avançait dans les interminables couloirs au pas de course derrière Naya, experte dans son rôle d'éclaireuse. La steameuse progressait sans bruit et repérait de loin les patrouilleurs, se faufilait dans les ombres de la tuyauterie au plafond pour espionner les allers et venues aux intersections et changeait de voie lorsqu'elle et son compagnon risquaient de se faire repérer. Sekto dû reconnaître que son amie apportait une aide cruciale dans leur infiltration : sans elle, l'artisan aurait été découvert à plusieurs reprises. Durant la traversée d'un long corridor désert Naya réduisit son allure pour laisser Sekto arriver à sa hauteur.

"Je n'aime pas ton plan" maugréa la steameuse, maussade.

"Tu n'aimes jamais mes plans" répondit Sekto en soupirant.

"Celui-là ferme notre unique porte de sortie, et a toutes les chances de nous faire tuer !" couina Naya.

"Fuir ne ferait que retarder notre perte. Tôt ou tard, les armées des mers affronteront celles de la surface et nous serons piégés dans un conflit."

Sekto s'arrêta à une intersection et hésita quant à la direction à prendre. Sans réfléchir un instant Naya pris le couloir de gauche, comme guidée par des souvenirs résurgents. L'artisan se mit à la suivre sans poser de questions : la steameuse avait déjà prouvé qu'elle connaissait les lieux et qu'elle possédait un bon sens de l'orientation.

"Nous pourrions nous enfuir tous les deux loin de Sufokia, dans un endroit isolé." dit Naya, songeuse. "A Amakna par exemple, on pourrait s'y installer et ouvrir une échoppe. Je volerais à travers le pays pour vanter tes créations... les clients arriveraient par centaines !"

"Non. Lorsque le général aura compris qui je suis il lancera ses troupes à notre recherche. On ne sera à l'abri nulle part, notre seule chance c'est de l'arrêter."

Naya se retint de protester et s'arrêta au bout du couloir qui semblait s'ouvrir sur une salle par la droite ; Sekto conclut qu'il y avait du danger et se plaqua contre un mur avant de risquer un regard. Le corridor débouchait sur un vaste dôme, au plafond de verre, où quelques Nays étaient présents : un groupe faisait une ronde en partant dans la direction opposée à la cachette des deux fugitifs et deux gardes postés devant l'une des nombreuses portes de cellules qui ponctuaient un large mur.

"C'est ici qu'est emprisonnée la famille royale" murmura Naya.

"Comment peux-tu en être sûre ?" demanda Sekto à voix basse.

"Nous sommes dans l'aile des prisonniers humains, qui ne sont plus très nombreux à présents. Ils ont dû être regroupés dans quelques salles aménagées spécialement pour eux."

Une seule cellule était gardée : deux nays lourdement armés étaient postés devant. Si le roi et sa cour étaient enfermés, ce devait être derrière cette porte.

"Le groupe en patrouille vient de prendre un couloir à l'autre extrémité de la salle" fit remarquer Sekto. "C'est notre chance !"

Les deux steamers attendirent jusqu'à ce qu'ils estimèrent que les patrouilleurs fussent suffisamment éloignés de la grande salle avant de passer à l'action. Naya s'engagea dans le dôme et se dirigea vers le plafond de verre. La salle était éclairée par une myriade de petits poissons luminescents qui nageaient tout autour de l'édifice marin. De temps en temps une anguille gigantesque fendait un banc de poissons lumineux et venait glisser le long de la paroi de verre comme s'il cherchait à pénétrer dans la ville des steamers. Lorsque l'énorme prédateur faisait fuir les poissons-lumière cela projetait des ombres dans le dôme. Avec une habileté étonnante Naya se faufilait dans les ombres, comme si elle pouvait lire à l'avance les mouvements de l'anguille, et progressa très vite jusqu'à atteindre un conduit de ventilation au-dessous duquel les deux gardes surveillaient les alentours. Comme espéré les nays, ne pouvant reproduire uniquement les gestes appris, se contentait de surveiller ce qui se passait au sol : le vol furtif de Naya avait passé inaperçu.

La steameuse gazouilla, imitation convaincante d'un chant de colibri. Les deux gardes se tournèrent vers Naya.

"Intrus ?" demanda le premier garde.

"Animal. A capturer. A ramener aux technomages." répondit le deuxième.

Pendant que les deux gardes s'armaient du même genre d'armes électriques qui avaient assommé Sekto lors de sa fuite dans la cité sous-marine l'artisan s'approcha prudemment d'eux. Focalisé sur l'oiseau-steameuse le premier garde tira en direction de Naya qui esquiva sans peine le projectile. Sekto s'élança vers le deuxième garde, celui-ci se tourna vers l'artisan :

"Intrus ! A éliminer !" déclara le deuxième nay.

Le garde voulut dégainer son arme à stasis mais Sekto fut plus rapide et déchargea une salve mortelle qui détacha la tête de l'automate. Le premier garde braqua son taser vers le steamer mais Naya désarma le garde avant de s'enfuir dans un conduit en hauteur. Sekto profita de la confusion du dernier adversaire pour l'abattre sans attendre.

Deux carcasses fumantes gisaient à terre. Sekto enjamba le corps d'un des garde et observa le boîtier lumineux connecté à la porte.

"Je suppose qu'on ne pourra pas ouvrir cette porte poliment n'est-ce pas ?" demanda l'artisan.

"J'ai essayé tous les codes que je connaissais" avoua Naya, amère.

"Il ne reste plus qu'à employer une méthode moins douce dans ce cas."

Sekto posa une main sur le boîtier. Sans en avoir le moindre le souvenir, l'artisan était persuadé de connaître le fonctionnement précis du système qui permettait d'ouvrir et fermer les portes de cette cellule. Des schémas se matérialisait dans son esprit, il percevait les rouages, les fils et les ressorts.

"Je sais comment ouvrir cette porte, mais ça prendra un peu de temps."

Sekto fit apparaître une orbe de feu dans la paume de sa main. Par la force de son esprit, il modela l'orbe pour qu'elle devienne une langue de feu bleutée. La flamme, véritable concentré de puissance et de précision, mordit dans l'acier du boîtier qui ne tarda pas à blanchir et se tordre.

"Il n'y a plus qu'à espérer que les hommes du général soit suffisamment aveugles pour n'avoir pas remarqué ton absence et sourds pour ne pas entendre le barouf que tu fais" fit remarquer Naya, ironique.

"Ou juste suffisamment lents pour me permettre d'ouvrir cette porte avant qu'ils nous tombent dessus" répondit Sekto d'une voix sereine.

Une plaque de métal se détacha, révélant l'intérieur du boîtier composé d'un grand nombre de rouages cliquetants et de fils de cuivre entremêlés.

"Xelor lui-même n'aurait pu imaginer un truc pareil !" murmura la steameuse, stupéfaite.

L'artisan tira sur quelques câbles pour les détacher et refit les soudures, changeant les connexions initiales. La porte s'ouvrit dans une épaisse gerbe de vapeur tiède.

"Ce que les steamers n'ont pas inventé, ils le perfectionnent." déclara Sekto avec une pointe de fierté dans la voix. "Avec de la vapeur en plus."

Le brouillard créé lors de l'ouverture de la porte commençait à se dissiper. Les deux steamers patientaient sur le seuil de la porte en essayant de distinguer les formes qui se découpaient dans la brume. Soudain les contours d'un objet volumineux surgirent : une casserole, lancée avec force, passa entre les deux compagnons et alla rebondir sur le sol de la salle au dôme.

"On dirait que nos alliés ne sont pas enthousiastes à l'idée de nous rencontrer" fit remarquer Naya.

"Et ils ne te connaissent pas encore, ça ne risque pas de s'améliorer" répliqua Sekto, taquin.

D'autres objets furent lancés en direction de l'artisan, accompagnés de grognements et d'injures. La brume finit par se dissiper, révélant la présence d'une femme séduisante d'une trentaine d'années. La jeune femme avait l'allure altière et tout en elle reflétait l'élégance et la richesse. Elle avait les traits caractéristiques de la famille royale : les traits fins, de longs cheveux d'un blanc de neige et des yeux gris tirant sur le jaune. Sekto l'identifia comme étant probablement la reine.

"Maudit soyez-vous, machines infernales !" proféra la dame. "Vous n'aurez pas mon fils !"

L'avertissement fut accompagné d'un rouleau à pâtisserie, lancé avec plus de précision que les précédents projectiles. Le rouleau rebondit sur la tête de Sekto qui émit le son d'une cloche frappée par un marteau.

"Calmez-vous madame, nous sommes venus vous délivrer." déclara Sekto tout en massant du bout des doigts le creux qu'avait laissé le royal rouleau sur son crâne : la reine lui avait causé plus de dommage que l'ensemble des hommes du général. Une femme définitivement redoutable.

"Ah je devrais vous croire sur parole ? N'est-ce pas une ruse du général pour nous faire sortir sans résistance ?" répliqua la reine, les mains sur les hanches, avec un air de défi.

L'artisan ne pouvait qu'admettre que sa majesté avait du cran et se demanda si la cellule n'était pas une prison gardée par des nays mais une forteresse imprenable défendue par une créature capable de faire frémir même les dragons élémentaires.

"Je viens avec l'aide de mon amie ici présente de vous débarrasser des deux gardes qui étaient postés là" expliqua Sekto. "Nous sommes contre le général."

Comme pour approuver ce que Sekto venait de dire la tête d'un des nays émit une gerbe d'étincelles.

"Je croyais que le général avait lavé le cerveau de tous les steamers. Depuis quand ses machines s'entretuent ?" Demanda la reine en fronçant les sourcils.

Avant que Sekto puisse répondre un enfant âgé tout au plus de dix ans se détacha de la pénombre et vint agripper la jambe de la reine.

"Maman les machines elles viennent nous sauver ?" Dit-il avec de grands yeux.

"Adale ! Retournes te cacher, c'est dangereux ici !" fit sa majesté, irritée et anxieuse.

"Le prince Adale n'a rien à craindre, tout comme vous" déclara Sekto d'un ton qui se voulait rassurant. "Je ne suis pas un steamer aux ordres de Six-Céronne. Je viens de la surface, j'ai été mandaté par le gouverneur de Sufokia afin d'empêcher une guerre de déchirer nos nations respectives."

"Le monde en surface est au courant des troubles qui se produisent ici ? Ainsi ma messagère est parvenue à atteindre la surface." Dit la reine, visiblement soulagée.

"Oui ma reine, et je suis revenue vous aider" déclara Naya.

La reine fut d'abord surprise d'entendre l'oiseau parler, puis parut horrifiée en apprenant la nouvelle que Naya venait de lui délivrer.

"Vous !" Dit-elle en s'adressant à Naya. "Vous n'auriez jamais dû revenir ici ! S'il vous reconnait ce serait une catastrophe !"

Avant que Sekto pu répondre il perçut le bruit inquiétant d'une armée de pieds métalliques foulant le sol du dôme : un flot de nays se déversait dans la salle au plafond de verre par tous les accès. Ainsi l'évasion de Sekto n'avait pas trompé les habitants des mers. Les Nays se déployèrent en rangs impeccables, leur masse ordonnée noyant les espoirs de l'artisan plus surement que si le dôme s'était effondré.

Les rangs de nays se fendirent en leur centre, formant une allée de laquelle jaillirent la demi douzaines de soldats steamers les plus dangereux que Sekto ai pu observer de toute son existence. L'élite de l'armée du général vint se positionner au premier rang dans la salle, précédent l'arrivée d'un colosse qui se détacha du contingent pour aller se placer au centre de la pièce. Sekto reconnut l'individu sans aucune difficulté.

"Bonjour général" déclara Sekto.

"Bonjour monsieur Sekto" répondit Six-Céronne avec un ton presque aimable. "Je crains que nous ayons sous-estimé vos capacités... dois-je continuer à vous appeler monsieur l'ambassadeur ou bien dois-je vous appeler mon créateur ?"

0 0
Score : 245

... Que dire ? Hum, je dois commencer par crier de façon complètement stupide que j'adore, ou bien par saluer ? Je choisis la 1ère option. ... Trop tard, en fait, j'ai déjà écrit un truc... (Bon, je vais me calmer avec mes points de suspension ?!) Doooonc, j'ai déjà tout dit, je crois. ... (?!) Ou pas. Coucou, je m'excuse pour ce début de message absoooolument stupide, super histoire, et j'ai l'impression d'avoir oublié de dire un truc... (Les points de suspension se mettent tous seuls, ou quoi ?!) Bah, ça me reviendra.

'Ki (Au moins, j'ai pensé à mettre ça...)

0 0
Réagir à ce sujet