FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

[Récit] Voyage à Sufokia l'engloutie

Par Cheebooger 11 Février 2016 - 23:55:49
Prologue

C'était un mauvais jour pour la pêche.

D'ordinaire les ruines a demi immergées du temple d'Oktapodas offraient un coin privilégié pour attraper anguilles et dragocarpes mais étrangement Quinnouille l'apprenti pêcheur ne faisait aucune prise ce jour là. Le jeune garçon se rappelait avoir vu Groubil ramener un plein seau d'esturgeons d'un peu plus loin sur les rivages ; à défaut de rentrer avec de belles prises il était toujours possible à Quinnouille de suivre l'exemple de son collègue fortuné, quitte à ne ramener chez lui que du petit poisson et à en faire de la friture.

Quinnouille remontait sa ligne lorsque celle-ci se tendit brusquement, et avec force. Sous l'effet de la surprise le petit pêcheur lâcha la canne qui disparut dans des eaux soudainement bouillonnantes et obscurcies par l'imposante silhouette d'une créature qui remontait à la surface.

L'apprenti pêcheur se protégea le visage de ses maigres bras lorsqu'une vague l'éclaboussa, une onde semblable à celle qu'aurait fait une baleine remontée à l'air libre pour prendre une bouffée d'oxygène. La vague disparue révéla ce que sembla être à Quinnouille une immense grenouille de métal faite de fer cuivrée et d'yeux en verre, chacun aussi gros que sa tête.

Tel un batracien ouvrant une gueule géante une entrée s'ouvra à l'avant de l'appareil, un panache de fumée blanche s'en échappa. Assis par terre les mains tremblantes Quinnouille observa bouche bée une silhouette humaine émerger en titubant de la carcasse fumante. La fumée se dissipa, révélant la nature de l'être qu'elle dissimulait : une machine humanoïde aux yeux violets luminescents, faites de plaques cuivrées et d'articulations cliquetantes.

Quinnouille compris qu'il était en présence d'un steamer, mais d'une drôle de sorte, car celui-ci semblait plus rustique que ceux qu'il avait croisé. Ce spécimen là était de manufacture grossière, ses pas étaient saccadés et ses gestes brusques. Sa jambe gauche était noircie au niveau du genou, probable stigmate d'un dommage causé par un projectile brûlant.

Le steamer s'écroula à terre. Aussitôt Quinnouille se précipita à sa rencontre et ne sachant que faire pour porter secours à un être de métal, posa sa main sur la tête du steamer, dans l'espoir saugrenu de le réveiller. Avec lenteur la machine humanoïde saisit le poignet de l'enfant en le fixant de ses yeux surnaturels.

"Les machines sont en marche, Sufokia doit disparaître..."

Et doucement, le steamer relâcha son étreinte et s'éteignit.
0 0
Réactions 23
Score : 245

Bonjour !

Alors, j'allais dire que je n'avais qu'une chose à dire, mais c'est faux.
Premièrement, wow. Génial. Ce n'est pas le genre de trucs que je lis habituellement, mais j'avoue que ça me donne envie de lire la suite.
Ensuite, heu... En fait j'ai dit tout ce que voulais dire^^''. Donc continue, c'est déjà trop bien !

'Lia

0 0
Score : 169

[HRP]ça me fait très plaisir ton message ^^ Je vais pouvoir écrire en essayant de te faire dire wow encore une fois si possiblesmile !

J'en profite pour faire un peu de pub éhontée sur autre histoire que j'ai commencé à publier intitulée Le forestier qui dissimulait le chocolat des boos, il y manque le dernier chapitre, que j'enverrais après un message de soutien dans cet autre topic ^^' Pour la petite histoire cet autre texte à été écrit à partir d'un titre généré aléatoirement ; c'est très drôle de s'imposer ce genre de contraintes ! [/HRP]

Chapitre 1 : L'âme des steamer

Quelques gardes bourrus escortaient sans ménagement un artisan steamer chez le gouverneur de Sufokia. L'homme mécanique avait été interrompu pendant son travail, n'avait reçu aucune explication quant à son enlèvement et n'avait découvert sa destination que sur la fin du voyage.

Une escorte réduite à deux hommes armés pénétrèrent dans le palais, poussant et tirant le steamer sans délicatesse. L'artisan appréhendait la suite des évènements, en général une entrevue au palais du gouverneur signifiait être mêlé à des affaires de haute importance et aux conséquences souvent fâcheuses. Son absence totale de connaissance par rapport à sa présence en ces lieux renforçait son angoisse, peut-être ne lui avait-on rien dit pour éviter que le steamer soit tenté de s'enfuir.

Au fond d'un long couloir au sol lustré et richement tapissé deux soldat d'élite ouvrirent une double porte finement ouvragé pour laisser entrer l'escorte dans un bureau majestueux et décoré selon les goûts de la haute société sufokienne. Des sculptures évoquant des êtres mi-poissons mi-humains ressortaient des murs en portant des chandelles et encadraient des tapisseries luxueuses. Dans la partie centrale de la salle le sol se découpait en un disque en verre qui laissait entrapercevoir la faune marine qui vivait sous le palais.

Le gouverneur Kailo siégeait derrière un bureau imposant, la mine anxieuse il tenait encore à la main une plume trempée d'encre, signe qu'il avait été interrompu dans l'écriture d'une missive que le steamer supposait suffisamment confidentielle pour ne pas la faire rédiger par un scribe.

"C'est vous l'artisan qui fabriquez des steamers ?" demanda abruptement le gouverneur.

"Je construis des réceptacles pour accueillir des âmes humaines, et depuis récemment je confectionne également des modèles supportant les âmes animales." répondit sobrement le steamer. Il était préférable de ne pas en dire trop.

"Bien mais êtes vous capable de transférer une âme ?" s'empressa de dire le gouverneur, avec une pointe d'impatience dans la voix.

Ainsi, l'homme avait connaissance du secret relatif au transfert, il était donc inutile de le cacher.

"Ce n'est pas ma spécialité, le transfert est autant une science qu'un art mais j'en ai appris les rudiments auprès d'un grand maître" répondit le steamer à contrecœur, redoutant le genre de demande qui pouvait suivre une telle déclaration.

Le gouverneur esquissa un sourire.

"J'ai entendu dire que vous connaissiez très bien votre affaire, vous seriez même l'un des meilleurs dans votre domaine" dit le gouverneur en se levant de son siège. "Vous êtes modeste. J'apprécie, les hommes modestes savent se montrer discrets et aujourd'hui, c'est avant tout de discrétion dont nous avons besoin. Comment puis-je vous appeler ?"

"Je suis honoré par vos compliments, gouverneur Kailo" répondit le steamer avec une voix sans enthousiasme. "Appelez moi Sekto"

Le gouverneur s'approcha de Sekto, les mains jointes derrière le dos. "Êtes-vous capable de garder un secret monsieur Sekto... Un secret de la plus haute importance ?"

"En effet, j'en suis capable." répondit Sekto qui n'avait pas l'impression d'avoir vraiment le choix quant à la réponse à formuler, cela l'aurait étonné si en répondant le contraire on l'eut laisser partir comme s'ils s'étaient bêtement trompé sur son compte.

"Bien, très bien, alors suivez-moi" dit Kailo d'un ton mielleux tout en entraînant calmement le steamer vers une pièce juxtaposée au bureau du gouverneur. "Monsieur Sekto vous devez trouver nos manières bien peu convenables mais croyez moi, lorsque vous saurez tout de ce qui vous amène ici vous comprendrez. Lorsque que vous sortirez d'ici, ce sera les poches alourdies d'or et seulement contraint de garder pour vous tout ce que vous verrez et entendrez ici."

"Je n'aspire qu'à une vie tranquille loin des complications, vos secrets seront bien gardés." dit Sekto alors qu'il entrait dans une pièce sans fenêtre qui devait servir habituellement de réserve.

Au centre de la pièce était étendu sur une table le corps d'un steamer de qualité médiocre. Les pièces qui le composaient étaient grossières et les articulations visiblement raides. Un des genoux semblait avoir essuyé un tir produit par une arme de fabrication steamer.

"Un gamin l'a trouvé parmi les ruines du temple d'Oktapodas, sortant d'un genre de sous-marin." dit Kailo avant de désigner le genou noirci du steamer abîmé "Il a fait quelques pas sur la terre ferme avant de tomber, probablement trop esquinté. Le véhicule est lui aussi très abîmé, il a dû avoir une sorte de panne pendant son voyage et est remonté en surface par obligation, mais ça ne l'a pas amené très loin."

"Ce n'est pas une blessure accidentelle" répondit Sekto "On lui a tiré dessus mais d'où il était il a pu atteindre le sous-marin, sans doute endommagé pendant sa fuite."

"Le gamin l'a entendu parler avant qu'il s'éteigne, le steamer mourant parlait de machines en marche et de Sufokia qui doit disparaître. On prend cette menace très au sérieux." Dit le gouverneur tout en observant Sekto qui auscultait le corps inanimé.

L'artisan découvrit une trappe au niveau de la poitrine et l'ouvrit, révélant une cache contenant un petit cristal qui dégageait une vapeur violette. Sekto le pris délicatement.

"C'est dans ce cristal que vous mettez les âmes de steamers ?" demanda un Kailo fasciné.

"C'est un cristal de stasili, correctement travaillé on en fait un réceptacle pour une âme humaine ou animale. Celle-ci a commencé à s'évaporer, il n'en reste désormais qu'une partie du cristal d'origine."

"S'évaporer ? Vous voulez dire quoi ? Qu'il est en train de mourir ?"

"En effet" reprit Sekto "Lorsqu'un cristal s'épuise il finit pas se désintégrer dans l'air, l'âme contenue à l'intérieur se voit donc libérée de son existence terrestre..."

"A moins d'effectuer un transfert." dit le gouverneur en interrompant l'artisan. "C'est pourquoi nous avons besoin de vous en ce moment : ce cristal contient l'âme et les souvenirs d'une personne qui peut nous renseigner sur les menaces qui planent sur notre nation. Nous devons absolument et par tous les moyens faire parler le cristal."

"le transfert est une opération délicate et complexe, qui s'effectue bien avant que le cristal s'amenuise. Celui-ci est déjà bien diminué, une partie de ce qui était la personne enfermée dedans n'est plus. Vouloir transférer un tel être serait donner vie à une créature déchirée et inachevée, et vous n'auriez même pas la garantie qu'elle ai conservée ses souvenirs."

"Nous n'avons pas le choix, donc vous non plus" répondit Kailo d'un air grave. "S'il y a la moindre chance de faire parler le steamer, nous devons la saisir. Transférez-le au plus vite !"

Sekto chercha les mots pour raisonner le gouverneur :

"Ce n'est pas aussi simple. Je ne peux pas transférer ce qui reste de ce cristal dans un autre de taille ordinaire pour une âme humaine, ce serait vouloir subitement déplacer une personne d'une petite pièce vers un désert immense. L'âme serait perdue à jamais dans cette étendue sans fin. Le reste de cristal dont nous disposons ne permettra pas d'animer un corps humanoïde."

"Eh bien transférez-le dans un cristal plus modeste" répondit Kailo avec empressement "Vous devez bien avoir un réceptacle de petite taille dans votre atelier non ? Faites un transfert dans un piou mécanique si c'est nécessaire !"

"Ce serait contre nature" répondit Sekto, outragé.

"La survie de la nation passe malheureusement de temps en temps par l'accomplissement d'un acte contre nature monsieur Sekto, vous le sauriez si vous deveniez gouverneur. Sachez que vos services seront généreusement récompensées mais par contre, votre éventuel refus nous obligerait à prendre des mesures désagréables contre vous."

Sans surprises, le gouverneur venait clairement de menacer l'artisan.

"Je ferais de mon mieux pour récupérer de ce cristal ce qui peut l'être, mais je vous l'annonce, je n'assumerais aucune des conséquences possibles d'un tel acte."

0 0
Score : 245

On a commandé un ''wow'' ? Me voilà ! Donc, commençons par le commencement :
Wow !wink Eh ben, super ! Bon vocabulaire et surtout, SURTOUT, pas de fautes d'orthographe ! Le bonheur ! (Je tiens à préciser que je dois être l'une des plus maniaques de l'orthographe au monde.) Et finissons par la fin : Vivement la suite !smile

'Lia

0 0
Score : 169

[HRP]Je suis ravi d'avoir une spécialiste de l'orthographe comme lectrice ^^[/HRP]

Chapitre 2 : Naya

Les hommes de Kailo installèrent dans le palais tout le matériel pour procéder au transfert, l'intervention devait se dérouler dans la plus grande discrétion. Sekto fut amené dans un local à peine plus vaste que la réserve, aménagé une véritable salle d'opération. Le steamer sélectionna parmi les réceptacles disponibles celui d'un colibri mécanique fait d'argent et de plumes en lamelles vert-dorées ; ce petit bijou d'art et de technique était à l'origine une commande destinée à une riche marchande de la capitale afin d'assurer une seconde vie à son animal favori lorsque celui-ci terminerait son existence organique.

Sekto ouvrit une trappe au niveau du ventre de l'oiseau de métal : un petit cristal de stasili flambant neuf y brillait avec vigueur. En comparaison, le cristal du steamer mourant ressemblait à une vulgaire pierre brute informe. A l'aide de fins câbles de cuivre et de curieuses pinces métalliques l'artisan steamer connecta les deux cristaux. Aussitôt la faible vapeur violette qui émanait du vieux cristal se tordit autour d'un des câble menant au jeune cristal et se propagea le long du fil de cuivre. Bientôt la fumée violette forma un lien entre les deux pierres, le jeune cristal s'illumina faiblement en son centre.

"C'est incroyable. Magnifique !" Murmura Kailo, captivé par le spectacle offert par les deux pierres lumineuses.

"Le processus est en cours. Il faut maintenant attendre une dizaine d'heures avant que le transfert soit terminé." Annonça calmement Sekto.

"Dix heures ? Pourquoi cela prend autant de temps ?" s'impatienta le gouverneur.

"L'esprit d'un être est composé de son âme et de ses souvenirs, qui sont comparables à l'eau et à l'huile." Répondit Sekto sur un ton professoral. "L'âme est une substance légère et se détache facilement de son enveloppe terrestre, tandis que les souvenirs forment une substance lourde qui s'attarde longtemps en ce monde, parfois à jamais si les évènements de la vie du défunt sont chargés d'intensité. S'il ne faut que quelques minutes pour capter l'âme d'un mourant il faut des heures, même avec la meilleure technique et les meilleurs instruments, pour capter les souvenirs."

Les heures s'écoulèrent, l'opération suivant son cours sous l’œil infatigable de Sekto laissé seul dans la pièce avec deux gardes fatigués. Le vieux cristal finit par perdre tout éclat, tandis que le jeune cristal paraissait brûler d'un feu intérieur. Les dernières volutes de fumée disparurent, marquant la fin de la première étape du transfert. Prévenus de l'avancement du processus, les gens du palais s'étaient de nouveau groupés dans le local. Sekto connecta le jeune cristal à un réseau de fils cuivrés parcourant le corps du colibri mécanique, les yeux de l'oiseau s'illuminèrent de feux violets.

"C'est fini ?" Demanda Kailo avec espoir."Va-t-il parler ?"

"Si son âme à été suffisamment préservée c'est possible, mais il serait plus probable que cet être ne puisse plus communiquer" répondit Sekto d'un ton neutre.

L'oiseau se mit maladroitement sur ses pattes et balaya lentement la pièce du regard.

"Où suis-je ?" balbutia le colibri.

L'assemblée fut parcourue d'une vague de surprise mêlée de satisfaction prudente, à la fois soulagée que l'opération soit un succès mais toujours méfiante vis à vis du petit être qui avait autrefois et sous une autre enveloppe proféré des menaces sur leur nation. Kailo se détacha de ses conseillers et s'approcha de l'oiseau.

"Vous êtes dans le palais de Sufokia et je m'appelle Kailo, gouverneur élu de cette ville" annonça l'homme. " Et vous ? Qui êtes-vous ?"

"Je m'appelle... Naya" fit le colibri en prononçant son nom, comme incertain de sa propre identité.

"Naya" reprit le gouverneur sans se soucier que le colibri paraissait désorienté. "D'où venez-vous et que qu'êtes-vous venue faire ici ?"

"Je... Viens de Sufokia... Je suis venue vous avertir d'un danger..." bredouilla Naya en tentant maladroitement de déplier ses ailes. "Ce... Ce n'est pas mon corps, qu'est-ce que vous m'avez fait ?"

"Vous étiez en train de vous évaporer et j'ai été contraint de vous transférer dans un corps de substitution capable d'accueillir votre esprit fragmentaire" intervint Sekto sans détour d'une voix tranchante.

"Votre tâche est terminée monsieur Sekto, veuillez rester en retrait s'il vous plait" maugréa Kailo avant de reporter son attention sur Naya. "Quant à vous, expliquez-moi pourquoi vous a-t-on surpris à bord d'un sous-marin remonté à la surface si vous veniez de Sufokia ? Et de quoi devez-vous nous avertir ?"

"Je viens de Sufokia la ville engloutie, la jumelle de sa sœur terrestre" marmonna Naya. "Les choses ont changé sous la mer depuis la grande vague de départs des steamers. L'un d'eux, le plus puissant, est resté en bas, a isolé la famille royale et pris le pouvoir. En ce moment il lève une armée de nouveaux steamers en transférant de force dans des enveloppe mécanique l'âme des derniers humains des profondeurs et tout ceux qu'ils parviennent à capturer."

Un silence lourd s'était installé dans la pièce, entrecoupé par quelques murmures angoissés de la part des spectateurs.

"J'ai vu ce qui se passe de mes propres yeux, les transferts sont écourtés afin d'effacer les mémoires, les nouveaux steamers sont ensuite éduqués et entraînés seulement pour un jour combattre les habitants de la surface. Ils seront bientôt prêts, vous devez les arrêter. Sufokia l'engloutie doit disparaître."

0 0
Score : 70

Wow! Quel rythme de parution impressionnant ! Et c'est bien écrit en plus, good !!
Personnellement j'aime beaucoup, j'ai envie d'en savoir plus à la fin de chaque chapitre, je ne décroche à aucun moment de l'histoire. De plus, on retrouve le background développé dans le comic Steamer, et vu que je suis très porté steampunk, ça ne peut que me plaire happy!
Bref, tu l'aura deviné, j'attends la suite avec impatience !!!

0 0
Score : 169
0-KalFa-0|2016-02-15 16:07:07
Wow! Quel rythme de parution impressionnant ! Et c'est bien écrit en plus, good !!
Personnellement j'aime beaucoup, j'ai envie d'en savoir plus à la fin de chaque chapitre, je ne décroche à aucun moment de l'histoire. De plus, on retrouve le background développé dans le comic Steamer, et vu que je suis très porté steampunk, ça ne peut que me plaire happy!
Bref, tu l'aura deviné, j'attends la suite avec impatience !!!
Tout d'abord merci pour ces compliments Kalfa c'est grâce à ce genre de commentaire que je suis motivé pour continuer à écrire :p

le comic Steamer ? Oh ça m’intéresserais de mettre la main dessus ! Je manque cruellement de sources concernant les steamers, que les sources officielles ou non ^^
0 0
Score : 70
Cheebooger|2016-02-15 16:41:06
0-KalFa-0|2016-02-15 16:07:07
Wow! Quel rythme de parution impressionnant ! Et c'est bien écrit en plus, good !!
Personnellement j'aime beaucoup, j'ai envie d'en savoir plus à la fin de chaque chapitre, je ne décroche à aucun moment de l'histoire. De plus, on retrouve le background développé dans le comic Steamer, et vu que je suis très porté steampunk, ça ne peut que me plaire happy!
Bref, tu l'aura deviné, j'attends la suite avec impatience !!!
Tout d'abord merci pour ces compliments Kalfa c'est grâce à ce genre de commentaire que je suis motivé pour continuer à écrire :p

le comic Steamer ? Oh ça m’intéresserais de mettre la main dessus ! Je manque cruellement de sources concernant les steamers, que les sources officielles ou non ^^
Mais derien, je rend à César ce qui est à César ! Ou à Cheebooger ce qui est à Cheebooger, c'est toi qui voit.
Pour ce qui est du comic, je ne sais pas trop comment tu peux te le procurer à l'heure actuelle, mais si tu à besoin d'infos concernant la nouvelle Sufokia (celle sous l'eau donc) n'hésite pas à envoyer tes questions par Ankabox !wink 
0 0
Score : 169
Chapitre 3 : Retour à Sufokia l'engloutie

Deux jours s'étaient écoulés depuis le transfert de Naya. Convaincus de la bonne foi de la steamer enfermée dans le corps d'oiseau et pensant ne pouvoir lui soutirer davantage d'informations, Naya fut libérée et Sekto remercié d'une somme qu'il jugea généreuse. Sachant Naya livrée à elle-même dans un monde qu'elle ne connaissait pas Sekto l'invita à séjourner dans son propre atelier, où elle pourrait prendre le temps de s'habituer à sa nouvelle condition. Étrangement Naya n'éprouvait pas ressentiment envers Sekto, elle aurait pu lui en vouloir d'être prisonnière d'un corps de colibri mais il n'en était rien, elle manifestait même régulièrement de la gratitude. L'artisan appréciait la compagnie de l'oiseau-steamer, celle-ci lui apportait une présence agréable et des moments de gaieté.

"J'aime voler" Dit-elle. "Je me sens libre et tellement vivante !"

"Tu te débrouilles de mieux en mieux" répondit Sekto. "Bientôt tu seras capable de prendre ton envol dans les cieux et aller où tu le désires."

"Et être de nouveau seule ? Tu ne veux plus de moi ?" demanda Naya avec une voix plaintive.

"Mais non je..."

Sekto fut interrompu par un tapage à la porte de son atelier, suivit d'une voix rauque et autoritaire :

"Au nom du gouverneur de Sufokia, ouvrez la porte !"

Sekto se plia à l'ordre et découvrit sur le seuil de sa demeure les deux gardes qui l'avaient escortés jusqu'au palais quelques jours auparavant. Sans surprise, les deux hommes avaient pour mission de ramener le colibri et l'artisan à la demeure du gouverneur.

Kailo se leva de son siège à l'arrivée des deux steamers et invita ses hôtes à s’assoir. Les traits du gouverneur étaient tirés et des cernes se dessinaient sous ses yeux, à l'évidence le Premier Citoyen de Sofukia n'avait pas dormi depuis des jours.

"Les nouvelles ne sont pas bonnes" annonça le gouverneur en préambule. "Amakna nous a déclaré la guerre. Bonta notre alliée n'interviendra pas, trop occupée à surveiller Brâkmar qui revendique des terres appartenant à la cité blanche. Même si nous avions les sous-marins, nous n'avons pas les moyens d'envoyer une armée sous les mers."

"Et en quoi cela nous concerne-t-il ?" se risqua à demander Sekto.

"Nous n'avons qu'un seul sous-marin, celui par lequel Naya est arrivé. Nous avons pu le remettre en état mais il ne peut transporter qu'une personne" répondit le gouverneur en fixant Sekto des yeux. "Nous avons besoin de quelqu'un qui puisse s'infiltrer dans la ville sous-marine, analyser la situation, et si possible prendre contact avec la famille royale. Il est capital de remettre le Roi sur son trône."

"Si vous pensez à moi pour ce genre d'expédition suicide vous vous trompez d'homme Kailo" avertit Sekto.

"Rassurez-vous Sekto, je peux compter sur un de mes meilleurs hommes pour cela. Non, vous, vous êtes là pour me certifier que Naya a bien supporté son transfert et qu'elle est apte à aller à Sufokia l'engloutie, en se faisant passer pour un familier capturé."

En prononçant ces paroles le gouverneur esquissait un sourire condescendant à l'égard de l'artisan, comme pour lui rappeler une fois de plus qu'il devait se cantonner à son rôle d'artisan et rien de plus.

"Non !" Intervint Naya. "Je ne retournerais pas à Sufokia, pas sans Sekto !"

Sekto protesta, expliquant à Naya que rien ne pouvait les obliger à se jeter dans la gueule du loup mais elle insista :

"J'ai des bribes de souvenirs de ma vie sous les mers, je pense pouvoir m'orienter dans la ville immergée. Mais je n'ai pas confiance en vous ni en vos hommes, gouverneur. Si je dois y aller, ce sera avec Sekto et personne d'autre !"

Naya parlait d'une voix catégorique, fermée à toute discussion. Kailo se rassit dans son fauteuil en expirant longuement, plongé dans des calculs délicats.

"Ce n'est qu'un artisan qui vit reclus dans sa cabane, pas un guerrier" finit-il par déclarer.

"C'est un steamer avant tout, et les steamers savent se battre." Répondit Naya.

Devant la détermination de Naya, Sekto décida de se ranger derrière l'avis de sa protégée. Il préférait encore la suivre vers un danger certain plutôt que de la laisser entre les mains d'un inconnu. Sekto s'approcha de Kailo et lui annonça :

"Bien, quand partons-nous ?"
0 0
Score : 70

Arg mais pourquoi tant de suspens, je peux pas tenir moi biggrin!Vivement la suite !

0 0
Score : 169
Chapitre 4 : L'armée des mers

Le sous-marin s'enfonçait dans les profondeurs au large de Sufokia la terrestre, à son bord, Sekto était à la manœuvre et Naya le guidait dans les pénombres où se mouvaient les silhouettes inquiétantes de la faune et de la flore marine.

"As-tu des souvenirs de la ville engloutie Sekto ?" Demanda Naya avec innocence.

"Il y a trois ans, j'ai fait partie de la vague d'émigrés steamers. Arrivés sur la terre, beaucoup d'entre nous ont fait le choix de la nouvelle vie. J'ai été de l'un de ceux-la. Je n'ai pas de souvenirs de mon ancienne vie."

La nouvelle vie, ce terme désignait un steamer ayant fait le choix en toute conscience d'être transféré sans désir de conserver la mémoire de sa précédente existence. Ce procédé requérait les compétences d'un maître dans l'art du transfert, capable au mieux de détecter le moment où l'âme avait rejoint un nouveau cristal alors que les souvenirs étaient encore présent dans l'ancien cristal. Il arrivait quelques fois qu'un steamer retrouve partiellement la mémoire de ses vies passées.

"Je ne comprends pas. Pourquoi vouloir perdre la mémoire ?" questionna Naya, sceptique.

"Pour plusieurs raisons, l'âge ou le malheur" expliqua Sekto. "Bien que nous steamers possédions des corps potentiellement éternels tant que nous l'entretenons, nos esprits vieillissent comme ceux des êtres organiques. Il arrive régulièrement qu'un esprit vieux perde l'appétit de vivre, ayant accumulé trop de savoir et trop d'expérience. Si certains ont assez de courage pour choisir l'évaporation et donc mourir, d'autres préfèrent tenter la nouvelle vie. Il y a également des steamers qui ont vécu d'horribles d'événements, la nouvelle vie est pour eux un moyen de repartir de zéro et ainsi laisser leur conscience derrière eux."

"Est-ce que tu es malheureux Sekto ?" Demanda Naya de manière impulsive.

"Non..." marmonna Sekto.

"Alors tu es VIEUX ?" couina Naya.

"Bon écoutes oh !" répliqua Sekto, embarrassé. "Non je ne me sens pas vieux ! Je ne sais pas pourquoi j'ai renoncé à mon ancienne vie et je ne veux pas savoir pourquoi. Je suis un artisan, je fabrique des réceptacles, je vis comme un honnête citoyen à Sufokia et j'ai décidé de suivre un colibri agaçant vers une destination que j'ai fui voilà trois ans avec la quasi certitude de terminer ma vie comme boîte de conserve au service d'un tyran des profondeurs."

"C'est vrai ? Tu me trouves... agaçante ?" demanda Naya, visiblement peinée.

"Mais non pas du tout..." tenta d'expliquer Sekto avant d'être interrompu.

"La voila ! Sufokia l'immergée !" s'exclama Naya en découvrant le sommet du grand dôme alors que le sous-marin manœuvrait au-dessus d'un banc de corail.

Sufokia l'engloutie, vaste métropole sous-marine, faite de bâtiments étalés aux architectures arrondies. Les petites maisons de basalte mal éclairées côtoyaient les somptueux palais faits de pierres blanches et de coupoles lumineuses. La lumière émise par la ville attirait la faune sous-marine, proies et prédateurs effectuaient des mouvements lents et circulaires autour du dôme, comme si celui-ci exerçait sur eux une force d'attraction hypnotique.

"Quelle est cet énorme monstre qui tourne autour de la ville ?" demanda Naya avec candeur.

"C'est une anguille, gigantesque" expliqua Sekto hagard, ayant peine à croire qu'un spécimen puisse être aussi gros. Celui-ci devait mesurer plus de vingt mètres de long. "J'en ai jamais vu de cette taille."

L'artisan aperçut l'ombre d'un sous-marin se détacher des reliefs marins et se diriger vers la base du dôme.

"Je vois un de leur vaisseau revenir à quai, nous devrions le suivre pour trouver un moyen de débarquer" proposa Sekto.

Le sous-marin de l'artisan se plaça tous feux éteints dans le sillage de l'autre vaisseau qui s'engouffrait dans une brèche ouverte dans le dôme. Sekto parvint à se glisser dans la faille avant qu'elle ne se referme. Ils étaient à présent dans un long couloir immergé, éclairé par des bulles de verres lumineuses régulièrement espacées. Sekto adapta la vitesse de son véhicule afin de rester à bonne distance de son prédécesseur.

Bientôt la lumière ambiante s’accrut, le couloir s'élargissant et le plafond s'élevant bien au-dessus du niveau de l'eau.

"Nous arrivons aux quais" supposa Naya.

Le vaisseau précédant celui de Sekto et Naya effectua un mouvement vertical, en direction de la surface.

"Nous n'avons pas beaucoup d'options" admit Sekto. "Il va falloir remonter nous aussi à la surface, avant qu'un autre sous-marin emprunte ce couloir et ne nous surprenne tapis dans les eaux du quai."

Lentement le vaisseau des deux steamers remonta à la surface, avec une douceur suffisante pour éviter de créer des ondes en surface. Lorsque le sous-marin arriva hors de l'eau Sekto et Naya sortirent discrètement et découvrirent l'intérieur d'un vaste port sous-marin, peuplé de nombreux ouvriers debout disposés en chaînes de travailleurs. Leurs mouvements étaient synchronisés les uns avec les autres, les matériaux transitaient sur les chaînes dans un sens ou un autre. Certains des ouvriers effectuaient une manœuvre précise sur un objet arrivant à leurs postes à l'aide d'outils servant à souder ou à visser, d'autres récupéraient les pièces assemblées, en fin de chaîne, et les fixaient sur des appareils en construction.

"Il y a des centaines de vaisseaux ici !" Constata Naya avec effarement.

Les ouvriers assemblaient des sous-marins et autres machines de guerre. Sekto avait en face de lui la preuve réelle que les sufokiens des mers préparaient une véritable armada, visiblement déjà bien supérieure à la flotte en comparaison arriérée dont disposait sa jumelle terrestre, et de surcroît déjà embourbée dans un conflit difficile.

"Halte là !" Fit derrière eux une voix à la fois monocorde et autoritaire.

Sekto et Naya se retournèrent et découvrirent deux steamers des mers qui les tenaient en joug avec des armes exploitant l'énergie stasili.

"Salutations" déclara Sekto avec un geste d'apaisement. "Je suis un ambassadeur représentant les intérêts de Sufokia la terrestre, je viens au nom du Gouverneur Kailo pour..."

"Vous êtes un intrus illégalement entré dans le domaine du général" l'interrompit le garde avec la même voix dénuée d'émotions. "Je vous arrête, veuillez déposer vos armes."

Sekto hésita un instant, abattre deux gardes le mettrait dans une situation plus qu'embarrassante, mais les suivre jusqu'en prison serait sans doute encore pire. L'artisan évalua rapidement les forces en présence. Les deux gardes étaient du même modèle que celui que Naya avait utilisé pour venir à terre. Des modèles archaïques et fragiles, Sekto avait étudié leur structure imparfaite, qui présentait de grosses faiblesses au niveau des articulations.

"Je vous ai compris" annonça Sekto en feignant de saisir son arme pour la déposer à terre.

L'artisan mis promptement un genou à terre et émit deux rayons stasis sur les deux gardes. Le bras droit de chacun des steamers rustiques se détacha au niveau de l'épaule. Les tirs avaient été nets et précis, comme l'artisan l'était toujours lorsqu'il s'employait à fondre, tordre et souder dans son atelier.

Désorientés, les gardes lancèrent de vaines menaces que Sekto décida d'ignorer, courant à toute allure sur les quais encombrés, sautant par dessus les caisses et bousculant les ouvriers qui semblaient ignorer totalement sa présence. L'artisan repéra ce qui devait être la sortie des quais, matérialisée par un portail encastré entre deux murs de bonne hauteur. Deux autres gardes postés à la porte aperçurent Sekto lancé dans leur direction et émirent des avertissements, mettant maladroitement leurs mains à leurs armes pendant qu'un ouvrier hébété passait le portail avec un lourd convoi.

"Même types de steamers, même punition" se dit Sekto en découvrant ses nouveaux adversaires.

Les gardes s'affalèrent à terre, frappés par les tirs impitoyables de l'artisan, Sekto escalada ensuite le convoi qui obstruait le passage. Le steamer de la surface sauta du convoi et atterrit de l'autre côté du mur, il se redressa et poursuivit sa course vers la ville, pendant qu'un des garde récitait la liste des infractions commises par l'artisan comme on réciterait l'alphabet.

"Bon sang, où est Naya ?" Réalisa soudain Sekto, gagné par une angoisse grandissante. Et s'ils l'avaient capturé, ou pire ?

Sekto se retourna en direction des quais, avec le vain espoir d'y apercevoir un colibri voleter au-dessus du chaos mais il n'en était rien.

"Non !" s'écria Sekto en se recroquevillant. "Je l'ai perdue."

L'artisan se rendit compte trop tard qu'il était encerclé par un groupe de soldats hostiles. Ils étaient de même modèle que Sekto, le combat qui s'ensuivit tourna très vite en sa défaveur. L'artisan fut mis à terre et reçu une décharge électrique assez puissante pour le paralyser.

"Jetez-le en cellule" déclara celui qui devait être le plus gradé d'entre eux. "On va le confier aux technomages, ils lui accorderont une nouvelle vie."
0 0
Score : 245

Bonsoir ! Désolée, j'étais occupée, je n'ai donc pas eu le temps de répondre avant. Troooop bien ! Et ce suspens, j'adore ! (Malgré une petite faute d'accent dans le chapitre 2, mais je te pardonne !)

'Lia, la fille en manque d'inspiration pour un message plus long.

0 0
Score : 70

J'ai adoré le passage sur la nouvelle vie, tu nous donne des données précise sur ce qui pousse les steamers à vivre dans un corps métallique. Ce qui rend ton histoire encore plus crédible et captivante !

0 0
Score : 169
Chapitre 5 : Le steamer colossal

Enchaîné et désarmé, Sekto comptait les heures assis dans sa cellule sur un banc de métal rongé par la rouille. Quelques fois distrait par les déplacements des gardiens dans les couloir et redoutant le moment fatidique où l'on viendrait pour l'emmener en salle de transfert, l'artisan passait le reste du temps plongé dans ses réflexions. Avait-il fait le bon choix en suivant Naya ? Assurément un soldat d'élite aurait pu se débrouiller mieux que Sekto face aux patrouilles de steamers des mers et surtout, Naya serait restée en surface, loin du danger. Quant à l'issue fatale qui se profilait, l'artisan y songeait avec philosophie : il était préparé au pire, et même la perspective de mourir ne l'effrayait pas. Peut-être que Naya avait raison sur son compte, Sekto devait être plus âgé qu'il ne le pensait, et cette longévité avait émoussé l'appétit de vivre de son âme.

Le steamer terrestre fut interrompu dans ses pensées par le son de la porte de sa cellule se mouvant sur ses gonds grinçants. Ainsi, l'heure était venue. Deux steamers archaïques pénétrèrent dans la petite pièce moisie où séjournait le prisonnier, précédant l'arrivée d'un immense homme mécanique qui dut se baisser pour passer l'encadrure de la porte blindée. Le colosse devait mesurer dans les deux mètres cinquante et sa tête touchait presque le haut plafond de la pièce. Le corps massif de ce steamer hors norme occupait un large espace de la cellule, tout dans son apparence suggérait une puissance et un prestige hors du commun. Sekto remarqua la présence de six sphères lumineuses aux couleurs de la stasili incrustées sur différentes parties corps steamer colossal : il y en avait une à chaque genou, une sur chaque paume de main et une sur la tête ; la dernière palpitait au centre de la poitrine. Vêtu d'une grande cape pourpre bordée d'or et d'argent, le monstre d'acier arborait sur son torse de nombreuses médailles militaires. Sa main droite tenait une cage dans laquelle se trouvait perchée Naya.

"Nous sommes le général Six Céronne" annonça le steamer colossal. "Qui êtes-vous ?"

"Je m'appelle Sekto, je suis un envoyé du gouverneur de Sufokia la terrestre" répondit Sekto d'une voix digne.

"Oh, bien sûr. Et je suppose que la soudaine envie du gouverneur de prendre contact avec la ville engloutie n'a rien à voir avec la récente fuite d'un déséquilibré hors de notre paisible métropole ?" Répliqua le général, ironiquement. "Pouvons-nous savoir ce que vous en avez appris ?"

"Assez pour nous contrarier" admit Sekto sans détours. "Assez pour dépêcher un émissaire vous prévenir que nous venons avec une main tendu dans l'espoir que nos nations prospèrent ensemble dans la paix, mais également pour vous avertir que nous sommes prêts à mener une guerre s'il le fallait, avec l'appui de nos fidèles alliés."

Cette dernière partie était un pur mensonge, destiné à bluffer un chef de guerre que Sekto espérait mal informé sur la situation terrestre.

"Ni Sufokia ni ses alliés ne peuvent ébranler l'invincible armée des steamers mon cher Sekto, vous pouvez donc garder vos avertissements pour vous" déclara le général avec assurance. "Nous avons entendu votre offre, voici celle que nous comptons proposer à votre gouverneur, ainsi qu'à tous les autres petits chefs de nations qui rampent en surface : nous offrons la paix des steamers. Les organiques sont libres de se joindre à nous en adoptant des corps mécaniques, les autres devront ployer le genou et nous servir. Ceux qui résisteront subiront la juste colère du peuple steamer."

Six Céronne l'impitoyable général steamer. Sekto avait du mal à reconnaître qu'il avait en face de lui le redoutable chef de guerre qui, il y a plus de cent cinquante ans, avait mené une grande offensive contre le peuple de la surface. Le conflit avait tourné en défaveur des steamers, mais uniquement parce que le général n'avait pas su garder une cohésion assez forte entre les hommes-machines : un groupe dissident s'était joint aux forces de la surface et ensemble les forces terrestres parvinrent à défaire l'envahisseur des profondeurs.

"L'Histoire ne vous a pas donné raison la dernière fois général, pourquoi croyez-vous que cela va en être autrement cette fois-ci ?" questionna Sekto, imperturbable.

"La première offensive n'était qu'un test, qui nous a démontré que le plus important pour gagner la guerre, c'est la loyauté des soldats" expliqua Six Céronne. "Notre armée est entièrement dévouée à la cause steamer, infiniment plus fidèle qu'à l'époque de la première invasion."

"Vous parlez de vos pantins crétins qui arpentent les quais ? Ils ne feront pas le poids face au peuple de la surface" rétorqua Sekto avec mépris.

"Les Nays ?" répondit le steamer colossal avec détachement. "Oh non, eux, ce ne sont que des ouvriers dociles et des gardes qui se contentent de repérer les intrus. Ils n'ont que peu de valeur, ils n'ont même pas d'âme !"

Devant le silence et la surprise de Sekto le général reprit son discours :

"Nos technomages sont capable d'une prouesse : séparer l'âme des souvenirs en deux cristaux différents, et à maintenir actif un cristal ne contenant que des souvenirs. Quel intérêt me demanderez-vous ? C'est très simple : un être animé uniquement par des souvenirs se contente d’exécuter les tâches qu'il a apprises lorsque qu'il possédait une âme. En d'autres termes, nos Nays reproduisent pour l'éternité les gestes et les paroles que nous leur avons fait apprendre ! Nous disposons désormais d'une immense armées de Nays qui seront nos yeux et notre voix sur le monde d'en-dessus, ainsi que de troupes fidèles, composée uniquement de steamer ayant fait le choix de la nouvelle vie pour me servir. Les erreurs d'hier ne se reproduiront pas."

Sekto tenta de se représenter l'horreur que devait être le processus destiné à créer les Nays. Cela devait consister à forcer un steamer à exécuter sans fin une tâche, jusqu'à ce que son esprit ne contiennent plus que des souvenirs liés au travail qu'il avait accompli. Une fois un cristal enrichi de ces souvenirs, les technomages étaient libres de transférer l'âme du forçat dans un cristal vierge afin de répéter l'opération. Il devait y avoir des dizaines de ces steamers condamnés à ces travaux forcés, fabriquant de pénibles souvenirs pour l'éternité.

"C'est monstrueux" souffla Sekto, avec un profond dégoût.

Le plan du général était d'une redoutable simplicité : envoyer les Nays par milliers envahir la surface, suivit par les centaines de steamers sur-entraînés ne connaissant rien d'autre que le combat, pour la gloire de leur chef vénéré. Face à une armée si forte et unie, les armées terrestres seraient prises au dépourvu et risquaient bel et bien de perdre.

Le colibri s'agita dans sa cage, mais sans prononcer le moindre mot. Sekto compris que Naya jouait toujours le rôle qui lui avait été confié.

"Quel est cet être ?" Demanda le général.

"Il s'agit de mon familier" expliqua l'artisan. "Les habitants de la surface ont pour habitude de s'entourer de compagnons organiques au quotidien. Certains steamers fabriquent des réceptacle mécaniques qui imitent la forme des vivants et y déposent les âmes des animaux."

"Le style et la précision de cet ouvrage, c'est de l'excellent travail. Remarquable." Observa Six Céronne. "Ça nous rappelle les chefs d’œuvre que créait notre plus grand artiste autrefois, un steamer aux multiples talents de génie, doué en sculpture, en architecture et bien sûr en création de réceptacles. C'était le meilleur d'entre nous dans ce domaine, et nous lui devons la réalisation de notre propre corps."

"J'ai du mal à comprendre comment un tel corps puisse être animé par un seul cristal de stasili" avoua Sekto. "Comment est-ce possible ?"

"Nous sommes six âmes dans ce réceptacle" révéla Six Céronne. "Les six âmes des steamers les plus puissants ayant jamais existé, et unis dans le seul but de faire régner un jour les hommes-machines sur terre. Nous aimerions tant retrouver notre créateur... Nous étions si proches avant qu'il ne décide de rejoindre la surface."

La voix du général sembla un instant teintée d'une pointe de mélancolie, mais bien vite Six Céronne reprit son ton impérieux et poursuivit :

"Qui a fabriqué cet oiseau-réceptacle ?"

"Je ne sais pas, je l'ai acheté sans connaître ses origines" mentit Sekto.

"Dommage pour vous" déclara le général avec un regret non feint. "Votre âme sera bientôt transférée dans un corps de Nay et vous vivrez milles vies de labeur, jusqu'à ce que votre esprit ne puisse plus le supporter et devienne poussière. Nous ferons en sorte de préserver vos actuels souvenirs, sans l'âme, les souvenirs s'expriment docilement et nous saurons alors où était la vérité et le mensonge dans vos paroles."

Le général fit demi-tour et se dirigea hors de la cellule. Il s'arrêta au seuil et se tourna une dernière fois vers Sekto.

"C'est vraiment dommage, nous aurions tellement voulu retrouver notre artisan."

Le steamer colossal et ses hommes disparurent en enfermant l'artisan dans sa détresse solitaire.
0 0
Score : 245

Coucou, oui, voilà la revenante... Bref, peut-être que j'ai rêvé, mais il m'a semblé voir une faute d'orthographe. (Encore désolée, je peux pas m'en empêcher.) Je sais pas pourquoi, mais me fait rigoler. Autrement, comme l'a très bien dit Sekto, c'est monstrueux, les Nays... Et pauvre Sekto, tant que je parle de lui...

'Ki (Je change de signature, parce que l'autre me dérange un peu... Pourquoi, je sais pas)

0 0
Score : 169

[HRP]Merci à toi, ô gardienne de l'orthographe, de veiller sur mes écrits de me faire profiter de tes commentaires ^^[/HRP]

Chapitre 6 : évaporation


Sekto s'interrogeait. Les propos du général Six Céronne faisaient ressurgir de vieilles craintes : les choix et les qualités de Sekto lui paraissaient désormais plus qu'influencés par ses existences effacées. L'artisan n'avait aucun souvenir conscient de ses vies passées mais son talent inné pour la fabrication de réceptacles était sans doute un reliquat de ce qu'il avait été avant d'être Sekto le simple citoyen de Sufokia, plus de cent cinquante ans de métier de sa vie oubliée ayant probablement incrusté son âme même d'un savoir-faire naturel. Les plans et les schémas, l'artisan n'en avait pas besoin, il se fiait à sa capacité à se représenter mentalement l'ensemble des mécanismes qui constituent une machine, jusqu'au moindre écrou, jusqu'à la moindre soudure. Lorsqu'il assemblait les pièces d'un objet original, même complexe, Sekto n'hésitait jamais, comme si chaque geste pour le construire avait déjà été accompli des milliers de fois.

Si le général disait vrai, et il n'y avait aucune raison de croire qu'il mentait, alors Sekto avait été un des plus grand artiste et inventeur parmi les steamers lorsqu'il vivait dans la ville sous-marine, sous une autre identité. Il était également responsable de la création de l'armure colossale de Six-Céronne. Quelle chance que celui-ci n'ai pas reconnu son créateur ! La patine des années passées en surface et les innombrables ajustements effectués sur sa propre personne avait par bonheur contribué a masquer son ancienne identité, à moins qu'en arrivant en surface l'ancien Sekto eut pris soin de changer de corps pendant son transfert pour tromper ses anciens compatriotes ?

Le général avait été dupé par l'apparence et les paroles de Sekto mais la mémoire de l'artisan ne tarderait pas à parler. Que se passerait-il lorsque Six-Céronne aurait compris qu'il avait retrouvé son inventeur perdu ? Au mieux Sekto serait mis à son service dans le but de créer d'autres armes aussi destructrices que le général lui-même. L'artisan ne pouvait se permettre de laisser cette opportunité au tyran de métal.

La décision s'imposa naturellement. Les solides chaînes de fer n'empêchaient pas Sekto d'ouvrir une trappe dissimulée sur son corps à l'endroit où chez un être organique se trouve le cœur. L'ouverture révéla le cristal de stasili qui animait le corps du steamer, la pierre qui contenait son esprit. Le réceptacle de l'artisan était unique en son genre : il y avait aménagé un mécanisme qui, une fois enclenché, actionnait une vrille en diamant qui irait creuser la stasili jusqu'à la fendre, entraînant irrémédiablement l'évaporation de Sekto. L'artisan avait déjà pensé au suicide, mais n'avait pas eu le courage d'aller jusqu'à se donner réellement la mort. Il n'était de plus vraiment pas aisé pour un être de métal de parvenir à cette fin et la vrille de diamant était un moyen sûr qui ne lui ferait pas défaut lorsqu'il serait prêt.

Et prêt, Sekto l'était. Il hésita un instant avant de déclencher le mécanisme, ces dernières pensées allant vers Naya.

0 0
Score : 245

Hein ?! Une partie de mon message a été effacé... Donc c'est pas la faute qui me fait marrer, hein ! C'était les pantins crétins... Sinon, comme toujours, rien à dire a part, j'adore ! Gardienne de l'orthographe... ^^"

'Ki

0 0
Score : 169
Suite du chapitre 6

Le loquet de la cage n'avait pas été difficile à déverrouiller, un oiseau ordinaire n'aurait pas penser à saisir la petite poignée avec son bec et le tirer de toutes ses forces mais Naya n'était pas un oiseau comme les autres. Elle n'était en vérité même pas un oiseau. Avant d'être un colibri Naya avait brièvement vécue dans le corps d'un Nay, le temps de s'échapper de la cité sous-marine, et avant cela... Elle ne se rappelait plus. Il était aussi difficile pour la steameuse de se remémorer le temps de sa vie à Sufokia des mers que d'essayer de se rappeler un rêve après le réveil. Il lui arrivait parfois qu'un souvenir fugace ressurgisse lorsqu'elle reconnaissait un lieu ou un objet de son ancienne vie perdue.

Naya poussa doucement de la tête la petite porte de la cage, inquiète que le général ou un de ses sbires revienne. La steameuse se trouvait dans le bureau de Six-Céronne, un endroit austère constitué de grands meubles de métal gris chargés de piles de documents administratifs et de grandes cartes représentant le monde de la surface. L'endroit paraissait étrangement familier à Naya, elle avait probablement dû être proche du général dans son ancienne vie, tout au moins ses activités la menait autrefois à se rendre dans cette pièce.

La steameuse-oiseau ne consacra pas de temps à l'exploration de la pièce, le temps était compté pour Sekto. Naya savait où son ami se trouvait, elle avait mémorisé le trajet entre sa cellule et le bureau, ainsi que les codes d'accès que les steamers utilisaient pour déverrouiller les portes automatisées qui ponctuaient le chemin. Les codes, les hommes-machines les composaient sur des sortes de pavés tactiles au contact desquels d'étranges symboles s'illuminaient de lueurs bleu azur. Naya entreprit de faire réagir les symboles à coup de bec, la tâche se révéla compliquée pour un être léger comme elle mais son obstination finit par payer : le pavé s'illumina et la porte s'ouvrit avec un joyeux bruit de vapeur décompressée.

Progresser dans les interminables couloirs de la cité sous-marine sembla à Naya prendre des heures. La petite steameuse longeait les conduits suspendus au haut plafond, tantôt voletant au dessus des tuyaux lorsqu'elle ne percevait pas la présence d'autres steamers, tantôt avançant à petits pas sur la surface d'un canal lorsqu'un homme-machine passait à proximité ou qu'un garde stationnait devant un accès desservi par le couloir.

Arrivée aux quartiers des prisonniers, Naya repéra la cellule de Sekto. Par chance aucun garde n'était posté à proximité mais à tout moment un patrouilleur pouvait surgir au coin d'une allée. Naya se posa prudemment sur le bord du pavé tactile connecté à la cellule de l'artisan et composa le code en vitesse. La porte s'ouvrit, la steameuse s'engouffra dans la pièce en espérant être passée inaperçue.

Naya fut saisie d'effroi en découvrant un Sekto inerte et enchaîné sur son son banc de prisonnier, une vrille étincelante lui transperçant le cœur, émettant un insupportable crissement. Sans réfléchir Naya fonça sur la vrille et la pinça avec son bec. La vrille projeta des étincelles en entamant le délicat métal qui constituait le bec de la steameuse, mais celle-ci raffermit prise, posa ses pattes sur le torse de Sekto et tira de toutes ses force l'aiguille de diamant pour la faire dévier de sa trajectoire mortelle. A la grande surprise de Naya, la vrille se brisa, vaincue par la force insoupçonnée de l'oiseau-steamer. A l'évidence, Sekto avait réalisé là un réceptacle aussi raffiné que plein de ressources.

L'artisan remua, comme sortant d'un profond sommeil. La vrille n'avait pas fendu son cristal, elle n'avait pu seulement qu'entamer la surface, y laissant une petite encoche fumante. Naya avait à la fois sauvé Sekto de la mort et condamné à la vie.
0 0
Score : 245

Faute d'orthographe ! (Non, je plaisante pas !) Hum, bref... Je sais, c'est une excellente manière de saluer. Je me vois tout de suite écrire une lettre importante comme ça :

A l'intention de Madame X :

Faute d'orthographe ! J'aimerais vous faire part de... (Etc...)

Donc, reprenons... Faute d'or... Oups. Bien le bonjour ! Comme je sais pas quoi écrire, je vais juste dire : J'adore, et vivement la suite !^^

'Ki, gardienne de l'orthographe et experte en salutations

0 0
Score : 169

[HRP]Merci fidèle lectrice assidue ! Voici la suite, avec le moins de fautes possibles ^^[/HRP]

Chapitre 7 : Les flammes de la forge


La tentative de suicide avait échoué, désormais deux issues étaient possibles : soit Sekto déjouait les plans du général, soit il poursuivait son existence captif à la merci du tyran dont la puissance s'accroîtrait avec les talents de l'artisan. Il n'y aurait ni demi défaite ni demi victoire, c'était tout ou rien.

"Je n'arrive pas à croire que tu aies voulu te suicider !" pépia Naya. "Et notre mission ? Et moi ? Je devais me débrouiller toute seule c'est ça ?"

La steameuse était furieuse, Sekto le comprenait bien. Il était inutile de perdre du temps à se justifier et raisonner Naya, cela pouvait prendre un long moment compte tenu de son caractère borné, et le temps était compté.

"Je voulais mourir pour empêcher le général de faire de moi son esclave, je n'ai pas cru que tu puisses venir à mon secours. J'ai agit dans la précipitation." expliqua l'artisan. "Je suis désolé."

Naya fut prise au dépourvu, Sekto ne s'excusait jamais. La colère de la steameuse s'évanouit et la réalité de la situation lui revint en tête.

"Il faut qu'on te sorte d'ici" s'exclama Naya, comme si elle se rappelait soudain que son ami était prisonnier. "Il faut enlever tes chaînes."

Naya voleta autour de Sekto, inspectant les attaches et les serrures des entraves.

"Les chaînes sont solides et ne s'ouvrent qu'avec des clefs" soupira Naya. "Non nous ne pourront pas..." Le bruit soudain de la porte de la cellule qui s'ouvrait interrompit la steameuse.

"Cache-toi !" ordonna Sekto à voix basse.

Naya eu tout juste le temps de se réfugier dans une petite alcôve en hauteur avant qu'un soldat steamer flanqué de deux nays pénètrent dans la salle.

"Nous avons un gagnant pour une nouvelle vie, et c'est l'heure de la récompense !" Annonça le soldat goguenard. "J'espère que le bricolage c'est votre truc, on vous à trouvé un poste sur les quais, à boulonner des sous-marins. J'parie que vous allez en assembler au moins deux cent avant avant que votre esprit devienne zinzin. Qui sait, vous arriverez p'têt à battre le record ? Le vieux Louz à travaillé sur trois cent quarante cinq vaisseaux avant de sombrer dans la folie !"

Pendant que le steamer soldat se réjouissait de la situation les deux nays détachèrent les chaînes qui entravaient Sekto et se saisirent de ses poignet pour faire se lever l'artisan. Naya, silencieuse et immobile, n'avait pas été repérée par les geôliers.

"Z'avez foutu un sacré bazar l'autre jour sur les quais" poursuivit le soldat en désignant une arme à sa hanche, "z'êtes du genre turbulent hein ? À votre place je tenterais plus de faire le malin, je rate rarement ma cible."

L'un des nays serra une corde sur un des poignets de Sekto, celui-ci lança un bref regard en direction de Naya puis s'adressa au soldat steamer :

"Le général me veut vivant, vous n'oserez pas tirer."

L'artisan imprima une secousse violente dans son poignet lié, s'arrachant des mains du nay qui retenait la corde, avant d’abattre de toutes ses forces son poing libéré dans la face du deuxième nay qui recula, désorienté. Le soldat dégaina son arme pendant que les deux pantins mécaniques se mirent en position de combat, poings levés.

"Tu vas me suivre gentiment ou j'te démembre morceau par morceau et j'trimballerais ta carcasse à coups de pied jusqu'au labo !" Menaça le geôlier.

Alors que le soldat proférait des menaces et que les nays encerclaient Sekto, Naya s'abattit comme un éclair argenté sur le gêolier steamer et saisit le pistolet de ses serres d'acier. L'arme fut promptement emportée dans les airs puis larguée en direction de Sekto, qui avait anticipé l'action et attrapa le pistolet d'une main habile.

Sekto sauta en arrière sur le banc de prisonnier, esquivant au passage le crochet prévisible d'un nay, avant de riposter de deux rayons mortels qui détachèrent les têtes des deux pantins mécaniques.

Le soldat jura en bondissant sur l'artisan, des flammes liquides jaillissant de ses paumes dirigées vers le prisonnier. Dos au mur dans un espace si confiné Sekto ne pu esquiver la charge et fut plaqué violemment contre la paroi moite de la cellule, deux mains ardentes tentant de ronger le blindage de son armure. Le soldat émit des menaces de mort, ses mains irradiant d'une chaleur de plus en plus forte. Le métal qui constituait le corps de Sekto rougit mais ne se déforma pas, ce qui stupéfia le geôlier :

"A cette température n'importe quel métal devrait fondre ! Comment est-ce possible ?" hurla l'assaillant.

"Mon corps est fait d'un alliage de métaux solides qui n'existent qu'en surface, il faudrait la chaleur du soleil pour me détruire !" répondit calmement Sekto avant de lever lentement ses propres mains, révélant deux sphères de feu qui gonflaient avec férocité dans les paumes de l'artisan.

"Tu maîtrises le feu ?" Demanda stupidement le geôlier hagard qui tentait de maintenir sa prise ardente sur Sekto. "J'croyais que t'étais pas un combattant !"

"Un bon artisan se doit de maîtriser les flammes" répondit froidement Sekto. "Et la première utilisation que l'on fait du feu dans les forges, c'est fondre le métal."

L'artisan abattit ses deux mains sur la poitrine du geôlier comme deux marteaux sur une enclume. Les deux sphères de feu furent libérées, projetées au travers du corps du soldat qui se déchira comme une toile tendue sur l'ouverture d'un canon. Les boules de feu s'écrasèrent sur un mur de la cellule, y laissant deux cratères fumants, pendant que le buste et les bras du geôlier s'affaissaient à terre, séparés de leurs jambes. Naya vint se poser doucement sur l'épaule droite de Sekto.

"J'ignorais que tu savais te battre comme ça." Observa-t-elle.

"Moi aussi" murmura sombrement Sekto. "Il y a certaines choses qui me reviennent ces temps-ci, et je me surprends moi-même."

"Si nous partons maintenant, je pense qu'on a encore une chance de rejoindre les quais et de s'enfuir" proposa la steameuse.

"Nous ne fuirons pas" répondit l'artisan. "Nous allons trouver des alliés."

"Mais où ?"

Les contours d'une stratégie se dessinèrent dans l'esprit de Sekto. Un plan incertain et incomplet, mais c'était tout ce qu'il aurait à proposer.

"Ici même, quelque part dans les prisons se trouvent les gens encore fidèles à la famille royale. Ainsi que le roi lui-même."

0 0
Réagir à ce sujet