FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

Uklis, livre I !

Par YuGGo21 03 Août 2015 - 12:00:03
Salut tout le monde ! biggrin

Alors oui, enfin ! Il sort aujourd’hui !!!!! Depuis le temps qu’il était en préparation, la voici !


( Dessin : YuG / Colorisation : Aude Javel du groupe d'IMBD )


Une fiction nommée « Uklis, livre I » qui comporte en tout 1 prologue et 6 gros chapitres ! Pour une aventure extra ! Bon pour ceux qui n’auraient pas vu la preview dans ma galerie ( Chronique n° 2 ) et notamment le résumé que voici :

« Uklis » est le nom d’une pierre précieuse posé au centre de la couwonne du Wa Wabbit. On dit qu’elle est la clef cachée d’un trésor inestimable !

Zodrik, un zobal faible de sa force mais puissant à l’aide de ses masques, continu de recevoir les moqueries de ses « camarades de classe » jusqu’au jour où il décide de se venger avec sa meilleur amie !

Mais par la suite de cette vengeance, ils décideront d’aller sur la célèbre île Wabbit pour résoudre le problème de territoire et mettre la paix sur cette île. Tâche difficile que le grand – père de Zodrik avait sans – cesse essayé !

Mais arrivé là – bas, ils vont comprendre que le problème est plus ardu et débouche sur une véritable guerre ! Avec un accord, ils essayeront de trouver le célèbre « Uklis » !

Une aventure des plus secouantes, vous emmenant aux secrets les plus cachés de l’île des Wabbits et leur histoire ! En territoire de vengeance dont leur vengeance les suivras, de violence et de guerre !

Réussirons t’ils leur quête ?

Qui survira ?

A lire tout de suite dans « Uklis - Livre 1 » !

Une histoire illustrée dont je remercie les illustrateurs : Kami, Silevyn, Electrockick ! J’en profite aussi pour dire que dans cette fiction, je n’ai pas hésité à parler de problème réel de la vie ! Des messages sont bien cachés à travers ces écrits, j’espère que vous serez les retrouver !

Oui, j’arrête ! Et arrêtez de baver ! :p Voici « Uklis, Livre I » !! :

( Petite information : Le langage propre des "wabbits" est de remplacer les "r" par des "w" ainsi que pour les " lenalds", c'est de remplacer les "r" par des "l" ! Cette règle sera appliqué au texte des wabbits et lenalds ! )

Prologue :

Sombre et noir !


( Illustration réalisé par YuG )

Noir.


Noir était la première impression.

Sombre !

Celle qui suivait ensuite. Dans cet endroit fait de terre sombre et… Noir ! Dans ce qui semble être un tunnel ou non ! Un sous – terrain où se trouves des grilles dans cette espace sombre et noir ! Des grilles qui semblent retenir des prisonniers dans ce sombre noir…. Peu éclairé, était - ce cet endroit. Sombre et noir !

« - Hush ! »

Dans ce qui semble être une cellule, on pouvait distinguer deux sombres personnes attachés en croix par des chaines dans ce.. Noir.

« - Quoi, Eskarina ? Répondit un zobal.

- Ça ! S’exclama une osamodette. »

Un garde lenald passa devant leur cellule, il tenait dans ses mains une assiette avec un bon repas qui lui était destiné.

« - C’est l’heure du MIAM – MIAM ! S’exclama une voix masculine.

- Hein ? Se retourna le lenald roux à la tenue typique de leur culture. Qui est là ?!

- Ta maman qui vient te prendre ton repas pour que tu maigrisses ! Apparut une osamodette devant le lenald comme un fantôme. Elle lui prit son repas et disparut aussi – tôt !

- Eskalinaaaa !!! Tu me lends ça tout de suiiiite ! Letoulne dans ta cellule ! Hurla le lenald. Il allât à la cellule des deux garnements et ils y étaient. Que…

- Ils ont intélêts à bien se tenil sinon c’est la peine de molt, complit ?! S’exclama haineusement, un grand lenald à la tenue différant et plus robuste, on devine qu’il est plus important.

- Ouiiii, Loplus ! Parlèrent en même temps et gentiment, les deux amis d’une tête d’ange. »

Puis ils partirent et le garde lenald partit se resservir mais à l’écart des deux « rigolos » comme il l’es nomme.

« - T’a la bouf Eska’ ?

- Bien sûr que oui, Hush ! Elle sortit de son dos, l’assiette avec un grand sourire. Les pauvres, ils étaient privés de repas ! »

Une oreille titilla. Une oreille sombre à rayures blanches comme le pelage de ce wabbit. Qui se trouvait en terre wabbit dans un grand temple. Ce dernier était puissant sur cette île en guerre.

Derrière lui, apparut une wabbite à la tenue légèrement transparente et rose du même pelage du wabbit.

« - Pèwe, avez – vous weçut un signe ? Demanda cette dernière au wabbit, le célèbre Wa Wabbit ! Ce dernier habillé de sa couwonne ainsi que sa cape tout en portant son sceptre magnifique et scintillant d’or !

- Non. Mais je… Fut coupé ce dernier car il fut pris d’une soudaine secousse. Il tremblait de tous ces membres, ses yeux devenaient bancs ! Et la wabbite le regardait d’un air que tout semblait normal. Si ! Ce.. Signe ! Ce message ! Un gwoupe d’aventuwier nous sauvewa bientôt ! BIENTÔT ! »


A suivre immédiatement !

J’espère que vous adorez ! Et comme, il y eu une erreur d’enregistrement sur ce prologue et que j’ai dû le réécrire ! Le seul problème, c’est que je me suis rendu compte que longtemps après… Et donc, le réécrire a été tâche difficile ! Et je ne le trouve pas vraiment descriptif et asse « punch » pour débuter ! Alors, pour vous donner une envie plus croustillante à n’en plus finir ! Oui, je vous donne immédiatement le chapitre 1 !

Chapitre 1 :

Une vie de vengeance.


( Illustration réalisé par Kami )

« - Qui veux du pichon ! Bon pichon à vendre ! Allez, allez ! »

Dans cette foule qui arpentait les allées des marchands dans la nation de Sufokia. Une belle nation à l’air si pur où la joie ne s’arrêtait jamais. Un zobal roux marcha rapidement vers un stand de poisson, ce dernier à l’allure faible en avait pour temps pas l’air !

Il peut être très puissant mais seulement avec la puissance de ses masques. Ce dernier habillé d’un bermuda rouge au polo fin et blanc pour le haut du corps. Seulement, il est traité de faible car il n’est pas très musclé pour un combat réel sauf avec la puissance extrême de ces masques !

« - Du zespadon, s’il – vous plait ! Madame ! S’exclama le zobal.

- Ha, Zodrik ! Sa va ? Je te prépare ça ! Répondit une Iopiette blonde costaud, elle en avait dans les bras ! Elle était pêcheuse et avait rencontré Zodrik dans ces allées marchandes de Sufokia.

- Ouai, nikel ! Et toi ? Répondit le zobal du nom de Zodrik.

- Bien sûr ! Ha, y’a pas cour auj.. Ne me dit pas que tu sèches encore ? Rigola la blonde.

- Nàn, y’a pas cours le matin. Répondit le roux.

- Tiens et bonne journée à toi !

- Merci, Zaura ! De même à toi. »

Cette belle nation au charme irrésistible. Zodrik en était heureux seulement, il y a un endroit qu’il déteste plus particulièrement. Sans plus tarder, il rentra à l’aide de son bateau vers sa maison. Positionné sur une petite île à l’écart du grabuge de la nation. Ce petit manoir à demi – incrusté dans un immense rocher était entouré d’une luxueuse végétation. Du sable bien jaune qui brillait à la chaleur du soleil se trouvait en face du manoir.

Zodrik alla de pied ferme vers la porte d’entrée et du coin de l’œil, il vit que le second bateau n’était pas à son port. Signe que son grand – père, Archenald se nommait ce dernier. Un grand homme barbu, un crâ. Qui a fait de grandes découvertes d’îles et élucidé certains mystères. Un aventurier né qui était partit très tôt à l’aventure. Avec son vieil âge, il reste à son domicile pour des affaires moins importantes et surtout proche de chez lui ! Mais sa décision de rester sur sa nation d’origine avait été prise pour prendre soin de son petit – fils, Zodrik. Avec un père zobal d’un nom inconnu et de même pour son visage pour Zodrik. Et une mère disparu quand il était jeune, Archenald donnait de l’espoir à Zodrik à l’enfance bien malheureuse.

Zodrik entra doucement, un simple craquement pourrait faire éveiller le garde – maison. Loni, une Piou adopté d’une île inconnue d’ont Archenald ne voulait pas dire le nom au zobal. Cette île doit être bien mystérieuse pour qu’un simple piou ose défendre une grand maison voir proche d’un manoir. Mais cette piou avait fait de nombreuses fois, ces preuves.

En effet, avec ses plumes blanches voir invisibles sur les pointes. Un bec bleu sombre pointu et des pattes blanches mais constellées d’une poussière brillante, comme des étoiles luisantes. Parfois invisible, de sitôt visible avec une rapidité à trancher les ennemies. Avec son envoutement mortel, elle empoissonne ces ennemies d’un regard. Un très bon « mulou de garde » !

Mais je c’est qu’elle alerterait mon grand – père à ma présence car je devrais être en cours, oui en cours ! Un endroit horrible où on nous oblige à suivre des cours. Pour certains, un endroit génial car si on a des amis plein la poche. Bha.. Sa facilite la vie ! Mais quand on est repoussé injustement, les cours deviennent vite l’enfer et même ce mot ne suffirait pas. Une chose est sûr, amis ou pas. Les cours reste éternellement chiant et long d’on on apprend parfois des débilités absolues, des vies de gens importants d’ont on a rien à foutre… Juste une seule excuse à tout ça : « C’est pour votre culture ! ».

Et bien, cette phrase ne veux rien dire maintenant, surtout quand cette endroit où on est censé passer des journées calmes deviens le centre de violences, vengeances, harcèlements, moqueries, diffamations, insultes... Il vous en faut d’autre ou vous avez compris ? Ha oui ! Parfois, on y vient pour étudier… Mais si vous allez en cour, sachez que vous ne reviendrez pas vivants même si vous avez des amis, mais c’est conseillé !

Heureusement pour moi, mon grand – père m’a inscrit à un collège spécialisé dans le combat, la défense et techniques de combats. Je pleins les autres qui sont dans des collèges où la culture y règne ! Dans le collège de Zodrik, peu de culture mais du combat à 99,95 % !

Mais je crois bien que c’est plus pire car la violence, la soumission y règne fortement dont la vengeance ! Et bien sûr, Zodrik ne comprendrais toujours et jamais pourquoi, lui, il a fallu qu’il soit une atroce victime.

Zodrik étant un très bon zobal, enfin… Seulement qu’avec ses masques qui lui donne une force démoniaque d’où le repoussement de certains en cours. Ils ont très peur mais cela n’est qu’une piètre excuse. Un autre zobal du nom de « Zok » très populaire dans ce milieu a un même esprit fou avec ses masques mais lui, on ne le repousse pas ! Bizzard ?

Zodrik, faible sans ses masques comparez aux autres, il est victime de moqueries interminables.

Il est aussi repoussé à cause de son « être » démoniaque. Même avec des efforts, ils le fuient lâchement.

D’autres suivent les autres, oui ! Eux, qui sont lâches, fuit et suivent les autres. Eux, qui sont dans l’ombres de certains « salo », oui ou servant du diable. C’est plus poli peut – être ?

Zodrik vit un enfer dont il a longtemps essayé de faire part aux « adultes » qui sont censé prendre de grandes décisions pour lui rendre sa vie « paradisiaque ». Mais non, toujours une excuse pour dire qu’il faut aller toujours en cours, « C’est la loi » !

De mon cul oui !

Zodrik se retenais toujours de dire cela, lui au moins restait « poli ». Car dans ce genre d’endroit où quelqu’un a osé inventer et croire que de laisser des enfants et ados seuls entre eux, ils seraient sages comme des images et voulant apprendre de plus en plus. Qu’il croyait qu’ils ont un cerveau d’un qi de 200 !!

On croit beaucoup de chose, on croit savoir beaucoup de chose pour eux. Mais avant de faire quoi que ce soit, il faudrait les écouter et leurs demander leurs avis !

Certes, on aidait tout de même du coté positive et parfois non, Zodrik. Mais livrer bataille tous les secondes, toutes les heures, tous les jours puis toutes les semaines qui deviennent des mois et des ans, seul contre tous ! On n’a tout simplement plus de vie. On n’a qu’un seul choix face à cette torture insoutenable :

LA VENGENCE !

Ce mot consume Zodrik depuis que ce dernier a compris que ce dicton « La vengeance est un plat qui se mange froid. » PAS DU TOUT ! Au contraire : « La vengeance ce mange très joyeusement chaud, très chaud et avec chance, avec du sang ! ». Voilà le vrai dicton qu’on cachait depuis le début.

C’est le seul moyen de défense, de les faire payer et c’est plus – tôt ravissant comme méthode.

Inventer des plans, « balancer » alors qu’on fait son simple devoir de citoyen de dire aux personnes adéquates les grandes et petites fautes commises par ces élèves. Si bien qu’ils n’assumaient pas leurs actes, ils se retournaient contre vous en vous portant la faute. Mais sachez qu’avec Zodrik, plus vous le faite chier, plus il vous tuera ! Un cercle vicieux et interminable dont certains n’ont l’air de rien y comprendre et Zodrik y nagera dedans pour toujours à cause d’eux !

Tout ça à cause d’eux, toutes ces violences, ces insultes et ils partiront comme – ci de rien n’était ! Non ! Au moins une goutte de sang devrais être versé pour ces personnes qui ne se rendent pas compte que harceler les autres, peux les tuer.

De sa faiblesse, il en avait fait une arme. Il ne se refusait plus de faire « peur » aux autres avec son pouvoir fou, bien au contraire. Il n’hésitait pas à dénoncer absolument toute les fautes commises, grave ou pas. Il savait que les autres n’aimaient pas ça, c’était en quelque sorte, une vengeance. Mais pour les autres qui ripostaient par des contres – attaques, le fessant « un monstre » devant les autres, ces harceleurs faisaient croire aux autres qu’il était méchant et cruel. Bien sûr avec l’effet de groupe des imbéciles qui ne se prennent même pas la peine de vérifier s’il était vraiment méchant ou juste soumit à un coup monté mais non, c’est bien plus amusant de rire de quelqu’un d’autre.

Alors Zodrik devait trouver un plan pour se re - venger des renvois, quitte à utiliser ces masques tant crains et n’hésite pas à verser une goutte de sang !

Seul, sa véritable meilleur amie le croyait. Mais elle était contre – ces violences de vengeances. Elle disait toujours « Quand on est jeune, on ne se rend pas bien compte réellement de ce qu’on fait » mais quand ils grandiront, ils auront oubliés et rien n’aura été fait pour les punirent… Alors autant en profiter.

Mais son grand - père le forçait tout de même à y aller, lui a quitté les cours à seulement 15 ans pour vivre sa grande aventure.

De son pied silencieux, Zodrik montait les marches du grand escalier pour se faufiler dans la tour en haut, sa chambre. Son coin de tranquillité ou presque.

« - Tu croyais que je ne t’aurais pas, hein ? Fit sursauter le zobal, une voix grave et vieillotte derrière le dos de Zodrik qui déposait ses affaires sur son bureau.

- Et bien… Oui, grand – père. Mais j’ai ramené du poisson ! Se défendit avec son air d’ange, le « zozo » fou face à son grand – père.

- Zodrik… Merci mais tu vas aller en cours que tu ne veuille ou non ! Parla Archeland.

- Mais quand grand – père….

- Je sais, je sais ! Mais c’est le weekend après et là vous ne vous battez pas. C’est un aprèm découverte de l’art. Vous y construisez une sculpture en bois et c’est un travail de groupe, ça devrais aller non ? Répliqua Archeland.

- A bon, tu sais ?! On ne dirait pas ! Et alors ! Qu’on n’est pas cours de combat, ça c’est bien pire ! Ils pourront en profiter pour se moquer de moi sans – arrêt. Et j’en ai rien à foutre de ce truc, un travail de groupe dont ma trace de participation sera effacée à cause des autres ! Contredit Zodrik.

- Les profs et la directrice surveilleront pour avoir une quelquonce preuve pour ensuite les incriminer et les punirent.

- Sauf qu’ils ont en déjà et ils font rien. La directrice à trop peur d’incriminer Zok, l’un des principales je te le rappelle. Son père est puissant et elle a peur qu’il ferme son collège !

- Va en cours, c’est le week-end après ! Pour moi. Supplia Archeland.

- A cour d’arguments ? Encore ! Toujours cette excuse bidon ! Encore ! Sachant que j’y retournerais lundi prochain ! Pour toi ! Encore ! Tss, parfois j’ai l’impression que attendiez que ça, que je détruise ce collège dans ma furie ou que je me tue ! Parla d’une voix très grave Zodrik puis il partit en furie.

- Moi aussi… J’en ai souffert. Murmura Archeland pour ne que Zodrik l’entende en le regardant partir. »

Zodrik, des plus énervé marcha rapidement dans la cour sableuse où il vit que « Crochu », un cochonu de son grand – père tout rose, très fidèle à son maître sur sa barque.

« Il s’assura que tu y vas correctement. » Entendit Zodrik depuis la porte d’entrée où se tenait Archeland. »

Je n’en crois pas mes oreilles !

Fâché, il se retrouva a naviguer dans les eaux pour se rendre dans ce foutu collège. Sentant le regard moqueur de Cochonu qui semblait rire de ses lèvres minuscules et rose foncées. Zodrik aimait être sur des barques qui ressemblaient un peu à des bateaux mais en vraiment plus petit. Le sien était d’ôté de blanc et de bleu sur les bords. Cette sensation de voyage, il adorait sentant à la fois cet air de poisson. L’air libre de voyager ou libre tout court, l’air salé des eaux douces et bien claires dont on pouvait voir ne serait qu’un minuscule poiscaille des eaux même d’une espèce encore inconnue des scientifiques de Sufokia.

Traversant un coter de l’ancienne capital, de loin on entendait les gens, leurs joies. La nouvelle capital était créé par l’arrivé des steamers et leurs technologies bonnes pour les défenses et mauvaises car cela ne ressemblait pas à l’âme de Sufokia. La nouvelle capital était sombre et métallique regorgeant de stasis semblable à l’environnement sombre de la belle Brâkmar. Seul l’ancienne capital était joyeuse.

Au moins, ils sont heureux eux. Finit l’horreur des cours pour eux ! Si seulement, ils savaient…

Arrivé devant le port personnel du collège. C’est vraiment cool qu’il y est un port privé tout juste en face du collège et seulement dédié au collège pour tous ses occupants. Cela évitait de passer par la capital et d’acheter une drago – dingue.

A vu d’œil, Zodrik vit que des arrivants l’avait vu et l’attendait.

C’est louche ça.. Tant de monde pour moi ?

Il regarda par derrière, personne. Arrivant de plus près, il put voir « Sabrina » et ces deux autres conasses. Sabrina est blonde, conne comme dit les rumeurs sur sa couleur. Vu qu’elle voyait que Zodrik était harcelé, elle en profita pour que je devienne son souffre – douleur personnelle et ses lèches – culs ou fausses meilleurs amis, si vous préférer. « Nora » et « Clarisse. », elles qui ont préférer être dans son ombre d’une populaire dégelasse et lâche pour ne pas qu’elle soit comme moi, avant.

Mais depuis que je me suis rebellé, tout est différant avec elle. Très peu de combat sanglant entre elles et moi. Seul contre tous, une nouvelle fois. Et Archeland n’a pas l’aire de comprendre !

Un joli accueil, dit – donc !

Vu que « Erek » arrivait derrière elles, décidément, il m’attendait lui aussi. Je mis aussi – tôt mon masque préférer, un masque ayant une histoire triste. C’est celui que m’avais légué ma mère avant qu’elle disparaisse. Il était rouge, rouge et rouge, sanglant. Et noire sur le contour des yeux qui laissant un trou pour mes yeux, souffrant de douleur à cause du collège et des gens qui y vivent mais furieux et demandeurs de sang, de soif de vengeance !

Croyez – moi, je l’aurais tous nommés autrement sauf une, ma meilleur amie. A la vue de mon masque que j’ai posé sur mon visage, ce dernier s’agrippant férocement. Une douleur si joyeuse. Les faux – culs ou chiens – chiens et leur maîtresse et l’autre débile sortirent leurs armes, par pur précaution ?

Arrivé au port, le zobal accrocha son bateau sous le regard pesant de ses tortureurs. Il se relève, remit en place son masque et d’un geste magnifique, il sortit une chaine enflammée, puissante et longue.

« - Je vous écoute ! S’exclama le harcelé.

- Qu’es que tu fais là ! Pourquoi t’es pas resté chez toi, on ne veut pas de toi ici. On t’aime tout simplement pas ! Répondit au tact Sabrina, une jeune pandawa habillé d’une jupe droite et verte avec pour haut, une simple chemise blanche laissé au vent. Certes belle mais point du tout à l’intérieur, une populaire qui ne vois que sa réputation qui augmente en harcelant les autres, c’est « à la mode » !

- Moi, je vous hais. Mais les cours sont obligatoire et si cela peut vous faire chiez alors je ne suis pas contre. Contre – attaqua Zodrik.

- Mais apparemment t’a pas compris la l’çon, dégage ! Sinon.. Fut coupé Erek, un sacrieur sanguinaire. Torse nu, aimant draguer les filles du collège voir même les mecs. Pour son bas, un bermuda bleu moulant, très moulant avec une ceinture marron pour couronner le tout.

- Pardon ? Coupa Zodrik en le regardant, de son regard perçant de vengeance. Les autres sentir le combat venir. Mais tu vois, les règles de ce collège disent que le combat est interdit sauf en cours et seulement quand c’est demandé. Continua le zobal en s’avançant vers le sacrieur. »

Parfois, certaines répliques doivent se concentrer sur le règlement, arme fatal dont la vérité n’est pas fausse. Qu’il est fatigant de se battre contre certain qui cherchent toujours le combat. A son approche, Nora et Clarisse s’écartaient d’un bond sortant leurs armes de plus belles, prêtent au combat. » Un long silence s’en suivit mais le sacrieur tatoué de ses marques sortit ses puissants tatouages, tels des êtres – vivants mais corrompus et noires de chez noires.

Zodrik sauta très haut et dans la foulée, il jeta une de ses longues chaines sur le sacrieur qui recula en sautant. La chaine métallique enflammée toucha très peu les pectoraux bien démarqué de ce dernier. Zodrik retombât d’un seul coup au sol avec une chaîne à chaque mains pour toucher les deux autres chiens –chiens de Sabrina et se fut le cas, touché chaqu’une au visage avec une belle marque de brulure. Leurs corps volèrent sous le choc dans la verdure des côtés. Ne restait que Sabrina qui n’avait pas bougé d’un pouce, attendant son tour. Le temps qu’Erek revienne à la charge, il aura le temps de s’occuper d’elle.

Zodrik, un zobal si puissant avec ces masques. Personnes ne peux le vaincre avec sa rapidité de ses gestes puissants dont les armes sont destructrices. Sabrina sortit un bâton de bois simple mais efficace ? Ses poils noirs et blancs bougeaient dans le sens de la légère brise qui soufflait.

Zodrik leva son bras avec sa main, paume en bas. Sur le point d’attaquer, une ombre avec des ailes se montra, se déposant rapidement envoyant des tornades dans les cheveux bruns - blonds du harcelé.

« - STOP ! N’avez – vous point honte ! Punit et tous ! Et encore vous les mêmes contre Zodrik, encore toi de même ! Allez à l‘infirmerie avant que les cours commences et vous viendriez tous me voire à la fin de ces dernier. S’exclama une voix très sèche venu d’une osamodette, la directrice elle – même !

- Madame, je vous dois de vous informer que nous n’avons pas cours mais atelier d’art tout l’après – midi. Parla d’une voix tendue, Sabrina qui se baissa en signe de respect envers la directrice.

- Oui et nous pourrions peut – être venir vous voir à la pause, madame. Continua Zodrik et fit de même que Sabrina.

- Très bien ! Faites comme cela et soyez à l’heure ! Maintenant, courrez à l’infirmerie ! Sauf toi, Zodrik. Conclue la directrice. »

Sabrina la salua en baissant sa tête puis courra vite vers les autres, déjà sur pied pour aller à l’infirmerie. La directrice, une osamodette très sèche mais manipulable, elle portait des ails bleus foncées de la couleur de sa peau. Une très redouté adversaire pour la chance d’avoir des ails dans le dos sans être en forme dragonique et si grandes pouvant provoquer, plus qu’une tornade ! Elle était habillée d’une longue veste rouge foncé s’affalant sur le sol sur quelques mètres. Sur le bord, de la fourrure jaune de plume de truche.

Elle portait son regard dur sur Zodrik tout en avançant vers ce dernier, elle remit ses petites lunettes pour de grands yeux et parla :

« - Ne cherche pas, ignore – les Zodrik.

- Ha bon ? Avant c’était défend – toi puis ignore puis défend – toi ! Comment voulez – vous que je fasse tout seul et surtout qu’ils me traiteront encore plus de faible ! Répondit ce dernier.

- Mais ont les auras, Zodrik ! Avec les preuves qui s’accumulent !

- Mais vous en avez pleins des preuves et de très lourd contre eux ! Qu’attendez – vous ? Ha, oui ! Vous avez peur contre M. Zork, qu’il fasse fermer votre collège pour fausse accusation. Ces accusations pourtant si vrais mais qu’il fera changer en fausse ! C’est maintenant ou le pas « jamais » sinon votre collège se détruira de l’intérieur. Termina Zodrik sur un ton féroce, il se permettait de lui parler comme cela vu qu’elle ne fessait rien et la culpabilité de cette directrice grandissait, se laissant parler dessus, de simple droit puisse qu’elle ne fait rien. »

Il mettait en garde la directrice. Elle a tant peur contre M.Zork dont le fils est le pire ennemi de Zodrik, Zok. M. Zork est puissant puisqu’il est le bras droit du gouverneur de sufokia. Ils habitent dans la nouvelle capital, une zone technologique du au retour des steamers.

Zodrik ne comprenait pas trop pourquoi il mettait son fils dans ce collège. Il y a pourtant bien d‘autres plus proches et plus renommé et surtout pourquoi dans un collège de baston et pas de culture ? Mystère…

De toute façon, Zodirk allait mettre un terme contre le harcèlement de ce collège les dénonçant tous avec leurs actes et même le personnelle éducatif qui ne foute rien contre ce problème urgent.

Ils préparaient un dossier ! Oui, « Ils » car il le prépare avec sa meilleur amie. Un dossier compromettant qui risque de faire fermer ce collège et surtout d’envoyer les cons en prisons !

Beau rime, je c’est.

A suivre !

Hum… Sa bave, non ? :3 Rendez – vous ( Normalement ) mercredi pour la suite ! biggrin

[ EDIT ] IMPORTANT ! : Je suis, deviné quoi.... Tombé..... ? MALAAAADE !!! OUIIIiiiii, la joie ! Etant malade, mon cerveau et mes poumons sont sur le pied de guerre ! J'arrive quand même à vous avertir ! Il y a eu une amélioration depuis ce matin pour mon état ( P'tit info pratique.. ! ). Peut - être que je pourrais poster ce soir ( Ou pas ) mais ça serais peut - être pour demain, le chapitre 2 ! Vraiment désolé... Il faillait que je tombe malade ! °-°' Merci de votre compréhension. :wacko:

Tous droits réservés.

:tap: YuG
0 0
Réactions 10
Score : 431

C'est moi le prem's qui commente, ouais!
Alors mon petit Yugg, tu sais que je l'attendais cette fiction hein? ET bien, je suis heureux de t'annoncer qu'elle ne m'as pas déçu pour ce beau prologue et premier chapitre, un beau phrasé, rechercher, très bien ma foi.
J'ai juste dû me retirer mes yeux à la cuillère et les passer au gros sels pour laver les fautes d'orthographes, pas très nombreuse mais me faisant très mal, et tirets, pourquoi tu mets des tirets partout!

Bref, très bien, il me tarde beaucoup la suite mon cher, ça sent bon la fiction!

Ps: Je te déteste déjà pour ce que tu va faire au corps enseignant mon gars

Cordialement

0 0
Score : 3416
Coucou tout le monde ! biggrin

1 jour de retard, non ? Oui mais j'ai pu mettre un petit message pour vous avertir du retard ! Vu que je suis tombé... M.A.L.A.D.E ! :wacko: Et comme ma cervelle allait mieux en cette fin de journée, j'ai sauté tout de suite sur mon ordi pour vous livrer le chapitre 2 ! biggrin Donc oui, mon état s'est amélioré mais pas assez ! Néanmoins, j'arrive à faire marcher mon cerveau !

@lilianlafon : Sache que ton com' me fait juste ultra plaisir ! biggrin Et le "pas très nombreuse", sache que là. Tu illumines ma journée ! *3* ( Et ci c’est des fautes concernant les dialogues des personnages dans le prologue, c'est à cause du langage typique des wabbits et lenalds ! Que j'ai osé mettre car je trouvais cela plus réelle. ^^ Ci c'était à ça que tu faisais référence pour les fautes... ) Sinon, j'ai pas bien compris la fin mais " cordialement " aussi x). Et merci du soutien ! wink

Donc sans plus tarder ! Voici le chapitre 2 ! biggrin

Chapitre 2 :

La vengeance à ses secrets, compromettants.


( Illustration réalisé par Electrockick )

Zoklis avançât dans les couloirs, bondé d’étudiants soulés des cours. Les murs de l’établissement étaient construits à l’ancienne de Sufokia. En gros, en bois bleu et blanc. Il approcha de son casier jaune et métallique. La portière du casier de gauche était ouverte et se referma laissant voir une jeune et ravissante osamodette. De beaux cheveux rouges courts sur le devant et long derrière qui se laissaient tomber sur ses épaules de la couleur de son corps, un bleu très claire. Elle portait une chemise verte avec un jean bleu sur ses jambes ronde. Malgré sa fine silhouette, ses yeux jaunes était d’une beauté et rare pour un osamodas.

« - Salut Osana. La forme ? Demanda Zodrik à celle d’en face de lui.

- Ouai, beaucoup même ! Tu m’as laissé tomber ce matin ! Répondit l’osamodette, sa meilleure amie.

- Tu ne m’en voudras pas d’avoir été étudié les lieux de la poste pendant ce temps.

- T’inquiète, d’es que j’ai vu que t’était pas là. Je me suis cassé. J’ai pu finir les récoltes. Quand je te dis que cette journée sera bonne ! Continua Osana.

- Moi, j’ai le dossier. On trouve un moment pour mettre en ordre tout ça et d’es ce soir, il va faire son voyage.

- Nàn, passe - le tout de suite. J’ai rangé les dernières preuves correctement, j’ai juste à les rajouter.

- Sois discrète. Et le temps du week – end, le dossier aura fait effet et le collège sera fermé d’es lundi, enfin je l’espère. Parla le zobal en donnant le dossier discrètement à Osana qui ouvrit son casier. Elle mit discrètement la feuille des dernières preuves dans le dossier qu’elle rangea soigneusement. Puis elle ferma son casier.

- Tu vas pas le.. Zodrik fut coupé par Osana.

- T’inquiète, j’ai Lok dedans. Il le surveille ! Termina Osana. »

Puis la cloche sonna pour indiquer de ce ranger en cours. Lok était son gobgob adoré. Il est très câlin et à la seul différance d’Osana, il est très bleu foncé.

Ils allèrent en cours ou plutôt sur une des cours de l’enceinte du collège. Au programme, non pas cours de combat mais cours d’art ! C’est une petite séance qui consiste à travailler dans le bois, une sculpture. En modelant à l’aide de technique de combat, le bois. Intéressant pour la culture, des nouveautés et blabla…

Mais sincèrement, ça ne l’est que pour ceux qui sont intéressé. Les autres… Rien à foutre ! Mais sa peux toujours être intéressant ou presque. Ils montèrent via des escaliers sur le 2ème étage et déboulèrent sur une cours. Les autres de la classe y étaient déjà. A leurs arrivé, une tension s’y joignit.

De doux messages de conneries sans doute sur les deux amis, ou sur eux tout court. Des rires, des regards moqueurs. Tous les jours… Comment peut – on survire à de tels horreurs en continu ?! Zodrik et Osana contra - taquaient par des regards durs, voir moqueurs, même de pitiés… Mais ils s’en foutaient pas mal à force des regards posé sur eux, quel pesanteur mortel ! Même, ils s’amusaient à s’avancer vers certains idiots. Surtout Zodrik avec son regard dur et menaçant d’allé « balancer ». Ces monstres craignent cette punition, les torturées l’adorent !

Au centre, un Iop obèse avec un joli ventre rond dont sa chemise orange pouvait craquer d’un bout à l’autre. Cheveux blond de même couleur que sa barbe courte mais buissonneuse sur le bas du visage et les côtés. Avec ses grands sourcils soleils, on ne verrait plus sa tête tellement que c’est une forêt ! Visage rond, de grands yeux prennent de haut ses passants. De même pour son attitude qui imitait la noblesse. Seul son vieux pantalon noir qui laissait à désirer, le rendant juste moins pitié aux yeux des autres.

« - Encore un kéké qui est payé pour rien foutre sur ses toiles ! Chuchota le zozo fou à Osana.

- Ouai, j’avoue ! Franchement, t’en a qui font de superbes peintures travaillés et on ne l’es vends que 5€ ! Je ne comprendrais décidément rien à l’art ! Répondit cette dernière.

- Il faut juste faire passer un message. Sinon la technique, ils s’en foutent ! Ou presque… Mais bon… Termina Zodrik. »

Le court se passa presque tranquillement. Le principe de sculpté le bois avec son art de combat était plutôt pas mal sauf que, encore faut - il.. Que tout le monde est au moins une maturité.

Beaucoup de gens se plaignent des ados et de leurs irrespects. L’éducation se charge de soi - disant leurs apprendre le respect d’est le primaire, enfin.. On c’est tous que c’est faux. Ils n’ont rien à foutre, tout court !

Les autres élèves sont dégelassent avec Osana mais elle savait répondre. Seul Zodrik était mis à l’écart car les autres ont peur qu’il dénonce leurs actes qu’ils n’assumeront jamais ! L’osamodette bleu claire craignait « le retour de la balançoire ». En autre, les deux meilleurs restèrent au final dans leur coin. On ne pourra pas dire qu’ils n’ont pas participé !

« - Oulà… Je… Je me sens.. Pas trop… Parla doucement Osana. »

Osana se sentit soudainement mal, son visage palissait a vu d’œil. Zodrik s’approcha d’elle, ils étaient assis sur un banc.

« - Tu veux que je prévienne le prof ? Demanda le zozo fou.

- T’es sérieux là ? Répondit la femelle au visage pâle.

- Oui.. Bon… On va direct alors à l’infirmerie…. J’ai juste pense qu’il serait trouillard de quelqu’un de malade.

- Ce type ! Tu parles, pire qu’une gonzesse ! Il aurait même peur de son.. Ombre. Je… Lok !

- Quoi lok ?

- Il m’appelle ! Il.. Il est en danger, je le sens ! Faut vite retourner voir le casier, il est peut – être en danger !

- Et le dossier avec ! S’étonna Zodrik. »

Dans un élan, Zodrik prit Osana pâlissante à chaque minute. Puis ils traversèrent la cour rapidement mais :

« - Excusez – moi ! Qu’allez-vous donc faire sans MON autorisation ?! Demanda le Iop blond en surgissant par derrière eux.

- Elle ne se sent pas bien, je l’emmène à l’infirmerie. Répondit au tact le zobal.

- Sottise ! Même la maladie ne vains pas un artiste comme MOUA ! Répondit ce prétentieux de Iop. »

Prétentieux, en plus !

Les deux meilleurs amis inséparables se regardèrent, l’œil brillant. Ils étaient connectés, ils savaient directement qu’elle idée lui venait en tête à la second prêt.

L’osamodette toussa violement, voir trop à la limite de la comédie ?

« - HAAAAAAAAA ! Des.. MICROBES !! HAAA ! Oust ! Saleté de vermines ! Non de Iop ! Hurla le Iop en fouettant en l’air avec ses bras, une vraie fillette. Oulà.. Je me seeennnns…… Tomba ce dernier.

- Rha ! Chochotte ! S’amusa Zodrik mais Osana en fit de même, elle tomba raide morte comme un sac par terre. Nàn mais sérieux là ! Rhaaa… Se lamenta le zozo. Il prit d’un bras Osana puis de l’autre main, la chemise orange au cou du prof qui craqua laissant le bidon tout rond, érafler le sol.

Le torturé regarda par derrière, les autres découvraient la scène avec un air d’amusement. Pas le temps pour eux, deux sont dans les vaps ! Le Iop pesait pire qu’un craqueleur si bien que le zozo roux le laissa tomber à la porte du bâtiment. Osana était largement bien plus importante ! Longeant les couloirs avec une osamodette dans les bras, il arriva à son casier… Ouvert.

« - Non ! Il est.. S’approcha Osana près de son casier dont Lok et le dossier avaient disparus ! Non ! Qui ! QUI ?!

- Attend un peu.. Remarqua Zodrik. Il avait vu une ombre disparaitre dans un coin. Osana, c’est un piège ! Ils veulent nous tendres un piège ! Continua le zozo en pointu du doigt, l’endroit où l’ombre corporel d’une personne avait disparu.

- Mais qui ? Demanda t - elle, elle s’était calmé.

- Je ne s’est pas. Mais je pense que vu qu’ils ont le dossier et plus Lok. D’après les atrocités de ce collège, ils vont nous demander quelque chose contre le dossier et Lok, un chantage ! Faut faire gaffe, ils ont le dossier !

- Et lok ! Couru Osana directement vers le coté du couloir où avait disparu cette ombre suivit de Zodrik.

- Fait gaffe, ils savent qu’ils tiennent un élément essentiel pour te torturer ! Restons silencieux ! Chuchota le roux. »

Ils arpentèrent les couloirs silencieusement et à la fois rapidement, digne d’un sram ! Des bruits de pas, essoufflements se fessait parfois entendre. Guidant les deux amis à une porte au fond d’un couloir sur un côté caché où se trouvait un porte métallique. Le zobal et l’osamodette étaient sûr que c’était une sorte de cave où trônait des vieux cartons ou matériels usagés. Mais c’est aussi là, l’endroit où se tiennent peut – être les ravisseurs avec le dossier et Lok ! Autrement dit, un piège.

« - Hum.. Trop facile ! Je vais par l’autre côté, il y a une autre porte derrière qui mène à cette pièce. Va – s’y, ils attendent en priorité toi avec Lok. Sois prudente, ne cède pas. Je serais là à temps ! Ne dévoile surtout rien ! Conseilla Zodrik.

- Il y a Lok ! Je.. Je ferais de mon possible. Conclue – elle. »

Ils firent un hochement de tête chaqu’un expriment leurs accord et un « Bonne chance » discret. Les deux amis se séparèrent, l’autre entrant dans un piège torturant ?

Zodrik couru à l’autre bout du collège prenant soin de ne pas faire trop de bruit dans cette course folle pour ne pas éveiller les autres classes. Arrivé à un croisement de longs couloirs où bordaient toujours d’innombrables casiers. Il devait faire vite, s’il continu dans les couloirs. Il allait devoir faire encore des zigzags pour arriver à ça destination. Pas le choix, il allait devoir passer par la classe en face, des vies et des secrets sont en jeu !

La porte de la classe s’ouvrit légèrement, Zodik avança dans le doute. Il ouvrit grandement cette porte mais aucun signe d’une activité humaine ou autre. Cette classe était une petite classe pour forger et construire les armes de combat. Une grande vitre se dévoilait sur le côté ouest de la pièce. Des tables de bois où des matériaux comme le métal et pleins d’autres y étaient disposé. Sur les murs, un nombre d’armes dont leurs caractéristiques se mélangeaient.

Il traversa la pièce en direction de la porte tout en face mais… Fermé. A ce moment précis où le roux tenta d’ouvrir la porte fermé à clef, un bruit de porte qui se referma se fit entendre.

« - Ont se douteraient que tu passerais par - là ! Parla une voix vantarde. Le zobal reconnu tout de suite la voix de Zok. Ce dernier venait tout juste de refermer l’autre porte, il s’était bien caché !

- Dit – moi pas que.. Fut coupé Zodrik.

- Que tu t’es fait piéger ! Exact ! Non seulement, ton amie va recevoir une bonne raclé avec Lok qui risque de mourir mais en plus, la découverte de preuves ! Des preuves qui nous incriminent connard ! S’envenima Zok.

- Tu n’accepteras toujours pas t’es fautes ! Lâche comme toujours face à la vérité !

- Ca se fait pas de balancer !! Tu c’est qui je suis !!! Ces preuves allaient me foutre en prison ! Et y’a du gros dossier sur tout le collège, tu veux le fermer ou quoi !!! C’est des accusations graves !

- C’est le but, sale Iop ! Et oui, je veux le fermer ! Monter au monde vos crimes que vous n’assumerez toujours et jamais ! Des accusations vrais mais tu n’es que lâche ! S’emporta le zozo faible.

- On va monter ça à la directrice ! Vous êtes virés ! Et ces papiers seront transformé en preuves contre – vous ! Non seulement t’aura de la honte mais tu pourriras en prison !

- C’est vous qui le mériter !!! Mais vous ne comprenez jamais ! Toujours de notre faute mais jamais de la vôtre ! Des pétasses qui n’assument pas leurs fautes !! Voilà ce que vous êtes !! Des lâches ! Vous devrez crever en prison, tous ! Ou non ! Crevé, TOUT COURT ! Et vous devrez même souffrir EN ENFER !!

- JAMAIIIISSS !!!! Acheva le zozo fort. »

Dans son élan, Zok qui était grand et bien musclé pour être prétentieux. Avec ce genre de personne, la musculation prend tout un autre sens. Cheveux roux foncés, habillé d’un pantalon skinny bleu avec un tee – short blanc avec un motif à la mode. Zok fonça sur Zodrik jusqu’à le propulser contre le mur tout en enlevant les masques de Zodrik.

« - Toi t’es faible ! Sans masques, t’es mooort ! Ajouta le prétentieux. »

Ce dernier fouta un coup de tête dans la tronche de son adversaire et l’envoya balancer contre la grande vitre. Celle – ci se brisa sous le choc laissant tomber ses morceaux pointus sur Zodrik qui saignait du nez et d’une blessure au haut du bord de la tête. Des gouttes de sang perlaient sur le sol et sur ces morceaux de vitre si transparents. Zok marcha jusqu’au zobal à terre.

« - Des monstres que vous êtes ! C’est un combat déloyal comme toujours ! Cracha de son sang qui venait de sa bouche, Zodrik qui essayait de fuir. »

Mais il attaqua par surprise son tortureur avec un gros morceau de vitre brisé. Son adversaire le reçut en plein dans la tronche, une grande ligne de sang défigurait son visage. Zodrik profita de son avantage pour sortir une « Tronçonntise ». Une technologie des steamers, très innovante. Il lui fouta un coup dans sa tête et le zozo fort tomba sur la table de bois, presque assommé.

Dans l’action, Zodrik alluma la machine qui se mit à tourner de ses dents tueuses. Il envoya sur Zok qui retenait cette machine monstrueuse à tuer. Voyant que son adversaire presque vaincu tenait bon, il prit la jambe droite du zobal perdant et le zozo fou l’envoya valser contre le mur.

Il prit ensuite le reste des morceaux de vitres brisés qu’il lança sur Zok qui revenait à la charge. Mais il fut arrêté directe grâce aux coups de Zodrik bien tachant. Ce dernier continua jusqu’à trancher une jambe, une épaule et ect… Clouant Zok qui saignait abondamment contre le mur, figé des morceaux qui transperçait son corps musclé.

Zodrik qui n’avait pas fini sa torture, prit un scotche noir l’enroulant autour de la tête du zozo sanglant. Ses yeux et sa bouche et presque tout son visage était collé. Il aurait beau hurler, rien ne se ferait entendre. Pas même de l’aide ne viendrait à Zok comme Zodrik, rien.

Crève sale solapard !

Et Zodrik partit laissant peut – être, un mort ? Il courut vers Osana, seul contre tous.

Froid. Etait la première impression d’Osana quand elle osa entrer. Les vieux murs et asséchés relataient une atmosphère sombre et glacial. L’escalier tourna en direction de la cave. Où se tenaient Erek avec Sabrina et ses deux complices. Sur le côté gauche était disposé comme une mini – guillotine prête à être enclenché par Nora, une roublarde sur Lok !

De ses yeux grands yeux ouverts, Osana les regardaient sans un mot. Des monstres et plus encore !

« - Bon… Je commence. Se lança Sabrina assise sur une chaise pourrit devant une table en bois très pourrit. Sur les côtés de la cave se tenaient d’immenses cartons et d’autres affaires en tout genre entassés. Comme – ça, on allait – mettre une fin à toute cette histoire en nous accusant à tors alors que vous ne faite que balancer !

- Vous serez toujours lâche ! Seul excuse pour vous, c’est qu’on balance ! Et vous nous faite passer pour des monstres auprès des autres ! Tss… Protesta Osana. Allez, arrêter ça ! Fait pas de bêtise, rendez – moi Lok !

- Hum.. Je c’est pas… Nous sommes tous d’accord pour dire que vous vouliez nous foutre en prison ! Continua Sabrina. Les autres acquièrent sauf l’unique osamodette de la scène. Alors nous te laissons le choix ! Pour faire bref, sois tu décides de sauver votre dossier en nous combattant et tu perdras ! Sois tu décides de sauver ton Lok adoré et débile ! En tout cas, ont montera ça à la directrice qui changera ces preuves pour qu’elles soient contre – vous ! Et vous serez viré et en prison avec de la honte et… l’échec ?

- Mais pence à ton Lok, tu ne veux pas perde non ? Il sera mort ! Et ton dossier ? T’es parents aimeraient voir ce qu’est devenu leurs pauf fille minable ?

- S’i… S’il… S’il - vous – plaît ! Rendez – le moi ! Cria l’osamodette dépourvu de son gobgob.

- Va le chercher ! Parla Nora d’un sourire maléfique. »

Osana ne savait que faire ! Sois sauver Lok, son amour de sa vie et son compagnon le plus chère à ses yeux. Ou un dossier contenant d’innombrables informations sur le collège, ils auraient pu avoir leur vengeance sur ce collège ?

Ces monstres ! C’est décidé !

Sous l’ordre de son cœur, elle fonça vers sa moitié où Nora déclenchait déjà la guillotine à la vue de la décision d’Osana. Cette dernière sortit son fouet tout en le lâchant férocement sur la guillotine dont la lame s’apprêtait à trancher la toute petite gorge de Lok, cette maudite guillotine éclata en morceaux et Lok fut sauvé !

Pendant ce temps, les monstres partirent vers la porte de derrière mais à leurs plus grande surprise :

« - Alors les cons ! On m’avait oublié ! S’exclama Zodrik quand la porte fut ouverte. De son pied droit, il attaqua Erek qui fut propulsé contre le mur. »

Il sortit ensuite ses chaînes destructrices enflammées sur Nora et Clarisse tout en les propulsant sur Sabrina. Toutes les trois brulés à cause des chaînes, d’un geste simple. Il projeta violement une de ses chaines sur le visage de Sabrina où apparu une belle trace noire.

Il les délaissa à Osana, elle était furieuse et elle serait quoi faire pour les remercier. Il s’attaqua à Erek qui se relevait déjà prêt à partir ! Il l’attrapa et lui fouta milles coups de chaînes dans le dos d’Erek, ce dernier hurla à la mort.

Osana avançait vers les trois garces, un sourire démoniaque à la bouche. Le collège rend fou et on ne s’en pas compte ! De ses fouets violets, elle les lacéra de coups violents de douleurs. Elle agrippa à l’aide d’un fouet le coup de Nora, celle – ci étouffait à cause du fouet mais Osana continua à forcer et lui fouta une dague dans son ventre et la relâcha. Puis elle continue en sortant une longue et fine épée d’origine osamodien et elle traça une belle ligne sur les trois visages d’un coup. Les trois garces à terre et inertes, Osana rajouta :

« - Ce n’est pas finit. Quelqu’un d’autre veux vous dire encore plus merci ! Va s’y Lok ! Fait toi plaisir ! »

De son bras gauche tendu vers les filles monstres, Lok fonça vers elles pour les faires souffrirent. Des cris de hurlements de douleurs, une belle musique pour les deux vengeurs. Osana se retourna, Lok était largement plus violent et le sang n’était pas son gout favori même si les monstrueuses saignait déjà à ses attaques, Lok les boufferaient.

Le carnage finit, Lok s’empressa de mettre son immense bouche sur la tête des tortureurs et de son pouvoir spécial, les faires oublier le dossier et ce qui l’entoure. La porte s’ouvrit et Osana fut sous le choc :

« - Que cela cesse ! Hurla la directrice en compagnie de Zok.

- Ha bah alors ! On n’a plus honte de balancer, Zok ! Lâcha Zodrik furieux qu’il est tout raconté à la directrice.

- Jeunes monstres, venez avec moi ! Et ce dossier m’a l’air plus qu’intéressant, non ? Dans mon bureau !!! IMEDIATTEMENT ! Hurla cette dernière. »

Les tortureurs et Zok ont été emmené d’urgence à l’hôpital. Tout le monde à cette heure - ci devait être au courant de l’histoire sauf du dossier ? Et voilà, ils se font encore passer pour des monstres alors qu’il ne faisait que se venger et se sauver contre cette torture. La directrice avait effacé, via son gobgob, l’effet du pouvoir d’aspirer les souvenirs de Lok sur les tortureurs.

Seul Zodrik et Osana, dans un état sanglant était resté dans le bureau. Il serait viré et leurs vengeance et tout ce travail fournit sur le dossier pour se venger de collège, de toute la souffrance et l’inattention commise sur eux. Et certains autres élèves soumis à cette dictature ?

« - On va vous ramener chez vous. Dit la directrice en entrant et elle s’assit. Ce dossier ne sera pas divulgué mais vous aurez une grosse punition pour ce fait et l’es fait commit sur les autres élèves. Vous ne serez pas viré car c’est votre dernière année et on approche de la fin.

- C’est surtout parce - que vous nous sauver qu’on a souffert et pour votre dignité et pour ne pas attirer les foudres de mon grand – père que vous nous faite rester. Et les autres, ils ont une punition ? Lâcha Zodrik.

- Non. Au vu de leurs états et.. Le père de Zok a insisté pour que vous seul ayez une punition et non eux car ils ont été torturés.

- Quoi !! Saviez seulement ce qu’ils allaient faire ?! Et ce qu’ils nous ont fait avant, hein ! OUBLIER !! S’énerva le zozo fou en enlevant les affaires du bureau de la directrice. VOUS AVEZ PEUR ! Peur de réflexions faites des deux côtés de nos familles ! Vous savez quoi, vous avez bien fait de ne pas nous avoir viré ! Vous gardez deux qui souffrent dans ce collège et ce qui souffre devienne fou ! Logique, préparez – vous à un massacre, madame la non – directrice !

- Une dragostasis vous attend à la sortit. Termina la directrice pendant que Zodrik partit de même pour Osana qui n’avait pas parlé du tout, les larmes aux joues. »

La dragostasis, encore une invention des steamers ou une sorte de boite modelé volante grâce à la stasis et tiré par des dragodindes. Pendant le trajet, ils ne se parlaient pas, rien. Osana fut déposé en premier et en descendant, elle prononça une phrase à peine perceptible :

« Tous ça pour rien. »

Puis la dragostasis repartit en direction de la maison d’Archenald. Quand il fut déposé, le chauffeur lui apprit qu’on avait ramené son bateau aussi. Zodrik qui était au bord du suicide, une tel honte et un tel échec !

Il entrant dans le manoir. Etrangement petit ce dernier. Le regard vide, il marcha là où menaient ses jambes. Sans qu’il se sache quel envie fut donné aux jambes de l’amener dans l’atelier de son grand – père.

Un grand espace où se trouvait une pièce découverte où se tenait son bureau. Sinon, des dossiers et des souvenirs. Masques, chaises, armes en tous genres de différentes îles, trônaient fièrement. Des machines se tenaient – là que réparait son grand – père sinon c’était des longes rangés d’étagères remplit de livres poussiéreux, des dossiers empilés dans le désordre. Ça, c’était l’atelier fétiche d’Archenald.

Il monta tout en haut où il avait un coin bien remplit de dossier poussiéreux, à croire qu’ils sont juste là pour la déco ! Il aimait se retrouver là. Petit, il regardait d’en haut son grand – père travailler, il l’admirait. Il se mit à regarder dans un carton, il trouva de nombreuses fiches, des dossier et images…. Il regardait des fiches et parmi elles, des comptes - rendus et un journal de voyage du vieil homme aventurier sur une île. Une île appelé : « L’île des wabbits » !

Elles groupaient tous un élément du nom de « Uklis » ! Une pierre positionnée au milieu de la couronne du célèbre Wa Wabbit ! Ce dernier était en conflit avec les lenalds pour une histoire de la propriété de leur terre. Il est dit que cette pierre de forme losange ouvrirait un passage sur le secret le plus sombre du Wa Wabbit. En lisant les journaux, il découvrit qu’Archenald avait maintes fois essayé d’instaurer la paix et découvrir le fameux secret que referme cette pierre. Sans succès.

Incroyable !

Dans sa joie de sa découverte, il trébucha sur un livre droit qui se décala vers la droite en actionnant le levé d’une porte.

Mais ! Je ne savais pas ça !

Il entra et découvrit une immense salle où se tenait un bassin d’eau qui donnait surement sur l’océan. Et au milieu de ce gigantesque bassin, se tenait un immense vaisseau !

« - Osana ! Je c’est comment nous sauver ! »

A suivre !

J'espère vous avoir régalé ! biggrin Le voyage commencera dans le prochain chapitre ! Rendez - vous ( Normalement et si j'ai pas eu d'autre truc qui m'empêche de poster à temps... ) samedi pour le chapitre n° 3 ! tongue

Tous droits réservés.

:tap: YuG
 
0 0
Score : 431

Bien, alors, si on enlève le fait que ce n'est plus une fiction mais un étal de boucherie ça me paraît pas trop mal...xD

Sans rire, c'est très bien encore une fois, pas trop long, ni trop court pour bien apprécier, pas mal du tout, encore une fois, mes yeux sont passés à la javel pour les fautes mais si cette fois elles sont plus nombreuses, elles ne sont pas dramatiques ( dès demain" ignorant ! ).
Bien, la suite devra vite arriver sinon.... ET je te remercie pour le fait que le collège ne ferme pas, sinon j'aurais boudé....

Cordialement et en pensant qu'un iop peureux ça n'existe pas

0 0
Score : 3416
Hop tous le monde ! biggrin

( Oui, j'ai une créativité pour inventer des salutations... xD )

En ce beau matin d'été ! Un samedi où je vous livre un et je l'espère, chapitre palpitant ! :3

@lilianlafon : Ta tout comprit ! xD Et je te paye d’avance les litres de javel ! C'est cadeau, c'est pour moi ! x) Tu seras tranquille. Et eu.. Fin je te laisse lire, hein... Et cordialement et joie de l'imagination pour Iop peureux. :') Et merci d'être là ! :3

Avec du soleil ! cool Voici donc le chapitre 3 ! laugh

Chapitre 3 :

Des voyageurs inattendus.



( Illustration réalisé par Kami )

Sur le sable chaud dut à la chaleur persistante du soleil de Sufokia. Une fille ravissante marchait vite en direction d’un manoir à demi – incrusté dans une grosse roche. Cette fille osamodette sonna à la porte, elle portait un sac à dos et son havre – sac. La porte s’ouvrit :

« - Te voilà enfin ! Cria un zobal.

- Oui ! Qu’es ce qu’il y a de si urgent ! Cria Osana.

- Chuuute ! Moins fort ! Tu vas attirer l’attention de Loni ! J’ai créé une petite diversion, cela nous laisse du temps ! Termina Zodrik. »

Ce dernier emporta Osana dans l’atelier de son grand – père et lui montra la pièce secrète !

« - Tu c’est… On ne s’est jamais demandé qu’es ce qu’on ferait après ? S’exclama Zodrik.

- Après quoi ? Demanda l’osamodette.

- Après notre plan. S’il avait fonctionné, le collège serait fermé mais.. Aurait – ont continué y aller dans un autre ? Pourquoi on ne vivrait pas notre propre aventure !

- Au faite Zodrik…

- Hein ? Pourquoi ?! J’ai trouvé des documents concernant l’île des Wabbits et son histoire. Mon grand – père avait.. Fut coupé le zobal.

- D’ailleurs, il est où lui ? Et je connais un peu l’histoire mais je ne vois pas où tu veux en venir ?

- Il est partit, il reviendra dimanche soir pour cause réunion. J’ai lus ça sur un papier dans notre cuisine. Si tu connais leur histoire, Archenald avait sans cesse essayé de résoudre leurs problèmes et d’installer la paix sur cette île et de résoudre le mystère d’Uklis !

- De quoi ? Demanda Osana et Zodrik lui lança un journal avec des infos concernant cette pierre magique. Je vois… Dit – elle en lisant, le zozo fou continua.

- Je l’entends encore me raconter ces aventures sur cette île. Il est partit à quinze ans vivre son aventure. Si on reste ici, c’est la honte pour nous deux, qu’es ce qui nous retiens ici ? Je te propose de vivre notre première aventure !

- Zo… Oui. Oui. Oui ! Je veux bien, c’est pour ça que tu m’as demandé d’apporter des armes et mon havre – sac pour ne rien oublier et de la bouf’ !

- Exacte et tu vois ce vaisseau derrière moi ? C’est notre « bateau de croisière ». Se réjouissait Zodrik. »

Osana n’avait pas vraiment prêté attention à cet immense vaisseau. Elle en était admirative et tellement impressionné de la grandeur. A vu d’œil, il était d’origine steamien avec son style. Consisté de métal d’un faible jaune, on pouvait voir d’immenses vitres et des canons de l’extérieur. Une véritable forteresse !

Elle se demanda si cet engin était vraiment fiable mais Zodrik lui montra l’intérieur. Un véritable labyrinthe ! Mais à force, ils s’habitueraient des chemins ? Les couloirs était en métal sombre, l’éclairage était bon mais laissait à désirer pour l’ambiance glauque. Dans ce vaisseau, il avait tout ce qui était essentiel voir plus ! Toilettes, salles de bains, salle de jeux, dortoirs… Zodrik l’avait même remplit de bac d’eau pour changer l’eau sinon c’était le vaisseau qui se chargeait de récolter l’eau et de la filtrer ! Une intelligence ce vaisseau, digne des steamers ! De plus, ce vaisseau avait l’air lourd en arme et pour se défendre aussi ! Bien sûr, tout cela fonctionnait à la stasis. Il avait certes de la réserve mais, vaudra mieux aller acheter sur une île.

Zodrik montra à Osana la principale chambre, la plus confortable. Au milieu trônait un énorme lit rond et sur le devant de la pièce, une grande fenêtre ronde pour admirer la mer. Le reste était non constitué de métal à par le sol mais d’un violet sombre sur une étrange matière qui consistait les mures, elle était mouleuse.

« - Je crois que c’était la chambre du capitaine, c’est la plus confortable mais il y a qu’un seul lit. Mais la douche est juste à côté avec les toilette.. Et il y a un grand espace avec une table devant et une mini – bibliothèque.. Fin, la chambre de luxe quoi ! Parla Zodrik.

- Temps mieux. Le lit est grand, ça ne me dérange pas du tout de dormir à côté de toi, je préfère ne pas être seul.

- Le vaisseau à l’air d’être vraiment en bonne état même les armes, j’ai vérifié. Il y a un manuel pour savoir comment le diriger mais j’y comprends rien…

- Passe ! T’es vraiment nul toi ! Termina Osana. »

Le zobal lui passa le manuel. Elle le lit pendant qu’il finissait de charger le vaisseau des vivres et autres. Elle continua sa découverte jusqu’à la salle des commandes, très grande cette dernière. Des rangées de commandes et en hauteur, il y avait un grand espace de commande. Surement pour le capitaine pour les commandes principales. Devant ce post principal, la grande vitre qu’on pouvait voir de l’extérieur, elle devait être surement être très solide.

Osana arrivait presque facilement à comprendre les instructions des commandes. Le vaisseau pouvait plonger dans l’eau sans aucun problème ou pas ? En tout cas, c’était possible.

Le voyage surprise allait commencer. Elle avait laissé un petit mot d’au revoir à sa famille comme avait dit Zodrik. Prit son have – sac ou était stocké tout ce qui lui appartenait avec ses armes, souvenirs et vivres.

Zodrik après avoir refermé la porte de l’intérieur et bloqué son accès à la salle du vaisseau. Il vérifia les dernier détailles avec Osana. Puis il entra dans le vaisseau où la grande porte pour déverser les marchandises se refermât. A cet instant, Zodrik découvrait qu’il y avait des minis – vaisseaux de combats !

Cool ! Pratique !

Il rejoignit Osana à la salle des commandes. Elle était à son poste en train de préparer le départ.

« - Tu as tout vérifié ? Demanda-t-elle.

- Ouep ! Mais vite, Loni va bientôt réussir à sortir de son piège. Répondit Zodrik.

- D’ailleurs, comment tu as fait pour le piéger ?

- Bha j’ai creusé un profond trou dans le sol dans la forêt autour du manoir et mit Crochu dedans et comme je savais qu’il allait chialer comme une éniripsa. Loni a accourut et a été est tombé dans le trou bien caché !

- Ha… Bien joué, bon tout est prêt ? Ont peux décoller ?

- Oui, je te dis ! J’ai vérifié dehors s’il n’aurait pas des choses qui pouvaient bloquer le départ. A l’intérieur, tout ! Et même avec toi pour les fournitures !

- Bien ! Par contre, pour le départ. J’aurais besoin de toi. Tu vois ces postes de commande ? Elle lui désigna un poste derrière le poste du capitaine. Il y avait deux de chaque côté du poste du capitaine, sans – doute pour le seconder. C’est des postes principales mais de second, il me sera utile que tu y sois à ce poste pour les départs ou arrivées ou encore dans des zones dangereuses !

- Ha oué mais nàn.. Je su.. Fut coupé Zodrik par l’ossamodette.

- T’inquiète, je te dirais quoi faire ! C’est vraiment facile. Et puis, à force. Sa rentrera dans ta tête !

- Bon alors… Prêt ? Demanda le zozo.

- Oui. GO ! Termina Osana. »

Et ils lancèrent les mécanismes de départ, tout ce passa très bien. Osana donnait des informations à Zodrik sur les commandes qui lui – même réussit à comprendre ! Avec leurs manettes, ils dirigeaient le vaisseau. Sinon, dans les zones douces, il y aurait la commande automatique.

Le vaisseau plongea. Ces deux meilleurs amis laissèrent de côté tous leurs soucis monstres et partirent pour une aventure !

Ils longèrent de loin la côté de Sufokia et ils purent s’apercevoir en vison télescopique du collège. Egalement accessible par les canons. Ils se regardèrent, un choix était fait. Zodrik hésita, il avait des gens bon et ce collège était bien pour certains. Que pour certains. De toute façon, à cette heure – ci, le collège était fermé.

Et Osana activa les canons sur ce lieu maudit. En un instant plusieurs cannons s’activèrent laissant leurs tires puissants faits de stasis. A l’œil, c’était plusieurs éclaires violets qui se propageaient sur ce collège. Plusieurs éclaires violets qui se donnaient à fond sur ce lieu de torture. Et ce lieu… De merde ! Explosa, une grande et magnifique explosion le détruisant ! Les flammes le détruiraient pour de bon !

A JAMAIS !!!

« - Zodrik… Il faut que je te dise. S’exclama Osana.

- Quoi ? Demanda le zozo, presque vengé tout comme l’osamodette.

- Si tu crois que la directrice a enlevé l’effet du pouvoir de Lok, c’est raté ! Peu après, il s’en est servi sur la directrice et son gobgob et les autres ! Il m’a même ramené le dossier ! Quand je lui donne, une mission. Il l’a fait ! J’ai dû donner à mon frère le dossier pour qu’il le transmette à la poste sufokienne. Lui aussi, était pour ! Ne t’inquiète pas !

- Que… Ne savait que dire, le zozo vengé ?

- Oui, on est vengé complétement ! Et ce collège en plus détruit ! Joli cadeau, hein ?! Rigola Osana, heureuse.

- Dit – moi que je rêve ! S’écroula à genoux, Zodrik. Vengé. Et surtout.. Heureux ! »

Lok apparut derrière le dos d’Osana. Ce petit gobgob est vraiment génial ! Les deux meilleurs amis pouvaient partirent vengé et heureux.

Fin ?

Dans cet océan, beau et tellement beau. Là où milles poissons de sortes d’espèces vivent donnant une beauté à cet océan. L’océan de Sufokia. A travers la vitre, le reflet du soleil sur les vagues qui anime l’océan bleu et transparent. Laissant un effet de vague de soleil dans le vaisseau. Les deux amis étaient émerveillés.

Osana le savait au plus profond d’elle. Suivant la carte, une veille carte qu’a trouvé Zodrik dans les affaires d’Archenald. Il devait passer par une zone sombre habité de créatures verte, des bellaphones ! A ce qu’on dit, même leurs chants brisent une énorme vitre ! Ils pourraient ensuite aller sur l’île de Kelba pour faire une pause et en profiter pour s’approvisionner et peut – être trouver une meilleurs carte.

« - Tin’ ! J’en peux plus moi ! Chuchota une voix. »

Zodrik et Osana en restèrent muet, qui était là ?!

« - C’est qui ?! D’après toi ? Chuchota Zodrik à Osana.

- Je.. Non.. Ne me dite pas que… Souffla cette dernière et d’un carton, sortit un jeune sram aux cheveux noir. Zodrik, voici mon frère.

- Heiiiin ?!!!

- Ha non mais j’allais pas te laisser tout seul ! Parla le jeune sram.

- Chuis là… Rajouta Zodrik.

- Et en plus, c’est toujours toi qui a droit à tout ! Même à l’aventure, alors là ! Moi, je pars ! Je veux vivre aussi.. Fut coupé le jeune homme vêtu d’un pantalon skinny noir avec un tee – shirt très… Moulant. Sur ces habits, une ceinture en cuire de zespadon noir où des dagues et autres outils que chérissaient les srams.

- Makaiw ! Tu es trop jeûne pour vivre une aventuuure !!!! C’est pour ça que je ne veux pas que tu y aille ! Nàn, nàn ! S’il t’arrivait quelque chose, je… Non. On rentre, je te ramène ! Gronda Osana.

- Quoi ! Nàn ! Je veux vivre une aventure ! Je reste ! Répliqua Makaiw aux jambes vaporeuses de fumés noire dans sa tenue sombre, ses chaussures étaient en pointes et noire.

- Non ! Ont tiens beaucoup trop à toi !

- Je reste ! Je…

- Non ! Tu.. Quoi ?

- Regardez derrière – vous…

- Qu’es – que… Fut choqué Zodrik en se retournant tout comme Osana vers l’immense vitre où se trouvait une bellaphone ! Elle était d’une divinité magique, ses cheveux vert tout comme son corps plus pâle, une beauté ! »

La bellaphone ouvrit sa bouche et elle se changea en monstre, elle devenait noire. Ses veines ressortaient, ses cheveux étaient sec et pratiquement inexistants, horrible ! Elle avait beau hurler son chant maléfique, la vitre n‘en ressortait aucun bruit.

Génial !

Puis, la monstre à la voix enchanteresse voyant son échec fonça vers l’immense vitre, elle cognat fort. Et elle recommença de plus belle, avec ses poings, ses longes griffes noires ne fessaient même pas une égratignure.

Une secousse les secouèrent, Osana leurs apprirent que deux autres bellaphones étaient derrières. Aussi – tôt, elle enclencha le mécanisme de défense. Seulement, elles bougeaient trop. Ils allaient devoir avoir des personnes aux commandes des fusils principaux et être très concentré et survires !

« - Il y a des minis – vaisseaux ! J’en ai vu ! Quelqu’un pourrait sortir du vaisseau et les mitrailler ? Proposa Zodrik.

- Moi ! J’irais ! Proposa Makaiw.

- Alors là, non ! On s’est même pas s’ils sont en bonnes états et chargés ! C’est trop dangereux. Le problème, c’est que les tirs du vaisseau vont en endommager les rochers autour de nous et à force, ils vont nous tomber dessus ! Conclue Osana.

- Allez, dit – oui !

- Non ! »

Dans l’océan, les ballaphones de derrière s’activèrent. Elles réussiraient à force à trouer le métal solide ! Mais…

« - OUAIIII !! Merci Osana !! Cria de joie, Makaiw. Qui pilotait un mini – vaisseau.

- Fait pas le malin ! Parla Osana. On va faire une par une. D’abord, celle de derrière sur le côté droit ! Zodrik tira par derrière depuis son poste de commande.

- Allez, GO ! S’enchanta ZodriK »

Zodrik qui était derrière Osana à l’un des postes de commande second réglait le fusil. Pendant que Makaiw qui s’en sortait pas mal avec le mini – vaisseau. A eux deux, ils réussirent à atteindre leurs cible. Pareil pour la 2ème sur le côté gauche.

Osana essayait de stabiliser le vaisseau, le manœuvrer était impossible car les bellapohones l’avaient trop endommagé ! Il errait donc dans l’eau, il devait se recharger d’énergie pour pouvoir fonctionner normalement. Il ne restait plus qu’à compter sur la chance pour ne pas qu’il percute un rocher !

Seul Zodrik et Makaiw était encore dans le combat, il n’en restait plus qu’une. Mais, grâce à son énorme griffe noire. Elle arrivait à moitié, à fissurer la vitre ! Makaiw arriva par derrière et elle le remarqua si bien qu’elle fonça sur lui.

Elle était de dos et il ne restait plus qu’à actionner le fusil seulement.. Il ne s’activait pas !

« - ICI MAKAIW. BIIIICH. FAUT ACTIONNER LE FUSIL ! BIIIICH. ALLER ! Parla Makaiw dans son parleur depuis son mini – vaisseau où Osana et Zodrik pouvait recevoir la transmission depuis le vaisseau.

- Oui, oui ! Mais il ne s’actionne pas ! Aller fusil ! Répliqua le zozo.

- Sans doute dû au manque d’énergie. S’interrogea l’osamodette.

- JE PEUX PAS TIRER. BIIIICH. LE VAISSEAU N’EST PAS. BIIIICH. CHARGE ! VIIITE ! BIIIICH ! Continua le sram. »

La bellaphone s’approchait du mini – vaisseau de plus en plus, prêt à le détruire et à dévorer l’être chère qui se trouvait dedans. Elle avait un sourire de l’ange maudit puis, dans une secousse violette. Le sram sombre put voir un grand trou dans son corps.

Le fusil ?!

Puis la dernière bellaphone tomba dans les profondeurs de l’océan sombre. Yeux ouverts, bouche inerte, son corps se désintégrait par la stasis.

« - OUI !!!! ON A REUSSIT !!! BIIIICH. JE RENTRE AU VAISSEAU ! BIIIICH.

- Et vite ! Rentre ! S’impatienta Osana.

- Finalement, le mini – vaisseau a tenu ! Fut contant le zozo heureux.

- Mais le vaisseau, nàn ! On dérive à l’aveugle sans aucun pouvoir de contrôle sur la manœuvre. Le vaisseau se recharge, il trop puisé d’un coup.

- C’est peu pour un énorme vaisseau ? Remarqua Zodrik.

- Normale, je crois qu’on n’a pas mis assez de stasis dans les réserves.

- Dit, c’est quoi ce bouton blanc ? Il lui désigna le gros bouton blanc sur son poste de commande du capitaine.

- Heu.. Je ne… Ha eu.. C’est.. Un bouton qui active la barrière de protection tout autour du vaisseau…. Que chuis bête ! Se frappa à la tête l’être bleuté du corps tout en regardant dans le manuel. Avec ça, les fusils auront pu peut – être les atteindre facilement de loin vu que la barrière est large en diamètre tout autour du vaisseau.

- Et donc le vaisseau se serait peut – être pas dans cette état ? Il faudra faire des réparations ?

- Exacte ! Mais ça ne durera pas longtemps.. Enfin, je l’espère ! Et oui mais que des petites, il n’a pas été vraiment endommagé. La fissure sur la vitre n’est qu’une éraflure et le reste n’est que des petits bosses donc rien de bien apportant.

- Je vais aller compléter les stocks, hein.. Fini Zodrik puis il partit dans la salle des réserves. »

Osana comprit pourquoi il était partit si vite, le navire allait tout droit dans une zone très sombre. Les lumières éteintes er bloqués par la récupération du vaisseau, il serait dans le noir complet ! Elle activa le bouton blanc et sa marcha ! Au moins, il serait en sécurité ou presque.

Pour vu qu’on ne percute pas un rocher !

Cette plongée dans les ténèbres fut fulgurante, aucune lumière émise à part celles des commandes qui n’éclairait la grande salle des commandes. Osana était pétrifié face à la vitre noire. Elle se retourna croyant voir quelque chose mais rien. Puis elle vit des objets bouger, comme bougé par un pas. Un pas d’une personne qui s’approchait décidément vers elle.

« - BOOUUUU !!!! Cria Makaiw qui apparut devant Osana. Il avait utilisé son pouvoir de d’invisibilité.

- HAAAA !! Nàn mais ça va paaaas ! Cria l’autre fille de la scène, choquée. Elle frappa son frère dans son choque.

- Aie ! Ça fait mal ! Cria le baffé.

- Bha ! Fallait pas me foutre une peur pareil va ! Je t’es déjà dit de ne plus me faire ça !!! S’énerva la baffeuse.

- Sa va, c’était pour rigoler ! Rho ! Et… Osanaaaa… Termina Makaiw en pointant devant elle, du doigt. »

Elle se retourna vers l’immense vitre, dans cet océan obscur se dressait un immense bâtiment rond. Il était de couleur blanc et peu de vitres rondes l’encadraient. Des structures aux motifs étranges étaient incrustées dans le bâtiment.

Le vaisseau s’en approcha et percutât doucement le sol jusqu’à être stoppé. Il était positionné à quelques kamètres du bâtiment étrange et abandonné ?

Zodrik apparut et fut tout aussi choqué. Ils se regardèrent tous les trois enfin tous les quatre. Lok était caché derrière le dos d’Osana, yeux grands ouverts de peur.

« - Il y a peut – être des choses utiles dedans ? Se demanda le zozo.

- Peut – être un bâtiment au bord de l’effondrement ? Des monstres ? Un piège de d’autres bellaphones ? Bref, tu peux me dire où es – que tu sens quelque chose de bon là - dedans mec ? S’étonna Makaiw.

- Nàn fin si, fin… Je c’est pas vous mais je crois qu’on devrais aller.. Ouai. Parla d’une voix absente, Osana en hochant la tête vaguement en direction du bâtiment.

- Quoi ?! Oké, bandes fifous vous ! Et on y va comment en fait alors ? Demanda le sram.

- Bha ! Il y a un mini – vaisseau qui ne contient non pas une place mais cinq places ! Alors histoire de jeter un p’tit coup d’œil pendant que le vaisseau de se recharge.

- Moi qui était chaud patate pour l’aventure.. Là, avec ces bellaphones… Se plaignit Makaiw.

- Y’a peut – être des nanas qui n’attendent que d’être sauvé ? Rajouta le zozo.

- Bha fallait le dire plus – tôt ! Allez, GO ! Termina le sram. »

Ils entrèrent dans l’un des moyen - vaisseaux, il était plus confortable que les « beaux ». C’est le nom qu’a donné Makaiw aux minis – vaisseaux car il l’es trouvait… Beaux.

« - Chouette comme nom, hein ? Dit ce dernier. »

Installé dans le moyen – vaisseau, ils se dirigèrent vers l’étrange bâtiment rond qui s’était comme posé sur le sol. A vu d’œil, on voyait qu’il n’avait pas été utilisé depuis des lustres et des lustres ! Le moyen – vaisseau ressortit à la surface dans le bâtiment via un bassin prévu à cet effet.

« - J’ai bien envie de l’appeler.. Dit Makaiw.

- Ah non ! Ça, c’est moi qui le nomme ! Et je le nommerais le « Fortikus » ! Se réjouissait Zodrik. Eu.. Tu vas bien Osana ? Demanda - t-il à l’osamodette qui était encore plus absente. D’un seul coup, elle fonça vers la première porte qui donnait sur un long couloir. »

Ce dernier était parcellé de portes aux pièces éteintes. Dans le couloir, la lumière était comme disparu. Seul lok et son pouvoir de « s’allumer » les aidaient. Seul Osana savait où elle allait et les autres la suivaient à bouts de souffles.

Elle les emmena jusqu’au bout du sombre couloire où une porte se tenait, elle l’ouvrit facilement. Et cette porte donnait sur une pièce où là, encore. La lumière n’existait apparemment pas ! Seul un étrange tube glacé de l’intérieur reflétait de la luminosité.

Osana s’en approcha puis elle vit une petite tablette où des boutons y étaient. Elle appuya sur tous ces boutons jusqu’à activer la lumière puis le tube s’ouvrit en deux dévoilant un homme avec un étrange chapeau.

La lumière bleutée claire s’étendit dans les murs jusque dans toute la salle. A l’ouverture du tube, de la fumée blanche sortait énormément signe d’une congélation de longue durée ! L’homme était plutôt jeune, au visage blanc et glacée. Sa tenue se composait d’un tee – shirt blanc et une veste étrange bleu sombre faite et les contours étaient fait en laine de bouftous, son bas était habillé d’un bermuda bleu – sombre. Son chapeau correspondait à la même couleur de ses habits et des sortes de bagues en or ornaient les oreilles de son chapeau.

Ce dernier ouvrit brutalement les yeux. Ses bras et jambes bougeaient lentement tout en faisant craquer des os. Zodrik ne savait que pense, Osana restait muette face à cette étrange homme.

Il était congelé ? Une hibernation ?

Osana restait à l’admirer, elle était comme aspiré dans sa beauté congelée. Mais quand il sortit de son tube et tomba brutalement sous l’effort d’une jambe trop engourdie, une alarme se déclencha. Tout le bâtiment s’effondra ! Ils sortirent brutalement vers la sortit, Osana avec l’homme glacée dans ses bras.

Elle le connait ?

Avec le fortikus, ils rentrèrent avec un nouveau dans le groupe. Arrivé à temps dans le vaisseau, Osana ordonna à Zodrik de diriger les commandes. Le vaisseau s’éloigna du bâtiment étrange qui s’effondrait et explosa par la suite. Heureusement, le vaisseau était très loin de l’explosion.

Zodrik qui activa les commandes automatiques, allât précipitamment vers Osana qui était penché sur le corps endormi de l’étrange homme :

« - Hey, tu peux me dire qui c’est ? Demanda Zodrik.

- Je ne s’est pas… Répondit l’ossamodette.

- Quoi ? Tu c’est pas qui ! Bha pourquoi tu…

- Je ne c’est comment l’expliquer. J’ai senti une présence, un truc qui m’appelait à travers ce bâtiment et je crois que c’était cet homme. Comme des ondes d’appels de secours ! Et ce visage..

- Pouaaa !! Elle le love, moi je te dit ! Répliqua le sram.

- Dit pas n’importe quoi Makaiw ! Ce jeune homme a besoin de repos et de se réchauffer doucement, il a été congelé ! Je crois bien pendant des siècles ! De quel disciple est – il ? Parla Osana.

- Oui, on va l’emmener dans l’une des chambres principales des seconds. C’est là où les pièces peuvent être chauffées le plus. Et je crois bien que c’est un monstre, une créature et non un homme venu d’un disciple, Osana… Termina Zodrik. »

Osana avec son frère, emmenèrent l’homme congelé dans une chambre chauffée tandis que le zobal se chargeait des commandes. Osana ne cessait de le regarder, seul dans la chambre chauffée. D’un regard doux, un regard amoureux ?

« - Non ! Mes frères ! NON ! Chuchota dans son sommeil, l’étrange homme. »

A suivre !

Le début du voyage vous convient - t'ils ? Rendez - vous ( Normalement et je l'espère ! ) lundi pour le... Chapitre 4 ! biggrin

Tous droits réservés.

:tap: YuG
 
0 0
Score : 431

Pas mal du tout, mais je dit, ça sent pas très bon ça... Et depuis quand on tut des bellaphones, comme ça, gratuitement! Bref, pas mal, moins de fautes cette fois

Ps: Je te déteste tellement pour le collège....

Cordialement et en reconstruisant le collège

0 0
Score : 3416
Salut la compagnie ! biggrin

On est lundi, c'est toujours les vacances, il fait beau et je vous dévoile le chapitre 4 ! Quoi de mieux ? tongue

@lilianlafon : Bha depuis qu'elles essaient de nous tuer ? '-' Et tout le monde ne serait pas du même avis pour le collège. x) Cordialement et se demandant sérieusement si Lilian ne serait pas.... ?

Sans plus ralentir le temps comme un xelor, voici le chapitre 4 ! laugh

Chapitre 4 :

Malédiction folle !


( Illustration réalisé par Electrockick )

Il s’était réveillé, mal de crâne et étourdissement à la clef. Mais avec son repos, il put découvrir l’étrange endroit qui l’entourait.

Aucun !

Rien ne venait à lui, pas de souvenirs. Juste les choses essentielles de la vie.

Manger, boire, d’étranges pouvoirs… Mais… Mes souvenirs !

Il en était terrorisé. Mais il n’osait pas avouer à la jeune fille bleu claire qui se trouvait devant lui, elle était si collante mais belle. Depuis qu’ils lui avaient apprirent la situation et où ils l’avaient trouvé, il restait paumé mais cette chère « Osana » était là, elle, pour lui.

Elle lui avait montré les entrailles du navire et autres. Dans sa marche rapide, il avait encore du mal à marcher correctement si bien qu’un un bâton métallique l’aidait dans ses mouvements des pieds. Tout comme ses bras et pieds voir tout le corps, il restait froid et ses os restaient quelque peu congelé.

« - Sa va aller ? Lui demanda –t’elle.

- Oui, je récupère mieux. Lui affirma – t - il. »

Son origine lui restait inconnue, il restait dans l’inconnu ! Heureusement qu’Osana était là pour lui, elle semblait si heureuse et…

Amoureuse ?

Seul Makaiw et Zodrik restaient distant avec lui. Mais Makaiw dont il avait appris qu’il était le frère d’Osana restait tout de même chaleureux avec son comique. Mais Zodrik restait froid, très froid avec lui. Surtout depuis qu’Osana avait forcé Zodrik à dormir avec Makaiw dans la chambre des seconds et l’étrange homme avait pris sa place au côté d’Osana dans la chambre du capitaine.

Osana et l’étrange homme entrèrent dans la salle des commandes, le sram venu le saluer et Zodrik, longtemps après.

« - Alors, hum ? Tu n’as toujours pas choisit de nom au faite ? Demanda sèchement, le zozo.

- Non fin.. J’y est réfléchis. Avec Osana. Lui apprit l’inconnu et il vit que le zozo loin d’être heureux se serrait les dents qui restaient dans une position contracter. Je pence m’appeler « Incow » ! Inconnu. Inco plus le « w » égal « Incow » ! Je trouve que cela sonne bien, pas vous ?

- Mais oui, va ! Tout te va si bien ! Dit Osana en allant se rapprocher d’Incow.

- Je le trouve super ! T’a eu de la chance de pouvoir re - choisir ton nom ! Sourit Makaiw.

- Bon ! S’exclama le zozo écarté de la scène. Soudain, une sonnerie venant d’un capteur retenti et Zodrik partit rapidement vers cette sonnerie loin du casse - pied. On arrive, l’île de Kelba est toute proche ! »

Il avait appris qu’ils allaient sur une île dénommé « L’île de Kelba ». Le joyeux des marchands, le paradis pour les acheteurs ! Elle serait terrorisée par un certain « Corbeau noir » ! Mais ils venaient surtout pour acheter de la stasis et une meilleure carte !

Ils utilisèrent le vaisseau nommé « Fortikus » pour aller à la surface de la terre tandis que le vaisseau serait bien caché sous l’eau et en sécurité. Le fortikus serait mieux pour amarrer sur le port de Kelba et ne pas surprendre les gens.

Ils descendirent et allèrent dans les nombreux pièges à touristes. Makaiw surexcité. Osana plus collante d’amour et il en était heureux, à lui. Et Zodrik restait à bouder derrière eux, fâché.

Ce dernier n‘en revenait toujours pas du comportement d’Osana face à un inconnu et l’oublier, lui, facilement ! Il partit loin d’eux vers les marchands de cartes, tous crièrent haut et fort leurs produits. Ont en deviendrait sourd à force !

Mais c’était une jolie ambiance qui se prodiguait sur cette île. Osana et Incow se promenaient. Osana lui avait offert par l’occasion, un bracelet blanc avec une moitié de cœur sculpté dans de la pierre polie et claire. Elle avait l’autre moitié, un beau couple ?

« - Hum… Osana ? Demanda-t-il.

- Oui ? Répondit – elle.

- Je… Entre – nous, il se passe quelque chose. Je ressens…

- Oui.. Moi aussi. Inco…

- Et j’aimerais que cela soit officiel !

- Ho, oui !

- Mais… Mais je crois qu’on va trop vite, je viens juste de renaître de la vie et il y a toi. Qui me soutient et je t’en remercie seulement je pense qu’on devrait aller plus doucement. Ma.. Ma chérie ?

- Tu ne veux plus de moi ?!

- Non ! Au contraire, je t’aime. Je suis si fou de toi, je crois bien.

- Alors mon chéri, appelle- moi ta chérie. »

Et dans une hésitation, dans cette foule immense, dans ses nombreux stands de marchands. Ils s’embrassèrent.

« - Ouiii ! Elle magniiiifiiiique ! Prend la pitié ! Parla un vieux pépé tout maigrichon.

- Vous essayez de m’arnaquer ! Ha ! Je le savais ! Répondit un sram.

- Non, je vous l’assure ! Elle peut voir, parler seulement si vous faite sa cérémonie ! Elle peut être d’une aide précieuse ! Je veux m’en débarrasser !

- Bha voyons ! Je suis Makaiw, un sram ! Et je c’est reconnaître une dague magique et celle – ci m’a l’air plus que fausse ! Vendez – la moi gratos alors ! Si vous voulez vraiment vous en débarrasser !

- C’est-à-dire que je tiens à des kamas, monsieur.

- Combien ?

- Deux milles kamas !

- Quoiiii !!! »

Makaiw n’en revenait pas mais il continua, tête sans cervelle. Il l’a voulait mais gratuitement, un échec pur et sûr !

« - Une belle carte ! Celle – ci est exceptionnelle, disons le magique sans être contrôlé par un shushu ! Affirma un vieil homme, barbe moyenne et cheveux disparaissant blanc.

- Elle serait à com… Zodrik fut coupé en regardant une veille femme derrière le monsieur, surement sa femme. Elle était très triste et sa robe vielle avec des morceaux foncés dont peu étaient parcellé de rayures jaunes. Une belle écatte aux cheveux brun foncée.

- Notre enfant a été enlevé par l’oiseau maudit. D’où sa tristesse. Lui apprit le vieil homme, un sacrieur. Vêtu d’un vielle chemise blanche avec un gros pantalon noir. Par - dessus ses habits, des équipements léger.

- Ho… Désolé de l’entendre. Par qui vous dîtes ?

- L’oiseau maudit. Un Kroapule mais reculé dans leurs contrée. Il est fou et puissant grâce à ses pouvoirs vaudous ! Il enlève des enfants la nuit quand la lune est levée et particulièrement aux éclipses de lune, il vient même chez les gens par surprise ! Nombreux sont ceux qui ont essayé de le tuer mais aucun n’est revenu ! Même les Kroapules qui sont des êtres aimables avec nous sont terrorisés et n’osent plus partirent dans cette quête de peur qu’il enlève des enfants des leurs.

- C’est horrible !

- Même le Corbeau noir se tait en ce moment. Mon.. Mon petit a été enlevé, c’est lâche ! Avec cette rumeur, les enfants ont inventé un jeu, c’est d’aller sur les sentiers des Kraopules la nuit ! Sinon ils sont traités de trouillards. Cependant, c’est un jeu dangereux et mon fils c’est fait piéger ! Parla d’un ton triste, la femme.

- Comme d’autres à ce jeu. On est tué. Continua – le sacrieur. Donc.. Donc la carte est à cinq milles kamas. Elle très rare !

- Ha… Vraiment désolé. Et pour la carte aussi, trop chère pour nous. J’espère que votre enfant vous sera remis sain et sauf ! J’aimerais tant… Et.. Et si on vous le ramenait, vous nous donneriez la carte en échange ? Demanda le zozo.

- A l’heure qu’il est, il est sans doute mort ! Se morfondait la jeune écatte.

- C’est un échange qui peut se tenir, nous le voulons en vie. Nous sommes tellement désespérés que.. Nous vous métrons la carte de côté en attendant. Je suis d’accord, j’accepte !

- Je vous promets de vous donner votre fils et le sourire ! »

Osana rigolait au côté de son chéri et de son frère qui s’était fait courser par des gardes pour vol d’une dague. Autrement - dit, il s’était récolté une belle claque et une amende ! Zodrik était à côté du fortikus à les attendre.

« - Zodrik ! En avance ? S’étonna Osana. Nous, on a été se promener dans les parcours marchands. Et Makaiw s’est récolté une amende pour vol d’une dague !

- Et je l’es eu, cette dague ! J’ai utilisé mes pouvoirs sur eux, ils n’ont vu que du feu ! Parfois, j’me dis que je suis trop génial. Rigola le sram.

- Et toi, Zodrik ? Demanda Incow gentiment au zobal.

- Ha, on s’intéresse à moi ! Moi j’ai été faire ce qu’on avait prévu de chercher ! Pas de faire des achats de conneries !

- Calme – toi, un peu ! Pourquoi tu t’énerve Zodrik ? S’énerva l’osamodette.

- Non pour rien ! T’es tellement aveugle, toi ! ET ! Si on veut une carte, il va falloir faire une quête ! Suivez – moi. Termina le zobal mécontent. »

Il leurs expliqua en chemin la situation et ils se rendirent au point de rendez – vous prévu par le sacrieur. Ce dernier leurs montra un pic où apparemment, se trouvait en ce lieu. Le reperd d’un kroapule fou !

Puis il partit en leurs laissant un délai de deux jours. Certes court mais ils avaient besoin d’une carte et Zodrik en avait vu une opportunité de plus, il en serait heureux de leurs redonner le sourire. Il l’avait promis !

Le sacrieur les avaient invité à dormir chez eux, le soir pour plus de sécurité. Sur le bord d’un pont menant sur le territoire des kroapules. Le groupe se referma en cercle pour y établir un plan. Mais lequel ?

TOC ! TOC ! TOC !

« - J’arrive ! Une écatte se rua vers la porte d’entrée.

- Hop ! C’est nous ! Oui, déjà rentré. Fut gêné, une osamodette bleu - claire.

- Ho ! Vos chambres seront bientôt prêtes ! Affirma l’écatte.

- Pas besoin ! Dit Zodrik en entrant tout comme Incow et Osana.

- Ho ! Vous l’avez trouvé !

- Non mais.. Enfin, on va vous expliquer. Peut – on se réunit dans votre salon ? Madame.. ?

- Mais bien sûr ! Et c’est Madame Orina Sekma et mon mari s’appelle Rôné Sekma.. Enchantée de vous rencontrer madame et monsieur. Salua Orina. »

Dans le salon, Rôné arriva et s’assit sur une chaise. Les deux conjoints étaient plus qu’impatient.

« - Le plan est très simple. Makaiw, frère d’Osana. Est partit en étant invisible à la recherche et une étude plus approfondit du reperd de l’oiseau maudit. Il nous avertira… Commença le zobal.

- Mais comment ? S’étonna Rôné.

- Via le gobgob d’Osana caché dans le havre – sac de mon frère. Avec une vue plus net sur le plan du combat et le lieu. Nous établirons un plan d’attaque et de sauvetage en fonction. Et le tour est joué ! Bien sûr, ce qu’on vous dit n’est que sommaire. Les détails… eu… piouf ! Hein ! En rigola Osana face aux parents aux regards surpris et interrogateurs.

- Et bien.. On compte sur vous ! Je vais aller faire la cuisine. En finit de parler après un long silence, Orina.

- Ho ! Je viens avec vous, vous aider ! S’exclama Osana en suivant l’écatte. Nous avons le même début de prénom !

- Ouii ! Que c’est étonnant ! Répondit cette dernière.

- Nous attaquerons la nuit, il semble d’après les Kroapules que nous avons interrogé que la nuit. Il semblait plus accessible enfin.. Nous. Ces proies. Termina Zodrik à l’intention du père. »

Osana était dans la cuisine à aider cette chère Orina. Osana découvrait en même temps la cuisine locale et ses astuces de cuisson. Elle pouvait remarquer qu’Orina avait l’âme d’une cuisinière. Ses gestes étaient fins et rapides tout en étant précis, elle savait toujours quoi faire pour avancer. Seul Osana l’aidait pour de petites tâches, cette écatte savait ce débrouillé très bien tout seul.

Dans la petite cuisine modeste, une jeune fille entra avec une chaise – roulante en bois. Vêtue d’une robe rose avec ses cheveux blonds comme le soleil, se distinguait très bien de ses yeux bleus.

« - Ho, je vous présente ma fille. Naka, une belle écatte. Présenta Orina. Elle est malheureusement handicapée des jambes.

- Ravissante ! Tu es ravissante ! Je suis désolé de ta maladie. Parla d’une voix douce Osana à l’attention de la petite écatte blonde.

- Merci. Mais peu de gens comprennent réellement une maladie et ses chaînes. C’est très dur pour elle de pas être normale face aux autres. Pour les autres, c’est un monstre si tu n’es pas normal. Des gamineries ! Mais bon… Que faire de plus à part souffrir dans la douleur ?

- Il y a aussi des enfants qui souffre de l’école ou dans la vie quotidienne parce qu’on les rejette malgré qui sont normaux. Normal ou pas, on doit accepter et respecter ces pauvres malades. Eux, assument avec obligation leurs maladies faces aux autres malgré la douleur. Ils peuvent leurs montrer qu’ils sont force et se venger ! Ils sourissent et avance. Bravo à toi, Naka ! Tu es très belle.

- Exacte ! Si seulement le monde pouvait vous entendre ! Ils ont la chance d’être différents pour ne pas être normaux. Eux, ils comprendront alors les véritables valeurs du respect. Mais l‘amitié peut – être parfois être bonne seulement…

- Tout à fait d’accord avec vous ! C’est une honte ! J’espère qu’elle reste tout de même fière d’être qui elle est. Je.. Ho ! S’exclama Osana. »

Un petit garçon entra dans le salon où se trouvaient Rôné et les deux ados. Il était habillé d’un tee – shirt banc à rayures bleus et un bermuda bleu foncé.

« - Je vous présente l’un de mes fils, Komora.

- Enchanté, il est très mignon ! Salua Zodrik en direction de Komora tout comme Incow. Ça va ? Demanda le zozo mais le petit fils du sacrieur ne répondit pas, il le regardait simplement.

- Il est malheureusement sourd. Informa le sacrieur, son fils sur les genoux.

- Ho, quelle malchance ! Pauvre de lui. J’espère que ce n’est pas top dure.

- En réalité, des gens sans maladies ou autrement dit des gens « normaux ». Ne comprennent vraiment ce que c’est d’avoir une maladie et tout ce qu’il faut autour pour lui faciliter le quotidien. C’est désespérant mais il est fort tout comme son frère, Aleca. Le seul de nôtre famille sain. Et également, celui qui a été enlevé.

- Komora est très courageux. Si seulement, on pouvait naître sans maladie partout dans ce monde. Mais… Que se ! Fut coupé Zodrik par un vent de dehors très puissant, l’orage avec le tonnerre formait plus qu’un vacarme.

- La pleine lune ! Suffoqua le vieux sacrieur.

- Et il est temps pour nous de partir ! S’exclama soudainement Osana en entrant dans le salon. »

Tous les trois partirent en direction des signaux de Lok que recevait Osana. La pleine lune faisait rage et des enfants se fessaient peut – être enlevé ! Le vent soufflait tellement fort. Courant à plein poumons dans ces contrées rocheuses. Makaiw les surprirent par derrière mais pas le temps de lui faire arracher la tête pour cette frayeur. Ils filèrent sur un des plus grands pics où se trouvait un bateau qui… Volait dans les airs.

Les nuages étaient autour d’eux. Le sram leurs apprirent que c’était le seul moyen de se rendre sur l’île en face. Elle était parcellé d’arbres et flottait dans les airs ! Ils le prirent seulement Incow avait peur très, peur.

Le bateau craquait parfois et tous était d’un côté du bateau pour une répartition correcte. L’homme étrange se pencha sur le côté, il était stressé. Mais un peu de trop car le bateau se retourna à l’envers. Ils se retrouvèrent le corps dans les nuages s’agrippant férocement au bateau renversé. Ce dernier continua sa route, étrange.

Arrivé de justesse sur l’île avant qu’ils ne succombent sous le poids de l’effort, ils se faufilèrent rapidement. Zodrik concentré, Makaiw excité. Tandis qu’Incow protégeait Osana.

Des cries !

Des enfants criaient. Ils avaient été enlevés ! Incow sentait ses mains le bruler, il sentit une puissance en lui. Il regarda dans sa course ses mains qui étaient bleus claires. Une puissance divine qu’il jeta dans l’air puis de l’autre main, pareil. Un rond bleu s’était créé dans les airs, il tournait sur lui-même.

Il s’était créé juste devant lui et il entra dedans… Et réapparut dans le second. Il ne comprenait rien, c’était donc ça ces pouvoirs ?! Des portails ! Osana restait sous le choc et Zodrik apparut derrière des feuillages, énervé.

« - Bon, ça suffit vous deux ! Vous ve – nez… C’est quoi ton truc là ! Chuchota de colère le zobal qui mit sa main dans les tréfonds du second cercle magique et ce dernier réapparut dans le premier portail.

- Calme – toi ! C’est juste Incow qui l’a créé sans faire exprès, il découvre ses pouvoirs ! Mais toi, tu ne comprends rien, bien sûr ! S’exclama Osana.

- Ha ouai ! Et c’est qui est là ! Qui laisse tomber son meilleur ami ! Qui l’oubli d’un seul coup et préfère son chéri, hein ! QUI ?!! Cracha Zodrik.

- HAAAAAAAAAAAAAAA !!! »

Des enfants criaient de douleur ! Les trois ennemies ? Coursèrent rapidement pour rejoindre le frère de l’osamodette. Il était au bord d’un énorme trou naturel où se trouvait ce piaf de malheur ! Un gros et petit Kraopule noir avec un chapeau étrange fait de milles feuilles colorées sur la tête. Avec un bâton sur la main, il le posa violement sur le ventre d’un enfant qui se tortilla de douleur par la suite et en sortit par sa bouche, une fumée blanche.

Elle se caractérisera, elle était le petit ! C’était son.. Fantôme ! Son âme ! Plein d’autres enfants étaient assis sur les genoux, le regard vide en direction du fou. Il avait dut surement leurs faire le même coup ! Et de son bâton qui s’illumina sur la pointe où se trouvait un petit globe transparent entouré de feuilles colorées.

L’âme blanche fut prise comme par magie par le sorcier fou et elle fut emprisonnée dans un vase rond et le kraopule maudit le referma. Il y en avait plein d’autres âmes à l’intérieur !

Ce monstre !

Le groupe se regarda, l’air de finaliser le plan. Et Incow se leva soudainement et crée deux portails mais en les mettant en face et une énergie bleutée claire en sortit plus violement après le second portail vers l’oiseau maudit. Ce dernier fut percuté violemment contre un rocher en face qui se brisa. Zodrik mit son masque préféré et s’attaqua vers ce piaf de malheur. Avec ses chaines destructrices de flammes, il lui frappa sur tout le corps rond du Kraopule puis il l’agrippa ses bras pour les pencher vers le bas.

Mais le sorcier fou riposta en levant ses bras de force et avec un pouvoir invisible, il fit virevolter ses adversaires. Osana appela Lok et ils firent tous les deux une figure et dans un éclaire fulgurant. Apparut un dragon bleu ! Vêtements déchirés par des endroits, le dragon leva ses bras en l’air et un gros bloc de terre apparu et elle le lâcha sur le monstre.

Un tremblement de terre se fit sentir par la suite. Le sram en mode indivisible passa discrètement à travers ce combat violent dont des plumes et de la poussière jaillissaient ici et là. Il prit le vase rond et l’ouvrit. Les âmes partirent rejoindre leurs corps sur le champ, une tel puissance se dégageait du vase qu’il explosa !Sous la grosse roche, milles lignes de sang s’en dégageaient. Signe que le combat été terminé et l’oiseau maudit vaincu !

Les enfants retrouvaient tous leurs esprits et furent tous ramené à leurs parents ou tuteurs. Une belle victoire car toute l’île venait les remercier. Rôné qui connaissait un ami steamer fabriquant de la stasis dont sa fille lui avait été ramenée leurs prêta une monticule de réserve de stasis !

Après une victoire disons - le aisé par la puissance et la connaissance du au collège de combat. Ils réussirent facilement. Tous étaient sur le pont, l’étrange homme aux pouvoirs mystérieux avec Makaiw montaient les réserves tandis que Zodrik allait monter dans le fortikus.

« - Zodrik ! Attend ! L’appela Osana de justesse. Il faut que je te parle.

- Ha tiens ! Je ne suis plus invisible ! Parla d’un ton énervé, le zozo déçut de sa meilleur amie.

- Ecoute. Je c’est que je t’es disons – le… Carrément oublié ces temps – ci. Mais avec l’arrivé d’Incow, je crois que j’ai été totalement bouleversé par lui et depuis qu’on sort ensemble, je passe plus de temps avec lui. Mais je peux en passer aussi avec toi comme avant et ne pas t’oublier. Je regrette sincèrement, je ne m’en étais pas rendu compte. Et j’ai été méchante en te chassant de nôtre chambre. Mais je l’aime et il est logique que je dors aussi avec lui pour ne pas le rendre jaloux et tout et tout… Nous avons trouvé une autre chambre autant grande que celle du capitaine avec tout autant de privilèges. Je crois que c’était la chambre de la femme du capitaine car elle est plus féminine. Tu pourras y retourner en toute liberté. Et je m’excuse et sois plus gentil avec…

- Là. Là je te retrouve. Si j’ai été un peu méchant avec lui c’est qu’il ne réagissait pas devant notre situation… Je m’excuse aussi de t’avoir, de vous avoir mal parlé. Viens là sis ! Souria Zodrik en lui faisant un gros câlin.

- Je t’adore bro ! »

Zodrik !

Un homme courrait rapidement vers un manoir. Un vieil homme vers un vieux manoir à demi – incrusté dans la roche. Apparemment une enquête aurait été ouverte et Zodrik tout comme Osana figuraient parmi les suspects.

Enfin, ce ne sont que les informations du journal que tenait dans sa main, Archenald. De la nation de Sufokia bouleversé par cette affaire !

Il entra dans la cuisine avec ses affaires sur le dos, Lonis et Crochu le rejoignirent.

« - Non.. Mon fils ! NON !!! Tu ne vas que faire entrainer cette île dans l’enfer de la mort ! Suffoqua le vieux en lisant le papier qu’avait fait Zodrik avant son départ. »

A suivre !

Bientôt sur l'île, la tension monte ? :3 Rendez - vous ( Normalement ) mercredi pour le chapitre... 5 !! biggrin

Tous droits réservés.

:tap: YuG
 
0 0
Score : 431

Alors, qu'avons nous là: blabla,Hmm oui, fautes d'orthographe, blablabla, eau de javel dans mes yeux, blablabla...

Sinon, ALORS c'est parti pour les défauts, j'ai été gentil jusqu'à maintenant, là, je t'incendie:

-L'arrivée et pas mal, dommage, le coup de l'amnésie, tout le monde l'a fait...
-La romance, c'est du rapide : coucou, je suis amnésique, mais t'es belle, on s'embrasse?
-La famille qui a pas mais du tout de chance (pas un défaut, je compatis juste, les pauvres)
-Osana qui passe d'une fille banale à une fille gnognote et débile (ex: le prénom qui commence pareil, on s'embrasse en plein milieu du marché, etc...)
-Le combat expédié vitesse grand V, le méchant se fait rétamer en trente seconde, dommage

Sinon la fin est pas mal, le suspense est bien apposé, désolé, cette fois je peux paraître méchant mais c'est le seul point positif de ce chapitre.

Cordialement et en espérant ne pas avoir été trop méchant

0 0
Score : 3416
Ch'alut tout le monde ! biggrin

Ha, une critique ! Ouiiiii ! x3

@lilianlafon : C'e n'est pas grave ! Je suis là aussi pour recevoir des critiques ! wink
Et pour les fautes, j'en ai passé du temps à relire et à revérifier s'il y avait des fautes. Je ne suis pas le meilleur en ortho mais je suis désolé que tu es tant à utiliser du javel ! Pourtant, je croyais que j'allais devenir fou à force de relire et relire ( Et je relie encore ! )... Et quand je réfléchi à ta remarque des tirets, c'est dans les paroles ou dans le récit ? Car je suis perdu avec cette remarque. :/

- Quand je crée un personnage, je pence à son histoire. Et pas, " je le crée et on verra après " ! J'ai une idée bien précise de ce que je veux. J’imagine asse son histoire ( Passé ) pour pouvoir être sûr l'or de l'écriture. Or, "l'amnésie " me semblait la meilleur chose pour être en accord avec le récit.

- Complètement d'accord ! Mais quand j'ai écris ce chapitre 4, j'ai commencé à faire beaucoup d'écrit ( Voir à écrire toute la semaine pour bien avancer ) ! C'était harde et du coup, j'ai laissé des détails dont mon cerveau allait exploser si je continuais à tout décrire. Je ne savais pas trop quoi faire, je n'y avais pas réfléchi sérieusement à étaler cet amour pour bien la réaliser... J'ai donc mis cela rapidement mais tu as raison, c'est trop rapide !

- J'ai aussi poussé la réflexion sur les personnes handicapés ( Dont ce point - là s’étale malheureusement sur les cours et leurs effets négatifs. ) et tous ce qui leurs entoures. Dont on ne pence pas vraiment à ça, malheureusement. sleep

- Hum.. Encore une fois, l'histoire que je crée n'est pas au hasard ! Le fait qu'elle soit comme cela est un détaille clé de quelque chose ( Qui se verra découvert dans le livre II ! ). Et c'est aussi le sentiment d'amour ? :3

- Complètement d'accord aussi ! Mais encore une fois, c'est du à l'écriture intensif... ( Dont je ne recommencerais plus ! )

Et je ne t'en veux pas, je te dis même merci ! biggrin J'aime les critiques comme cela ! On dit juste les choses qui nous ont pas trop plus sans mots ou phrases violentes/provocantes ou avec des sous - entendus méchants. ( Il y a juste encore le " je t'incendie " qui m'a un poil surprit pour tout te dire... ! )

Mais je te remercie de ta critique ! Elle m'a vraiment été utile, elle m'a fait comprendre que des choses ne pouvaient pas forcément passer inaperçus et qu'il fallait tout de même les développer même si on a la flemme ! ( Et plus d'écriture intensive ! Bon, t'imagine bien que les derniers chapitres le sont aussi mais je vais les revoir pour les améliorer ! wink )

Sans plus rien ajouter, ils arrivent sur l'île tant attendue ! Voici le chapitre 5 ! laugh

( Rappel : Le langage propre des "wabbits" est de remplacer les "r" par des "w" ainsi que pour les " lenalds", c'est de remplacer les "r" par des "l" ! Cette règle est appliqué au texte sur les paroles des wabbits et lenalds ! )
Chapitre 5 :

Entrée dans l'enfer !


( Illustration réalisé par Silveyn )

Blanche.

Elle était blanche. Cette dague magnifique courbée à la pointe noire et pointue. Fine et tranchante, son manche rond mais de faible rayon était tenu par la main d’un sram.

Va – s’y !

Le sram leva son bras gauche le dénuant puis de la main droite, il prit la dague où avec la pointe de cette dernière. Il traça une ligne sur son bras qui se transformait en sang. Du sang perla sur cette dague mais disparu comme aspiré par l’âme de cette dague ?

Le sram qui était stressé regarda cette dague, il savait maintenant qu’elle était puissante et pouvait l’aidée maintenant qu’il était son maître. Il crut voir de petits yeux s’ouvrirent et qui lui transperçât son corps, sa pense.

« - Merciiiiii.. De m’avoiiiiiir faiiiiiit ma cérémoniiiiiie ! Je m’appelle « Damna », enchaaaantée de vous reeeencontrer. Je vous serais entièrement redevable ! Parla cette mystérieuse dague à l’accent étrange.

- Heu.. Moi aussi ! Enchanté ! J’espère que vous serez très utile ! Moi c’est Makaiw ! »

Dans un balancement, un sac fut posé sur un lit rond au diamètre très large. Une belle chambre nommée « la chambre du capitaine ». Zodrik l’avait récupéré la chambre après la réconciliation entre lui et Osana voir avec Incow.

Mais récupérer cette chambre et dormir seul dans cette grande chambre dans un immense vaisseau. Zodrik ne semblait pas si faire. Néanmoins, il avait la chambre pour lui tout seul ! Dans un élan de joie, il sauta sur son lit. Ventre sur les draps, il restait heureux tout de même.

« - Salut Zodrik ! Lança Osana quand Zodrik fut rentré dans la salle des commandes. Tout le monde étaient là autour de la table qu’ils avaient installé pour se réunirent pour l’arrivé sur l’île des Wabbits ! Bon, tout le monde est là ?

- Commençons ! S’exclama Zodrik après s’être assit. Dire qu’ils étaient partit sur un simple « coup de tête » vers une quête dont ils ignoraient vraiment l’importance. Donc, nôtre quête sur l’île des Wabbits est de faire régner la paix ! Rendre la paix entre les deux peuples de l’île.

- Pour cela, nous devons trouver un accord entre les deux peuples ! Tâche difficile. Continua l‘osamodette. Nous savons que le peuple des lenalds vivait longtemps avant l’arrivée des wabbits sur cette île. Cependant, d’après les scientifiques. Cette île est propice au développement des wabbits avec leur culture des cawottes. Et non pour les lenalds qui sont arrivés sur cette île qui ne leur était pas destiné. Et le Wa Wabbit est arrivé avec son peuple et n’a pas du tout apprécié que des intrus ce sont approprié leur île, ils les ont chassé violement et depuis, les lenalds sont revenu se venger et récupérer leurs terres. C’est la guerre là – bas ! Expliqua Osana via les documents, les journaux, livres… d’Archenald.

- On est sûr que cette île leurs appartenaient ? Et puis, les lenalds sont arrivé prem’ donc c’est à eux que revient cette île ! Demanda Makaiw.

- C’est bien plus compliqué que cela Makaiw… Continua l’être bleu – claire. Ont dit qu’il parait que cette île était auparavant attachée au territoire d’Amakna. Les wabbits vivaient sur cette terre, sur cette partie d’Amakna. Mais depuis qu’il y a eu le chaos d’Ogrest, les territoires se sont détaché dont la partit des wabbits devenue une île. Ces pauvres êtres se sont retrouvés sur Amakna mais ils disent que c’est leurs esprits anciens qui les ont guidés sur cette île et élurent leurs tout premier Wa fin Roi dans notre langue. Donc les wabbits ont chassé les lenalds autrefois appelé « firefoux » qui se sont retrouvé sur une île dénommé « L’île de pandala ». Et ils sont revenus en force avec une autre culture pour ravager cette île et l’a récupérer de droit.

- Donc si je comprends bien. Parla le zozo. Cette île revient de droit aux wabbits parce qu’elle leurs appartenaient depuis le début, nàn ? Mais aussi aux lenalds… Eu…

- Oui et non… Répondit Osana. Le morceau où vivaient les wabbits appartenait à la nation d’Amakna vu qu’ils étaient sur leur terre. C’était donc un territoire mais depuis le déluge d’Ogrest, le territoire est donc devenu une île à part entière et les tout premier à aller sur ce territoire mais en tant que île est donc les lenalds. Cette île revient aux deux peuples !

- Oulà… Mais ils n’auraient pas pu cohabiter ? S’exclama le zozo, heureux. C’est un peu de la faute des wabbits de les avoir chassé alors ! Des personnes ont - ils essayé de leurs expliquer l’histoire de cette île ?

- Oui, plusieurs fois. Mais les deux peuples ne veulent rien entendre ! Depuis le début de la guerre, c’est soit cette île sinon rien ! Mais certains wabbits du peuple disent que d’après un livre sacré, ils devaient cohabiter mais le Wa Wabbit n’a pas voulu respecter les ordres de leurs ancêtres !

- Donc on a du boulot ! Termina le roux. »

Ils mirent en place une stratégie. Seul Incow restait muet depuis sa nuit, il avait fait un rêve étrange dans lequel, il avait aperçu un autre jeune – homme avec un chapeau comme lui, il était sûr qu’il venait du même peuple. Il lui avait dit « Nous sommes désolés, tu es des nôtres. Tu es un éliatrope ! ».

Je serais un éliatrope !

Une sonnerie retentie annonça que l’île des Wabbits n’était plus très loin ! Leur stratégie en place qui était de faire un accord entre les deux peuples sur une répartition du territoire. Eux, de jeunes ados espèrent résoudre l’une des plus grosses guerres du monde des douzes !

Arrivé sur le port via le fortikus, l’arrivé à l’île fut étrange. L’atmosphère de guerre se faisait sentir à tout bout de champ. Les lenalds avaient récupéré le nord de l’île, ils étaient tout roux comme les cheveux de Zodrik ! Certain plus imposant que d’autre mais ils portaient tous, presque les mêmes tenus, certains s’entrainaient et ils avaient une force incroyable et contrôlaient une puissance magique. De sacrés pouvoirs à en voir les combats, ils devaient sans du doute s’entrainer dur face à l’ennemi !

Catapultes, armes et autres ustensiles de guerres énormes étaient éparpillés sur l’ouverture de l’île. Vraiment peu de touriste, des gardes lenalds fessaient des rondes sans - cesse. Apeurant nos héros ! Les lenalds à leur retour avaient rouverts l’île contrairement au Wa Wabbit qui l’avait fermé pour cause de « rénovation du temple du Wa Wabbit ».

C’était réellement la guerre ! Osana avait informé le groupe que les lenalds avaient un accent étrange de remplacer les « r » par des « l » et de même pour les wabbits sauf que le « r » se fait remplacer par un « w ».

Quand ils atteignirent des contrées loin des installations du campement des lenalds, on voyait les maisons au style wabbbit des wabbits défigurés, nombres de batailles sont du se livrer ici. Plus loin vers le côté Est, des maisons aux styles wabbit étaient teintés de noir et il l’y avait des wabbits noirs !

Ils s’étaient réconciliés ? Les wabbits et les lenalds vivaient en paix, non ? C’est étrange qu’il n’y est que des blacks wabbits ? Parfois, quelques lenalds marchaient en ronde autour de ce lieu. Mais les wabbits ne devraient - il pas être blanc ?! Où sont les blancs !

Au-delà, c’était une ruine dû aux combats ! La terre était remuée, on voyait encore des corps. Les maisons étaient détruites, une guerre sanguinaire !

« - On rentre au vaisseau ! C’est réellement la guerre ici ! C’est trop dangereux, je crois qu’on s’est crut dieu de notre classe en venant ici. On rentre ! Ordonna Zodrik. »

Les autres étaient pratiquement d’accord. Makaiw qui se trouvait proche d’une maison de wabbit blanc scrutait l’escalier qui menait dans les tréfonds du sol. En se penchant de trop vers le bas, il tomba dans les escaliers fait de bois !

Le groupe qui entendit les cris de fillettes du sram accourut à sa rescousse. L’escalier n’était pas vraiment solide et ils descendaient vraiment bas, on ne voyait même plus aucune lumières du jour ! Le froid se faisait sentir.

« - Makaiw !! Tu es là ?! Demande fortement la sœur du tombé.

- Non ! Pas là ! Chuis partit pour Brâkmar ! Répondit humoristiquement, le tombé à sa sœur.

- Ha – bas alors, c’est bon ! On te laisse ! Continua Osana.

- Nàn, je déconne ! Venez – voir en bas, y’a un truc étrange ! Et je vais bien ! Termina Makaiw. »

Le groupe descendit dans la peur, il faisait tellement froid qu’ils en gelaient. Arrivé en bas, dans le noir total. Makaiw poussa une sorte de trappe dans le mur qui laissait s’échapper de la lumière. S’était en fait une porte qui donnait sur des cavités souterraines où se trouvaient les wabbits blancs !

Peu de lumière via les spots en forme de cawotte où était posée une bougie. Les wabbits blancs étaient maigres, sals et affamés. A la découverte de cette galerie, certains blancs étaient surpris de voir des gens qu’ils fuyaient immédiatement. Certains endroits étaient barrés et il y avait écrit la cause sur une pancarte en bois « Zone infectée ». Il y aurait une maladie ! Pas étonnant à force d’être dans ses cavités pleines de maladies !

A entendre les plaintes des wabbits, les réserves de cawottes se seraient vidé atrocement par le manque de terre cultivable. Les souterrains n’étaient pas fait pour la culture des cawottes, elle se trouvait en haut sur les terres prisent par les lenalds.

De plus, la maladie ronge les plantations. Les blancs souffraient tandis que des wabbits noires se faisaient chouchouter en haut ! Qu’attendaient - ils pour les sauver ! Trop c’est trop ! Le groupe remonta rapidement en haut en presque sécurité !

C’était le chaos, et les wabbits étaient déchirés ! Mais où était donc le Wa !

« - Le voilà ! C’est lui ! Et les autles ! Ils sont sul nos telles inteldites au public ! Se montra une voix puis un lenald en armure puis d’autres apparurent à un sommet.

- Qu’on me les attlapes ! Ordonna un grand lenald, sans – doute d’un rang haut et puissant. »

Les lenalds s’activèrent devant le groupe choqué qu’on les captures ! Qu’es ce qu’ils avaient été foutre là, en terre qui était en guerre ! Ils pouvaient mourir ! Un lenald leva sa main et une boule magique blanche se crée, il l’a lança sur les otages au fur et à mesure !

Zodrik n’en revenait pas, ils allaient les tuer ! Ce dernier hurla comme les autres, prisonniers ? :

« - NOOON ! Arrêter ! On a rien fait de mal ! STOP ! »

Mais lui qui était le dernier se reçut cette boule dans la tête puis un noir. Un noir infini ?

« - Ha, voilà le suivant ! Hihi !

- Nàn mais vous n’avez pas honte ! Parla une voix féminine.

- On rigole ! Hein, Hush !

- Graaave ! Alors ça fait quoi de se réveiller mon ami zozo ? »

Zodrik ouvrit les yeux, il put discerner Osana en train de parler avec un zobal dénommé « Hush » et une osamodette. Makaiw et Incow avaient les yeux ouverts mais fatigués, ils étaient attachés par des chaînes en l’air… Comme tout le monde !

Le zobal roux se réveilla pour de bon essayant de se délivrer de ses chaînes noires, sales et crasseuses. En vain, où étaient – ils ?!

« - Ho ! T’a perdu ta petite langue de chacha ? Recommença Hush.

- Laisse – le, je te dis ! Un mec, sa met plus longtemps à sortir sa tête du cul ! S’exclama l’autre osamodette rouge, elle portait juste un tenu usagée qui portait des couleurs rouges et un gris très jaunit. Le contour de sa tenue portait des poils blancs.

- N’importe quoi, toi ! Vraiment, c’est bien ton genre Eskarina. Répliqua le zozo apparemment ami avec cette Eskarina.

- Vous… Vous êtes qui ?! Demanda Zodrik.

- Nous ? Bha… Moi, c’est Hush et l’autre tarée d’osamodette, c’est mon amie Eskarina ! Nous sommes des aventuriers à la recherche de trésors ! Et le trésor de cette île, c’est « l’Uklis » ! Répondit Hush, un zobal de même couleur de cheveu que Zodrik avec une tenue typique de zobal.

- Hey, vous êtes là depuis longtemps vous ? Demanda soudainement Osana au deux farfelus. Pouvez – vous nous dire pourquoi il y a les wabbits blancs qui souffrent de la faim et d’une certaine maladie et les wabbits noirs qui sont avec les lenalds ? Et c’est quoi cette maladie ? Et le Wa Wabbit dans tout ça, il est où ?!

- Facile ! Les wabbits sont en générale blanc, il y a une augmentation de de la population des black wabbits par ordre du Wa Wabbit qui est lui – même noir ! Sauf qu’il y a du racisme dans tout ça, débile juste pour une couleur de poil mais bon… Les wabbits blancs ne s’entendaient pas beaucoup avec les blacks wabbits. Ces derniers se sont associés avec les lenads pour être au - dessus des wabbits blancs.. Et bla, bla, bla… Se venger, avoir un pacte de paix avec les lenalds. Cependant, on soupçonne les lenalds de faire donc alliance avec eux pour un plan qui exterminerait les wabbits à l’aide des pouvoirs spéciaux qu’on les black wabbits. En échange, les black wabbits auront la liberté. Enfin, c’est que nous pensions ! Mais je parie que c’est vrai ! Expliqua Eskarina.

- Suite à l’arrivé des lenalds, le Wa Wabbit a complétement laissé à l’abandon ses sujets. D’où une partit de l’explication de l’exil des black wabbits. C’est plus facile pour le Wa de pas ne préoccuper de ses sujets et de rester tranquillos à rester voir son armé combattre à sa place ! Et donc, les blancs souffrent de la famine à cause de leurs mauvaises cultures dans les sous – terrains qui sont leur refuge pour échapper à la guerre ! Seulement de plus de la famine, il y a une maladie unique aux wabbits qui est mortel ou presque. Elle transforme les wabbits en zombis ! Chose rare mais mortel ! Elle existe depuis toujours mais elle était faible mais depuis la famine et les mauvaises récoltes avec la mauvaise hygiène des sous – terrains, la maladie s’est propagé ! Continua Hush.

- Quoi !! On peut sortir d’ici ? Vite ! S’exclama Osana.

- Oui, il suffit juste se laisser glisser ses bras de l’agrippeur de la chaine, elle est tellement graisseuse qu’on peut en sortir ! Rigola Eskarina.

- Qu’attendez – vous pour sortir ? Fut impressionné, Zodrik.

- Bha les gardes… Et je trouve cool cet endroit ! Mais bon, sa soul ! On s’évade ! Et ton côté fou, tu l’aime bien je suppose ! Ça va nous.. Fut coupé le zobal âgé.

- Non. Tout le monde me déteste à cause de côté fou ! J’aimerais tant qu’il n’existe pas mais j’en est presque honte. Réagit le zobal jeune.

- Quoi ! Tu ne dois pas avoir honte de ton côté fou, c’est toi, c’est nous les zobals ! C’est comme les sadidas avec leurs penchant pour la nature où les osamodas et leurs animaux.. Fin, bref. C’est une caractéristique propre au zobal et les autres sont jaloux d’un tel pouvoir qui donne une puissance inimaginable ! Un conseil n’est pas honte de qui tu es mais fait chier ceux qui critique ton côté fou avec ce côté fou, ils verront bien ! Je suis sûr qu’ils aimeront ! C’est normal ce côté de nous, d’autres classes le sont aussi ! C’est nous les zobals et tu dois en être fier. Tu es qui tu es et les autres n’ont pas à te dire qui tu dois être, Rebel – toi ! Termina Hush. »

Exactement comme a fait Zodrik dans son collège mais c’est vrais. Il doit en être fier et non être critiqué. Ces connards qui critiquent les gens parce - qu’ils se sentent normaux ont tous simplement peur d’être qui ils sont réellement.

Je suis moi ! Zodrik, un zobal ! Avec un côté fou et je l’assume ! Ils ont tous simplement peur ou sont jaloux mais en fin de compte… Je m’en foutais totalement. I LOVE MY CRAZY SIDE !

Après cette révélation qu’il savait au plus profond de lui-même, il se libéra tout comme les autres. Incow semblait perdu, les lenalds le montraient du doigt lors de leur capture. Il en était sûr.

C’est parce - que je suis un éliatrope ?

Eskarina ouvrit facilement la grille, ils se trouvaient dans un tunnel sous - terre peu éclairé.

« - Makaiw, tu te sens bien ? Demanda Osana à son frère encore endormit.

- Mais oui, maman ! Répondit ce dernier avec un sourire comique.

- Je vois…

- Bon, allez go ! S’exclama Hush et il partit avec Eskarina vers le côté gauche et ils disparurent dans le noir sombre.

- J’ai même pas la force de leurs dires que la sortit était du côté droit… Souffla Incow. »

Le groupe sortit discrètement parmi toutes ces tâches orange. Mais ils furent en peu de temps repérer par les lenlads gardes qui les coursèrent.

Le groupe se dispersa. Osana courrait à terre dans une foule de lenalds qui la ralentissait. Elle fut surprit de deux mains poilues posées sur ses épaules ! Elle s’écarta en arrière et comme elle l’avait deviné, c’était des gardes lenalds ! Elle sortit Lok de sa cachette qui s’attaqua violement au garde de droite. Tandis qu’elle s’occupa du garde de gauche avec ses fouets.

Elle le martyrisa de pleins fouets. Puis elle partit, Lok ayant fini avec son garde. Ce dernier défiguré avec des restes de son corps plongés dans son sang. Elle courut rapidement mais un garde la chopa violement du côté droit pour la plaquer au sol !

Pitié que les autres s’en sortes ! Et Incow !

Ce dernier sauta à travers cette foule, pratiquement à sauter sur les têtes des passants ! Les gardes furieux, courraient férocement vers lui ! Regardant de nouveau devant lui, l’espace d’une micro – seconde, il fut coupé de sa vison et vit une femme.

Cette femme si belle et de même nature que lui, à en juger sa tenue. Il avait l’impression de la connaître tellement ! Il sentit une pointe féroce de tristesse en lui qu’il tomba à terre, désarmé de cette vison déstabilisante !

« - Dans votre cul ! Rigola un sram »

Un sram qui courrait tout en évitant la masse rousse qui fonçait vers lui ! Essayant le plaquer au sol, raté à chaque fois ! Les gardes sortirent les grosses armes et les jetèrent sur Makaiw qui avait plus de mal à les éviter.

En toute classe, il faisait des fucks vers ces gardes. Les enrageants encore plus ! Puis, il s’arrêta épuisé mais loin d’eux. A leur faire de jolies… Messages. Mais par mégardes, il fut plaqué au sol par un gros lenald très volumineux !

« - Dans ta tlonche ! Sortit ce lenald tout en lui jetant un coup de tête en pleine foire ! »

Makaiw se souvenu de sa dague maintenant active après lui avoir fait sa cérémonie.

Défonce – lui sa tronche ! Coupe - le en deux !

Dans une lueur blanchâtre comme un éclair, il put voir son adversaire à terre… Coupé en deux ! Le sang dégoulinant du corps dont le spectacle était sanglant. Il put voir sa dague à côté du corps, elle était ensanglantée.

C’est elle qui a fait ça ?!

Puis, sans aucune explication. Elle bougea et se rangea dans la sacoche de la ceinture du sram où elle y était posée ! Le sram en était sidéré, tant qu’il ne bougea. Il se laissa menotter par les gardes.

Merde ! Il s’est fait chopé aussi !

Zodrik qui courrait à bout de force dans cette foule dont les passants lenalds comprirent qu’il était un ennemi qu’ils essayaient de l’arrêter ! Un garde fonçât vers devant lui avec une énorme hache à la main. Il la jeta contre le zobal qui se baissait subitement, dos à ras - bord au sol. Glissant sur le sol de terre et caillouteux.

Il sortit une chaine qu’il tira sur la jambe du garde qui tomba à terre. Une fourchette de garde était devant – lui, il mit son masque.

Je suis un zobal, je suis fou !

Et dans un élan de joie. Il sauta en l’air et se mit à tourner sur lui – même à l’infini ! Avec ses chaînes enflammées, il créa une boule de feu volante ! Aux chaines féroces ! Le monde se dispersât, effrayé laissant la garde lenald à la merci de ses chaines tueuses ! Certains courageux avançaient mais furent frappé violement et envoyé en l’air !

MOUHAHA ! Hung.. !

Un tir d’une lueur blanchâtre percuta le zobal, se laissant tomber de plusieurs kamètres de haut ! Un choc féroce sur le sol. La mal chance était du côté du groupe car ils furent attrapés par les lenalds !

Tous les lenalds avec leurs tenues de guerrier, les emmenaient vers un grand lenald. Il se distinguait des autres avec une tenue de guerrier plus robuste et plus royal parfois, parcellé d’or.

« - Loplus, on ne devait pas… S’exclama un garde.

- Celui – là a une autorisation spéciale. Qu’ont les emmènent voil l’empeleul Lenald ! Parla le grand lenald. »

Il devait surement être le chef d’une section de l’armé, un second ou autre.

« - Je me plésente, Loplus. Second du Loi des lenalds. »

Ha bha, carrément le second du Loi ! L’ordre fut aussi – tôt exécuté par les gardes lenalds. Mais Zodrik était trop choqué de sa chute pour répondre. Ils se trouvaient sur une grande plaine de terre où était posés milles campements. Ce qu’on pouvait dire, c’est que les lenalds étaient très bien organisé ! Là où le groupe d’aventuriers étaient arrivé par le port n’était qu’une sorte de bourg. L’emplacement militaire des lenalds s’étendait bien loin, une véritable guerre. Bien préparé !

A travers un long chemin, on les emmena sur un bateau qui les dirigea vers un grand temple posé sur l’eau ! Les lenalds avaient réussi à construire un grand temple écarté de l’île des Wabbits. Sans - doute pour le calme du grand empereur enfin l’empeleul lenald !

Le trajet dans le temple qui était majestueux dont la culture typique des lenalds faisait rage. Tout un rouge et un jaune magnifique parcellé de flammes ! Arrivé à ce qui semblait être un centre où se tenaient d’autres lenalds de haute qualification d’après les présentations de Loplus.

Le Loi lenald avec une armure en or avec les seconds et autres chefs dont les tenus se ressemblaient. Mais le plus majestueux où un grand garde du corps trônait derrière lui n’était qu’autre que l’empeleul lenald ! Fin un vieux tout riquiqui avec une longue barbe blanche. Habillé de jaune et de rouge comme la plus part des lenalds.

« - Je suis l’empeleul lenald. Que faite – vous donc à votle âge ici sul une île en temps de guelle ? Demanda ce dernier de sa voix veille en direction des ados.

- Nous sommes venu mettre un terme à cette guerre et instaurer la paix sur cette île ! Annonça au tact Zodrik qui était étonné de la manière simplicite de parler de l’empeleul. Ce n’est pas parce -qu’on est haut placé qu’on n’est pas normal, leçon à retenir !

- Hum… Et comment ? Demanda le Loi Lenald sévèrement.

- Avec un pacte de paix répartissant équitablement le territoire de cette île pour les deux peuples. Continua le zozo.

- Ha… L’âge bête ! C’est toute l’île que nous voulons et lien d’autle ! Mais c’est tlès gentil de votle palt d’êtle venu essayer une tentative. Bon voyage pour le letoul !

- Et si on vous ramenait le trésor de l’Uklis ? Vous accepteriez alors un pacte ? S’exclama Osana devant les regards ébahis de ses camarades. Elle fit un clin d’œil à Zodrik.

- Bon, on va dile que oui ! Fin.. Si seulement vous le tlouviez ! Mouhahaha ! Rigola l’empeleul à n’en plus finir comme tous les autres lenalds de la scène.

- Mais nous tiendlons nôtle plomesse ! Bonne chance poul la lechelche. S’exclama soudainement une lenald féminine à la tenue rose. Elle regardait le groupe d’un air d’espoir et de soutient réel. Vous pouvez disposer. »

On les ramena au bateau, Zodrik comme tous les autres étaient plus que perdu. Dans le temple, les autres hauts placés des lenalds regardaient l’empeleul.

« - Sulveillez – moi cet éliatlope ! Ordonna sèchement de dernier. »

On les jeta violement à terre. Incow était totalement perdu en ce qui lui concernait, il n’arrêtait pas d’avoir des flashs – back de ses souvenirs d’avants où il voyait d’autres personnes de la même classes que lui aux mêmes pouvoirs, ils semblaient si heureux. Zodrik était furieux, on s’était foutu de leurs tronches !

« - Attendez ! Attendez ! Cria une lenald, celle de tout à l’heure. Dans une allure de grâce sans en faire trop, elle s’adressa au groupe. Je m’appelle Lona, plincesse de sang pule de la glande ligné des descendants du gland l’empleul et fille du Loi. Je m’adlesse à vous poul que vous poltiez un léel engouement à cette mission, elle poullait léellement sauver cette île ! J’ai confiance en vous, allez voil le Wa Wabbit en lui demandant son accold et le lieu de l’Uklis ! Vous pouvez le faile ! »

Elle avait un réel accent lenald, elle remplaçait bien les « r » par des « l » ! Le groupe était rassuré avec cette princesse dont ils ont sympathisé avec elle.

Elle leurs présenta son frère, second du chef de l’armé des lenalds et prince. Un grand et fort lenald dont sa carrure était musclé ! Ce lenald du nom de « Lorus » portait la tenue typique des lenalds en tant de guerre, une belle armure cernée d’or sur les contours.

« - Nous cherchons un zobal et une osamodette ? Du nom de Zodrik et d’Osana. Parla une voix familière derrière Lona. »

A SUIVRE !


J'espère qu'il n'y a pas eu de moment "bâclés". Et que l'excitation vous gagne ! biggrin On se revoit ( normalement ) samedi ( Suite à des problèmes inattendus ( Et non, pas malade cette foie - çi ! ), le chapitre 6 se voit repousser à dimanche. Veillez - m'excuser et merci de votre compréhension. ) pour le the chapitre 6 ! tongue

Tous droits réservés.

:tap: YuG 
0 0
Score : 4564

TL;DR
Mais beaux desseins

0 0
Score : 3416
Salut tout le monde ! biggrin

Alors oui ! Enfin ! Le THE Chapitre 6 ! Nous voilà à la fin de cette grande aventure qui... wink Sans plus tarder et en remerciant Lilian du soutien et j'espère que ce chapitre va te plaire et qu'ils vous plaira ! laugh Car au programme, c'est.. Rebondissements garantis ! biggrin

@DarKrai111 : Contant que les dessins te plaise ! biggrin

Mesdames et messieurs, je vous présente le dernier chapitre de cette fiction qui clôtura ce livre I, voici le chapitre 6 ! cool

( Rappel : Le langage propre des "wabbits" est de remplacer les "r" par des "w" ainsi que pour les " lenalds", c'est de remplacer les "r" par des "l" ! Cette règle est appliqué au texte sur les paroles des wabbits et lenalds ! )
Chapitre 6 :

EXTERMINATOR LENALDIEN !


( Illustration réalisé par Silveyn )


Le groupe regarda derrière la princesse, il y avait… Sabrina et Erek ! Que venaient - ils faire là ! Zodrik et Osana étaient sidérés, les deux tortureurs approchèrent vers eux.

« - Tiens, tiens ! On se fait la malle ! Comment avez pu oser faire ce dossier ! S’exclama Erek. Osana à l’aide Lok leurs avaient fait perdre tout souvenir de l’accident du dossier dévoilé, leurs plan avait pu fonctionner correctement.

- Vous êtes coupable, je vous signale ! Continua Sabrina.

- Coupable de quoi ?! S’énerva Zodrik.

- D’avoir faire un attentat au collège, ce samedi et d’avoir participé à la création d’un dossier qui a tout balancé de tous les trucs fait au collège ! On s’est que c’est vous et ont nous a envoyé ici vous chercher ! Répondit Erek.

- Mais on c’est que c’est vous qui avez fuient comme des lâches ! Ont tiens à avoir une explication ! Elle sortit les armes.

- Mais t’es vraiment conne toi ! On ne savait même pas l’existence de ce dossier et on est partit vendredi ! Pour faire une quête, pas pour faire humilier les autres juste pour sentir valorisé ! Attaqua verbalement l’osamodette.

- Vous savez que faire ça ! Tellement que vous êtes de sales merdes lâches, vous faites que ça ! Resté dans votre trou à rat, vous emmerdez tout le monde ! Comme toujours ! Rajouta le zozo.

- Stop ! Nous vous felons partilent sul le champ sinon ! Laissez – les, je ne c’est de quoi ils sont accusé mais je c’est que c’est faux et à tolt ! Ils ont une mission qu’ils vont exaucer sul le champ. Termina Lona. »

Le sacrieur et la pandawa insistèrent mais le groupe partirent sur le champ avec des regards de vengeance réussit des yeux des torturés. Ils allèrent jusqu’au temple du Wa Wabbit qui était dans une zone reculé, le prince les avaient lâchés peu avant l’entré dans cette zone très bien gardé. Il se ferait tuer sinon !

Avec comme motif « Messager de réconciliation » avec des badges lenaldien, le groupe entra facilement dans le temple et se postèrent face au Wa Wabbit ! Le temple était magnifique et aucun signe d’une quelque restauration ! Etrange… Les lieux blancs jouissaient d’une harmonie royale aux tableaux qui mettaient en valeur le Wa Wabbit. D’ailleurs, il n’y avait que lui ! En statuts, en tableaux…

Contrairement aux lenalds qui étaient plus royauté et puissance de guerre avec trophées ! Le Wa, lui n’était que lui et seulement lui en or ou en tableaux. Montrant sa puissance militaire ou richesse mais que sur lui !

Le Wa Wabbit avait un pelage noir aux rayures blanches avec sa cape, son spectre et sa couronne où était posé l’Uklis au milieu ! On ne voyait que légèrement l’éclat de cette pierre précieuse. Sous l’ordre du Wa, Zodrik se leva et s’avança vers le majestueux Roi.

Gênée de raconter la demande car ils ne sont que de simples ados mais le soutient de la princesse remonta leurs motivation ! Dans cette pièce où se tenait le Wa et sa princesse à côté accompagnés de d’autres wabbits autour du trône qui devaient être surement des conseillés ou des chefs de sections de l’armé wabbit.

Zodrik regarda le Wa dans les yeux et il parla d’un ton assuré. Il lui raconta leur venu et l’intention de trouver le trésor ! Le Wa garda un doigt sur sa bouche poilue.

« - C’est donc cette waison ? Les lenalds sentent t’ils déjà la défaite ?! Rigola tout comme les gardes, seul la princesse habillé d’une tenue rose légèrement transparente rigola d’un air moqueur et douteux.

- Rire ne fera pas avancer les choses. Osa parler le zobal.

- Vous savez que je ne vous diwais rien, de l’endwoit où il se cache. Vous devwez vous débwouiller tous seuls ! Et à ce moment - là, si vous le twouvez. Je me diwais que vos intentions sont peut – êtwe vaine ! Termina le puissant Wa. »

Mais le grand Wa Wabbit accepta ! Et le groupe repartit rejoindre Lorus, tout cela s’était passé rapidement et encore une fois, comme les lenalds. On ne devait surement pas les croire ! Ils devaient passer pour des ados qui ont une imagination débordante…

« - Pèwe, vous leuws donnez de faux espoiws. Parla la princesse au Wa Wabbit.

- Et avec ça, nous les vainquons. Ils n’y awwiveront jamais et une suwprise les attends alows ! Termina ce dernier. »

Le groupe s’était rendu dans les sous – terrains où d’après les carnets d’Archenald, l’entrée de la grotte piégée où se trouve l’Uklis se trouverait dans l’étrange trou. Un immense trou où apparemment se trouvait autrefois une immense cawotte dont elle faisait la fierté des wabbbits. Mais disparu par la maladie mortel et par l’arrivé des lenalds.

Makaiw invoqua son double qui descendit dans se profond trou pour lui avertir d’une quelconque anomalie ce qui fut le cas, le groupe descendirent donc en expédition avec des cordes perchés d’en haut.

Le trou était glacial et ils avaient la même impression de sentirent cette maladie tueuse autour d’eux ! Arrivé en bas au plus profond, le trou s’était donc rétréci. D’après le double du sram, il y a avait quelque – chose sous leurs pieds. Makaiw tâta le sol jusqu’à dégager un peu de terre et trouver une trappe !

Ils descendirent et se trouvèrent tout en haut d’un immense tunnel où disons - le, un couloir bien propre. Sur les côtés, une lignée d’une crevasse s’y trouvait où en sortait une lueur verte étrange. Les mures étaient formées de terres et en face une porte.

Le groupe fit fasse à plusieurs épreuves à travers ces couloirs tous identiques, des épreuves de dalles, de cordes, de flèches ! Ils ont bien faillit y laisser leurs peaux ! Après ce qui semblait être l’ultime épreuve, une porte de terre plus grande que les autres se trouvait en face d’eux. Il y avait sur le côté droit, un trou qui semblait être un cul – de - sac.

Le prince qui leurs étaient d’une grande aide longea les mures à l’aide de sa torche de feu que possédaient chaqu’un. Il renifla la fumée à la lueur verte qui se dégageait des crevasses.

« - C’est.. Je le savais ! Je savais bien qu’elle me disait quelque chose ! C’est de la tokmina, un produit mortel fabriqué par les wabbits ! On est resté trop longtemps à en respirer, il nous reste très peu de temps ! S’exclama Lorus.

- Et nous, on va régler nos comptes ! S’exclama une pandawa à la voix familière de Sabrina ! »

Erek qui était à ses côtés prit par la force à l’aide de ses tatouages vivants, Zodrik qui le balança dans le cul - sac et le rejoignit. Erek frappa le mur du cul – de - sac violement si bien que sous le choc, l’entrée du cul – de - sac fut submergé de terre qui éboula. L’entrée est donc bloquée !

« - TOI !! T’es un vrai malade !

- C’est vous les malades !! D’avoir créé un dossier sur tous et tous de mal du collège ! Vous allez nous foutres en prison ! Et le collège qui a explosé où plutôt l’attentat contre la directrice qui a crevé ! Hurla Erek. »

Quoi ?!! La directrice était encore dans son collège à cette heure !

En réalité, c’est Zodrik et Osana qui avaient créés le dossier et fait exploser sans vouloir faire d’attentat !

« - C’est vous les malades !! A nous faire souffrirent, vous vous en rendez pas compte ! Mais vous êtes des gros salopards de meurtriers ! Et oui, c’est nous qui avons fait ça et aussi l’attentat, tu c’est pourquoi ?! A cause de vous !! A nous faire souffrir, chier et tout ! Vous nous transformés en monstre encore pire que vous ! Voilà ce qui se passe quand ont fait chier les gens, ILS SE VENGENT !! Et je crois que tête sera un parfait trophée ! Hurla Zodrik.

- JUSQU’A LA MORT !! Termina en hurlant de rage, le sacrieur. »

Zodrik mit rapidement son masque fétiche rouge de sang qui lui donne ses pouvoirs de feu et sortit ses chaines qui les lança rapidement, déchainé vers Erek qui se les reçut en pleine tronche et atterrit sous le choc contre le mur dans l’éboulement de terre.

Zodrik courut vers lui et lui agrippa de sa main devenue noire avec de grands doigts monstrueux ! Il le balança contre le mur opposé et sauta en l’air tout en le mitraillant de ses chaines destructrices !

« - Tu n’auras rien pu faire ! Tu resteras à souffrir comme nous de vous ! HAHAHAA !! A nous de sourires et de vous faire souffrirent jusqu’à la mort !! Parla le zobal dans sa furie meurtrière et psychiatrique. »

Erek avait le corps en miette, du sang avait giclé sur les parois de terre. Son corps était plongé dans une énorme flaque de sang ! Zodrik donnant un coup de chaine sur le mur pour le faire tomber de la terre où en sortit un rocher bien lourd qui tomba sur le corps d’Erek.

Le sang de ce dernier où le corps était éparpillé et une bonne partit sous le rocher, se trouvait sur tout le cul – sac et même sur les rebords du bas du rocher. Erek, le sacrieur qui torturait Zodrik était mort de ses crimes !

Voilà ! Voilà ce qui arrive quand ont harcèle ! Quand on fait chier une personne, quand ont la torture ! VOUS SIGNIEZ VOTRE ARRET DE MORT !!

MOUHAHAHA !!!

Zodrik était devenu fou à force d’eux ! Il l’est même en ce moment précis et fier sans aucune honte ! Erek n’avait pu rien faire face à la puissance de sa psychiatrie ! Zodrik était vengé mais seulement que d’Erek ! Il en reste tellement d’autre mais cette vengeance devrait être accomplit grâce au dossier et les foutres en prisons ! Il sortit facilement en donnant un coup de chaine sur la terre qui bloquait l’entrée.

« - Alors ?! On a peur, hein ! Viens, on a s’expliquer ! Où est donc Osana ! Parla malicieusement Sabrina. »

Les autres étaient en position de guerre face à elle. Seul Osana restait introuvable, elle avait disparu ! Mais cette dernière réapparut derrière le dos de Sabrina. Makaiw lui avait déposé son pouvoir d’invisibilité sur sa sœur.

« - Hum.. Les pétasses dans ton genre, ça va crever en enfer ! Parla à l’oreille de Sabrina tout en la maintenant par surprise. Zodrik apparut à ce moment précis.

- Perdu ! Encore une fois ! Crève bien pétasse ! Souria de vengeance, Zodrik, vainqueur. »

Osana sortit une dague qu’elle s’en servit pour trancher la gorge de la blonde puis elle l’a poussa dans les profondes crevasses mortelles !

Gagné ! Ils avaient gagné contre eux ! Une belle victoire pour une belle vengeance ! Il restait une porte devant eux et sans doute là où se trouvait le secret si précieusement caché du Wa Wabbit !

Mais.. Il nous a pas donnez l’Uklis ! Sa veux dire que l’Uklis se trouve derrière cette porte avec le livre ! C’est une fausse sur sa couronne ! Il ne nous croyait sans doute pas capable d’aller aussi loin !

Dans une explosion due à un coup de chaine de Zodrik, ils purent accéder à la salle et il était là ! L’Uklis à la forme de losange dont la lueur violette éclatait de faisceaux lumineux l’endroit fait de terre. Il lévitait juste au - dessus du livre sacré racontant une prophétie qui aurait dû avoir lieu. Ce livre lévitait en l’air d’une poutre blanche mais derrière l’Uklis, une ombre se tenait. Une ombre blanchâtre.

Zodrik plissa les yeux sous le doute et apparu un petit dragon banc dont la queue disparaissait en pointe. Ses croques étaient acérés et ses yeux blancs fournis de colère. Ils avaient profané son territoire ? Ce qui était sûr, c’est qu’il était là pour protéger l’Uklis et ce livre sacré.

Le groupe se regarda dans les yeux, à force d’aventure et même le prince via les épreuves du tunnel, une belle amitié s’était créée. Une vraie ! Alors dans une joie commune et pressé d’en finir, tout le monde se rua combattre vers le monstre blanc !

Osana se rua vers le monstre avec ses fouets déchainés. Mais même avec une rapidité, le dragon blanc dont la carrure était imposant. Evitait sans problème, même Zodrik ! Avec sa rapidité extrême et il avait beau se déchainer, le monstre volant continuait toujours à éviter !

Lorus qui était en position d’attaque avec ses mains comme chargés d’une énergie forte. Il essaya des tentatives de tirs puissants qui sortaient de ses doigts mais la chose blanche était trop rapide. Il risquait de tuer ses camarades !

Makaiw, lui n’attendait que le bon moment. Il regarda sa dague. Tandis que Zodrik fit un clin d’œil à Osana qui elle, fit un hochement de la tête. Ils sautèrent tous les deux en l’air et ils attaquèrent violement le monstre blanc.

Le dragon évita sans problème Osana et ses fouets frappants mais Zodrik de peu car avec la rapidité du zobal et sa force déchainant de ses chaines qui touchèrent un bout de la grande queue du dragon.

Ce dernier se mit plus en colère si bien que sa queue doubla de volume d’où sortaient des pics très pointus ! D’un geste rapide d’un balancement de sa queue, il envoya ses maudits pics mortelles sur le groupe. Osana et Lorus évitèrent péniblement ses derniers tandis que le zobal déchainé qui venait juste de se poser. Fut obligé de sauter dans tous les sens mais un fin pic le toucha si bien qu’il fut plaqué sur le mur de terre !

Osana accourut vers lui mais elle remarqua que son tee – shirt craquait et que Zodrik tomba sans aucune goutte de sang ! Le pic n’avait qu’été prit dans son tee – shirt !

Le dragon surgit derrière eux mais Lorus s’interposa en lui tirant un bon coup féroce dans ça tronche désenvoutant du grand monstre blanc ! Un grand choque car le monstre hurla et de la fumée apparaissait suite à l’attaque du lenald.

Le dragon rugit fortement devant les guerriers et il sortit un jet de flammes blanches énormes ! Ils coursèrent en rond pour éviter les flammes !

« - Hey ! Toi, viens plus – tôt m’affronter ! Hurla la voix de Makaiw, derrière le dragon.

- Makaiw, NON ! Ne fait pas ça ! Suffoqua l’osamodette. »

Le dragon se retourna et fonça vers le sram mais faute de n’être rapide, Makaiw fut pris dans la bouche du montre aux canines affreuses ! Et il referma violement sa bouche laissant entendre les craquements d’os du jeune ado, mort ?

Le corps sombre tomba à terre et dans la fumée de se choque de plusieurs kamètres de hauts, Osana accourut vers son frère. Les larmes aux yeux !

« - Makaiw ! NON ! NON ! NOOOOOON ! S’effondra l’osamodette bleu - claire sur le corps de son frère de sang, froid même voir sans aucune chaleur ! Elle regarda le visage du sram sans regarder le montre qui était devant elle, les yeux luisants d’une colère monstrueuses ! Son visage semblait se déformer, voir disparaitre en fumé ! Ma… Makaiw ?

- Damna, je le veux en miettes et sans aucun signe de vie ! Tue – le moi ! Hurla Makaiw qui était derrière le groupe effondré. Tous se retournèrent choqués ! Osana était soulagé, ce n’était que son double ! »

Un pouvoir typique des srams. La dague mortelle s’actionna aussi – tôt et attaqua d’une vitesse hors – norme et violement le monstre. En même pas cinq secondes, elle retourna dans sa sacoche. Le dragon qui n’avait pas bougé tomba en miettes par terre. Son corps décomposé qui partit en fumée blanche.

J’espère qu’il est vaincu pour de bon !

« - Ne me refait – plus jamais ça ! Accouru dans les bras de son frère, Osana aux larmes de joies et de soulagement. »

Tous regardèrent le trésor, l’Uklis étincelant et ce livre sacrée ! Une beauté, ils étaient trop loin pour reculer, ils devaient finir leur quête !

PAIX SUR CETTE ÎLE !

« - Hô, gwand Wa ! Des lenalds ont fwanchi la fwontièwe ! Alarma un soldat au Wa dans sa grande salle du trône.

- Envoyez toute l’awmée face à eux !!! Suw le champ ! Ordonna le Wa Wabbit. »

Ce dernier accompagné de sa Princesse et de sa Reine allèrent à la rencontre de la lignée d’armé de Lenlads qui se tenait face à l’armé de wabbits. Le Loi Lenald accompagné de la Reine Lenald se postèrent en face à quelques kamètres de distance.

« - Nous savons que vous détenez un de nos camalades qui nous est chèle ! Plusieuls soulces nous disent qu’il a été vu poul la delnièle fois dans ce tellitoire de sale wabbit ! Parla sèchement, le Loi Lenald.

- Que d’indignation ! Seul les lenalds sont capables d’êtwe aussi lâches ! Et d’accusation howwible pour les mettwe en valeuws ! Cela se compwend, ils n’ont aucune valeuw ! Rigola comme tous les wabbits, leurs Wa.

- Toujouls de belles paloles fausses pour mentil car vous êtes faibles ! Lendez – le – nous ! Hurla Le Loi.

- Nous, faible ? C’est qui est pawtit sans aucune wésistance face à nous ? Mouahaha ! Et qui ?!! Répondit fortement le Wa.

- Notle fils !!! Lança le Lois des lenalds à l’appelle de guerre. »

Mais avant que les premiers pas soit fait, un souffle de surprise dénonçant la mort se fit entendre près du Loi. Ce dernier tourna la tête et il vit sa chère femme tomber de son monstre poilu aux couleurs marron. Elle avait été attaquée par surprise par la fille du Wa qui sauta tout de suite avant l’attaque du Loi. Elle atterrit vers son père pour rejoindre des machines qui leurs servaient de monstres marchants.

« - Ca, suffit ! Lenalds, vous savez ce qui leste à faile ! Souffla le Loi aux yeux remplis de larmes. »

Dans le temple des lenalds, la princesse Lona avança vers l’empeleul. Qui était en train de donner des ordres aux soldats qui préparaient d’étranges cannons dont les black wabbits y transféraient leurs pouvoirs. Elle allât parler au grand Lenald vieux :

« - Chère empeleul ! Qu’es donc ceci ! Une autle attaque ? S’étonna Le princesse.

- Oui, c’est notle plan final. Glâces aux pouvoils des black wabbits qui selont confélé aux canons et la puissance des tilent des canons, leurs énelgies selont confélées en un puissant tile continu ou sépalé. Ainsi nous viselons le temple puis leurs tellitoiles, ils selont anéantis ! Se réjouit l’empeleul.

- Quoi !! Vous ne voulez donc pas faile la paix ?! Et ces black wabbits, je suppose que vous les tuelez aplès ?!

- Bien sûl qu’on les tuela ! Et ma chèle petite fille, ils nous ont chassés de nôtle île à nous, les lenalds ! Alors qu’ont acceptaient de vivle avec eux ! Cracha le vieux lenald en empoignant à l’aide d’une dague la princesse ! Tu n’es plus ce que tu étais Lona, tu nous empêche d’accéder à la victoile et à la paix !

- Que ! Ho ! Je…. Agonisa la princesse les bras du vieux lenald.

- Ta cousine te lemplacela. Elle ! Elle a l’esplit d’une lenald ! Montra l’epeleul.

- Quoi… Tourna la tête, Lona en direction de sa cousine qui s’entrainait face un soldat. Elle était petite et forte mais surtout prétentieuse ! Elle fit un regard moqueur vers la princesse sans se soucier de la mourante ! Vous êtes un monstle ! Vous êtes tous des monstles ! Vous nous diligez tout dloit vers notle pelte ! Suffoqua Lona, choqué. JE VOUS JULE DE ME VENGER !! SALE MONSTLE ! VA CLEUVER PAUF IMBECILE !! JE ME VENGELAIS, JE VOUS JULE QUE VOUS PERLISSELEZ !! HAAAAAA !!! Hurla pour la toute dernière fois, la princesse Lona folle de rage. Elle s’effondra à terre, yeux fermés. Plongé dans le sang. »

Une tête de plus était tombée dans cette guerre.

« - Activation des canons ! Ordonna l’enpeleul. »

L’ordre fut aussi – tôt exécuté. Dans un ciel bleu claire, une nué de tires bleu – claire se dirigeaient tous vers la zone des wabbits ! Une nuée d’explosions s’abattis sur le temple, le détruisant.

« - Qu’es que ! S’étonna le Wa.

- Bonne chance pour tlouver une autle île ! Mouhahahaha ! Rigola méchamment le Loi des Lenalds.

- Mais avez – vous wéfléchit pouwquoi mon temple était - il en wénovation alows qu’il a l’air tout beau, tout neuf ? Ce n’est pas pouw wien mon chèwe, et encowe une fois. Cela pwouve votwe inféwiowité extwêmement basse de votwe intelligence à toutes les cwéatures suw cette tewwe ! ACTIVATION DU PLAN « EXTEWMINATOW LENALDIEN ! » Rugit le Wa Wabbit. »

Soudainement, la terre se mit à trembler ! Du temple du Wa Wabbit en sortit des machines à cannons extrêmement grandes et sans doute puissantes ! Des catapultes, cannons avec des tirs de cawottes spéciales qui explosent au touché de la terre, des boules de feu et ect…

Le Wa Wabbit avait tout préparé ! Ces engins en sortirent même de la terre, de partout ! Allant même proche du territoire lenaldien ! Un vrai carnage, un massacre pour les lenalds ! L’île était en feu de partout, les tirs des fusils à cannons des lenalds n’étaient qu’une poussière fasse à la puissance de destruction des engins des wabbits. Le temple de l’epeleul lenald se faisait détruire !

De belles et gigantismes explosions faisaient rage de partout ! Les wabbits s’étaient réfugié derrière le temple protégé par les engins en action sur tous leurs territoire et bien plus. Les lenalds n’avaient qu’un seul choix : Fuirent !

Tous plongèrent dans l’océan pour s’enfuir loin du carnage, une victoire annoncé pour les wabbits ?

Encore ?

Une main sortit du sol, puis un zobal accompagné d’un groupe de personnes. Ils venaient des sous – terrains et face aux explosions qui détruisaient l’île, le groupe était en plein centre de la zone des lenalds. Alors ils coursèrent loin et prirent l’un des petits bateaux qui les menaient au temple des lenalds pour se mettre à l’abri.

Ce groupe avait en possession un livre et une pierre précieuse. Après de longues marches montées, ils purent remarquer que le temple était désert ! Plus aucun lenalds y étaient ! Puis sur la salle principale à découvert, ils virent une lenald au sol et inerte.

« - Lo… Lona ? LONAAA !!! Cria de douleur, Lorus. »

Dans un élan de désespoir, Lorus courut vers ce qui semblait être sa sœur, la princesse Lona ! Osana trouva une dague pleine de sang sur le côté avec un symbole représentant l’empeleul !

« - Non… C’est pas.. Lui ! Mais… Poulquoi… Suffoqua Lorus avec sa sœur recouverte de sang dans les bras, les larmes furieuses.

- Si c’est bien ce que je pence. C’est une dague crée spécialement que pour l’empeleul au vu de son symbole donc c’est peut – être lui où quelqu’un d’autre qui l’a pris ? On n’en s’est rien… Remarqua Osana.

- Je c’est que c’est lui…. Et il le paiela !! Se promit le frère qui venait de perdre sa sœur. Le temple fut secoué par une nouvelle explosion. »

Zodrik s’avança au bord, là où des canons y étaient disposés et d’autres détruits. Il ne comprenait rien. Devant ce spectacle de feux - d’artifices d’explosions, il en était choqué et sidéré.

« - Pourquoi ? Tout ça c’est de la faute des wabbits ! Ils ont osé attaquer sur les lenalds alors qu’ils… Le zobal regarda les canons où des corps de wabbits noirs y étaient, inertes. Les lenalds ont peut – être pas lancé l’offensive, ils allaient peut – être y répondre ! C’est pas terminé… Ho non ! Je me promets de mettre un terme à cette guerre ! »

Les autres le regardèrent, ils étaient tous d’accord.

« - C’est pas FINIIT !!! »



« - Je te dis que c’est là ! S’exclama une osamodette.

- Rha ! C’est impossible, aussi facilement ! Toutes ces épreuves étaient déjà faites, c’était du gâteau ! C’est un piège, l’Uklis ne se trouve pas là ! Répondit un zobal.

- Rhaaaa ! Mais pourquoi tu ne veux pas m’écouter Hush !! Ont essayent au moins !

- Non ! On peut réellement mourir Eskarina ! Têtue, c’est pas possi.. Fut coupé Hush, un bruit se fit entendre dans les crevasses du tunnel. »

Une main verte en sortit puis un corps, pratiquement tout desséché. On pouvait voir certaines parties du corps comme les os ou des organes noirs et à demies détruits ! Un œil pendait de sa tête toute flageolante dont sa peau pendait vers le bas. Cette fille était maigre et on pouvait voir son squelette à travers sa faible texture, on dirait qu’elle a été broyé ! Sur son crâne, restaient quelques petits cheveux… Blonds.

« - Bon… Bonjour ? Parla timidement Eskarina, Hush s’était caché derrière Eskarina car il avait très peur ! Très peur au vu de ses jambes qui tremblaient comme des branches aux vents ! Co.. Comment… Tu t’appelles ? Hihi ?

- Sa…SaaAAAaaa….SAAAaaaabrIIIiinnnAAA !!! »

...

Je tiens également à remercier les lecteurs ( Aussi discrets sois - t'ils ) mais en particulier, Lilian qui m'a soutenu et je te remercie ! rolleyes

Cette fiction aura été un dur travail dont je restes fier et contant de moi. ( Sans vouloir me vanter, heiiin... xD )

Autant couper court ! Je ne suis pas en mesure de vous affirmez s'il y aura bel et bien une suite : " Uklis, Livre II : ... ! ". J'espère que cette fiction vous aura plus, n'hésité surtout pas pour vos critiques ! J'espère aussi que ce chapitre qui clôture ce livre I vous aura affamé ! laugh

J'espère vous retrouvez pour ( Peut - être ) le livre II ( Et autres ) mais il faudra patienter ! wink

MERCI !

Bonne vacances à tous ! tongue

Tous droits réservés.

:tap: YuG
0 0
Réagir à ce sujet