FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

La naissance d'un éclair.

Par Dark-Zartant 03 Décembre 2014 - 22:58:50

Alors déjà bonjour ou bonsoir à tous. Je tiens juste à préciser le contexte d'écriture, pour ceux que ça intéresse, même si vous pouvez très bien profiter de la fiction sans ça. J'étais un joueur de Wakfu plus ou moins assidu, j'ai quitter le jeu après certaines refontes, mes études, tout ça. On peut dire que ça fait environ 3 ou 4 ans que j'ai pas jouer au jeu en fait. J'étais un joueur rp, et je voulais faire partager ce que j'imaginais à propos du lore de mon perso principal. Petite salutation aux Bananas Pirates, avec qui j'ai pu rp à l'époque.

La naissance d'un éclair

I-Lignée

Le clan Hadow.. Voilà où tout commence.
Cette histoire se déroule en Pandala, environ 100 ans auparavant. On utilisait rarement le terme "famille" dans ces contrées, on parlait plus de clan.

Plus ou moins puissants, ce sont eux qui faisaient prospérer ces régions, culturellement et économiquement.
La maison Hadow en faisait partie : l'une de plus puissantes de l'époque. Comme beaucoup, ils avaient une culture martiale au sein même de leurs familles, depuis des lustres.
Le chef de clan, Palo, était un pandawa juste qui avait grandement participer à l'essor de son territoire : Des grands champs, des jardins splendides surplombé par des cerisiers titanesque, une grande rivière.. Un domaine très riche et poétique, qui respecte les ancestrales traditions.

Il respectait en effet ces traditions avec respect, et souhaite que ce soit le cas de toutes les générations futures. Ses trois fils, élevés tout d'abord par leur mère, une xélor douce et calme, ont dès le plus jeune âge subit une éducation très particulière.

Il était question de charisme, de gestion, de combat comme le veux la tradition, et autres sciences.
L'aîné était un pandawa, comme son père, et était aussi considéré comme le futur chef. Il n'avait rien d'arrogant, travaillait dur, et était bon partout, principalement dans les compétences de commandant, de dirigeant.

Le second était un Enutrof. Il avait, depuis l'âge de raison, décider prendre cette voie, d'abord contestée par son père. Il avait une certaine fierté, et faisait de son mieux pour être le meilleur des trois, sans succès. Le seul domaine dans lequel il excellait, c'était les sciences dures, comme la science des nombres ou de la mécanique.

Le troisième, lui, a posé bien plus de problème que ses deux frères à lui tout seul. Il était en perpétuel conflit contre son père, n'étais jamais d'accord, et n'accorde aucun respect pour cette histoire de clan. Il respecte tout de même sa mère, et a été éduqué en tant que xélor. Ce gosse ne portait aucun intérêt à son éducation spéciale, mais on pouvait voir en lui une lueur de lucidité impressionnante pour un gamin de 8 ans.

Flos Hadow est son nom. Il n'en était pas spécialement fier, et ne portait qu'une armure de xélor classique, mais de très bonne qualité, et laisse passer de courts cheveux rouges au dessus de sa tête. Son unique fierté, c'est un autre aspect de son éducation, le combat.
Il est de loin le plus fort des trois frères, tous plutôt doués. Il y arrivait, mais étrangement, ce n'est pas ses pouvoirs de manipulation de temps qui lui apportait sa force, mais une force physique, au corps à corps, qui compensais largement ses pouvoirs finalement plutôt médiocres.

Quatre ans plus tard, Flos fut appelé à la grande salle, là où siège son père, une sorte de sanctuaire impressionnant, l'où on peut voir de grandes lanternes traditionnelles éclairer le lieu, mettant en valeur de grandes fresques qui entourent l'endroit, qui représentent les actes passés de leur famille.

Le xélor avance, du haut de ces douzes ans, habillé comme d'habitude de ces bandelettes et de son armure en acier, près de son père. Ce dernier était grand, imposant, il portait des habits de grandes valeurs, surtout noirs et dorés, et avait un air dur, un air qui impose le respect et la discipline. Ses gardes l'entouraient, comme d'habitude, pour éviter tout risque.

Palo pris un air grave, puis dit : "Ecoute mon fils. Je sais ce que tu pense de moi. De notre famille, de notre tradition, de nos valeurs. Tu pense que c'est injuste, non mérité, de bénéficier ainsi de privilèges légués par nos ancêtres. Cependant, tu as encore tout à apprendre, à comprendre, et je vais t'aider à grandir, Flos."

Le concerné commença à s'inquiéter, mais il le laissa continuer. "Tu as un talent. Je le sais, tu es bien plus fort que tes frères. C'est pour ça que j'ai pris une décision. Tu partira pour le Dojo du Suiu demain, et c'est un ordre, je ne tolère aucun refus de ta part."

Flos commence à ricaner. Il se rend bien compte qu'il interloque son père, et lui dit "Enfin. Je vais enfin pouvoir m'amuser un peu. Je m'ennuie ici. Les maîtres que tu amène ne servent à rien, je sais déjà se qu'ils savent.. Je vais enfin pouvoir me donner à fond, enfin, si ils pas trop nuls."
Le père lui sourit comme il le fait rarement.

Le lendemain, Flos part dès l'aube vers sa nouvelle demeure. Son père le regarde, de loin, d'un ton à la fois amère au vu de la difficulté qui l'attend, mais aussi d'excitation, pour sa confiance et sa volonté impressionnante. Sans parler de son talent, qui en tant qu'ancien maître combattant, l'a réellement surpris.
"Ne t'en fais pas. Tu n'aura pas besoin d'attendre avant de te donner à fond."

Fin du premier chapitre
~~

Je ne serais pas nécessairement régulier sur la rédaction de cette fic, je fais ça sur mon temps libre, et je n'en ai pas à l'infini. Je m'excuse d'avance pour les fautes d'ortho et de grammaire, je relirais plus tard. A la prochaine !
 
0 0
Réactions 6
Score : 527

bonsoir

0 -1
Score : 1199

Avant de continuer, je tiendrais pas cette régularité très longtemps, avant qu'on me pousse à écrire, j'averti x) Et encore désolé pour les fautes, j'aime pas relire, je m'en occuperais sans doute plus tard.

2-Fierté

Le voyage de Flos n'était pas bien compliqué, même à son jeune âge, il savait monter une dragodinde et il prit quelque chose comme une semaine à arriver à destination.

Juste la montée était compliquée. Le dojo était visible de loin, à peine, au dessus d'une grande montagne escarpée, mais qui possède tout de même un chemin aménagé. Le xélor, une fois au sommet, se rend compte de la beauté de l'endroit, un décor qui parait imaginaire.. Les jardins de méditations que l'on peut voir sont très bien entretenus, l'architecture est très largement digne du domaine de sa famille, un décor traditionnel, différents bâtiments, tous très stylisés. Une petite rivière parcours d'ailleurs tout le dojo.

Au centre, des élèves sans doute, beaucoup de pandawa mais pas que, s'entraînaient sur une sorte de terrasse géante, et les maîtres les regardent contemplatifs.
Flos attendait la fin de la séance actuelle, et viens parler à un des superviseurs de l'entrainement. Toute les informations ont été transmises, on l'attendais. Pour aujourd'hui, vers le milieu d'après-midi, on lui a proposé une visite du site, il suivra la formation dès demain.

Il a donc l'occasion de visiter tout les bâtiments du dojo : Une sorte de bâtiment qui sert à se laver aux sources chaudes. Ce dernier est assez grand pour accueillir une bonne trentaine de personne, et est souvent utilisé. La cantine, se trouvant à quelques mètres des dortoirs, assez grande également, une série de table et de coussins, ainsi qu'une salle de cuisine simplement. Les deux dortoirs, un pour les jeunes étudiants, assez grand, plus que celui des plus expérimentés. Ils sont tout les deux rudimentaires, mais le confort à l'air tout à fait acceptable pour le jeune homme. Au centre donc, une sorte de grande terrasse pavée, entouré par des mannequins d'entrainement ou autre matériel de renforcement. C'est ici que se passe tout les entraînements communs, surtout pour les jeunes disciples qui perfectionnent leurs art.

Il ne reste plus qu'un bâtiment : Un dojo, une sorte de salle fermée, au sol de paille fait pour amortir les chutes. C'est là que s'entraînent principalement les plus grands maîtres des lieux. Il parait plus traditionnel encore, et sur les murs, on peut aussi voir du matériel d'entraînement, qui parait par contre beaucoup plus obscur pour Flos.

Ce dernier décide, après s'être restauré, de se coucher pour être en pleine forme le lendemain. On lui assigne un lit, et faisant fit des ronflements intempestifs de ses confrères, il s'endorme vite. Il repense juste à quelque chose, à propos du dernier bâtiment exploré. C'est là que se situe la chambre du grand maître des lieux, Suiu. Il en avait entendu parler, et il à très envie de le voir en chair et en os, car il serait d'une puissance légendaire, d'après sa famille.

***
La nuit fut passée, le matin fut levé. On proposa directement, dès l'aube, à Flos de commencer à suivre la formation. Il accepta, oublia son manque de petit déjeuné et de confort qu'il avait pu avoir à l'époque.
Il suivait donc le rythme, des enchaînements simples, précis et puissant, répétés en boucle jusqu'à une maîtrise totale. Cependant, le xélor détestait ça. Il n'aime pas qu'on lui dise comment se battre et avait une grande confiance en lui et son talent. Après le cours, il rejoint rapidement le dojo principal, et atteint l'endroit le plus soigné de ces lieux, là où se pose généralement le grand maître, qui regarde Flos d'un air sérieux, mais aucunement agressif, contrairement au jeune noble qui se tiens devant lui.

"Je suis déçu, ces entraînements sont inutiles ! J'ai pas fait toute cette distance pour perdre mon temps ici moi !", le calme, non, plutôt le silence fut instauré d'un seul coup.
Après quelques secondes, il se rend compte que le maître ne dégage pas la moindre aura, contrairement aux autres grand combattant de cette pièce. Le xélor prend son air distant pour une provocation, et tente de frapper le vieux pandawa.

Il tente seulement. En fait, son poing, à quelques centimètres du maître, est comme paralysé. L'aura du vieil homme est maintenant clairement visible, imposante, puissante. Flos n'arrive pas à approcher son poing voir même son corps, une force mystérieuse le repousse, tandis que le maître ne fait pas un mouvement. Flos lutte contre cette force, mais il se retrouve projeté par terre violemment, quand son adversaire fait comme exploser son énergie, c'est l'impression qu'il a eu.

Des petites voix s'élèvent maintenant, qui parlent du courage, mais aussi du manque de respect de l'enfant au sol. C'est des signes de surprise qui apparaissent quand Flos se relève, difficilement. Il regarde fixement Suiu, et ce dernier, grâce à son expérience, et à l'aura que le noble dégage, sait parfaitement quel expression arbore le visage de l'enfant, non, de l'homme en face de lui. Des yeux rouges, qui reflètent une rage complètement incroyable pour quelqu'un de son âge. C'est lui que la surprise touche maintenant, mais ce n'est pas tout.

La fierté l'emporte sur la douleur, et il refuse de tomber inconscient, ou même de finir perdant comme ça. Il retente, et assène encore une fois son poing sur le vieil homme. Encore une fois, il est comme paralysé. Mais la surprise vient après. Quand l'homme fait exploser son énergie, Flos ne tombe pas. Pire, il semble s'approcher très lentement !
Une sorte d'ondulation entoure le poing du xélor : Celle de l'énergie du maître, déformée par la simple volonté du jeune homme qui n'avait jamais manipulé une énergie pareille. Et il déforme aussi par la même occasion le visage de tous les membres du dojo qui avaient assisté à la scène, dont le grand maître Suiu.

Dans un cri de rage, et tout en supportant ce pouvoir immense, il arrive à frôler le maître, puis s'écrase, repoussé par une force gigantesque, sur un mur à côté. Il tombe inconscient, mais avec un sourire au lèvres, car il a tout de même réussi à faire quelque chose que personne n'attendait.
Maintenant beaucoup lui accordent le respect, et il décide, dans l'espoir de se venger et de pouvoir faire bien plus que le frôler, de s'entraîner le plus sérieusement possible.
0 0
Score : 5032

Batard, si t'as compris.

1 0
Score : 718

bonsoir

0 0
Score : 1199

Vous êtes sérieux avec vos messages ? J'ai pas eu un truc constructif sérieusement x)

3. L'Emergence

Les mois, les années passèrent. Le xélor avait tenu son engagement, et avait suivi son entrainement depuis environ 5 ans.

Rapidement il est devenu bien populaire : c'est le seul de sa religion ici, et tout le monde avait reconnu son courage qui lui avait permis de se confronter au maître. En tout cas, c'est avec un ami pandawa qu'il descend la montagne du dojo, qui avait pris elle aussi le nom de "Montagne de Suiu". La ville qui est juste en bas est une grande ville marchande, les deux disciples ont à ramener des vivres au sommet, des marchands les attendent.

Evidemment, ce n'est pas leur première fois ici, ils connaissent tout deux cette grande de Pandala, du nom d'Eloko. Les routes étaient bondées, les étables était très nombreuses, ainsi que de nombreuses tavernes ou autres joyeusetés. Yulk, expert en la matière proposa un endroit pour se revigorer, un établissement assez calme, mais avec tout de même un certain cachet. Des petites tables séparés par des stores, il est dit que beaucoup d'affaires privées se jouent ici.

Maintenant posés, par terre, l'un en face de l'autre, avec deux bières impossible à avoir au dojo, ils discutèrent un peu du trajet et de l'entrainement en général. Flos levait doucement son masque pour boire, ne laissant à personne l'occasion de voir son visage.
-Gars, tu m'avais pas parler d'un talent que tu maîtrise pas du tout ? Tu parlais de quoi ?
Flos s'en souvient, et sait précisément de quoi il parle.
-C'est de "ça" que je parlais, dit le jeune noble. Et de la fumée commence à sortir de la bière, une fumée blanche, peu perceptible..
-Tu parle de réchauffer ta boisson ? Paye l'intérêt.
-Non, je l'ai refroidi, presque gelé. C'est un talent familial, mais j'ai jamais été doué avec ça.
-A part le corps à corps tu n'es pas doué à grand chose non ? J't'ai jamais vu te téléporter ou d'autre truc, de xélor tu sais.
-Hmm, j'ai jamais appris simplement. J'ai les grandes bases dit Flos, mais j'dois me battre bizarrement pour les autres xélor, peu importe.
Ils finirent de boire, reçurent la marchandise et partirent monter le grand passage aménagé qui mène au dojo. Mais sur la route, un incident arriva. Sans s'en rendre compte, les deux disciples étaient encerclés par quatre bandits, menaçants, qui en voulaient clairement à leurs vivres.

Ykul semblait tout de même un peu inquiet, mais resta concentré. Un des bandits haussa la voix :
-Posez ça par terre les mioches, et on f'ra rien !
Flos avance sans pression devant deux des bandits, dont celui qui parlait, et qui bloquaient la voie vers la montée.
-Attend.. Tu fous quoi là gam..
Le jeune xélor avait à une grande vitesse asséné deux violents coups de poing dans les crânes des deux voleurs. La violence des coups étaient telle qu'il a explosé leurs nez en un seul coup. Impossible de voir à l'oeil nu quelque chose d'aussi vif. Tout cela est dû à l'entrainement intense suivi par le xélor.

Les deux voleurs derrière n'avaient pas compris, comment un xélor pouvait avoir une chance contre ces deux là ? Et ce fut à ce moment qu'ils virent une sorte d'énergie s'échapper des mains du xélor. Cette énergie pour plusieurs noms. On parle beaucoup d'énergie, simplement, ou même de Ki. Dans d'autres régions, on parle de wakfu. C'est l'école de Suiu qui repose sur la maîtrise de ce flux en combat, dans un intérêt défensif ou offensif. Condenser du wakfu dans sa main augmente la solidité, la vitesse, bref la force d'un coup de poing.

Les deux brigands restants s'échappèrent vite, ne voulant pas finir comme leurs compagnons. Tandis que les disciples, reprenant leurs routes, laissèrent les deux assommés par terre, sans aucune sentence à l'égard des deux voleurs.



4.La Rage

Quelques jours passèrent après cette dernière petite commission. Après un entrainement, dans l'ombre d'un grand cerisier situé dans les jardins du dojo, Flos et Ykul discutèrent un peu.
-Tu te souviens de quand t'as attaquer le maître, dis prudemment le pandawa ?
-Bien sûr, et j'en ai pas fini, même si j'ai encore du travail. J'ai même achevé d'apprendre quelques techniques xélor, je pourrais peut-être bientôt me téléporter.
-Wow ! En fait à l'époque, on pensait que tu en avait contre le trésor du dojo ou quelque chose, pourquoi t'as fait ça ?
-Je n'aime pas qu'on me regarde de haut.

Le trésor du vieux dojo est une relique très précieuse, que peu de personnes ont eu l'occasion de voir dans le dojo. On dit que cet objet est donné aux légitimes maîtres de notre art de combat, et ce n'état pas si rare de voir des chasseurs de trésors tenter de le voler, ou des collectionneurs tenté de l'acheter. Cela serait une plaque dorée, les deux disciples n'en savait pas plus.

La journée se termine. Flos avait un petit rituel, depuis quelques années. Il méditait, seul, à environ un bon kilomètre à l'arrière du dojo, avec une vue sur de grandes plaines, sur une grande distance en tout cas. L'entrainement était rude, tout le monde mûri après cinq années ici. Le respect et le calme sont des notions qu'il a su intégrer.
Du moins, c'est ce qu'il pensait.

Dans sa méditation, un bruit le fit réagir, une sorte de cri peut-être. Agacé, presque inquiet, il se retourna, et vit de la fumée qui s'échappe des bâtiments, et crois même voir un peu de feu. Il marcha jusqu'à là bas, à un rythme soutenu, et fini même par trottiner tant son inquiétude est grande. Ce qu'il vit en premier le dégoûta.

Ykul, perforé au coeur, mort depuis bien un moment. Ce n'est pas le seul : Beaucoup de disciples étaient agonisant ou mort, perforé ou tranché en deux, les bâtiments en toile étaient déchirés et brûlé partiellement. Flos, essayant de retenir son émotion à propos de ces anciens confrères, couru vite vers le dojo, là ou siégeait Suiu. La porte paraîtrais presque menaçante, un grand pouvoir sembla résider en ces murs. Mais il brava sa peur, et ouvra la porte.

Ce n'est pas de l' écoeurement qui l'attendait, mais de la surprise. Il vit directement, dans la lumières des petites torches, et de quelques larmes de feu, une jeune femme magnifique en face du maître paralyser, à bien 3 mètres l'un en face de l'autre.

La jeune femme paraissait avoir facilement le même âge que le xélor, entre 18 et 20 ans. Elle était habillée par une armure en cuir, un peu comme les combinaisons féminines des crâs. Plutôt maigre, elle avait tout de même des formes généreuses qu'on peut dire mises en valeur par son uniforme guerrier.
Son visage était fin, elle avait de longs cheveux blonds, un teint blanc, des lèvres qui paraissent très douces et des petits yeux..Rouges, et une lame, une sorte de rapière, dans sa main droite.

Même si cette couleur l'intrigue, il regarde rapidement le maître. Paralysé, les yeux empli de colère, de tristesse, il fixa la demoiselle. Il fit toujours habillé de la même façon, une toge d'entrainement blanche, avec le signe des Suiu sur le dos. Le grand maître avait encore sa position de combat, une main devant l'autre, mais ne semblait plus pouvoir bouger.

La jeune fille avait vu Flos, un peu désorienter, et avec un petit sourire aux lèvres, elle attaque Suiu d'un coup d'estoc vrillant. Le xélor à réussi, en utilisant son wakfu, à arriver proche d'eux, et dévie la lame. Cette dernière semblait désinvolte, plus là pour faire peur qu'autre chose. Mais le xélor avait eu beaucoup de mal à dévier ce coup, comme si c'était celui d'un grand maître pandawa ou d'un guerrier iop reconnu. En tout cas rien qui pourrait sortir d'une fille de 19 ans, même sur-entraînée.

Flos ressentait à la fois de l'incompréhension, de la surprise, de la tristesse mais aussi de la rage car tout porte à croire que celle qui avait massacrer son dojo, ses amis, c'est bien la personne en face de lui, même si il a encore du mal à le croire.

-Inutile de le défendre mon cher, cet homme est déjà sous l'emprise du baiser de la mort, dit-elle d'une voix douce mais d'un ton presque ironique, tout en se léchant lentement ses douces lèvres.

Le xélor tourne, méfiant, la tête vers le maître. Il a tout compris d'un seul coup. La fille en face de lui était bien la meurtrière du dojo, et ce qu'elle appelait le "baiser de la mort", était les deux plaies béantes dans le cou du maître. Cette fille est une vampyre. Cela explique tout, notamment sa force incroyable.

Sans un instant de réflexion, il couru pour mettre un coup de poing sur la magnifique jeune femme, sa concentration lui permettant de faire fi d'influences comme le désir ou autres. Mais c'est inutile, la femme, d'un seul coup de coude dans le ventre, met Flos à terre, sans résistances possibles.

A terre, il vit la vampyre comme approcher du maître, de son oreille, et de lui chuchoter d'une voix langoureuse "Tu ne craquera pas j'imagine..". D'une attaque avec sa rapière sur les jambes, elle mit aussi à terre le vieil homme. Et bien plus impressionnant, révélateur non pas d'un talent particulier mais d'une volonté meurtrière inébranlable, elle met d'un coup sa lame dans le crâne de Suiu. Elle fouilla son cadavre très rapidement et trouva ce quelle cherchait, une tablette dorée ornée par des écritures bleues, d'une langue inconnue.

-Bon, je vais pouvoir y aller, j'attend beaucoup d'argent pour celle là..
-Attend, déchet.

Le xélor se releva, et à ses mouvement voir même à sa voix, on put se rend bien compte qu'il est fou de rage. En concentrant son énergie dans sa main et ses jambes, il tenta une attaque bien plus rapide qu'avant. La demoiselle avait prévu de contrer, mais le xélor utilisa un autre atout.
-Accéléro !
L'attaque accélère, et il pensait vraiment qu'il pourra terrasser la vampyre d'un seul coup. Mais il n'en fut rien, d'un simple pas arrière, elle se remit en position et contra d'une façon bien plus violente qu'avant le coup du disciple.

Il tomba inconscient sur le coup, mais n'oublierais jamais cette femme ni ce jour, qui le changera très profondément et qui changera sa vie. Dès son réveil, après avoir vu qu'il ne restait plus rien de vivant autour de lui, il décida de partir s'entraîner seul, dans d'autres lieux, après avoir enterré dignement tout ses camarades.
0 0
Score : 302

C'pas mal,j'aime bien la manière dont tu écris bien que des fois il y ait des petites fautes d'ortho ou des phrases un peu étranges smile 

0 0
Réagir à ce sujet