En poursuivant votre navigation sur ce site ou en cliquant sur la croix, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à réaliser des statistiques de visites ainsi qu'à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des publicités personnalisées et un service de chat. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies X

FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

1er Fiction : Ma princesse bien aimée (SAISON3)

Par Lisooune1 15 Novembre 2014 - 17:51:45
Réactions 117
Score : 553

Trop bien la suite

0 0
Score : 543

Alors , Lisooune1 m'a demandé de vous transmettre un message.

Voici le message en question :

"Cher lecteurs, je suis vraiment désolée....je ne peux pour le moment poursuivre ma fiction...Le problème ? Je n'arrive plus à répondre sur les sujets, ni en poster....Je vous avoue que de ne plus pourvoir partager avec vous ma fiction pour le moment m'attriste. Merci Lovely64 d'avoir poster ce commentaire de ma part. Je t'en suis reconnaissante.
Espérant que ce problème cesse...
Cordialement.
Lisooune"

Le message étant passé , je repart , espérant de tout cœur que Lisooune1 puisse re'poster.

tapElfée Malle , l'Eniripsa voyageuse.

0 0
Score : 493

Youpiii ! Je peux re-poster ! ♥

0 0
Score : 2632

Super et bonne chance aussi. ;3

0 0
Score : 543

Enfiiiiin !
Bon retour parmi nous ! :3
Aller , bonne chance , écrivaine ! :p

tapElfée Malle , l'Eniripsa voyageuse. 

0 0
Score : 493

Cela doit faire bien 1 mois, que je n'ai pas posté un chapitre...Désolée...Mais j'ai été très occupée !
Bref découvrez ce nouveau chapitre !

Chapitre :Un royaume de nouveau heureux.

PDV Yugo :

Nous étions tous chamboulés par l’histoire d’Eva. Amalia avait séché ses larmes et elle tenait toujours ma main fermement dans la sienne. Evangelyne se leva,reprenant ses esprits.

Evangelyne : Garde, faîtes savoir au Royaume que j’organise une cérémonie sur la Grand-Place.

Le garde : Très bien comtesse.

Moi : Que vas-tu faire ?

Evangelyne : Je veux mettre les choses au clair dans ce Royaume. Excusez-moi.

Elle se retira de la salle, Amalia lâcha ma main et la suivit. Elle m’adressa un regard inquiet, qui me fit souvenir que Cléophée avait disparue.

Adamaï : Je me demande qu’est ce qui va se passer…Evangelyne vient de découvrir qu’elle est l’héritière de ce Royaume, alors que sa sœur a disparue… Je ne veux pas être négatif mais, c’est mauvais pour notre mission ça…

Moi : Je pense qu’Eva saura gérer ça avec beaucoup de sérieux.

Tristepin (se redressant) : Mais pas toute seule ! Amalia a eu raison de suivre Evangelyne, elle a sûrement besoin de nous ! C’est certain !

Ruel : Bah dis donc, en ce moment tu réfléchis beaucoup…Faudrait te calmer ! Tu vas finir par avoir mal au crâne !

Moi : Ruel, Tristepin a raison ! Il faut rejoindre les filles tous de suite !

Nous nous dépêchâmes de les rejoindre. Evangelyne et Amalia était sur le balcon principal, préoccupées. A notre arrivée, Amalia se retourna brusquement, les mains sur les hanches tandis qu’Eva regardait l’horizon.

Amalia : Bah ce n’est pas trop tôt !

Moi (me frottant vigoureusement la tête) Désolé, on n’a pas été très lucide…Heureusement que Pinpin a su nous le rappeler.

Evangelyne tourna la tête surprise, elle ne s’attendait sûrement pas que Tristepin prenne cette initiative.

Evangelyne : Tristepin ?

Adamaï (soupirant) : ça peut paraître surprenant, mais c’est bien lui qui a dit ça ! On a tous été étonnés d’ailleurs…

Tristepin (nous regardant d’un air accusateur) : Je ne suis pas aussi Iop que vous le croyez ! (se tournant vers Eva) Evangelyne, tu sais qu’on sera toujours là auprès de toi…

Tristepin prit les mains d’Evangelyne doucement. Ils se regardèrent amoureusement pendant un moment, puis Evangelyne approcha ses lèvres de celle de Tristepin et ils s’embrassèrent tendrement sous les rayons du soleil qui traversaient la vitre. Amalia regardait, admirative, le baiser passionné de nos deux amis. Je commençais à rêvasser. Ce serai tellement bien de goûter aux douces lèvres de mon Amalia…Je m’imaginais la scène…Elle et moi, tous les deux, assis l’un à côté de l’autre…Je la regarderai langoureusement et je lui caresserai la joue. Je prendrai une grande inspiration et je lui avouerai tous mes sentiments. Et,sous le coucher du soleil j’approcherai mes lèvres des siennes, et je lui adresserai un baiser….

… : Yugo !Yugo !

Adamaï me secouait dans tous les sens. J’avais rêvé autant de temps que ça ? Jene m’en suis pas rendu compte…L’amour ça perturbe vraiment beaucoup…

Adamaï : Bah alors frérot ? Tu te sens bien ?

Moi (reprenant ses esprits) : Ah…Euh…Oui ! Hum…Qu’est ce qui se passe ?

Adamaï (perplexe) :Bah il y a Evangelyne qui est partie se préparer pour la cérémonie sur la Grand-Place et les autres sont en train d’attendre sur la petite terrasse là-bas ! (pointant du doigt une plateforme grisâtre)

… : CONFRERIE DU TOFU ! Vous êtes invités à nous rejoindre devant le château.

Amalia (se relevant brutalement) : Vite, allons-y !

Elle se dirigea comme une flèche vers la sortie, suivie de Tristepin aussi préoccupé.

Ruel (s’approchant de moi) : Amalia et Tristepin sont inquiets pour Evangelyne ça se voit…Moi aussi d’ailleurs…

Moi : Il ne faut pas s’inquiéter, je suis sûr que tout va bien se passer.

Adamaï : ça c’est toi qui le dis Yugo ! Tu es trop confiant…Il faut s’attendre à tout…

Ma confiance retomba rapidement comme une pierre lourde qui tombe sur le sol.C’est vrai qu’on en a vécu des complications, mais on ne va quand même pas en rajouter à chaque aventure ! Sur les mots d’Adamaï, je me rendis devant le château où tous les habitants du Royaume grouillaient. Evangelyne vêtue d’une robe de comtesse entama un discours de bienvenue. Puis elle arrêta,repris son souffle et s’approcha près des habitants.

Evangelyne :Malgré l’attention que je prête au Royaume, je ne peux gouverner…J’ai vécu une grande partie de ma vie en dehors de ce Royaume et je sais que ma place n’est pas ici…C’est pour cela que je vais déclarer en ce jour le nouveau gardien remplaçant du Royaume…

Une petite fille dans la foule : Un remplaçant ? Mais pourtant elle a dit qu’elle ne gouvernera pas le Royaume…

Sa mère : Elle est toujours la comtesse, elle peut revenir quand elle le souhaite et reprendre le pouvoir, c’est pour cela que le choix du gardien est important. Et puis Dame Evangelyne a une sœur Cléophée, on ne sait pas ce qu’elle est devenue d’ailleurs.

Evangelyne : Mon choix est fait. Aymeric et Laki ici présents viendront habiter avec leur famille dans le château et gouverner le Royaume avec ferveur et honneur.

La foule : VIVE LES NOUVEAUX GARDIENS !

Les acclamations fusèrent pendant quelques minutes, Aymeric et Laki regardèrent Eva, les larmes aux yeux, touchés par cet acte surprenant. Puis un vieil homme s’approcha et déclara à haute voix.

Le vieil homme :Et quand est-il de la comtesse Cléophée ?

Les lèvres d’Amalia se pincèrent et elle regarda en direction d’Evangelyne qui tremblait comme une feuille morte. Amalia s’avança et prit la parole en voyant qu’Eva n’en n’était pas capable.

Amalia : Avant de découvrir votre Royaume, nous avions une mission. La sœur de Dame Evangelyne,Cléophée a mystérieusement disparue. Elle serait apparemment à Sufokia. Nous devons au plus vite la retrouver…

Les conversations se stoppèrent, tous regardèrent ma princesse avec des yeux tristes. Aymeric et Laki s’approchèrent d’Amalia et ils lui prirent la main.

Laki : En tant que nouvelle gardienne, je propose au Royaume d’aider la Confrérie du Tofu dans leur quête en préparant le matériel nécessaire pour leur voyage.

Aymeric : Le ciel s’est assombri. Je vous invite à allumer vos lanternes devant chez vous en l’honneur de la comtesse Cléophée…

La foule se dispersa et en quelques minutes, des milliers de lanternes colorées illuminaient le Royaume entier. Un peu de baume au cœur, ça fait du bien…Evangelyne nous indiqua une grande chambre pour nous y installer tous ensemble,mais elle disparue une énième fois pour régler quelques petits problèmes.Tristes, nous nous assîmes en cercle.

Tristepin : Elle a dû encore s’absenter…Depuis que nous l’avons retrouvé, je n’ai même pas pu passer du temps avec elle…

Moi (posant ma main sur son épaule) Tu sais Pinpin, ça arrive parfois que celle qu’on aime ne soit pas toujours disponible, mais il faut savoir être patient et ça ira beaucoup mieux, je t’assure….Même si on n’arrive pas forcément à gérer sa tristesse…

Cette phrase je l’ai puisé au fond de mon cœur…Je n’ai pas pu la retenir, elle est sortie toute seule. Ce que ressent Pinpin, c’est ce que j’ai ressenti quand Amalia fut enlevée…Une détresse insurmontable. Je le comprenais…

Amalia :Euh…Yugo…T-Tu sors d’où tout ça ? On dirait tellement que tu as vécu la même chose…

Moi : Ah…Euh…Je ne sais pas…

Tristepin : Merci Yugo…

Moi : Il n’y a pas de quoi Tristepin, quand un ami a besoin d’aide il faut être à ses côtés !

Adamaï se leva et admira un immense tableau exposé sur le mur.

Adamaï :Ouah ! Il est gigantesque ce tableau ! Cette dame ressemble vraiment à Eva !

Amalia :Attends…C’est la même femme que sur le médaillon…Dame Angelyna, la mère d’Evangelyne. Elle est vraiment belle.

Tristepin : Alors c’est- elle sa mère ?

Amalia : Oui Tristepin. Dîtes-moi on va vraiment tous dormir ici ?

Ruel : Pourquoi,tu veux dormir dehors ?

Amalia : Je n’ai pas dit ça ! C’est juste qu’en tant que princesse, je dois avoir un lit convenable et non le dernier lit que vous allez sûrement me refiler, vu que je suis la seule fille dans cette chambre !

Tous : On t’a laissé celui-là !

Amalia :Ahhh…J’aurai dû rien dire du tout et choisir directement.

Amalia s’approcha de son lit le testa, puis s’assit dessus. Son lit était à côté du mien et celui de Ruel.

Amalia :Argh ! Ruel, tu as déjà pensé à te laver les pieds ?!? Ohlalala,qu’est-ce que j’ai fait pour dormir à côté d’un vieux radin puant ?!?

Ruel : Si l’odeur de mes pieds ne te convient pas, tu n’as qu’à dormir dans le couloir, ça nous ferai des vacances !

Amalia : Répète un peu, vieil Enutrof de malheur !

Ruel : Tu as très bien entendu, petite princesse pourrie gâtée !

Moi : STOP !

Amalia se retourna vers moi puis tourna la tête brusquement, elle descendit de son lit et s’arrêta devant celui de Ruel.

Amalia : Désolée Ruel, c’est de ma faute ce qui est arrivé !

Etelle sortit de la pièce en courant. Là je dois dire que je n’ai pas vraiment tout compris.

Ruel : Euh…Je peux savoir ce qui s’est passé là ?

Moi : Elle a eu une réaction tellement étrange…

Adamaï : Je pense que tu devrais aller la chercher.

Moi : Très bien.

Je courais dans les couloirs à sa recherche, introuvable, elle était introuvable.Soudain j’aperçu sa chevelure verte dehors. Elle était en train de sentir les fleurs et observer les plantes.

Moi :Amalia ? Ça va ?

Amalia :Hum…Yugo ? Qu’est-ce que tu fais là ?

Moi : Je suis venu te chercher. Pourquoi as-tu réagis comme ça ? Tu nous as tous surpris !

Amalia : Oh et bien…J’avais envie de prendre l’air…Cette dispute était vraiment idiote…Je suis vraiment désolée de vous avoir fait participer à ça, alors que vous m’avez sauvés à de nombreuses reprises et que je ne vous ai jamais remercié comme il le faudrait !

Moi : Mais Amalia,c’est normal que nous t’ayons sauvée ! Tu comptes énormément pour nous ! On risquerait notre vie pour toi !

Amalia : Ne raconte pas de bêtises ! Vos vies sont bien trop chères !

Moi : Moi, je la donnerai ! Je t’assure, que je la risquerai !

Amalia :J-Je…Merci Yugo…

Moi : Allez viens ! Ils nous attendent tous là-haut !

Jelui pris la main et nous montâmes jusqu’à notre chambre commune.

Adamaï : Je vois que ça va bien vous deux ! (remarquant que nous nous tenions la main)

Moi et Amalia (rougissant) : Ah…Euh…

Nous retirâmes nos mains enlacés et nous regagnâmes nos lits. La nuit fut très longue, j’avais un énorme pressentiment qui me tourmentait. J’avais l’impression que les faits que nous avait raconté Eva sur sa famille, avaient un rapport avec la disparition de Cléophée…J’en suis quasiment certain. Je descendis en compagnie de Tristepin les nombreuses marches de l’escalier. Nous débarquâmes dans la salle et je remarquai tout de suite les yeux fatigués de mes amis. Des bagages volumineux, attendaient au centre de la salle, prêts à partir.

Servante : La nourriture, les vêtements et le matériel nécessaire en cas de tourment est fin prêt !

Evangelyne : Merci beaucoup ! Bon, les amis je pense qu’il est temps de partir…

Amalia (prenant Evangelyne par la main) : Oui, ça va aller ne t’inquiète pas.

Evangelyne lui répondit par un sourire, elle paraissait heureuse que sa meilleure amie la soutienne tant. Nos chaussures claquèrent sur les marches de marbre blanc du château, Aymeric et Laki, nous attendait devant celui-ci une lueur dans les yeux. Evangelyne et Amalia s’arrêtèrent face aux tourtereaux. Aucun mot n’est nécessaire. Aymeric et Laki les larmes aux yeux prirent nos deux amies dans leur bras sous une émotion pesante.

Amalia (la voix légèrement tremblante) : Ce n’est qu’un au revoir…Nous viendrons vous rendre visite !

Aymeric (serrant plus fort Amalia contre lui) : Vous avez été tellement gentils avec nous…Dame Evangelyne, vous avez changé nos vies, à tous…

Evangelyne (se séparant de Laki) : Chut ! Vous allez vraiment réussir à me faire pleurer !

Laki : Princesse Amalia, j’espère que vous tiendrez votre promesse ! Nous rendre visite serai la meilleure chose que vous pouvez nous offrir !

Amalia : Ne t’inquiète pas Laki ! Et tu sais, la véritable amitié ce n’est pas d’être inséparables, c’est d’être séparés et que rien ne change…

Cette phrase toucha Laki au plus profond de son cœur, elle fondu en larmes dans les bras d’Amalia. Evangelyne s’approcha de Tristepin et lui prit la main, ils se regardèrent langoureusement, heureux de se retrouver. Nous les quittèrent, le cœur battant, la tête remplit de courage et d’aventures.

0 0
Score : 3655
À moi de te laisser un petit mot. smile J'ai bien aimé ce que tu as fait, hormis quelques fautes rarissimes (le "elle fondu" à la fin du dernier, là), mais tu vas vraiment dans la finesse des détails, des sentiments, et c'est ce qui me plaît particulièrement. Même si je connais moins la série que le MMO, après ceux qui sont comme moi, on te fait confiance.

Continue! ^^

Tokina Japona
 
0 0
Score : 493

Oh merci c'est très gentil de ta part ! Ça me fait très plaisir !

0 0
Score : 2632

Excellent histoire. ;3
C'est pour quand le gros crapaud masquer qui engloutise Amalia ainsi que la nouvelle sufokia et l'empereur des steamer, le pere du prince Adale.

0 0
Score : 493
Désolée pour le gros retard ! Voici la suite ! ; )


Chapitre : La perte d'un être cher est toujours dure à surmonter...


Ruel se rendit dans l’avant du véhicule et essaya tant bien que mal de demander à Gruffon le chemin à emprunter pour se rendre à la nouvelle Sufokia. Voyant, que notre Enutrof peinait à obtenir ne serait-ce qu’un mot de la carte, Yugo essaya à son tour et réussit comme à son habitude,du premier coup. Je fermai les yeux…Je m’imaginais un monde où tout le monde coexisterai dans l’harmonie la plus totale. Mais pourquoi je rêve d’un monde qui n’existera jamais, quoi qu’on fasse ? Cléophée, vois-tu comment je suis inquiète ? Tu me manques terriblement…Tu sais, j’essaye de cacher cette douleur qui m’assassine, mais je vois que mes amis savent lire dans mes yeux, dans mon cœur…Et quel est ce passé qui surgit aussi violemment ? Ta disparition aurait-elle un lien avec notre famille ? Je ne peux croire que ça puisse arriver à nous…Qu’avons-nous fais aux Dieux pour mériter un tel châtiment ? Je me perds…Amalia s’approcha de moi à pas de velours, pris délicatement ma main et la caressa. J’ai de la chance d’avoir des amis comme eux, une famille, un mari et des enfants merveilleux. Nous arrivons te chercher toi, ma sœur…Mon courage qui avait disparu pendant quelques temps refit surface comme une énorme vague submergeant tous sur son passage. Enfin. Amalia, encore fatiguée de la nuit dernière, partie s’assoupir dans la petite chambre du haut. Le ciel grondait, des multitudes de petites gouttelettes de pluie s’amoncelèrent sur la vitre froide. Tristepin posa ma tête contre son épaule et je m’assoupis sous le bruit de la pluie torrentielle.

---------------------------

PDV Amalia :



-------------------------



Je m’allongeai sur le lit, impossible de dormir. Je saisis ma sacoche et j’ouvris mon journal avec la petite clé que je gardai sur moi la plupart du temps.J’écrivis. Je décrivis avec précaution tous les sentiments que j’avais ressentis ses derniers jours. En racontant à mon journal nos récentes aventures, je repense alors à Eva, à la disparition de Cléophée…Elle aurait été emmenée à la nouvelle Sufokia ? Le Prince Adale aurait participé à son enlèvement ? Non, c’est peu probable…Quoique…Cette disparition cache beaucoup de chose… Beaucoup trop…Evangelyne rentra sans frapper. Je sursautai,puis soulagée, je poussai un léger soupir.

Moi : Ah, tu m’as fait peur…

Evangelyne :Excuse moi, j’avais envie de parler, de te parler.

Moi : Tu…Me parler ? Tu m’as l’air fatiguée…

Evangelyne (se frottant le front) : Oh, je viens de me réveiller. Je m’étais assoupie sur Tristepin.

Moi (tapotant lelit) : Allez, viens t’asseoir.

Elle sourit, prit la couverture et nous emmitoufla dans celle-ci.

Moi (un peu hésitante) : Alors ?

Evangelyne : J’ai beaucoup réfléchi et ça m’a aidé à voir la réalité en face.

Moi (perplexe) :La réalité ?

Evangelyne : Je savais déjà que vous étiez des amis formidables, mais à ce point…Il faut dire qu’avec toutes ces aventures que nous avons vécues ensemble j’aurai dû m’en rendre compte. Mais, vois-tu quand nous étions à Apfeldown, j’ai vu à quel point vous étiez inquiets pour moi, et ça m’a énormément touchée. Je voulais vous remerciez tous, un par un. Et aussi…Je suis vraiment contente de t’avoir comme meilleure amie !

Moi : Merci Eva,je…

Je l’ai pris dans mes bras, les yeux éclairés par une lueur de joie.

Evangelyne : Si tuas besoin de parler, je suis là tu sais…Surtout pour parler de quelqu’un en particulier…

Moi : Eva !(lui jetant un coussin dans la figure) Tais-toi ! (rougissant fortement)

Evangelyne (gloussant) :Très bien, très bien. Je te laisse te reposer. Bonne sieste, jolie sadidette.

Elle referma la porte. Eva…Elle ne livrait jamais ses sentiments d’ordinaire…Je suis contente qu’elle est pris cette initiative…Je suis vraiment fatiguée, je pense que maintenant je vais réussir à dormir…Eva m’étonnera toujours, je ne sais pas ce que je ferais sans elle.

------------------------

PDV Tristepin



-----------------------



Eva descendit nous rejoindre, le sourire aux lèvres. Elle paraissait plus détendue que tout à l’heure.

Yugo : Amalia, s’est endormie ?

Evangelyne : Oui il me semble.

Yugo : Elle avait l’air triste, elle va bien ?

Evangelyne : Ne t’inquiète pas Yugo, elle était seulement fatiguée.

Moi : Et toi, tu vas bien ?

Elle détourna le regard, puis posa son regard émeraude sur moi.

Evangelyne : ça va.

Elle ébouriffa mes cheveux et y déposa un baiser. Je lui souris et je remarque que Yugo semblait soucieux.

Moi : ça ne va pas Yugo ?

Yugo : Hum…Si, si…Je me demande juste à quoi ressemble la nouvelle Sufokia…C’est une ville sous-marine et j’avoue qu’elle me fait un peu peur.

Adamaï : Ce n’est pas un problème pour nous. On est des héros.

Yugo : Ton optimisme, m’étonnera toujours,Adamaï.

Soudainle véhicule commença à se secouer dans tous les sens. Amalia, après avoir entendu des cris et avoir ressentis le tambourinage, descendit à toute vitesse les escaliers et nous rejoignit dans au milieu du véhicule.

Amalia (apeurée) : Que se passe-t-il ?

Evangelyne (sortant son arc) : Rien de bon à mon avis.

Je dégaine mon épée, Yugo et Adamaï se placent en position de combat et Amalia reste en retrait ne pouvant utiliser ses pouvoirs à l’intérieur du véhicule. La porte éclate en morceaux, un homme vêtu d’un uniforme de garde, rentre lourdement armer.

L’homme : Lâchez-vos armes et sortez du véhicule !

Voyant que nous ne bougions toujours pas, il s’empara de Ruel et lui pointa un pistolet sur sa tempe.

Yugo : Ruel !

L’homme : Allez baissez vos armes, où le papi crève.

… : Du calme, Brutus.

Un autre homme vêtu du même uniforme, rentra dans le véhicule et tapota l’épaule de Brutus, l’homme qui détenait Ruel.

L’homme : Pourrions-nous savoir pourquoi êtes-vous sur ce territoire ? Il est interdit de s’y rendre, ce territoire appartient à la Nouvelle Sufokia.

Amalia (s’approchant de lui) : Justement, nous devons, nous y rendre.

L’homme : Pour quelle raison ?

Yugo : Une amie a été enlevée et emmené à Sufokia.

L’homme : Et puis-je savoir vos noms ?

Yugo : Je suis Yugo et voici mon frère Adamaï.Je suis un Eliatrope et lui un Dragon.

L’homme : Seriez-vous, Yugo, Roi du peuple Eliatrope et votre frère dragon ?

Adamaï : Oui et alors ?

L’homme : Euh. Non…rien. Et vous ?

Amalia: Princesse Amalia Sheran Sharm. Fille du Roi Sheran Sharm du peuple Sadida. Protecteurs de toutes les forêts du monde.

L’homme : Oh, une princesse et un roi quelle équipe. C’est un plaisir princesse…

---------------------

PDVYugo :

----------------------

L’homme baisa la douce main d’Amalia et me jeta un regard noir. Non mais il se prend pour qui celui-là ? Bizarrement dès qu’il redressa la tête, il laissa apparaître sur son visage un air grave...

L’homme : Vous n’avez AUCUN droit de circuler sur ces terres ! Rois ou princesse,peu importe, embarquez-moi c’est malfrats !

Tristepin : Il n’en n’est pas question !

L’homme : Comment ? J’ai dû mal comprendre,qu’avez-vous dis ? Savez-vous à qui vous avez affaire ?

L’homme enleva sa cape, laissant apparaître le visage d’un jeune crâ.

Evangelyne : Un crâ ?

L’homme : Pas un simple crâ, je suis le fils du commandant des forces royales de Sufokia.

Ruel : Et qui est ce commandant des forces royales de Sufokia ? Il me semblait avoir cru entendre que tous les pouvoirs étaient adressés au roi et non à un commandant, machin chose.

L’homme : Je suis Tristan, fils du commandant Henri le voyageur.

Evangelyne (livide) : Henri le voyageur ?Le crâ qui a découvert Apfeldown... ?

L’homme (surpris) : Comment connaissez-vous cela ? C’est un des secrets que seul mon père et moi savons !

Evangelyne (tremblante) : C’est impossible...Henri le voyageur...c’est mon père...

L’homme : Seriez-vous...Garde, faîtes les disparaître !

Evangelyne : Attends, ne veux-tu pas comprendre avec moi, ce qui s’est réellement passé ?!? ATTENDS !

L’homme : Je connais déjà toute l’histoire, ta sœur Cléophée est déjà chez nous, mon père a réussi à l’enlever...Mais toi, j’ai le pouvoir de te faire disparaître sans que tu ne laisses aucune trace...Je ne te considère pas et je ne te considérai jamais comme ma sœur, tu entends ?!?JAMAIS ! Messieurs, ne laissez aucun survivants !

Tristansortit du véhicule et nous l’entendîmes s’éloigner. Brutus s’approcha de moi,une masse à la main. J’esquivai son coup et prit Amalia et Adamaï par la main pour les entraîner dehors. Evangelyne et Tristepin, nous suivîmes eux aussi,tandis que Ruel se battait à l’intérieur. Soudain, un bruit fracassant se fitentendre dans le véhicule et Ruel se fit éjecté de celui-ci, le laissantinconscient sur le sol. L’homme assena un coup de pied dans le dos de Ruel qui le fit tomber à la mer. Ruel...Je sentais les larmes, me monter aux yeux et une force impressionnante, s’échappa de mon corps. Dans un éclat de Wakfu je propulsai les hommes de Tristan contre les falaises et roches qui bordaient la plage. Tristepin plongea dans l’eau. Il remonta à la surface plusieurs fois sans Ruel avec lui...Les minutes défilèrent et Tristepin n’avait toujours pas retrouvé Ruel. Tristepin sortit de l’eau, le regard vers le bas, dans sa main le sac de Ruel.

Tristepin : J-j’ai trouvé son sac... (Il le souleva) Tacheté de sang...

Tout le monde comprit que notre Ruel était...mort... Les larmes s’écoulaient le long de nos joues comme l’eau qui s’écoule dans une rivière... Evangelyne prit la main d’Amalia, Adamaï prit la mienne. Tristepin déposa le sac de Ruel sur le sol et prit à son tour la main d’Eva. Un silence pesant régnait alors dansnotre groupe, le seul bruit des vagues se faisait entendre. Nous attendîmes,une minute comme ça ,puis nous décidâmes de camper cette nuit au bord de laplage, la plage qui avait tué notre ami...Je pensais à lui, me remémorant tous les bons souvenirs que nous avions passés ensemble....Les éclats de rire, comme les pleurs...Comme un grand-père il veillait sur chacun de nous...J’ai penséaussi Eva, qui avait découvert qu’elle avait un frère, un frère qui souhaitait sa mort...Une peine s’était détaché de mon cœur, Cléophée était saine et sauve...Pour le moment...Amalia déposa sa main sur mon épaule . Je me tournai vers elle, elle avait les larmes aux yeux comme moi ; et je le serai dans mes bras le plus fort que je pouvais....
2 0
Score : 3655
Snif que c'est beau la tragédie. :')

Mais je suis pas certaine que Ruel soit vraiment mort... Peut-être gravement blessé?

(La suite, la suite! Et oui ton retard est pardonné.)

Tokina Japona
 
0 0
Score : 2632

Un peu triste comme histoire pauvre ruellesad, mais excellent chapitre.;3
Je suis stupéfié que le frère d'Eva est dans l'armée imperial de sufokia, je croyais qu'il n'y a que des steamer humains et robots en sein de la nouvelle sufokia, y compris peux être des eliotropes comme soldats d'élite.

0 0
Score : 553

la suite snifff la suite

1 0
Score : 1

La suuuiiiiite T-T 

0 0
Score : 200

Hey, je viens de finir ta fanfic qui m'a pris moins de deux jours.  Je me suis prise au jeu et maintenant je veux la suite !!! 
De mon point de vue, Ruel n'est pas mort, mais dans son havresac gravement blessé... Mais c'est quand même triste. Que va-t-il se passer entre Evangelyne et son frère ??? Et que va-t-il arriver à Cléophée ??? Je meurs d'impatience.smile

0 0
Score : 17

Alors ça n'a peux t'étdre rien n'avoir mais quand j'ai lus ton titre j'ai crus c'était une parodie de "ma sorcière bien n'aimez"mdr 

0 0
Score : 206

Il me faut la suite.

.........j'ai espoirs.:-)

0 0
Score : 1

Alors il n'y aura jamais de suite c'est ça ? sad

Une suite est vraiment nécessaire à cette histoire qui s'est arrêté si brusquement que quelqu'un reprenne cette fan fiction je sais pas mais il faut la continuer elle est bien trop superbe 

0 0
Réagir à ce sujet