En poursuivant votre navigation sur ce site ou en cliquant sur la croix, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à réaliser des statistiques de visites ainsi qu'à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des publicités personnalisées et un service de chat. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies X

FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

1er Fiction : Ma princesse bien aimée (SAISON3)

Par 15 Novembre 2014 - 17:51:45
Réactions 117
Score : 2632

Super, je crois car leur retour de la confrérie, le royaume sadida est attaqué par la nouvelle sufokia grâce à leur aéronefs volant(on découvre que les steamer ne possède pas uniquement des sous-marin).happy 

0 0
Score : 493



Chapitre 2 : Beaucoup de sentiments


--------------------------


PDV Yugo :



-------------------------



Tout le monde descendit du véhicule. Mais où était Amalia ? Je la cherchais partout du regard, inquiet.



Moi : Elle est passée où Amalia ?

Evangelyne : Tu as regardé dans la machine de Ruel ?Elle y est peut-être !

Moi : Peut-être !

Je me précipitai dans le véhicule.



Moi : Amalia !

Pas de réponse, je recommençai encore une fois puis deux…Toujours pas. Je m’avançais vers la chambre, je saisi la poignée et j’ouvris la porte. Amalia était étendue sur le lit assoupie. Il y avait à côté d’elle un livre, je le pris délicatement « Journal d’une princesse ». Ce livre était en réalité le journal où Amalia décrivait tous ce qu’elle ressentait. Une envie folle de le lire me prit. Non,je ne pouvais faire ça…ce serai ne pas la respecter elle…et ses sentiments. Et dans un effort douloureux je déposai le livre sur la table de chevet. Je m’assis à côté d’elle, je la regardai admiratif…mon cœur tambourinait dans ma poitrine.Mes joues devinrent d’un rouge puissant.J’avais déjà ressenti quelque chose pour Amalia lors de notre rencontre, une espèce de présence au fond du cœur mais très légère mais au fil du temps elle se manifesta de plus en plus, et jusqu’à maintenant les sentiments que j’éprouve à son égard ne cesse de prendre de la place au sein de mon cœur. Il était temps que je la réveille, je lui caressai la joue langoureusement. Ses paupières brunes bougèrent, ses yeux s’ouvrirent peu à peu.



Amalia : Yugo…

Moi : Oui c’est moi.

Amalia (se redressant vivement) : T-Tu es là depuis combien de temps ?

Moi : Ah. Euh…Je ne sais pas…Je suis venu te chercher,nous sommes arrivé dans ton royaume.

Amalia : Très bien. Mais…Où est mon journal ?!?

Moi : Sur la table de chevet.

Amalia : Q-Quoi…Tu l’as lu ?!? (Effarée)

Moi : Ah…Non non ! Je l’ai juste posé là !

Amalia (soulagée) : Ah ouf…Tu m’as fait peur.

Moi : …Dis-moi Amalia, de quoi tu parles dans ton journal ?

Amalia (rougissant) : Ah…Euh…D-De mes sentiments, de nos aventures…et puis… (Soupirant) d’une personne en particulier…

Moi : Ah oui…Et c’est qui ?

Amalia (gênée) : Cette question ne se pose pas Yugo !Et. ..Euh…toi tu ne peux pas comprendre ça…

Moi : Comprendre quoi ?

Amalia : Un sentiment, en particulier…que, il me semble tu ne ressens pas… (Regarde vers le bas)

Moi : Si tu me disais de quel sentiment tu parles se serai plus simple tu ne crois pas ?

Amalia : Je ne peux pas…

Elle prit son journal et elle sortit de la pièce dégageant un sentiment de tristesse. Pourquoi disait-elle que je ne pouvais comprendre ? Que je ne ressens pas ce sentiment ? Perplexe, je sortis à mon tour de la chambre et je rejoignis la petite troupe. Je lançai un regard à Amalia, elle l’évita. Mais qu’avait-elle ?Elle marcha en tête du groupe, attristé, l’air grave. Je m’approchai, inquiet vers Evangelyne.



Moi: Dis-moi Eva, qu’est-ce qu’elle a Amalia ?

Evangelyne : Tu sais Yugo, elle est un peu perturbée en ce moment, elle vient juste de nous retrouver et elle a failli se marier avec un roi qu’elle n’aimait pas…ça fait un peu trop d’émotion d’un coup. Et puis elle découvre l’étendue de ses sentiments qu’elle éprouve envers les autres. Ça t’ai déjà arrivé il me semble, non ?

Moi (repensant à des évènements passés) : Oui…Tu as raison.

Nous atteignîmes le château enfin. Après avoir expliqué toute l’histoire à son père et son frère,ils se serrèrent dans leurs bras, comme une vraie famille, quel moment émouvant. Amalia mit fin à l’accolade.



Amalia : Père, nous sommes affamés ! Pouvons-nous nous restaurer dans la salle de banquet ?

Roi : Bien sûr. Bon appétit à vous tous !

Nous nous rendîmesdans la salle, je m’assis à côté d’Amalia et Ruel. Nous mangeâmes presque toutes les denrées déposaient sur la table ! Amalia n'avait presque pas touchée à son assiette, je la regardai, pensive et elle paraissait aussi nostalgique.

Moi : Amalia, je m’excuse pour tout à l’heure, j’ai peut-être été un peu brusque.

Amalia : Ne t’inquiète pas Yugo, c’est de ma faute à moi aussi, j’ai été froide et désagréable envers toi. Tu voulais juste me comprendre.

Evangelyne : A propos de ça, Amalia, puis-je te parler un instant s’il te plaît ?

Amalia (surprise) : Très bien.

Elles quittèrent toutes deux la table, sous nos regards interrogateurs.

Tristepin : Profitons de ce moment pour parler entre homme.

Ruel : ?!?

Tristepin : Yugo, dis-moi, tu es toujours autant amoureux d’Amalia ?

Moi (rougissant fortement) : Un peu moins fort !Elles pourraient nous entendre ! Et…oui…mais regardez-moi je ne grandis vraiment pas vite du tout. Comment pourrai-je lui avouer mes sentiments dans ses conditions ?

Tristepin : Je n’avais jamais pensé à ça ! Et puis tu as un peu grandi non ?

Il me regarda attentivement,se concentrant tellement fort qu’il lui donna mal à la tête.



Tristepin : Ah…bah non en fait…

Ruel : Crois-moi mon petit Yugo, ce n’est pas l’extérieur qui compte (met sa main sur sa poitrine) c’est la dedans qui fais la différence.

Adamaï : Si elle t’aime c’est pour ce que tu es !

Moi : Oui …

------------------------------------



Du côté d’Amalia et d’Evangelyne.

Sur un balcon.



---------------------------------



PDV neutre :



--------------------------------





Evangelyne : Amalia, je suis ta meilleure amie, tu peux tout me dire ! C’est Yugo que tu aimes c’est ça ?

Amalia (rougissant) : Je pense…

Evangelyne : Je m’en doutais ! Depuis déjà le début de l’aventure !

Amalia (triste) : Eva, je ne sais pas quoi faire je suis perdue…

Evangelyne : Ne t’en fais pas Amalia, je serai là pour t’aider.

Les deux amies se serrèrent dans les bras de l’un et l’autre. Tout à coup, une forte bourrasque les fit frissonner et batre leurs cheveux dans tous les sens . Un homme flottant dans l’air revêtu d’une cape noire imposante apparut devant les jeunes filles. Evangelyne sortit son arc, prête àtirer en cas de menace. L’homme laissait transparaître de pétillants yeux vertset il s’approcha brusquement d’Evangelyneet lui caressa doucement la joue.



L’homme à la cape noire : Evangelyne…

Elle le repoussa brutalement le propulsant contre le sol et dans un nouveau coup de vent il disparut laissant derrière lui un médaillon où les initiales « A.E.C » étaient gravés et à l’intérieur du médaillon le portrait d’une jolie crâ blonde ressemblant étrangement à Evangelyne y logeait. Ne comprenant plus rien, elle restait toujours bouche bée devant l’événement. Amalia appela rapidement les autres qui découvrirent leur amie dans un état déplorable d’incompréhension.



Evangelyne : Q-Que voulait-il ?

Amalia : Je ne sais pas Eva…

Elle la serra dans ses bras.



Amalia : Ne t’inquiète pas Eva, on va découvrir ce qui s’est passé avec Cléophée et l’identité de cet homme. Sois forte Eva !

Evangelyne agrippa larobe d’Amalia, les yeux humides, les émotions incontrôlables, elle s’effondra en pleurs… Cette femme la pertubée tellement, inconnue mais si familière…

Ce chapitre est basé sur les sentiments de Yugo et Amalia pour faire un peu avancer la vision de chacun sur l'autre et leur relation ! ♥ Je prévois de l'aventure à partir de ce chapitre là normalement !


Cleophe : Oui, je sais c'est très bizarre dés que je poste un chapitre je suis obligée de le modifier parce que plein de mots se collent sans mon consentement ! Bizarre... Du coup je suis toujours obligée de modifier le post et de faire presque partout des espaces entre chaque mots et j'en oublie certains parfois ! ; ) Désolée !


Lasconix : Je n'ai pas vraiment prévu de créer une guerre contre la nouvelle Sufokia et le royaume Sadida mais je prévois quelque chose en rapport avec la nouvelle Sufokia pour plus tard ! Pas de renseignements, pour bien garder le suspense !




0 0
Score : 554

magnifique chapitre je veux la suite

0 0
Score : 2632
Lasconix : Je n'ai pas vraiment prévu de créer une guerre contre la nouvelle Sufokia et le royaume Sadida mais je prévois quelque chose en rapport avec la nouvelle Sufokia pour plus tard ! Pas de renseignements, pour bien garder le suspense !
Est ouai faut bien garder du suspense.wink 
0 0
Score : 493

Oui ; )

0 0
Score : 5

Ton histoire est juste magnifique
tu as un énorme talent

0 0
Score : 493
vava0099|2014-12-10 15:51:41
Ton histoire est juste magnifique
tu as un énorme talent
Merci Beaucoup ! ♥ ; )

vava0099|2014-12-10 15:51:41
Ton histoire est juste magnifique
tu as un énorme talent
Merci Beaucoup ! ♥ ; )

Chapitre 3 : Un rêve révélateur.

--------------------------------------

PDVAmalia :

--------------------------------------



Je serrais toujours Evangelyne dans mes bras. Elle s’était souciée de moi et de mes sentiments, alors qu’elle était dans une profonde tristesse…C’était à moi maintenant de la soutenir dans n’importe quelle épreuve…Mais qui était cette femme si étrange ? Pourquoi ressemblait-elle autant à Eva ?

Moi : Les amis, j’accompagne Eva dans ma chambre afin qu’elle se repose.

Je soutins Eva et nous sortîmes du balcon lentement sous les regards mélancoliques des garçons.

Tristepin : Eva…

Yugo déposa sa main sur l’épaule vibrante de Tristepin.

Yugo : Pinpin, tout ira bien ! J’en suis certain !

Il lui fit un sourire encourageant et tapota doucement son épaule.

Adamaï : Evangelyne est juste sous le choc, ça lui passera !

Ruel : Et puis, nous on est là pour vous aider à surmonter les moments difficiles.

Tristepin fit un hochement de tête, ému. Il savait au plus profond de lui que ses amis étaient les plus extraordinaires personnes qu’il n’ait jamais connu.

--------------------------------------



J’aidai Evangelyne à franchir les nombreuses marches de l’imposant escalier. Quand je fus arrivée dans ma chambre je posai délicatement Eva sur mon lit et l’a recouvrit d’un édredon. J’entendis le clapotis de la pluie qui tombait sur le royaume. Je regardai le ciel, les nuages s’amoncelaient, on aurait dit de vieux bouftous grisés par l’âge. Je fermai la porte de chêne qui menait au balcon et j’allumai le feu dans la majestueuse cheminée. Je m’assis sur le lit et lui prit sa main tremblante…On aurait dit qu’elle avait froid. Je m’avançai vers la fenêtre et je tirai les longs rideaux veloutés. Je pris la bougie neuve qui reposait sur mon bureau, je l’allumai avec la cheminée et je posai sur le petit meuble à côté du lit.

Moi : Eva, repose-toi bien chaudement ici. Situ as besoin de quoi que ce soit tire sur cette ficelle. (Montrant un bout de fil rouge qui pendait au-dessus de sa tête) ça emmétra un tintement de cloche qui nous fera venir en cas de problème d’accord ?

Evangelyne : Merci Amalia…

Elle ferma les yeux un sourire figeait sur ses douces lèvres violacées par le froid.Je lui esquissai un sourire chaleureux, puis je quittai la chambre sans aucun bruit. Pauvre Eva…elle en vit des émotions. Je descendis à vive allure l’escalier, en passant j’agrippai un manteau vert de fourrure légère et le mit rapidement. Je rejoignis les garçons dans la salle de trône, la tête baissée,le regard dans le vide, inquiets.

Tristepin (se rapprochant de moi) : Alors,comment va-t-elle ?

Moi : Pas mieux que tout à l’heure…

Tristepin replongea dans un état de zombie permanent les yeux grands ouverts, rivés sur le sol. Yugo me regarda ensuite m’implorant du regard.

Moi : Mais ne t’inquiète pas Pinpin !Laisse-lui le temps de récupérer ! Elle traverse une mauvaise passe.

Apeine avais-je achevé ma phrase qu’un cri nous fit sursauter, un léger son de cloche se fit entendre.

Moi : Cette cloche…Oh, non ! Eva a des problèmes !

Tristepin se jeta sur l’escalier et dans une vitesse incalculable, il atteignit ma chambre. Quand nous fûmes tous enfin arrivés, Tristepin était au côté d’Eva.Elle paraissait terrorisée. J’entendis sa lourde respiration qu’elle ne pouvait pour le moment ne plus contrôler.J’atteignis le lit, je m’assis sur le sol accroupis.

Moi : Eva, que s’est-il passé ?

Eva (livide) : J-Je voyais cette dame…Cette femme que nous avions vu dans le médaillon, elle me serra dans ses bras protecteurs. Elle me protégeait moi et une autre petite fille qui semblait être Cléophée…Un homme apparut dans son dos… (Pleurant) Il lui assena un coup fulgurant…Elle connaissait nos prénoms…Elle nous dit adieu…et elle disparut dans une nuée de poussière étoilées…J’entendais mes cris, je ressentais mes larmes, ma tristesse, j’étais si jeune…Ma mère serait cette femme dont je criais dans mon rêve le diminutif « Maman » ? Je ne peux y croire…Comment cela se fait-il que ses souvenirs me reviennent maintenant ?!? Pourquoi ?!?

Evangelyne…elle venait de découvrir sa mère…malheureusement défunte…Ses yeux verts de rage rejetaient une émotion si forte qu’ils me firent couler une larme chaude le long de ma joue. Je l’essuyai rapidement. Je baissai la tête, je sentis la présence de Yugo derrière moi…Il posa sa main sur mon dos amicalement et s’assit à côté de moi, m’aidant à retenir mes larmes. Tristepin prit le visage d’Eva entre ses mains.

Tristepin : Eva, tu viens de découvrir à quoi ressemblait ta mère et la cause de sa mort…Je comprends ta tristesse…Mais ne penses-tu pas qu’elle ne voudrait pas que tu te mettes dans des états pareils ? Elle n’a pas disparue, elle reste éperdument dans ton cœur. Ce n’est pas toi qui nous apprends à regarder droit devant et de ne pas se remémorer les événements douloureux du passé ? Maintenant redresse la tête, pense à autre chose et allons sauver ta sœur !

Eva fut tellement agréablement surprise qu’elle l’embrassa sauvagement tout en laissant encore couler quelques larmes d’émotions. Je les regardais, émue,Tristepin…qu’il était profondément gentil…Je comprends qu’Eva l’aime autant.Pendant un certain temps ils restèrent enlacer sans bouger sous nos yeux émus.

Evangelyne Tristepin a raison ! Il ne faut pas que je perde confiance !Nous partons sauver Cléophée demain à l’aube !

Ruel : C’est bien que tu aies pris de nouveau confiance en toi ! Mais faut pas non plus diriger tout le monde ! Tu m’as demandé mon avis à moi ? Tu ne crois pas que je devrais prendre ma retraite ? Ah moins qu’on trouve un petit arrangement si tu vois ce que je veux dire…

Moi (tapant Ruel sur la tête) : Tais-toi vieux radin ! Evangelyne est notre amie, alors accepte sans broncher !Sinon prends garde à tes kamas !

Les autres éclatèrent de rire devant ma dispute entre moi et ce vieil enutrof de malheur ! La pluie cessa de tomber et laissa entrevoir entre une multitude de nuages, un rayon de soleil éclairant la chambre où nous étions tous réunis.Eva et Tristepin quittèrent la chambre, suivis d’Adamaï et Ruel. Il ne restait plus que Yugo et moi. Yugo se redressa et partit en direction de la porte, mais en voyant que je n’allais pas les suivre, il s’arrêta, perplexe.

Yugo : Tu ne viens pas avec nous ?

Moi : Pas pour le moment Yugo, il faut que je prévienne mon père de notre départ.

Yugo : Très bien, j’espère que cette fois-ci ilte laissera t’aventurer en dehors du Royaume Sadida…

Moi : Je l’espère… (Baissant les yeux vers lesol)

Il s’approcha de moi, il prit mes deux mains et il les recouvra dans les siennes.

Yugo (souriant) : De toute façon s’il ne veut pas, tu pourras faire ta fugue habituelle !

Moi : Oui…C’est gentil de te préoccuper de moi.

Yugo : C’est normal… (Détournant le regard brusquement)

Moi : Il y a quelque chose qui ne va pas ?

Yugo : N-Non, non ! Bon bah… je vais te laisser ! (se frottant la tête nerveusement)

Moi : Euh…Oui…

Et il disparut dans une vitesse inégalée. Mais quel est ce comportement étrange que fait preuve Yugo ? On aurait dit que j’avais dit quelque chose qui le gênait… Je poussai un soupir et je me dirigeai vers le bureau de mon père, craintive. Je toquai à la porte fébrilement, j’entendis l’imposant grondement de mon père quand il est préoccupé. J’entrai dans la grande pièce, je joignais mes mains sur le devant l’air sérieux, le regard en hauteur. Il me regarda de ses grands yeux de Sadida agacé.

Le roi : Amalia ! J’ai appris que tu voulais de-nouveau partir à l’aventure avec ce jeune Yugo !

Sa grosse voix résonna dans ma tête. J’appréhendais le moment où j’allais lui dire tout ce que je ressentais, toutes mes intentions…

Moi : Oui père…

Le roi : Amalia, ta vie est ancrée dans le royaume Sadida, tu dois y rester pour veiller à la prospérité et au bien-être du royaume ! C’est ton destin de reine !

Moi : Père, je comprends que je dois prendre mon titre au sérieux comme le fais Armand. Mais avant tout, vous pensez peut-être au bien-être du royaume mais pensez-vous au mien ? Avez-vous pu réfléchir une seconde à quelle vie je voulais mener ?

Père : Je…

Moi (le coupant) : Moi je sais, je veux vivre des aventures avec mes amis et ça vous ne pouvez rien ! Demain, à l’aube je partirai avec eux ! Avec votre consentement ou non !

Le roi (les larmes aux yeux) : Amalia, ma petite fille…J-Je suis fier de toi ! Tu es le portrait craché de ta mère…Que de souvenirs…

Il me prit dans ses bras, j’avais les larmes aux yeux…Mon père avait accepté…Pour la première fois…

Moi : Père…Je vous remercie !

Le roi : Amalia, ton ami Yugo est passé tout à l’heure, il m’a supplié d’accepter de te laisser partir avec eux…

Moi (rougissant) : Yugo…

Le roi (me regardant) : Il a l’air de beaucoup tenir à toi…

J’avançai vers la fenêtre, je déposai ma main sur le carreau froid, je regardai l’horizon qui s’étendait devant moi. Je sentis une larme chaude ondulant sur ma joue…je ne la retenais pas…Yugo…merci…son image se figea dans mon esprit…et plusieurs larmes coulèrent doucement le long de mes joues…je mis ma main doucement sur mon visage…Non…ce n’était pas des larmes de tristesse mais …de joie…
0 0
Score : 2632

On voit bien que Yugo est amoureux de la princesse. ÷3

0 0
Score : 493

Oui, mais je veux faire avancer leur relation lentement...

0 0
Score : 2632

C'est pour quand que la nouvelle sufokia apparaisse?

0 0
Score : 493

Hum...je ne peux pas vraiment te donner de renseignements sur le sujet. Ce qui est sûr c'est qu'elle est assez importante dans la partie 2 de la fiction. Je suis en train de me renseigner un maximum sur la nouvelle Sufokia pour bien développer le paysage, la cohérence avec la série...D'ailleurs si tu as des renseignements sur celle-ci je ne dis pas non ! (Si oui envoie-les moi en privé) Merci beaucoup !

0 0
Score : 5

Tu compte sortir un chapitre tous les combien? En tout cas super histoire qui me plais de plus en plus

0 0
Score : 554

la suite

0 0
Score : 493

Je sors des chapitres 1-2 à 3 par semaine ! (là je suis un peu en retard)
J'en poste un demain ! ; ) ♥

0 0
Score : 403

J'aime vraiment beaucoup comment les événement avencent et ce poursuive....mais j'aime encore plus comment tu évolue la relation de Yugo et Amalia j'attend avec impatiente la SUIIITE !

0 0
Score : 2632

J'ai une idée pour que l'amour de yugo et d'amalia s' ameliore. wink

Pourquoi pas une histoire ou amalia c'est fait avaler par un crapaud masquer ( dofus aux trésors de kerubim) et que Yugo va la secourir dans le ventre du monstre ou bien le fesant recracher la princesse sadida du a la rage du jeune eliatrope. C'est une bonne idée de rajouter cette histoire pour les chapitres a venir,
vous acceptez mon idée de rajouter dans ce cette fanfiction. ; 3

0 0
Score : 493

Merci pour ton idée lasconix, mais je ne suis pas certaine de vouloir l'intégrer dans ma fiction ♥ Dis-moi c'est dans quel épisode "Aux trésors de Kerubim" ? STP ; )
Merci beaucoup Aku-Mizu12 ! ♥ ^^

0 0
Score : 403
Lisooune1|2014-12-13 10:42:15
Merci pour ton idée lasconix, mais je ne suis pas certaine de vouloir l'intégrer dans ma fiction ♥ Dis-moi c'est dans quel épisode "Aux trésors de Kerubim" ? STP ; )
Merci beaucoup Aku-Mizu12 ! ♥ ^^
Mais Derien si je le dit c'est forcement parce que tu le mérite ! ^^
0 0
Score : 2632
Merci pour ton idée lasconix, mais je ne suis pas certaine de vouloir l'intégrer dans ma fiction ♥ Dis-moi c'est dans quel épisode "Aux trésors de Kerubim" ? STP ; )Merci beaucoup Aku-Mizu12 ! ♥ ^^
Dans dofus aux trésores de Kerubim episode 8: le chichala de pandawa, une amie de Kerubim c'est fait avaler par un crapaud masquer pour récupérer le dernier ingrédient.

Dont voici l'image:


Je suis sure que peut être tu a envie de vouloir l'intégrer dans ta fiction, A toi de libre de choisir.wink 
0 0
Score : 493

; ) ♥

Chapitre 4 : Un nouveau départ

PDV Yugo :

Nous étions tous rassemblés dans la salle de trône. Une ambiance troublante inondait la salle,nous étions tous impatients de savoir si Amalia pouvait partir avec nous.Malgré mes efforts et mes supplications que j’avais fait preuve envers le roi,j’avais une peur effroyable qui submergeait mon cœur. Je n’entendais que les battements de mon vulgaire organe de vie. J’étais attentif à chaque mouvement,chaque sons …entre les grattements de Tristepin, le bourdonnement des insectes,le bruissement des feuilles dans les arbres ou encore le grignotement de rongeurs dans les chênes. Mon visage se tourna brusquement quand j’entendis des pas irréguliers s’approcher de la salle. Je me levai de ma chaise brusquement,regardant avec de grands yeux l’entrée d’où provenais le claquement lent de souliers. Les chevelures vertes du Roi et d’Amalia apparurent dans le léger éclat de lumière du lustre de bois. Amalia s’approcha de moi gracieusement et dans un souffle, elle me prit dans ses bras. Je sentais son odeur suave qui envahissait mes narines, ses cheveux soyeux caressant mon visage, et ses fins bras bruns me serrer contre elle.

Amalia (me soufflant) : Merci…

Yugo : Je vous en prie Princesse….

Elle mit fin à notre accolade langoureuse, elle me regarda dans les yeux d’une façon ravissante et me tendit la main pour me relever. Son sourire fit fondre en instant mon pauvre cœur amoureux, je crois qu’à ce moment-là mes joues devaient être d’un rouge tellement flagrant que même le roi du en être intrigué.

Evangelyne : Mon roi, la princesse peut-elle nous rejoindre dans notre quête ?

Le roi : A vrai dire, je n’étais pas vraiment pour qu’elle parte mais on m’a en quelque sorte fait changer d’avis brusquement… (Me regardant)

Evangelyne (saluant le roi) : Merci mon roi…Amalia nous est indispensable….

Amalia rejoignit Evangelyne et lui chuchota quelque chose à l’oreille, celle-ci lui fit un hochement de tête et elles partirent immédiatement dans la chambre d’Amalia.

Moi : Qu’est-ce qu’il se passe ?

Le roi (se rapprochant de moi) : Je ne sais pas jeune Yugo…Les femmes sont tellement intrigantes qu’incroyables…

----------------------------------------



PDV Evangelyne

-------------------------------------



Amalia m’entraîna danssa chambre, elle s’assit sur le lit et elle ouvrit un livre qui était sur latable de chevet.

Moi : Qu’est-ce que c’est ?

Je saisis lacouverture, de grandes lettres étaient cousues à la main avec du fil d’or.« Journal d’une princesse » Je m’en souviens maintenant, Amalia avaitcommencé ce journal au début de notre aventure. Elle écrivit frénétiquement àl’encre rouge dans celui-ci. Je me penchai discrètement et je déchiffrai un mot ou plutôt un nom « Yugo ». Elle se recula vivement et engouffra son livre dans la couverture.

Moi : Il n’y a plus aucun doute ! Tu l’aimes !

Amalia : Q-Que …Q-Quoi ?!? Euh…oui

Moi : Pourquoi tu m’as fait venir ici ?

Amalia : Ah…euh…et bien comme je ne suis pas sûre de mes sentiments…j’ai pensé que tu pouvais me renseigner …

Je m’assis à côté d’elle et je lui pris la main.

Moi : Quand tu es prêt de lui, tu sens comme une présence au fond de toi s’éveiller, ton cœur bat la chamade, tes mains deviennent tout à coup moites, tes joues se réchauffent…et puis tu penses souvent à lui, tu rêves de lui, tu veux qu’il te remarque, qu’il t’aime, qu’il t’admire…

Elle détourna leregard et esquissa un petit sourire. Je lui caressai la joue et la prit dans mes bras. La nuit tomba peu à peu sur le Royaume Sadida. Nous regagnâmes tous nos chambres que nous avait adressées Amalia auparavant. Je m’étalai sur le lit, épuisée. Tristepin me rejoignit et m’adressa un doux baiser sous le front avant d’entamer ses ronflements habituels. Je n’arrivais pas à m’endormir je ne cessai de penser à ma pauvre Cléophée…J’avais peur…tellement peur du futur…Un éclair s’abattit sur le balcon dans un fracas impressionnant, je sursautai, je recouvris mon visage de la couverture et je m’assoupis, dévorée par la fatigue.

----------------------------------

PDV Amalia

Le lendemain matin très tôt

--------------------------------

Le soleil venait à peine de se lever, les premiers rayons se déposèrent sur les magnifiques fleurs colorées encore fraîche de la rosée du matin. Je fermai enfin ma valise, j’allai partir quand soudain en passant j’aperçu le bout de mon livre qui dépassait en dessous de mon lit. Mon journal ! Je le saisi rapidement, je frottai avec ma main la couverture légèrement abîmée et je l’embrassai tendrement. Un des gardes à la porte s’empara de ma valise et descendit les escaliers droit comme une flèche, je le suivis de loin. Quand j’atteignis le bas du château où était garée le véhicule de Ruel, tout le monde était déjà prêt et il m’attendait tous à l’intérieur.Ils étaient attablés le nez sur Gruffon, regardant le trajet.

Ruel : Et cette fois-ci satanée carte, ne nous envoie pas dans un endroit semé d’embuches !

Moi : Bonjour les amis !

Tous relevèrent la tête en même temps.

Tristepin : Salut Amalia !

Moi (se rapprochant d’eux) : Alors le trajet ?

Evangelyne (sérieuse) : Il est assez court nous devons rejoindre les îles Bojoon. Ce sont des îles tropicales pas très connues au sud du Royaume Sadida.

Moi : D’accord.

Ruel (criant du devant de sa machine) : C’est bon la princesse est là ? On peut enfin partir ?

Adamaï : Oui, c’est bon Ruel !

Le ronronnement du moteur retentit, l’épaisse fumée grisâtre habituelle s’en échappa, et le véhicule avança d’abord lentement puis de plus en plus vite. Nous traversâmes des villages, des forêts puis nous nous arrêtâmes dans un petit bois tranquille.Je sortis pour me dégourdir les jambes en compagnie des autres, quand une odeur nauséabonde atteignit mes narines.

Moi : Ruel, tu ne t’es pas lavé depuis combien de temps ? (bouchant mon nez avec mes mains)

Ruel (reniflant son corps) : Hum…Je ne sais pas…

Moi : RUEL !

Adamaï : Amalia, je crois que l’odeur ne vient pas de Ruel, mais plutôt de ce …

Adamaï pointa du doigt une espèce de vielle chaussure.


Evangelyne : C’est une chaussure ?

Moi : POUAH ! Eva, ne t’approche pas !

Evangelyne saisit la chaussure et la jeta dans un petit buisson au loin. Quand soudain un petit cri retentit,un petit bonhomme sortit du buisson se pinçant le nez.

Le petit bonhomme : AIE ! M-Mais vous vouliez m’assommer ?!?

Tristepin : Hé ! Mais t’es qui toi ? Un nain de jardin ?

Pinpin agrippa le bonhomme et l’examina sous tous les angles.

Le petit bonhomme : Mais lâche moi cervelle de Iop !

Il se secoua dans tous les sens difficilement.

Tristepin : D’accord.

Tristepin le lâcha, il retomba lourdement sur le sol.

Le petit bonhomme : Mais t’es malade ou quoi ?!? (Énervé)

Yugo : Qui êtes-vous ?

Le petit bonhomme : Moi ? Je suis le gardien de la petite contrée de Capoue.

Tristepin : Vous un gardien ?

Le petit bonhomme : Qu’est-ce que tu as ? T’as un problème le roux ?

Le bonhomme dévisagea Tristepin de ses grands yeux cendrés. Il était de petite taille, rondouillet,il paraissait assez gentil, on pourrait le confondre à un petit lutin. Il portait un bonnet rouge, une veste de velours verte, un pantacourt pourpre et de grosses bottes de cuir brune.

Le petit bonhomme : Je suis devenu gardien à la mort de...(Arrêtant son regard sur Eva) Oh…mais…serait-ce ?

Evangelyne (surprise) : Hum ? Moi ? Je suis Evangelyne.

Il s’approcha d’Eva,la regarda attentivement, il tourna autour d’elle bizarrement.

Tristepin : Qu’est-ce que tu fais à regarder mon Eva comme ça ?

Le petit bonhomme : Ma chère Evangelyne, quelle plaisir de vous revoir !

Evangelyne : Q-Quoi ? Mais je ne vous connais pas !

Le petit bonhomme : Ne vous inquiétez pas je vais m’occuper de vous !

Il prit la main d’Evangelyne et dans une nuée de fumée rougeâtre, ils disparurent en un instant sous nos yeux ébahis.

Moi : Ils ont disparus !

Adamaï (examinant le sol) : Il a utilisé une potion de rappel !

Tristepin sous le choc déposa ses genoux sur le sol, abattus. Mes yeux s’écarquillèrent d’étonnement,Pinpin était désespéré, qui l’aurait cru ? Lui, d’habitude si sûr de lui,ne perdant jamais confiance. La peur de perdre sa bien-aimée l’envahissait. Yugo posa sa main sur son dos.

Yugo : Tristepin, nous allons là retrouver ne t’inquiète pas !

Ruel : Ce bonhomme n’avait pas l’air bien méchant, il adit qu’il voulait s’occuper d’elle.

Moi : Oui, et puis Eva est forte, elle arrivera à se sortir de n’importe quelle situation.

Adamaï : Il est le gardien de cette contrée, il n’a pas plus allé bien loin. Bon, faisons deux groupes, Ruel et moi partirons vers le sentier tant qu’à vous dirigez vous vers le centre du bois. Vous êtes d’accord ?

Yugo : Très bien. Bon aller on y va ?

Moi : Oui.

Et nous nous séparèrent le cœur confiant et bourrés de soif d’aventure.





0 0
Réagir à ce sujet