FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

Le sang et la faux

Par fulgue 16 Avril 2014 - 15:16:36

Salut, salut laugh Alors voila je me présente je suis fulgue un modeste gamer et fan de wakfu (Série, jeu, comics ect). J'ai tout vue et tout fait de Dofus à Wakfu, lut Remington Smiss, La bd sur le zobal le Krosmoz... Mais je m’égare, je suis surtout venue présenté une fan fiction que j'ai élaborer moi mêmesmile et que je suis fier de vous présenter.

Ps: Dsl pour les fautes je fais de mon mieux mais l’orthographe et moi c'est comme un cerveau et un iop. Sa va pas ensemble!

Bonne lecture happy

Wakfu :

Le sang et la faux

Prologue :Les protecteurs des mois

Il fut un temps ou les dieux n'étaient que dix. On l'appelait alors le monde des douze, le mondes des dix. Les dieux œuvrant pour l'équilibre du monde des dix furent d'énorme travaux(Et vasi que je te mets une montagne là et une rivière ici...) et le plus dure d'entre eux fut de faire pondre six Dofus aux dragons primordiaux. C'est alors que le dieux Xélor intéressais par les battements de cœur des Dofus (tic-tac-tic-tac ect). Eu L'idée de L'horloge du Xélor qui régira le temps sur le monde. Ils on profita donc pour découper le temps en : années, mois(12), jour,heure, minute ect...

Et nomma des gardiens pour chacune des tranches du temps. C'est le cas par exemple pour les Protecteurs des mois.

Mais tout cela était trop beau pour le monde des démons et Rushu le roi des shushu n’hésite pas à proclamé sont bras droit Djaul, protecteur du mois descendre. Un moyen simple mais foutrement efficace pour foutre un joyeux bordel chez les dieux.

Prologue(encore) : la déesse Sacrieur

C'est ainsi que depuis l'an zéro, Djaul cherche des moyens de servir son maître qui se lasse de la Shukrute, monde où il est enfermé. Il eu donc la bonne idées de lui ramener un Dofus.Comptant sur sa ruse Djaul l'infâme réussie par sa fourberie à soustraire un œuf au Aguabrial. Mais très vite, le dragon démasque le tour de passe-passe et poursuit Djaul. Quant à se shushu de malheur, il n'eut le temps de se réjouir de sa perfidie que le Dofus éclot donnant naissance à un dragon terrifiant : Bolgrot. Mais la puissance du dragon n’était pas la plus terrible nouvelle. Son cœur ne battait pas à l'unisson avec les six Dofus !L'harmonie est rompue...

Même si le shushu n'a pas peu récupérer son Dofus il peut affirmer qu'il fit détraquer le dieux Xélor.

...

Lorsqu'il quitta la grotte, Djaul s’aperçoit que le mois de descenbre est bien entamé. Entêter comme un porcassin,Djaul opte pour une option radicale pour rattraper ses jours.Empiéter sur le mois de javian en dérouillant son protecteur :Solar.

Tuant Solar, Djaul s’approprie son mois et jette un froid sur le monde des dix. Et bien sure le malveillant ne fait pas son boulot avec le dos de la cuillère et ce fut le début d'année la plus glaciale que le monde et connu. Au plus grand désarroi, les habitants se tournent vers les dieux mais ils ne font rien. La famine, des maladies, le monde brûle !et ils ne font rien.C'est ainsi que les hommes dégoûtés de l’inattention des dieux se tournèrent vers un culte encore méconnue, le culte de ladivinité Sacrieur. Pourquoi ? Mais parce que la souffrance, la douleur, la peine se transforme en force.

Étant d'origine mortelle, la déesse eu tellement de nouveau adorateur quelle s’éleva à la puissance d'un vrai dieu, un dieu badasse quoi ! Mais le hic c'est qu'elle avait une famille ; un fils, une grand mère, un père, une patrie... Ce que les dieux originels n'avaient pas la chance d'avoir. Enviant la jeune déesse, les autres dieux forcèrent la Sacrieur à quitter le monde des onze (et ouais sont plus dix). Pleurant des larmes de sangla déesse avant de partir, enlaça fort son jeune fils qui pleurait à chaude larme et se retournant vers ses disciples dit d'une voix forte et tonitruante :

-Ici dans ma ville natale se trouvera le temple Sacrieur, mon temple Sacrieur. Je veux que des statues soient ériger,je veux que mon fils soit maître de mon culte et enfin mon ultime souhait je veux que toute les âmes en quête de réconfort trouveront abris et repos dans la douleur du Sacrieur.

Ses paroles, célestes sont gravé dans le marbre de la statue sacrieur érigée devant son énorme temple d'un blanc maculé de sang en l'honneur de l'hiver dans laquelle elle sauva des milliers d’âmes.

Prologue(encore plus qu'encore) : ans 1003

ans 1003 soit 20 après les événements de Quilby et de l'invasion de Rushu. Bonta Gouvernait par un Roi luxurieux et ignorant et Brâkmare mené par des révolutionnaires tout juste sortie d'une libération d'un tyran, sont plongé dans une éternelle bataille. ( C'est pas nouveau...) Le sang tombe à flot et malgré les efforts des autres nations (Sufokia et Amakna), Une grande guerre éclate. Les cités vite à cour de matière première et de vivre,s’empressent de faire des alliances et des pactes avec les archipels qui peuple le monde des douze. C'est ainsi que les différents temples vouant leur culte au dieux furent obligés deprêter allégeances à l'une des deux nations rivales. Les temples Crâ, Féca, Sadida, Iop, Enutrof et Eniripsa prirent parti pour Bonta tandis que Les temples Sram, Sacrieur, Pandawa, Xélor,Osamodas et Ecaflip signent avec Brâkmare. Mais la soif de pouvoir des deux cités toujours pas rassasiées, partent pour trouver encore plus de revenu et de pouvoirs. Bien sur certains n'ont pas entendu longtemps avant de prendre part à la bataille comme l'Ordre Des Gardiens De Shushu mené par le célèbre Tristepin de Percedal Dont L'union avec la nouvelle Matriarche Crâ Evangelyne et L'amitié qu'il porte au peuple Sadida Gouvernais par le roi Armand Sheran Sharm avec l'aide précieuse de sa noble sœur Amalia Sheran Sharm.Ne pouvait que se ranger au coté de Bonta et devenir un atout dans la grande armée.

Aidé de son fils Raphaël disciple Crâ (20 ans) et de sa fille Lily(18 ans) disciple Crâ elle aussi, Tristepin mènent La Grande armée à beaucoup de victoire et pousse Brâkmare à faire une trêve entre les deux nations pour un temps...

Chapitre I: Le douleur du sacrieur

Dans une archipel aux Nord Ouest de Bonta, au centre,sur la plus grande, haute et large des îles. Trônent une cité connu de tous, la cité de la déesse Sacrieur. Belle et tranchante à la fois, l’île d'une rondeur presque parfaite est peuplée d'énormes habitations, enclos et de tours côtoyant les nuages, Les maisons d'un rouge chaire sont d'une beauté éblouissante en plein soleil et l'odeur des cuisses bouftou grillées à point rasant les murent vous mèneront toujours à une bonne Auberge où l'on vous offrira l'hospitalité pour trois fois rien. La milice entraînée à même le temple Sacrieur vous donnera une protection parfaite pendant votre séjour et même si les temps sont dures avec la guerre qui rôde. les disciples de la souffrance ne laisseront jamais une âme meurtrie dans le besoin connaissant trop bien le goût de l'amertume mêlé au sang.

Le temple d'une beauté massacrante avec son blanc souillé d'un rouge sanglant et de ses bannières Sacrieur, vous laisseront certainement de marbres. Gouverné par le célèbre Karl Sacrieur de la famille Sacrieur descendant directe de la famille de la déesse alors qu'elle n'était qu'une simple mortelle. vous Donnera toujours la plus strict des exécutions.

Extrait : De la brochure des plus beaux voyages du mondes des douze

...

La chaleur est étouffante pas un souffle de tramontane,pas de souffle du tout d’ailleurs c'est juste étouffant. Mais malgré cela il continu de compter :


« 20,21,22,23... »


Dans un petit appartement du centre ville, ou les rayons du soleil filtrent à travers les rideaux mis clos et où les bruits du marcher du matin paraisse éphémère. Le jeune propriétaire fait son entraînement du matin. Dans la sueur de ses pompes à la verticale, son dos submergé de cicatrice et de tatouage tribal se courbant et se redressant au grès de la peaux et des courbes. Et en dépit de la chaleur, il compte :


« -50,51,52... »


C'est un jeune Sacrieur comme les trois quart de cette ville. C'est long cheveux noir lui englobe le visage et les chaînes qui lestent ses chevilles lui entaillent la chaire déjà ouverte d’où le sang sort en abondance pour s’égoutter sur son menton où pousse une jeune barbe virile. Ses mains à plats sur le plancher, tremblent légèrement sous l’effort des pompes en équilibre à la verticale mais il ferme les yeux, il se concentre et continue à compter s’entaillant de plus en plus.


« -77,78,66...79,80 »


Il vacille, une envie de vomir descend de son ventre vers sa bouche mais il ne rends que de la bille résultat d'une semaine de privation de nourriture. Il a faim puis chaud puis froid puis il oublie de compter puis il se questionne et enfin finie par se re mettre à compter. Ce n'est pas la première fois qu'il s'inflige telle châtiment seulement il a vraiment atteints ses limites. Sa peaux normalement d'un super bronzage était blanc et le sang à force de couler finie par coaguler sur son épidermes si terne...


« -101,102,130,104 »


Il exalte dans la douleur et tombe,s'écroule de fatigue sur le parquet brûlant dans le cliquetis des chaînes. Bavant sur le parquet comme un nourrisson.

0 0
Réactions 13
Score : 1152

BDGJDRGUOSPGHSRUPGESHIPOGTSOHSROTIHSFJHOIFTHJTIPOHS



C'EST PUTAIN DE CLAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAASSE !!!


Non, plus sérieusement, c'est vraiment super classe comme histoire, j'aime beaucoup ^^ et ta manière d'écrire est très sympa aussi, continue comme ça ^^

 
1 0
Score : 33

Salut,

C'est bien bien interéssant tout ça, sa donne envie mais c'était ( que ) du prologue.
J'aime bien, non attend, ton histoire elle TUE, serieux hâte de découvrir la suite, courage!!! laugh

Hahahaaa pourquoi je dis ça... mellow
Bref petite question, d'ou vient les prénoms Raphael et Lily ?

A plus, MytiqueNova wink 

1 0
Score : 49

-------------------------------------
Amies du soir bonsoir wink

Alors après mure réflexion (Qui à duré deux seconde). J'ai décidé de vous donner la suite! Tellement je suis contant que sa vous plaise. Alors je ne sait pas si vous aller aimer mais bon n'hésiter pas à répondre sur le forum pour me posé des question ou me dire comment vous trouvez la fan fiction

Chapitre II :Anselme Sacrieur

Les rayons du soleil se prélassent sur sa peau, lui redonnant peu à peu sa vigueur. Les yeux fermés, la fatigue l’empêche de bouger. Mais sentant l'extrémité de ses doigts effleurer un tissu doux est souple. Il sut qu'il avait quitté le bois de freine qui le servait de table de chevet dans son entraînement draconien. Aux loin il entant un son grésillant qui le fait fondre le ventre, puis inhale une odeur alléchante. De la viande ! De la belle et bonne viande de bouftont blanc en plus !Il reconnaîtrait l'odeur entre mille celle qui même au frontière de la mort, le fait revivre et ouvrir les yeux.

« -Alors réveillé cousins !! »scintille une vois.

« Et merde » pense-t-il quant il ouvre les yeux, surpris et observe sa salle d’entraînement/chambre/salon totalement rangée et nettoyée. Tout et d'un propre impeccable et même le sang incrusté dans les murs par il ne sait qu'elle miracle a disparu.

« -Sa fait qu'un mois que tu t’entraîne tout seul dans se taudis et t'as déjà faillit mourir. Dit la voix venant de la cuisine

-Je suis plus costaud que sa. Ronchonne-t-il en se massant les yeux

-c'est se qu'a dit grand père.

- Comment il va ? Un grognement dans la bouche

-Bah il ai toujours aussi remonté depuis que t'as tiréta révérence. »

Ne préférant pas continuer la discussion, il se met sur pieds et se dirige telle une goule de l’île des Katrepat vers le délice culinaire qu'il l’attends. Sa cousine a beau être une combattante hors pair sa l’empêche pas de cuisiner comme une déesse. S’approchant il vit ses longs cheveux d'un noir corbeaux se refléter à la lumière de l’après midi. Sa beauté l'avait toujours rendu jaloux mais là !de dos avec les accoutrements de la garde Sacrieur, elle est sublime...

« -Je suis jaloux...

-De quoi ?

-Tu es remarquable! »

Elle se retourne et lui souri, elle a un jolie visage et des yeux en amende qui peuvent autant vous faire fondre ou vous empoigner le cœur pour vous le faire ressortir et vous le présenter froidement. Rien que dit pensé, Anselme en a les entrailles retournés.

« Et toi, tu fait peine à voir mon pauvre !S'exclame-t-elle »

Regardant c'est main d'un teins pale avec son blanc maculé d'entaille, et de sang Coaguler. Mais sa cousine ne sans soucié guère

« Même tes beau tatouages on presque tous disparue. Rajoute-t-elle d'un ton railleur

-Ouais et bien, j’aimerai-t-y voir ! S'empresse Anselme

-Au ça va, arrête ta dragodinde, t'as dit que tu voulais plus combattre.

-ç’a m’empêche pas de m’entraîne... »

Sachant que la discussion ne servirait à rien, Alessia décida de passait au vif du sujet pendant qu' Anselme se met à table.

« -Tu sais quelle jour on est Anselme ?

-Tu m'as prit pour un iop ? Change soudainement Anselme. Son ton plus tranchant et son regard plus... indescriptible

-Anselme... »

Son corps squelettique le rend encore plus Minable.Depuis combien de temps n’a t-il pas manger et comment avait-t-elle pu accepter d'aller le voir sachant que sa aller finir mal.

« -Arrête ta dragodinde ok Alessia, dit Anselme en repoussant son assiette. Tu viens t'occuper de moi me chouchouter,sa veut dire qu'une seule chose... »

Son intelligence la désespéré, toujours sur ses gardes toujours aussi calculateur et avec aussi peut d'empathie dans la voix. Au fond, elle savait qu'il avait compris des le début, mais elle avait espoirs, un tout petit espoir qu'il soit juste contant de la voir et qu'il ne pense pas, pour une fois ! Qu'elle est un pion sur l’échiquier de Karl

-Tu sais très bien que le rendez-vous de famille réuni tous les membres. Répond Alessia calmement

-Même les bât...

-Arête...

-Dégage ! Dit-il simplement

-Bon. je vais devoir te forcer alors. »

Son regard quoique même l'intonation froide de sa voix ne laisse pas place à la discussion. Anselme le voit, le sais et se rappelle soudainement pourquoi il s’entraîne si dure. Pour échapper à la puissance écrasante de la famille. Pour dominer sa cousine en combat singulier mais il en est loin très loin. Il le vois dans son aura écrasante, il le sait et sait aussi que la majeur parti de sa faiblesse, ce pourquoi il s’entraîne seul et encore plus dure que les autres viens de son tard, de son sang à moitié pure. Une partie Sacrieur, Un autre Sram.

« -Je prend sa pour un oui, alors finie ton assiette. On va te refaire tes tatouages. »

Il a perdu et elle le sait. Alessia sait la haine qu'il porter pour elle et toute sa famille. Même si il à de l’affection pour elle et elle n'en doute pas, Alessia sais aussi la faciliter qu'il aurait à lui planter une dague dans le dot, à l'embroche rcomme un vulgaire bouftou alors qu'ils ont été élevé ensemble.

Tout sa à cause de l’étouffement familiale et de la toute puissance qu'a leur grand père ! Il serait prés s'entraîner à mort pour pouvoir tous les tuer !

Des frissons lui parcourent le dot ! C'est fous comme son regard lui ressemble mais malgré cette vérité, l’ombre des orifices assombrie sa jolie couleur amende pour laisser uns emblant d'aire banale ou dans le fond se cache un profond dégoût pour elle et sa race.



C'est une belle journée. le ciel est bleu, les pious gazouille tranquillement à l’ombre tendis qu'un tofu solitaire chasse un ver qui le nargue dans son trou. Anselme marche tranquillement mains dans les poches au coté de Alessia, longeant une ruelle adjacente à la rue principale ou se déroule le marcher et l’arrivée de la famille. « il ne faudrait pas qu'on le voit dans cette état » pense Alessia en arrivant devant une énorme place, ou l'on pouvait observer toute la basse ville et faire quelle-que affaire bien alléchante au différents marché, auberge et pub. Anselme ne peut s’empêche de voir le port qui se trouve encontre bas et de faire remarquer :

« -Tu sais Alessia. Se n'ait pas que le travaille de docker est super jouissif mais si j'y vais pas, je vais me faire virer.

-Tu croit que l'on n’a pas tout prévue ?

-Manière de discutailler dit-il en hochant les épaules

-Bas pour tout te dire c'est grand père qui c'est charger en cachette de te procuré se travaille

-Assurément... Dit-il d'une voix las.

En imitant l'aire supérieur de sa cousine et en imitant sa posture si droite et raffinée

« - t’arrête de faire le pitre... Dit-elle consterner et en même temps amusé par ses pitreries.

-Non mais attend on dirait l’impératrice de Bonta et tu voudrait pas que je me foute de ta gueule non mes sérieux ta un ballet dans... »

Il n’eut le temps de finir sa phrases qu'il se reçut un gros coup de talons sur l'extrémité du pied. Allant répliqué quelle-que insulte bien trempé , Anselme se ravisa quant il vit une personne grande et mince, habillé d'un tissu noir recouvert de cuir eau différents point vitaux du corps, d'une ceinture large qui cache sûrement quelle-que couteaux de lançais et d'une capuche qui ne laisse apparaître qu'une ombre.

« -Monsieur l’ambassadeur de de Brâkmare. Dit Alessia en courbant l’échine.

-Cher Alessia. Commence l’encapuchonner. Quelle plaisir de vous voire avant les festivité. »

L'ombre saisi la main de la femme pour y déposer un baiser.

Quant à Anselme quelle-que peux exclue de la conversation. Il Croise les bras et attend patiemment la fin de la joute verbal attentif a chaque syllabe.

-Excuser moi ambassadeur. Mais au risque de vous décevoir, ceci est une fête familiale et non un rendez-vous diplomatique. Commence Alessia.

-C'est pour cela que je me rend dans le châteaux de votre aïeul par des chemins de traverse, cela ne doit pas envenimer encore plus les choses.

-Bien entendue confirme Alessia. »

Des bruit de fanfare se rapproche, Un son tonitruant de trompette et de tambour émanent des rues voisines.

« -Bon ce n'est pas tout mais je doit y aller,nous verrons sûrement plus tard. dit-il en plongeant dans la foule ambiante . »

Et il disparu aussi vite qu'il est venu.

Alessia est inquiète, Anselme ne bronche pas et le silence lui va si bien. Tellement que sont mutisme l'effraie, qui c'est ce qu'il est entrain de s'imaginer « Guerre/alliance avec Brâkmare, réunion de famille, ambassadeur de Brâkmare... »Il en sait déjà trop et lui n'est pas difficile de lire en travers les ligne.

Regardant L'ombre s’immoler, disparaître à travers la foule, Alessia s'empresse de reprendre l’attention de son cousin en lui gueulant de se dépêchait.

« Alessia ? Dit Anselme en ne bougeant pas d'un pousse »

Elle sarrette et avec un souffle d’exaspération se re tourne pour le voir les yeux encore plongé dans la foule.

« - Tes au courant que l'oncle Harald est là ?

-Viens en tout de suite au fait ! S'impatiente-t-elle, elle qui ne supporte son ton mystérieux.

-Tu sais bien pour quelle partie il est.

-Est ?

-Est les cotes de Bonta, sont un peu au Sud Est, donc si une personne aussi importante que se foutu ambassadeur se déplace alors qu'il c'est très bien les risques... »

Après une minute de réflexion, les bras croisés Anselme finie par dire en hochant les épaules.

« -L’île est-elle déjà perdu ? se contente t-il de dire »

Elle ne sait pas quoi dire, il a visé juste. Comme à chaque fois l’île va sûrement basculé. Mais elle ne veux pas le croire c'est pourquoi elle se contente de dire :

« -Je n'en sait rien Anselme, c'est vraie que les risques sont présents mais je ne sait pas quoi dire. »

Alessia est une guerrière, elle n'a pas le droit de pleurer mais Anselme distingue son poignet trembler. Il sait que son attitude et même sa manière de pensé ne laisse personne de marbre.Seulement il ne supporte pas, malgré toute la possibilité qu'il a,à traversé la ligne de l'abject. Il ne peut laissé sa cousine comme sa, elle qui a fait tellement de chose pour lui. C'est pourquoi il la regarde dans les yeux et lui sourit pour enfin l’enlaçait.

0 0
Score : 2

J'adore! C'est vraiment bien, je n'ais pas encore tout lus, mais ouaaaaah! *___* Bravo!

0 0
Score : 557

j aime bien ta fict

0 0
Score : 2

Franchement génial je suivrai c'est quelque chose de sur a quand la suite? biggrin 

0 0
Score : 2

On voit que c'est travailler. Jolie.

0 0
Score : 49

Bonjour tout le monde est désolé pour l’attente sleep j’étais très occupé par les examens et je profite d'une semaine de vacance pour bosser à fond sur la fiction !
Donc alors c'est super, j'ai eu des retours plus que positif et je me force à faire le plus possible pour les lecteurs. C'est pour cela que aujourd'hui ! deux chapitres pour le prix d'une lecture laugh j’espère que vous aimerez

Moci0402

Ps: Je suis désolé pour les fautes j'essaie de faire de mon mieux.

III Complot générique


Karl est un homme pieux, courageux et clément. Mais toute personne le connaissant sait que c'est un homme bon certes mais d'une intelligence plutôt supérieure à la moyenne. La plupart sans rende conte quant sont regard leur transperce la caboche comme pour lire dans leur pensé les plus affables. D'autre amies encore plus intime vous diront que c'est un homme qui adorent aidés les gens et encore plus sa famille mais qui n'a seulement pas confiance en l'humanité. Un homme clément mais qui na aucune confiance en son prochain et même à son sang.

C'est pourquoi, cette légende si connu dans le monde des douze, médite en silence dans la salle du trône. Accablé sur son trône les yeux mis clôt et le sourire aux lèvres. C'est ainsi qu'il apprit que son fis Harald, marie de la fille du roi de Bonta et le plus bienveillant de sa progéniture veut le détrôner. « Quelle ironie » pense-t-il.

Karl a toujours été étonner de voir à quelle point le monde peux s'embraser rapidement, tellement de conflit et si peux de temps. Mais il ne peut finir s’interrogé qu'une ombre se déplace dans les coins plus noir que noir. Dansant avec les rayon sembrasé du soleil, les esquivant d'un mouvement souple et robuste.

Reconnaissant dans cette effluve de mouvement macabre,une patte aussi futile que familière, Karl tira un sourire avant de dire :

« -Atilla sort de ton ombre » Dit il

L'ombre nullement étonné de la perspicacité du vielle homme se contente d’enlevés son invisibilité et de dire d'une voix froide :

« - Toute mes condoléance

- allons, allons tu sais très bien pourquoi je vais me faire raccourcir d'une tète alors ne prend pas cette tète de pieuse personne. »

Attila enragé par les paroles de Karl mais dans sa colère, il ne pouvait que dire la promesse qu'il tenu au roi quelle-que semaine plus tôt

« -Je te promet que le raide contre Bonta sera spectaculaire. Je leur ferait payait cette affront

-Allons, allons Ambassadeur de Brâkmare, mon amie. Je n'en doute pas : Bonta privé de tout ses meilleur guerrier pour anéantir le temple sacrieur. Je n'imagine pas le carnage que vous aller faire.

-Mais tu ne comprend pas que même le roi est contre cette idée. Te sacrifié pour assaillir Bonta. Persuade Atilla

-Le roi lui-même s’ameute à l'idée de ma mort.ricane Karl.

-Tu sait très bien que le roi ta toujours tenu dans la plus grande estime.

S'échauffe Atilla !

-Si tu le dis. finie par dire Karl amusé. »

L’ambiance de la pièce devient pesante et les deux hommes face à face se teste du regard. Karl avait mauvaise mine, ses cerne discerné l’insomnie et sa maigreur le prend de vertige.

« -Enfin mon cher Attila veut tu quelle-que chose à boire. Dit-il pour empêché son vielle amie de le disséquer encore plus qu'il ne la déjà observer de son coin ombrageux.

-Bien sure ! S'exclame t-il Pour cacher l’anxiété de la mort de sont camarade. tu a toujours de la bière bwork.

-La meilleur des meilleurs ! rajoute Karl. Aller vient on va se soûler dans la cave je ne veux pas saloper la pièce de mon exécution.

...

Après quelle-que heures à avoir vider la cave du temple, à se remémorer toute les vielles histoire qu'ils sont vécu et à se soûler encore plus encore. Atilla regarde les yeux délavé de son amie.

« -C'est fout comme il te ressemble. Commence Atilla

-Ne m'en parle pas. Répond Karl entre deux gorgé de bière

-Aussi froid et calculateur que toi.

-Tu as oublier la bonté. Ricane t-il

-Assurément... »

Une effluve de bière jaillissant d'un baril percer par une lame acéré, se noyer entre les dalles de pierres mouillant les deux compères complètement sous et ivre.

« -Un bâtard cause toujours des problèmes.Répond Karl

-Ouais Mais ils nous enterrera tous. » Finie par dire Attila en souriant mais redevient tout de suite sérieux :

« -Devon nous le neutraliser ? Demande-t-il.-Au moins pour la soirer, il pourrait tout faire foirer.

-Au tu sais qu'importe se qu'il veut faire, il ne fera que gagner du temps. Répond Karl

-Compris et pour ta petite fille, la fille de ton salaud de fils.

-Ma petite Évelyne ? Sourit Karl

-Oui.

-Ma beauté. à moins que tu veut t’attirai les foudres des dieux. Il vaut mieux que tu laisse cette fille...

IV Débarquement


Le navire d'une grandeur impressionnante et d'un bleus azur, en provenance de Bonta pour l’île Sacrieur, navigue à bonne vitesse. Avec les voiles bombé par l'entrain du vent maritime et les vagues qui semble porté le vaisseau jusqu'à bon port, L'équipe de navigation pouvait se préparé en toute tranquillité à l'entré en territoire Sacrieur.

Dans la cabine de navigation le calme règne et le vieux navigateur Michelle Crusoé concentrer dans le maniement du navire ne s'aperçut pas de l'homme qui se tient à ses coté, observant le calme horizon. Il n'aperçut même pas les mous d’excitation régulier de ce grand homme au corps bronzé et aux cheveux d'un teint cawote. Ce n'est que quant une voix braillarde intervint dans le silence que Michelle se retourna et tomba à la renverse.

« -Est bien bravo Rubilax tu vient de réveillé le pauvre capitaine. Parle l'homme en s’adressant directement à sa petite épée au quelle, en son centre se tenez un œil au mille vaisseaux sanguin éclater et qui en pleine tranche de rire répond :

-Putain pinpin, c'était trop bon, ta vue sa tête à cette abrutie. Dit l'épée morte de rire

-Monsieur Percedal je vous jure que je n'était pas entrain de pioncé enfin de dormir répond l'homme anxieux de son sort.-Je vous jure monsieur...

-Ne t’inquiète pas, je sais ce que tu faisait et de toute façon j'ai déjà oublié comment on faisait un rapport...Répond le iop avec un sourire nié.

-Non mais je vous jure... L'un des chefs des armés de Bonta ne sait même pas faire un rapport... Pathétique . Rajoute Rubilax

-Rubi on avait un accord.

-Ouais, ouais. Je m'en souvient.

-Très bien, alors exécute lès s'il-te-plais. Dit le iop le plus poliment possible en rangeant l'épée dans son fourreau. »

    Le calme était soudainement revenu et tendit que le salbatros pionçait et que l'écume s'éclater doucement sur la coq.Tristepin demanda poliment :

    « -Excusait moi mon brave pour toute cette agitation, je ne voulait pas vous dérangé dans votre somme.

    -Je ne dormait pas... s'échauffe silencieusement Michelle

    -Mais bien sur, ce n'est pas au vieux Wabit qu'on va lui apprendre à faire la cawote. Insiste le iop.

    -Monsieur...

    -Enfin bref, je ne vient en aucun cas vous discrimimi...discrimini... Commence Tristepin

    -Discriminé ? Dit Michelle qui avait vue la difficulté du Tristepin.

    -Tout à fait, je veux juste savoir dans combien de temps nous arriverons sur l’île. S'empresse-t-il de rajouté

    -Au vous savais Monsieur Percedal... à mon avis nous arriverons dans environ deux heures. Mais puis-je ajouter quelle-que chose monsieur

    -Mais faite donc mon brave ?

    -Ce n'est pas que je contredise les idées et les plans que monsieur prépare...

    -Assurément ?

    -C'est juste que cette famille... L'une des plus vielle du monde des douze et pour les avoir rencontrer, ce n'est pas la plus commune.

    -Si vous le dite ? Se contente de dire Tristepin en s’accoudant au mur.- De toute façon je n'est jamais aimé les coup en Sram.

    -Si vous le dite monsieur

    -à la bonheur alors. Enfin quelle-qu'un qui me comprend ! S'exclame Tristepin -Vous devais sûrement avoir du sang iop vous ?

    -Je ne croit pas monsieur répond simplement Michelle »

    Mais le iop était déjà repartie dans un sillon de poussière, pressé de annonçais la nouvelle. Allant à droit, puis à gauche et demi tour. Longeant les murs d'un pas appuyé et d'une prestance que seule lui connaît. La cape au vent, le regard plus que iop, les points serré et Rubilax au tallons ne faisant que le harcelé.

    « -Alors comme sa tu va pas te battre ?Commence-t-il

    -Rubi...

    -Non mais je sais pas moi ! t'es iop, oui ou non ? »

    Tristepin préfère se taire, de toute façon sa ne sert à rien « comment une épée peut comprendre ? »Pense-t-il. Déjà que lui ne comprend pas tous. « Ne t'inquiète pas mon iop » lui avait dit Evangelyne « Tu n'aura juste qu'à escorter Harald et sa famille, tu va voire ce n'est rien de compliquer » « Pas de baston alors ? »Lui avait-t-il demander dans un mous enfantin «Non mais un gros câlin pour toi »Lui répond-t-elle en l’enlaçant.

    Il c'était fais fais avoir comme un débutant, et c'est retrouvé dès le lendemain embarquer dans cette galère avec son fils et sa fille. « Pas de baston, pas de baston, pas de baston ! » il enrage. Il a beau être l'un de chef de l'armé et s’être promis de réagir en conséquence. Il enrage, il déteste la paperasse, les réunion et surtout, surtout la politique !

    Mais trêve de ioperie, il arrive devant la porte d'Harald. Bien sure beaucoup de gens aurait frappés avant d'entrer mais pas Tristepin qui s'empresse d'ouvrir la porte et de rentrer sans autorisation

    Quant à Harald nullement choqué par l'intervention du iop, se contente de sourire et du lui demander se qui se passe.

    « -Se qui se passe grogne Tristepin ? »Qui s'assit en face du Sacrieur posant ses ou des sur magnifique bureaux de freine dont la couleur étincelante se mêle à la pièce d'un sobre très noble.

    « Oui Pinpin que se passe-t-il ? Dit-il dans un sourire

    -Cesse de m’appeler comme sa !

    -Allons je croyais que seule tes amis pouvais t'appelé ainsi ?

    -Je ne suis pas venu pour débattre de toute façon. »

    Harald regarde Tristepin, un teins bronzé, un corps mince mais musclé et des cheveux roux en pointe. Il sait très bien pourquoi et sa réponse sera toujours la même.

    -Tristepin c'est non !

    -Et pourquoi pas, je déteste les coups en Sram !Peste-t-il

    -On a un accord je te rappelle, tu me laisse gérée cette affaire et...

    -Faux ! Ta un accord avec Eva pas moi

    -Cela revient au même ils mon jurait, toi compris. »

    Le regard de Harald, Tristepin sans méfie, toujours froid est d'un vert claire ou l'on pouvait voir un semblant d'amertume. Toujours triste, cette homme en tailleur assit sur sa chaise, fixe le guerrier roux sans aucune peur.

    -C'est finie ? Demande-t-il tendit que Tristepin le fixe ?

    Mais tendit que s'éternise le temps, pin-pin se contant de se levée et claqué la porte derrière lui. Laissant le sacrieur se morfondre, il n'avait pas quittait son bureau depuis le départ et encore moins parlait à sa femme. Il voulait juste être seule,sanglotait en paix. Les mains sur sa nuque, les coudes posé sur la table, tremblant comme une feuille à l'idée de tué son père.
    0 0
    Score : 2

    C'est... SUPER!!!! J’adore ta fic j'ai vraiment hâte de voir la suite

    A plus wink

    0 0
    Score : 49

    Salut tout le monde smile Alors à tout ceux qui suivent ma fiction... A savoir pas beaucoup tongue ou bien personne.... Je tien a vous dire que je suis désolé, je n'ai pas eu beaucoup de temps pour moi et je tient a me rattrapais... Voila je ne vais pas vous déranger plus que sa wink et s'il vous plais m'étais un commentaire ou une critique sa me ferais chaud au cœur smile et bien sur Aujourd'hui, vous avais le droit à 2 chapitre smile

    Débarquement II


    Mon amour, je sens encore ton odeur au creux de mes draps comme un fantôme hantant mes nuit. Tu est déjà partie depuis si longtemps. ta voix me manque, tes mots que tu prononce avec un si belle accent me donne envie de sauté dans le bleus azur de la mer pour te retrouver. Je ne cesse de m’arracher le bout des lèvres dans l'idée de ne plus t'embrasser pendant encore un moi. Tu me manque Valérien qui t'aime encore plus que la déesse.


    Lily relit encore et encore cette lettre, accoudé sur le rebord du garde de corps ouest du navire. Les cheveux d'un blond cendré bercé lentement sous les effluves de l'écume. Elle ne lâche plus sa flèche de rappel que lui a envoyé son amant grâce à une ancienne magie Cra. Son allure fine et droite, ne pouvait laissé pensait que cette archer été d'une robustesse au limite d'une prédatrice. À 18 ans, Lily a déjà une réputation dans le monde des douze pour être la fameuse garde du corps de Évelyne L'enfant de Harald Sacrieur et de Adeline, fille du Roi de Bonta.

    « -Madame, Madame ! Dit une fille au loin »

    Lily l'avait reconnu, l'une des servantes d’Évelyne..

    « Qui y a t-il ? Se contente-t-elle de répondre

    -La princesse madame cela fait plus de deux heures qu'elle est enfermé dans sa chambre... »

    Avec un mous de contestation Lily saute de son perchoirs et se prépare toute en suivant la servante dans un chemin qu'elle connaît déjà. Elle réfléchie à comment elle allait réconforté son amie. Quart Évelyne était la plus proche amis de Lily et à l’inverse, elle se partage tout, chaque amour et secret.



    « -Évelyne ? » prononce Lily alors quelle frappe à sa porte.

    Aucune réponse... Avec un mous d'impatience, elle attend encore quelle que minute. Mais personne, elle se décide d'entré.

    La pièce beigne dans la pénombre ou seule qu'elle que rayon de soleil laisse apercevoir une femme de dos assis sur un lit baignait de sang rouge encre et liquide. Une longue crinière de cheveux noire comme le plumage de corbac serpentait le creux de son échine, remuent le bout de ses cheveux sur le rythme irrégulier de son souffle qui se mélange au pleure de la belle femme de dos.

    Lily s’approchant doucement telle un félin, arrive à distinguer de profile sa protégé : Assit en tailleur, les avant bras lâche, immobile sur les genoux, la main droite tenant du bout des doigt un poignard à lame amochait et du gauche un poignet éviscérait d'entaille. Les pleures de Éveline partant des yeux,longeant son jolie minois de princesse et s'égouttant sur son menton.

    « -Hey princesse » commence a dire Lily d'un ton affectif

    mais aucune réponse. Évelyne se contente juste de la regarder dans les yeux »

    Elle avais des yeux d'une jolie couleur amende, embué d'une vague couche de larme. Évelyne a toujours été la princesse la plus commode qu'est côtoyé Lily. Alors serte elle n'a rencontréque très peu de personne importante, conséquence de son entraînement. Mais Évelyne a tout sauf le caractère d'une princesse.

    Au temple Crâ on leur leur a narré qu'une princesse était égocentrique jalouse et imbue de sa personne mais quant elle a rencontré Évelyne, la seule chose qu'elle a vue. C’était une pauvre fille dépassait par la puretés de son sang. Craintive, anxieuse et surtout complètement délaisser par sa famille.

    La lumière filtre les trois quart du visage de la jeune fille. Les reflet de sa chevelure noirâtre avais l'aire si soyeux, que instinctivement Lily vient lés caresser en faisant défilé entre son index et son majeur quelle-que crin ombrageux.

    Spontanément Évelyne vin posé sa tête sur l'épaule de sa protectrice toute en sanglotant et en l’enlaçant de son poignée névrosé de sang coagulant don le pue sortant en abondance de ses plaies grossièrement taillé.

    ...

    Les minutes passe et le rythme de Évelyne se calme. Le sang ne déranger pas Lily mais elle dut levé le ton pour incité sa protégé a aller dans la salle de bain.

    Arrivé dans la coquette sale de bain de la princesse tout de marbre vêtu. Lily entrepris de faire coulé l'eau pour le bain. Posant son arc dans le coin de la pièce, toujours a porter demain. Elle ouvre les valves, cherche les effluve de parfum les plus approprié pour la cérémonie et pendant que l'eau mousse d'une jolie couleur rosé, elle prend soin d’enlevés la couche d'habit en piteuse état. Laissant voire une jeune femme d'une peau d'un fin bronzage avec des courbe d'une délicatesse et d'une robustesse bonne pour l'orgie d'un dieux.

    Immergeant son corps jusqu'à son cœur croisé et laissant pendre son poignée éviscérais hors du bain. Évelyne n'insiste pas pour que son archère soigne ses plaie. Elle la regarde faire, elle était d'une délicatesse, elle ne sentait même plus la douleur. Lily étais comme une sœur et même plus, sa confidence a qui elle pouvais raconter toute les atrocités qu'elle avais entendu au palais. Et puis elle étais d'une beauté avec son regard vers claire ou vacillait entre deux hochement de tête, une tresse blonde finie par un petit haillon argentais en forme de croix. L'on pouvais même discerné au creux de son sein gauche une flèche avec les initiales L.V

    « Alors c'est sérieux entre vous ? »demande la princesse alors que Lily passe les derniers mètres de bande. « On peut dire sa » Répond Lily avec un sourire amusé tendit que ses mains défile autour du poignée. « La chance... » Répond-t-elle avec un mous de contrariété qui fais tout de suite rigolé les deux amies. Mais au file que l'eau d'une couleur turquoise remplie la baignoire d'une onduleuse mousse rose, Évelyne repars dans sa tristesse. « Tu sais Eve si tou tse passe bien, a la fin de se voyage... » commence la Cra « Il y aura peut être une grosse fête pour nos fiançailles » elle la regarde avec attention « Et je me suis dit que tu voudrais bien venir fêté sa avec nous comme une grande personne » Se plongeant du plus en plus dans l'eau chaude elle renchéris d'une voix neutre « Et ne t'inquiète pas, tu ne dérangera personne...

    -Tu es sur. Demande-t-elle comme une enfant

    -Mais non pauvre sotte... assure Lily.

    Quant les effluves des parfums fus à leur apothéose et que la salle de bain sature d'humidité, elle décide de commencé laver sa protégé. Tout en passant le gant sur les différente parti du corps. Lily se questionne : Savait-elle se qui aller se passer ? est-ce pour cela que... Mais oui qu'es que je suis sotte...

    Mais elle n'eut le temps de se posé d'autre question que le bateaux siffle l’arrivé au port de la déesse Sacrieur

    Une belle ville, ou l'écume de la mer se mélange à l'odeur de venaison des cheminé.

    V Encre et Blessure


    « -Arête de bouger, de tu vas me faire rater les courbe

    -fais chier, j'avais pas envie des les refaire ces tatouage. Renchérie Anselme d'un ton las...

    -Bébé se contente de dire Sarah »

    Tendis que Anselme se dispute avec la disciple de Ragnar le tatoueur, Alessia se demande si cela est une bonne idée de laisser au main d'une débutante l’œuvre artistique que chaque Sacrieur de la famille représente fièrement dans leur dot...

    Quant elle posa la question a Ragnar, il lui répond avec un sourire « Ma petite Sarah est de loin ma meilleur élève, et la plus belle renchérie-t-il. Sa évitera, pour une fois à Anselme de faire l'enfant. Il n'a jamais aimé ces tatouages.

    -A qui le dite vous ! Peste Alessia tendis quelle bois une gorgé de son breuvage fors en alcool, que lui avais servis le vieux tatoueur en signe de leur longue collaboration.

    -Mon breuvage te plais demande-t-il a la Sacrieur

    -Ça à toujours été le meilleur pour supporté mon cousin...

    -A sa ces sur qui les dures à vivre quant il si met ! affirme Ragnar. Je me souvient encore de la fois ou il c’était écorché pour ne pas dire complètement dépouillé le dot avec un hachoir a viande... »

    Alessia dégluti quant elle repensa à cette vielle histoire « Ne me faite pas répudier votre boisson Ragnar »se contente-t-elle de dire « J'avais passé deux nuit a lui refaire totalement son tatouage avec l’œil attentif de votre grand père pour éviter de qu'il ne se comporte comme un bwork »Poursuit le tatoueur nostalgique « je ne l'avais jamais vue aussi agaçais... » Alessia finie sont verre et finie par lui expliquer la véritable raison pour laquelle il avait agis du façon aussi radicale « Anselme n'a jamais voulut faire parti des nôtres... il a toujours voulut vivre dans la famille de son père au temple Sram. Alors quant il reçut le tatouage lors du rituelle,contre son grès il ne pouvais plus changer de bord. Il étais un sacrieur. »

    Le silence s'installe tendis que Sarah hurle des ordres à Anselme « Arête de bouger » hurle-t-elle « Je bouge pas... c'est toi qui ne sait même pas faire un trais. »répond Anselme « Ah ouais ? Renchérie Sarah avec un ton sinistre... « Ahahah » hurle soudain Anselme « t'a finie de me prendre pour un brouillon sa fait un mal de chien »aboie-t-il « tu n'as qu'à pas me traité d'incapable, je suis pas ta putain de bonne » répond telle froidement « Je te paie » glapi Anselme « Ta cousine nous paye... Sinon tu serais jamais venu me voire salaud ! » finie telle par dire « C'est pour sa que tu me tue le dot ! Parce que je suis pas venus te voire ? » Anselme se retourne soudainement « tes sérieuse là.... » mais il n'eut le temps de finir qu'il se reçoit une formidable droite provenant de Sarah « Ouais je suis sérieuse connard, je sais comment tu fonctionne, tes un salaud mais je t'aime bien et j’attendais toujours de tes nouvelle alors que pendant se temps toi tu étais entrain de t’étripai à mord » Anselme la regarde le nez en sang « Putain tu ma casser le nez » se plaint-il « et tu peux toujours courir pour que je te laisse rentrais chez moi quant tu seras en manque avec tes sale yeux de cochon de lait »continue-t-elle de hurlais en lui infligeant un énorme coup de coude dans la cage thoracique « Je vais te tuer ! » finie par hurler Anselme en lui sautant a la gorge, la bouche en sang et le souffle coure.

    « Tu ne croit pas que l'on devrait les arrête ravant qu'il ne se fasse mal » Demande Alessia alors que le lustre suspendu au mur se mouvait d'une façon inquiétante « Non il doivent juste s'expliquer, ce sont des jeunes adultes, tu connais ça toi aussi » répond simplement Ragnar tendis qu'il sert encore une fois Alessia et sa vielle carcasse. « Bien sur que je connais cela » dit-elle « C'est juste qu'il y a une cérémonie et que je veux que mon cousin fasse bonne allure devant la famille » renchérie la Sacrieur « Tu sais Alessia, Anselme fait plus parti de notre monde que du votre » Alessia nullement choqué de sa révélation parle d'une voix claire et tranchante « Il a des responsabilité envers la famille et c'est pour cela que je m'assure qu'il vas lès accomplirent »le vieux Sacrieur au dot en voûte, au visage plein de cicatrice et au tatouage tribale, rigole et souri tendrement en écoutant les propos de la jeune adulte et ne put s’empêchait de soulevais le menton et répondre tout en regardent le pious blanc qui est tatouer sur son trapèze gauche « c'est ton tout premier tatouage que j'ai fait pour tes dix ans» il en a le sourire jusqu'au lèvre « Le même que ta mère, je l'avais aussi fait a ces dix ans... c’était aussi le même que mes ancêtre on tatouer à ta grand mère a ton arrière grand mère... et cela a toute la gente féminine depuis le début du krosmoze » Elle sourit « Oui je m'en souvient,elle étais venu avec moi... Elle me manque » Ragnar lui sert un verre « Elle ne vient pas ? » Alessia se mord la lèvre inférieur « Bien sur j'ai tellement hâte, elle doit déjà être à la maison » Ragnar sourit avec elle « Va la rejoindre » et rajoute « Ne t'inquiète pas je m’occupe de Anselme » Heureuse elle rajoute un « merci » et l'embrasse sur la joue avant de partir en courant.

    Tendis que l'odeur du parfum de Alessia s'estompe Ragnar ne peut qu'avoir les larmes au yeux tendis qu'il repenses à leur grand mère, il en étais fous amoureux et elle aussi... Mais les obligation royale de sa tendre dulcinée ne pouvais que donné à un amour interdit et il ne put qu'être que le leur tatoueur personnelle, s’occupant des membres de cette famille comme les siens et finis par en devenir un membre a par entière que même Karl ne put contesté pour les bons rouages de la famille... il eu même le droit de fréquenter son amour quant elle venais refaire ''un peut trop souvent'' ces tatouages. L'on pouvais même voire au creux de son coup un stylo a encre surmonter d'une l'armes Sacrieur.

    Ragnar profitant un moment de cette atmosphère de joie... Rajoute tendrement dans sa barbe un « paix a son âme »et sans va remettre de l'ordre dans sa ménagerie avec l'aide de sa bonne foix.

    VI Cérémonie de Sang


    Jamais les gardes Sacrieur n'avait étais aussi prés de renoncer à leur serment « laisser la garde de Bonta rentré dans leur temple ! Leur maison ! Qu'elle affront !Poster devant chaque entrés du temple, ils étaient plus de neuf cent agent de la déesse Sacrieur a protégeais le temple et la ville.

    Ils étaient en colères et ça ! La flotte des 20navire de Bonta c'en n'est aperçu directement dés qu'ils eurent accoster. Lily qui ressenti cette rage, se rapproche jusqu'à collé sa protégé. Marchant derrière son père et son frère Raphaël qui cheminent au coté de Harald.

    Harald qui se sent dans un mal être supérieure à tout ce qu'il avais connu ! il aurais préféré être damné que de faire ce qu'il doit à faire ! Mais sa femme qui marcher à s gauche, lui avais rappelé pourquoi il devais le faire et contre son grès... Il devais avoir du sang sur les mains comme tout les membres de se complot.

    Il n'avais jamais aimé sa femme. Elle étais sublime et les orgies qu'il avais vécu avec elle l'avais tué intérieurement,fait jouir jusqu'à l'aube. Mais elle a une soif de pouvoir qui aurais fais pâlir Sram, une amertume pour ça famille qui va au delà du détestable et une amertume pour son ennemie qu'il n'est pas bon d'avoir. En d'autre terme certain pourrais dire que c'est une princesse gâté mais personne n'a survécut à cette phrase.

    Voila pourquoi il avais soigneusement écarté sa fille de ce cercle vicieux, demandant grâce à Evangelyne pour que sa fille qui avait déjà une maturité peux commune pour son age, s’occupe d'elle.

    Tendis que la troupe rentre dans le marché du port le silence se fait, Lily sort son arc inquiète mais Raphaëlle pose sa main sur son arme lui intimant l'ordre de la rangé. Il avais raison... Les gardes posté sur les toi ne rigolais pas... Il étais là pour les tués au moindre faut pas, quitte a rompre la trêve.L'on piétiné leur terre... Même les soldas de Bonta normalement braillards et souvent imbu de leur personne se taise devant ce macabre cortège.

    Et tendit qu'elle s'enfonce dans l’île, le ciel s’assombrit et la température chute. Il n'y plus aucun civile dans les rues, les pious ne chante plus et les enfant ne joue plus. Comme si le monde sombre dans l'ombre de son apogées, sa grandeur d’antan... et qu'il retient son souffle avant d’entrés profondément dans les abîmes.

    Ce ne fut que qu'an elle arrive dans une marche taciturne se confondant avec un hymne guerrier que l’âme de chacun se réchauffe devant les décoration de l'entrais principale du temples.

    Un halo doré étais projetais par des millier de bougie suspendu par magie

    dans le ciels. Les fontaines représentant les disciples Sacrieur les plus connu, laisse coulé du sang de le bouche et de leur entaille au niveau du coup et des poignais. Les dalles de marbres avais été briqué à l’extrême. Ils étaient tellement propre que les soldats de Bonta quant il gravir les marche du temples ne purent s'empêcher d'apercevoir leur visage « La légende raconte que l'on peut apercevoir c'est propre souffrance a travers les dalles » souffle un soldas proche de Lily. « Silence ! »répond fermement Tristepin. Mais les soldats étaient de plus enplus inquiet et quant il rentraire dans la coure principale un oncle de Harald du même bord politique vins l'enlaçais virilement tendis que les soldat Sacrieur avais les mains sur leurs armes !

    « mon neveux ! » hurle-t-il de joie « Oncle Vladimir » répond-t-il en souriant « Alors Harald t'a pas trop eux le mal de mer » demande-t-il gaîment mais Harald n’eus le temps de répondre qu'il rajoute en s'adressant à la rêne « Votre mari a toujours eu le mal de mer » Elles ourit et dit « cela n'est pas faux » mais se rendant conte de son erreur il se mit à genoux et dit « mille excuse madame Élisa j'ai oublier de vous saluer » « ne vous excuser pas, ce n'est pas grave mon cher ceci est un grand jour je ne vais pas vous blâmer pour si peux » et tendit qu'il se relève, il explique les règles de la soiré « Tous se qui sont pas sur la liste que ma souscrit Harald doivent rester dehors avec le festin de la garde Sacrieur. Un mous de protestation se fait entendre dans les deux camps. Vladimir dus si reprendre plusieurs fois pour faire taire ces homme tendit qu'il suffit a Tristepin d'un seule et autre « Silence ! » pour que tout le monde se taise ! « A par cette règle prince vous pouvais entrais »rajoute Vladimir l'épaulant pour lui montrais la route pour la salle des fête. « Aujourd'hui a la demande du roi, les festivités auront lieux dans la salle du trône et non pas dans la salle de torture comme les autres années » à cette idées Évelyne saisit la main de Lily qui la sert fort « Ne t'inquiète pas lui dit-elle » mais Évelyne entre deux raclement de gorger ajoute « je n'ai jamais vue ma famille Lily, a ce qui parais il sont horrible avec les gens comme moi » « Tu n'es pas une traître Eve » elle la sent pleurais « On me la dit il y a des années, il me la dit » Lily qui ne comprenais pas lui demande des explication tendit qui passe dans un couloir ou les rayons de la lune, filtre a travers les fenêtres. Évelyne tremble de plus belle « Il ma insulté... c'est pour sa que mon père n'a plus voulut que je lés vois » Lily la regarde et lui répond amusé « Qui ta dit ça que je lui plante une fléché »elle répond juste « Mon cousin, Anselme »...

    Elle s’arrête comme si son corps heurt un mur invisible et comme si l'on avais balançais le drame et qu'elle le gifle de plein fouet...Non elle se souvient de son prénom elle se souvient de se jour blanc ou elle a connu cette enfant elle le voix dans sa tête

    « Moi c'est Lily de perce dalle et toi ? »« Moi ? » Lui répond le garçon d'une voix cassé« Oui toi gros bêtas » sourie la jeune Cra « Moi,C'est An...

    « Lily ? » appelle Évelyne « Lily ? »,Elle avais continuer a avançais mais ne parler plus Évelyne dut lui donner un coup d 'épaule pour la refaire parler « Hein ? »répond Lily « Tu va bien ? » demande Évelyne« Très bien, Très bien » répond-elle alors qu'elle ne sait même plus quelle année l'on est... « Bordel Lily tu es sur ? » « Oui... Anselme ? Tu es certaine ? »demande la Cra inquiète « Oui, oui... tu le connais »demande la jeune princesse « Je croyais qu'il n'étais plus de la famille enfin, qu'il ne voyait plus sa famille » Évelyne rigole et dit simplement d'un ton léger « Tu ne renie pas la famille ».
    0 0
    Score : 557

    très beau texte et très belle fict

    0 0
    Score : 4246

    Mmmh... Fais attention à ne pas utiliser plusieurs temps dans le texte, tu mélanges présent et passé simple. Ça détruit totalement tout concept de... d'ambiance ou de scène.
    Sinon l'utilisation d'un personnage déjà existant, qui plus est "officiel" ... j'ai envie de dire "pourquoi pas?" mais est-on obligés de choisir ce personnage? Ca me gêne un peu...
    Sinon pour l'intrigue je n'ai pas vraiment de choses à redire, essaye de faire tenir quelque chose de droit et ça devrait aller !

    0 0
    Score : 49

    Salut tout le monde smile Bon alors désolé pour l’attente. je vais pas vous mentir, j'était un peux démoralisé par mes faute de temps, d'orthographe et j'en est eu mare.... Mais après être revenus il y a deux jour sur le forum j'ai réalisé que ma fict avais attiré pas mal de monde. Et franchement, je vais mis remettre parceque c'est une belle histoire et j'ai pas envie de me découragé pour si peux smile merci sur tout a faolin, j’espère que tu verras ce message quart c'est ce qui ma aidé à prendre conscience de mes erreur.
    Donc voila après m’être relu deux ou trois fois je vous laisse profiter de mon nouveau chapitre fort sympathique!
    enjoy

    VII Champ-champ et Bwak de feu

    Le silence se faisant pesant. Anselme s'énerve, voilà plus de quatre heures qu'il est sur cette table... Il a le dot qui lui fait un mal de chien « Tu en n'a pour combien de temps ? » Sarah déconcentrer rate un courbe et enfonce l'aiguille, Anselme grogne « T'as qu'à pas me déranger » se justifie Sarah« Putain Sarah ta finie de me faire la gueule » deuxième erreur, elle lui enfonce encore l'aiguille « Non je te fais toujours la gueule, connard. » Anselme sert les point « Il te faut combien de temps pour finir ? » Répond-il tendis que le bruyant aller retour de l'aiguille lui arrache les oreilles« Je ne sait pas, j'ai presque finie le tatouage principale...Les tatouage sur ton torse ne son presque pas toucher il me reste que le prenons que tu as sur la nuque » répond-elle énerver « Aufaite c'est qui cette Lily ? » Anselme grogne « Juste une amies d'enfance » répond-il « Tu n'a jamais voulut m'en parler » il sert encore plus ces poing « Tu es juste plus prenante pour que je te raconte des histoires aussi vielle » Sarah qui avait toucher un point sensible, continue de le questionné « Pourquoi elle est plus sensuelle que moi ? » ajoute-t-elle avec la voix d'une gamine « On étais encore gosse quant on c'est connu » sourit Anselme « Et personne n'est plus charnelle que toi » rajoute-t-il « Mouais je te crois pas... » alors quelle relâche la tentions au niveau de l'encre « Je passe à Lily » sourit-elle « Je vais lui prolongé les très pour quelle soit plus souple, sa donnera une petite touche de féminité à ce prénom » elle rigole« Merci Sarah » répond tout simplement Anselme « Mais de rien m’ont petit Anselme »



    Tendis que Sarah étais partie chercher son maître,Anselme le menton posée sur ces deux bras croisé, attendais l’approbation de Ragnar. Seule lui pouvais approuvé le travaille de ces disciples « Un disciple Sacrieur est une œuvre d'art pas un brouillon » Dit souvent le vieux tatoueur s'en étais même devenue le proverbe de la maison.... Mais tendis que les escaliers grince a l’arrivé de Ragnar. Anselme s’endort paisiblement

    « Moi ? » répond Anselme « Oui toi gros bêtas » demande la jeune fille en souriant « Moi, C'est Anselme » dit-il heureux de voir qu'elle sourit « Anselme... C'est jolie comme nom est peux commun en plus » répond-elle toute en s’approchant de la dame de pierre « Dit moi » demande la fille « C'est qui la madame avec qui tu parle » Anselme parais choqué « Tu ne sait pas qui sais?! » dit-il scandalisé « Bin non,pourquoi je le devrait grosse tête » dit Lily en touchant la statu « Et bien... C'est la statue de la déesse Sacrieur... »Soudain ! Lily ravise son geste et s'agenouille « Mille pardons déesse » répond-elle désolé « Ne t'inquiète pas dit Anselme, elle a toujours étais gentil avec les enfants »Lily se redresse « Ha oui ? » Anselme la rassure« Oui oui elle hyper gentille a condition que tu ne fasse rien de mal...

    « Ça, c'est un chef-d’œuvre ! Il mérite d’être exposé sur le mur d’entraits » Anselme connaissant le vieux bougre par cœur, le laisse contempler l’œuvre de sa disciple préférais « Oui, oui, on ressent vraiment quel'encre est en harmonie avec sa musculature. » Sarah rigole« Arrêtez déjà qu'il à la grosse tête » Se réveillant doucement, il commence a s’étiré « Il a de quoi, un vraie Sacrieur... Son grand père va être très fier »Il sourit « Si il ne ma pas oublier » Ragnar rigole« Bien sur qu'il ne ta pas oublier. Je te dis pas le nombre de fois qui passer au bar pour avoir des tes nouvelle. Aller maintenant lève toi et habille toi » Anselme glapit et sort la phrase que Ragnar a du entendre dès ces dix ans« Jamais, je n'est pas d'ordre a recevoir de toi » Ragnar s’approche en souriant et lui balance des affaires neuve « On va pas faire comme quant tu étais petit mon grand ? » Anselme rigole et se relève« Sans façon merci Ragnar » Ragnar se gratte la barbe « me remercie pas... C'est plutôt Sarah que tu doit remercier !Jamais tu t'es tenu aussi sage pendant cinq heure » Anselme rajoute « On peut dire que c'est grâce à sa douceur »Sarah prise de pitié pour Anselme se rapproche et l'aide à s’habillait. « Merci Sarah » Lui glisse t'il a son oreille « T’inquiète pas » lui répond-t-elle. Le dot endolorie, Anselme se rapproche du miroirs habillé d'une belle tenus Sacrieur

    Il reconnut tout de suite le style de Ragnar. Le pantalon de tissu rouge sang et blanc, est d'une souplesse et d'une résistance Idéal pour les combats. Taillais exprès pour laissais du mous et se resserrer au niveaux des cheville. il est maintenu par une sangle en cuire qui fonctionne comme une ceinture. Une autre ceinture cette fois si verticale part de sa hanche droite et remonte à son épaule gauche toute en protégeant le cœur avec une plaque de métal arrondie et gravé méthodiquement par le symbole Sacrieur,la l'arme de sang. Arrivé à la plaque de métal, une deuxième sangle et plaçais pour mieux soutenir le métal, de sorte qu'elle recouvre bien le cœur. Quant la sangle principale atteint l'épaule gauche, la sangle secondaire un peux moins épaisse, atteins l'épaule Droite. La sangle principale redescend pour retourner a la hanche droite toute en se relient dans le dot à la sangle secondaire.

    Pour des raisons qui sont toute a fais normale. Un Sacrieur combats torse nue, Pour utiliser au mieux toute ses capacité dont la plus évidente et de se faire frapper et tailladé par l'adversaire. Quart la force du Sacrieur et accrus quant il est blessé. Mais pour la cérémonie, Ragnar qui est très méthodique avais conçu une belle chemise en soit blanche a mettre dessous les accoutrement de cuire et d'acier histoire de bien paraître devant la coure.

    Se retournant, Anselme regarde Sarah pour avoir son avis. Elle ne se fit pas attendre « Tu es sur d’être toi ?On dirait un vraie Sacrieur » sourit-elle « Aller vient on va rejoindre le maître » remontant les escaliers du sous-sol, ils atteignirent le bar qui est remplies à rabord « Flokiou est Ragnar ? » demande Sarah « Continue sa partie de krosmaster » répond simplement le serveur « Graine a dut le remplaçais au bar... Stylé ta tenu Anselme »Rajoute-t-il « Merci gars et bon courage pour le boulot »le serveur sourit « Mecs tu peux pas imaginer comme j'ai de la chance, les plus belle femmes vienne dans se taudis mais toi, tu asla plus belle... » Anselme éclate de rire « Ouais mais elle le sait pas » Sarah comme toute réponse lui enfonce soncoude, dans sa cage thoracique. Il dégluti « Reste là beau gosse je vais chercher le patron » dit-elle amusé. Tendis qu'il la voit disparaître entres les client Anselme vacille et vas’asseoir au contoire ou Graine le Sadida fait son service. Ragnar l'avais embauchait alors qu'il dérivais sur la mer, il avait été exclut du cartel des krozoliss (fleur hallucinogène que l'on fume,interdis à Bonta) pour consommation abusive des substance de laréserve. « Yo Graine serre moi un verre de Bwak de feus'il-te-plais » Graine s’approche « Mec, tu es sur ?Se truc va te mètre rabatte, je le sait une fois j'ai pris une bouteille... Je peut te dire que quant tu te réveille a la milice àpoil et que tu sais plus pourquoi tu à le bide rafistolé avec des points de suture et que tu pisse du savon noir franchement t'as plus envie de toucher à l'alcool de ta vie » Malgré le conseil de Graine, Anselme insiste pour qui lui verse son contenu dans le plus petit verre « Se soire, c'est réunion de famille »dit-il d'un ton macabre tendit que Graine le sert « Sérieux ?Gars moi aussi sa me faisait flippais genre personne n’acceptai mon mode de vie, surtout tante Fidelphine. Genre elle me faisait vraiment flippé, elle me disais que si je rentrais pas dans la bonne voix de Sadida, je finirais comme composte pour ces plantes carnivore. »Anselme avalant le breuvage dit avant de s’étouffait « Je te comprend... Putain il y quoi dans se truc des testostérone de thoros ou quoi » Graine rigole « Je t'avais prévenus au faite tu connais pas qu'elle qu'un qui est amateur de sensation forte ?J'ai réussi à cultivé des sports de champ-champ de la foret interdite au nord du continent d'Amakna. » Anselme qui continue de étouffais répond « attend tu a des champ-champ dans la caves, c'est ce qui fait un telle raffuts ? » toute en se servant un verre Graine annonce fièrement « Ouais c'est moi qui les élèves, d’ailleurs j'ai goutté leur sport, j'étais foncedé en deux minute. C’était tellement bon que j'en est mis dans l'encres pour les tatouage de Sarah... Mais faut croire quel'encre annule les effets » Anselme qui est mord de rire répond« Mais t'es un grand malade dans ta tête toi faut pas t’approchai » Graine rigole « Faut bien que je rentre dans les bonnes grâce de Sadida ».

    0 0
    Réagir à ce sujet