FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

Shield. [En duo avec Tatii-Mimii]

Par Edelweyys 13 Avril 2013 - 00:16:36
Réactions 47
Score : 171

// BIJOUR TOUT LE MONDE! Et oui je reviens! :-D Enfin je vais pas vous faire un discours, je suis contente blablabla, voici la suite! (s'il y a des problèmes d'espaces, je les corrige après avoir posté.)//

Les journées étaient longues, très longues. L’humidité de la jungle était suffocante et fatigante. Trois longs jours étaient passés depuis l’attaque des chiens. Alastar ne semblait plus vouloir les prendre en guet-apens. Tout était calme depuis ce jour-là. Peut-être même trop calme. Les deux compagnons ne s’étaient plus dit un seul mot. Une certaine tension était maintenue entre les deux sans qu’ils sachent trop pourquoi. Ils se tenaient séparés, ne se questionnaient même pas sur leur situation, le silence était leur seule parole.

Le jour n’était même pas encore levé sur la jungle verdoyante du Gouffre des Âmes Perdues. Pourtant, un jeune homme se tenait adossé contre un arbre, fixant un horizon inconnu. Ses grands yeux verts perdus dans le vague. Se demandant de plus en plus s’il allait s’en sortir indemne.

Un bruit le sortit de ses pensées, à sa gauche. Il tourna lentement la tête et découvrit son amie, qui lui tendait un morceau de viande. Il regarda derrière lui, un feu crépitait. Il esquissa un sourire et la remercia d’un signe de la tête. Elle le fixa un instant, puis se détourna et alla se rasseoir près du feu.

« Régales-toi, tu en auras besoin, vu ce qui nous attend, lâcha-t-elle. »

Surpris, il faillit en lâcher son festin. Elle lui avait parlé, brisant le mur de glace qui s’était dressé entre eux. Ne sachant plus quoi dire, il engloutit juste le morceau dans sa bouche, affamé. Il se laissa glisser contre l’arbre et s’assit doucement dans l’herbe humide par la rosée du matin.

« Nous n’allons pas tarder à changer de territoire, déclara Cynnéléa, nous allons quitter la jungle pour un terrain plus hostile.
- Plus hostile que les chiens d’il y a quelques jours ? J’ai un peu de mal à imaginer pire…
- Et encore, Elric. Tu n’as rien vu… »

Une quinzaine de minutes après leur déjeuner, ils se remirent en route. La chaleur était accablante et les deux amis n’en pouvaient plus. Même Cynnéléa,avait l’air de vouloir s’évanouir, tant la chaleur l’étouffait. L’humidité pesait sur eux et ils pestaient contre les insectes et autres bêtes attirées par la transpiration.

C’est après une longue marche et alors que le soleil de sang était à son zénith que la végétation changea, du tout au tout. Les arbres immenses aux branches gigantesques disparurent pour laisser place à de malheureux buissons déshydratés, l’herbe verdoyante se changea en pierre dure et composées d’innombrables fissures et un grand canyon s’ouvrait devant eux.

« Un canyon dans un Gouffre… J’aurais tout vu, songea Elric. »

Tandis qu’Elric balayait du regard le paysage, Cynnéléa le héla.

« Elric, viens voir ! »

Il s’approcha du bord des entrailles de l’endroit et écarquilla les yeux de plaisir. Au fond serpentait une rivière ; calme, belle, à l’eau claire, à l’air potable. Restait un obstacle ; descendre au fond. Alors que le jeune homme essayait par tous les moyens de trouver une solution au problème,Cynnéléa l’appela. Il l’aperçut une dizaine de mettre à sa gauche, pointant du doigt un escalier de pierre à l’air plutôt solide. Il la rejoignit en silence,rêvant de tout ce qu’il pourrait faire une fois dans l’eau. Son amie passa la première et posa un pied sur la première marche, rien ne se passa. Elle avança.Tandis qu’Elric allait s’engouffrer dans le canyon, un frisson parcouru son dos. Il se retourna et eu la vive impression d’être observé. Un calme effrayant régnait sur l’endroit, cela ne présageait rien de bon. Pourtant, il fallait bien descendre au fond s’ils ne voulaient pas mourir de déshydratation.

En silence et avec la plus grande précaution, ils descendirent les marches de l’escalier, qui longeait le mur de pierre. Ils faillirent plusieurs fois tomber, manquant une marche, ou glissant sur la pierre un peu humide. Mais s’entraidant, ils finirent pas arriver à destination.

L’endroit était sombre et calme. Elric se précipita vers le point d’eau et y plongea. Cynnéléa s’assit à quelques mètres et l’observa. Il avait l’air épanoui ainsi. Elle ne savait pas pour combien de temps ça allait durer. Il semblait croire pouvoir tout faire, tout vaincre, tout réussir. Mais il n’avait aucune idée de ce qu’il lui attendait. Son Maître lui en avait parlé. Son Maître savait tout. Il voyait tout. Elle le respectait infiniment. Son Maître était tout pour elle, il l’avait sauvée du monde. Il l’avait sauvée des sauvageries du monde, et de la guerre.

Elric ne se rendait pas compte de ce qu’il allait lui arriver. Elle ne pouvait que faire en sorte que l’aider, gagner du temps. Il ne se rendait pas compte de ce qu’il avait fait en venant sur Shield. Il n’avait pas fait que provoquer sa mort, mais certainement la mort de milliers de personnes. Une guerre sanglantes’annonçait au loin, une guerre abominable qui opposera…

Un bruit la sortit de ses pensées, tout d’abord, elle crut que son imagination lui jouait des tours. Puis, écoutant attentivement, elle perçut des pleurs. Des sanglots. Une petite fille était assise, non loin d’eux. Elle se releva et s’approcha.Les cheveux noirs de la petite était long et paraissait crasseux. Elle était maigrichonne, la peau sur les os. Elle se tenait la tête entre les mains et pleurait, doucement.

Elle n’aurait jamais dû. Elle n’aurait jamais dû venir là. Elle savait bien que l’endroit paraissait louche, un calme trop calme régnait sur l’endroit. Son Maître ne lui avait donc rien appris ?
Elle regretta très vite de s’être engouffrée dans le canyon, très vite. Priseau piège ainsi ? Elle avait été si naïve !

« Hé… Petite. Tout va bien ? Demanda-t-elle gentiment. »

Ça aussi elle le regretta vite.

Un cri strident s’éleva et la fillette se retourna brusquement.

« Oh mon dieu, lâcha la jeune femme. »

Cela faisait plusieurs jours qu’Ellana n’était plus retournée près de son père, assistant à la diffusion des grands écrans. Elle n’y allait plus. Elle s’était rendue compte que trop de sentiments s’emparaient d’elle lorsqu’elle y allait.Cela devait finir. Elle était forte, bien plus forte que ça. Elle s’était juré de ne plus pleurer pour Elric. Cela ne servait à rien. Il fallait au contraire,espérer qu’il s’en sorte. Ensuite, elle le sommerait de rentrer chez lui. Quoi qu’il lui en coûte après. Il devait quitter sa planète. C’était beaucoup trop dangereux pour lui.

Durant les derniers jours, elle s’était cloitrée dans sa chambre, verrouillée, seule. Elle s’était mise à lire le Livre.Elle l’avait gardé, lorsqu’Elric était venu. Elle n’en avait jamais parlé à personne. Elle avait gardé le secret. Tout d’abord, elle ne comprit pas ce qu’il était écrit. Puis elle approfondit sa lecture et découvrit que la langue parlée était une langue très ancienne, parlée il y a des millénaires par les anciens de Shield.

Si ce livre, nommé Prophae avait été caché, ce n’était pas pour rien.
Ce livre n’aurait jamais dû être ouvert.
Et ce qu'elle y découvrit, n'aurait jamais dû être découvert.

0 0
Score : 3315
T'écrit trop bien Edel *o*. Bon c'est partiiis les amiis , je fais la suite ! biggrin Si sa va pas Edel tu me le dit :p

Nageant dans l'eau comme un poisson , Elric en sortis bien assez vite dès qu'il entendit un cris strident. Cynnéléa sur le bord , s'était écroulé , les oreilles en sang. Les yeux d'Elric sortirent de leurs orbites , rapidement il nagea jusqu'au bord et sortis en vitesse en prenant Cynnéléa dans ses bras.

- Bordel... Qu'est-ce qui s'est passer... , souffla Elric.
- Oh mon dieu , Elric... ATTENTION ! , hurla-t-elle.

Et là , ce fut le noir. Elric savait que cet endroit n'était pas normal , il savait aussi que maintenant il devait être toujours sur ses gardes. La prochaine fois il serait plus méfiant. Dans son sommeil , il parvint à entendre la voix aigu de Cynnéléa et celle d'autre étranger , bordel , que c'était-t-il passer encore ?...

Après quelques secondes ou il était tomber dans les vapes , ses yeux verts s'ouvris sur une immense salle , il y avait un long tapis rouge menant jusqu'à un trône immense noir , on aurait dit qu'il avait était fait pour une dizaine de personne. Plusieurs gardes vêtu de blanc , avec de long cheveux blancs et le teint pâle semblait le garder.

Mais où était Cynnéléa ?...

Rapidement il se leva , quand soudain , une grande porte sur la gauche de la salle s'ouvris , laissant voir une grande femme , embonpoint , des cheveux crasseux blancs , des yeux céruléen vide de vigueur. On aurait dit un fantôme...

Mais il s'en ficher , il devait sortir d'ici au plus vite et retrouver Cynnéléa , où était-elle et que faisait-t-elle ?... L'avait-t-elle abandonné à son tour ?... Encore un quatrième abandon ?... Non , non , non , ça ce n'était pas possible , Cynnéléa était adorable , jamais elle n'aurait oser lui faire ça. Il savait qu'il pouvait avoir confiance en elle , car après tout , elle l'avait sauver à plusieurs reprises et sans elle , il ne serait pas ici aujourd'hui.

Ce monde , ces coutumes , tout était étranger pour lui , mais pourtant elle lui avait expliquer comment ce monde fonctionner et que ce monde était un monde impitoyable , où la loi du plus fort règne. Mais après tout , s'il faisait tout ça , s'il puiser dans ses dernières forces , s'il repousser ses limites , c'était pour Ellana.

- Où est mon amie ? , demanda Elric en se relevant.
- Elle est dans l'arène , étranger , lui répondit la grande femme embonpoint , qui partis s'asseoir sur son trône.
- L'arène ? De quoi parlez vous ? Bon sang ! , cria-t-il.
- Faite le s'agenouiller et faite le approcher , ordonna la grande femme.

Des gardes s'approchèrent dans son dos et lui prirent fortement les poignets avant de le faire avancer. Comme un beau diable , il eut beau se défouler , il n'avait rien à faire , ses hommes posséder une force hors du commun.

- Je suis la reine de ce royaume , mais ici tout le monde m'appelle Mama Phantoma , alors tu peut en faire de même... De plus tu est drôlement beau , je pourrais faire de toi mon esclave jusqu'à ce que tu rende ton dernier souffle , fit l'odieuse femme , en souriant de toutes ces dents , dévoilant d'immense crocs blancs.
- JAMAIS ! , hurla Elric.

Pris dans une fureur incontrôlable , il leva ses poignets brusquement qui vinrent heurter la mâchoire des deux gardes , il se retourna rapidement et pris leurs têtes dans sa main , avant de les pousser sur le sol.

Il devait sortir d'ici à tout prix et retrouver Cynnéléa , coûte que coûte , il y arriverait !

- Qu'est-ce que vous attendez bande de bon à rien ! RATTRAPEZ LE ! , hurla la Mama Phantoma.

Une fois qu'Elric arriva devant les grandes portes , avec le peu de force qui lui rester , il les poussa mais en vain , elle était énorme et drôlement lourde. Quand il se retourna , des gardes couraient à toute allure pour pouvoir l'attraper , mais il ne se laisserait pas faire aussi facilement. En y mettant toute sa force , les portes réussirent enfin à s'ouvrir , laissant une petite voie d'accès à Elric.

Un des gardes frôla son dos nus , mais il parvint à sortir à temps.

Devant lui s'étendait une ville souterraine , assez animé d'ailleurs. Le château ou il était surplomber toute la ville et à l'autre bout , il y avait comme une sorte d'arène...

Cynnéléa... Elle devait être surement la bas ! La reine en avait parler !

A toute allure , il descendit les marches en marbres , derrière lui les gardes le suivaient à la trace. Il devait être rapide et discret. Comme un sram. Il se mit à sourire , si seulement les gens de ce monde connaissaient son monde , il le trouverais aussi impitoyable.

Quand il arriva enfin au bout des marches , un immense portail de fer se dressa devant lui. Deux gardes qui le garder , se dirigèrent vers lui , lance en main. Le premier des gardes voulut lui transpercer le ventre et de peu il échappa de se faire perforer , quand le deuxième arriva , il passa agilement en dessous sa lame et lui poussa la tête en arrière.

Il sauta sur le portail en fer et l'escalada rapidement , mais il sentis une forte poigne s'accrocher à sa cheville. L'un des gardes. Bon sang ce qu'ils étaient collant !

- Mais lâcher moi ! Bordel ! , hurla-t-il en donnant un coup de pied sur la tête du garde qui retomba par terre.

Il termina de grimper le portail aussitôt et en sauta rapidement , bordel , sa faisait mal au jambes ! Mais quand il vit le portail s'ouvrir , il se redressa aussitôt et courut vers la ville. Il ne devait pas se reposer , il devait juste courir et encore courir.

Les rues de la ville était remplis de gens au teint blanchâtre qu'il poussa sur son passage. Il devait retrouver Cynnéléa , après tout ce qu'elle avait fait pour lui , il lui redevait ça. Elle qui l'avait sauver tant de fois , c'était à son tour maintenant...

Il devait la sauver !

Zigzaguant entre les rues , il tomba devant un grand pont avec un long tapis bleu , menant jusqu'à l'arène. Quand il se retourna , les gardes étaient là , il le suivait toujours. Il fit demi-tour et avec la force de ses jambes , il courut. Oui , il courut , vers Cynnéléa , vers celle qui l'avait sauvé tant de fois... Ses petits sourires en coin , sa gentillesse.

Il allait la sauver !

Dans un cris de rage , il parvint à entrer dans l'arène. Les sièges des spectateurs était remplis , mais rapidement il parvint à s'approcher de ceux du plus bas. Cynnéléa était là , au milieu de l'arène. Mais c'était trop bas , beaucoup trop bas , il risquer de se casser une jambe.

Saute... Allez saute bon sang ! Après tout ce qu'elle à fait pour toi tu dois le faire !

Mais c'était trop bas... Beaucoup trop bas...

Sauve là à son tour !

Prenant son courage à deux mains... Il sauta. Et miraculeusement , il ne ressentis aucune douleur.

- Cynnéléa ! , cria-t-il.
- Elric ! , s'égosilla-t-elle à son tour , avant de se mettre à courir vers lui.

Dans un dernier effort , il courut de toutes ces forces. Vers la main tendue de Cynnéléa , juste cette petite paume remplis d'espoir avait réussis à lui redonner le sourire alors qu'il était dans un milieu hostile et dangereux. Ce petit bout de femme qui l'avait réconforté , était forte et remplis d'espoir.

Leurs mains se touchèrent du bout des doigts , Elric la pris en main , avant de l'étreindre et de lui souffler à l'oreille un : ' Merci '.

A SUIVRE...

Laissez vos impressions biggrin
0 0
Score : 171

Ils n’eurent pas le temps de se dire plus d’un mot. Un grognement rageur s’éleva parmi eux, ce qui fit taire toute l’arène. La reine apparu ; la colère déformant son visage.

« Personne, je dis bien personne, ne s’échappe lorsque je lui parle ! S’exclama-t-elle d’un ton aigu. Tu vas être châtié, petit insolent ! Tu vas subir le même sort que ta compagne, au moins, cela divertira mes sujets. »

Elle lui jeta un regard haineux puis continua, en élevant la voix.

« Mes très chers sujets. Aujourd’hui, réjouissez-vous de ce que je vais vous montrer. Aujourd’hui, combattrons jusqu’à la mort deux ignobles petits êtres humains ! »

Dès qu’elle eut fini sa phrase, des applaudissements retentirent.

« Ces humains ont osés pénétrer dans le royaume de votre reine adorée! »

De nombreuses hues s’élevèrent parmi l’arène. Des insultes fusèrent, ils durent éviter de nombreux objets lancés par les habitants de la cité.

« Divertissez-vous de leur mort mes chers sujets ! Délectez-vous de leur souffrance ! Amusez-vous de les voir supplier leurs bourreaux de leurs laisser la vie sauve ! Les voici mes chers, mes tendres ! S’exclama la Reine Phantoma. »

La foule se mit à crier, se mit debout et applaudit leur reine bien-aimée. L’ambiance était à son comble, les fantômes ne tenaient plus en place. Le bruit causé par la foule pouvait s’entendre à des kilomètres à la ronde. L’excitation des fantômes étaient incroyable, à croire que les jeux del ’arène étaient un divertissement annuel. Les ectoplasmes vouaient une idolâtrie infinie à leur souveraine.
Elle interpela un groupe de spectres à ses côtés et leur chuchota quelques mots. Aussitôt, les fantômes s’ébranlèrent et volèrent jusqu’au centre de l’arène, là où se déroulait les combats. Là, ils bifurquèrent vers une énorme grille noire en arc de cercle, semblant servir de barrière entre deux mondes complètement différents, l’un qui était le leur et l’autre qui inspirait une aura effrayante et sombre.

Un violent frisson d’effroi fit retrousser l’échine des deux compagnons lorsqu’un des fantômes activa un levier qui fit en sorte que la grande grille se lève. Un hurlement terrifiant en sortit et la foule se tut instantanément, comme si elle retenait son souffle.Même la reine s’était penchée sur son trône pour pouvoir observer attentivement la scène qui allait se dérouler. Une brume épaisse s’abattit soudain sur l’arène. Plus personne n’osait respirer, croyait que ça allait briser le fabuleux silence de l’enceinte. Ce que renfermait la grille s’illumina d’un mauve sombre.
« Un portail, chuchota Elric en lui-même. »

La reine se leva et hurla des paroles incompréhensibles. Ses sujets parurent comprendre et la foule se remit à crier. Elle le fit taire d’un mouvement sec de sa main transparente et ils se turent immédiatement. Un regard suffit à Cynnéléa pour voir la flamme de courage qui dansait dans les yeux d’Elric. Il était en position de combat et semblait à l’affut du moindre geste. Elle le fixa encore un instant, des étoiles dans les yeux, puis un bruit assourdissant retentit.

Un monstre, de trois mètres tout au plus venait de sortir de l’étrange portail.Un ectoplasme de muscles, mâchoire écumante de rage, translucide et muni de tous petits yeux rouges sang, les pupilles verticales, fixant les deux personnes au centre de l’arène. Un rire gras monta de ses entrailles et ouvrant la bouche pour éclater de rire, les deux guerriers purent découvrir deux rangées de dents effroyablement pointues et une petite langue fourchue rouge comme le sang qu’il faisait couler. Il arrêta de rire et reprit un air sérieux.

Derrière lui, la grille se referma vivement et les fantômes qui, plus tôt, avaient ouverts et fermés la grille s’empressèrent de s’enfuir de l’endroit.

Le monstre commença à parler vite, puis il ralentit son allure tout en fixant la reine. Il avait beau articuler, il parlait dans une autre langue.Certainement la même qu’avait utilisée la reine un peu plus tôt, étant donné qu’elle lui répondit aisément. Après discussion, le fantôme reprit son rire puis ensuite l’air sérieux mortel qu’il avait arboré plus tôt.

« Ça va aller, murmura Elric à Cynnéléa, c’est un fantôme et donc un être logiquement non-solide, qui n’a aucune densité. Nous devrions avoir facile, il va nous passer à trav… »

Il n’eut pas la chance de terminer sa phrase, qui n’aurait servi à rien d’ailleurs, que le fantôme lui logea un prodigieux coup de poing au creux du ventre puis alors qu’il volait à l’autre bout de l’arène, à l’aide d’une vitesse formidable le cueillit sur le menton grâce à un coup de pied brusque. Il n’eut pas le temps de respirer qu’il s’évanouit déjà par le choc causé par le coup qu’il reçut en s’effondrant sur le mur opposé de l’arène.

« Pauvres mortels, fit le monstre dans le langage humain mais accompagné d'un accent marqué qui traçait ses origines étrangères, comment pouviez-vous oser espérer pouvoir me vaincre ? Vous, minables petits mortels. Battre un spectre de mon grade ? Hahahaha ! Voyez, voyez comme ma puissance est grande ! »

Avec la vitesse dont il avait fait preuve auparavant, il s’approcha de Cynnéléa. Mais elle n’avait pas peur, elle était prête. Alors qu’il lui projeta un incroyable coup de poing vers la tête qui avait but de la décapiter, il ne fit que la frôler de loin. Un sourire s’étira sur ses lèvres et elle se positionna en stature de combat.

« Viens alors, si la victoire est tienne d’avance tu ne verras aucun inconvénient à ce qu’on engage un combat… »

Le monstre sourit et les deux s’élancèrent, l’un vers l’autre.

0 0
Score : 3315
Elric avait peur. Oui , peur de cette effroyable créature qui combattait Cynnéléa , mais elle , elle n'avait pas peur. Ce petit bout de femme a la carrure fragile mais au mental d'acier , venait de prouver une fois de plus son courage et sa détermination sans faille. Quand à Elric , lui... Il se releva tant bien que mal , en se tenant les côtes en grimaçant , il devait sûrement en avoir une de cassé. Les jambes tremblantes , le souffle court.

Il commença à comprendre qu'il n'avait pas sa place ici et que mourir ici , était sûrement le destin qui lui était réservé. Ce monde était impitoyable , Ellana l'avait prévenus à mainte reprise , mais le réaliser maintenant était lâche , car après tout le chemin qu'il avait parcourus... Et surtout après avoir rencontré Cynnéléa qui lui avait proposer son aide , elle n'avait pas peur , même si elle était dans une mauvaise posture , elle prenait quand même son courage à deux mains et combattait fièrement.

Mais dans un sens... Il n'était pas aussi puissant que ce monde pouvait être terrible avec lui. Il ne pouvait pas surpasser ses limites , car il n'avait vraiment de don en combat. Sur sa planète d'origine , il avait combattus quelques petits groupe de jeune arrogant , mais ce n'était pas des monstres assoiffé de sang.

Le désespoir s'empara alors de lui.

Face à lui Cynnéléa , éviter avec agilité les coups de poings que l'énorme monstre voulait lui donner. A chaque fois qu'un de ses poings s'abattais dans le sol , celui-ci se fissurer. En l'évitant agilement sur le côté , Cynnéléa n'eut pas le temps de l'éviter une énième fois , qu'elle vit son autre grande main - faisant pratiquement tout son corps - s'abattre sur elle , en l'envoyant heurter le mur près d'Elric , qui se précipita vers elle.

Bordel , elle était blessée. Du sang s'écoulait de ses lèvres et une rougeur était apparus sur ses épaules. Si seulement il avait plus de pouvoir... Il aurait pus lui éviter de lui infliger ce sort funeste...

Mais il n'était qu'un étranger.

Un faible.

Soudain , Cynnéléa releva son visage vers lui , avec un sourire et se releva aussitôt en époussetant sa robe verte. Pourquoi souriait-t-elle ?... Elric se releva à son tour et observa le monstre face à eux , celui-ci semblait se régaler du spectacle , encouragé par toute l'assemblée des autres êtres translucides.

- Elric nous devons agir en équipe , sinon nous y laisseront notre peau tout les deux , la prévint Cynnéléa.
- Je suis faible... Je ne te suis d'aucune aide... Et pourtant j'aimerais... , chuchota-t-il les poings serrés en baissant la tête.
- Tu n'est pas faible , tu viens d'arriver dans un monde impitoyable qui ne fait aucun cadeaux à tous ses habitants , mais pourtant il y a un moyen de battre cette grosse brute , fit Cynnéléa , avec une pointe d'espoir.

C'est vrai , elle avait raison. Depuis le début il n'avait même pas osé lever le petit doigt pour l'aider , car il était paralyser , oui , paralyser par la peur. Mais si il y avait ne serait-ce que le moindre espoir de survivre à ce monde hostile , il en saisirait la chance.

- Comment pouvons-nous le battre ? , lui demanda Elric en se plaçant à ses côtés.
- Les vultures sont fait d'une énergie nommé Tenae , ses fantômes avant vivaient sur les terres des vultures mais ont était obligé de se terrer ici , car ils craignent cette matière , commença-t-elle.
- Où veut-tu en venir ? , la questionna Elric , l'air perplexe.
- Tu vois les barreaux par lesquels il est entré , c'est de la Tenae , lui répondit Cynnéléa.
- Mais comment est-ce qu'on pourrait l'extraire ? J'ai pas assez de force pour la briser en deux c'te foutue matière , râla Elric.
- J'ai confiance en toi , lui répondit Cynnéléa , avec un sourire éblouissant.
- Cynnéléa... , souffla-t-il.

Elle avait su lui redonner le sourire , l'espoir et la lumière. Elle qui était si mystérieuse et pourtant si chaleureuse... Il la protégerais , de toute ses forces et il prouverait à ce monde que même s'il ne le connaissait pas , il le vaincrais.

- Je vais détourner son attention , toi tu fonce extraire la Tenae et tu l'enfourche , compris ? , lui expliqua Cynnéléa , en reprenant son air déterminé.
- J'ai capté , chef , dit-il le sourire aux lèvres.
- Petit malin , soupira-t-elle avant de s'élancer vers le monstre.

A une vitesse hallucinante , il la vis courir vers le monstre , qui enchaîna les coups de poings. Il pria intérieurement tout les dieux qu'ils connaissaient pour qu'elle s'en sorte vivante , avant de courir à son tour en direction des barreaux de Tenae. Ses jambes et ses pieds nus le faisait souffrir , après avoir autant courus , il sentait ses jambes sur le point de céder , mais il ne devait pas , il devait le faire pour Cynnéléa.

Quand il arriva enfin près des barreaux , il se retourna pour voir ou en était Cynnéléa. Celle-ci l'éviter encore agilement , avant qu'il vit que l'une des mains du monstre s'était abattus sur Cynnéléa. La géante main du monstre avait pris le corps de la jeune femme tout en lui serrant le cou , bientôt elle ne pourrais plus respirer.

Sous les applaudissements , il souleva le corps de Cynnéléa dans les airs , tout en l'étouffant.

Merde , il ne devait pas la laisser ici , pas après tout ce qu'ils avaient vécus ensemble !

Instinctivement , il posa ses mains sur les barreaux de Tenae et soudain , il sentis ses mains brûlés , mais les barreaux étaient entrain de ... Fondre ?... Il ne compris pas directement sur le moment ce que cela signifiait , mais s'en ficher éperdument , car son objectif principale était de sauver Cynnéléa.

Etant un sacrieur dans l'âme , il put supporter assez longtemps la douleur , quand il eut enfin réussis à extraire la Tenae. Mais quand il repris le barreau en mains pour courir en direction du monstre qui avait le dos tourné et qui était entrain d'étouffer son amie , le barreau fonder toujours.

Il se souvint alors des paroles de Cynnéléa : ' Petit malin '.

Elle avait raison.

Il pris alors le barreau en mains tout en bout , pour ne pas qu'il fonde complètement et se mit à courir de toutes ces forces vers Cynnéléa. Il devait la protéger , après tout , c'était lui l'homme. Il devait reprendre le cours de sa vie en main et courir et encore courir , vers un avenir meilleur...

Quand il arriva alors près du dos du monstre , il lança la barrière dans les airs qui avait fondus sur l'extrémité , avant de faire un bond , tout en rattrapant le barreau , entre ses mains et de le planter dans le dos du monstre. Il crut voir Cynnéléa lui sourire et lui murmurer un : ' Merci '.

Quelques secondes plus tard , le monstre s'effondrer à terre dans un hurlement de rage.
0 0
Score : 171

//Me voici avec un chapitre révélateur et qui comblera toutes vos questions! Malheureusement, je ne pourrais plus écrire avant deux semaine puisque je pars en vacances vendredi... Mais je reviendrais dès que je reviendrais chez moi...! ( Ca fait beaucoup de reviendrais...) Enfin bref! Voici voilà!//

« Elric, s’il te plait…
- Non, Cynnéléa ! Non ! J’ai suis passé au-dessus de bien trop de choses. Au-delà du fait que je suis sur une planète qui m’est absolument inconnue, dans un monde où le mot pitié n’existe pas, avec des créatures abominables bien plus atroces que ne peuvent imaginer les habitants de ma planète, bien trop de questions se bousculent dans ma tête. Et à chaque fois,chaque fois !, je les refoule. Me disant que les questions ne me servent à rien, mieux vaut se concentrer sur ma survie… Mais pas cette fois-ci, là ça a été trop loin ! Comment veux-tu que j’oublie ce qu’il s’est passé il y a moins d’une heure, une chose d’une telle envergure ne s’oublie pas comme ça,Cynnéléa ! Je ne suis pas comme toi et vous autres créatures de je ne sais quel nom ! Tout cela me dépasse, je me l’avoue. Et je veux, non, j’ai besoin d’explications. Là, maintenant. Et pas plus tard, lorsque je serais à moitié mort. Non, je les veux ici et maintenant, Cynnéléa. Et tu vas me les donner, m’expliquer tout ce que tu sais. Je ne veux plus qu’aucunes choses ne me soient cachées, s’écria-t-il désespéré. »

La jeune femme s’assit sur un rocher non loin d’elle et fit la grimace. Son Maître lui avait bien exigé de ne rien lui dévoiler avant qu’ils se rencontrent. Mais la situation lui exigeait autre chose, elle n’avait pas le choix. Elle expira, et commença à raconter.

FLASHBACK.


Ils couraient. Vite, très vite. À en perdre l’haleine. Une armée d’ectoplasmes armés jusqu’aux dents les poursuivaient sans relâche. Après leur fuite de l’arène,la reine avait vociféré des paroles dans sa langue et tous les fantômes s’étaient rués sur les compagnons. Malgré leurs capacités physiques, les deux amis savaient très bien qu’ils ne s’en sortiraient pas rien qu’en courant. Les spectres avançaient vite et ne s’arrêtaient pas. Ils hurlaient et brandissaient leurs armes au-dessus de leur tête.

« Il faut se battre, sinon on y restera ! Remarqua Elric.
- Non, nous n’avons aucune chance ! Nous sommes désarmés Elric ! Nous ne devons pas nous mettre en danger comme cela, nous devons courir ! »

Le jeune homme obtempéra après quelques secondes de réflexion et se remit à courir, encore plus vite.
Après une dizaine de minute de course, les deux n’en pouvaient plus. À présent,dans les deux cas, ils y resteraient. Ils avaient épuisés toutes leurs forces.Leurs respirations étaient rauques et ils avaient de plus en plus de difficultés à respirer. Elric, inspiré par une forte dose d’adrénaline, crut tout d’abord qu’il leur restait une chance de s’en sortir s’ils leur faisaient face en combattant. Mais en apercevant les fantômes accourir à toute allure vers eux, avec des armes semblants pouvoir trancher n’importe quoi ; l’adrénaline qui coulait dans ses veines s’estompa et lui fit l’effet d’une douche glacée.Il reprit enfin ses esprits et se rendit enfin compte de la situation ;ils étaient fichus.
Il s’arrêta et fit face à leurs agresseurs.

« Ça ne sert à rien Cynnéléa, nous sommes fichus. Autant mourir dignement,tu ne crois pas ? L’interpela Elric.
- Je… Je… Non ! C’est impossible, tu dois suivre ton dest… Enfin, je veux dire, tu dois continuer ! Penses à Ellana, ce qu’elle attend de toi, ne voudrais-tu pas la retrouver après ce périple et lui montrer à quel point tu es digne ? »

Soudainement, il détacha son regard de ceux qui provoqueraient sa mort pour la fixer droit dans les yeux, puis il lâcha d’un ton froid.

« Je ne t’ai jamais parlé d’Ellana, ni mentionné son nom. »

Elle ne put répliquer, que les spectres étaient déjà sur eux. Un d’eux lança agilement une lance, destinée à percer Elric, mais d’un habile décalage du buste, il l’évita. Une flamme nouvelle s’était éclairée dans ses yeux quand il regardait Cynnéléa et c’était tout, sauf de l’affection.

Elle avait failli à sa tâche. Elle s’était prise elle-même dans ses mensonges. De plus, malgré le courage incomparable d’Elric et ses capacités au corps à corps, ils n’avaient absolument aucune chance d’en sortir vivants. Leur chemins’arrêtait là.
À moins que…
Non.
Elle ne pouvait pas.
Son Maître lui avait interdit formellement, sauf en cas d’extrême urgence. Auquel cas elle lui révélerait des informations qu’il ne devait pas savoir avant qu’il rencontre son Maître.
Elle avait déjà failli à sa tâche et ils allaient certainement mourir si elle ne faisait rien.
Elle regarda une dernière fois son compagnon se débattre contre une foule d’ectoplasmes avant de s’abandonner à sa métamorphose.

Tout d’abord, Elric n’en crut pas ses yeux. Le temps avait comme cessé d’avancer autour de lui, il avait l’impression de rêver.
Cynnéléa s’était laissée tomber à genoux et des spasmes violents avaient parcouru son corps entier. Ses yeux s’étaient révulsés et lorsqu’ils revinrent,ils étaient complètement rouges. Une sorte de tatouage à l’aura sombre et effrayante marquait sa joue droite. À la place de deux rangées de dents parfaitement blanches étaient apparues deux rangées de dents pointues comme des rasoirs. Des ailes, du moins ce qui ressemblaient à des ailes, étaient comme sorties de son dos et étaient complètement en feu. Une armure faite de métal brun et noir avait remplacé ses vêtements de peaux et de tissus et enfin, une lance faite d’un métal semblant incassable apparut dans sa main droite au bout du quel brûlait un feu ardent.
En rien il ne la reconnaissait.
Elle était devenue monstre.
Et lui moucheron.

Tout ce qu’il se passa ensuite, se passa trop vite pour qu’il le voie vraiment. Ses mouvements furent tellement rapides, qu’ils en devinrent flous. Elle décapita littéralement dix têtes de suite. Le reste, disparut en cendre ;touché par un éclair incandescent. En quelques secondes, ce qu’il crut être une mort certaine n’était plus rien. Tous tués par une seule et unique personne.
Si…
Il pouvait nommer ça une personne.

« … Voilà, tu sais tout Elric. »

Elle lui avait raconté tout, toutes ses questions silencieuses qui taraudaient sa tête depuis qu’il était arrivé ici. Encore après des explications, il avait du mal à assimiler les événements et révélations. Tout était trop rapide, trop compliqué.

« Attends, attends. Donc je résume ce que je comprends. Shield, est une planète divisée entre deux peuples. Les Alatis et les Vultures. Qui se mènent une guerre sans pitié depuis des millénaires. Selon les légendes, cette guerre est à l’origine d’une dispute entre les Dieux des deux peuples pour la Déesse Eve. Les Vultures, dont tu fais partie, ont la capacité de se transformer en une espèce de créature surpuissante, dont la force est augmentée selon ses origines mais aussi en fonction de la quantité de Tenae présente. Tout ce qui se passe pour l’instant n’est pas du hasard et tout est calculé depuis des siècles. J’ai un chemin à suivre et un destin à accomplir. Le Gouffre des Âmes Perdues dans lequel m’a jeté Alastar est bien un rituel, mais dans mon cas, c’est ma mort que voulait Alastar… »

Lorsqu’il finit son monologue, Elric se tut. Il fut lui-même étonné de ce qu’il avait retenu, même si certaines choses restaient floues et incomprises.

« Tu as bien résumé la chose, malgré que tu aies passé certains points, cependant c’est…
- J’ai juste une question, la coupa Elric, pourquoi tout ceci ? »

La jeune femme ne répondit pas tout de suite. Elle réfléchit à la réponse qu’elle devait lui donner. Après un instant, un sourire énigmatique empreint d’une profonde tristesse s’étendit sur ses lèvres fines.

« Tu le sauras bien assez tôt, Elric. Bien assez tôt… »

Alastar dormait. D’un sommeil agité, dont il sortirait trempé de sueur avec des questions pleins la tête.
Ce soir-là, il fit un rêve des plus étranges, des plus inattendus.

Il se trouvait très exactement dans le vide, un vide absolu. Un blanc immaculé, partout. Il se trouvait dans une autre dimension, dans un endroit inconnu.Malgré la situation, il était resté droit et fier. De son air imposant. Lorsqu’il vit s’approcher une silhouette, il la héla de façon grossière, qu’il regretta.

« Hé, toi ! Où sommes-nous ? »

N’ayant pas de réponse, il continua.

« Si tu ne réponds pas, je te tue, misérable ! »

C’est lorsqu’il se sentit pour la première fois de sa vie angoissé et oppressé qu’il comprit que là, ne se trouvait pas n’importe qui.
Apparu, sous sa forme originelle, un Dieu.

« Oh, mon Dieu, pardonnez-moi pour ma salutation si grossière ! S’exclama le monarque en s’agenouillant.
- Assez Alastar Shadaw, relève-toi scélérat et ne m’importune pas ainsi. Cela fait bien longtemps que tu as décidé de ne plus m’honorer que lorsque tu avais besoin de mon soutien. Mais je ne suis pas ici pour te blâmer de tes fautes quotidiennes… Crois-tu que je vais te laisser traiter de la sorte Makarya ?
- Mon dieu, je ne fais que mon devoir de…
- Tais-toi ! Ne m’interromps pas ! »

Le Dieu des Vultures fit quelques pas vers le souverain et le fixa d’un regard aussi froid que la mort.

« Il y a bien longtemps que tu as failli à ta tâche, Alastar Shadaw. Nous n’avions pas prévus de si grandes répercutions… Cependant… Tout n’est pas de ta faute, même si je te ferais porter volontiers le fardeau de tes erreurs. Leur rencontre était inévitable, c’était écrit depuis longtemps…
- Que voulez-vous dire, mon dieu ?
- Ne m’interromps pas, te dis-je ! S’exclama Daemon. »

Un instant, il sembla perdu dans ses pensées. Mais son regard revint vite sur le roi.

« Les Deux se rencontreront. L’Un partira, avec le Secret du monde entre ses mains. L’Autre reviendra et lorsque les regards des Deux se retrouveront,le destin de Shield sera scellé. Les Anciens reviendront et Apolyon se réveillera de son sommeil éternel. »

Le Dieu des Vultures, alors, disparut. Laissant Alastar se réveiller en sursaut. Avec un seul souvenir de son rêve en tête, un sombre horizon se préparait au loin.

0 0
Score : 3315
[HRP] Et c'est partis ! biggrin [HRP]

Elric regrettait , oui il regrettait d'avoir croisé ce regard bleu envoûtant cette nuit là. Si seulement il ne l'aurait jamais croisé , cette fille qui l'avait envoûter et qui lui avait fait perdre tout ses moyens. Il n'était plus maître de ses émotions... C'était Ellana , qui en était la dirigeante et qui pouvait les maniés à sa guise.

Oui , depuis ce fameux soir.

Mais les sentiments avaient pris le dessus... Et obstiné et têtu comme il l'était , il avait plonger droit dedans dans la gueule grande ouverte du loup. Qui maintenant était prête a le dévorer au moindre relâchement.

Dans les grottes sombres et humides , Cynnéléa devant lui menée la marche et lui , il la suivait , après tout il n'avait plus que ça à faire. Il était complètement déboussolé , sans repaire... Ce monde n'était pas le sien... C'était celui d'Ellana. Et soit disant Cynnéléa , il avait un grand destin à accomplir. Mais où cela allait-t-il le mené ?...

Un grand destin ? Dans un monde hostile et dangereux dont-il ne connaissait rien ? Mais pourquoi lui et pas quelqu'un d'autre ? Il n'avait rien fait... Jusqu'à ce qu'il découvre ce mystérieux livre où il avait vus pour la première fois Shield , devant ces yeux ébahis. Cette magnifique planète et mystérieuse dont il avait tant rêver , mais surtout de cette jeune femme aux longs cheveux de jais et aux yeux d'un bleu éclatant.

Pourquoi fallait-t-il que le destin s'acharne sur lui ?... A l'emmener dans des endroits aussi sombre que démoniaque , vers des peuples dont-il n'avait aucune existence , vers une planète regorgeant de monstre mais aussi... De merveille.

Elric avait était fasciné par Shield et il l'avait fait bien plus que ça... Il était tombé amoureux d'une Vulture , qui était la fille du Roi des Vultures.

Voilà où était sa faute... Mais il n'avait pas pu y échapper , car Ellana l'avait complètement hypnotisé...

Il était piégé , complètement fou , fou amoureux d'une femme aussi mystérieuse que séduisante , la voilà son erreur...

Il s'était laisser charmé.

Toujours en avançant dans les grottes sombres , Cynnéléa et Elric arrivèrent dans une grotte ou les parois était remplis de vers luisant , brillant à travers l'obscurité. Le lac qui s'étendait , était d'un bleu turquoise , sans aucune imperfection. C'était irréel , magique , comme si les étoiles recouvrait de leurs féeries , un lac aussi limpide que pur.

Bouche bée , Elric , en silence resta devant le lac , les yeux remplis d'émerveillement. C'était magnifique , divin.

Cynnéléa a ses côtés , ferma les yeux en humant l'air , avant de plonger dans l'eau du lac , sans prévenir.

Elric repris son air sérieux et s'approcha du lac pour la distinguer à travers l'eau , mais il ne la voyait pas. Aucune trace d'elle. Qu'est-ce qu'elle foutait encore ?...

- Cynnéléa ?! , demanda-t-il en criant.
- Tu cherche quelqu'un ? , lui répondit une voix grave et masculine.

Elric se redressa rapidement , pour apercevoir la personne qui venait de lui parler et il y découvrit un homme. D'une beauté stupéfiante. Il avait les cheveux bruns courts , des yeux gris argentés , le teint pâle et il devait faire deux têtes de plus qu'Elric. Vêtu d'un long manteau noir , avec un pantalon de la même couleur , des rangers noir au pied.

Ses pieds flotter sur l'eau et à chacun de ses pas , sa démarche était fluide , iréel. Comme s'il venait d'un autre monde , d'une autre dimension. Les traits de son visage était fins , ses oreilles légèrement pointues était ornés de piercing noirs. Sous le regard ahuris d'Elric , il croqua avidement dans sa pomme rouge sang et il put découvrir deux crocs blancs pointues comme des lames de rasoirs.

Un vulture ?... Non , ce n'était pas possible , les vultures n'avait pas le teint pâle... Et surtout aucun êtres vivants ne pouvait marcher sur l'eau.

- Qui êtes vous ? , demanda Elric , complètement abasourdis , par tout ce qu'il venait d'apprendre , mais surtout par l'homme qui se tenait face à lui , avec un sourire en coin.
- Oh tu sais... A vrai dire , je suis beaucoup de personne à la fois , on me donne aussi souvent de drôle de noms , répondit l'homme brun au yeux argentés , d'un éclat de rire qui résonna à travers toute la grotte.

Plusieurs noms ?... Beaucoup de personne à la fois ?... Bordel ! Il en avait marre des énigmes ! Depuis qu'il était arrivé ici , mensonge et secret avait était son quotidien , il exiger qu'ont lui doivent des réponses sérieuses !

- Bordel ! Vous êtes qui à la fin ?! , cria Elric , en relevant son visage vers l'homme... Mais il avait disparus.
- Elric Mettle... Personnellement... Je t'aurais imaginer légèrement plus grand , mais ta taille convient parfaitement pour le rôle qui te sera attribué , ricana l'homme.

Elric se tourna vers la source du bruit , sur sa droite et y découvrit l'homme , croquant dans sa pomme , assis sur un rocher. Comment avait-t-il fait ?... Aussi rapidement ! Ce mec n'était pas normal ! Et puis d'abord... Comment cet homme connaissait son nom ?!!

- Comment savez vous mon nom ? , demanda Elric , d'un air affolé , comme si tout lui échapper.
- Oh... C'est très simple Elric , je sais tout , repris l'homme , en apparaissant auprès d'Elric , tout en lui chuchotant à l'oreille.

Elric sentis son sang se glacer dans ses veines , cet homme était comme une ombre , une ombre rapide et dangereuse... Il devait rester sur ses gardes. L'homme au cheveux bruns , recula , avant de faire face à Elric , d'un air hautain , en le scrutant de haut en bas. Soudain , Elric vit l'homme jeter sa pomme dans les airs qui disparus aussi rapidement dans une petite fumée noir.

Cet homme... Il n'était pas comme les autres... Il était puissant...

- Tu a totalement raison , je suis l'être le plus puissant en ce bas monde , repris l'homme , avant de prendre en main le menton d'Elric et de rapprocher son visage du sien pour mieux observer ses yeux.

Il le sentis dans sa poigne. Cet homme n'était pas humain , ni vulture , ni comme les autres créatures qu'il avait pus apercevoir.

- Vert... Ces yeux... Tu lui ressemble comme deux gouttes d'eau , cracha le brun , d'un air dégoûté.
- De qui parler vous ? , souffla Elric , le coeur battant de peur.
- Tu le découvriras bien assez tôt... , lâcha l'homme en laissant son menton , Cynnéléa à surement du t'expliquer que tu va devenir une personne importante , n'est-ce pas , ma douce ? , fit l'homme d'une voix rauque en se tournant vers le lac.

Quelques secondes plus tard , Cynnéléa sortis sa tête de l'eau , ses cheveux turquoises mouillé était coiffé vers l'arrière et sa peau était recouverte d'écailles scintillantes. Quand elle s'approcha près du bord du lac , elle grimpa dessus et Elric put y découvrir une queue couverte d'écailles allant du bleu au vert pomme , dans un dégradé magnifique.

Elle était sublime et n'avait rien du monstre qu'il avait aperçus tout à l'heure. Ses lèvres aussi rouges qu'un fruit mur faisait ressortir son teint de porcelaine et ses yeux gris scintillaient d'espoir et aussi de regret...

- Cynnéléa t'accompagneras pour finir ce que tu a commencer... Tu dois apprendre et comprendre notre monde Elric , soit brave et fort , tout comme lui , lui répondit le brun , avant de se diriger vers le lac.
- Mais de qui parlez vous , bon sang ! J'en est marre de ces putains d'énigmes à la con , bordel ! , jura Elric tout haut.
- Notre monde aura bientôt besoin de toi , alors apprend à le connaître davantage , nous , nous reverrons , Elric , fit l'homme avant de disparaître dans une aura de fumée noire ténébreuse.
- BORDEL ! , hurla Elric , les yeux brillants.

Pourquoi est-ce qu'on ne répondait pas à ses questions ? Pourquoi il y avait autant de mystère autour de lui ? Pourquoi lui ?! Il n'avait rien à voir avec ce monde ! Mais depuis le début tout ça avait était planifié , depuis le début on s'était foutu de sa gueule !

Tout ça parce qu'il n'était qu'un putain d'étranger faible et qu'il ne savait rien !

Il sentis les larmes lui montaient au yeux et quelques secondes après , en silence , des larmes tomber le long de ses joues. Il sentis la présence de Cynnéléa l'envelopper dans ses bras et il craqua. Il passa ses mains autour du dos de celle qui l'avait protégée en serrant les pans de sa robe verte et éclata en sanglot.

Voilà maintenant qu'il se mettait à pleurer dans les bras d'une femme... Il était tombé bien bas , comme s'il n'avait plus aucune fierté. Mais après tout ces mensonges et ces secrets , il se sentait salis , souillé et sa fierté avait pratiquement disparus.

- Chut... Elric , je suis là... , lui murmura aux creux des oreilles Cynnéléa , d'une voix douce et chaleureuse.

Oui , après tout... Il pouvait compter sur elle...

-------------------------------------------

Quelques heures plus tard , quelque part dans le gouffre des âmes perdues.


Devant eux s'étendaient une plaine de roche rouge et noir , des pierres volcaniques. Au loin , ils pouvaient apercevoir plusieurs volcans , d'où descendait des ruisseaux de laves rougeoyantes , leurs chauffants déjà la peau. Elric n'avait jamais vus un tel lieu , sur sa planète d'origine.

Devant lui s'étendait...

Un champs de volcan aussi imposant que dangereux.

A SUIVRE...

Et n'oubliez pas de laisser un petit com ! Sa fait toujours plaisir ! tongue
 
0 0
Score : 1833

j'ai lu quelque part que d'écrire en gros "flash black" , sa tue l'histoire , et qu'il faudrait juste le précisé dans le flash black. Après j'ai juste lue ça , pas taper x.x.

Mais ça reste une bonne fiction !

0 0
Score : 171

Mmh, ok...

0 0
Réagir à ce sujet