FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

Le Coeur d'un Sacrieur

Par Cheshirekoe 07 Mars 2013 - 20:36:49

[HRP]

Bonjour a tous! je poste un mini BG pour deux sacrieurs que je joue depuis peut de temps... Bon, cest principalement sur Chai" mais je joue ausi Asahi IG. J'ecrit souvent de petites "nouvelle" sur mes personages Wakfu, mais je crois que c'est la premiere qui colle vraiment au BG d'Ankama xD Bon y'aura toujours des gens pour me dire que je suis une pata et que "des griffes de stasis c'est pas possible" ou "Ils ne peuvent pas avoir habité dans l'ambassade" ce n'est pas grave, j'accepte les critiques! Mais cette "nouvelle" est deja un gros effort pour moi pour tout ce qui est "respect du BG officiel" enfinb, j'espere que vous apprecirez ^^ !

Koe'

[HRP]

Le Cœur d'un Sacrieur
ou
L'Histoire de l'Eventreur

Chapitre 1
Notre rencontre
Je vie, je dort,je mange, comme vous en faite ! Mais alors,pourquoi... Pourquoi est-ce que je me sens si diffèrent ? Depuis si longtemps, j'ai ce sentiment... Je surveille les bouftouts de mon Grand-père, j'habite a Amakna,chez lui... Je ne sais pas pourquoi, qui et ou sont mes parents ? En faite je ne me suis jamais poser la question... Je suis assis devant le troupeau, devant la maison de mon grand père, sur la colline... Je suis assis sur un tonneaux... Je m’ennuie... un peut plus loin, en bas de la colline, il y a quelques chose qui attire mon regard, dans le ruisseau il y a quelques chose qui brille. Je m'approche pour voir ce que c'est... Une sorte de petit tube métallique percer de quelques trous, peut être une sorte de flûte ? Je la ramasse, j’essaie de souffler dedans pour confirmer mon hypothèse... Il en sort un son strident et affreux ! Ou e me suis trompé, ou je ne sais vraiment pas en jouer... J'entends une voix rigoler genntillement, une voix de fille, je relève la tête et c'est la que je la vois... Une Sacrieuse, j’appris plus tard qu'elle était un peut plus jeune que moi, elle était bonde, ses cheveux me rappellent les blés d'Amakna... Elle attache ses cheveux avec un bandeau bleu profond, le même bleu que ses vêtements, elle porte des sandales en bois... Elle sourit, me sourit-elle ? Ou bien se moque t'elle ? Les deux a la fois je crois... Mais ce n'est pas une vilaine moquerie, c'est sincère et amical...Elle prend la parole :

« Hum, ce n'est pas comme ça qu'on en joue... » elle me prend le petit tube des mains délicatement, elle le porte a ses lèvres et commence a en jouer , elle joue très bien, cette mélodie est belle... C'est comme si tout Amakna chantait ! La douce chaleur et les rayons du soleil font briller la chevelure de la scarieuse, ainsi que les blés des champs en bas de la colline... L’eau du ruisseau clapote et coule doucement,le ciel bleu,qui n'est caché par aucun nuages, se reflète sur l'eau claire,une petite brise chaude fait bouger l'herbe et des Tofu chantent gaiement autour. Elle s’arrête de jouer, et s’assoie sur une pierre a coté de moi,au bort du ruisseau..

« T-tu es douée... » dis-je, sûrement avec un peut maladroitement car elle esquisse un sourire :

« C'est normal, c'est la mienne, je l'avais fait tombé dans le ruisseau, je suis heureuse que quelqu'un l'ait trouvé, c'est un cadeau de mon père...Il a beaucoup de travaille et on voyage beaucoup,mais on n'a pas vraiment le temps de se voir... » Je remarque que son visage prend un air un peut triste, je prend la parole pour briser le vide :

« Ah ça explique pourquoi je ne t’aie jamais vu ici ! » elle me répond :

« Oui, j'habite a Astrub normalement, dans une grande maison, vielle et chaleureuse ! » Je la fixe, apparement elle est un peut gênée par mon manque d’excitation... Elle reprend la parole :

« Si tu veux, je demandrais a mon père de t'en faire une,pour te remercier » Elle dit cela en montrant la petite flûte.

« Oh oui ce serait bien ! Mais...Je ne crois pas être assez doué pour en posséder une » dis-je,un peut gêné...

« Oh ce n'est pas grave ! Je t'apprendrais ! » Elle répond avec beaucoup d’enthousiasme. J’entends une voix de l'autre coté du ruisseau :

« Asahi ! Viens ! » elle regarde vers l’arrière et réplique :

« Oui j'arrive ! » avant de se retourner vers moi

« Hum je dois y allé, on m'appelle... » elle commence a se lever mais je l'interpelle :

« Attends ! -elle s’arrête- Comment t'appelles-tu ? » Elle se tourne :

« Asahi ,et toi ? » Je réfléchis un peu puis dit :

« Ao, je m’appelles Ao » Elle sourie, puis elle traverse le ruisseau, ses sandales dans la main, elle va sûrement rejoindre son père... d'ailleurs moi aussi je dois retourner surveiller le troupeau, je remonte la colline, avec les notes de la musique d'Asahi dans la tête... Je me tourne, en regardant les champs, le village et le reste au loin, en bas de la colline, a l'horizon …. Je murmure:

« Au revoir Asahi »

Chapitre 2

Notre séparation


C'était il y a deux ans...On vivait heureux... Ao, pourquoi ? J'ai prit ton nom, on vivait ensemble dans l'ancienne maison de mon père... A Astrub, j'étais même enceinte ! Alors pourquoi...pourquoi m'as-tu laissé seule ? C'est allé si vite... C'était un beau jour d'été, un pareille que celui ou l'on s'était rencontré... Je te revois encore, allé ouvrir a la porte, t'es cheveux bruns mal coiffés, pied nus, torse nu, avec ton pantalon abîmer, ta peau blanche... Tu as ouvert la porte, il y avait quelqu'un, une eniripsa, je crois que c'était une fille de ton village natale, a Amakna. Je n’ai pas entendu ce qu'elle a dit... J'ai juste vu tes longue oreilles de sacrieur se relevées d'un coup, comme choquer, tu tremblais un peu, l'eniripsa s'est penchée en avant et avant de repartir elle a murmuré « Toutes mes condoléances » tu fermes la porte, puis tu vas t’asseoir sur un vieux banc, dans un coin de la maison , j'ai essayé plusieures fois de te parler, tu ne répondais pas. Je pose une fleur couleur vanille dans le vase a coté de toi... Puis je retourne a mes activités,un peut perplexe. Quand je reviens, je remarque que ton poing est ensanglanté, le vase est au sol en mille morceaux, c'est le vase que ma mère m'avait laisser, j'y tenais beaucoup, tu le savais. La fleur au sol n'était plus belle et blanche,elle était fanée et grise,elle s’effritait au sol. Je cours chercher un bandage, je me rapproche de ta main pour te le nouer, mais tu me pousse au sol.

« Il est mort ! Asahi ! Il est mort ! » Je comprends qu'il parle de son grand-père, qu'il avait laissé a Amakna quand il est venu s'installer Astrub avec moi, après la mort de mon père. Je le fixe, sans savoir quoi répondre.

« Je n'aurais jamais du le laisser... » Une larme coule sur sa joue. Pourquoi ? Pourquoi t'es tu énerver contre moi ? Toi au cœur si pur en Wakfu... Pourquoi est-ce arrivé ? C'est encore flou pour moi, même a l'heure actuelle... Je sais seulement que je me suis réveiller dans un lit qui n'était pas le mien, une voix me dit : « Vous avez eu de la chance de survivre,heureusement il a louper son coup, vous avez seulement une cote cassée ...Mais malheureusement, votre utérus a été endommager,ainsi que le bébé que vous portiez ;... Nous avons donc du vous le retirer » Apparemment, l'opération avait du coûter tout l'argent que nous avions mit de coté... Quand je suis rentrée a la maison, tu n'étais plus la. Avec ma cote cassée, il est devenu trop dur de travailler les champs, et donc de payer la taxe... Ils ont réquisitionner la maison, pour y construire une ambassade celle d'Amakna je crois... C'est comme ça que je finit a l'heure actuelle, je suis dans une rue, extrêmement malade, sans rien pour me guérir, j’apitoie quelques passants en jouant de la flûte, vu que c'est tout ce qu'il me reste... La déesse sacrieur m'a punie... Je n’ai plus rien...

Chapitre 3

La légende


Je n’ai pas de nom, ni de prénom, ni même d'age... Je n’ai pas d’identité... La question est : N'en ais-je pas ou bien...n'en ais-je plus ? Qui suis-je ? On ne m'appelle plus que Chairo no Rippa, ou L’Éventreur brun... Mon être se résume a une action : Éventrer... Je suis pourris jusqu'au fond, la stasis m'a envahie.. Enfin il reste sans doute un peut de wakfu au fond de moi... Le fait que je me pose ces questions le prouve..non ? La folie m'a prit... ou plutôt j'ai pris la folie...comment le savoir ? Je ne cesse de me poser des questions, avais-je une famille ? Un prénom ? Ais-je toujours été comme ça ? Diffèrent de vous ? Répondez a cette question,plutôt simple : Citez une personne que vous appréciez, n'importe qui, quelqu'un qui vous passe par la tête... C'est plutôt simple non ? Mais pourtant, je suis incapable d'y répondre … Je ne pourrais vous citer que des personnes que j'ai aimé éventrer, sans connaître leurs noms...Quel est ce cris et cette mélodie qui résonne dans mon crane sans arrêt ? Qui suis-je ? Me connaissez vous ? C'est simple, je suis l'éventreur brun, Chairo no Rippa,celui aux griffes de stasis.

Mais alors, pourquoi quand mon sourire s'affiche, une larme coule sur ma joue ?...
0 0
Réactions 2
Score : 797

C'est très sympa à lire continue comme cela malgré des fautes mais moi en tout ça je veux savoir la suite

0 0
Score : 731

Une suite? Pour être honnête je n'imaginais pas de suite à cette histoire, Mais,si ça plait tellement, je pourrais raconter des histoires sur l'éventreur , qui ce passe avant l'heure actuelle,divers meurtres comis par lui... Je pourrais faire ça oui... Après pour une réelle "suite" de l'histoire,il faut voir ca en jeu^^
( Car à la base Chairo et Asahi sont deux perso de RP IG)
Koe '

0 0
Réagir à ce sujet