FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

Les Chroniques d'Or Azur

Par Kahleeciel 02 Novembre 2012 - 22:47:51

[HRP] Totalement novice en la matière, c'est avec curiosité que je découvre Wakfu et l'univers des MMORPG. Et si le concept de RP m'était encore complètement inconnu il y a peu, je peux cependant affirmer qu'en terme de fanfic et d'écriture, je pratique depuis...oh, des années !^^Une passion comme une autre me direz-vous.

Bref, Or Azur est le tout premier personnage que j'ai incarné sur Wakfu. C'est à travers elle que vous découvrirez la Vague Vaudoo et ses membres. Guilde de pirates menés d'une main de maître par le malicieux Anth Ourloup, on y passe des heures à se fendre la poire. C'est à qui fera le meilleur jeu de mot ou se retrouvera dans la situation la plus rocambolesque. Or Azur a commencé avec eux au level 20. Aujourd'hui, elle frôle les 50 et ce, grâce à tous ces pirates qui ont su l’accepter auprès d'eux et qui la traînent à leur suite, de donjons en donjons ! Patients (une vraie noob je vous jure !), ils lui ont tout enseigné. Cette fanfic est avant tout un hommage à mes camarades. Merci à vous tous, pour votre humour, votre patience et votre sympathie ! [HRP]

Prélude

Jeune Xélor qui se cherche, Or Azur peut donner l'illusion d'être timide au premier abord.

Mais son tempérament bagarreur revient très vite au galop. Assoiffée d'aventures, elle trépigne souvent à l'entrée des donjons, en recrutant activement. Guère patiente, elle a tendance à foncer tête baissée, ce qui lui a bien souvent joué des tours. Mais peu lui importe de mourir tant que c'est avec honneur. Le temps ne lui est pas compté et elle remonte avec allégresse les aiguilles de sa vie. Toujours elle reviendra, bien décidée à finir ce qu'elle a commencé.

Récemment acceptée au sein d'une guilde, elle s'y est épanouie et a gagné en puissance. Elle ne s'aligne guère sur le plan de la force brute avec ses camarades, se téléportant à l'envie sur les heures de son cadran, pour éviter de se retrouver en première ligne. Son fidèle Sinistro remplit très bien ce rôle à sa place. Un peu sournoise, Or a cette manie de se glisser dans le dos de son adversaire pour lui subtiliser quelques PA et avec ses sorts de zone, se fait un devoir de nettoyer le plancher.

Enutrof dans l'âme, la demoiselle est très près de ses sous, économisant avec parcimonie chacun de ses Kamas durement gagné. Sa devise : "un sou est un sou !". Mais c'est avec plaisir qu'elle en met de côté dans le coffre commun, consciente que l'avenir de la Vague Vaudoo ne se fera pas qu'à coups de baston. Un jour qui sait, la Vague aura son propre Havre-Monde...
0 0
Réactions 390
Score : 22

HRP/

Hého Or !! Début fort sympatique, on attend le reste avec impatience !! Par contre, çi ce récit est ton BG tu devrait le mettre dans la section histoire et RP

Cordialement

Lear Renfield Sadida coincé dans une poupée

HRP/

0 0
Score : 503
Les Chroniques d'Or Azur - 1/ Xelor cherche compagnons...

L'incarnation, c'est déjà un sacré choc !Mais quand en plus on se retrouve à tataner des Chacha pour sauver la glue d'un Gélutin, ça vous laisse sur le carreau. On a à peine le temps de se mirer sous tous les angles pour voir à quoi on ressemble que déjà, on file des baffes ! Vraiment, ça commençait bien...

Aaaah, Incarnam. Depuis que je suis tombée (c'était donc une trappe sous mes pieds ?!) dans le Monde des Douze, il m'arrive parfois de regretter ce lieu enchanteur. Des petits bouftous qui bondissent de nuage en nuage, une famille de muloups complétement frappés, un Chaibon monté sur coussin péteur...et des wapins, des wapins partout !

J'ai horreur des wapins. Ca mange des cawottes et j'ai horreur des cawottes ! Sait-on jamais, ça risquerait de me rendre aimable...

Enfin, Incarnam ne va qu'un temps. Astrub,c'est mieux. Encore que, comme beaucoup, j'ai fait l'erreur de dire oui à Ullu et je me suis retrouvée devant l'affreux Ogrest. Je le soupçonne de m'avoir tuée rien qu'avec son haleine ! Quoi qu'il en soit, j'ai à peine eu le temps de voir les caries de ses molaires que j'étais retombée bien plus bas. Astrub,c'est décidément mieux.

Mais que de monde ! Et malgré tout, au milieu de tous ces petits incarnés, que je me sentais seule. J'avais besoin que quelqu'un me prenne par la main et me dise : "viens, c'est par là". Ayant un faible pour l'eau et les plages de sable fin, j'ai dirigé mes pas sans hésiter vers Sufokia. Au début, j'ai vraiment flippé. Il n'y avait personne.Même la taverne locale était vide !

Alors j'ai vu un livre. Un sacré gros pavé. Et dedans, un peu de la vie des pirates de la Vague Vaudoo. J'ai laissé mon CV (en fait non, j'ai supplié...) et je suis partie casser des cailloux,taper des pioux, me faire manger par les bouftous.

Et c'est en plein milieu de mes caillasseries que le capitaine est arrivé...
0 0
Score : 36

Encore!

0 0
Score : 503
Les Chroniques d'Or Azur - 2/ Entretien d'embauche à laTaverne du Pichon Chaud

J'usais donc ma pioche sur la caillasse quand le capitaine est arrivé.

Parlons-en de cette caillasse tiens. Toute entière à ma tâche, je m'interrogeais : à quoi bon m'échiner à casser du fer alors que la presse à Kamas n'était même pas en état de fonctionner ? Mais que faire d'autre ? Le village de Sufokia était vide. J'en venais presque à regretter de m'être fait citoyenne de cette nation. Ah certes, les plages de sable fin, les mers bleu azur, les cocotiers, tout y était. Mais où étaient les gens ?!!

Il ne serait pas donc pas exagéré d'affirmer que le capitaine Anth Ourloup était le premier être vivant que je rencontrais au village. Ce qui me frappa quand je le vis, c'était son chapeau à large bords, masquant à moitié son visage. Je distinguais à peine des yeux bleu en dessous et un sourire mutin. C'était un pirate, un vrai. D'un geste, il désigna la taverne. Je le suivis docilement et pris place à une table en face de lui. Il commanda deux pintes de lait de bambou. Je me contentais de fixer la mienne d'un air bovin.

J'avais l'impression de passer un entretien d'embauche (et c'était certainement le cas !). Le capitaine ressemblait d'avantage à un homme d'affaire qu'à un brigand flibustier. Il ne cessait de parler dans son coquillaudoo tout en me brieffant sur la Vague Vaudoo. J'en perdis vite le fil. Très vite, je compris que le capitaine était en plein recrutement.

Deux autres personnes firent alors leur entrée. Le premier était un Osamodas.Répondant au nom de Terenos, celui-ci m'offrit, en même temps qu'une ferme poignée de main, une pinte supplémentaire mais de bière d'Astrub cette fois. Je la descendis aussi sec. J'avais le trac, j'avais besoin d'un remontant. Et voilà t'y pas qu'un quatrième compère se pointait ! Je ne savais pas Sufokia surpeuplée à ce point !

Celui-là, je ne me souviens pas de son nom. Il s'agissait d'un autre postulant,un petit marin d'eau douce comme moi. Le pauvre était affublé d'un macabre couvre-chef. Aussi l'appelais-je "Tête de bouftou mort". Ce dernier fut pris de panique quand le capitaine et son matelot disparurent dans son havre-sac. Passablement anesthésiée par la bière et le lait de bambou, je le suivis en titubant jusque dans les bureaux du capitaine.

Nous retrouvâmes ce dernier en plein trafic avec l'Osamodas. L'alcool m'embrumait l'esprit mais il me sembla entendre parler d'armes, je n'étais pas sûre. Enfin, au moins étais-je au bon endroit. M'ayant remarqué, le capitaine m'invita à prendre place à son bureau. Il y déposa un épais volume relié de cuir (à moins que ce ne soit de la peau d'Eniripsa ? Erk !).

"Tiens, me dit-il, signe ici."

Je m'exécutais, fébrile. Je n'osais croire en ma chance. Là-dessus, il me remit un bandana que je nouais avec maladresse. Et enfin, il me donna un coquillaudoo. Le secouant, je le mis en marche. A cette heure de la matinée, aucun matelot n'était sur le pont. Le capitaine m'assura qu'il en serait autrement sitôt la nuit tombée. Je souris, soulagée d'être enfin connectée au reste du monde...enfin, de la nation.

J'avais signé, je faisais partie de la Vague, j'étais heureuse. Jusqu'à ce que le capitaine m'annonce qu'il n'avait plus de bateau... ... ... ... ...

Heureusement que j'avais bu.
 
0 0
Score : 36

Continue!

0 0
Score : 503
Les Chroniques d'Or Azur - 3/ Des pirates fiers de leurs couleurs ![/i]

[i]Passablement ivre, je mis un bon moment avant d'intégrer l'information. LeVagalame n'existait plus. Je soupçonnais cependant le capitaine d'avoir recycler certaines planches pour en faire la toiture de son repaire.

Un capitaine de bateau sans bateau mais avec un équipage, un vrai ! Et qui satura mon coquillaudoo d'appels sitôt la nuit tombée, comme je l'espérais.

Très vite, je fis la connaissance d'Alaixtorne Dalemore, la compagne du capitaine. Une guerrière redoutable avec une épée aussi grande que mon compas.Guère bavarde, elle maîtrise avec aisance l'attaque des "yeux revolvers". Son regard, froid et calculateur, m'impressionna dès notre première rencontre. Elle était le pendant de notre capitaine et ils se complétaient à merveille. Alaixtorne est sans arrêt en première ligne, capable de zigouiller quelques squelettes ambulants tout en battant le rappel des troupes. Avec elle, je me sentis très vite en sécurité. Nos chachas se lièrent d'amitié tandis que je parcourais les plaines de Brâkmar à la suite de la pirate. A ses côtés, je gagnais en force et en confiance. Je lui dois beaucoup et elle le sait. Car c'est grâce à elle que je me promène depuis avec une tête d'épouvantail dans tout Sufokia^^.

Terenos fit quelques apparitions au fur et à mesure que j'explorais les plages de Sufokia. Au terme de mon exploration avortée du Tofulailler (maudits piafs...), il me présenta son Gobgob. Curieuse bestiole bleue au regard doux mais capable de générer les invocations de son maître. Je soupçonne ce dernier d'avoir développé des prédispositions particulières pour la confection de meubles, l'ayant un jour surpris à déforester un carré entier de bananiers sur la route du nord.

Un membre bien particulier de l'équipage me tapa très vite dans l'oeil. Pour être tout à fait honnête, je le sentis arriver avant même de le voir. Quand il apparut aux côtés du capitaine, l'atmosphère fut à ce point chargée d’électricité que je sentis les bandelettes dans mes cheveux se hérisser sur mon crâne.
Khaltos, un Iop au caractère changeant, me mit très mal à l'aise dans un premier temps. Le capitaine me confia un jour et à demi-mot seulement, que le gaillard avait un passé des plus sombres. Il en avait bavé me semble-t-il.

Le nom d'un certain Winch revenait parfois dans leurs conversations. J'ai eu l'occasion de croiser la route de ce roublard. Et à la différence du parfait gentleman qu'était le capitaine,celui-ci s'avéra vite être un coureur de jupon, un mufle, un truand et un goujat de la pire espèce ! Récemment rentrée de voyage dans les mers coralliennes du sud, je ne perçus que quelques infimes échos quand au sort de ce roublard. Peu avant mon départ, il s'était passé quelque chose entre lui et le Iop. Ce soir, quand je reviendrais au sein de la Vague, il faudra que j'en apprenne un peu plus auprès de Khaltos.

En définitive, je m'attachais très vite au Iop, celui-ci sachant faire preuve de dévouement quand ses amis étaient dans le pétrin. Un gars attachant, séduisant même et étonnement bien moins tête de Iop que la plupart de ses congénères. Ah,et généreux de ses kamas avec ça ! Une qualité indéniable^^.

Ce qui m'amène à la rencontre en pointillé d'un dénommé Albynn. Eniripsa de son état, il me fit forte impression dès notre première rencontre. Comprenez-moi,le pauvre avait un kralamour sur la tête ! Attachant, Albynn semble timide et légèrement mal à l'aise en présence de certains membres de l'équipage. J'en appris un peu plus à son sujet dans le livre de bord du capitaine...et je compris vite pourquoi le pauvre Eniripsa tentait à ce point de cacher certaines cicatrices. Cela fait bien longtemps que je ne l'ai pas vu. J'espère qu'il va bien car je m'y suis attachée.

De nombreux autres matelots firent peu à peu leur apparition dans ma vie. Tous dotés de caractères et de tempéraments forts, je ne savais absolument pas où me mettre les premiers temps. Je demandais encore récemment l'autorisation de les accompagner à la taverne et osais à peine quémander leur aide pour venir à bout de donjons bien trop coriaces pour une jeune Xélor. Mais tous répondaient présents et surent me faire une petite place à leurs côtés. A moi dès lors de gagner la mienne et de leur prouver que, bien loin de m'aligner sur le plan de la force brute, ils ne regretteraient pas de me compter parmi leurs alliés grâce à mes sorts.

Et si mon long voyage dans les mers enchantées du sud ne me permit guère de gagner en puissance, il eut cet avantage indéniable de me donner envie de retrouver au plus vite la Vague Vaudoo. Et de venir grossir les rangs du raz-de-marée, qu'elle n'allait pas tarder à devenir.
 
0 0
Score : 36

Plus!

0 0
Score : 503
Les Chroniques d'Or Azur -4/ Les Ourloupitudes

Les jours passent et je fais sans cesse de nouvelles rencontres.

Récemment, j'ai eu l'occasion de parler chiffons avec Résie Stance. Cette sympathique Ecaflipette s'est spécialisée dans le dressage de puces ! Je n'avais encore jamais vu ça. Papy ne supporte pas de l'avoir trop près de lui quand elle les libère. J'ai fini par comprendre pourquoi, quand je le vis se transformer en...cet espèce de monstre à dents et à fourrure !

Ce cher Harry Cow...
/ça-y-est,vient de comprendre le jeu de mots...il était temps !/. Avec lui,c'est la Belle et la Bête. Super sympa soit dit en passant. On a passé de bons moments avec Alaix et lui à taper du scarafeuille sur les plaines de Brâkmar. On a vite sympathisé. Je l'appelle Papy. Il est calme, toujours, et réfléchit avant d'agir. La sagesse à l'état pur. J'ai beaucoup progressé avec lui aussi. Ensembles, nous avons foulé le sable des plages du mont Zinit. Bon, le vieux du fond n'a jamais voulu le laisser passer mais qu'importe, je sais qu'un jour,nous irons fracasser la reine Slek dans son repaire. Et Papy sera là.

J'en reviens à Résie. Je les aime bien ses puces moi ! Non mais c'est vrai, personne n'a idée du temps qu'elle a dû mettre pour les trouver et les dresser une à une ! Ah, les ingrats...

Et en parlant de puces...j'ai eu vent d'un certain Shapard Heur, une sorte d'indic de l'ombre du capitaine. Quelque obscur matou qui espionne et furette pour le compte de la Vague. A moins que ce ne soit pour le compte exclusif du capitaine ? Mmh...

Juste avant de partir en voyage, j'ai eu l'occasion d'assister à un entretien d'embauche dantesque. Un Eniripsa était en train de déposer son CV aux pieds du capitaine, quand ce dernier nous fit une fois de plus démonstration de son talent inégalé en terme de jeux de mots pourris mais Ô combien burlesques !


Rien que pour le plaisir, je réécoute certains passages que j'avais enregistré sur mon coquillaudoo :

Seth : Enchanté, moi c'est Seth !
Anth : Et moi, Huit !

Oui. Du Anth tout craché. Il venait à peine de commencer que j'étais déjà par terre à mourir de rire.

Anth : je tiens un magasin...
Moi : Sept à Huit !

Et me voyant en train de décéder lentement, les zygomatiques à l'agonie et le souffle coupé, il m'acheva d'un :

Anth : et elle c'est Neuf...Neuf Ala Coque.
Seth : et euh...mon histoire, ça n'intéresse personne ?

Je dus sortir en rampant, consciente que ma survie en dépendait. Ça me fait penser que je ne me suis toujours pas remise du tout premier jeu de mot du capitaine, peu de temps après mon accueil au sein de la Vague...

Khaltos (s'adressant à l'équipage réuni) : pas de stress !
Anth : Y a point S.

Bref.

Je donnais un nom à ces boutades toutes "Anthiennes"...les"ourloupitudes".

Mais comment fait Alaix pour survivre ? Quelle femme...

Un jour, au Rivage Steamulant, je vis que le capitaine était seul, bien planqué sur une passerelle de bois surplombant le vide.

"C'est le seul endroit où ces requins ne viendront pas" me dit-il.

Là, je lui dis au revoir. Je partais pour un long voyage dans les mers du sud et lui promis de lui ramener un souvenir. Il exigea plusieurs tonneaux de rhum.Je lui répondis qu'à moins de revenir avec une galère marchande, ce ne serait pas possible. Et là-dessus, je rajoutais que je ne pouvais pas non plus espérer qu'il me prête le Vagalame ! Cet idiot de bateau s'étant mis en tête de bien rester peinard au fin fond de la mer.

Tiens, j'y pense...Qui nous dit qu'ils n'ont pas coulé parce qu'il y avait une femme à bord ?... ... ...ça porte malheur ces machins là. Tout l'monde sait ça...hum.
 
0 0
Score : 36

Héhé je suis toujours là!

0 0
Score : 503
LesChroniques d’Or Azur – 5/ Les pourparlers

Cela fait presque un mois que j’ai rejoint la Vague Vaudoo.

Et en un mois, j’en ai vu des choses ! J’ai notamment été le témoin d’une alliance entre la Vague, la Milice Ecarlate et les Pirates Steamulants. Novice en terre de la piraterie, il m’a fallu compter sur la patience du capitaine pour comprendre de quoi il en retournait. Mais globalement, cette alliance ne sera qu’un triangle incomplet. Entre la Milice et les Steamulants, de vieilles rancœurs demeurent. Le nom de Xiangu revenait sans cesse dans les discussions.Je n’ai jamais rencontré ce Pandawa. Mais à la façon dont ses camarades en parlaient, je devinais qu’il comptait encore beaucoup à leurs yeux.

Le ton commençait à monter et à monter fort ! De toute urgence, le capitaine me demanda de creuser quelques tombes en prévoyance de l’imminence du combat.Et moi, au vu du nombre de protagonistes, je m’empressais de creuser une vaste fosse commune. Je fus déçue de voir qu’au final, elle ne servit à rien, à part à me cacher dedans. Le capitaine avait eu la bonne idée d’isoler les deux principaux antagonistes dans son havre-sac, histoire qu’ils puissent parlementer en paix. Les pourparlers chez les pirates, ça rigole pas !

Cette alliance perdure toujours. Pacte de non-agression et d’assistance en cas de problème. A l’origine, il s’agissait de mettre en place un vaste projet. Je n’en dirais pas plus, de peur que les murs ne tendent leurs oreilles opportunes. Ce projet, que j’appellerais le projet "R", ne verra pas le jour de sitôt. Nous n’en sommes encore qu’aux préparatifs. Nous sommes loin d’être prêts, mais…je me surprends encore à espérer qu’un jour peut-être, nous le mettrons en application.

Entretemps,nous avons rencontré un remarquable Steamer. Mash, talentueux mécano, nous a remis le Vagalame sur p…à flot !

Tiens,en parlant du navire…Je repense encore à notre première rencontre, avec le capitaine, lors de mon… "entretien d’embauche" pour que ’intègre la Vague. Je l’avais beaucoup fait rire en lui demandant des nouvelles de l’Amalgame ! J’étais pas peu fière de lui montrer qu’en qualité de candidate sérieuse et motivée, je m’étais dûment documentée ! L’Amalgame…enfin. A défaut de paraître sérieuse, je le fis bien rigoler.

Et depuis, mon caractère ne s’est guère arrangé. J’ai un bec grand comme ça voyez-vous. Avec mes amis et les amis de mes amis, je suis polie, gentille,serviable et tout. Mais qu’un quidam, peu importe sa puissance, me cherche seulement des noises, je te lui colle une diarrhée verbale dans la figure ! Par bravache, j’accepte volontiers les combats, duels et tout le toutim. A ce jour, j’en suis à…0 victoires !







Mais mes ennemis n’ont même pas le temps de cracher sur ma tombe que mon spectre leur balance des avoinées retentissantes ! Et je les poursuivrais jusqu’en enf…jusqu’à Brâkmar s’il le faut, par XELOR !!! 
0 0
Score : 12
*L'énutrof entre dans le havre-sac du Capitaine Ourloup*

- Harry Cow: Yoho ! ... Y'a quelqu'un ? Bougre de diou, toujours personne !

*Il entend un bruit sourd*

- boufton: Béééé !

*Il baisse son regard vers le bas en direction du boufton*

-
Harry Cow: Alors mon p'tit ! Tu me donne l'impression d'avoir faim ?

*Regarde le boufton frétiller de la queue*

- Harry Cow: Mais oui c'est bien ça ! Tiens un peu d'paille. Aïe ! Nom de diou ! C'est mon doigt, doucement voyons !

*Marmonne dans sa barbe*

- Harry Cow: V'là que j'parle à un boufton moi maintenant !

*Fait le tour du Havre-Sac à la recherche d'âmes qui vivent*

- Harry Cow: Qu'est-c'que ?

*Tombe sur un tas de paperasse posé sur une table basse et commence à lire*

- Harry Cow: Les chroniques d'Or Azur... Mais ?


*Commence la lecture avec attention*


- Harry Cow: Buahaha ! Pas mal celle la !


*Soupire*

- Harry Cow: Alala...Or, c'est tout toi ces chroniques. Reste la même.

*Repose le tas de feuille sur le bureau du Capitaine*


- Harry Cow: Ce devait sûrement lui être adressé.

*Repart du Havre-Sac avec un peu de baume au coeur* 
0 0
Score : 503
Les Chroniques d’Or Azur – 6/ Le Vagalame version 2.0 Gold Master édition Christmas !

Revenons à Mash…

Cela fait une éternité que je ne l’ai pas vu. La dernière fois que je l’ai aperçu, je l’ai surpris à monter deux réacteurs à Stasis à la poupe du Vagalame. Inquiète, je l’entendais marmonner dans son coquillaudoo, acquiesçant sans broncher à toutes les demandes du capitaine. Oui, oui, le Vagalame serait équipé d’une pizzeria, d’une salle de jeux avec billard, bowling et tireuse à bière et surtout, surtout, d’un blindage Steamer et d’un bouclier de protection. Vaguement inquiète, je lançais un regard nerveux au navire en chantier.

Couvert d’algues sur la moitié de sa proue et de ses gaillards avant, le navire paraissait scindé en deux. Encore noir de moisissure à l’avant, il était déséquilibré par les deux gros réacteurs et le blindage en métal que Mash mettait en place à l’arrière. Lentement mais sûrement, l’antique navire tout en bois noir se faisait digérer par un carcan de métal. Je n’osais demander si l’engin resterait à flot avec toute cette masse. Après tout, je n’y connais rien en termes de navire et de flottabilité…

Avec une petite pointe au cœur, je me demandais ce qu’il resterait de ce fier navire pirate /doit ressembler à un porte-avion maint’nant !!/
et détournais le regard. Alaix venait de me contacter. Elle me proposait de m’entraîner un peu. Ravie, j’acceptais. Je ne le savais pas encore, mais c’était la dernière fois que je voyais le Vagalame.

A ma décharge, je fus très occupée par la suite.

Sans arrêt sur le qui-vive, les mains prêtes à dégainer ses flingues et son grappin,la redoutable Alaix m’entraîna au Jardin Surlo, tondre à mort quelques bouftous et bouffettes enragés. Nous y fîmes la connaissance d’Anopse, sympathique Feca,novice elle aussi dans ce monde de brutes. On reste en contact depuis, se donnant mutuellement de nos nouvelles.

Nous en étions à tailler le bouftou royal en brochettes quand soudain, Alaix se figea, blême et le regard fixe. Inquiète, je remballais mes aiguilles.

« Alaix ?Un problème ?

-Winch…Il est à Astrub…avec Anth.

Je n’eus guère le temps de répondre que la voix laconique du capitaine retentit dans mon coquillaudoo. Très calme, il m’annonça que le roublard s’était introduit dans son bureau et avait récupéré le coquillaudoo que Anth lui avait retiré quelques jours plus tôt, l’ayant radié de la guilde.

Je n’avais rencontré qu’une seule fois le dénommé Winch. Le goujat m’avait sauté dessus et je ne dû mon salut qu’à l’intervention salutaire de ce cher Albynn.Et tandis que les garçons se crêpaient virilement le chignon, je courus me réfugier à l’autre bout des Dunes de Kane. Autant vous dire que quand j’entendis la voix nasillarde et lubrique du roublard, je n’en menais pas large.
0 0
Score : 36

Que dire si ce n'est encore!

0 0
Score : 503
Les Chroniques d’Or Azur – 7/ Winch Hexter…

Je ne m’étendrais guère sur le sujet, le maudit n’en mérite pas tant.

Ne sachant pas trop dans quoi je mettais les pieds, je suivais néanmoins Alaix jusqu’à Astrub, malgré la fatigue. Il était tard, je voulais dormir mais je me devais de rester solidaire avec la compagne du capitaine. Et je fis bien.

Tout du long du trajet -assez court vous en conviendrez- je me fis copieusement insulté par Winch. Virant très vite au rouge pivoine, je mis des heures à arriver à Astrub, m’arrêtant le plus souvent pour hurler des menaces de mort dans mon coquillaudoo.

Qui est Winch Hexter ?

Pour être honnête, je n'en sais rien. Quand j'en parle à Kal, celui-ci se renferme sur lui-même et semble brusquement insensible à tout ce qui l'entoure. Du peu que j'en sais, le roublard, autrefois camarade de baston de notre capitaine, avait participé à l’enlèvement de la femme de Kal. Radié récemment de la Vague pour cause de trahison, Winch semble être un tueur à gage ou quelque chose s'en approchant. Chasseur de prime ? Tortionnaire ? Infâme brigand ? Peut-être tout ça à la fois. On ne se connaissait absolument pas. Je refusais en effet de considérer notre premier et dernier contact comme une rencontre en bonne et dûe forme. L'homme sent le mal à plein nez, ça ne me plaît pas.

Essoufflée, je retrouvais Alaix qui tournait en rond dans l’espoir de dénicher le truand. Celui-ci s’était bien caché. On l’entendait nous narguer, c’était horripilant, mais on ne le voyait pas. Je croisais le capitaine dans l’auberge, le saluant tout juste, les bandelettes en pétard et les aiguilles dégainées. Très calme, Anth me fit signe, désignant une trappe sous mes pieds.


Qu’était-ce donc là ? Un tripot clandestin ? Je ne l’avais jamais vu ! Je sautais dedans à pieds joints.

Et faillis me faire découper par des cartes à jouer. Tranchantes et affûtées, elles lévitaient tout autour de Winch, prostré sur le sol. Non loin, Alaix aspergeait copieusement les murs du sous-sol avec son propre sang. Les mains coupées par les cartes, elle n’avait pas hésité à tenter de frapper le roublard malgré cet étrange bouclier. Impuissante, elle devait se contenter d’exterminer le roublard du regard, lui-même prisonnier de ce carcan. Je ne m’inquiétais pas pour elle, son attaque des "yeux revolvers" étant aussi efficace que sa grande épée.

Du coin de l’œil, j’aperçus l’Ecaflip responsable de ce bazar. Qui était-il ? Que faisait-il là ? Pourquoi avait-il coincé ainsi le roublard, nous empêchant par la même occasion, de le frapper à mort ? Je ne me souviens plus de son nom, imprononçable en plus de cela. Il avait une tête sympa mais refusait de se laisser caresser le crâne /un gros chacha !^^/, n’hésitant pas à montrer les crocs si jamais j’osais essayer.

Ce ne fut qu’à le demande de Anth que cet inconnu accepta de relâcher Winch. Je n’eus même pas le temps de lui planter une aiguille dans le derrière que le lâche s’envolait aussitôt. La suite fut dantesque. Alaix et moi courûmes en vain tout autour de la Taverne, perdant le roublard de vue au milieu de la masse d’aventuriers. Pervers, le vilain revint nous narguer, caché derrière un masque. Je le reconnus à l’odeur et le démasquais. Alaix le saucissonna avec sa chaîne et c’est avec joie que nous lui filâmes tour à tour des baffes retentissantes. Là-dessus arrivèrent d’autres pirates qui, bien entendu, se mêlèrent à notre "discussion".

C’était une soirée animée et rien ne me fit plus plaisir que la remarque de ce quidam : "Heureusement qu’il y a les pirates de Sufokia ! On ne s’ennuie jamais avec eux !". Ça, et la rouste monumentale que je fichais à Winch. Qu’il crève mille fois en enfers, le ventre ouvert et les tripes à l’envers !!!!!! 
0 0
Score : 302

Tu postes des chapitres un peu courts,mais c'est bien écrit donc c'est pas grave smile
La suite?

0 0
Score : 503

[HRP] Bonjour à toi Muledecogere. Merci pour ton post !^^Effectivement, mes chapitres sont courts, mais c'est voulu. Il ne faut pas prendre cette fanfic pour une fiction. Honnêtement, j'aurais dû mettre ces écrits dans la partie RP...

Il s'agit en réalité du carnet de bord de la jeune recrue qu'est Or Azur. De ce fait, chaque chronique est le résumé d'un ou de plusieurs jours passés auprès de ses camarades. Tout ce que tu liras est du vécu dans le jeu, rien n'est fictif !

De ce fait, chaque chronique étant assez courte, j'ai choisi de n'en poster qu'une à deux par jour grand maximum, histoire de tenir les quelques lecteurs que j'ai en haleine. L'avantage, c'est qu'il y en a tous les jours !^^

Donc, tant que la Vague vivra, les Chroniques vivront ! Et si tu me croises en jeu, ton nom risque d'apparaître dans de futures chroniques ! Alors attention les lecteurs, planquez-vous !^^ [HRP]

Les chroniques d’Or Azur – 8/ Mon geste désespéré…


Quand je me réveillais le lendemain, je crus que le cauchemar ne s’était pas terminé.

Toute la nuit durant, j’avais rêvé de l’horrible Winch Hexter et de ce qu’il avait sous-entendu à propos de Khaltos et moi. Car oui, ce n’était plus un secret pour personne, j’étais tombée amoureuse du Iop. Je le trouvais si beau, si fort, si valeureux…un vrai chevalier ! Avec le recul, je m’aperçois aujourd’hui qu’il s’agissait d’avantage d’un béguin que de sentiments sérieux. Je n’ai que 16 ans, Khaltos en a presque le double. Ce n’était pas sérieux.

Mais à l’époque, j’étais trop amoureuse pour y faire attention et de ce fait, je souffrais terriblement de ce que Winch pourrait découvrir de plus à ce sujet.

Aussi m’empressais-je de filer au repaire dès mon réveil. Là, sourde aux appels d’Alaix qui avait deviné que quelque chose se tramait, je m’enfermais dans mon havre-sac. Le capitaine tentant également de me faire entendre raison,j’arrachais le coquillaudoo accroché à mon oreille et le planquais sous mon oreiller, frappant dessus pour ne plus entendre les voix inquiètes de mes camarades.

En toute hâte, je réunis les quelques portraits que j’avais de Khaltos. Aaaaah, elle était chouette cette peinture, le représentant avec sa tenue Noke, les muscles saillants...Mais qu’importe, elle finit au feu avec toutes les autres, pressée que j’étais de faire disparaître ces preuves accablantes. Les larmes aux yeux, je regardais mon petit trésor s’envoler en cendre dans le lointain. Alaix et le capitaine étaient en route, Khaltos à moitié ivre sur leurs talons.

Et alors que j’affichais avec force un sourire qui se voulait épanoui, le Iop m’annonça que sa femme l’avait fichu à la porte. Ou qu’elle était morte. Qu’importe. Ce fut l’ultime coup de massue. Khaltos, marié ! En toute hâte, je rédigeais un testament que je jetais à la figure du capitaine, celui-ci ne me prenant pas au sérieux.

"JE M’EN VAIS ! criais-je.

-Pense à nous ramener du pain, répondit-il."

Le monstre.

Seule Alaix parut se soucier de moi. Et alors qu’elle me tendait une main compatissante, je me détournais et sautais sans hésiter à l’eau, disparaissant sous la surface…

On n’entendit plus parler de moi avant longtemps.

[HRP] J’avais besoin de faire les boutiiiiques ! Pardoooooon ! *s’agenouille en suppliant*

Ceci dit, les petites robes que je me suis achetée pendant que vous me cherchiez sur le net me vont à ra-vir !^^Poumpoum, pidooooou !^^

Ah, et n'oubliez pas : vous voulez lire la suite ? Laissez-moi un petit post. Même riquiqui, il me permet de séparer mes chapitres et de recueillir vos opinions. Alors n'hésitez pas, ne soyez pas timides^^. [HRP] 

0 0
Score : 36

Vivement la suite!

0 0
Score : 1868
[HRP] Salut les Wapins ! C'est votre Iop préféré et Roublard détesté qui vous dit b'soir :p. Azur continue comme ça, très beau style d'écriture, fluide et agréable. V'là, ma contribution au post, et surtout le retour dans la Vague de votre fidèle ennemi. [HRP]


O
uais, il avait voulu rendre visite à Anth. Ouais, il était pas là. Ouais, il s'était pas gêné pour fouiller, pour chercher des informations, tout ça. Il avait forcé les serrures, cherchant de nouvelles choses, des informations sur les membres. Enfin ! Un foulard aux couleurs de la Vague. Et un joli petit coquillage, qu'il mit comme pendentif. Dans l'ombre du bureau, il jubilait, se préparant à mener un autre de ses sales coups. Il remit tout en place, grandement satisfait, et se tourna vers le tas de paperasses sur un bureau. Mises en évidence. Le Roublard s'avança lentement, souriant. Il sortait de l'ombre.

Il n'est ni grand ni petit, affublé d'un foulard noir lui recouvrant le visage, laissant seulement sa bouche fendue d'un sourire et sa barbe dépasser. Son corps maigre était recouvert par un gilet aux manches arrachées, celui-ci déchiré en son milieu pour laisser voir son torse. Deux yeux tatoués dessus, pleurant chacun trois larmes. Une cicatrice tout fraîche lui creusait la gorge, ainsi qu'une grosse balafre sur l'abdomen. Un pantalon déchiré, une cape en fourrure, son étui, et son bras-canon toujours greffé.
Wïnch Hexter, lui même, du sang lui perlant encore sur le menton, seché, vestige de coups encore reçus.

Il attrapa la paperasse, et se mit à lire. Les Chroniques d'Or Azur. Il éclatait de rire, il n'en pouvait plus, les passages sur Khaltos le renversant de rire face à l'amour de la Xélor, ceux sur Anth ravivant en lui de bons souvenirs, ceux sur lui même, le rendant fier. Il glissa le tout dans un tiroir pour faire un peu peur à Azur qui devra chercher un peu, puis il attrapa un parchemin, et une plume qu'il trempa dans l'encrier posé sur le bureau.

" Ma chère Vague, ma chère Azur, mes chers compatriotes ! C'est Wïnch Hexter.

Que de joie que de lire ces lignes ! J'en suis tout émoustillé. Je pense me rendre chez toi Azur, te montrer ce qu'un homme peut offrir à une jeune fille ! Aaaaaaah, c'beau l'amour ! Mignon p'tit couple avec l'Iop écervelé, même s'il est un peu vieux.

Bon je vais être sérieux, oublie Khaltos ! Il pense encore trop à sa petite femme. Bien sûr, il l'aime toujours, même si elle est morte. Roh, j'te vois bien t'énerver devant mon p'tit mot. J'ai d'quoi rester avec vous maintenant, j'vous ai volé quelques trucs. J'vais faire une petite pub' pour la Vague moi ! Tiens, Azur, j'dirais qu'j'suis ton père ... Ça va te plaire. Papa Wïnch hiz baque les pioutes.

T'nez vous bien, j'vais faire bouger l'équipage comme avant, quand j'mettais un joyeux bordel ! "

Il reposa le tout sur le bureau, puis se redressa vivement, ne voulant pas se faire surprendre ici à cette heure tardive, et se traîna vers la sortie en sifflotant, main dans la poche, bras-canon vers le sol. Il jubilait. Il allait foutre un joyeux bordel.

 
0 0
Score : 503

[HRP] Pour les braves joueurs qui ont suivi le délire en question de l’autre soir (merci à tous, je n’avais pas ri comme ça depuis longtemps ! Arona, Harry, le coup du phare c’était…c’était tout simplement génial, j’ai failli m’étouffer de rire^^), ce passage se situe juste avant ma déconnexion. Alors qu’Or regagnait péniblement le repaire… [HRP]

Epuisée,trempée, j’entrais avec précipitation dans la havre-sac du capitaine.

Pétrifiée, je me figeais sur le palier. Il était impossible que Winch ne soit pas passé par là. Il avait vu mes chroniques sur le bureau de Anth. Il était donc ici, dans ce sac, il y a peu de temps encore. De ce fait, je m’attendais à découvrir un véritable saccage des locaux. Au lieu de quoi, tout semblait en ordre. J’en venais à douter de mon intuition quand je vis dans un coin, le petit boufton apprivoisé du capitaine. La pauvre bête tremblait tant de peur qu’elle manquait de s’envoler.

Le cœur battant la chamade, je me précipitais sur le bureau. Aussitôt, je me mis à fouiller frénétiquement, à la recherche de mes chroniques. Par mégarde, je fis voler de nombreux parchemins. Et si Tea Time, mon chacha, n’avait pas entrepris d’en réduire quelques uns en miette, j’aurais certainement manqué le message qu’avait laissé Winch.

Les mains tremblantes, je dus m’assoir, sous le coup de l’émotion. Je n’avais encore jamais vu l’écriture du roublard. Encore une fois, je m’attendais à quelque chose de sec et de saccadé. Au lieu de quoi, les lettres étaient toutes bien dessinées. Je dus relire la missive au moins trois fois avant d’en intégrer le message.

Et outre les quelques propositions graveleuses du démon qui me firent bondir dans tous les sens, je perçus l’imminence d’une terrible menace. Winch Hexter était de retour. Et la Vague avait du souci à se faire. Il devenait urgent que le capitaine revienne car lui seul était en mesure de canaliser le brigand.

Remettant bien en évidence le parchemin sur le bureau du capitaine, je décidais de repartir à la recherche de mes chroniques.

Si je ne les retrouvais pas très vite, il me serait impossible de raconter comment j’en étais venue à tenter de porter secours à Albynn, torturé et retenu contre son grès, par le fourbe roublard…

[HRP] Kal, merci pour ce post ! Tu écris toujours aussi bien, c’est un vrai plaisir que de te lire. Cependant, il me semble que tu devrais prendre un peu plus soin de ce pauvre Winch. Il ne va bientôt plus lui rester que la peau sur les os et une collection pas possible de cicatrices ! Ménage-le, je pressens qu’Or et lui n’ont pas fini de se tirer…par la barbichette !^^ [HRP] 

0 0
Réagir à ce sujet