FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

Autre création du concours d'Halouine

Par soldetinconnu 01 Novembre 2012 - 22:42:35

Bonsoir,

Histoire de ne pas l'avoir écrite pour rien je vous fais partager mon texte du concours.

Halouine

Cela faisait quelques jours que je venais de m’installer en Amakna.J’avais loué une maison dans le centre-ville de la Route Croustillante .J’étais ce que l’on pouvait appeler un nouvel arrivant. Mon peuple avait refait surface il y a peu, le Monde des Douze découvrait notre culture. Nous les Steamers faisions l’actualité en ce mois d’Octolliard.

Il été six heures du matin, je venais de me réveiller,j’étais encore allonger dans mon lit. Ma chambre été assez grande (comparé à notre vie sous l’eau ou nous étions à l’étroit). Je n’avais pas encore complétement emménagé et puis il faut dire que je n’avais pas beaucoup d’affaire personnelle. J’avais commencé à acheter quelques décorations histoire d’égayer un peu mon nouveau lieu de vie mais elles trainer encore sur le plancher. Je n’avais pas eu le temps de les installer. En me levant précipitamment je fis tomber mon Tourtobot (qui m’accompagne depuis mon enfance)et aussi mon gélutin que l’on m’avait offert comme le veut la coutume pour un nouvel arrivant. Ils me jetèrent un regard noir puis remontèrent sur le lit pour se rendormir. Je descendis au rez -de- chaussé pour me préparer et surtout pour aller explorer les alentours de la cité. Au moment où je passai devant une des fenêtres de la maison, quelque chose m’interpella. Je décalai discrètement les rideaux.

Il y avait énormément de monde qui s’activait dans la rue,beaucoup plus que d’habitude. Je n’y prêtai pas plus d’attention. Vingt minutes plus tard j’été fin prêt pour cette journée. Je sortis de chez moi et au moment de refermer la porte deux bruits distincts que je connaissais bien m’arrêtèrent.Évidement mes deux familiers en avait profité pour passer en douce sans que je m’en aperçoive.

« -C’est bon vous avez gagné, vous pouvez venir avec moi dis-je en souriant.

Au cours de la traversé de la ville, quelque chose m’intrigua. Beaucoup de maisons avaient une citwouille sur le bord de la fenêtre et de fausse araknes y pendait quelquefois juste à côté d’arakne bien vivante surprise de voir des copies inanimées. Au fur et à mesure de mon avancé j’apercevais même des squelettes de Chafer éclairé par des bougies. Je ne savais pas ce qu’il se passé dans cette ville si paisible auparavant. Est-ce une nouvelle mode ? Sont-ils devenus fous ? Cela commencé a légèrement m’effrayer. J’accélérai le pas. Mes deux familiers tremblaient de peur et me coller de près.

Une fois arrivé à la sortie de la ville je me sentais déjà mieux. Les Bouftous dormaient paisiblement. Une merveilleuse journée allé commencer. J’avais décidé de consacrer ma matinée à récolter quelques ressources. Je me dirigeai vers la forêt pour trouver de quoi chauffer la maison ce soir. J’aperçu un frêne, malheureusement pour lui je sortis une hache de mon havre sac et commença à le couper. Au bout d’une vingtaine de coup, il céda et s’effondra dans un grand fracas qui fit s’envoler quelque Corbacs.D’ailleurs que faisaient des Corbacs par ici ? Cette journée été bizarre mais cela n’inquiétait guère plus mes fidèles compagnons qui s’amusait commedes petits fous dans cette foret. Au cours de la matinée j’avais réussi àrécolter différentes ressources : bois, cuivre ou même quelque feuille de menthe. Mon havre sac été bien rempli. Vers midi je m’accordai une pause.J’avais acheté de quoi manger a un marchand itinérant pour le gélutin vu que pour moi cela été inutile. C’est une des choses que je regrette le plus depuis mon amélioration, ma transformation. Certes cela nous rendait plus fort mais chaque jour qui passe me faisait regretter un peu plus ce choix. Etait-il vraiment nécessaire de faire cela ? Alors que je réfléchissais à cela je n’avais pas vu que le gélutin mangeait déjà l’argile que je lui avais achetée.Mon Tourtobot le regardais avec envie et je le comprenais cela faisait plusieurs années que je n’avais rien mangé.Je me souvenais dans mon enfance des saveurs des plats, de leur gout, tout cela j’avais fait une croix dessus. Je restai couché dans l’herbe le reste de la journée et repensa a divers souvenirs.

Vers dix-huit heures il été temps de rentrer à la maison.Lorsque je passai devant les Bouftous, je les voyais encore endormi. Cela me paraissait bizarre, je m’approchai donc des Bouftous et remarqua qu’il n’été pas endormi mais dans un état second. Ils devaient sans doute être malades.Avant de rentrer, je fis un tour à la boulangerie afin d’acheter du pain pour le lendemain au cas où je rencontrerais des aventuriers mal en point. En ouvrant la porte, je vis la boulangère et engagea la conversation.

« -Bonsoir, dis-je.

-Bonsoir, me répondis-t-elle dans un ricanement à en glacer le sang

Me voyant effrayé par son rire, elle reprit sa voix naturelle.

-Désolé, je ne voulais pas vous effrayé, lança-t-elle.

-Ce n’est rien, j’aimerais acheter du pain, que me proposez-vous ?

-Justement cette semaine j’ai conçu énormément de paintwouille.

Me voyant perplexe elle continua son explication.

-Il s’agit de pain mélangé avec de la citwouille,expliqua-t-elle.

-D’accord, répondis-je en connaissance de cause, mettez moi en deux s’il vous plait.

Elle me demanda un Kama en échange de ces pains, Kama que je luis tendis puis on sa salua mutuellement et je partis. Sur le trajet je me demandais ce qu’ils avaient tous avec la citwouille en ce mois d’Octolliard.Une fois chez moi, je pris le journal qui été posé devant ma porte j’entrai et m’asseyais dans mon fauteuil mes deux familiers sur les genoux. Un article de la gazette d’Amakna écrit par un certain Alou Ine racontait que depuis quelque temps des gens disparaissaient sans raison et que l’on ne les retrouvait jamais. Une interview du Gouverneur actuel D’Amakna qui appelait la population à rester calme concluait cet article. Fatigué par la journée je m’endormis sans m’en rendre compte sur le fauteuil.

Le lendemain je me levai vers dix heures du matin. J’avais complétement oublié mes familiers sur les genoux et lorsque je me levai ils tombèrent cette fois ci de ce même fauteuil. Ils me jetèrent à nouveau un regard noir et montèrent l’étage surement pour dormir tranquillement sur mon lit. Une heure plus tard, mes familiers descendirent de la chambre, pendant ce temps j’avais continué à aménager mon intérieur. Il ressemblait de plus en plus à ce dont j’aspirais. En jetant un coup d’œil à la fenêtre je m’aperçus que la rue été déserte comparé à hier. Cela me paraissait étrange, j’ouvris la porte et scruta la rue. Il n’y avait pas un Chacha comme disait un proverbe local. La brume été tombé sur la ville.A présent ce lieu donner la chair de poule. Il faisait très sombre, seules les bougies des citwouilles éclairées la rue. Cette fois ci mes deux familiers n’avaient pas tenté de ruser pour sortir, ils été recroquevillés sous la table du salon. Cela me fit sourire.

Je sortis seul donc, je me dirigeai vers la place du village ; personne, il y avait personne, la ville était déserte. Un bruit me fit sursauter mais je ne voyais pas d’où il venait.

« Il y a quelqu’un ?hurlais-je pour me rassurer.

Personne ne répondit. Je me suis dit qu’il été tous parti quelque part. Apeuré, je retournai chez moi et j’y passai le reste de la journée dans un silence total.

Vers dix-huit heures, j’entendis des bribes de voix, je sortis précipitamment pour voir ces personnes et la ma surprise fut grande. Un groupe de monstres frappé a une porte. Il y avait un Corbac, un Chafer, une Gargouille et une Arakne. Mais le plus bizarre c’été leur taille, ils devaient mesurer plus d’un mètre et demi. Et finalement la porte s’ouvrit. Un Féca ouvrit la porte, il allait se faire massacrer le pauvre. Ils commencèrent à parler. Je tendis l’oreille. « ……… ou un sort .Je n’avais entendu que la fin de la phrase et compris que les monstres pouvaient parler.Soudainement, l’homme leur tendit quelque chose que je ne pouvais voir et les monstres s’en allèrent vers une autre maison. Qu’avait fais l’homme pour les faire fuir ?

Sans réfléchir, je m’élançai en courant dans la rue pour voir si toute la ville été désert. Je passais de loin devant le troupeau de Bouftous malade de la veille et lorsque je vis ce qu’il leur été arrivé, je trébuchai et m’étala de tout mon long dans la boue. Je me relevai et m’approcha prudemment tout en restant assez loin. Les Bouftous étaient à moitié transformer en citwouille. L’horreur, j’étais terrifié, que faire ? Quitter la ville ? Trouver des survivants ? Je devais fuir et me cacher dans la forêt.Je retournai chez moi, pris mon havre sac et demanda à mes familiers de me suivre.Ont été tous les trois mort de peur. Je courais le plus vite possible suivi de mes familiers et cette fois ci en plein milieu de la place se tenait un homme.Je devais le sauver. Je me précipitai vers lui et à peine arrivé il se retourna et hurla puis commença à se diriger vers moi en courant aussi. Il devait être infecté ou je ne sais quoi d’autre. Je fis marche arrière mais il été trop tard il me rattrapa .Il m’agrippa le bras, sous le poids on tomba dans la même flaque de boue que cinq minutes auparavant. J’ai cru que j’allais mourir.

Mais à la place de me tuer, cet homme (un Enutrof) enleva une sorte de costume et commença à rire.

« -Ah ! Ah ! Ah ! ça faisait bien longtemps que je ne m’étais pas autant amusé.

-Amusé ? Dis-je, la moitié de la ville a disparu, les Bouftous sont devenu des monstres et d’autres monstres errent dans la ville.L’homme me regarda d’un air surpris, surement en train de se demander si j’étais fou.

-Mais non, jeune homme, aujourd’hui c’est Halouine, tout le monde s’est rassembler à l’extérieur de la ville pour fêter ça comme il se doit.

-Une fête ?dis-je d’un air étonné. L’homme me dévisagea.

-Ah mais vous êtes un Steamer vous ne connaissez peut être pas la tradition. Je vais vous expliquez sur le chemin. Allons-y.

Au bout d’une dizaine de minute de marche on arriva dans un lieu où été regroupé la quasi-totalité du village. Ils été tous déguisé comme le veut la tradition et grâce au récit du vieil homme je comprenais à présent beaucoup mieux les incidents de la soirée comme les enfants déguisés en monstres pour demander des friandises aux personnes ou encore l’article bidon de la gazette pour lancer officiellement Halouine mais une dernière question me trottait en tête.

« Mais les Bouftous dans cette histoire pourquoi sont-il comme ça ?demandais je.

-Ah bah ça je n’ai pas de réponse, depuis toujours à la période d’Halouine ils sont frappés par cette transformation. Mais oublions tout cela et allons-nous amusez avec les autres .

Les villageois m’accueillirent sans trop de problèmes malgré le fait que je sois arrivé assez récemment. La fête dura jusqu’au petit matin.Pour un premier Halouine on pourra dire qu’il fut très spécial pour moi, entre la peur du début et la joie de la fin cela fut très contrasté mais heureusement pour moi toute cette aventure se finit plutôt bien dans l’ensemble.

Ah oui ! J’oubliais , Joyeux Halouine a tous !

0 0
Réactions 1
Score : 427

c'est trop bien j'ai adorésmile 

0 0
Réagir à ce sujet