FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

L'histoire oubliée

Par Moonlight-C 30 Septembre 2012 - 14:55:38

Bien le bonjour à toutes et à tous !

Passionnée de fanfics et ayant un petit scénario me trottant dans la tête depuis un moment, il me semblait bien de le mettre sur papier.

Donc voilà, ceci est ma toute première fanfiction. J'espère qu'elle vous plaira, et si vous avez des conseils pour me permettre de l'améliorer, je suis prête à tout recevoir !
Je ne veux pas vous donner de faux espoirs (si c'en sont) et fixer un nombre de chapitre à l'avance, car comme vous, je ne sais pas encore comment cela se passera ! wink

Bonne lecture !
_______

۞ Prologue ۞

Qui suis-je ? … Je ne sais plus. Toutes ces années de guerre m'ont privée de mon humanité. Plus qu'une seule chose compte : tuer, exterminer. A cause d'eux je suis devenue un monstre assoiffé de sang capable d'exécuter les ordres les plus inhumains, les plus cruels. Mais ils vont me le payer... Oui...

Ce journal sera peut-être la seule trace de mon existence. L'unique objet qui me rappelle que j'ai un jour été humaine... même si cela n'a guère duré longtemps. Je prierais pour que quelqu'un retrouve ce carnet. Peu m'importe qui ce sera. Peu m'importe quand ce sera. Tout ce qui compte, c'est que j'existe à nouveau dans la mémoire de quelqu'un. Et je me vengerais... Xélor m'en soit témoin !

۞ Chapitre premier : Le mystérieux carnet ۞


Brâkmar par une nuit pluvieuse. Le sommeil emporte un à un les habitants de la cité obscure vers le monde des songes. Deux ombrent filent entre les murs de la ville endormie. Agiles et silencieuses, elles se dissimulent dans l'ombre des ruelles et jouent à éviter les gouttes de pluie. Personne ne peut les voir. Une porte s'ouvrit en grinçant, troublant le silence de l'obscurité. Les deux silhouettes d'y engouffrèrent, puis la porte se referma.

Le bruit d'une allumette qu'on craque se fit entendre, puis la lumière réconfortante d'un âtre emplit la pièce.

Une des deux personnes retire sa longue cape noire trempée et l'étend devant la cheminée.

Âgée d'à peine 17 ans, Amy Zibble est une fière disciple du dieu Sram. Sa peau blanche contraste avec la couleur d'ébène de ses cheveux qu'elle attache en une courte tresse, avec sur le sommet de sa tête un crâne typiquement sram. Les flammes du brasier dansent dans ses yeux d'un rouge profond, la seule partie visible de son visage car son nez et sa bouche sont masqués. Malgré le froid de la nuit, elle porte un bustier noir à motifs rouges et un short assorti. Ses bras sont couverts par des mitaines lui montant jusqu'aux épaules et ses jambes quant à elles par des jambières qui s'arrêtent à mi-cuisse.

Son acolyte s'approche de l'âtre et s'assoit à la table où la jeune fille avait déjà pris place.

A la lueur des flammes, Klark Koy - tel est son nom - se révèle être un Crâ à la peau mate et au regard couleur d'acier. Bien qu'il n'ait que 19 ans, ses cheveux sont blancs et longs, une mèche retombe sur son œil droit, et il les attaches en une queue de cheval. Il porte une tenue crâ noire ainsi que des épaulettes rouges ainsi qu'une ceinture et des protèges-tibias assortis. Son arc immense et richement orné est accroché dans son dos.

_ Amy, tu crois vraiment que c'était une bonne idée ? s'enquit Klark.

Sur la table, le Crâ vient de poser un étrange carnet de cuir sombre à l'air très ancien dont les dorures de la couverture scintillent à la lumière de la cheminée. Le titre était dans une langue qui leur était inconnue.

_T'inquiète pas ! lui répondit la Sramette. Je sais que c'est pas bien d'aller faire un tour dans les archives en pleine nuit, mais on a croisé personne, ç'aurait pu être pire !
_ C'est ça... on était censés chercher de nouveaux sorts dans les grimoires des archives, et on revient avec ce carnet qui tombe en poussière. Comment ça se fait que tu ais insisté pour qu'on reparte avec ?

Amy eut un regard absent.

_ Je sais pas trop en fait. Il m'attirait, fit-elle en haussant les épaules. C'est comme si quelque chose ou quelqu'un me disait de le prendre...
_ Bon, ben maintenant qu'il est là, autant l'ouvrir...

La Sramette acquiesça.

Mais les deux jeunes gens ne se doutaient pas que cette nuit-là leur destin serait changé à jamais.

0 0
Réactions 3
Score : 2100

Bah pour une première fic', c'est très bien fait smile
Je ne dis rien de constructif pour le moment puisqu'on est pas encore entré dans le feu de l'action, mais voilà, continue ! smile

-LMS-

0 0
Score : 410

Plop. Oui, je sais, j'ai disparu pendant 3 plombes XD
Mais me revoilà, et décidé à faire une belle critique avant de re-disparaître.
Ah, mais je te connais toi. Je t'ai déjà vue sur les fans-arts, ça fait plaisir de te voir ici =D

Ben.. Moi aussi, tu m'as peut-être déjà vue. J'aime bien venir critiquer les fic's et poster les miennes.

Bon, plutôt que baratiner, je ferais mieux de me mettre au boulot XD

__________________
"m'ont privé de mon humanité"
Lisant la suite, je vois que c'est une fille. C'est donc: "m'ont privée".
"dissimulent....s'ouvrit".
Joli changement de temps. A moins que l'emploi du présent d'actualité soit volontaire.
Sauf qu'après, y a de nouveau un retour au présent ^^

"Bien qu'il n'aie"
Qu'il n'ait.
"Cheveux blonds:longs ...dont une mèche..."
C'est maladroit comme phrase. Marque un temps d'arrêt entre les deux =D

"t'inquiètes pas"
Pas de "s", on est à l'impératif^^

"aies"
Ais.

------------------
Voilà ='3

J'aime bien, le thème est très classique (je veux dire par là la fille qui devient psychopathe et les ombres qui se baladent partout XD)

Bonne chance pour la suite, et MERCI pour ton orthographe presque parfait ='33

0 0
Score : 4231
-LMS- : Merci ! =D
Snoopy196 : Oui, le présent du début est volontaire, mais je ne suis pas vraiment au point au niveau des temps...
J'ai corrigé les fautes aussi ! Merci beaucoup ! =D

/!\ Ce chapitre sera peut-être modifié /!\
_______

۞ Chapitre deuxième : Vers un autre monde ۞

La disciple de Sram fit glisser le carnet vers elle. Klark vint derrière Amy pour pouvoir lire en même temps qu'elle.

Au moment où Amy toucha la couverture, les lettres inconnues du titre du carnet se mirent à briller de plus en plus fort. Comme poussée par une force invisible la jeune fille ouvrit le carnet sans se soucier des glyphes.
Soudain, une éclatante lumière jaillit du livre. La surprise du couple céda à l'effroi quand la lumière devenue aveuglante emplit toute la pièce. Puis d'un coup, elle disparu, ainsi que Klark et Amy.
Seul le carnet était encore présent sur la table, fermé. Comme si jamais Amy ne l'avait ouvert.

S'en suivit une longue chute dans l'obscurité la plus totale où l'on n'entendait que les cris de Klark et Amy. Et puis soudain, le noir complet fut chassé par de la lumière.

Le couple se retrouvait allongé dans un champ aux herbes hautes. Encore étourdit par la chute, c'est Klark qui tenta de se relever le premier... avant de retomber lourdement. La tête lui tournait.

Il aperçu Amy, qui reprenait lentement ses esprits.

_ Où est-ce qu'on est ? fit-elle.
_ Je n'en sais rien...

Soudain, ils entendirent une voix métallique venir de nulle part.

Par un bel après-midi d'automne, Liam et moi fûmes dans les majestueuses plaines d'Amakna, en ce temps-là encore alliée à Brâkmar, ma nation natale. Si l'air était frais et pur et le soleil radieux, nous n'entendîmes point le chant des oiseaux. Mon compagnon, Amaknéen de naissance mais élevé à Brâkmar, trouvait cela étrange. Même moi, j'eus un mauvais pressentiment.

Klark et Amy étaient stupéfaits. Tout en écoutant cette voix, ils virent exactement la scène racontée.

Deux jeunes gens étaient face à eux, mais Klark et Amy eurent l'impression qu'ils ne les voyaient pas. C'était vrai. Le Crâ et la Sramette étaient tels des fantômes. Ils assistaient à tout, mais ne pouvaient pas agir. Ils étaient prisonniers du livre.

Le garçon – Klark pensait qu'il s'agissait de ce ''Liam'' – est un disciple de Sacrieur d'à peu près 20 ans. Grand, fort, pour un Sacrieur on peut dire qu'il est beau. Le Crâ en était presque jaloux au vu du regard envoûté que lui lançait Amy. Sa peau est très foncée et il porte ses cheveux flamboyants mi-longs. Le soleil se reflète dans ses yeux sans pupille. Ses tatouages sacrieurs blancs s'étendent sur tout son corps à la manière d'un serpent.

A sa droite se tient une Xélorette d'environ 18 ans. Les rayons de soleil jouent sur son masque couleur cuivre, assorti à son armure. Sa peau est masquée par des bandelettes noires. Elle porte un haut métallique typiquement Xélor qui lui descend jusqu'en-dessous des côtes. Une ceinture retient une bande de tissu couleur crème sur lequel est représenté une flèche. Ses bottes de métal aux talons compensés lui montent jusqu'aux genoux et sont surmontées de genouillères.
Ses avant-bras sont protégés par un morceau d'armure terminé par un gantelet.

Soudain une silhouette que nous connûmes bien apparu à quelques mètres de nous. Cachée sous un capuchon – comme toujours -, nous ne devinâmes pas son vrai visage. Liam et moi-même la rejoignîmes lentement. Je fis apparaître mon épée par simple précaution. Mon instinct de guerrière m'y obligeait.

_ Range ton arme, Mantra Qwartz, m'ordonna l'homme. C'est le Maître qui m'envoie.
_ Et que nous veux-t-il ? lui répondis-je sans lâcher ma lame.
_ Simplement vous donner de nouveaux ordres. Liam, fit-il en se tournant vers mon ami. Ta mission consiste à récupérer un parchemin dans la grande bibliothèque de Bonta.
_ Quel genre de parchemin ? se méfia Liam.
_ Un sortilège de nécromancie très puissant. Le Maître est prêt à tout pour l'obtenir.
_ Bien. Et Mantra ?
_ Mantra rentre à Brâkmar avec moi.
_ Quoi ?! protestai-je. Pourquoi donc ?
_ Ce sont les ordres.
_ Cette réponse ne me convient guère ! Pourquoi devrai-je laisser Liam seul face à cette mission ? lâchai-je d'un ton courroucé.
_ Calme-toi, m'intima Liam. Si ce sont les ordres, il est de ton devoir de les suivre.
_ Mais... je ne peux pas te laisser en te sachant à Bonta !
_ Les ordres du Maître sont les suivants, commença l'homme en sortant un parchemin de sa ceinture. « Mantra Qwartz, princesse de la cité de Brâkmar, doit urgemment rentrer au palais . Il ajoute également, je le cite : « de gré ou de force .

Je fulminais de rage. Laisser Liam seul à Bonta me révoltait. D'autant que les raisons de mon retour ''urgent'' étaient inconnues.

_ Tu n'as pas le choix, princesse, trancha celui dont je rêvait de me débarrasser.

Il s'avança vers moi. Liam me jura d'un regard qu'on se reverrait. Résignée, je disparu avec l'homme, direction Brâkmar.
Ce furent les derniers mois de ma vie en tant qu'humaine... 
0 0
Réagir à ce sujet