FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

Liberi Fatali

Par Kaguraya 19 Juin 2012 - 14:25:14
Réactions 34
Score : 1343

Aha, les S en trop.

Je pense trop à ma filière 8D (j'ai corrigé, soi-dit en passant)

*s'en va*

--------------

*revient*

Hum.

Bon, là je vais vous mettre un (début de) pavé. La première partie de cette nouvelle histoire, momentanément intitulée Mysterious Children (j'aime pas ce titre, mais j'ai trouvé que ça pour l'instant >< )

L'histoire se déroule une dizaine d'année avant les évènements de Les derniers instants d'un Roi.

En bref, c'est l'histoire de cinq enfants Éliatropes (oui oui, ceux que Nora sauve dans IoW. Par contre, je sais pas si les noms sont vraiment les mêmes, ayant eu pour seule source d'info des vidéos youtubes en Anglais 8D). Personne ne se souvient de leur naissance. J'ai fait parlé mon imagination, et voilà ce que ça a donné.

Cette version est une première, on va dire. Il n'est pas exclu (il est même sûr) qu'il y ait des fautes d'orthographes malgré ma relecture, mais je voulais la poster pour que des personnes extérieures puissent me dire si le texte est cohérent. Je dois relier des ficelles d'un peu partout à la fois et c'est pas évident u_u (enfin pour moi D8). Alors si vous devez relever des trucs, svp, dites moi en priorité les erreurs de cohérences que vous auriez pu trouver ! (C'est comme quand on passe au tableau faire un exo, souvent, quand on se goure, faut prendre du recul u_u ce que je n'ai pas quand j'écris.)

Mais passons, voici la première partie ! o/

----------------------------------------------------------------------------------------

Liberi Fatali

Mysterious Children, Première Partie.


Les ténèbres m'entouraient. Noires, intenses et denses. Aucune trace de lumière. Et une douleur. Oh, par la Déesse Éliatrope, une douleur insupportable. Si grande que je m'étonnais de rester allongé ainsi, sans rien dire. Comment en étais-je arrivé là ? Pourquoi ? Par qui ? Tant de questions se bousculaient. Il me semblait, inconsciemment, que j'étais là depuis toujours. Mais avais-je seulement une conscience ? Cette conscience était-elle cette voix qui résonnait dans mon esprit ? Si familière et si distante à la fois….

Enfin, tu me perçois. Allez, réveille-toi, maintenant.

Attendez une minute.

Ouvre les yeux !

J'ai dit Déesse Éliatrope ? Mais qui est-elle ? Pourquoi la priais-je ? Et surtout... qui me parle ?

Fais un effort, bon sang ! Je peux rien faire tout seul !

Qui….

Si tu te bouges, je te le dirais.

Mais j'ai si mal…

Tu auras mal si tu restes là ! Allez, c'est pas si difficile, quand même !

Je… Je ne peux pas. Et cette souffrance !

Je t'ai connu plus combatif…

Connu ? Mais je ne sais pas qui vous êtes… ni même qui je suis…. tout est si sombre...

Tu gémiras plus tard ! DEBOUT !

Tout à coup, je sentis une tension me parcourir de la tête aux pieds. Mes muscles se contractèrent et alors que je ne contrôlais plus mes gestes, j'ouvris brusquement les yeux.

La salle autour de moi était immense. La voûte qui me surplombait était sombre, témoignant de sa hauteur. Un silence absolu régnait, si bien que si je n'entendais pas des respirations, j'aurais pu croire qu'il n'y avait pas d'air.

Des respirations ?

Ah, ben tu percutes enfin. Je me demandais quand est-ce que tu allais sortir de tes doux rêves.

Encore cette voix. Je voulus parler, mais les mots restèrent coincés dans ma gorge. Je voulus bouger. Impossible. Tel du plomb, mon corps restait allongé tel un poids mort. Mes yeux, seules parties encore mobiles, tentaient en vain de débusquer mon fameux interlocuteur.

Pas la peine de t'exploser les yeux. Je suis dans ton esprit.

La nouvelle me figea. Mentalement bien entendu, étant donné que je ne pouvais être plus immobile que je ne l'étais. Je tentai de me relever, mais aucun de mes membres ne me répondait. Et plus étrange encore, la douleur avait reflué. C'était comme si ce corps n'était pas le mien.

Oh, tu veux te lever ? Il fallait le dire. Et désolé d'avoir pris le contrôle de ton corps, mais sinon tu n'aurais jamais ouvert les yeux.

La tension disparut, et je me redressai en douceur. Mais la douleur, elle, en profita pour revenir. Je me pris ma tête dans mes mains, puis regardai autour de moi. Apparemment, j'étais allongé sur une table en bois. Au pied de cette table, un oeuf assez imposant trônait sur un socle en métal. Il brillait d'un étrange feu bleu, et je me surpris à le contempler, fasciné.

Bon si tu le veux bien, on n'a pas que ça à faire. Faut qu'on bouge d'ici. Et vite.

Comprenant que l'entité qui m'habitait n'avait pas besoin que je parle pour lire mes pensées, je ne dis rien. Mais un sentiment de vide m'habitait à présent. Qui étais-je ?

C'est parti pour les questions existentielles… Comme la dernière fois. Et puis je ne "t'habite" pas. Ceci est mon corps tout comme le tien.

Sceptique, je ne relevai pas.

Tu devrais regarder autour de toi, au lieu de rester à baver devant cet oeuf stupide.

Je fis ce qu'il me disait, et la vision qui s'offrit à moi me stupéfia.

La surface de la salle était gigantesque. Des meubles étaient entreposés de-ça de-là. Beaucoup de tables, sur lesquels je pouvais voir de nombreuses fioles, tubes et autres potions dont les couleurs éclatantes et les odeurs multiples agressaient tant mon odorat que ma vue. Mais cela n'était pas ce qui m'avait le plus choqué.

Des sortes de boîtes en verres. De toutes parts. Et à l'intérieur, des créatures, tantôt que je reconnaissait sans pourtant me souvenir de les avoir déjà vu. Et d'autres que je reconnaissais pas, munis de crocs, de griffes et de pelages au diverses teintes. Tous plongés dans un liquide qui luisait d'un éclat jaune malsain, seule source de lumière.

Je tournai un peu la tête. Quatre autres "lits" comme les miens étaient là. Je me rendis compte qu'ils étaient disposés en cercle, assez éloignés les uns des autres. Et sur ces lits, ou plutôt des tables, j'entr'apercevais des formes sombres, assez petites.

Tu devrais aller les réveiller. Vaut mieux pas les laisser là.

Je posai un pied à terre, tentant de réprimer la souffrance qui m'habitait. Je posais un autre pied, et fit quelques pas chancelant. Je me me tâtais, et tandis deux mains devant moi. J'agitais mes dix doigt devant mon visage. Un éclair traversa mon esprit. J'étais un humain. Mais quel était mon nom ?

Je vais pas te le dire quand même. Déjà que moi je dois rester réveillé à chaque fois pendant que Monsieur dort, alors crois-moi je vais pas te donner toutes les réponses sur un plateau. T'es un grand.

Je m'observais comme je pus. Des éléments de ma mémoire me firent comprendre les couleurs. J'étais vêtu de vêtements gris. Une sorte de… comment disait-on ? Ah oui, "tunique" grise, par dessus un.. un pantalon plus pâle mais dans les mêmes ton. Je sentais un poids sur ma tête, et y portai mes mains. Je touchai un bout de tissu, qui couvrait ma tête, et dont deux protubérances pendaient de chaque côté.

Bon quand tu auras fini de t'admirer, on pourra continuer?

Je fronçai le nez, quand un détail attira mon attention. Sur l'oeuf bleuté déposé en bout de ma table, un nom était inscrit. Dans une langue que je comprenais. Je me concentrais pour déchiffrer le mot mystérieux.

- K….i… Ki… Kiv.. Kivin.

Un déclic se fit dans mon esprit.

Ça y est, Monsieur à découvert son prénom, quel évènement incontournable. Dis moi quand t'as fini de t'extasier, je te signale qu'on a nos vies à sauver.

J'interrompis mes réflexion. Comment ça, "nos vies à sauver" ?

Oh, je sais pas, moi, tu te réveilles sur une table, y a de tas d'expériences autour de toi, et tu percutes même pas que tu aurais pu en faire l'objet ? Eh bah, je t'aime vraiment pas quand tu t'éveilles, Kivin. C'est toujours la même chose. Tout à réexpliquer…..

-Et… tu as.. tu as un nom ?

J'croyais que t'avais percuté que t'avais pas besoin de parler. Je lis tes pensés, idiot. Et mon nom….

Il s'arrêta de parler.

Euh, ben j'en ai jamais eu. Mais on va pas en faire un fromage, parce que ton corps est le mien, donc on peut en déduire que ton nom est aussi le mien.

Troublé, je pris me passai une main sur le visage. Étais-je schizophrène ?

Ahaha, elle est bien bonne, celle-là ! Non tu ne l'es pas. Même moi je sais pas pourquoi je suis là, ni qui je suis vraiment. Ce que je sais, c'est que à chaque fois que l'autre taré vous endort, et comme je ne sais pas pourquoi ça ne m'affecte pas, je dois tout te réexliquer. Et crois-moi, ce qu'il te fait subir n'est pas très agréable.

- Il ? Qui ça, il ?

Je connais pas son nom. Mais après tu fais des trucs bizarres. Enfin bref, on en reparlera plus tard, tu veux ? J'veux qu'on se barre avant qu'il ne revienne.

- Et tu as "vous endort".

Quoi, t'as pas remarqué ce qui avait sur les tables ? Ben observe un peu mon vieux.

Retenant une réplique acerbe, je me dirigeai vers la table la plus proche. A son pied, tout comme moi, un oeuf identique était entreposé. Et un nom était marqué dessus.

Retiens retiens, tu le dis pas mais tu le penses. Et donc je le sais. J'me sens un peu comme un narrateur omniscient, en fait. Le seul truc, c'est que je ne ressens rien du tout.

Je levai les yeux au ciel, et reposa mes yeux sur l'oeuf pour déchiffrer l'inscription.

- Z… Zo… Zora.

Je tournai mon regard vers la forme sombre, et poussai un cri de surprise. La forme en question était

un enfant, du moins il me semble. Je remarquai que c'était une fille. Elle portait une sorte de.. de chapeau, de couleur jaune, en forme de tofus, avec deux petites oreilles de chaque côté, comme moi. Elle portait une tunique de la même couleur que son chapeau, retenue par une cordelette et un bouton marron, ainsi qu'une jupe oscillant entre le blanc et le rose pâle, et deux bottes de la même couleur. Son visage me marqua le plus. Les yeux grands ouvert, ses yeux violet fixait le plafond d'un air vide et terrifié, ses cheveux roux encadrant sont petit visage. C'était comme si..

elle avait vu quelque chose de terrifiant avant de "s'endormir".

- S'endormir ? T'as vraiment l'impression qu'elle dort, là ? On dirait qu'elle est morte.

Parce que tu sais ce que c'est de mourir ?

Je me tus, quand la douleur se fit plus forte. Je me courbai en deux, les mains sur le ventre, et grimaçai. Je sentis sous mon habit quelque chose de dur. Je le soulevai, et y découvris un objet rond et mécanique regorgé de wakfu, fixé à mon nombril. Lorsque je l'effleurai, la douleur s'accrut. Je tombai a genou.

Kivin, enlève-le ! Vite !

D'un geste brusque et mal assuré, je l'arrachai de toutes mes forces, puis le lançai au loin. La douleur augmenta puis d'un coup s'arrêta. Essoufflé, je me penchai sur la table, tremblant de tous mes membres.

C'est cette chose qui t'empêchait de te mouvoir correctement. C'est l'autre taré qui vous la implanté, pour pas que vous vous réveilliez.

- Le salaud, siffla-je entre mes dents.

De rage, je relevai légèrement la tunique de la dénommée Zora et lui arrachai son mécanisme. Un éclair bleu fusa entre la peau et l'objet alors que je le propulsai le plus loin d'elle possible. Son dos se cambra sous la douleur, son visage se tordit dans un rictus de souffrance alors qu'elle aspirait de grandes goulées d'air. Elle cligna des yeux et son corps heurta la table en retombant. Je sentais sa respiration haletante, alors que son visage se tournait vers le mien.

- Qui… qui es-tu ? balbutia-t-elle, perdue.

- Je m'appelle Kivin. Et tu t'appelles Zora.

La rousse fronça les sourcils.

- Z.. Zora ?

Bon abrège, Don Juan, faut qu'on se tire. Dis-lui de t'aider à réveiller les autres, puis on y va.

Je l'ignorai cependant. J'expliquai à Zora comment sortir nos trois autres confrères endormis de leur somnolence, et malgré les questions que je sentais affluer dans sa tête, et auxquelles je n'avais pas plus de réponses qu'elle, elle acquiesça en silence, et se rendit près d'une table. je fis de même.

Au bout de trois minutes, nous étions cinq, assemblés au centre de la pièce. Tous me regardaient. Je notai qu'ils étaient tous habillés de la même manière que Zora. Je devais donc avoir un bonnet sur la tête, moi aussi. Je remarquai qu'ils avaient l'air très jeune. Nous étions sûrement de très jeunes enfants, mais la sagesse que je lisais dans les yeux de mes compagnons me faisait jurer du contraire.

Ben alors ? C'est toi qui les a réveillé. Alors tu prends tes responsabilité et tu fais ton chef. D'ailleurs, c'est marrant que ça te mette mal à l'aise, ça serait bien la première fois….

- Pardon ?

Non non, j'ai rien dit.

La plus jeune d'entre nous, une petite fille habillée dans les tons gris-bleu, me regarda avec inquiétude.

- Est… est-ce que ça va ? Tu sembles perdu dans tes pensées….

À ces mots, elle se tut, son regard se perdit dans le vague. Étonné, je ne relevai cependant pas, mettant cela sur le compte du réveil brutal. Je me raclai la gorge.

- Euh… bonjour.

Génial. T'as toujours été un fortiche en discours. J'crois que j'vais pioncer un peu, hein.

Je lui indiquai mentalement d'aller voir ailleurs si j'y suis avant de me concentrer sur mes paroles.

- Vous devez être aussi étonnés que moi d'être ici. Sachez que je n'ai pas de réponses à vos questions pour l'instant. D'abord, j'aimerai que vous me disiez vos nom. Ils étaient marqués sur les drôles d'oeuf aux pied de vos tables.

La fille en bleu me sourit.

- Sur mon oeuf y avait écrit Lily. Alors ça doit être ça mon nom.

Je me tournai vers son voisin, un garçon vêtu de rouge.

- J'm'appelle Kiri. 'Fin je crois.

- Et moi c'est Globy, m'annonça un autre garçon aux habits gris, plus petit que nous, qui portait d'énormes lunettes.

La fille en jaune dit aux autres son nom. Puis vint mon tour.

- Je m'appelle Kivin.

Kiri me regarda, la mine troublée, avant de dévisager les autres à tour de rôle.

- C'est drôle. J'ai l'impression de vous connaître. On ne s'est pas déjà rencontré ?

Lily secoua la tête.

- Impossible, j'me souviens de rien. Mais j'ai la même impression.

Les deux autres hochèrent la tête en signe d'affirmation. Pour ma part, je savais que l'on se connaissait. Peut-être était-ce du à nos mémoires défaillantes ?

Bravo mon p'tit père. J'vois que tu commence à comprendre.

- Oh, la ferme, tu m'énerves.

- Pardon ?

Je sursautai. Zut, j'avais parlé à voix haute. Globy me regardait d'un air étrange. Je bafouillai.

- Oh, rien.. Je…

- Toi aussi, tu entends des voix ?

- Quoi ?

Il m'observa, un sourire fou sur les lèvres. Il leva les bras au ciel, puis les rabattit sur ces flancs dans une gestuelle bizarre.

- Yes, je savais que j'étais pas le seul ! J'en étais sûr ! Héhéhé ! s'exclama-t-il en levant un poing au ciel en signe de victoire.

Embarrassé, je regardai mes pieds, sentant une certaine rougeur teinter ma gêne.

Quoi ? T'as honte de moi, c'est ça ? Peuh !

Une main amicale se posa sur mon épaule.

- Tu n'es pas le seul, me dit Zora. En fait.. Moi aussi…

- Je pense que chacun d'entre nous a sa voix "intérieure", me dit Kiri.

- Oui, elle m'a parlé quand je t'ai demandé ce qui n'allait pas ! Mais j'avais peur de passer pour une folle, dit Lily en mettant ses mains derrière le dos, dans un signe d'embarras.

Il faut qu'on se dépêche, Kivin. Mais prenez ces oeufs. Je crois qu'ils sont liés à vous. Vous devriez pouvoir les glisser dans la poche de votre tunique

Je leur transmis le message.

Les autres acquiescèrent. Apparemment, leurs "voix" leur disaient la même chose. Chacun d'entre nous prit donc l'oeuf bleuté que nous glissâmes dans notre poche. Puis nous nous dirigeâmes vers la porte, qui s'ouvrit sans difficulté.

- L'autre fou n'avait pas prévu qu'on sorte, ricana Globy. Il pensait nous avoir neutralisé. Ou alors il nous a délaissé.

Je me tournai vers lui.

- Tu sais qui c'est ?

Il secoua sa tête.

- Non, c'est la petite voix qui me souffle ça. Je fais partager les infos, c'est tout.

T'en fais pas Kivin, les autres ne doivent pas en savoir plus que moi.

Un peu inquiet, je m'engageai dans le couloir aussi sombre que la pièce que nous venions de quitter. Nous avancions sans un bruit, et au fur et à mesure, nous parlions. Mais n'ayant aucun passé ou anecdotes à partager, nous nous posâmes surtout des questions, émettant parfois des hypothèses. Malheureusement, nous n'avions aucun souvenir, alors il était difficile de conjecturer.

Soudain, les murs tremblèrent. Nous nous arrêtâmes, effrayés.

- Que se passe-t-il ?

Le fou doit encore faire des tests absurdes.

Il ne nous recherchait donc pas ?

Quoi ? Nan, on est plus à l'ordre du jour. Ça fait un bail qu'il est pas venu vous voir, je me demande même s'il se souvient de nous.

Je ne comprenais pas. Depuis combien de temps étions-nous enfermés là-bas ? Quel âge avons nous réellement ?

Te pose pas trop de question, tu veux ? Tu risques d'avoir mal à la tête.

Je fis par aux autres des paroles de mon… autre moi.

Ah non, je suis toi, mais pas vraiment. J'ai ma conscience, tu sais ?

Je soupirai. Comment sa Majesté la Voix invisible aurait-elle aimé que je l'appelle ?

Majesté, ça sonne bien. Nan je blague. Mais je sais pas, trouve un truc originaux. J'ai qu'à être ton jumeau maléfique.

Je baissai les bras, consterné. Nous continuâmes de courir. Les couloirs étaient long, mais paraissaient de moins en moins sombres. Nous empruntâmes un énième couloir, au bout duquel j'aperçus une lumière.

- La sortie ! s'exclama Lily, d'une voix soulagée.

Arrivé sous l'arche, nous regardâmes l'extérieur, émerveillés. Je ne pourrais vous décrire ce que je voyais, les mots pour désigner chaque détail m'échappaient encore.

En gros, c'est juste de l'herbe verte, des petits oiseaux qui font cuicui et tout le tralala désignant un Jardin d'Eden.

Un quoi ?

Laisse tomber.

Je me retins de soupirer, las. Kiri, Lily, Zora et Globy restaient en extase devant toutes ces couleurs qui s'étalaient devant eux.

- C'est… c'est tellement beau, ânonna Lily, les yeux brillants.

- Oui… Vous avez vu toutes ces couleurs ? s'écria Zora, un sourire aux lèvres.

Je ne pouvais m'empêcher moi aussi de regarder tout autour de moi. Nous qui n'avions comme souvenirs que les affres d'une sombre pièce, voilà qui sonnait nouveaux pour nous. Comment ne pouvions-nous pas rester ici, à observer tous les nouveaux bruits, toutes ces nouvelles odeurs, saveurs qui emplissaient nos sens d'enfants ?

Nous avançâmes au milieu de cette foret verdoyante, respirant chaque parfum, mémorisant chaque détail que nous apportaient nos sens en exergue. Nous étions complètement subjugués par cet environnement qui dépassait de loin notre imagination.

Kivin, j'ai entendu un bruissement.

Sa voix me fit revenir à la réalité. Je tentais de prévenir les autres de rester sur leurs gardes, mais rien à faire. Un hurlement se fit entendre. Des bruits de courses retentirent.De plus en plus proche. Puis, d'un coup, les buissons se déchirèrent, et un monstre imposant nous barra la route.

- On dirait.. on dirait un mulou ! cria Kiri.

Un… mulou ?

Ouais, un truc avec de la fourrure, des crocs et des griffes tellement acérés qu'il te boufferait en moins de deux.

Je déglutis. Nous nous regroupâmes. Que pouvions-nous faire, désarmés, face à une machine à tuer pareille ?

Utilise tes pouvoirs, Tudieu !

Je ne fus apparemment pas le seul qui se fit rabrouer. Zora grimaça, Globy afficha un sourire carnassier, tandis que Lily arborait un petit air terrifié et Kiri une mine soupçonneuse. Quant à moi, je me sentais perdu. De quels pouvoirs parlait-il ?

Les babines retroussées, extrêmement famélique, le monstre semblait affamé. Il avait faim. Et il avait trouvé ce qu'il cherchait, cinq enfants sans défense à dévorer tranquillement.

Le Mulou hurla, puis se rua vers la plus vulnérable d'entre nous : Lily. Celle-ci était figée par la peur.

Sans réfléchir, je poussais Zora sur le côté, alors que les deux autres garçons reculaient, et je me plaça devant Lily, paume en avant, espérant vainement que la bête stopperait sa course. Je fermai les yeux, attendant le choc. Une lueur bleue fusa, un bruit de choc se fit entendre et je me risquai à ouvrir les yeux. Un écran bleu était apparu, nous protégeant Lily et moi. Le Mulou s'était pris ce mur d'énergie de plein fouet, et était étourdi.

- On se tire ! m'exclamai-je.

Bien dit !

Ils ne me le firent pas répéter deux fois, et s'élancèrent entre les arbres. Je pris Lily, encore choquée, par la main pour la faire avancer. Nous courûmes à perdre haleine, mais la bête ne nous lâchait pas. Un cri retentit, et je me retournai. Kiri venait de trébucher sur une branche. En deux bonds, la créature affamée franchit la distance qui les séparait. Et je ne pouvais rien faire. Je criai, quand à nouveau une lumière bleu jaillit.

Zora fit des ronds avec ses mains, et créa deux cercles bleus. L'un restait près d'elle et elle envoya l'autre près de Kiri. Elle mit une main dans le cercle, et celle-ci disparut. J'entendis un gémissement étouffé, et vit une main sortant du cercle bleu près de Kiri le tirer en arrière. Celui-ci disparut et réapparut près de Zora. Il semblait sur le point de vomir. Globy se tourna vers eux.

- Co.. Comment tu as fait ça ?

- C'est pas le moment ! Il nous charge encore !

Nous continuâmes notre course effrénée.

Vous commencez enfin à vous souvenir de vos pouvoirs.

Ces cercles bleus ?

Ce sont des portails. Vous pouvez vous téléporter. Utilisez-les pour aller plus vite.

Je fis part de cette remarque à mes camardes sans cesser de courir. Je joignis les mots à la parole, espérant que ma "voix" ne m'avait pas menti.

Mais non, quel intérêt aurais-je à te mentir ? T'es vraiment chiant quand tu t'y mets…

Les minutes qui suivirent furent floues dans mon esprit. Nous créions ces "portails" aussi facilement que nous respirions. J'avais l'impression d'avoir fait ça toute ma vie.

T'es pas loin.

Malheureusement, nous n'étions pas hors de danger. Nous nous arrêtâmes soudain.

- Et zut, un cul de sac, jura Globy.

En effet, devant nous se dressait une gigantesque montagnes.

- Vous croyez qu'on peut grimper là haut ? demanda Lily, inquiète.

- Oh non, pas là-haut ! J'.. J'ai le vertige, gémit Zora.

- On a pas le choix, répliquai-je sèchement.

Un grognement nous fit nous retourner. Le monstre était là, la bave aux lèvres et les yeux fous. Il nous regardait tour à tour nous jaugeant pour deviner lequel il allait boulotter en premier. Je déglutis, et me tourna vers Kiri, qui serrait les poings, près à sauter sur le mulou.

- Je vais le retenir, Kivin. Toi, va faire monter Zora, tandis que Globy s'occupera de Lily. Je reviens dès que j'en aurais fini avec lui, me dit Kiri, un sourire cruel sur le visage.

Je voulus l'en empêcher, mais il serra les poings, qui s'illuminèrent d'un feu bleuté, et chargea. Je me détournai pour me concentrer sur ma tâche. Créer des portails successifs me demanderai beaucoup d'attention.

C'est sur, surtout quand on a pas pratiqué depuis un moment. Allez, bouge.

Je ne me le fis pas dire deux fois et empoigna Zora par le bras de façon à ce qu'elle me regarde.

- Écoute-moi. On va monter. Je serais juste à côté de toi, d'accord ? Ne regarde surtout pas en bas, c'est tout ce que je te demande.

Elle acquiesça, silencieuse. Elle ne cessait de jeter des regards vers le combat qui se déroulait. Je resserrais ma prise.

- On a pas le temps de s'occuper de lui ! On grimpe !

Nos mains créèrent les portails et nous commençâmes à prendre de l'altitude. J'observais Globy et Lily. Cette dernière ne semblait pas souffrir du vertige, et les deux sautaient agilement de portails en portails. Zora quant à elle, y arrivait tout aussi bien, mais je la sentais tendue. Elle devait se retenir pour ne pas regarder en bas.

Le fracas du combat cessa peu à peu de nous parvenir, et au bout de plusieurs longues minutes, j'entrevis le sommet.

- On y est presque, encore un effort ! haletai-je.

Lily et Globy redoublèrent d'effort. Je pouvais voir leur nez plissés en signe de concentration. Je tournai la tête vers Zora. Elle était blanche comme un linge. Elle créa un portail, sauta dedans, réapparut… et son regard se perdit sous ses pieds.

Erreur fatal. Elle écoute jamais ce qu'on dit, ou quoi ?

Je vis ses yeux s'agrandirent de stupeur et ses muscles se crisper. Puis elle tomba comme une pierre.

- Zora !

Je fis disparaitre mes portails, et me laissai tomber. Je me mis en position de recherche de vitesse, de façon à arriver rapidement à sa hauteur. Le vent hurlait à mes oreilles, aussi je dus hurler pour me faire entendre.

- Zora !

Elle ne répondit pas.

Le sol se rapproche, petit père. Faut la faire traverser ton portail. Même si ça la rends malade comme la dernière fois, vaut mieux ça que de finir aplati comme une crêpe !

- Zora !

Elle daigna me regarder. Voyant son manque total de réaction, je créai un portail que je projetai le plus haut possible vers le sommet. Puis, j'en fis rapidement un deuxième, que je projetai loin en dessous. Je lui empoignai le bras, et nous plongeâmes dedans.

Heureusement, nous étions presque arrivé, aussi le portail que j'avais projeté vers le sommet nous y fit atterri, quoiqu'un peu brutalement.. Je relâchai Zora, qui titubait pour reprendre son souffle. J'aperçus avec soulagement Globy et Lily.

- Bon, je retourne voir Kiri, annonçai-je. J'espère qu'il s'en s…

Une exclamation de Lily me fit faire volte-face. Kiri était là, flottant dans les airs. Il était bien amoché, mais le plus surprenant, outre le fait qu'il ait sûrement éliminé la bête, était qu'il avait perdu son chapeau, et nous pouvions voir deux ailettes, du même bleu que les oeufs et que nos pouvoirs, de chaque côté de son crâne.

- J'ai réussi. Il nous embêtera plus, celui-là, marmonna-t-il, un sourire de satisfaction sur son visage fatigué.

Il s'effondra comme une pierre sur le sol enneigé. J'allais me précipiter sur lui comme mes compagnons.

Hey, regarde plutôt autour de toi. J'ai une étrange impression de déjà-vu. Et c'est pas des bons souvenirs qui me reviennent en mémoires….

De quoi voulait-il parler ? Je me redressai, et jetai un coup d'oeil. L'air était plutôt frais, et le sol recouvert à quelques endroit d'une fine couche de neige éternelle. Mais ce qui attira mon attention fut un arbre.

Immense. Majestueux. Mais au lieu d'un sentiment de paix, ce fut un sentiment de colère qui m'envahit. Il y eut un flash.

Un homme aux cheveux blancs. Du sang. De la colère.

Je me pris la tête dans mes mains en gémissant.

Il s'est passé des choses terribles ici. Hey, ça va ? Je ne ressens rien, quand je ne prends pas possession de notre corps, je te rappelle. Tu m'entends ? Hé ho !

Je tombai à genou. Une voix… J'entendais une voix… Elle m'appelait ? Elle était si douce… Alors pourquoi ressentais-je le désir de voir son sang sur mes mains ?

La vision cessa. Je relevai la tête, et sentis quelque chose d'humide sur mes joues. J'essuyais rapidement mes larmes.

Tout va bien, vieux ?

Je n'avais pas besoin de répondre pour qu'il sache. Ces images… que représentaient-elles ?

Alors tu t'en souviens ? C'est bizarre, d'habitude, tu ne te rappelles de rien du tout.

Je lui fis remarquer qu'il était temps qu'il m'explique.

Rassemble tout le monde. Je vais vous dire ce que je sais. Même si je pense que leur "voix" intérieure les auront prévenus comme je le fais avec toi.

Une fois que les blessures de Kiri aient été pansées avec des morceaux de tissus provenant des différentes tuniques, nous nous assîmes en cercle. Puis je laissai la "voix" prendre le dessus. Mes muscles se tendirent, puis je ne ressentis plus rien. J'avais l'impression de ne plus pouvoir interagir avec rien, ni personne. Une sensation très étrange.

- Ah ben ça, tu vois, c'est exactement ce que je ressens tout les jours ! Alors te plains pas ! dit mon corps.

Mes amis sursautèrent. La voix qui émanait n'était pas la mienne. Elle était plus rauque, comme si usée par les ans, et pourtant encore juvénile dans le fond.

- K…Kivin ? balbutia Lily, apeurée.

Mais je ne pouvais plus parler.

- Ah nan, moi c'est pas Kivin, répondit mon corps. Je suis… Euh… Je suis sa "Voix intérieure". Il a accepter de me laisser son corps pour que je puisse vous parler.

Je vis Globy et Zora échanger un regard.

- J'suis sûr que vos "vous" intérieur vous ont déjà causé, mais laissez-moi vous dire de vive voix ce que je sais.

Je m'assis donc, et la "voix" commença à parler. Globy, Zora, Lily et Kiri m'observaient une lueur curieuse dans leur regard.

- Je connais pas le type qui nous a enfermé. Par contre, à chaque fois qu'il nous réveillait, il nous faisait des tests bizarres. Puis il vous replongeait dans le sommeil, et vous oubliiez tout. Je sais pas si c'est parce que nous sommes seulement en vous, ou si c'est parce que nous ne ressentons pas ce que votre corps ressent, mais nous, les "voix", restions éveillées. Enfin, j'en déduis, vu qu'on ne peut pas se parler. Est-ce que ce que je dis est vrai ?

Il interrogea mes amis un par un du regard, et ils acquiescèrent après quelques secondes de silence.

- Bien, reprit-il. Cela veut dire que je ne suis pas le seul, et qu'elles pourront compléter ma version.

Lily leva une main, timide.

- Mais... pourquoi étions-nous endormi ? Et pourquoi avons-nous une apparence d'enfant ?

- Parce que nous sommes des enfants. Après chaque expérience, il vous replongeait dans votre sommeil. Et apparemment, ce sommeil artificiel nous empêchait de vieillir.

Je repensai au drôle de mécanisme fiché dans mon nombril. Mon corps secoua la tête.

- Tout à fait. Kivin me disait que le morceau électronique qui vous a été arraché était peut-être la source du sommeil et de notre jeune âge.

-Mais pourquoi nous endormait-il ? interrogea Kiri d'une voix encore faiblarde.

La "voix" fit pencher ma tête légèrement sur le côté.

- Ça j'en sais rien. Il avait peut-être peur que vous ne soyez plus ses "marionnettes". Il ne pouvait vous contrôler bien longtemps, il ne pouvait pas influencer votre jugement. Alors dès que vous commenciez à saisir et à réfléchir, PAF, il vous renvoyait dans les bras de Morphée.

Morphée ? C'était qui celui-là ? Cela me fit repenser à la Déesse que j'avais invoqué. "Éliatrope". Qui pouvait-ce bien être ?

- Apparemment c'est la déesse de votre peuple.

- Qui ? demanda Globy.

- Éliatrope.

Notre peuple ?

- Ah oui et aussi...

La voix se mordit la lèvre.

- Le fou... Il portait le même bonnet que vous. Donc il doit faire partit du même peuple que nous...

Mes quatre amis se regardèrent, inquiets. Zora allait ajouter quelque chose lorsqu'elle s'arrêta net, fixant un point derrière moi. Mon corps se retourna, et je la vis.

Nous n'étions plus seuls.

C'était une femme, grande, vêtue d'une longue robe bleue, et d'un chapeau possédant deux excroissances identiques aux nôtres. La seule différence était que son chapeau ne retombait pas, mais était relevé à la manière d'une queue de cheval. Elle paraissait abasourdie de nous voir ici.

- Qui.. Qui êtes-vous ? Et que faites-vous sur le mont Zinit ? demanda-t-elle.

----------------------------------------------------------------------------------------
Je ferais mon Disclaimer à la fin, pour pas spoiler l'idée. Mais sachez qu'elle vient de Yuogolederniereliatrope ! Allez faire un tour sur sa galerie ! (vous y apprendrez peut-être des choses !)
0 0
Score : 410

Capitaine... Nous voilà ♪

Bref, j'arrive, le mode critique enclenché.
Et je vais m'amuser vu le pavé que tu nous a collé --^
Quand c'est pas trop court... C'est trop long xD

Huhum, mieux vaut que je me taise et me risque à commencer à lire et à critiquer ♪

-----------------------------
"La voûte qui me surplombait était sombre, témoignant de sa hauteur."
Je dois avouer que le rapport entre la hauteur et l'obscurité est ambigu.
On peut très bien avoir une voûte basse et sombre --^

"Mes yeux, seules parties encore mobiles, tentaient en vain de débusquer mon fameux interlocuteur.

Pas la peine de t'égosiller. Je suis dans ton esprit. "
Il s'égosille pas, il le cherche des yeux u_U

"J'agitais mes dix doigt devant mon visage. Bon je savais que j'étais un humain. Mais quel était mon nom ? "
Il sait donc ce qu'est un humain?! J'croyais qu'il se rappelait plus de rien x'))

Ah, et puis quelques erreurs au niveau des enchaînements.
Genre pour le Mulou.
Là, y a rien... Et trois secondes après, y a un monstre qui leur court après --^

Et aussi... Kiri c'est un vrai fromage .
*Je signale qu'il faut rire x'))*

Et quand il sauve Zora, c'est dit un peu maladroitement.
La fille tombe, et là... Bah là on comprend plus vraiment comment il fait pour la sauver --^

^----------------

Bah voilà, je reléverai pas les fautes orthographe... Flemme.

Alea jacta est...

Bah sinon, très bon chapitre dans l'ensemble. Je crois que c'est celui que je préfère, particulièrement grâce à la "voix de la conscience", ce "jumeau démoniaque"....
il est simplement génial x'))

Et puis l'idée qu'il place plein de petites références des plus.. euh... Hors sujet, ça, c'est énorme.
Bref, j'aime cette voix, je veux l'épouser *--*

Huhu, je veux la suite et en espérant t'avoir aidé ♪

(Ah, t'es en S? Suis-je la seule à viser la L? xD)

0 0
Score : 1343

J'ÉTAIS en S >> (enfin, si j'ai mon Bac, je le serais plus *SBARF*)
Mais la L, cey-le-bien aussi, j'ai plein d'amis en L. Mais vu le coeff de la Philo (9) et mes notes (entre 7 et 8) on va dire que j'ai bien fait de prendre S sleep (même si je suis une daube aussi en SVT Math et Physique, en fait, héhéhéhéhé...)

En tout cas merci beaucoup ! Cette analyse détaillée est vraiment géniale, j'ai pu corrigé plein trucs *.*

Pour la voûte, et ben vu qu'il n'y a pas de lumière, alors on voit pas le haut, d'où le "sombre" :u (pour moi c'était logique T-T)

Quand il sauve Zora, en résumé, il fait un portail et pouf il atterrit au sommet u_u (j'espère que c'est plus clair, mais je vois pas comment décrire autrement. Si je suis en S c'est que je suis pas super forte en écriture 8D)

Concernant le "jumeau maléfique", j'espère que tu ne seras pas déçue d'apprendre qui il est ! ♪ Si tu veux l'épouser, va lui demander, on verra sa réponse ! o/

Kiri, un fromage ? 8D J'vois pas de quoi tu parles huhu.

Et si tu as noté d'autres erreurs d'enchainements, je suis preneuse ! Parce que j'ai aucun recul x)

J'suis en train d'écrire la fin, et c'est assez chaud, je sens que tu vas t'éclater à me décrire les incohérence. Mais je n'attends que ça ! (Nan, je suis pas maso u_u) 

0 0
Score : 797

Extras ! Yeah !

0 0
Score : 1343

Bon, voici la première partie de la deuxième partie (On dirait pas du tout les plans foireux des chapitres d'histoire-géo *SBARF*)
Je le fais parce que j'ai pas envie que le topic passe en deuxième page (8D). Et j'ai pas encore fini l'histoire (mais j'en suis à la toute fin).
Donc, Snoopy, je t'attends au détour pour me parler des incohérences avec des avis constructifs comme tu sais si bien le faire ! o/ (Moi, lèche-botte ? Pas du tout !)
(Sinon pour les fautes, j'ai relu vite fait, mais il est pas exclu qu'il en reste plein)

C'est assez court par rapport a la première partie 8D

-----------------------------------

Liberi Fatali

Mysterious Children, Deuxième Partie (I)

Je me sentis peu à peu redevenir maître de mon corps, et me figeai. À mes côtés, Lily semblait furieuse. Je lui touchai l'épaule.

- Lily ? Est-ce que ça va ?

Elle ne paraissait plus m'entendre. Elle fixait la nouvelle venue avec ses yeux remplis de haine et de rage qu'elle avait du mal à contrôler. Son regard était devenu rouge sang. Je dus la retenir pour qu'elle ne saute pas sur l'étrangère. Kiri s'approcha d'elle en claudiquant. Elle le remarqua et en fut muette de stupeur.

- Mais vous êtes blessés !

Ignorant, ou ne voyant pas, la colère de Lily, elle nous sourit avec bienveillance.

- Je suis Mina, prêtresse de la Déesse Éliatrope. Venez, je vais vous mener à un endroit où vous serez plus à l'aise. Et vous m'expliquerez en détails qui vous êtes et ce qui vous a amené ici.

----------------------------------------

La nuit commençait à tomber. Nous étions dans une bâtisse faite de pierre, assez confortable. Mina avait mieux que nous soigné les plaies de Kiri, et elle avait écarquillé les yeux lorsqu'il lui avait raconté son combat. Globy et Zora restaient silencieux. Quant à moi, j'avais enfin réussi à calmer l'étrange et soudaine fureur qui avait possédé Lily. Elle avait retrouvé son habituel caractère, mais je ne pouvais m'empêcher de constater les regards brulant de haine qu'elle adressait à Mina dès qu'elle regardait dans sa direction. Je ne la comprenais pas. Comment pouvait-elle détester à ce point quelqu'un qu'elle ne connaissait pas ?

Je préfère ne pas te le dire pour l'instant.

Parce que l'autre le savait en plus ?

Plus ou moins. Je l'ai déduis. Mais crois-moi, tu ne voudrais pas savoir.

Je fulminais. Pourquoi s'entêter à se taire ? Nous avions besoin pourtant de savoir ce que nous étions...

T'inquiètes donc pas, tu vas vite savoir qui tu es. Mais ça, ça n'a vraiment rien à voir. C'est super malsain.

Je grimaçai. Nous avions raconté à Mina notre escapade, malgré l'énorme réticence de Lily. Elle ne parlait même plus, d'ailleurs, se contentant de montrer ses dents, comme un animal enragé.

- Vous vous êtes donc échappés d'un laboratoire ? résuma Mina.

Ouais, c'est ça.

J'acquiesçai. Le regard de Mina se troubla.

- Alors... Non... Il n'aurait pas... Mais je ne les ai jamais vu, je m'en souviendrais s'il les avait enlevé..., murmura-t-elle pour elle-même.

Ses yeux se posèrent sur l'oeuf dans ma poche. Elle tendit la main, hésitante.

- Qu'est-ce que c'est ? me demanda-t-elle.

Je sortis l'oeuf de ma poche pour qu'elle l'examine.

- Aucune idée. Nous l'avons trouvé à nos pieds à notre réveil. Il y avait nos nom dessus.

- On dirait... on dirait un Dofus...

Ses yeux s'arrondirent de stupeur.

- Il faut que je demande à Grougaloragran. Peut-être pourra-t-il trouver ce que sont ces drôles de Dofus...

A cet instant, une autre personne sortit de l'ombre. Grande, c'était un homme qui avait une peau foncée et des cornes sur son crâne, et semblait avoir tout entendu de la conversation.

- Ma soeur, veux-tu que Phaéris aille demander à Grougaloragran de venir ? s'enquit-il.

- Oui, s'il te plait, sourit Mina.

Lily poussa un feulement rauque, et, sans que personne ne la voie, se précipita sur Mina, avec la ferme intention de lui faire du mal. Instinctivement, je me plaçai sur sa route, lui pris le bras, et dans une magnifique prise de je-ne-sais-quels art martiaux, la plaqua contre le sol, avec une clef de bras. Elle se débattit en hurlant, mais ma prise était plus forte. Je relevai la tête, tout le monde nous regardait avec stupéfaction.

- Lily, arrête ça ! assenai-je. Qu'est-ce qu'il te prend ?

- Je... Il faut... Je dois ...

- Que se passe-t-il ? demanda le nommé Phaéris. Mina, qui sont ces enfants ?

- Je ne sais pas. Ils disent s'être échappé d'un laboratoire, et n'avoir aucun souvenir de rien.

- Et tu espères que Grougaloragran pourra t'aider. Phaéris comprends, ma soeur, et va le chercher de ce pas.

Il sortit de la pièce et se transforma en...

... Dragon... C'est étrange. Ça me semble familier.

Ce qui me semblait familier, à moi, était le nom de cet autre individu, Grougaloragran. Il réveilla en moi les mêmes sentiments que sur le mont Zinit. Commençais-je à devenir comme Lily ? A détester quelqu'un d'inconnu ?

Kiri ouvrit timidement la bouche.

- Dites, Mina...

- Oui ?

- J'ai entendu Phaéris vous appeler "soeur". Vous êtes un Dragon aussi ?

Elle rit, alors que Lily, toujours maintenue à terre par moi, fulminait. Elle semblait cependant s'être calmée, aussi me risquai-je à la relâcher. Elle se releva, et alla s'assoir, alors que je soupirai de soulagement.

- Non, commença Mina. Je suis une Éliatrope. Tout comme vous d'ailleurs. Mais Phaéris est mon frère Dragon.

Voyant nos regard d'incompréhension, elle nous expliqua.

- Les Éliatropes vénèrent notre Déesse qui nous a donné son nom. Notre peuple vivait en symbiose avec la race des Dragons, si bien qu'un jour, six Dragon pondirent six oeufs très spéciaux. Dans ces oeufs, il y a avait non seulement un bébé Dragon, mais aussi un enfant à l'apparence humaine. Nous fument les les six premiers à naître. Phaéris est donc mon frère, nous avons partagé un seul et même Dofus. Et si nous mourrons, ce Dofus accueillera notre essence pour que nous puissions renaître un jour. Ce qui m'intrigue, c'est que vous possédiez chacun un oeuf ressemblant à un Dofus, alors que nous ne sommes que six à pouvoir renaître. Il y a Phaéris et moi-même, Qilby et Shinonomé, Adamaï et Yugo, qui doit devenir notre Roi dans les prochaines années, Baltazar et Glip, et enfin Grougaloragran et Chibi.

A ce dernier nom, son regard se fit lointain et se teinta de tristesse.

Elle devait vraiment l'aimer, pour avoir l'air si malheureuse.

Je ne répondis pas.

Quelques longues minutes plus tard, le nouveau venu fit son apparition. Il ressemblait beaucoup à Phaéris, mais avait la peau noire. J'en déduisis qu'il devait s'agir d'un Dragon.

- Mina, Phaéris m'a dit que tu voulais voir Grougaloragran. Le voici.

Mina retrouva son sourire doux.

- Ah Grougal, j'espérais que tu pourrais m'aider. Ces enfants viennent d'un laboratoire, d'après ce qu'il disent, et possèdent chacun un oeuf semblable aux notre.

Le Dragon s'avança, et examina l'oeuf de Globy, qui était à côté de lui. Plus je l'observais, plus je sentais un sentiment de colère monter en moi. Ma conscience ne comprenait pas, mais mes poings se serrèrent intuitivement, et je dus lutter pour ne pas l'agresser. Pourquoi réagissais-face à lui de la même manière que Lily face à Mina ? Mais je sentais aussi au fond de moi un sentiment de satisfaction. J'avais accompli la moitié de ma tâche. Une tâche ? Quelle tâche ?

Grougaloragran leva les yeux vers moi, et planta son regard indéchiffrable dans le mien. J'en fus paralysé, mais lui resta calme. Il redonna l'oeuf à Globy et se tourna vers sa soeur.

- Mina, Grougaloragran craint qu'il ne l'ai fait.

Elle mit quelques secondes à percuter. Elle se redressa de sa chaise, perplexe.

- Qu.. Quoi ? Mais, c'était un sujet tabou ! Il a donc réussi ?

- Et ce n'est pas tout. Grougaloragran pense aussi que...

Il fut coupé par l'entrée d'un petit homme aussi large que haut. Il tenait à la main un bâton plus haut que lui et était essoufflé. Il avait sûrement couru.

- C'est ici que sont les cinq jeunes Éliatropes dont Phaéris parlait ? haleta-t-il.

- Oui Glip. Mais ne devrais-tu pas être en train de t'occuper de l'éducation de Yugo ? demanda Mina, les sourcils froncés.

Glip haussa les épaules.

- J'ai donné le relais à Baltazar. Il m'en fait vraiment voir des vertes et des pas mûres. Il a l'intelligence, mais qu'est-ce qu'il est naïf !

- Glip, je te rappelle qu'il n'a que douze ans.

Le petit homme marmonna dans sa barbe.

- Ouais, mais j'enseigne aussi à Nora, et malgré son plus jeune âge, elle présente bien plus de signe d'intelligence que l'autre huître.

- Glip ! Un peu de respect pour notre futur Roi !

- Roi, il l'est pas encore. Il a encore trop à apprendre. Continue à assurer la régence, Mina.

Pour ma part, j'avais noté une montée de colère chez Kiri lorsque Glip était entré. Et une certaine frustration chez Globy lorsque la conversation tourna autour de Yugo. Et à l'évocation de Nora, je vis Zora se tendre brusquement. Chacun semblait avoir une répulsion pour une de ces personnes. Mais pourquoi ?

Je vois que t'as enfin mis ton petit cerveau en marche.

Glip se racla la gorge.

- Mais c'est pas de ça que je voulais parler, moi. Que se passe-t-til avec ces mômes ?

- Grougaloragran pense qu'ils ont été des expériences de Qilby. Phaéris a raconté a Grougaloragran qu'il était tombé sur un écrit très étrange. Il était écrit "Éliagon". Phaéris et Grougaloragran déduisent que ces enfants ont été crées par Qilby, qui voulalt surement percer le secret des Dofus de sauvegarde que sont les nôtres.

- Éliagon ? demanda Mina, étonnée.

- Enfin, il a du utiliser l'Éliacube pour créer des Dofus contenant a la fois un Dragon et un Eliatrope.

- Ces pratiques sont interdites ! Qilby n'aurait pas fait ça ! s'indigna Mina.

- Malheureusement si, ces enfants en sont la preuve.

Glip nous regarda à tour de rôle.

- Mais pour cela, il aurait fallu qu'il y ait une preuve. Où sont leurs Frères Dragons ?

... Je.. Je pense que j'ai compris.

J'avais compris, moi aussi. Je tentais de rester calme face au Dragon noir, et parlai d'une voix que je voulais calme.

- Ils sont en nous.

Mina, Glip et Grougaloragran nous regardèrent, interloqués.

- Nous avons fusionnés dans l'oeuf, continua Globy, le regard vague.

- Alors ces voix dans nos têtes... seraient nos frères ou soeurs ? balbutia Lily, que la surprise lui en avait fait oublier sa haine.

- Mais pourquoi ? demanda Zora d'un voix blanche.

Grougaloragran secoua la tête.

- Grougaloragran ne le sait pas non plus, enfant. Peut-être est-ce une malformation due à l'utilisation du Wakfu de l'Éliacube pour vous créer ? Ceci reste un mystère. Mon frère Chibi aurait pu nous en dire d'avantage, s'il eut été encore en vie.

À son nom, je me crispai. Une satisfaction morbide m'envahit. Un voile noir passa devant mes yeux.

Nous étions sur le mont Zinit. Un homme se tenait devant nous, nous tournant le dos. Il priait, et l'arbre devant lui étendant ses pétales brillant dans un murmure apaisant. Pourtant, une haine nous habitait. L'envie de voir souffrir cet homme nous démangeait. Mais il ne semblait pas avoir découvert notre présence. Au bout d'un long moment, l'homme se détourna et nous fit face.

Grand, les habits marron foncé, il avait des cheveux blancs et ses yeux luisaient d'intelligence. Il ne paraissait pas surpris de nous voir, même s'il ne nous connaissait pas.

- Qui es-tu petit ? nous demanda-t-il gentiment.

Gentiment ? Comment osait-il prendre cet air condescendant avec nous ? Au plus profond de notre être nous désirions voir son sang se répandre. Nous avions été créé pour cela. Il fallait réaliser notre tâche. Nous concentrâmes un feu oscillant entre bleu et violet dans nos mains, et, ôtant notre chapeau, dévoilèrent nos ailettes de Stasis. Nous nous élevâmes dans les airs, toisant l'homme d'un regard méprisant.

L'homme nous observa d'un oeil nouveau, ayant noté le changement de notre humeur.

- Oh... Je vois que Qilby a mis en pratique les documents interdits... Pauvre enfant...

- ASSEZ ! hurla-t-on.

Nous unîmes nos pouvoirs et nous nous jetâmes sur l'homme en blanc. Une bataille féroce s'engagea. L'homme était fort, c'était indéniable, mais nous étions plus fort. Nous avions été conçus pour lui faire face.

Il agonisait à présent, à genoux devant nous. Dans son regard fatigué par le dur combat mené, nous pouvions voir nos yeux vibrant de haine. Couleur rouge sang.

- Il a donc osé créer artificiellement cinq Enfant-Dragons pour se déjouer de nous ? Pourquoi, Qilby ? haleta l'homme.

Nous lui sourîmes.

- Qilby mon frère, la Déesse avait raison. J'ai eu une bonne intuition de ne pas te coucher sur mon testament, soupira-t-il, l'air soulagé. Mina, mon amour, je...

Nous coupâmes sa prière stupide d'une attaque dévastatrice, réduisant son stupide sourire à néant. Nous observâmes la volute bleuté qui s'envolait vers les cieux obscurs de la nuit, lorsque notre rage nous quitta. La puissance qui nous maintenait dans les airs se réduisit à néant et nous tombâmes au sol. Nous ne pûmes retenir les larmes qui roulèrent sur nos joues sans raison. Et un grand vide nous envahit.

Nous étions sur le point de perdre connaissance lorsque l'autre arriva dans un portail. Il nous observa, puis vit la volute qui se dissipait. Il contint un hurlement de rage.

- Pourquoi avez-vous fais cela ?

Nous le regardâmes sans comprendre.

- Nous pensions...Nous... Nous avons été conçu pour... le vaincre...

- Mais je ne vous l'avez en aucun cas ordonné ! Expériences ratées ! Vous n'auriez pas dû vous échapper ! Mais je vais arranger ça !

Il nous attrapa par le col, souleva notre tunique et colla sur notre ventre un mécanisme qui déploya ses tentacules violettes sous notre peau. Nous hurlâmes sous la douleur. Mais il n'en n'avait rien à faire.

- Voilà qui devrait vous empêcher de vous échapper et de sortir sans mon autorisation ! cria-t-il en nous relâchant sur le sol. Vous êtes des incapables... Heureusement que les autres n'ont pas votre fichu caractère...

Alos que nos yeux se fermaient, et que nous luttions contre la souffrance et l'inconscience qui nous appelait, nous vîmes Qilby se désintéresser de nous. Nous ne comprenions pas. N'avions-nous pas accompli une partie de notre tâche ?

- Je ne voulais pas qu'il meure... Bon, ce n'est pas grave, je pense que je serais son successeur. Et à l'heure qu'il est, il a déjà du retourner dans son Dofus de sauvegarde. Je n'ai plus qu'à effacer les preuves...

Ce fut la dernière chose que nous vîmes avant que le voile de l'inconscience se n'abatte sur nous.

-----------------------------------------------

- Kivin ! Kivin, tu m'entends, mon enfant ?

J'ouvris difficilement les yeux. J'étais allongé par terre, et Mina était penchée sur moi, inquiète. Je me redressai brusquement. Lily et Kiri étaient attachés et une lueur de haine brillait dans leur regard.La pièce était sombre, la nuit était tombée.

- Pourquoi sont-il attachés ? articulai-je.

- Dès que tu es tombé, nous nous sommes précipités pour t'aider, mais tes deux amis se sont rués sur Glip et moi. Nous les avons immobilisés pour ne pas qu'ils fassent de mal à quelqu'un. Mais dis-moi, est-ce que ça va ? Pourquoi pleures-tu ?

Surpris, j'essuyais les larmes qui roulaient sans cesse sur mes joues.

- As-tu vu quelque chose ? insista-t-elle.

Mais je ne l'entendais pas. Ma tête me faisait mal. J'avais l'impression d'avoir reçu un rocher sur le crâne.

Tu vois ? Je t'avais dit que ces souvenirs n'étaient pas fameux. Je m'en souvenais, mais n'étant pas dans notre état normal, j'ai essayé d'oublier.

J'avais… tué ce type. J'étais… programmé pour ?

Je regardais mes amis attachés, à tour de rôle. Tous, sauf Zora et Globy qui semblaient plutôt tendus, regardaient une personne présente avec les yeux emplis de haine. Et un sentiment identique m'habitait lorsque je posais mes yeux sur Grougaloragran.

- Alors ? répéta Mina.

Sa voix me fit sortir de mon état d'hébétement. Je ne la regardais cependant pas, les yeux rivés sur le Dragon Noir.

- Je… Je l'ai tué…. Mais… je ne voulais pas.. que cela se passe comme ça !… Ce n'est pas de ma faute…, bafouillai-je.

Euh, si. Je dirais même plus : c'est entièrement notre faute.

- Arrête de lui tourner autour, vous voyez bien qu'il a besoin d'air ! rugit Zora, en se débattant en vain.

Lily et Kiri avaient à présent les yeux rouges sang. Ils fixaient respectivement Mina et Glip. La teinte rouge qui voilait ma vue démontrait que je devais être dans le même état. Globy et Zora gardaient leur attitude habituel, et seules leurs jointures blanchies par la tension démontraient la colère sourde qui bouillait en eux.

Mon cerveau carburait. Les pièces du puzzle se mettaient en place, petit à petit. Et Grougaloragran avait toujours son regard planté dans le mien. Je sentis que lui aussi avait compris.

Sans tenir compte des vociférations de Zora, il se tourna vers Mina. Leurs regards se croisèrent, puis elle blêmit. Ses yeux se posèrent alternativement sur moi et sur le dragon, qui acquiesça à sa question silencieuse. Elle perdit alors son sourire, et me reluqua d'un oeil nouveau.

- Alors… c'est donc vrai, Grougal' ? Il aurait vraiment créé les Eliagons ?

Glip, jusqu'alors silencieux, intervint, les sourcils froncés.

- Pour résumer, ces cinq enfants auraient été créés par Qilby qui expérimentait sur l'étrange renaissance des six premier-nés, et auraient fusionné dans leur Dofus avec leur frère Dragon ?

- Et ce n'est pas tout. A chaque test, il apparaissait qu'ils perdaient la mémoire, du moins, eux et non leur frère Dragon dissimulé en eux. Mais il ne soupçonnait pas leur existence. Il leurs a fait subir d'autres tests, et a réussi à faire de chacun d'entre eux nos "doubles" capable de nous vaincre, en leur inculpant sa haine envers nous, fit une voix inconnue.

Allons bon, encore un nouveau ? Comme si l'auteur s'y retrouvait déjà pas assez entre tous ces personnages…

Je ne compris pas.

T'inquiètes, je t'en demande pas tant.

Je serrai les dents, l'ignorant. Tous nous nous tournâmes vers le nouvel arrivant. C'était encore un dragon a la forme humaine, qui tenait dans ses bras un enfant un petit enfant endormi, âgée d'environ cinq ans. Tout ce que je pouvais voir de là où j'étais, c'était un bonnet mauve qui se soulevait doucement au rythme de la respiration de l'enfant. Le Dragon avait la peau rouge, et sur son épaule se trouvait un tout petit dragon bleu, qui ronflait paisiblement. Zora écarquilla les yeux et poussa un cri de rage.

- Balthazar ? Que fais-tu ici avec Nora et Efrim ? s'alarma Mina en s'approchant d'un pas rapide de l'enfant. Si tu sais ce qu'il en est d'eux - elle nous montra du doigt - tu sais que c'est dangereux ! Et où sont Yugo et Adamaï ? Ne me dis pas que tu les as laissé sans surveillance !

- Ils sont endormis depuis en long moment. Seule Nora me posait problème. En revenant à ces enfants, regarde-les plus attentivement. Ils ne sont plus que l'ombre d'eux-même. La rage et la haine qui les animent n'est que l'esquisse de ce qu'ils étaient autrefois. Qilby a dû les délaisser bien longtemps pour qu'ils ne soient plus si agressifs. Et puis je pense qu'ils ne risquent plus de bouger, vu la façon dont ils sont ligotés…

Tous sauf moi. Mais ayant tué mon "double", il ne me considérait sûrement plus comme une menace potentielle. Mais une question cependant me trottait dans la tête.

Comment se fait-il que ce Balthazar soit le seul des trois dragons qu'on ait rencontré à s'exprimer à la première personne du singulier et non comme un certain empereur romain imbu de lui-même ? Ça j'en sais rien.

Empereur ro.. quoi ?

Roh, tu connais vraiment rien. J'espère que tu auras autant de curiosité intellectuelle que moi lorsque je passerai un temps infini à pioncer. Tu verras, on y apprend des trucs super intéressant ! D'ailleurs, tu savais que…

- Pourquoi ?

Merci, sympa de voir que mon avis t'intéresse.

Balthazar me regarda, étonné.

Et ignore-moi, en plus ! Ben compte pas sur moi pour t'aider à l'avenir, là, je fais grève.

- Pourquoi avoir créer cinq personnes capables de tuer chacun de ses frères et soeurs ? Pourquoi leur vouloir du mal ? demandai-je.

Grougaloragran ferma les yeux.

- Le coeur de Qilby a été perverti par ses recherches. Grougaloragran le sent. Il a toujours voulu expérimenter, et a étudié avec feu notre roi Chibi sur les Éliacubes. Il n'a pas digéré le fait que le monde pense que c'est lui qui a inventé l'Éliacube. Mais tu as… dérapé, en quelques sorte. Les sentiments de haine qu'il t'avait transmis ce jour-là devait être trop fort. Tu t'es échappé, et t'es rendu sur le mont Zinit où il priait notre Déesse. Et tu as accompli ta sombre mission.

- Qu'allez-vous faire de lui, alors ? Il a par mon intermédiaire tué votre roi, et créé des armes contre vous, dit-je en désignant mes amis prisonniers.

La conversation s'arrêta brusquement par l'arrivée soudaine d'un petit garçon tout ensommeillé. Assez petit, âgée d'un peu moins d'une dizaine d'année environ, il se frottait les yeux et regardait autour de lui d'un air perdu. Son bonnet, bien trop grand pour lui, lui couvrait la moitié du visage. Un silence tendu s'installa dans la salle.

----------------------------------------------
J'peux faire mon Disclaimer ! 8D

La race des Eliagons est une idée de Yugolederniereliatrope ! Elle dessine trop bien, alors allez matter sa galerie ! ♪

La suite très bientôt ! 
0 0
Score : 45

Ow, tout ce monde qui m'aime ! *SBARF* (part se cacher)
Bon, si le topic doit couler, je veux au moins poster la fin de mon histoire. Comme ça pas de sentiment d'inachevé.
Je la trouve un peu faible, je sais pas si j'ai bien tout fini. Il doit rester des incohérences, et avec tous ces avis constructifs je vais aller loin ! o/° *évite les pierres lancées par les membres du fofo qu'en ont rien à cirer*

Bon, ben alors voici la fin, hein ! biggrin (Elle est plutôt courte. Mais m'en fous. Na.)

-----------------------------------

Liberi Fatali

Mysterious Children, Deuxième Partie (II)


- Balthazar ? gémit l'enfant. J'ai fait un cauchemar.

Le Dragon s'accroupit à sa hauteur.

- Un rêve n'est qu'un rêve, petit roi. Retourne donc te coucher.

- Mais Adamaï prend toute la place !

La voix fluette de l'enfant réveilla la petite endormie ainsi que son frère Dragon. Elle ouvrit de grands yeux et se jeta joyeusement sur le garçon.

- 'ugo ! babilla-t-elle.

'ugo ? Héhéhé, quel nom pourri. Pourquoi pas 'ictor, tant qu'on y est ?


Balthazar mit une main sur l'épaule du jeune garçon, qui l'écouta attentivement.

- Yugo, ne me le fais pas répéter. Prends Nora et Efrim avec toi et va te coucher, dit-il d'un ton doux où perçait une pointe d'autorité.

Le petit déglutit, fit un mouvement de la tête et prit la main de Nora, pour l'entrainer hors de la pièce, suivi du petit Dragon. Avant de sortir, le regard de Yugo croisa le mien. J'y lus de l'incompréhension, et son regard de pitié, pour son jeune âge, me donnait la nausée. Un quart de seconde plus tard, ils avaient disparus.

Qu'est-ce qu'il a, le nabot ? Il veut se battre ? J'suis chaud, là, j'veux bastonner.


Je lui intimai de se calmer. Nous étions peut-être les seuls encore libre de nos mouvements, mais nous ne faisions pas le poids face à tous les Eliatropes réunis. Balthazar se redressa et me fixa.

- Qu'allez-vous faire de lui ? répétai-je.

- Ainsi, c'est lui qui l'a tué, murmura Mina en me regardant tristement. Mon cher et tendre… Pourquoi ?…

C'est bon, elle va pas ruminer pendant cent sept ans, celle-là. On a fait des conneries, d'accord, mais on avance pas quand on reste bloqué sur le passé.


Je le trouvai bien cruel de rabrouer indirectement cette femme qui avait tout perdu par ma faute.

Ouais, mais la tristesse entraîne la colère, la colère entraîne la haine, la haine entraîne le côté obscur. Je sais plus qui disait ça.


Pas faux. Mais sur le moment je m'en fichais un peu. Maintenant, le silence était revenu. L'atmosphère s'alourdissait de plus en plus au fur et à mesure que je me demandais ce qu'il allait advenir de nous cinq.

Nous étions dangereux. Notre fusion, accidentelle ou non, nous rendait assez fort pour inquiéter les six Éliatropes Premier-nés. Ils ne pourraient nous laisser en vie. Du moins sans nous avoir neutralisés. Et c'est cela qui m'effrayait. Autant que l'on me fasse du mal, je le comprenais, j'avais quand même tué le Patriarche de leur peuple. De mon peuple. Notre peuple.

Mais je refusais que l'on fasse subir le même sort à mes amis. Ils n'avaient rien fait.

Ouais, pas encore. Jusqu'au jour où ils se retrouveront dans la même situation que la tienne.

Il n'avait pas tort.

Mais j'ai toujours raison.


Mina se tourna vers Balthazar.

- Ce petit a raison. Nous ne pourrons garantir notre sécurité, et surtout pas celle de notre futur roi. Sans compter la petite Nora.

- Grougaloragran a le regret d'annoncer qu'il n'y a qu'un seul moyen pour les rendre inoffensifs.

Il posa alternativement ses yeux blancs sur chacun des cinq oeufs bleutés. Balthazar suivit son regard et compris aussitôt.

- Je pense aussi qu'il n'y a pas d'autre solution. Même si cela requiert ce sacrifice.

- De quoi parlez-vous ? demanda Glip.

Tiens, là j'ai pas envie de comprendre. Ça sens trop mauvais pour nous.

J'avais la gorge noué, essayant de repousser l'alternative qui croissait dans mon esprit.

- Grougaloragran pourra, avec l'aide de Balthazar, effacer leur haine, mais pour cela, il faut agir sur l'oeuf. Avant la naissance.

- Je vois ce que tu veux dire, Grougaloragran. Mais cela ne sera pas sans conséquence. Cela affectera sans doute le liens qu'ils ont avec leur frère.

- Alors vous allez nous éliminer ?

La voix criarde de Lily jeta un malaise sur la petite assemblée. Ses yeux étaient rouges, et son visage oscillait entre la colère et la désespérance la plus profonde. Je vis Kiri tirer sur ses liens, tout comme Zora. Globy retenait à grand peine ses larmes, derrière ses grosses lunettes rondes. Pour ma part, la peur m'avait conquis. Malgré ma liberté de mouvement, je restai figé.

Ainsi, nous allions mourir.

- Nous n'avons pas d'autres choix. Vos esprits et vos coeurs ont été empoisonnés par Qilby durant trop de temps. Mais vous renaîtrez, et vivrez normalement, assura Balthazar.

Je sentis subitement mes muscles se contracter, tandis que mon frère intérieur prenait une fois encore possession de mon corps.

- Ah oui, normalement ? Nos frères, peut-être, mais nous, les "voix" ? Si votre processus nous affecte, alors ça veut dire qu'on va disparaître ?
cracha-t-til dans la direction du dragon rouge.

Ce dernier secoua la tête.

- Nous ne pourrons dire avec certitude ce qui se passera. Peut-être qu'en retournant dans vos oeufs, vous serez à nouveau séparés ? Mais qui pourrait le dire ?

- Il nous faut nous dépêcher, le pressa Mina. Nous ne pouvons rester indéfiniment sans décision. Faîtes ce qui vous semble nécessaire.

Les Dragons acquiescèrent en silence. Alors que je voyais Balthazar se diriger vers Lily, je sentis une force qui me retenait par les bras, m'empêchant par la même occasion de me précipiter entre le dragon et mon amie.

Ligoté, je vis les yeux de Lily s'agrandir de terreur, alors que la main du Dragon s'approchait de son front. Je vis les autres essayer de se débattre, en vain, et hurler face à notre impuissance. Deux doigts touchèrent le front de Lily. Un rayon bleu fusa. Elle hurla, ses yeux se révulsèrent et elle disparut dans un nuage de fumée, qui intégra l'oeuf maintenant au sol.

- Non, Lily ! hurlai-je.

Je ne sus pas de qui entre mon frère et moi avions poussé ce cri. Peut-être les deux. Mais à dire vrai, nous nous en fichions pas mal.

Le dragon s'approcha alors de Globy, et malgré sa détermination à ne pas laisser ses émotions apparaître, je vis des larmes rouler sur ses joues pâles. Impassible, il passa à son tour ses deux doigts sur le front. Une lumière bleue. Puis plus rien.

- Kivin, fait quelque chose, bon sang ! me hurla Zora, les yeux exorbités, lorsqu'elle vit Balthazar s'approcher de Kiri.

Kiri se débattit comme un beau diable, mais rien n'y fit. Son cri de rage se mua en cri de douleur alors qu'à son tour ses yeux se révulsaient et qu'il disparaissait. Puis le dragon rouge se tourna vers sa prochaine victime.

Zora me regarda, les yeux résignés, alors que due doigts se posaient sur son front.

- On se reverra, lui criai-je. On sera à nouveaux ensemble un jour !

Elle émit un faible sourire, qui se mua en rictus moqueur. La lumière fusa. Elle grimaça, puis elle disparut à son tour.

Vieux, tu me fais pitié. Arrête de pleurer, ça fait pas du tout cool, pour une fin glorieuse.

La pression sur moi se relâcha, et je tombai à genoux, devant les oeufs brillants de mes amis. Mes larmes ne pouvaient s'arrêter, alors que leur mort se gravait dans ma mémoire.

Balthazar se tourna vers moi.

- Nous pouvons te laisser en vie. Tu as déjà rempli une partie de ta "mission", nous n'aurons pas besoin d'agir sur ton oeuf pour effacer le reste de ta haine.

Je levai lentement la tête, le temps que les informations m'atteignent. Mes larmes semblaient intarissable, et s'écrasaient au sol, l'assombrissant par leur nombre. Je me sentais vide. Malgré le peu de temps passé ensemble, notre amitié m'était la chose la plus précieuse.

Et qu'avais-je pus faire ? Rien, à part assister, impuissant, à leur mort….

La proposition de Balthazar résonna en moi. Devais-je continuer à vivre, avec ces quatre morts sur la conscience ?

Hey, pense à moi. J'veux pas mourir, hein. En plus on sait même pas si à notre renaissance, je serai toujours là.


Je le trouvais bien pessimiste, tout d'un coup. Mais ma décision était prise.

J'suis réaliste, petit père. Et t'as déjà pris ta décision ? J'espère que ça sera la bonne. Pour moi, bien sûr.


Je séchai mes larmes , et me redressai lentement, pour faire face à tous ces adultes sans coeur.

- Je ne veux pas de votre pitié, assénai-je à leur intention. Finissez votre boulot. J'veux pas me sentir redevable envers vous.

Je te déteste. Est-ce que tu le sais, ça ?

Je souris. Je vis avec un étonnement que je montrai pas, une grande tristesse dans les yeux de Balthazar. Je fermai les yeux, ne voulant pas voir la pitié briller dans se yeux. Je ne voulais pas de leur pitié. Qu'ils se la gardent. Et qu'ils aient notre mort sur la conscience.

Et si un jour nous renaîtrions, nous serions à nouveau ensemble.

Je sentis une pression douce sur mon front. Malgré mes paupières closes, je pus apercevoir brièvement la lumière bleutée. Une trait de douleur fusa sous mon crâne, me traversant de part en part. Je me mordis la lèvre pour ne pas crier, alors que je sentais l'inconscience me gagner. Ma salive avait un goût de rouille.

- Je suis désolé, murmura Balthazar.

Ce fut la dernière chose que j'entendis.

--------------------------------------------------

Les ténèbres m'oppressent. Mais je ne veux pas sombrer. Pas encore.

Si on renaît, je te tue.

Je souris.

Imagine que je sois plus là ? Nan mais t'y as même pas pensé !

Bien sûr que si. Mais je sais aussi que le retour dans cet oeuf nous rendrait notre apparence originelle.

Tu paraîs bien sûr de toi.

Parce que je l'étais. À quoi d'autre se raccrocher, sinon ?

J'suis encore dans ta tête. Ça veut dire

… qu'on n'est pas encore retourné dans notre Dofus.

Pas faux. On a encore nos souvenirs.

Une grande brume m'envahit. Je crois que notre réintégration est proche.

Bon. J'aime pas les adieux déchirants. En plus c'est pas vraiment des adieux. Alors… ben bonne nuit.

Je souris encore. La brume s'épaissit. Elle nous enveloppe. Mes souvenirs deviennent moins précis.

Peu à peu, je m'endors. Sa voix faiblit.

T'sais… Ça m'ferait mal de plus pouvoir t'embêter, en y pensant.

Je n'arrive même plus à rire intérieurement. Ses pensées m'apparaissent de plus en plus floues.

Si jamais je suis plus là… Ben, sache que ça m'a fait plaisir de te faire chier.

Le noir obscur. Je me sens rétrécir. Redevenir une créature sans défense, sans nom. Sans passé, ni présent, ni futur. Nous oublions jusqu'à nos noms.

Jusqu'à notre renaissance.

---------------------------------------------------------

Bon, voilà, l'histoire se finit ici. Enfin.. après, elle continue, vu qu'on voit ces énergumènes dans IoW... J'vous laisse imaginer ce qui a bien pu se passer ! o/° (sachant que même moi, je ne sais pas, on est bien avancé 8D)

Pour ceux qui veulent, et qui ont du temps à perdre (genre à relever mes fautes diverses et variées qui doivent pulluler dans ce texte, ou tout simplement me dire qu'ils m'aiment), il existe le bouton "répo- *Se fait écraser par une armoire normande tombée du ciel.*

A la revoyure ! o/° (peut-être pour une autre fic.. mais là j'ai plus d'inspi pour l'instant.)

(J'me permets de poster avec mon compte WLG v_v)
0 0
Score : 1184

Très sympathique histoire ^^ ! Même si j'aurais préférée avoir une fin... un peu moins bidon ? Même pas bidon, la fin n'a pas de fin X) !

0 0
Score : 1343

Une réponse ! Merci ! *sort un tas de cadeau et s'incline devant elle*

Sinon pour la fin... Malheureusement, y en a pas vraiment. J'ai surtout voulu donner mon point de vue sur ce qu'étaient les 5 enfants vus dans IoW. J'ai essayé de garder la cohérence avec le reste '-'
Oui bon, c'est une excuse naze, je sais v_v
*sort*

0 0
Score : 410

Le kiri c'est un fromage 'spèce d'inculte. Pour une fois que j'avais fait un bon jeu de mots y a personne qui le comprend --^ Ça devait être trop intellectuel ^^
Bon là je suis partie pour 20 minutes à écrire parce que je galère sur mon tel'.

M'enfin c'est parti pour la critique --^

______________________________
"Le Dragon s'accroupit à sa hauteur".
Jamais vu un dragon qui s'accroupit moi. Et en plus il doit s'accroupir sacrément bas pour arriver à la hauteur d'un gamin --^

"La voix fluette de l'enfant réveille"
Erreur de temps à tribord!

"et se jeta sur le garçon joyeusement"
Tu veux dire "se jeta joyeusement sur le garçon"

Par contre faudrait juste que tu fasses comprendre que c'est Victor qui "raconte" l'histoire avant, c'est-à-dire faire comprendre au public qu'il est présent.

"je lui intima"
Je lui intimais.

"nous renaîtrions, nous serons"
Concordance des temps?

------------------------
En fait j'ai tellement de mal à écrire que j'y ai passé une demi-heure. Même plus.
Applaudissez-moi.
Je m'aime.
Et j'aime la voix aussi.

J'avoue qu'ils décident quand même rapidement de la mort de cinq gosses les vieux. Faudrait peut-être rebroder un peu là-dessus.
Et la fin est un peu rapide

mais ça me plairait la suite des aventures des gosses moi o/
Bah bonne chance pour l'inspi, ect, ect..

Snoopy.

0 0
Score : 1343

Ah, Snoopy, merci, j'avoue j'avais même pas fait attention aux erreurs basiques 8D *sort*
Je t'appaludis. *clap clap*
Et moi aussi je m'aime. *SBARF*

Pour le Dragon qui s'accroupit, ben il est sous sa forme humaine. Donc théoriquement, il peut s'accroupir o/°

Huuu par contre j'avoue ne pas avoir compris ce que tu veux dire par cette phrase :
"Par contre faudrait juste que tu fasses comprendre que c'est Victor qui "raconte" l'histoire avant, c'est-à-dire faire comprendre au public qu'il est présent."

C'est vrai que la décision est rapide, mais ils se devaient de résoudre le problème rapidement... M'enfin, j'essaierai de broder quand j'aurai le temps ! o/°

Et pour la suite des aventures des gosses... Peut-être, mais alors elles se dérouleraient sur Emrub (sachant que Nora les y a emmener dans IoW...), mais comme je connais pas du tout Wakfu les Gardiens, ça risque d'être dur 8D (enfin, j'y ai joué, mais j'ai pas dépassé le niveau 2....... *part se cacher*)

Enfin merci pour la réponse ! o/ (Et écris plein de chapitre de tes fics pour les poster quand tu rentreras chez toua !)

(Et pour le Kiri, honte à moi, je n'avais absolument pas percuté, jusqu'à ce que je lise ce message. Je vais aller me pendre pour réparer cette horrible erreur.)

0 0
Score : 410

Victor?! Euh... Kivin pardon xD

Ich bin so dumm xD

Faut m'excuser xD
Ouais... J'disais ça parce qu'ils se décident vraiment vite quoi --^

En fait c'est pas demain la veille que je rentre chez moi, mais j'ai quelques idées en tête... Surtout pour la fic' avec Ayena...

Parce que j'ai envie que quelqu'un lise ma fic' qui a coulé....
Et que personne ne verra jamais parce qu'elle est passée en page 2.. xD Je suis triste o/
Bref bah bonne journée o/

Et j'aime toujours autant tes petites histoires ...
Et c'est MOI qui m'aime. Tout le monde m'aime.
La preuve tu m'as copié mon "je m'aime" o/

0 0
Score : 2736
artezill|2012-06-19 19:58:12
Et honnêtement, j'ai dû chercher dans le dictionnaire plein de mot laugh
c'est plutôt bon signe je trouve : D
sinon, c'est assez sympa mais il faudrait effectivement simplifier le vocabulaire. Non parce que pour ceux qui savent pas Kagu a 17 ( ou 18 ?) ans il me semble donc il a un vocabulaire plus enrichi , ce serait effectivement plus simple de mettre moins de mots compliqués. mais l'histoire a un ensemble bien consistant. Et ça c'est bien.

bisous !
cooco
0 0
Score : 1343

Dernier post avant de laisser couler ce topic dans les tréfonds des oubliettes, en attendant qu'un jour, une nouvelle fic pouvant être postés sous le label Liberi Fatali émerge de mon petit cerveau...

Colorane -> Je pense que je ne simplifierai pas le vocabulaire. Si je le faisais, le texte perdrait en richesse, et beaucoup de répétitions apparaitraient :/
En effet, j'ai 18 ans, et j'oublie parfois que la majorité des personnes postant sur ce forum ont une moyenne d'âge tournant aux alentours de 11-14 ans.
Pas que ce soit mal, hein ! Mais je n'avais pas pensé écrire pour des personnes aussi jeune wink
Au moins, ça vous fera ouvrir votre dictionnaire, et apprendre plein de nouveaux mots ! o/ *sbaf*

Bref, sinon, merci beaucoup à ceux qui ont pris le temps de lire. Particulièrement à Snoopy, qui m'a bien aidé à corriger nombre de faute 8D (faible que je suis)

Voilà, donc maintenant je laisse la place à d'autres auteurs, et je n'empêcherai pas les âmes généreuses de lire mes histoires si ce n'est déjà fait !

0 0
Score : 410

Ah non, non, NON!!!
Alors là, t'as pas le droit Kagu'! Déjà que tu commentes plus mais alors là --^
Pourquoi est-ce-qu'y a tout le monde qui s'en va?!? Et en plus t'avais presque rien écrit^^

Rah, je suis dégoûtée... Y a plus personne qui poste et plus personne qui commente... Tout ça me donne bien envie d'arrêter de critiquer les fic's des autres, je dois le dire x'D

Kagu'... Allez, te laisse pas décourager! Reviens, ou sinon ce sera vraiment mort ici^^

(Par contre, pour le vocabulaire, j'ai 14 ans (je suis donc dans la moyenne d'âge xD) et je trouve absolument pas qu'il est complexe =O)

/sort/

0 0
Score : 1343

Je parle des cas généraux, qui eux ont besoin de dictionnaire :p

J'veux bien commenter, mais de un : tu vas tout dire du coup j'aurais plus rien à dire D8 (excuse pourrie)
De deux : J'arrive même plus à faire la différence entre un Rp et une fanfic, sur ce site....
Et de trois : Je passe de moins en moins souvent sur le forum.

Mais bon, pour être solidaire, je ferais un effort et vais essayer de lire des fics, pour trouver ce qui cloche ! o/

Par contre, si, ce topic va couler, parce que j'ai plus d'idées pour des Fanfic Wakfu. J'vais pas vous mettre des fanfic d'autre fandom (bien que j'en ai quelques une en tête, après, faut mettre à l'écrit i o/)

M'enfin, tu m'as redonné de l'energie, j'vais aller voir d'autres topics ! è_é (vite, avant que ma bonne volonté s'épuise *SBARF*)

0 0
Réagir à ce sujet