FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

Wakfu : le passé d' Evangelyne

Par 11 Avril 2011 - 18:41:49
Réactions 394
Score : 543

Coucou ,

Merci à tous pour vos commentaires, ça fait plaisir biggrin
Voila un petit chapitre un peu plus soft parce qu'il cloture la partie 6 mais promis, la suite promet combat, intrigue et SADISME of coursebiggrin .
La partie 7 s'intitule "nouveaux alliés, nouveaux ennemis". A vous de vous faire vos hypothéses foireuses (J'adore lire vos suppositions)

Bonne lecture

Chapitre 25
« -Tu cherches Pinpin pour qu’il t’invite à danser ? »

Evangelyne quitta la foule du regard pour se tourner vers Amalia qui venait juste de s’asseoir à coté d’elle. Assise à la table que ses amis et elle avaient occupé avec Nathalian et quelques habitants, Eva était restée plongé dans ses pensées pendant que les villageois et le reste de la confrérie profitaient de l’ambiance festive.

« -Non, répondit t-elle simplement, je suis juste…perdue dans mes pensées.

-Des pensées qui tournent autour de quelqu’un en particulier ? Interrogea malicieusement la sadidette.

-A vrai dire oui, admit la Crâ en ignorant les sous entendus de son amie. Je pensais à Weldor. »

La jeune femme eut un léger sourire en voyant sa protégée prendre un air déçu. Ce n’était qu’une part de vérité. Ne voulant pas inquiéter ses amis pour rien, l’archère avait décidé de ne pas parler de ses doutes à ses amis. Surtout que si elle avait raison et que quelqu’un les suivait bien, cette personne n’avait sûrement pas de mauvaises intentions puisqu’elle l’avait libéré de l’emprise du Sacrieur. C’était pour cette raison qu’elle en était venue à conclure que Weldor était peut être mêlé à ça. Le connaissant, elle savait que son mentor était près à tout pour sa sécurité. Et si pour cela il fallait la suivre ou la faire suivre, Eva ne serait pas étonnée qu’il le fasse. En même temps, le guerrier avait une mission et elle le voyait mal la laisser tomber pour la protéger contre un danger peut être inexistant. Elle s’était donc mit à chercher dans la foule s’il y avait un Crâ qui aurait pu intervenir. Mais elle n’en avait aperçu aucun et commençait à se demander si ce n’était pas simplement la fatigue et le stress. Après tout, elle n’avait vu personne.

« -Ne t’inquiète pas pour lui, voulut la rassurer Amalia. Il ne se laissera jamais manipuler par l’Homme en noir comme l’a fait Xalian. Il est bien trop têtu…C’est drôle, je m’étais toujours demandée de qui tu tenais ce fichu caractère de tête de mule, plaisanta la sadidette faisant sourire son amie.

-Sinon, tu t’amuses bien à ce que j’ai pu voir, déclara Eva désireuse de changer de conversation pour penser à autres choses. »

En effet, la sadidette avait passé quasiment tout son temps sur la piste de danse qui se dressait devant les tables au bras de différents jeunes hommes. Perdue dans ses pensées, Eva restait cependant une garde du corps et elle gardait toujours un œil vigilant sur sa protégée.

« -Oh oui ! J’adore ces soirées, s’exclama la jeune fille tandis que son amie grimaçait. Roh, Eva, tu pourrais faire un effort quand même. Tu t’amuserais bien et tu te prendrais moins la tête avec toute cette histoire à propos de l’Homme en noir si tu acceptais un peu les invitations de tous tes prétendants. D’ailleurs, rajouta t-elle avec un ton taquin, en voyant que son amie ne réagissait pas, je t’avais dit qu’avec les cheveux lâchés tu ferais un malheur. »

Evangelyne jeta aussitôt un regard noir à sa protégée qui ne put s’empêcher de sourire. Depuis que Ruel avait balancé sa pince par la fenêtre, la jeune femme était condamnée à garder ses cheveux défaits. Elle avait bien essayé d’en retrouver une dans une boutique du village au court de l’après midi mais, étrangement, aucuns magasins n’en vendaient. La Crâ se doutait bien que la princesse avait demandé à Dalnar, le cuistot de l’auberge, de faire circuler un message pour faire disparaître toutes choses qui pourrait lui permettre de s’accrocher les cheveux. Mais Amalia lui avait rétorqué qu’elle devenait vraiment parano. Pourtant, le rire de ses amis, en plus de connaître suffisamment bien sa protégée pour savoir qu’elle en serait capable, ne faisait que confirmer ses soupçons.

« -C’est moi qui vais faire un malheur si tu n’arrêtes pas tout de suite avec ces ioperies, menaça la Crâ.

-En parlant de Iop, poursuivit la sadidette, nullement impressionnée, c’est pour lui que tu repousses toutes ces demandes ?

-Amalia ! Souffla Eva en levant les yeux au ciel.

-Ben quoi ?

-Quand vas-tu arrêter avec toutes ses insinuations ? Tu as passé ta journée à me parler de Tristepin.

-Je…Bon d’accord, j’ai un peu exagéré, admit la princesse. C’est juste que…

-Que quoi, Amy ? Interrogea la Crâ un peu inquiète face à l’air soucieux de sa protégée.

-Tu m’as fait peur, Eva, avoua Amalia. Quand je t’ai vu sortir de la chambre après qu’on est appris le « départ » de Pinpin, tu avais l’air tellement…étrange. Tu paraissais si indifférente, et je sais que ce n’était qu’une façade, rajouta t-elle avant que son amie ne puisse dire quoique ce soit. Seulement, voir ton regard si froid, vis à vis de Pinpin ! J’ai trouvé ça vraiment flippant.

-Amalia, je suis désolée, je…c’est ma façon de me protéger de la douleur. La cacher. Savoir que Tristepin nous laissait tomber, après qu’on se soit disputé, ça m’a fait mal, je l’avoue. Plus que je ne l’avais cru et c’était plus simple pour moi d’être en colère contre lui que d’être triste.

-Je comprends mais je t’avoue que je ne suis pas pressée de revoir ce regard.

-Et c’est pour ça que tu n’as pas arrêté de me taquiner je présume.

-J’ai pensé quand te faisant réagir comme avant en parlant de lui, tu te rappellerais de ce que tu éprouves vraiment pour lui et tu n’en voudrais plus à Pinpin.

-De un, je n’ai jamais dit que j’éprouvais quoi que ce soit. De deux, fit-elle avant que son amie n’émette le moindre commentaire, je n’en veux plus à Tristepin. Il n’y était pour rien après tout. Alors, oui, Amalia j’ai laissé tombé le masque de l’indifférence et de la colère, théâtralisa Eva.

-Mais, comme tu ne rougis pas quand je fais des remarques, c’est que tu lui en veux toujours.

-Je n’ai pas encore digéré ce qu’il m’a dit hier soir, avoua l’archère. Même si je sais qu’il ne le pensait pas vraiment et qu’il était énervé à propos de ‘je ne sais trop quoi’, ce n’était pas agréable pour autant.

-C’est d’ailleurs pour ça que je suis venue m’excuser. »

Les deux jeunes femmes se retournèrent instantanément pour se retrouver face au Iop. Gênée à l’idée qu’il est pu entendre leur conversation, Eva se mit aussitôt à rougir ce qui n’échappa pas à sa protégée.

« -Bon, ben, je vais vous laisser tous les deux, déclara Amalia. Je crois que tu es sur la bonne voie, murmura t-elle à Eva en faisant référence au ton de ses joues. »

La sadidette esquiva une tape de sa garde du corps avant de partir au courant. Se retrouvant seuls pour la première fois depuis leur dispute et tout ce que Xalian avait dit, un silence gêné s’instaura.

« -Je viens juste d’arriver. Je n’étais pas en train de vous écoutez, fit le chevalier un peu mal à l’aise. Je t’ai juste entendu parler d’hier et c’est pour ça que je suis intervenu.

-Oh, répondit Eva sans pouvoir dire autre chose et en fixant ses bottes.

-Ecoutes Eva, commença le Iop en s’asseyant à coté d’elle. Je ne suis pas très doué pour les excuses mais je suis vraiment désolé. Je ne pensais vraiment pas ce que j’ai dit. J’étais énervé et j’avoue que je n’aimais pas vraiment comment Xalian était avec toi. »

La Crâ releva la tête, surprise d’un tel aveu. Depuis leur départ, elle avait l’impression qu’il était tellement remonté contre elle qu’il en avait perdu tout type de sentiment à son égard. Après tout, elle avait eu la preuve avec les miss moches que les Iop pouvaient passer de la haine à l’amour, et vice-versa, en un clin d’œil.

« -Je me suis mal comporté avec toi depuis qu’on a quitté le royaume d’Amalia et je comprendrais que tu ne veilles plus être mon ami. Mais quand je t’ai vu aux mains de ce Sacrieur alors que j’aurais peut être pu éviter ça si j’avais été moins Iop, j’ai compris que je voulais surtout pas perdre ton amitié. Et maintenant, je suis près à tout pour la regagner et qu’on oublie tout ça. »

Evangelyne ne savait pas trop comment réagir. Elle lui avait déjà pardonné quand il avait brisé son arc en pensant qu’il ne pourrait jamais la faire souffrir plus. Et pourtant, il avait réussi. Alors elle hésitait. Pouvait-elle oublier, en sachant qu’il risquait à nouveau de la blesser volontairement ou par simple ioperie ? Voyant que la jeune femme ne se décidait pas, le chevalier baissa tristement la tête et s’apprêta à partir quand une main se tendit vers lui. En voyant l’air triste du gardien de shushu, la jeune Crâ n’avait pas pu lui en vouloir plus longtemps. Elle n’était pas encore sûr de vouloir prendre le risque de laisser libre cour à ses sentiments pour le Iop. Mais une chose était sûr, elle ne souhaitait pas perdre son amitié.

« -Ami comme avant ! Déclara Evangelyne en souriant.

-Ami comme avant ! Répéta alors Tristepin en lui serrant la main et en souriant à son tour. »

Plus loin, cacher derrière des tables, le reste de la confrérie sourit joyeusement. Maintenant, l’aventure pouvait continuer.

___________________________________________________________________________

Le lendemain, après avoir saluer les villageois et Nathalian, la confrérie se remit en route. Les tensions s’étant envolées, il régnait une ambiance chaleureuse et joviale au sein de leur petit groupe tandis qu’ils se dirigeaient vers les plaines de Drest.

« -Tu crois qu’elle nous a repéré ? Demanda une voix d’homme.

Comme une ombre, une silhouette se détacha de celle de l’enceinte de la ville pour s’approcher d’une seconde personne. Celle-ci observée le groupe d’aventurier qui s’éloignait. Un sourire en coin apparut sur son visage à la question de son ami.

« -Oh que oui.

-Tu n’aurais peut être pas du intervenir. Après tout, De Lorne était sur le point de tuer son fils.

-Pour prendre le risque qui lui brise la nuque avant de mourir, lança t-il un peu énervé.

-Mouais, t’as raison. Mais maintenant, elle va se méfier.

-Elle n’en sera que plus sûr ses gardes. Cela ne pourra pas lui nuire. Quant à nous, il nous faudra être encore plus discret.

-Parle pour toi. Ce n’est pas ma faute si tu es aussi repérable qu’un mulou dans un troupeau de bouftous, se moqua le premier homme.

-Je te rappelle qu’elle ne se laissera pas berner par tes tours de passe-passe. Elle les connaît tous. Et puis dans les plaines, tu trouveras moins facilement de l’ombre pour te dissimuler.

-Ne t’inquiète pas pour moi. Et, c’est plutôt ta présence qu’elle risque de repérer.

-C’est pour ça qu’on restera un peu plus éloigné. »

Les deux silhouettes regardèrent à nouveaux les aventuriers au loin. Quand ils disparurent derrière une colline, le duo s’avança à leur suite.

0 0
Score : 661

ENFIN RAPHAËËËËËLLLLLLLLLLL!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Et peut être avec mon Weldor mais je ne suis pas sûre!!
Trop excitée pour Eva et Tristepin!! Va y avoir du sadisme quand Notre Iop national va découvrir Raphinou!!!Et j'aime ça!!happy
Orthographe: Venu avec un E?????? "C'est pour ça que je suis venuE m'excuser"
Non mais ça va pas ta tête ou quoi???angry
Au fait, bonne nouvelle pour tout le monde: Moi et ma soeur on part en colo alors jusqu'en août on pourra pas poster!!
Vous devez soulagés non??tongue
J'attends de voir la ou les suite et qu'on reprenne du service!!
Je vous fait de gros poutou!!
PS: Où sont passées Gateau-Basque et floflora??

0 0
Score : 24

Lou!!!
J'aime pas que tu me passe l'ordi la nuit (comparé à toi j'aime pas la nuit ou tu te sens ensécurité) et surtout parle pas pour les autres!!
*****DSL pour le flood*****
Bon!! Comme je pars en colo donc je ne serait pas la avant aout!!
Venu sans E, pigé??angry dsl le sadisme est de famille XD
Rien d'autre: ma soeur a tout dit!!
Bye vivement la suite!!
Lilas

0 0
Score : 2101
LilyChoco|2011-07-18 20:28:23
Celle-ci observée le groupe d’aventurier qui s’éloignait.

Celle-ci observait le groupe d'aventurier qui s'éloignait ! cool

Tout ce que j'ai à redire cette cette faute et que ce chapitre est trop court !! Tu n'as rien posté pendant 1 semaine et quand tu reviens c'est pour poster une chapitre super court ! mellow

Sinon, j'ai adoré le moment avec Evangelyne et Tristepin smile 
0 0
Score : 270

Petit passage rapide pour signifier que même si je ne commente pas, je continue a lire... N'étant pas chez moi, mais a l'étranger, je n'en n'ai ni le temps ni la possibilité.
Pour ce qui est de floflo' elle est aussi partie, et je ne crois pas me tromper en affirmant que c'est aussi le cas de -LMS-....

Enfin bref, toujours un très bon travail Lily, je tiens a souligner le plaisir que j'ai eu a lire l'avant dernier chapitre : j'aime quand c'est loooong!
En revanche, la chose que j'ai moins apprécie c'est le moment Eva/Pinpin dans le dernier chap'... Ils savent tous les deux qu'avant ils n'étaient pas amis mais plus que ça. Le "amis comme avant!" est donc mal passe pour moi. Et puis Tristepin ne lui a même parle de pourquoi il fut si désagréable et Eva ne lui a même pas demandé. Peut être parce que tu comptes faire tout exploser quand Raphaël va se ramener (s'il se ramene)... Serait ce un léger sadisme de ta part, de laisser la jalousie de Pinpin en suspens?

Pour ce qui est des hypothèses foireuses, il semble maintenant évident que ce sont bien les deux gardes du corps d'Eva envoyés par Weldor qui l'ont "sauvee", vu ta description l'un des deux est un sram (enfin c'est ce que j'ai cru comprendre) et je me demande si l'autre n'est pas Raphaël... Hum, mystère et boule de gomme.

0 0
Score : 2

Coucou ! J'ai suivis tout les chapitres de ta fiction,
JE L'ADORE TROOOOOOP biggrin !

- Bon, avec moi t'es sur d'une chose, je te critiquerais jamais sur tes fautes. Moi j'en fais au moins 20 par mot, alors !

- Je suis peut-être une grande sadique, mais j'adore voir Tristepin jaloux !! Même derrière mon écran je souris quand je lis les moments où il est jaloux ( désolée pour la répétition, mais je trouvais pas d'autre synonyme, et puis les commentaires constructifs c'est pas trop mon truc :unsure: )

- Il me tarde qu'Eva nous révèle qui est ce mysterieux Raphaël ! Il me tarde aussi qu'Eva et Tristepin soit officiellement ensemble laugh

Voilà très bonne continuation de ta merveilleuse fiction [ que je kiff à mort ] tongue


Ps : Ne me critiquer pas je suis nouvelle sur le forum sad !!

0 0
Score : 543

C’est pas possible, j’avais déjà une petite enquiquineuse pour les fautes et maintenant, j’ai sa jumelle. On est mal ! biggrin (Surtout que c’est deux petites enquiquineuses qui font aussi des fautes tongue )

Merci à tous en tout cas de prendre le temps de poster malgré les vacances.

Et Merci Hello-the-worlde et bienvenu sur le forum.

Maintenant, je poste le premier chapitre de la partie 7. J’espère qu’il vous plaira. J’ai commencé la partie 8 et j’ai déjà le titre mais comme ça serait vraiment TRES TRES sadique de ma part de vous le donner, parce qu’il laisse peu de place à la confusion, je vais attendre un peu… Mais comme Gateau-basque semble douter de mon sadisme, je peux préciser que les relations entre Tristepin et Eva, malgré le chapitre précédent, ne sont pas encore au beau fixe.

Bonne lecture (la suite dans un mois…nan, nan, je rigole : lundi promis)

Partie 7 : Nouveaux alliés, nouveaux ennemis.[/b]

Chapitre 26 :



La lame s’enfonça dans la chair et atteignit son objectif. L’homme poussa son dernier souffle tandis que son cœur cessait de battre. D’un rapide mouvement du poignet, le tueur libéra sa dague du corps sans vie qui s’écroula à terre. Il essuya sa lame avec la cape de voyage de son ancien interlocuteur puis la remit à sa ceinture. Sans un regard pour l’être qui gisait dans une mare de sang, il quitta l’ombre de la ruelle où il avait eu son « entretien ».

D’un pas décidé, l’homme traversa les quelques rues les plus mal fréquentées de Brakmar sans rencontrer le moindre problème. Les escrocs et les malfrats qui y sévissaient fuyaient à son approche comme des enfants apeurés. L’homme ne s’en soucia même pas. Il ne ressentit même pas le plaisir qu’il avait habituellement à la vue de la peur qu’il occasionnait chez les pires crapules de la cité. Non, seul comptait les informations qu’il venait de recevoir.

Posté devant une grande porte en bois brute couverte de taches de sang et de marques laissées par des coups d’épée ou de poignard, il jeta un œil par-dessus son épaule avant de frapper trois coups. Une meurtrière dans la porte s’ouvrit laissant un filet de lumière éclairer le visage du visiteur. Un énorme Pandawa jeta un œil avant de refermer brutalement la petite ouverture en bois. La seconde qui suivit la porte s’entrouvrît pour laisser la silhouette encapuchonnée pénétrer dans une grande salle dont l’atmosphère était oppressée par la fumée. Aucun occupant ne leva les yeux vers le nouvel arrivant. Trop occupés par leurs propres affaires, ils ne regardèrent pas le Pandawa mener l’inconnu vers l’arrière du bar. Une fois arrivé dans une petite salle sinistre derrière la cuisine et les réserves, le maître des lieux ferma la porte derrière l’homme. Sans perdre une seconde, celui-ci tapa sur plusieurs pierres et un pan de mur glissa sur le coté. L’homme s’enfonça dans les ténèbres sans la moindre hésitation. Il parcourut plusieurs centaines de mètres dans une galerie souterraine avant de réapparaître dans une petite cour coincée entre deux grandes maisons qui paraissaient abandonnées. Agilement, il se hissa sur le toit de l’une d’elle et continua son chemin en sautant de toit à toit. Quand il atteignit enfin sa destination, il sauta et atterrit devant la porte qui donnait sur la cour arrière d’une vieille demeure. Celle-ci s’ouvrit aussitôt, laissant apparaître sur son seuil un Sram caché sous un masque dont la simple vue en faisait trembler plus d’un. Indiffèrent, l’homme se défit de son capuchon et révéla un visage pâle comme la neige où brillait une cicatrice qui allait de son front jusqu’au bas de sa joue gauche. Pour l’albinos dont la blancheur de la peau contrastée avec le rouge encore vif de la plaie sur son visage, un masque était inutile pour effrayer.

« -Il vous attend ! »

Le sourire suffisant du Crâ vacilla légèrement à la nouvelle. Comment pouvait-Il savoir ? Le Sram sembla sourire à sa confusion passagère mais ne voyant pas son visage il ne pouvait pas en être sûr. Se promettant de régler cela plus tard, l’albinos ne perdit pas plus de temps et s’enfonça dans le bâtiment. Tout en montant les escaliers, il maudit la silhouette sombre de l’air supérieur qu’elle prenait avec lui. Depuis la dernière fois, le Sram semblait avoir pris sa place auprès de l’Homme en noir. Non pas que ce dernier était du genre à avoir un bras droit. A vrai dire, ils étaient tous ses hommes de main et rien d’autre. Mais jusqu’à ces derniers jours, l’albinos avait toujours était celui qui était le plus proche de l’Homme en noir et que les autres craignaient.

Alors qu’il grimpait le dernier étage, son estomac se noua et le Crâ eut l’impression de sentir à nouveau la lame courir le long de son visage. Alors qu’il essayait de faire fi du picotement qui le lançait dans sa chair meurtrie, il tendit la main vers la poignée et constata qu’il tremblait. Il devait se l’avouer : au souvenir de sa dernière visite au maître des lieux, il avait peur. Le faite qu’il ait été proche de l’Homme en noir pendant des années ne l’avait pas mis à l’abri de sa colère quand il était venu lui apprendre que la Confrérie du tofu était toujours introuvable. Si la cicatrice était la seule marque encore visible de ce qui s’était passé, le Crâ se rappelait encore très bien du reste. Après seulement deux jours de recherche infructueuse, l’albinos ne s’était pas attendu à une telle réaction même de la part d’un homme aussi cruel. Après tout, c’était la faille de son propre plan.

Ne voulant pas le faire plus attendre, le guerrier serra les poings et frappa à la porte. Quand il entendit la voix toujours aussi sinistre lui répondre, il pénétra dans la salle qui lui sembla de plus en plus sombre à mesure que l’humeur de l’homme empirait. Comme toujours, il avança vers la silhouette et s’agenouilla. Mais inconsciemment, il s’était moins approché qu’avant.

« -J’espère pour vous que vous m’apportez de bonnes nouvelles, sinon je ne me contenterais pas de vous défigurer… »

L’albinos ravala difficilement sa salive avant de relever la tête, se rappelant qu’il apportait d’excellentes nouvelles.

« -Nous avons repéré la Confrérie ! Déclara t-il un peu plus sûr de lui. L’Homme en noir tourna légèrement la tête montrant que le Crâ avait toute son attention : L’un des hommes que vous aviez envoyé auprès du jeune De Lorne est venu et m’a appris que la Confrérie s’était arrêtée à Enhia, il y a de cela deux jours avant de repartir vers les plaines de Drest.

-Repartir ? Grogna l’Ombre.

-Il les a capturé mais ils ont fait échouer les plans que vous aviez pour Xalian. J’ai aussitôt informé les villages à proximité des plaines de la possibilité de leur venue, rajouta le Crâ pour calmer une potentielle crise de la part de l’Homme en noir.

-Je croyais qu’un Xelor, envoyait par mes soins, devait s’occuper d’éviter ce genre d’incident, fit calmement la silhouette qui se tenait face à la fenêtre.

-C’était le cas mais il a été neutralisé par la Crâ pendant qu’il s’occupait du Iop et des deux frères.

-Evidemment ! »

L’homme en noir se retourna alors vers le Crâ et s’avança doucement vers lui. Quand il posa une main sur son épaule, l’albinos devint plus pâle qu’il ne l’était déjà.

« -Qu’est ce que vous omettez de me dire ? Déclara froidement l’ombre tandis que son voile de ténèbres sembla engloutir le Crâ encore à genou.

-Je ne…commença l’archer avant de se reprendre face à la colère qui semblait émaner de son interlocuteur. Xalian a failli la tuer… »

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase ou de donner la moindre explication que l’homme plaqua sa main contre sa gorge et le souleva du sol comme si c’était un fétu de paille. Le Crâ chercha à se défaire de son emprise mais il avait une poigne d’acier.

« -Qu’a t-il fait ? Hurla l’Ombre.

-Il a…failli…l’étrangler ! Suffoqua le Crâ. Mais …Nathalian l’a…

-Et qu’avais je dit ? Murmura le maître des lieux en approchant son visage de celui de sa victime.

-De ne pas…de ne pas lui faire de mal… »

Avant que le Crâ n’ait eu le temps de voir son visage, l’Homme en noir le lâcha et il s’effondra à ses pieds. L’albinos tenta de reprendre son souffle tout en cherchant à comprendre ce que cette fille avait de si particulier pour attirer l’attention de son maître.

« -Prévenez tous le monde de ne surtout pas commettre la même faute que Xalian ! Il a de la chance d’être déjà mort et vous, vous avez de la chance de mettre encore utile. »

L’Homme en noir se détourna et repartit dans sa contemplation de Brakmar. L’albinos se releva difficilement et se dirigea vers la sortie. Mais avant qu’il ne parte, l’ombre l’interpella à nouveau.

« -Et au sujet de notre cher ami ?

-Il me suit mais il me perd toujours. Il était encore devant la porte mais il n’a pas encore découvert par quel passage je quitte le bar du vieux Trimeure.

-Bien, quand cela sera fait…faite en sorte de l’accueillir comme il se doit. »

Quand son homme de main fut sorti, l’Homme en noir se mit à sourire. Son plan atteindrait bientôt son but : la jeune femme marchait droit dans ses griffes. En attendant ce moment, il allait pourvoir s’amuser avec le Crâ qui suivait ses hommes en pensant passer inaperçu. Oui, bientôt, sa victoire sera totale.

___________________________________________________________________________

[b]


Les plaines de Drest s’étalaient à leurs pieds, dans une succession de petites collines d’herbe fraîche parsemées de fleurs et de quelques arbres. Au loin, ils pouvaient voir l’étendue verte rentraient en contact avec les pieds d’une chaîne de montagnes.

« -C’est magnifique ! S’exclama la sadidette.

-Ouais, enfin si on aime le vert. Je trouve que c’est une couleur un peu fade, se moqua Ruel.

-Quoi ? Je vais te…

-Du calme tous les deux, vous n’allez pas vous y mettre de bon matin.

-Mais Eva, tu as entendu ce qu’il a osé dire, s’offusqua Amalia pendant que Ruel partait, avec un immense sourire, rejoindre Yugo, Tristepin et Adamaï qui avaient continuer à avancer.

-Amy, il dit ça seulement pour te faire réagir. Ignore le, c’est la meilleure façon pour qu’il s’arrête. »

La Crâ s’entend le regard insistant de sa protégée sur elle, se tourna vers Amalia qui arborait un sourire malicieux qui ne la rassurait pas du tout.

« -Ben qu’est ce que j’ai dit ? Fit Evangelyne sans comprendre où voulait en venir son amie.

-Serais ce pour cela que tu m’ignores totalement à chaque fois que je te pose des questions sur Tristepin ? Interrogea la Sadida.

-Oh non, s’exclama la Crâ en levant les yeux au ciel, tu vas pas recommencer. »

Cela faisait maintenant deux jours qu’il avait quitté le village d’Enhia. Deux jours que ses relations avec Pinpin étaient redevenues normal, excepté que le Iop ne tentait plus aucune approche vers elle. Mais la jeune femme ne s’en plaignait pas, persuadée qu’elle souffrirait moins en restant son amie. Malheureusement, Amalia ne l’entendait pas de cette oreille. Si elle avait fichu la paix à sa garde du corps pendant ces deux derniers jours, elle était bien décidée à recommencer à se mêler de la vie privée de son amie de sorte que l’archère accepte enfin l’évidence. Mais la partie n’était pas gagnée.

« -Allez Eva, je suis sûr que tu meurs d’envie de...

-Détrompes toi, coupa la Crâ. Je t’ai déjà dit après ma discussion avec Pinpin, que vous avez épié, accusa t-elle pendant qu’Amalia fit un petit sourire innocent. Que je voulais seulement qu’on redevienne ami et rien d’autre !

-Mouais, à d’autres, marmonna la sadidette. »

Evangelyne roula des yeux tandis que sa protégée se remettait en marche. Elle s’apprêtait à la suivre quand le sentiment d’être observée refit surface. Alors, elle fit volte-face et balaya du regard l’étendue d’herbe que ses compagnons et elle avaient déjà traversé. Mais comme toujours, elle ne vit rien et l’impression disparue quasiment aussitôt. De plus en plus perplexe, la jeune femme se demandait par fois si elle ne devenait pas complètement parano.

La confrérie marcha pendant une bonne partie de la matinée. Quand un concert de plaintes se fit entendre de la part des estomacs des garçons, ils décidèrent de faire une pause pour se restaurer. Dés que Ruel sortit les vivres, que leur avaient donné les habitants d’Enhia, ils se jetèrent tous les quatre dessus tandis que les filles se regardaient avec un habituel sourire désespéré. Elles se mirent cependant à rire quand Kamasutar, aussi gourmand que l’Enutrof, réclama une part du casse croûte de son maître après avoir dévorer sa gamelle. Comme Ruel était aussi radin pour la bouffe que pour les kamas, se fût Amalia qui lui donna un peu de sa part.

Après le repas, n’ayant aucune obligation et n’étant attendue nulle part, la confrérie s’installa à l’ombre d’un bosquet d’arbre pour se reposer un peu. Tandis que ses amis s’assoupissaient, Eva resta près d’eux à monter la garde au cas ou. La région n’était pas dangereuse mais si jamais l’Homme en noir savait par un quelconque moyen où ils étaient, ils n’étaient pas à l’abri d’une petite visite.

La Crâ décida de grimper à l’un des arbres afin d’avoir un meilleur point de vue. De branches en branches, elle se hissa presque à la cime de l’arbre. Elle eut un sourire quand elle constata que malgré les quelques mètres qui la séparaient de ses amis, elle entendait quand même les ronflements de l’Enutrof comme si elle était à coté du havre sac où il dormait. Puis pendant un long moment, elle scruta les alentours mais à part l’herbe à perte de vue, elle ne voyait rien. Elle venait de commencer à entreprendre sa descente quand un mouvement presque imperceptible sur le coté la fit se retourner. Elle plissa les yeux et tenta de percevoir quelque chose mais elle ne distingua rien. Cependant, elle décida quand même d’aller voir. Elle descendit le plus discrètement possible de l’arbre et arrivait à son pied, elle se dirigea vers Tristepin. Elle le secoua un peu et le Iop ouvrit légèrement les yeux. Encore à moitié endormi, la vue d’Evangelyne, penchée au dessus de lui, le soleil faisant un auréole de lumière dans ses cheveux blonds, le fit sourire bêtement.

« -Je suis en train de rêver ? souffla t-il.

-Pinpin ! Ce n’est pas le moment. J’ai cru voir quelque chose là bas, murmura t-elle en lui indiquant une direction. Je vais aller voir.

-Tu veux que je vienne avec toi, demanda le chevalier aussitôt réveillé.

-Non, c’est bon, je ne pense pas que ce soit une menace. C’est juste pour vérifier. Je voudrais que tu montes la garde pendant ce temps.

-Ok, fit le gardien de shushu en se levant. »

Evangelyne quitta le couvert des arbres et se dirigea discrètement vers l’endroit où elle avait perçu un mouvement. Pendant qu’elle parcourait les derniers mètres la séparant de son lieu de destination, elle sortit son arc et encocha une flèche de glace. Elle grimpa alors sur la colline derrière laquelle elle pensait trouver quelque chose et pointa son arc…sur rien. Désappointée, la jeune femme ne baissa cependant pas sa garde. Elle s’apprêtât à aller voir plus loin quand un hurlement lui vint aux oreilles.

« -Amalia ! »

Aussitôt, la Crâ partit en courant pour rejoindre ses amis. Quand elle atteint les arbres où elle les avait laissé dormir paisiblement, le terrain était devenu un vrai champ de bataille. Ses amis se faisaient attaquer par des bworks.

Grands, extrêmement fort et costaud, les bworks avaient une beau épaisse qui les rendaient très résistants aux coups ou aux armes. Malgré le faite que leurs dents et leurs griffes pouvaient faire de gros dégâts, ils aimaient parader avec les armes de leurs victimes. Ceux contre lesquels se battait la confrérie ne faisaient pas exceptions. Armé de Rubilax, Tristepin faisait face à quatre bworks en même temps. A coté, Ruel luttait contre deux d’entre eux à grands renforts de coups de pelle. Se tenant devant Amalia qui utilisait ses ronces, Yugo se servait des rayons de wakfu tandis qu’Adamaï maniait un craqueleur afin d’éloigner les bworks qui semblaient se regrouper dans leur direction ou plutôt, dans celle d’Amalia. En effet, en arrivant Eva vit des bworks qui contournaient les combats et qui s’apprêtaient à attaquer par derrière.

Folle de rage, Evangelyne ne perdit pas un instant et se jeta dans la mêlée pour aider ses amis. Sortant son arc, elle tira une volée de flèches sur l’une des créatures qui s’approchait de la princesse Sadida par derrière. Si les projectiles qu’il reçut sur la tête ne lui firent rien, cela ne lui plus pas pour autant. Se retournant vers le gêneur, il reçu alors les pieds joints de la Crâ en pleine figure et alla s’écraser quelques mètres plus loin. Une autre créature s’approcha alors d’elle. Sortant ses dagues, la jeune femme le devança et se rua sur lui. Quand le bwork tendit les bras pour l’attraper, elle se laissa glisser au sol et, profitant d’être beaucoup plus petite que lui, passa sous ses jambes. Plus rapide que son adversaire, la jeune femme sauta sur son dos et lui trancha la gorge. A peine était-elle à nouveau sur la terre ferme que quatre bworks s’approchaient d’elle pendant que deux autres se tenaient légèrement en retrait. Serrant avec un peu d’appréhension ses deux dagues, elle sentit soudainement le sol vibrer sous ses pieds. L’instant d’après, d’immenses ronces sortirent de terre et emprisonnèrent les quatre créatures. Un peu comme dans la forêt interdite, un dôme végétal apparu. Eva sortit aussitôt son arc et tira une flèche de feu dessus. Amalia força sur son énergie afin de retenir le plus longtemps possible les prisonniers dans leur cage de feu. Au bord de l’évanouissement, elle sentit ses jambes tremblaient et finit par lâcher son pouvoir. Les ronces disparurent libérant les corps calcinés de leurs ennemis. Eva attrapa la sadidette avant qu’elle ne s’effondre et la posa délicatement au sol avant de se placer entre elle et les deux bworks qu’elle avait vu rester en retrait. Mais il n’y en avait plus seulement deux. Devant elle se tenaient six de ses créatures. Evangelyne n’eut pas le temps de se demander d’où ils venaient qu’ils s’approchaient déjà d’elle. Elle tira un nuage de flèches visant les zones sensibles comme les yeux ou les articulations. Elle en mit hors d’état de nuire deux. Mais ils étaient trop nombreux. Elle esquiva de justesse un coup de massue qui vint s’enfoncer dans le sol à coté d’elle. Profitant que son adversaire tende la main pour récupérer son bien, elle grimpa sur son bras et se mit debout sur ses épaules. En équilibre instable, elle encocha trois flèches en même temps qu’elle tira dans la nuque du bwork. Avant qu’il s’écroule, elle sauta au sol et après s’être réceptionnée, para un coup d’épée avec son arc. Apercevant un ennemi dans son dos, elle balança son pied en arrière et le frappa dans le ventre. Alors, une des créatures lui attrapa la jambe et la tira en arrière. Tombant au sol, elle perdit son arc. Quand elle voulut tendre un bras pour le récupérer, un bwork se plaça devant elle. Il grogna quelque chose et l’instant d’après, la jeune femme reçut un coup violent à la tête et s’ombra dans l’inconscient.

Encerclés Yugo, Adamaï et Ruel faisaient face à une dizaine de bworks. Alors qu’il en avait déjà mit plus de la moitié à terre. Mais les créatures semblaient plus nombreuses qu’au début.

« -Ca ne vous rappelle pas quelque chose, marmonna Adamaï.

-Si mais pas des bons souvenirs, fit Ruel en repensant aux scorbutes dans la forêt interdite.

-Et je doute qu’on puisse avoir l’aide des êtres de la forêt ce coup là, s’inquiéta l’Eliatrope. »

Tenu à distance par le craqueleur et les rayons de wakfu, l’un des bworks jeta son épée vers le plus petit du groupe. Grave erreur, Yugo créa aussitôt un portail sur la trajectoire de l’arme puis un au-dessus de son ennemi qui reçu sa propre épée dans la tête. Aussitôt, les bworks qui pour une raison inconnue aux garçons, s’étaient arrêter de les attaquer de front et s’étaient contenter de les encercler, se jetèrent à nouveau sur eux. Le sol s’écroula sur les premiers qui s’approchaient d’eux. Kamasutar avait creuser une tranchée fragilisant ainsi le sol qui ne résista pas aux poids des bworks. Profitant que leurs adversaires s’empêtraient dans le trou, Ruel, Yugo et Adamaï repartirent à l’attaque. Yugo traversa un portail, se retrouva derrière l’une des créatures et l’assomma avec un rayon. Il entendit alors un hurlement derrière lui et eut à peine le temps de se retourner avant que Tristepin ne le pousse sur le coté, lui évitant de se faire embrocher par un bwork. Le Iop se rua sur la créature, para un coup d’épée et transperça son adversaire avec Rubilax. L’instant d’après, il se jeta sur deux bworks qui s’apprêtaient à en finir avec Ruel.

Au bout de quelques coups de shushu, de pelle, de jets de flamme et de rayons de wakfu, les garçons réussirent enfin à se débarrasser du reste des bworks. A leurs pieds, traînaient environ une vingtaine de leur adversaire. Un peu plus loin, ceux contre lesquels les filles s’étaient battues, gisaient au sol. Mais ils ne virent pas leurs amies. Inquiets, ils se consultèrent du regard avant de se mettre à hurler leurs prénoms. Ils n’obtinrent aucune réponse mais le dragonnet, en utilisant sa vision de wakfu, aperçut deux silhouettes, derrière une colline qui s’avançaient vers eux.

« -Eva a du éloigner Amalia du champ de bataille, supposa Ruel.

-Ben pourquoi ? S’étonna le Iop qui ne comprenait pas qu’on ne puisse pas vouloir rester se battre.

-Parce qu’elle a du perdre trop d’énergie en utilisant ses pouvoirs et que c’était trop dangereux de la laisser ici, expliqua l’Enutrof.

-C’est étrange, fit Adamaï en se tournant vers ses amis, mais on ne dirait pas leur énerg… Attention Pinpin ! Hurla t-il en voyant un bwork se relever derrière le chevalier.»

Le Iop eut juste le temps de se retourner qu’une flèche explosive siffla à ses oreilles et propulsa plusieurs mètres plus loin le bwork qui s’apprêtait à lui aplatir la tête. Tristepin poussa un soupir de soulagement.

« -Merci, Eva, fit le Iop en se retournant. C’était moins… »

La fin de la phrase du guerrier Iop mourut dans sa bouche alors qu’il posait ses yeux sur les deux silhouettes qui se découpaient au sommet de la colline. Avec autant de surprise que ses amis, Tristepin découvrit que le tireur n’était pas Evangelyne.

0 0
Score : 2101

Ha ben voilà ! Ce chapitre était bien plus long que le précédent ! biggrin

Je ne crois pas me tromper en disant que ce mystérieux archer est... Raphaël...

Hâte de connaître la suite, continue c'est du bon boulot ! happy 

0 0
Score : 11

Moi j'ai lu toute t'es page est franchement j'adore sa ^^ tu es vraiment douée mais stp dis moi ton secret :3 stp tu est si douée que j'aimerais te resemblais biggrin....*si tu me prend pour une "leche cul" est bin dsl ^^''

dsl pour les fautes d'hortographes ^^''

0 0
Score : 270

Je m'incline... Tu es une sadique, une vraie. Maintenant donne nous la suiiite!!!
Ou alors le titre du prochain chapitre, comme ça on pourra se torturer le cerveau pendant tout le weekend (je suis un peu maso oui smile)

J'ai pense a un truc : Et si l'homme en noir n'était autre que Raphael ?! C'est quand même étrange, il dit clairement a son sbire de "ne pas lui faire du mal". Pas de ne pas la tuer pour l'avoir encore vivante, mais il ne veut pas qu'elle souffre. C'est donc soit qqn qui lui est très proche, soit qqn qui a des sentiments pour elle. Dans les deux cas, Raphaël apparait comme la meilleure solution.

La seule chose qui pourrait réfuter mon hypothèse, ce serait que Raphaël fut l'un des deux hommes envoyés par Weldor. Mais bonne nouvelle, on aura le chapitre très rapidement (n'est ce pas :p?).
(Je ne sais pas pourquoi mais j'ai l'impression que mon hypothèse est légèrement foireuse...)

Bref, j'ai oublie de préciser que ton nouveau chapitre était très bien (plus vraiment besoin de le spécifier), avec une bonne longueur.

J'attends lundi (et pas un jour de plus, fais gaffe je surveille) pour confirmer l'identité de l'homme en noir smile

0 0
Score : 543

Salut tout le monde,

Comme toujours merci pour vos commentaires et vos hypothèses.

Voilà un petit chapitre pour introduire nos deux mystérieux inconnus ainsi qu’une partie de l’histoire d’Eva. J’attends toujours vos hypothèses avec impatience. Lisez bien, il y a quelques petits indices sur le passé d’Eva.

Bonne lecture

La suite jeudi

Chapitre 27

Devant eux, se tenait un Crâ. Des cheveux blonds assez long, retenus en arrière, il portait une tenue de combat noir et beige, proche de celle qu’ils avaient vu porter par Weldor. A coté de lui, une silhouette se dessinait sous une cape. A sa carrure, les quatre membres de la confrérie devinèrent que c’était un homme mais comme pour tous les Sram, ils ne pouvaient pas voir son visage dissimulé sous le rabat de sa cape.

Lorsque le Crâ s’avança vers eux en rangeant son arc dans son dos, Tristepin constata que l’archer ne devait avoir que deux ou trois ans de plus que lui. Le jeune homme s’arrêta à quelques mètres d’eux et fit un signe dans la direction du bwork qu’il avait mit au tapis.

« -Désolé. Je sais que les Iop aiment finir le travail eux même mais on doit faire vite pour retrouver Eva et Amalia.

-Eva et Amalia ? Pourquoi ? Où sont-elles ? Est-ce qu’elles vont bien ? S’inquiéta Yugo.

-Pour le moment, elles sont juste inconscientes.

-Pour le moment ? Répéta Adamaï comprenant que les filles couraient un risque.

-Vos amies ont été capturées par des bworks, déclara alors le Crâ. Ils les ont emmenés vers les montagnes. »

Aussitôt les quatre amis s’apprêtèrent à partir pour les aider mais l’archer les retint.

« -Vous ne pouvez pas agir sans préparer un plan, sinon les bworks s’en prendront à elles.

-Pourquoi n’êtes vous pas intervenus ? Accusa Tristepin. Vous les avez vu les emporter et vous avez rien fait.

-Ils étaient trop nombreux, avoua l’archer.

-Trop nombreux ? S’énerva le Iop que le nombre d’adversaire ne stoppait jamais. La dernière fois que j’ai aperçu les filles, Eva en avait déjà mit trois à terre et il n’en restait pas tant que ça autour d’elles.

-La donne a malheureusement changé, répondit le Crâ, légèrement énervé. On était loin de vous, le temps qu’on arrive, deux bworks avaient capturé Eva et Amalia. On allait intervenir mais ils ont été rejoint par des bworks qui attendaient derrière les collines. A quinze contre deux avec deux otages, les risques étaient trop importants.

-Mais comment est ce possible ? S’enquit Yugo. Comment avons nous pu louper autant de bworks ? Ils ne passent pas inaperçu quand même.

-Ils portent des tenus de camouflages qui leur permettent d’attaquer dans les plaines. De loin, on les confond avec de l’herbe, expliqua le Crâ plus calmement. C’est pour cela, Yugo, que vous n’avez pas pu les voir arriver. Ecoutez, poursuivit-il sur un ton grave et inquiet, si les filles ont été capturées vivantes, elles ne le resteront pas longtemps. Les bworks aiment tuer les humains et quand ils capturent, c’est pour faire des sacrifices. On n’a pas pu les aider parce qu’on était pas assez nombreux, mais en unissant nos forces, on peut les sauver.

-Comment ? Si vous dites vrai, ils ont du les emmener dans les grottes qui se trouvent dans les montagnes. Y pénétrer est très risqué, fit remarquer Ruel.

-Oui et non. Dans les grottes, les bworks ne seront pas groupés. On pourra donc les attaquer petits à petits.

-Ca ne règle pas le problème, répliqua l’Enutrof. Les tunnels forment un vrai labyrinthe.

-Pour nous oui, mais pas pour un Sram, rappela le Crâ en indiquant la silhouette qui marchait entre les cadavres de bwork un peu plus loin. Nous n’aurons aucun mal à entrer et sortir.

-Oui mais il faudra encore…

-Qu’importe, Ruel, s’exclama Tristepin. Les filles sont en danger, on improvisera sur le tas.

-Tristepin a raison. Suivre leurs traces et les retrouver ne posera pas de problème. C’est pour ressortir qu’on aura plus de mal, mais à nous six et avec Eva et Amalia, on aura pas trop de problème. Dans tous les cas, si on ne fait rien, elles vont mourir, déclara l’archer.

-Alors, dépêchons-nous, fit le Iop en commençant à se lancer dans une direction.

-Euh, Tristepin, appela l’inconnu. C’est par là-bas.

-Ah, euh…ouais. Mais comment vous savez mon nom ?

-C'est vrai, vous connaissiez aussi le mien, remarqua Yugo. Et celui d'Eva et d'Amalia.

-Ecoutez, on pas le temps pour les présentations. Sachez seulement que je suis un ami d’Evangelyne.

-D’après Weldor, Eva n’a pas d’amis parmi les Crâ, se méfia Tristepin.

-Je suis l’exception, affirma le jeune homme sans l’ombre d’une hésitation. Maintenant, si vous en doutez, restez là. On se débrouillera sans vous. »

Sur ce, il partit rejoindre le Sram qui lui tendit l’arc d’Evangelyne qui était resté par terre. Adamaï regarda le jeune homme le prendre avec une certaine délicatesse et de la tristesse dans les yeux.

« -Qu’importe qui ils sont, affirma le dragonnet. Il connaît Eva et il a l’air vraiment inquiet pour elle. On aura plus de chance de les retrouver avec eux.

-Je suis d’accord, allons-y, fit Yugo en se dirigeant vers les deux hommes avec son frère.

-Pinpin. Pour une fois que ça t’arrive, ce n’est pas le moment de réfléchir, déclara Ruel en posant une main sur l’épaule du Iop. Allez viens. »

Tristepin et Ruel rejoinrent alors leurs deux amis et les deux mystérieux inconnus. Heureux de voir que les membres de la confrérie avaient décidé de les rejoindre, le Crâ leur expliqua qu’ils avaient suivi les bworks jusqu’à être sûr de la direction qu’ils prenaient, avant de les rejoindre. Ils se mirent rapidement d’accord sur ce qui devait se passer dans les grottes : tuer les bworks le plus rapidement et surtout le plus silencieusement possible. Puis, suivant les traces, ils partirent en courant vers là où se trouvaient les deux jeunes filles.

Elle ne pouvait rien faire si ce n’est avoir peur. Assise dans le noir, elle entendait les hurlements de peur des gens dehors, les grognements des bêtes, le bruit du métal qui s’entrechoquait, les cris d’agonie…Elle plaqua ses mains contre ses oreilles et se fit violence pour ne pas hurler à son tour. Assise dans le noir, deux êtres inconscients à coté d’elle, elle avait peur et elle se sentait seule. Elle sursauta quand elle entendit un cri plus proche que les autres. L’inquiétude étouffa sa peur. Prenant son courage à deux mains, elle s’approcha de la paroi qui la cachait du chaos extérieur. Les grognements étaient plus près que tout à l’heure. Son cœur battait la chamade. Mais elle devait aller voir. Posant ses mains sur la paroi, elle approcha son œil de la petite fente où perçait la lumière. Alors, l’enfant vit.

Evangelyne hurla. Se réveillant en sursaut, elle essaya de se lever mais Amalia la retint aussitôt en l’obligeant à garder la tête posait sur ses genoux. La jeune femme s’agrippa au bras de la princesse. Sa poitrine se soulevait à un rythme trop rapide.

« -Eva, calmes toi. Tu risques de te faire mal, calmes toi, chuchota la sadidette en caressant les cheveux de son amie dont le corps était parcouru de tremblement. »

Des images de son cauchemar hantant encore son esprit, la Crâ essaya de reprendre une respiration normal. Elle avait l’impression que sa tête allait exploser. En posant une main dessus, elle sentit que son front était moite de transpiration. Elle sentait aussi une douleur plus haut sur sa tête mais avant qu’elle ait pu essayer de toucher, Amalia lui attrapa la main. A ce moment là, elle vit que sa protégée la regardait avec inquiétude. Alors, elle se rappela ses responsabilités vis à vis de la princesse Sadida. Aussitôt, ses tremblements cessèrent, sa respiration se stabilisa et elle mit de coté toutes ses angoisses.

« -Amy, est ce que ça va ? Tu n’es pas blessée ? Se renseigna Eva.

-Non, je n’ai rien. C’est toi qui m’inquiète. Depuis que je me suis réveillée, tu es inconsciente. Tu avais l’air terrifié et des fois, tu t’es mis à crier. Comme tu ne te réveillais pas, j’ai cru qu’ils t’avaient empoisonné ou quelque chose comme ça.

-Non, ça va, ne t’inquiète pas, la rassura l’archère en essayant de s’asseoir.

-Attention, fit Amalia en voyant son amie se tenir la tête entre les mains. Tu es blessée.

-Je me rappelle… ils m’ont assommé. Où sommes-nous ? Demanda Eva en regardant autour d’elle, après s’être adossée contre un mur. »

Elles étaient enfermées. Les parois de la cellule étaient en pierres humides et froides mais solides. A travers les barreaux, la Crâ pouvait voir que le reste de l’endroit où elles se trouvaient était semblable.

« -Dans une grotte, je ne sais pas trop où. Je me suis réveillée, il n’y a pas longtemps.

-Et les gars ?

-Pas là. J’espère qu’ils vont bien.

-Sûrement. S’ils ne sont pas là, c’est qu’ils ont réussi à échapper aux bworks, la rassura Eva en essayant de pas penser à la seconde possibilité : à savoir, que les créatures s’étaient débarrassés d’eux.

-Pourquoi nous ont-ils capturé ? Je croyais que les bworks se contentaient de tuer.

-Tu as vu des gardes ou quelqu’un depuis que tu es réveillée, évita la Crâ pour ne pas avoir à répondre, et ainsi, ne pas inquiéter sa protégée.

-Un bwork est passé à un moment donné. Mais depuis, plus rien. De toute façon, dans ton état, on ne peut rien faire, fit remarquer la sadidette.

-Détrompes-toi. Le temps que je remette mes idées en place et on file.

-Mais Eva, tu n’es pas en état. Tu étais fiévreuse il n’y a pas une minute.

-Je vais bien Amy, c’était juste…un cauchemar, murmura la Crâ, les yeux perdus dans le vide.

-De quel genre ? S’inquiéta Amalia en voyant le visage grave de son amie.

-Du genre effrayant. D’où mon état en me réveillant mais rassure toi, je vais bien. »

Comme pour le prouver, Evangelyne se redressa sans faiblir. Doucement, elle fit quelques mouvements pour s’habituer aux lancements dans sa tête et demanda à Amalia ce qui s’était passé au moment de l’arrivée des bworks.

« -Pinpin, nous a réveillé. Il avait vu du mouvement mais quand on a regardé, il n’y avait rien. Puis d’un coup, une dizaine de bworks ont surgi de derrière une colline. Plusieurs se sont approchés de moi mais Yugo et Adamaï m’ont aidé à les repousser. La suite, tu connais. D’ailleurs, tu étais où ?

-Quand je surveillais, j’ai eu l’impression de voir quelque chose plus loin. Je suis allée vérifier mais il n’y avait rien. Je n’aurais pas du partir, s’énerva Eva contre elle-même.

-Ca n’aurait rien changé Eva. Ca serait même peut être pire, tu sais.

-Je ne sais pas. Ca faisait plusieurs jours que j’avais la sensation qu’on était suivi, avoua t-elle à la surprise de la sadidette. Je n’ai rien dit parce que je n’étais pas sûr et parce que je n’avais pas le sentiment que ce soit un ennemi. Quand je me suis éloignée, c’était pour essayer de débusquer celui qui nous suivait. J’avais cru le voir et je vous ai mis en danger pour rien.

-Arrêtes Eva. Tu ne pouvais pas savoir. Les bworks étaient cachés, même toi, tu ne les aurais pas repéré. Et si tu n’étais pas arrivée après, ils nous auraient attaqué par derrière je te rappelle. Alors arrête de t’en vouloir pour rien. Comme tu dis toujours : Il vaut mieux se concentrer sur des solutions que sur nos erreurs.

-Depuis quand tu écoutes ce que je dis ? Demanda Evangelyne en souriant, fière de sa protégée.

-Mais je t’écoute toujours.»

La Crâ eut une grimace peu convaincue à laquelle la sadidette répondit par un petit sourire. Décidant de passer à l’action, Eva tendit sa main à Amalia pour l’aider à se relever. Puis elle alla se poster près de la grille et vérifia qu’il n’y avait aucun garde.

« -Comment tu comptes nous faire sortir ? Questionna la Sadida.

-Avec ça ! Fit Evangelyne en tendant une main vers son amie et en faisant apparaître la flèche du rituel.

-Mais je croyais que sans arc vous ne pouviez pas faire apparaître de flèches ?

-C’est vrai pour les autres, mais la flèche d’or du rituel est différente. Bon, avant que j’ouvre cette porte, je veux que tu me promettes quelque chose, déclara Eva à sa protégée sur un ton très sérieux. La sadidette hochant la tête, elle poursuivit : Tu dois me promettre d’obéir à mes ordres quoiqu’il arrive. Si je te dis de courir, tu cours. Si je te dis de fuir, tu fuis. Si je te dis de partir sans moi, tu le fais…

-Mais Eva…

-Pas de mais, Amalia, interrompit la Crâ sur un ton autoritaire. Tu es une princesse et je suis ta garde du corps. C’est mon rôle. S’il le faut, tu pars sans moi et je te rattraperais plus tard.

-En te battant seule contre des bworks alors que tu es blessée et que tu n’es armée que d’une flèche ? C’est hors de question, s’exclama Amalia inquiète à l’idée que son amie se sacrifie pour elle.

-Amy, je ne sais pas pourquoi ils nous ont gardé vivantes jusqu’à maintenant mais ce sont des bworks, leur plaisir, c’est tuer. Si on reste ici, ils nous tueront toutes les deux à coup sûr, déclara la Crâ sans prendre de gants afin que la sadidette prenne conscience du pétrin dans lequel elles étaient. En partant, on a peut être une chance. Et s’il faut que je reste pour que toi, tu t’en sortes alors je le ferais sans hésiter. Je te demande seulement de l’accepter et d’essayer de t’enfuir. Promets-le-moi, rajouta t-elle en posant une main autoritaire sur l’épaule de sa protégée.

-Je…je te le promets ! Céda la princesse Sadida avant de se jeter dans les bras de son amie. Mais Eva, je t’en prie, fais en sorte que je n’ai pas à le faire. Je ne supporterais pas de te perdre. Tu es comme une sœur pour moi. »

Evangelyne se tendit légèrement. Puis serrant sa protégée dans ses bras, elle promit à son tour.

Evangelyne fit un signe à Amalia qui resta quelques mètres plus loin. Puis elle s’approcha silencieusement d’un bwork qui semblait garder le couloir dans lequel se trouvait la cellule dont elles venaient de s’évader. Dos au danger, le bwork n’eut pas le temps de se rendre compte de ce qui lui arrivé. D’un geste rapide de la main, Eva enfonça de toutes ses forces la pointe de sa flèche d’or dans la nuque de la créature. Pas un gémissement, pas un bruit. Le géant s’effondra et les deux filles le traînèrent dans leur ancienne cellule.

[/i]

« -Tu ne prends pas une de ses armes ? Murmura Amalia.

-Non, celles qu’il avait sont bien trop lourdes pour moi. Cela nous ralentirait. »



[i]Après avoir vérifié que la voie était libre, les deux amies fuirent dans le détale de tunnel. Le tofu d’argent les survola un instant puis la vision se brouilla.


Yugo ouvrit les yeux. Assis sur son jumeau, transformé en scarafeuille, il rangea dans sa poche le petit tofu d’argent puis se tourna vers ses amis et leur deux nouveaux alliés.

« -Les filles se sont échappées. Je venais juste de les trouver quand j’ai vu Eva utilisait sa flèche d’or pour ouvrir la cellule et tuer un bwork, fit l’Eliatrope tout fier de ses amies.

-Pff, Eva ne sait vraiment pas se servir des choses de valeur. Tuer un bwork avec de l’or. Il y a qu’elle pour faire une chose pareille, marmonna l’Enutrof.

-Peut être mais ça a le mérite d’être efficace, rigola Adamaï. »

Pendant que les autres rigolaient de l’air offusqué du vieil Enutrof, le Sram se rapprocha de son ami, tout en continuant à courir. Le Crâ avait un visage impassible mais le guerrier des ombres n’était pas dupe : il était inquiet.

« -Eva pourra t-elle faire face à ses démons dans une situation pareille ? Chuchota le Sram sur un ton grave et inquiet.

-Je l’ignore, avoua l’archer. Elle a plus de ressources qu’elle ne le laisse paraître. Elle a déjà combattu des bworks sans faillir, mais jamais dans une telle situation. On doit se dépêcher.

-Tu y feras face aussi ?

-Ma position est différente. Je n’ai pas vécu les choses de la même façon, rassura le Crâ. »

Plus déterminer que jamais, le groupe parcourut les derniers mètres qui les séparaient de l’entrée des grottes appartenant au domaine des bworks. Devant l’ouverture sombre, deux des créatures se tenaient armées jusqu’aux dents. Silencieusement et en parfaite harmonie, une flèche, une épée, une pelle et un shushu mirent hors d’état de nuire les deux gardiens. Alors, le groupe s’avança et pénétra, malgré les quelques protestations de Ruel, dans la bouche de ténèbres.

0 0
Score : 179

Me voilààà biggrin Je suis de retour (pour vous jouer un mauvais tour...)

Et tu nous laisses trois jours (quatre si tu postes jeudi soir) avec ce suspens sur les bras ? Nan mais c'est pas vrai, hein >.< T'es le sadisme incarné !

Alors, j'vais pas m'amuser à commenter l'avant-dernier chapitre, hein, la bonne vieille flemme qui repart au galop x) mais pour celui-là, compte sur moi...

1)+1 pour l'hypothèse de Gâteau-Basque (Raf' = l'Homme en Noir) mais malheureusement démentie par le dernier chap. Bah oui, c'est pas possible que Raphaël soit en train de protéger Eva et de défoncer un de ses hommes de main à Brâkmar en même temps u_U Sauf s'il possède le don de duplication, mais j'en doute. (Oui, parce que maintenant, moi aussi je suis sûre que Raphaël est le mystérieux Crâ « un peu plus âgé que Pinpin ».
2)En parlant de Raphaël, je suis presque sûre maintenant (« la seule chose dont je suis sûr, c'est que je ne sais rien » a dit un philosophe grec ou une pub pour les voitures, je ne sais plus [une récompense à celui qui trouve la référence] ) que c'est un ami d'enfance d'Eva. Parce que visiblement, le village de notre archère favorite a été attaqué par des bworks (mais on le savait déjà, non ?) et elle est traumatisée parce que ces bons gros bourrins ont massacré ses parents sous ses yeux. Et Raphaël aussi a un léger différent avec les bworks (si l'on en croit Mister Sram), mais moins grave que celui d'Eva.
3)En parlant de référence, n'en aurais-tu pas, par hasard, glissé une à Harry Potter ? Je cite : « Tu dois me promettre d’obéir à mes ordres quoiqu’il arrive. Si je te dis de courir, tu cours. Si je te dis de fuir, tu fuis. Si je te dis de partir sans moi, tu le fais… » Pour les incultes de la saga culte, c'est l'une des phrases que Dumbledore adresse à Harry (à peu de mots près) dans le Prince de Sang-Mêlé alors qu'ils s'apprêtent à aller récupérer le médaillon de Serpentard.
4)Eva s'est prit un coup sur la tête ♪ Oui, c'est sans doute mon sadisme qui ressort, mais j'adore quand les persos se prennent des coups sur la tête et qu'après ils sombrent dans l'inconscience et qu'après, y revoient en rêve le truc qui les a traumatisés et qu'après ils se réveillent et y font semblant d'aller bien pour pas inquiéter les autres et qu'après [ça fait beaucoup d'après tout ça...] bah ça leur retombe dessus et qu'en principe ils tombent à genoux en se tenant la tête. Oh, pitié, j'imagine trop bien la scène *o* D'ailleurs ça a l'air assez grave, si ça s'trouve elle a le crâne défoncé et c'est pour ça qu'Amalia veut pas qu'elle touche sa blessure O.O
5)Pourquoi les bworks ont-ils gardé Amalia et Eva en vie ? Pour un rituel ? Ou alors... Ils sont à la solde de l'homme en noir ? w_W C'est louche ça. Mais bon, c'est juste ma parano habituelle, pis en plus c'est un bon moyen de faire un cinquième point.
6)Bon, j'ai commencé par la psycho, une fois n'est pas coutume, maintenant passons à l'esthétique et à la syntaxe. Une virgule mal placée (après un « Pinpin », la flemme de relever plus précisément), plus de fautes que d'habitude, mais un chapitre d'une longueur tout à fait appréciable qui se termine pile-poil au bon moment. Bref, très bien.
7)Allez, un septième point, paraît que ça porte bonheur (pas sûre que ça soit utile dans le cas présent x) ) : poste vite la suite *o* Oui, je sais, d'habitude je mets ça en conclusion de mon post, mais là, c'est impératif, vendredi après-midi je pars à l'étranger et je pourrai pas lire tes chapitres pendant 3 semaines (TT) Alors déjà que je vais rater le nouveau chap de DGM, la sortie de pleins de films biens et pleins d'autres trucs géniaux, j'aimerais au moins avoir le bonheur de lire la suite de ce chapitre avant de partir... [En plus tu seras débarrassée de mes posts de trente lignes chiants comme la pluie, alors...] Un deuxième chapitre en plus de celui de jeudi ? biggrin S'il-te-plaît... [oui, je sais, j'abuse, mais... En plus vous me remercierez si Lily accepte, ça vous fera deux chapitres pour le prix d'un, nan mais oh >.< Et si elle accepte pas – ce que je comprendrais – bah... Tant pis x) C'est pas la mort, j'aurais un chapitre de plus à lire quand je reviendrais [oui, je suis égoïste et égocentrique et chiante et bavarde. J'y peux rien. Et je m'énerve moi-même, alors...] 

0 0
Score : 543

Coucou,

Merci Akuo pour ton post

J’adore avoir de longs commentaires. Je profite d’avoir un peu de temps pour faire une remarque sur vos idées, histoire de vous embrouiller un peu plus. Attention, c’est juste une remarque pas un spoiler. Faites comme si je ne connaissais pas la suite.:unsure:

Pour répondre à la remarque numéro 1 d’Akuo : dans le cas où le mystérieux Crâ serait bel et bien Raphaël (comme tout le monde semble le croire) cela n’empêche pas l’hypothèse de Gateau-basque, puisque avec les flèches de rappel, les Crâ peuvent se déplacer facilement.

Pour la référence à Harry Potter, je n’avais même pas remarqué mais c’est plutôt bien vu.

Comme promis, un nouveau chapitre qui lève le voile sur un secret d’Eva, mais pas encore sur l’identité du mystérieux Crâ.

Moi, sadique ? Non !tongue

Alors Bonne lecture.

Chapitre 28

Guidées par la flèche d’or de l’archère, Amalia et Evangelyne traversaient le plus rapidement possible le labyrinthe que formaient les tunnels. S’arrêtant et tendant l’oreille à chaque bruit, la Crâ restait aux aguets. Elle se concentrait d’autant plus qu’elle craignait que son mal de tête, dû au coup qu’elle avait reçu, ne lui fasse louper quelque chose.

Arrivée à une intersection, Eva fit appel à la magie du liant afin de savoir quel chemin prendre. Avant de les lancer dans un nouveau corridor, elle y passa discrètement la tête afin de vérifier si la voie était libre. Voyant aucune créature, les deux jeunes filles s’avancèrent avant de faire aussitôt demi-tour en entendant des bruits de pas. A peine avaient-elles quitté le couloir que deux bworks s’y engagèrent. Les deux géants se dirigeaient dans leur direction. Eva cherchait un moyen de leur échapper ou de leur tendre un piége quand Amalia trouva leur salut en dénichant une faille dans la roche suffisamment large et profonde pour les accueillir toutes les deux. Etonnement, se fût la Crâ qui grimaça à l’idée de pénétrer dans une cachette aussi sombre. Mais, pressée par son amie et par les bruits de pas qui se rapprochaient, la jeune femme se glissa entre les deux parois humides.

Alors qu’elle reculait le plus possible dans l’ombre de la faille, Evangelyne ressentit l’angoisse monter en elle. L’obscurité l’entourait de plus en plus. Une sensation d’étouffement la saisit. Son rythme cardiaque s’accéléra. Alors que sa raison lui criait de se ressaisir pour ne pas les mettre en danger, son cœur, lui, l’appelait à se rappeler un souvenir douloureux. Elle agrippa ses mains aux parois, les crispant à s’en faire mal pour rester concentrée. Mais devant elle, la faille de la grotte était devenue une fente entre deux planches de bois mal jointes. Sans le vouloir, son corps se déplaça vers le mince filet de lumière. Ses mains se posèrent de chaque coté du trou. Et, non sans une dernière hésitation, elle pencha la tête pour regarder.

Son regard tomba alors dans les yeux bleus de sa mère. Elle n’eut pas besoin de voir les bworks qui gisaient au sol, morts, ni ceux qui l’entouraient, leurs armes teintaient de sang, ni la lame qui traversait son corps,… pour comprendre. Ses yeux pâles parlaient d’eux même. L’enfant pouvait y voir se refléter la douleur. La douleur physique, oui, mais pas seulement. Il y avait aussi la douleur d’avoir échouée à les protéger, la douleur de les perdre et de les laisser. Et surtout la douleur de ne plus pouvoir être là pour les aimer.

Les yeux rivaient aux siens, Evangelyne vit une dernière étincelle de bonheur dans le regard de sa mère alors que les lèvres de celle-ci mimaient silencieusement les mots « je t’aime ». La petite fille ne sut jamais comment sa mère avait deviné qu’elle regardait, désobéissant ainsi à la promesse qu’elle avait faite de ne pas bouger. Mais elle en avait cure. Alors que le regard de sa mère s’éteignait devant elle, sa seule pensée était : je t’aime aussi.

Au fond d’un abri sombre comme une nuit sans lune, le cœur d’une petite fille se brisait alors qu’elle hurlait intérieurement sa peine. Presque seize années après, au fond d’une cachette aussi sombre, le cœur d’une jeune femme saignait d’une blessure jamais vraiment cicatrisée qui sommeillait.

Le bruit de sa flèche d’or tombant sur le sol dur de la cavité ramena Evangelyne au moment présent et fit s’arrêter les deux bworks que la Sadidette et elle fuyaient. Faisant demi-tour, ils repassèrent devant la faille et jetèrent un œil au couloir qu’ils venaient de quitter. La Crâ devina qu’il n’était qu’une question de temps avant qu’ils ne les retrouvent. Sa vie et celle d’Amalia ne tenaient qu’à un fil. Alors, prise d’une rage sans nom, Evangelyne quitta les ténèbres de la faille. Enfant, elle n’avait pas pu protéger sa mère. Aujourd’hui, elle ne laisserait rien arriver à Amalia. Avant que les bworks ne se retournent, elle agrippa l’épée du plus proche et avec une force qui lui était inconnue, elle lui fit faire un arc de cercle avant de venir trancher la tête de son propriétaire. Le second n’eut pas plus de temps. Avant qu’il est finit de sortir son arme, la Crâ lui avait enfoncer l’épée dans le ventre.

L’effet de la rage et de l’angoisse chutant brutalement, la jeune femme laissa l’arme lui glisser des mains en même temps que la créature s’effondrait au sol. Elle sentit un instant ses jambes trembler mais la vue d’Amalia qui s’extirpait de la faille, la fit se ressaisir aussitôt. Consciente d’avoir assisté à quelque chose d’à la fois étrange de la part de sa garde du corps, si maîtresse d’elle même, et terrifiant, au vue de ce qu’elle avait réussi à faire, Amalia n’osa rien dire et se contenta de fixer d’un regard admiratif et inquiet son amie qu’elle savait bouleversée.

Ce n’est que les bruits répétitifs de coup donnés sur des tambours qui rompirent leur échange silencieux. La réalité la rattrapant, Evangelyne attrapa la main d’Amalia et partit en courant.

« -Mais et les gardes. S’ils les trouvent, ils vont comprendre qu’on s’est évadé, s’exclama la princesse Sadida.

-Pas le temps, Amalia, répondit Eva par-dessus son épaule. Ce bruit signifie le début d’une cérémonie de sacrifice. Et ils n’auront pas besoin de voir les corps pour comprendre que leur festin s’est sauvé.»

La Sadidette blêmit et se mit à courir encore plus vite à la suite de sa garde du corps. Bien que moins endurante qu’Eva, Amalia la suivit sans ronchonner, suivant ses instructions à chaque fois qu’elles passaient dans un nouveau couloir. Au bout de plusieurs minutes, elles finirent par atteindre l’entrée d’une petite salle dans laquelle se trouvaient plusieurs bworks qui leur coupaient leur retraite. Cachées dans l’ombre du tunnel, les deux jeunes filles désespéraient de pouvoir atteindre la suite du tunnel qui se trouvait de l’autre coté de la cavité quand soudain une trompette sonna à travers tout le réseau de galerie de la grotte. Leur disparition avait été découverte.

Voyant les créatures se levaient prestement et récupérer leurs armes, elles reculèrent, sachant qu’ils allaient automatiquement s’engager dans leur direction. Elle coururent dans le sens inverse mais n’ayant pas vu de cachette à l’allée, la jeune Crâ comprit qu’elles n’avaient aucune chance de leur échapper. Soit elles repartaient en arrière et se retrouvaient finalement coincée, soit elles se battaient.

Après un virage, Eva s’arrêta et ordonna à sa protégée de continuer et de trouver un endroit où se cacher. Persuadée que la sadidette obéirait, elle ne prit pas le temps de vérifier et se mit en position de combat. Elle n’avait aucune chance contre autant de bworks mais elle se devait de gagner du temps pour Amalia. Son mentor n’avait peut être pas eu tord de dire que c’était dangereux de partir à l’aventure. Elle qui lui avait promis d’être vigilante et de ne pas risquer sa vie. En même temps, elle s’était fixée un objectif : Protéger la princesse des Sadida. Et elle ne contait pas faillir à sa mission, même si pour cela elle devait perdre la vie que Weldor voulait tant protéger. Décidée, elle serra ses doigts autour de sa seule arme. Elle évacua la douleur de sa blessure qui tapait dans sa tête au même rythme que les tambours qui continuaient à raisonner. Les bruits de pas se faisaient plus proches. Elle sentait le sol trembler sous le poids des créatures. Son cœur battait de plus en plus fort dans sa poitrine. Plus que quelques mètres et ils atteindraient le virage derrière lequel elle se trouvait.

Evangelyne leva le bras afin de l’abattre sur le premier des bworks qui apparaîtraient, quand soudain, quelque chose l’attrapa par la taille et une autre se plaqua sur sa bouche avant qu’elle ait eu le temps de faire le moindre bruit. En une fraction de seconde, elle fut soulevée du sol et se retrouva coincée contre le plafond alors que les bworks débouchaient dans le tunnel. En tournant la tête, Eva vit Amalia à coté d’elle. Les yeux fermés, une main plaquée contre la voûte, elle était, elle aussi, retenue par des ronces qui avaient percé la roche.

Elles restèrent ainsi le temps que les créatures disparaissent à l’autre bout du couloir, puis Amalia libéra son amie en premier. Une fois à terre, Eva aida la princesse. Comprenant la quantité d’énergie que la sadidette avait dû utiliser pour percer la roche, Eva aida sa protégée à rester debout en passant un bras autour de sa taille.

« -Merci, Amalia, tu as été géniale, la félicita la Crâ en l’embrassant sur le front un peu à la manière de son propre mentor. »

Amalia eut un faible sourire avant de se laisser entraîner dans les couloirs par sa garde du corps. Exténuée, elle ne faisait que mettre un pied devant l’autre et faisait confiance à son amie pour le reste. Ses yeux avaient tendances à se fermer mais Evangelyne lui chuchotait des paroles pour la tenir éveillée. En temps normal, elle faisait toujours attention de garder un minimum d’énergie pour rester consciente mais la peur de perdre Eva avait été plus forte que tout. Evangelyne était de sa famille. Qu’importait son rang et son rôle de princesse, si elle devait perdre celle qu’elle considérait comme sa sœur, elle savait qu’elle ne pourrait pas s’en remettre. Sans savoir comment, elle avait donc puisé dans un stock de puissance qu’elle ignorait avoir. Un peu comme avec l’arbre de vie pendant la bataille contre Nox sauf que l’arbre de vie n’était pas là.

Au bout de quelques minutes à déambuler dans les galeries, les deux jeunes filles atteignirent une cavité d’où se dispersaient plusieurs tunnels. Eva ne sachant pas quel était celui qui menait à la sortie, elle posa délicatement Amalia contre un mur et fit appel aux pouvoirs de son liant. Le temps que son amie entre en transe et obtienne sa réponse, la sadidette, qui avait un peu repris des forces, décida de se reprendre en main pour ne pas être un fardeau et ne pas causer leur perte. S’inspirant d’Evangelyne, elle refoula sa fatigue et essaya de se remettre sur ses jambes. Mais ses membres inférieurs tremblèrent sous le poids. Elle crut un instant qu’elle allait laisser tomber mais elle sentit alors une main se poser sur son épaule et fit face au sourire encourageant d’Eva. Les yeux dans ceux de son amie, elle réussit à tenir debout. Contente, elle laissa cependant la Crâ repasser son bras sous son épaule pour l’aider à courir. Car si elle réussissait à tenir, le reste n’était pas encore gagné. Au moins, son amie n’avait plu à porter tout son poids.

Evangelyne commença à se diriger vers la galerie que lui avait indiqué le liant quand soudain elle perçut un mouvement dans l’ombre d’un tunnel. Sans se poser de question, elle sauta au sol, emportant avec elle Amalia. Pendant qu’Eva bondissait sur ses pieds, la sadidette leva les yeux et vit une hache plantée dans le mur. La Crâ se saisit de l’arme et se plaça devant sa protégée qui se relevait doucement. Du tunnel sortit alors trois bworks.

« -Amalia, dès que tu le pourras, vas t-en ! Ordonna Eva en parlant suffisamment bas pour que les créatures ne l’entendent pas. »

Toujours affaiblie, la princesse ne contesta pas cet ordre mais elle voyait mal comment l’appliquer. S’appuyant contre le mur, elle se dirigea doucement vers le tunnel, Eva bougeant en même temps qu’elle tout en faisant face à ses trois adversaires. Ces derniers souriaient bêtement, persuadés de ne rien craindre d’une Crâ aussi frêle et sans arc. Erreur fatale. Avant qu’ils n’aient eu le temps d’agir, Eva courut vers eux et abattit la hache sur le premier. Le bwork arriva cependant à stopper l’arme en plaquant ses mains de chaque coté de la lame tranchante. La Crâ profita alors qu’il ait les mains prises pour lâcher l’arme, trop lourde pour elle, et attraper une des épées de son adversaire. D’un mouvement circulaire, elle fendit le ventre de la créature avant d’esquiver un coup de massue du second. Le troisième bwork se jeta alors sur elle pour essayer de lui faucher les jambes. Eva sauta juste à temps et il se vautra par terre. En atterrissant sur son dos, elle enfonça son épée entre les omoplates du géant.

« -Eva ! »

La Crâ tourna la tête et vit alors le second bwork qui s’était approché de sa protégée. Avant que celui-ci ne s’en prenne à la sadidette, Evangelyne se rua sur lui. Elle sauta alors sur son dos et bloqua son bras armé avant de placer sa lame sous la gorge de la créature avec la ferme intention de l’égorger. Mais elle n’eut pas le temps de faire glisser la lame que le bwork recula et l’écrasa contre le mur. Sous l’impact, la jeune femme perdit son arme et desserra sa prise. Son adversaire l’attrapa d’une main et la balança par-dessus son dos. Amalia hurla quand Eva atterrit à ses pieds. D’un pas lourd, le géant s’approcha d’elle. La douleur de sa blessure à la tête revenue, en plus du choc de son atterrissage, l’archère ne put rien faire quand elle sentit la main griffue du monstre se serrer autour de sa gorge et la soulever du sol. Pendant un instant, elle eut l’impression d’être de nouveau devant Xalian, le Sacrieur d’Enhia qui avait failli l’étrangler. Mais cette fois, elle n’était pas totalement désarmée. Avant qu’il ne resserre sa prise, elle balança son bras en direction de la créature et enfonça sa flèche d’or dans l’un de ses yeux. Le bwork hurla et lâcha la jeune femme qui, aussitôt au sol, attrapa l’épée et trancha la gorge de son adversaire. Evangelyne poussa un soupir de soulagement et se tourna vers Amalia pour vérifier qu’elle n’avait rien. Quand elle vit le visage décomposé de son amie, elle se retourna et découvrit alors plusieurs des créatures qui débouchaient de différentes galeries.

« -Par Crâ ! Cela va donc jamais finir, marmonna Eva en se plaçant aux cotés d’Amalia. »

Les bworks regardèrent un instant les corps sans vie de leurs collègues. Puis l’un d’eux poussa un grognement qui se répercuta à travers les galeries. Ceux qui étaient les plus proches s’approchèrent alors des jeunes filles. Epée en main, la Crâ se maudissait d’avoir perdu son arc. Dans une situation telle que celle dans laquelle elles se trouvaient, un arc était idéal pour tenir à distance ses ennemis. Prête à parer le coup du bwork qui courait vers elle, Eva se sentit tirer en arrière avant d’apercevoir une tâche rousse et blanche bloquer l’attaque à sa place.

« -Tristepin ?!

-Salut Eva, s’exclama le Iop en retenant l’arme du bwork au-dessus de sa tête avec l’aide de Rubilax. Alors, on part à la chasse aux bworks sans ses amis. Heureusement que tu m’en a laissé. »

Eva sourit. Elle était à la fois soulagée de retrouver son ami et amusée de l’indifférence du Iop face au danger que représentait autant d’ennemi. Alors que le chevalier faisait face à plusieurs adversaires, elle s’apprêta à lui prêter main forte quand une voix l’interpella.

« -Eva attrape ! »

La jeune femme n’aperçut pas le petit Eliatrope, sans doute caché par l’un des bworks qui les encerclés à présent Amalia, Tristepin et elle. Mais elle comprit aussitôt. Dés que la lumière bleue d’un portail de téléportation de son ami apparut au-dessus d’elle, Evangelyne sauta et tendit le bras. La main de la Crâ rentra alors en contact avec la poignée de son arc. Les branches poussèrent et la corde vint se fixer immédiatement à leurs extrémités. Quand la jeune femme atterrit, elle plaça un genoux à terre. La main fermement appuyer sur le grip, Evangelyne tendit la corde et fit apparaître au bout de ses doigts une flèche de glace. Pendant une fraction de seconde avant de tirer, la jeune Crâ savoura le contact du bois rugueux de son arme et la douceur de la corde. En récupérant son arc, Eva avait l’impression de retrouver une partie d’elle-même. Alors, elle tira. Et rapidement, une nuée de projectiles suivit.

Les deux jeunes filles étant trop fatiguées par leurs précédentes rencontres avec les bworks, Eva préférait tenir leurs adversaires à distance d’elles deux. Elle laissa donc le monopole du corps à corps à Tristepin qui s’en donnait à cœur joie. Au delà des créatures qui les entouraient, la Crâ entendait des bruits de combats et apercevait par instant, un rayon de wakfu ou une flamme dépasser de la masse.

Rapidement, leur ennemi se fit de moins en moins présent. La majorité des bworks gisaient déjà au sol, quand Evangelyne eut un mauvais pressentiment. Cessant ses tires, elle se tourna vers sa protégée qui se tenait à quelques pas d’elle et qui se cramponnait toujours au mur. Alors elle vit un peu plus loin une ombre se découper de l’un des tunnels. Un bwork sortit de sa cachette et arma une arbalète en direction de la princesse.

Un instant, la scène sembla se figer pour Eva. En un éclair des flashs du rituel de passage éclairèrent son esprit et des phrases résonnèrent dans sa tête. Mais quand elle s’interposa entre le projectile et Amalia, une seule d’entre elle était gravée dans son esprit : je vous fais la promesse, Majesté, de protéger Amalia au péril de ma vie.

OoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Moi, Sadique ? Peut être un peu.biggrin

Ce qui serait vraiment sadique se serait de vous laisser pendant un mois sans savoir qui est le mystérieux Crâ. Puisque, vous allez sans doute me tuer, mais je ne posterais la suite que fin août ou début septembre ( Chacun son tour pour les vacancessleep). Je ne pense pas avoir accès à Internet d’où je serais mais si c’est le cas j’essayerais de poster la suite avant fin août mais je promets vraiment rien.

Sinon, comme me l’a demandé Akuo, voilà un nouveau chapitre, histoire de vous donner de quoi patienter. Demander si gentiment je ne pouvais pas refuser. Mais attention, je veux pleins de longs commentaires en rentrant sinon ... pas de suite !biggrin

Sans plus attendre, voila la suite! Bonne lecture encore

[/b]

[b]Chapitre 29


Evangelyne tomba à genoux. Une violente douleur lui traversa l’estomac. Le souffle coupé, elle haleta. Inconsciemment, elle porta ses mains à son ventre. D’un coup sec, elle retira la flèche dans un gémissement de douleur. Le sang jaillit alors de la plaie et coula le long de son corps. Sa respiration était saccadée. Les battements de son cœur pulsaient de plus en plus fort dans sa tête. Sa vue se brouillait. Rapidement, elle perdit conscience de ce qui l’entourait. Alors qu’elle tombait en arrière, elle ne sentit pas Amalia la retenir. Ni Yugo, Ruel, Adamaï et Tristepin se ruer vers elle. Ni une silhouette abattre violemment celui qui lui avait tiré dessus avant de courir prés d’elle. Son esprit sombrait dans l’inconscient. Les hurlements de ses amis lui semblaient lointains. Leur voix n’étaient que des murmures inaudibles. Pourtant dans cette cacophonie, l’une d’elle se détacha des autres. Une voix familière. Mais improbable. Tant bien que mal elle ouvrit les yeux qu’elle ne se rappelait pas avoir fermé. Alors son regard plongea dans deux grands yeux verts. Un regard. Un battement de cœur. Un mot. Et elle perdit conscience.

« -Raph… »

______________________________________________________________________________________________________________________

« -Lily ! LILY ! »

Evangelyne était allongée sur le dos. Le ventre couvert de sang. La tête posait délicatement sur les genoux d’Amalia. Penchées au dessus de la Crâ, Raphaël hurlait son nom dans l’espoir de lui faire reprendre conscience. Mais les yeux de la jeune femme restait désespérément clos.

« -Lily ! »

Le Sram força son ami à détourner les yeux de la jeune femme et lui administra un coup de poing monumental. Sous le choc, le jeune homme sembla reprendre ses esprits.

« -Raph ! Il faut partir, déclara le Sram alors que des grognements se faisaient entendre dans les galeries comme pour confirmer ses dires. Vite ! »

Le Crâ hocha la tête dans un remerciement silencieux. Puis il se retourna et se pencha vers la blessée. Délicatement, il passa un bras sous ses genoux, un autre derrière son dos et la souleva du sol. Evangelyne poussa un léger gémissement mais resta inconsciente. La confrérie se leva à la suite des deux autres. Ruel, prenant la place d’Eva au coté de la princesse Sadida, passa son bras autour de la taille d’Amalia pour la soutenir.

« -Il faut atteindre le plus vite possible la sortie, annonça le Sram.

-Je m’occupe de faire un passage si nécessaire, déclara le Iop. »

Aussitôt, il se rua dans le tunnel qui menait vers la sortie, suivit de près par Raphaël qui portait Evangelyne, puis Ruel qui soutenait Amalia, les jumeaux et enfin, le Sram qui couvrait leur arrière. Ayant déjà tué une bonne partie des bworks en entrant dans la grotte, ils ne rencontrèrent que peu des créatures. Les quelques malheureuses n’eurent pas le temps de faire quoique ce soit qu’elles étaient déjà mortes. Oubliant le coté parade de ses techniques de combat, Tristepin tranchait chaque bwork rencontré en un temps record. Dans chacun de ses coups se reflétait l’angoisse qu’il ressentait pour Evangelyne. Il se foutait de savoir que le jeune homme qui la tenait en ce moment dans ses bras était celui qu’elle aimait à sa place. Tout ce qui comptait pour lui, c’était qu’elle vive.

Quand enfin ils atteignirent la sortie, Adamaï attendit que tout le monde soit passé puis il fit apparaître un craqueleur. Sous le contrôle du dragonnet, l’homme de pierre vint labourer de coup le sommet de l’entré qui finit par céder et s’effondrer sur le chemin de leur poursuivant.

Tandis que Ruel fouillait son havre sac à la recherche de quelque chose qui pourrait aider leur amie, Raphaël posa délicatement Evangelyne au sol. Il sortit ensuite un poignard de l’une de ses bottes et entailla la tenue d’Eva afin de mieux voir la plaie. Les membres de la confrérie n’osèrent pas s’approcher trop près de peur de gêner le jeune homme dans son examen. Le Sram, lui, vint se placer juste en face de son compagnon d’arme et observa à son tour la plaie.

« -Il faut cautériser la plaie avant qu’elle ne s’infecte, fit remarquer le Sram sur un ton grave. Chercher à stopper l’hémorragie serait inutile. Il faut le faire maintenant ! Précisa t-il en voyant le regard indécis de son ami.

-Je sais.

-Tu te sens capable d’utiliser une flèche de feu sur elle ?

-Quoi ? S’exclamèrent en cœur les amis d’Eva qui n’avait pas loupé une miette de l’échange.

-Vous êtes fous ! Eloignez-vous d’elle ! Ordonna Tristepin en s’apprêtant à saisir le Crâ. »

Avant qu’il ne l’attrape, le Sram bondit et saisit son poignet. Dans le même mouvement, il attrapa Rubilax de sa main libre et plaça l’arme sous la gorge du Iop. Surpris de la tournure des évènements, Yugo s’apprêta à créer un rayon de wakfu pour désarmer celui qui semblait être leur nouvel ennemi mais le Crâ intervint avant.

« -ça suffit ! Le feu est le seul moyen de cautériser la blessure d’Eva. Sans cela, elle risque de mourir. Je cherche juste à gagner du temps avant de l’amener voir un Eniripsa, expliqua l’archer à la confrérie avant de se tourner vers son ami. Maintenant, lâches-le ! »

Le Sram obéit aussitôt. Il lâcha Tristepin et lui tendit son arme. Pas très fier d’avoir été maîtrisé aussi facilement, le Iop ne fit aucun commentaire. Mais il ne faisait pas confiance pour autant aux deux inconnus.

« -Tu dois agir maintenant, rappela le Sram en voyant son camarade réfléchir.

-J’ai une meilleure idée ! Yugo, tu peux créer des rayons d’énergie pure quand tu veux ?

-Euh oui !

-De l’énergie pure sera mieux pour aider Eva, expliqua le Crâ à son compagnon.

-Oui, c’est un meilleur cicatrisant, reconnut le Sram, ça nous laissera plus de temps pour la conduire à …

-Eh, une seconde ! Vous voulez que j’utilise mes rayons sur Eva ? S’exclama l’Eliatrope effrayé par une telle idée.

-L’énergie de tes rayons cautérisera mieux la plaie qu’une simple flamme, clarifia l’archer.

-Et le feu de dragon, demanda Adamaï afin d’éviter cette épreuve à son frère.

-Moins efficace, déclara Raphaël avant de s’accroupir à la hauteur du plus jeune de la bande. Yugo, je sais que ce n’est pas facile. Et crois-moi, si j’avais le choix, je préférerais ne pas te la demander.

-Mais elle va souffrir. Les rayons sont extrêmement douloureux. Si je…si je les laisse longtemps sur sa peau, elle va…bafouilla Yugo en imaginant ce qu’allait endurer Eva.

-Yugo, regarde là, fit le Crâ en montrant la jeune femme dont le visage transpirant reposait sur les genoux d’Amalia qui s’était approcher. Elle est inconsciente. Et dans peu de temps, la douleur sera le dernier de ses soucis. Yugo, je sais que tu n’aimes pas voir les gens souffrir, Eva me la racontait. Mais si c’est le seul moyen de la sauver, tu ne voudrais pas le faire ?

-D’accord, se résolut l’Eliatrope après une dernière hésitation.

-Merci, Yugo. Tu es bien le petit garçon courageux que m’a décrit Evangelyne. »

Yugo s’approcha alors d’Eva et croisa le regard inquiet d’Amalia. Le Sram se pencha vers la sadidette et lui conseilla de s’éloigner pour ne pas assister à ce qui allait suivre. La princesse obéit mais, trop inquiète pour son amie, elle resta avec Tristepin et Ruel, tous deux extrêmement tendus. Raphaël prit la place de la sadida, posa la tête de la blessée sur ses genoux puis attrapa les poignets de la Crâ pour l’empêcher de bouger le moment venu. De son coté, le Sram fit de même avec les chevilles. A genoux près de son amie, Yugo contempla le visage pâle d’Evangelyne.

« -Elle est beaucoup plus résistante qu’elle en à l’air. Crois-moi, Yugo, elle a connu des douleurs bien pires que celle que tu vas lui infliger, confia Raphaël. »

L’Eliatrope ne sut pas si cela devait le rassurer ou l’inquiéter. Calme et maîtresse d’elle-même en toutes circonstances, il savait que son amie avait du vivre des choses extrêmement dures pour se forger un tel caractère. Mais il n’avait jamais pensé qu’une douleur pire que celle infligée par les rayons de wakfu, puisse exister.

Avant de revenir sur sa décision, le petit garçon posa une main sur l’autre et tendit ses paumes vers la plaie. Pardonne-moi, Eva. Alors, il libéra l’énergie qui circulait en lui.

___________________________________________________________________________

Alors que les derniers rayons du soleil illuminaient les vertes plaines de Drest, des tofus perchés sur un rocher au milieu de l’étendue d’herbe, se disputaient joyeusement un ver fraîchement attrapé. Quand soudain, un cri déchira le calme ambiant.

Evangelyne hurlait. Paniquée, Amalia se boucha les oreilles. Les mains toujours au-dessus de la blessure d’Eva, Yugo aurait aimé faire de même. Le cri de son amie, amplifié par l’écho sur le flanc des montagnes alentours, le rendait de plus en plus inquiet. Il voulait arrêter. Raphaël dut le deviner car il posa ses yeux sur le jeune Eliatrope et l’encouragea à persévérer, lui assurant que les cris d’Eva étaient un bon signe. Elle était inconsciente certes mais elle avait encore assez de force pour réagir.

Pendant un instant, Yugo plongea son regard dans les yeux verts de Raphaël… et eut l’impression de regarder dans ceux d’Evangelyne. Le regard confiant du Crâ, malgré une lueur d’angoisse, lui rendit alors sa détermination. Puissant dans ses réserves, il continua à brûler la peau ensanglantée de la jeune femme. Mais au bout d’un instant, les gémissements d’Eva s’arrêtèrent. Le Sram ordonna au jeune Eliatrope de poursuivre. Alors que Adamaï essayait de retenir Tristepin, et que Ruel faisait de même avec Amalia, Raphaël se pencha et posa son front contre celui d’Evangelyne.

« -Lily, je t’en prie ! Murmura t-il. Ne me lâches pas. Tiens bon, c’est bientôt fini. Tiens encore un peu. Je sais que tu peux y arriver. Tu ne peux pas me laisser…rappelle-toi notre promesse !

-Stop ! »

Au cri du Sram, Yugo arrêta aussitôt l’opération et se laissa tomber sur les fesses, exténué. Raphaël releva la tête et Ruel et Adamaï cessèrent de retenir leurs amis. Quand ils se penchèrent tous au-dessus d’Eva, la plaie était parfaitement cautérisée. Sans perdre un instant, le Crâ déchira son tee-shirt. Il l’enduit d’une crème apaisante que Ruel avait trouvé dans son sac et avec l’aide du Sram, il confectionna un bandage. Une fois terminé, il prit à nouveau la jeune femme dans ses bras et se redressa.

« -Merci, Yugo, fit-il avant de se retourner vers le reste des compagnons. Restez ici, on s’occupe d’Eva.

-Quoi ? Mais…commença Amalia.

-Eva a besoin de soins le plus rapidement possible et vous êtes trop fatigués pour nous suivre, expliqua le Sram en désignant l’Eliatrope et la Sadidette. Eva ne serait pas ravie s’il vous arrivez quelque chose pendant son absence donc Tristepin, Adamaï et Ruel ferait mieux de rester avec vous au cas où.

-Vous ne rejoindrez dès que possible au village d’Epsiro où nous amenons Eva, compléta Raphaël déjà près à partir.

-Qu’est ce qui nous fait dire que vous l’amenez là-bas ? Rétorqua Tristepin.

-Ayez confiance en moi. »

Sans dire un mot de plus, le Crâ se détourna du petit groupe et partit en courant aussi vite que possible suivit de près par le Sram.

« -Ne t’inquiète pas Pinpin, il fera tout pour la sauver et la protéger jusqu’à notre retour.

-Qu’est ce qui te fait dire ça, Yugo ? On ne sait rien d’eux, rappela le chevalier.

-Je le sais c’est tout…souffla le jeune Eliatrope en se remémorant les yeux verts du Crâ. »

Tristepin sembla se contenter de cette réponse. Alors que Yugo plongeait dans un sommeil réparateur sous l’œil vigilant de son jumeau et que Ruel cherchait à convaincre Amalia de se reposer pour reprendre des forces, le Iop regarda les deux silhouettes disparaître au loin en emportant avec eux celle pour qui son cœur battait.

____________________________________________________________________________________________________________________________

La nuit avait répandu son voile de ténèbres sur le monde des Douze. Désormais la lumière de la lune éclairait faiblement l’étendue des plaines de Drest tandis que deux silhouettes les traversaient en courant. La pénombre ne semblait pas ralentir leur avancée. Un seul objectif compté pour eux : les points lumineux qu’ils apercevaient au loin et qui délimitaient les contours d’un petit village. Une lueur d’espoir au fond du tunnel.

La tête d’Evangelyne contre son épaule, Raphaël écoutait attentivement la respiration de la jeune femme qui se faisait dramatiquement faible. Sans prendre en compte la fatigue qui les gagnait, les deux compères accélérèrent le pas en espérant arriver à temps pour la sauver.

0 0
Score : 179

Je pense que rien des remerciements sont la meilleure façon de commencer ce post. Alors merci Lily pour le deuxième chapitre, ça fait vraiment plaisir ! [En plus on aurait pas pu survivre avec le suspens du premier O.O]

  1. Orthographe : j'ai relevé en tout environ six fautes, ce qui n'a rien d'extravagant en soi. Toujours un peu plus que d'habitude, mais comme les chapitres gagnent en intérêt et en longueur, on ne t'en voudra pas ^^
  2. Muhahaha, je savais que le Crâ était Raphaël ! [Bon, d'accord, je l'ai compris après les autres, mais bon xD]. Mais maintenant, je me demande si ce n'est pas plutôt le frère d'Eva, à cause de ses yeux (qui ressemblent à ceux de notre archère favorite). Bon, après, je peux toujours se tromper, mais je m'imagine parfaitement la scène Raf'/Eva/Pinpin dans le style Dinosaure (mais siiii, vous savez, le film d'animation...) : « T'aurais pu me dire que t'en aimais un autre » (ça c'est Pinpin) ; Raf' : « Hein O.O » ; Eva : « Mais enfin... C'est mon frère ! ». Enfin bref, ça c'était mon p'tit délire perso hein. Ou alors Raf' est gay. Bah oui, c'est possible hein >.> C'est très courant dans les récits d'héroïc-fantasy...
  3. Mais t'es une vrai sadique hein x) La pauvre Eva, à force de se prendre des coups, elle va finir par ressembler à un vieux punching-ball-ball... Mais j'aime beaucoup le coup de « Yugo, t'es le seul à pouvoir le faire ». Le pauvre p'tit gars, il va être traumatisé à vie x) (j'ai envie de rajouter : mais c'est ça qui est bon !) En tout cas ça donne encore une fois une autre profondeur au récit.
  4. On comprend enfin (en partie) pourquoi Eva est aussi renfermée sur elle-même. Et vous remarquerez que toutes mes hypothèses ne sont pas aussi foireuses que ça, vu que j'avais dit qu'elle avait vu sa mère se faire tuer par ses charmantes bestioles que sont les bworks.
  5. J'ai envie de baffer le Sram. Il a un petit côté suffisant qui me met en rogne. C'est exactement le genre de personne que je supporte pas, et super-guerrier ou pas, si je le croise dans la rue, j'lui apprends la vie à coups de latte dans la gueule, j'en fais la promesse.
  6. Ça m'étonne de ne pas en avoir parler plus tôt mais... si Eva mourrait ? Bah oui, me regardez pas comme ça, c'est possible hein. Enfin non, vu qu'y a la partie 7 qui est en court d'écriture. Enfin bon, ça veut rien dire, mais pour une fois que je veux pas que le personnage principal meurt, on peut toujours espérer x)
  7. « Ne voulant pas... » N'oublies pas les négations, que diable ! Sinon ça enlève de sa beauté à la phrase et ça laisse place à une ambiguïté des plus désagréables...
  8. J'imagine bien le traumatisme de notre petite Confrérie, surtout celle de Yugo et Amalia (on se demandera pourquoi se post vient deux milles ans après le 3, mais bon, l'esprit humain est tordu et incompréhensible). Yugo pour avoir cautériser la plaie et faire souffrir son amie [j'aurais pu inventer la scène si tu ne l'avais pas écrite x)] et Amalia parce qu'Eva s'est jetée devant elle pour la protéger (conformément à la promesse qu'elle a faite au Roi « Nous sommes tous des hommes d'honneurs, tu vois ! »). Hé, Amalia, ça fait deux fois que quelqu'un se sacrifie pour sauver ta peau, faudrait pas que ça devienne une habitude hein u_U Enfin bref, j'imagine ses cauchemars et ses hurlements x)
  9. [Vite, une idée, il me faut une idée... Ah, ça y est !] Ruel et Amalia bras-dessus bras-dessous... J'aime beaucoup cette image. Ça montre bien en fait la relation qu'ont ces deux lurons x) Emouvant ! [Au fait, c'est moi ou Amalia a une nette tendance à être crevée très vite en utilisant ses pouvoirs ? Nan mais j'sais pas hein, mais ça fait plusieurs fois qu'elle nous fait le coup... Si ça s'trouve elle est malade O.O [note : je sais parfaitement que c'est juste parce qu'elle fournit des efforts importants, mais c'est ta faute aussi Lily, t'as attisée ma parano naturelle xD]
  10. Bonne continuation pour la suite biggrin [Vu que suite il y aura, tard dans le mois... Sadique attitude jusqu'au bout, hein xD]
 
0 0
Score : 270
Akuo|2011-07-26 14:52:53
2)En parlant de Raphaël, je suis presque sûre maintenant (« la seule chose dont je suis sûr, c'est que je ne sais rien » a dit un philosophe grec ou une pub pour les voitures, je ne sais plus [une récompense à celui qui trouve la référence] )

Je ne pense pas que Socrate fasse des pubs pour voitures Akuo tongue
C'est quoi ma récompeeense?

Bref, pour l'homme en noir, n'essaye pas de nous embrouiller Lily' la flèche de rappel, c'est un peu gros quand meme biggrin! Et puis, on sait maintenant que c'est bien Raphaël qui a tiré la flèche libérant Eva de Xalian. Il a donc vu qu'elle a failli mourir. Et ca, l'homme en noir ne le sait que parce qu'un de ses sbires lui a dit.
Donc Raphaël n'est pas l'homme en noir (aaaah comme c'est dommage!).

Je ne pense pas qu'il soit le frère d'Eva non plus, puisqu'il a l'air moins traumatisé qu'Eva vis a vis des Bworks. Ce ne serait pas le cas si sa propre mère avait ete tuée par eux. Je penche donc pour un proche cousin, ou autre, apres (presque) tous les crâs ont les yeux verts.

Un gros coup de sadisme là! Je veux voir la scène Raph/Eva/Tristepin ! ET dire que c'est pas avant fin août! Raaah j'te jure!

Bref, une petite avancée dans le passé d'Evangelyne, mais j'imagine que ce n'est pas le seul traumatisme qu'elle ait subi; celui ci n'expliquant pas pourquoi elle ne veut pas avouer ses sentiments a Tristepin.
On a encore de la route avant de tout comprendre hein?

Voila, profite bien de tes vacances et trouve un coin WiFi smile !
0 0
Score : 2101
Madride---|2011-07-20 20:26:16
Je ne crois pas me tromper en disant que ce mystérieux archer est... Raphaël...

J'avais raison héhé ! =D

S'il faut faire des commentaires assez long pour avoir un prochain chapitre je risque pas trop d'être utile ^^' Déjà, les chapitres commencent à devenir plus long est c'est déjà un bon point, ça permet de faire tenir l'action plus longtemps et d'être plongé un plus longtemps au coeur de l'histoire *.* Oui, je suis comme plongé dans l'histoire !

Sinon, j'ai un peu moins aimé la partie avec les Bwork que j'ai trouvé un peu trop longues et pas assez captivante à mon goût...

Que dire de plus à par qu'il faut que tu mette le prochain chapitre le plus vite possible !! Sinon je vais tomber dans une dépression et se sera ta faute ! Et je vais te faire un procès et se sera bien fait pour toi Na ! è.é
0 0
Score : 661

me revoici!!!
je suis rentrée de colo lundi mais je n'ai pas pût poster avant aujourd'hui!!
J'EN éTAIT SÛRE!!!!!!!!!!!! LE CRÂ éTAIT RAPHINOU!!!!!!!!!!!!!
Moi aussi j'ai hâte de la scène raphi/eva/pinpin!!!!!
Eva va pas mourrir, enfin!!!
T SADIQUE AU POINT DE NOUS FAIRE ATTENDRE JUSQUA LA FIN DU MOIS?????
RhÂÂÂÂ!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Bon si sa vous interresse je vais bientôt créer un nouveau topics soit aujourd'hui soit demain!!!
Ma soeur ne posteras pas
dans 3 jours on part à val thorens donc je ne pense pas poster.
le mois d'août va se faire trnkl sans sadikes, zut!!!!
mdr on vous embrasses les filles et bien sûr la poigné de gars qui sont sur le topic!!!
Bye Bye
Naïla

0 0
Score : 179

Ta récompense, mon petit, ce sera... Mon estime x)

Haha, la réponse bidon x)

Mais si ça intéresse des gens [peu probable, je sais...], il y a une autre référence dans la référence [ça se voit que je suis une watcheuse de Wakfu, hein ?]. Celui qui la trouve gagnera mon respect x)

L'Homme en Noir a un rapport avec le Passé [disons-le avec une majuscule, j'ai la flemme d'écrite « le passé d'Eva à chaque fois] et donc probablement avec Raf'. Bah oui, si on y réfléchit, c'est logique, vu qu'il veut pas qu'on la blesse...

J'ai aussi pensé que le fait qu'il soit son frère était un peu gros (et aussi au fait que les Crâ ont tous ou presque les yeux verts) mais comment dire... Raph' étant le cousin d'Eva, ça fait moins... théâtral x) ça le fait beaucoup moins je trouve... [je sors]

Pour le – mais on sait à présent que l'article qui convient est « les – traumatismes d'Eva... J'allais dire qu'elle s'est peut-être faite [les plus grands comprendront, je ne veux pas être traitée de perverse ni choquer les plus jeunes u_U] ou bien elle a eu une histoire d'amour relativement désastreuse. Aucune des deux hypothèses ne me plaît vraiment [la première parce que sinon elle serait beaucoup plus trauma que ça et parce que sinon elle aurait réagi plus violemment vis-à-vis de Xalian et de son excès de libido] et la seconde parce que ça fait vraiment trop Twilight sleep'

Bref, encore une fois, j'en reviens à ma pensée qu'Eva est proche de Naoto dans Dogs, Bullets & Carnage, à cette différence près qu'elle est peut-être moins psychopathe et cache mieux son trauma que Nao' [qui est quand même assez haut placée dans l'échelle des « filles traumatisées par leur enfance et les souffrances de la vie ].

Ensuite, venons-en aux hypothèses de « elle a connu des souffrances bien pires que celle que tu vas lui infliger . Eva se serait faite torturée O.O Parce que même en cherchant bien – et pourtant je suis une spécialiste en ce qui concerne les tortures physiques et morales x) (on notera la présence d'un égo surdimensionné en action) –, j'ai un peu de mal à imaginer ce qui pourrait être pire que de se prendre une flèche dans le ventre et d'ensuite se faire brûler la peau au 5° degrés... Sauf si on te le fait quand t'es consciente... Enfin bref, voilà quoi. P't'être que Raf' a un excellent sens théâtral et qu'il exagère, ou alors il essaye de rassurer Yugo, ou alors mon imagination a ses limites. Comme je me refuse à valider la troisième solution, je vais devoir me mettre à chercher plus profond x)

Bref, Lily, ramène-toi vite (TT) On veut la suite ! [tiens, j'vais relire le dernier chap' pour la peine...]

[Edit : en relisant l'avant-dernier chapitre, j'ai eu.. un flash. Vous ne voyez pas de quoi je parle ? "la douleur de ne plus pouvoir être là pour les aimer". Pour les aimer. Les ? Qui ? Eva, d'accord, mais aussi son père, sa soeur, son frère, qui ? Raphaël ? Qui est-il vraiment pour elle, bon sang ? [Tiens, je relève un deuxième point : "souviens-toi de notre promesse", dixit Raf'. Quelle promesse ? O.O Des réponses, vite >.>] 

0 0
Score : 704

Oulalalala ! Mais ça fait combien de temps que j'ai pas posté moi ?
*regarde *
DEPUIS LE CHAPITRE 24 ?! O_o
Aaaaah honte sur moi ! *se fouette* Honte sur moi ! *se cogne la tête contre le mur* FOUTUE FLEEEEEMME !
Bon ça fait chapitres non commentés, c'est pas bien tout ça ! Tu sais quoi ? biggrin J'vais faire un loooong commentaire qui va me prendre une demi-heure à faire sur les chapitres à 24 à 29 ! (Masochiiiiiste *_*)

Chapitre 24 :
Baston baston ! Je l'attendais celle-là. L'action est vraiment bien décrite, mais y a juste un truc qui dérange un peu, c'est le Xelor, qui rappelle un peu trop notre ami Nox. N'oublions pas qu'avec l'éliacube celui-ci était bien plus puissant que n'importe quel Xelor, et là le tiens arrive à figer le temps au point que nos héros ne peuvent même plus bouger, alors que seul un sort aussi puissant que ceux de Nox l'aurait permis.
J'ai bien aimé également la fin, Xalian est mort comme il a vécu, en SADIQUE ! biggrin Et le père obligé de tuer son propre fils, hmm c'est machiavélique ! tongue
Et premier signe de la présence de Raphaël. wink

Chapitre 25 :

Un peu plus court mais sympatoche, ça permet de mettre les choses à plat, eeeet la fameuse explication entre nos deux tourtereaux ! (même si « ami comme avant moi ça me suffit pas ! =P)

Chapitre 26 :
On revoit l'homme en noir ! J'adore ce mec ! biggrin Il est tellement démoniaque, c'est fou ce qu'un peu de sadisme apporte en charisme ! tongue Mais pourquoi POURQUOI tient-il tant à ce que Eva ne soit pas blessée ? ...
Par contre si Weldor est bien le Crâ qui essaye de suivre ses hommes, il est dans la... !
Ensuite, habituelles piques entre ami, que j'aime beaucoup, surtout Amalia qui trouve toujours le moyen de ramener la conversation sur Tristepin, c'est tout un art ! ;D
Petite baston contre les bworks, j'ai moins aimé que celle contre Xalian mais c'était pas mal du tout. wink Et apparition de l'attendu Raphaël ! Tatadadam !

Chapitre 27 :
Eva traumatisée !! O-O Moi qui la croyait si froide et si contrôlée, elle se laisse submerger à la vue des bworks, c'est... trooooop bien ! XD Surmonter ses pires angoisses, le moindre faux pas, et sa protéger se fait tuer... niahahaha !
Et le Raphaël qui débarque juste comme ça, c'est vrai que sur le coup c'est pas étonnant que la méfiance soit là, mais qui est-ce donc pour Eva ?!

Chapitre 28 :
Course-poursuite et souvenirs qui hantent, on se demande ce qu'attendent les gars pour ramener leurs fesses hein ! tongue Baston et encore baston, les filles sont vraiment mises à rude épreuve sur le coup, mais c'est vrai qu'Amalia a tendance à être un peu trop souvent fatiguée pour pas grand-chose, certes percer de la roche avec des ronces n'est pas une partie de plaisir, mais c'est pas très glorifiant pour elle alors qu'on pourrait s'attendre à ce qu'elle devienne un peu plus forte après la saison 1.
La preuve tiens, Eva qui est obligée de se prendre une flèche dans le bide pour elle. xD

Chapitre 29 : (j'arrive au bout ! biggrin)
LA, LA tu atteins le summum du sadisme ! Obliger ce cher petit Yugo tout gentil tout mignon à... torturer Eva ! Mouahahaha ! Souffre Eva, souuuuffre ! biggrin (j'ai pas l'air d'une psychopathe là ? Bahh tant pis xD)
Bon mais là ça commence à bien faire, c'est QUI ce Raphaël ?! Bien que le fait que Yugo trouve une certaine ressemblance entre lui et Eva (à savoir leurs yeux), ce qui me conforte dans l'idée du lien de parenté, on n'est quand même sur de rien, et c'est TRES frustrant ! >< Pis à faire celui qui sait tout sur elle devant Yugo&co sans même dire qui il est... AH ça m'éneerve ! XD

Bon bin voilà j'ai enfin fini mon com' qui fait plus d'une page sur OpenOffice (mais ça à la limite on s'en fout), magne toi de revenir de vacance je VEUX la suite !

0 0
Score : 661

Nous sommes revenues!!!!!!
Les filles, c'est quoi ce sadisme (comme dirait flo) de psychopathes???
Vous vous emporter très facilement!!
Une phrase et puis ça y est, c'est hypothèses foireuses à gogo!!
Comme on dit, l'espoir fait vivre....
Moi, enquiquineuse?? Pourquoi tu dis ça??tongue
Vivement la suite!!!!!!!
On veux pas te gâcher tes vacances, hein, mais juste un tout petit peu!!!!
MDR
LA SUITE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! LA SUITE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! LA SUITE!!!!!!!!!!!!!!!!! OU JE VAIS MOURIR!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Ma soeur ne posteras pas et, faute d'un bug, je n'ai toujours pas de topic!!!
Bye Bye,
Naïla

Juste un petit truc: j'ai ouvert mon premier topic (qui s'appelle 'Le Futur de nos Héros' )
Mais bon, on s'en fiche un peu!!!

Moi et ma soeur on aura peut être quelques imprévus et on ne pourrat peut-être pas poster durant les deux prochaines semaines, voila!!
Sinon bonne continuation Lily
Naïla

0 0
Réagir à ce sujet