FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

Wakfu : le passé d' Evangelyne

Par 11 Avril 2011 - 18:41:49
Réactions 394
Score : 661

C'est une amie qui m'aide beaucoup: plus je la côtois, plus je suis sadique!! (malheureusement pour toi XD)
Je suis TRES dangereuse!!
Mais à part tes cheveux de Iop qui sont roux, je ne pense pas que ma mère te roussirais les oreilles tongue
T'inquiète pas pour les fautes, j'essais de les oublier!! et en plus il n'y en a presque plus!!
je vais attendre un peu pour ma fic, je vais en lire un peu plus et puis je me lancerais!
Sinon excellent chapitre!!
Rien a dire sauf que leur relacion est compliqué!!
Ils ont une manie de se mettre dans des draps, et des beaux en plus!!
je serait absente pendant les deux dernieres semaines de juillet donc je ne posterait plus de message
Bonne vacances et bonne continuation!
PS; je suis sûre que Raphaël est le frère ou le cousin d'Eva.
J'ai plus un penchant pour qu'il soit son frère!

0 0
Score : 179

OMG, on m'a volé la politesse. Namého, ça va pas non ? >.>

Trêve de plaisanteries. Passons au commentaire (ah, je te sens bien trembler derrière ton écran... Oui, je vais me coucher >.>wink

Tiens, j'vais faire une liste, dans le désordre (la flemme de tout organiser), histoire de bien résumer mes pensées/idées/etc. Tu feras le tri après (*grand sourire innocent*)

  1. Je savais bien qu'Eva prenait la tête du groupe. Je voulais le dire pour mes comms des derniers chapitres, mais comme mon cerveau est un peu tortueux et éteint, bah... J'ai oublié. Mais j'ai bien remarquer le « ordonner » en italique, et l'attitude de plus en plus autoritaire voir péremptoire de notre chère archère. Qui le lui fera remarquer (histoire de lui foutre encore un coup au moral) ? Amalia peut-être ? Roh oui, critiquée par sa meilleure amie, j'adhère *O*
  2. J'avais dit que ce Xalian était louche. Pfff. Ça vous apprendra à ne pas me faire confiance. En plus, il est entiché d'Eva (p'tin mais il fait tout de travers ce gars... O.O J'viens d'avoir une étrange idée perverse en relation avec ses derniers dires... Mais bon, je ne dévoilerais rien, âmes sensibles obligent x) – faites pas gaffe, j'suis complètement excitée ces temps-ci, la faute aux vacances et à Kung Fu Panda 2 (magnifique ce film *.*) ) –.
  3. Les virgules, les virgules, toujours des virgules... Y en avait une myriade au début, puis ça s'est un peu calmé.
  4. Pas de fautes flagrantes d'orthographes relevées. Faut dire que j'ai pas trop fait gaffe.
  5. Un peu trop court. On veut du long, du compliqué, du sadique (les deux derniers points étant respectés x) )
  6. Tu posteras la suite le jour de la sortie des notes du brevet. Je t'en suis très reconnaissante x)
  7. Pinpin est un peu bête en fait. Parce que Xalian a beau avoir des gardes qui surveillent ses p'tins copains, bah s'il leur fonce dans l'lard avec Rubi dégaîné, le Sacrieur aura pas le temps d'ordonner à ses hommes d'attaquer Eva & Cie (à moins qu'il ne soit télépathe ?) ni d'envoyer un messager.
  8. Je suis actuellement en train de manger un deuxième mini-Twix. Je sais que je vais encore râler après parce que je mange trop, mais j'ai faim. Et je sais aussi que ce post n'a rien à foutre là, mais je suis en pleine réflexion pour trouver une neuvième critique (mon objectif étant d'arriver à 10).
  9. Plus j'y réfléchis, plus ça m'paraît évident que Raphaël n'est pas l'amour d'Eva. Nan, en fait j'en suis sûre (pourquoi, en disant cela, pense-je brusquement à Arya dans L'Héritage ?) Même son frère, ça me paraît trop évident. Nan, je persiste et signe, c'est un ami d'enfance. Beaucoup plus sadique car créateur de relations ambigües.
  10. Enfin on comprend pourquoi Eva a enlevé son gant. Pinpin a tout vu. Et comme en plus d'être bête, il est bigleux, il a pas vu son propre pendentif. En fait c'est lui qui créé les embrouilles.
  11. Je sais, j'avais dit que je ne faisais que 10 critiques, mais la 8 comptant pour du beurre, je cherche autre chose. Ah, ça y est. La suite ?

Voilà voilà, j'ai tenu mon engagement biggrin Un commentaire constructif (ou pas ♫).

[Je viens de m'apercevoir que j'ai la formidable capacité de raconter ma vie dans presque tous mes posts. Mettez cela sur le fait que je n'ai personne à qui parler en ce moment même.)
0 0
Score : 661

C'est vrai, Akuo, je pense aussi à un (petit-) ami d'enfance, car les mot-doux ca dit tout, non?
Mais un frère ou un cousin, ça rendrait moin jaloux Pinpin, non?
On veux pas le tuer d'amour,enfin!
T'inkiète pas Akuo, je suis de ton côté; j'aime pas les noms qui finissent en -an (pour ne pas vexer les personnes aux noms de ce genre)
S'il pouvait rendre jaloux à mort Pinpin, ça serait cool car il seraient de nouveau ensemble!!
Ou même l'arrivée de Raphaël!!
Grand frère/cousin/petit-ami d'enfance à la rescousse!!
MDR comme j'ai la flême de pas écrir ac des fotes, à bas lortografe!!
Xalian, ça m'étonnerais qu'Eva ne fasse rien après la disparition de Pinpin!!
DSL Akuo de t'avoir choux-ravé le premier mp!!
Bye
La petite (mais dangereuse) sadique

0 0
Score : 2101

J'ai adoré ce chapitre, sincèrement ! smile Ton histoire devient de plus en plus intéressante, je t'avoue que je prends toujours beaucoup de plaisirs à lire tes chapitres ! En tout cas j'ai vraiment hâte de lire le prochain ! Ce Xalian me fait froid dans le dos Bbrrr ! ^-^

Sinon les fautes d'orthographes c'est pas grave :p Mais j'ai remarqué une faute de grammaire que tu fais souvent, tu as tendance à confondre les participe passé avec les verbes ! Essaye de faire un peu plus attention la prochaine fois sinon c'est nickel le reste smile

0 0
Score : 704

(je rêve ou ça fait longtemps que j'ai pas posté ici ? ph34r et PERSONNE n'a remarqué mon absence ?!! J'me sens blessée là... ou pas, enfin j'vais ptet arrêter cette parenthèse et passer au com' non ?)

J'viens de remarquer qu'organiser le com' comme Akuo avec des numéros c'est plus rapide et mieux ordonné alors autant faire la même chose. biggrin

1. L'histoire devient plus compliquée. J'aime ça !
2. L'histoire devient (encore) plus sadique. J'aime ça !
3. Entre Tristepin et Evangelyne, c'est l'amour ou la guerre, c'est tellement ambigu qu'on s'y perd (ouais j'fais des rimes maintenant, mais que pour ce numéro 3 tongue). J'aime ça !
4. Le Sacrieur est méchant. J'aime moins. xD Pourquoi faut-il toujours penser que les Sacrieurs sont des êtres particulièrement sadiques, pervers, cruels et barbares ? Bon c'est sans doute le cas ET ALORS ? Par contre y a que Xalian qui soit fourbe et avide de pouvoir. ;P
5. Trop de virgules, trop de virgules, tu me rappelles une certaine personne qui en mettait partout aussi tiens. ^^ Le problème c'est que ça coupe la phrase dans son élan, alors pour lire correctement faut imaginer que la virgule n'est pas là, fais attention. wink
6. C'est quand que y a de la baston ? biggrin (je confirme les Sacrieurs comme moi sont avides de sang xD)
7. A quand la suite ?
8. J'ai oublié de préciser que plus ça va, plus ta fic est géniale. ph34r 

0 0
Score : 661

(Numéroté, ça le fait mieux!)
-floflora-, tous les Sacrieurs ne sont pas méchants, ils sont juste sadiques et (un peu) manipulateurs!!
(J'aime les Sacris!!XD)
C'est clair, trop de virgules et pas assez de Weldor ( j'crois qu'j'ai trouvé mon âme soeur!!)MDR
Non tkt je rigolais

0 0
Score : 179

Mais pourquoi tout le monde croit que j'ai dit que -an dans Xalian le faisait paraître méchant et que j'aimais pas ça O.O C'est très mal interprété, les jeunes x) J'ai juste dit que c'est un classique de la littérature fantastique de donner à des personnages des noms en -an x) (j'en suis moi-même une grande adepte ._.)

J'me disais aussi que ça manquait de Floflo xD Je me demandais quand tu allais protester contre le fait que St Cricri soit un méchant x)

[Je ne suis donc pas la seule à trouver que tu mets trop de virgules O.O]

0 0
Score : 2101
-floflora-|2011-07-05 23:51:45
4. Le Sacrieur est méchant. J'aime moins. xD Pourquoi faut-il toujours penser que les Sacrieurs sont des êtres particulièrement sadiques, pervers, cruels et barbares ? Bon c'est sans doute le cas ET ALORS ? Par contre y a que Xalian qui soit fourbe et avide de pouvoir. ;P

Par ce que tu considérais Illana douce comme un agneau peut-être ? happy 
0 0
Score : 798
4. Le Sacrieur est méchant. J'aime moins. xD Pourquoi faut-il toujours penser que les Sacrieurs sont des êtres particulièrement sadiques, pervers, cruels et barbares ? Bon c'est sans doute le cas ET ALORS ? Par contre y a que Xalian qui soit fourbe et avide de pouvoir. ;P
les sacrieurs ne sont méchants que lorsqu'ils sont veulent qqch et je pense que Xalian va essayer un truc mais je ne sais pas quoi mais il va faire qqch

ioslesombrean 
0 0
Score : 543

Coucou tout le monde !

Roh j’aime quand il y a pleins de commentaires surtout quand on me dit que ma fic devient de mieux en mieux ! biggrin
Merci à tous.

D’abord, une mise au point : Floflora, j’adore les sacrieurs ! Et c’est justement parce que se sont d’excellents combattants que cela fait de Xalian, un excellent ennemi pour notre confrérie. Et pis, il n’est pas sadique, pervers, cruel et barbare. Quoique… pervers, peut être un peu tongue
Dans tous les cas qui dit Sacrieur, dit baston donc patience…(C’est drôle à force de répéter ce mot, je crois que je vais me faire zigouiller smile )

Pour les noms en –an, je comprends et je suis tout à fait d’accord avec toi Akuo : c'est un classique de la littérature fantastique !

Comme tu me l’a ordonné demandé, voilà le nouveau chapitre, pour les résultats du brevets.

J’en profite pour féliciter tous ceux qui ont passé leur Bac ou leur Brevet. Maintenant, c’est repos et lecture.

Chapitre 23



Evangelyne s’était réfugier dans sa chambre. Le dos contre le lit, ses jambes repliaient contre sa poitrine, la jeune femme en l’absence de témoin se laissa allée à pleurer silencieusement. Elle devait bien se l’avouer : le comportement de Tristepin depuis le début de leur nouvelle aventure l’avait rendu triste. Mais son départ l’avait totalement bouleversé.

Quand le garde leur avait remis la lettre d’adieu que le chevalier lui avait donné, elle n’avait pas réussi à la lire entièrement. La première phrase avait suffit à l’ébranler. Je pars…Amalia avait alors prit la suite apprenant à toute la confrérie que le Iop avait décidé de ne plus les suivre et de faire son propre chemin. Yugo, qui ne semblait pas y croire, avait cherché ce qui avait pu provoquer cette décision. Alors, elle avait compris. Elle était la seule à savoir que Tristepin et elle s’était disputés. La veille, trop énervée contre le Iop, elle avait fuit leur problème en pensant que plus tard ils arriveraient peut être à les résoudre. Mais elle n’avait pas pensé que le gardien partirait emportant avec lui tout espoir de réconciliation. Et maintenant, elle ne le reverrait plus jamais. En y pensant, elle avait l’impression qu’on lui avait arraché le cœur. La douleur était atroce.

Inquiète pour son amie, Amalia attendait devant la porte de la chambre fermée à clef. Adamaï, Ruel et Yugo l’y retrouvèrent après avoir un peu parler avec le garde et Xalian. Ils étaient tous atteints par le départ du Iop mais ils savaient que celle qui en souffrait le plus c’était Evangelyne. Malgré la distance qui s’était creusée entre leurs deux amis, tous savaient ce qui les liés. Ils attendirent un moment quand la porte se déverrouilla. S’attendant à voir une Evangelyne bouleversée, ils furent surpris de voir le visage impassible de la Crâ.

« -Excusez-moi de vous avoir fait attendre. Qu’avons nous de prévu pour aujourd’hui déjà? Demanda la jeune femme sous le regard ébahi de ses amis.

-Eva, est ce que ça va ? S’enquit Amalia de plus en plus inquiète.

-Très bien, répondit l’archère comme si de rien n’était. Bon, on y va ?

-Attends, Eva, l’arrêta Yugo. Je pense qu’on devrait partir à la recherche de Pinpin. »

La Crâ se figea et son regard changea. Le froid dans ses yeux fit presque peur à Amalia. Mais son expression d’indifférence était pour la princesse un appel au secours. Un masque pour cacher sa peine.

« -Pourquoi ? Lança Evangelyne. Yugo, il a fait son choix. S’il a décidé de partir, on ne peut que respecter sa décision. On a une mission et ce n’est pas courir après cette cervelle de Iop.

-Eva, dit l’Eliatrope en empêchant son amie de fuir la conversation, je suis sûr qu’il ne serait jamais parti. Je sais qu’il était bizarre ces temps-ci mais il ne nous aurait jamais laissé tomber. Il ne t’aurait jamais laissé tomber, précisa le petit garçon.

-Yugo, il ne reviendra pas. Je…On s’est disputé hier soir, avoua Eva qui voulait mettre un terme aux faux espoirs de son ami.

-Quoi ? S’étonna Amalia. Mais que s’est-il passé ?

-J’étais sur une terrasse, quand il m’a rejoint. Je…j’étais énervée de son comportement des derniers jours et je n’ai pas été très…accueillante.

-Ce qui était largement compréhensible, fit remarquer la princesse.

-Lui ne l’a pas bien prit et il m’a presque accusé de vouloir vous trahir parce qu’il m’avait vu envoyer une flèche magique à Weldor.

-Une flèche magique ? Demanda Adamaï.

-C’est une flèche qui permet au Crâ de s’envoyer des messages secrets. Personne ne peut lire le contenu excepté le destinataire, expliqua Ruel. Quelle cervelle de Iop vraiment.

-Qu’importe que vous vous soyez disputés ou non, intervint Amalia. Eva, tu sais aussi bien que moi que Pinpin dit ou fait parfois n’importe quoi. Il a brisé ton arc. C’est l’acte le plus insultant pour un Crâ. Il savait qu’il y avait toutes les chances que tu refuses de le revoir un jour et pourtant il est quand même revenu. De la même manière il t’a blessée hier soir et je suis sûr qu’il aurait essayé de se faire pardonner. Yugo a raison. Son absence est étrange.

-Eva, s’il te plait. On forme une confrérie, rappela l’Eliatrope. On a fait un serment. Rien n’aurait pu l’obliger volontairement à partir. »

Sans pour autant quitter son masque d’indifférence à l’égard du Iop, la jeune femme accepta qu’il recherche le gardien de shushu. Comme l’avait fait remarquer Yugo, la disparition de Pinpin, s’il y avait disparition, ne pouvait pas être volontaire.

« -Il lui est forcement arrivé quelque chose, affirma Yugo. Il est peut être en danger. Alors il a besoin de …

-Yugo qu’est ce qui t’arrive ? S’inquiéta Amalia en voyant le petit garçon s’interrompre aussi soudainement.

-Je sais comment le retrouver ! S’exclama Yugo en sortant alors le petit tofus de sa poche. Rappelez vous ce que nous a dit le mentor d’Eva : ils vous permettront de savoir où vous êtes les uns des autres, et de sentir si l’un d’entre vous est en danger.

-D’accord mais comment ça marche exactement ? Demanda la princesse après avoir sortie son propre liant.

-Aucune idée, avoua le jeune Eliatrope. Eva ?

-D’après Weldor, ils s’activent seuls quand l’un de nous est en danger. S’ils ne sont pas actifs, c’est que Tristepin ne court aucun danger, fit remarquer la Crâ les bras croisés de plus en plus persuadée qu’ils perdaient leur temps.

-Pour le moment, précisa Adamaï.

-Eva, je t’en prie, fais un effort, supplia la sadidette.

-La seule chose que je sais c’est que les liants sont raccrochés à nos esprits. Je présume qu’il faut vouloir retrouver la personne pour que le liant nous aide à la situer, supposa la jeune femme.

-OK ! Alors j’essaye, fit Yugo en serrant ses mains autour de l’objet. Je veux retrouver Pinpin. Je veux retrouver Pinpin. Je veux retrouver Pinpin… Allez !

-Ca n’a pas marché, devina Ruel quand le fils de son ami rouvrit les mains pour regarder le tofu.

-Peut être parce que Tristepin n’a pas besoin qu’on le trouve, déclara l’archère.

-Ou peut être parce que Yugo n’est pas le mieux placé pour essayer, répliqua Amalia. Tu y arriveras sûrement mieux que lui.

-Pour ça, il faudrait déjà que je veille son retour, rappela Eva. Hors pour le moment, je reste persuadée qu’il est parti de son plein gré. »

Yugo retenta le coup. Voir Evangelyne dans cet état l’inquiété. Il savait que son amie souffrait de l’absence de Pinpin, même si elle paraissait indifférente. Il n’aimait pas voir ses amis souffrir. Décidé à ramener de la joie dans le regard d’Eva, il ferma les yeux et serra à nouveau le tofu. Inconsciemment, il imagina le retour de Tristepin et le bonheur que se serait pour toute la confrérie de se retrouver à nouveau au grand complet. Alors une image apparue dans son esprit. C’était lui mais il se voyait comme s’il était dans ses propres mains. Il comprit alors qu’il était dans le tofu. Soudain, il se mit à voler. Le liant le conduisit à travers des couloirs, le fit descendre des escaliers, traverser des salles et des coursives et enfin, s’approchait d’un mur. Yugo sentit qu’il se rapprochait de son but, quand soudain…

« -Ah vous êtes là ! »

L’Eliatrope ouvrit alors brutalement les yeux, quittant sa transe. Ses amis le regardèrent un peu inquiet. Comme le petit garçon leur fit signe que ça allait, ils se tournèrent vers Xalian qui se dirigeait vers eux.

« -Je voulais vous proposer de visiter le village avant le retour du reste de la population et les préparations pour ce soir. A moins que vous ne vous sentiez pas le cœur à faire la fête. Bien entendu, je comprendrais, fit le Sacrieur avec un doux sourire pour Evangelyne.

-A vrai dire, nous…commença Amalia qui pensait lui révéler leurs doutes à propos du ‘départ’ de leur ami.

-Ce sera avec plaisir, coupa Yugo à la surprise de ses amis. Le temps pour nous de nous préparer et on vous rejoint. »

Le jeune Eliatrope fit un clin d’œil à ses amis qui affirmèrent alors ses dires. Heureux de l’entendre, leur hôte leur donna rendez-vous un peu après à l’entrée de la demeure. Quand il fût parti, ils se tournèrent tous vers Yugo.

« -Je croyais que tu voulais partir à la recherche de Pinpin, fit remarquer Amalia.

-Justement, c’est pour cela que Xalian ne doit pas être mis au courant.

-Pourquoi ? Interrogea Ruel. Tu as vu quelque chose avec le liant ?

-C’était étrange. Je me suis mis à voler comme un tofu et je suis sûr que je me dirigeais vers Pinpin, affirma Yugo. Je ne suis pas arrivé jusqu’à lui, parce que Xalian m’a interrompu.

-Et alors ? Qu’est ce que tu as vu ? Pourquoi tu ne veux pas qu’il soit au courant ? Questionna son frère.

-Parce que Pinpin est encore dans la maison, révéla l’Eliatrope.

-Mais alors…ça veut dire que Xalian…comprit la sadidette.

-Je ne suis pas sûr mais il y a de grande chance. En tout cas, il vaut mieux qu’il ne sache pas qu’on recherche Pinpin. Comme je ne sais pas exactement où il est, on va devoir fouiller la maison. Mais pour ça, il faut tenir Xalian le plus loin possible.

-D’où l’intérêt de la visite, comprit son frère.

-Exact. Pendant qu’il vous fera visiter Enhia, Adamaï et moi on vous faussera compagnie et on viendra ici.

-Mais Xalian risque de s’apercevoir de votre absence, intervint Amalia.

-Vous lui direz qu’on a du se perdre ou quelque chose comme ça, dit Yugo.

-Dommage que ce ne soit pas Ruel. Avec lui, l’excuse aurait été toute trouvé, se moqua la sadidette.

-Ca veut dire quoi ça ? S’enquit l’Enutrof.

-Que tu disparaîs tout le temps : soit pour chercher des kamas que seul toi peut voir, soit pour aller au petit coin. Il faut dire que tu te fais vieux, plaisanta la princesse.

-Bon, il vaut mieux qu’on y aille, interrompit l’Eliatrope. Vous trouverez bien quelque chose.

-T’inquiète Yugo. Avec Evangelyne à ses cotés, Xalian ne remarquera même pas votre départ, affirma Amalia en jetant un regard à son amie.

-Merci de me demander mon avis avant de me jeter dans les bras de celui qu’on croit coupable de retenir Tristepin, s’offusqua Eva.

-Ben, je pensais que, puisque Pinpin t’était totalement indifférente, tu ne verrais pas de problème à ce plan,

-Ca n’a rien à voir avec cette cervelle de Iop ! S’exclama l’archère.

-Vraiment ? Alors où vois-tu un problème à attirer l’attention d’un beau jeune homme pour aider tes amis ? Demanda, innocemment, la sadidette. Si tu es gênée par rapport à Pinpin, je comprends, mais comme tu semblais dire que tu n’étais absolument pas…

-C’est bon, j’ai compris. Je joue les appâts, céda la Crâ tandis qu’Amalia souriait, fier d’avoir piégée sa garde du corps.

-Genial, alors allons-y, s’exclama Yugo.

-Attends, stoppa Amalia en s’approchant de son amie, qui, méfiante, recula d’un pas. Oh allez, Eva, je vais pas te manger. Je veux juste faire en sorte de mettre toutes les chances de notre coté.

-C’est à dire, se méfia Evangelyne.

-Laisse toi faire et tu verras. »

Pas très rassurée par le petit sourire de sa protégée, la Crâ laissa la jeune fille s’approchait. La sadidette passa alors un bras dans son dos et attrapa la pince qui retenait ses cheveux. Eva poussa un gémissement de protestation tandis que ses cheveux tombaient en cascade sur ses épaules.

« -Beaucoup mieux ! Admira la Sadida.

-Amalia, rends la moi tout de suite ou je viens la chercher, menaça Eva. »

Comme sa protégée se mit à rire, la Crâ profita de son inattention pour essayer de récupérer son bien. Mais la sadidette, qui s’attendait à une tentative de la part de son amie, lança la pince en direction de Yugo, qui, en voyant le regard pas commode d’Eva, s’empressa de la jeter à Ruel. L’Enutrof regarda la pince sous toutes les coutures puis, voyant qu’elle n’avait aucune valeur, la jeta par la fenêtre.

« -Ruel ! S’écria la Crâ.

-Ben quoi ? Elle ne valait pas un clou, se justifia l’Enutrof.

-Bravo, Ruel, rigola Amalia. Pour une fois, tu as été géniale.

-Ca vous fait rire en plus, maugréa Eva tandis que Ruel souriait fièrement et que les trois autres rigolaient. Comment je vais m’attacher les cheveux moi maintenant ?

-Justement, le but c’est que tu les es défait pour mieux retenir l’attention de Xalian, expliqua Amalia.

-Merci, et après ? Ce n’était pas nécessaire de vous débarrasser de ma pince.

-Ben si. Parce qu’après, le but c’est que tu les es défait pour mieux retenir l’attention de Tristepin, sourit innocemment la sadidette tandis que les garçons s’exclafaient à nouveau.

-Je n’ai vraiment pas besoin de ça, marmonna la jeune femme qui avait décidé de tirer un trait sur ses sentiments pour le gardien de shushu.

-C’est vrai que même les cheveux attachés, tu le mets déjà dans tous ses états, fit semblant de mal comprendre la princesse.

-Quoi ? S’étouffa la Crâ, en rougissant. Mais non, ce n’est pas ce que je voulais dire. Je…

-Bah, c’est vrai quand même, dit la sadidette avec un grand sourire, fière d’avoir réussi à ramener des couleurs sur le visage de son amie quand elle parlait du Iop. »

Sur ce, ils rejoignirent le fils du Comte au point de rendez-vous. L’arrivée de la Crâ, les cheveux ainsi défaits, sembla beaucoup plaire au jeune homme ce qu’Amalia ne se gêna pas de faire remarquer à sa garde du corps. Quand ils atteignirent la place, le Sacrieur les guida à travers les rues principales tout en leur montrant les richesses de la petite ville. D’abord réticente, Eva fit ensuite en sorte d’occuper l’attention du guerrier en lui posant toutes sortes de questions sur la cité et ses habitants tout en faisant en sorte de garder une certaine distance avec leur guide. Quand ils atteignirent une rue un peu plus bondée, les jumeaux en profitèrent pour abandonner leur guide et bifurquer dans une ruelle plus tranquille. De là, ils remontèrent vers la demeure des De Lorne en faisant attention de ne pas être repéré. Utilisant ses portails, Yugo pénétra dans la villa. Une fois à l’intérieur, les jumeaux cherchèrent la dernière coursive que l’Eliatrope avait vu dans la vision que lui avait donné le liant. Transformé en tofu, Adamaï vérifiait que les voies étaient libres avant que son frère s’y engage. Après avoir croisé plusieurs gardes, ils atteignirent enfin leur destination. Adamaï monta la garde tandis que Yugo cherchait un quelconque passage dans le mur.

« -Tu trouves quelque chose ? Demanda son frère au bout d’un moment.

-Non, fit Yugo en continuant à appuyer sur chaque pierre avec ses mains.

-Tu t’es peut être trompé.

-Non, je suis sûr que c’était ici, affirma l’Eliatrope en poursuivant ses recherches. Peut être que si j’utilise un rayon de wakfu…

-Pour ameuter toute la garde avec le bruit ? Ca t’arrives de réfléchir ? Se moqua le dragonnet. Tu devrais peut être utiliser à nouveau le liant.

-Ouais, tu as raison. Heeeeey ! Aieuhhhhh !

-Yugo ?! S’exclama le dragon après s’être retourné et avoir constater la disparition de son frère. »

Adamaï quitta aussitôt son poste d’observation et découvrit une faille dans le mur assez large pour laisser passer quelqu’un. Jetant un œil dedans, il aperçut Yugo qui se massait la tête.

« -Je remarque que tu es toujours aussi fort avec les atterrissages ? Se moqua le dragon.

-Roh, ça va, maugréa l’Eliatrope. Au moins, j’ai trouvé l’entrée.

-Tu te rappelleras comment tu as fait ? Demanda Adamaï en entrant à son tour.

-Aucun risque que j’oublie. J’ai appuyé sur ces deux pierres, montra Yugo. Le mur s’est enfoncé et je suis parti avec.

-Bon, refermons le passage et allons voir ce qu’il y a. »

Le dragonnet appuya sur les deux pierres que son frère lui avait indiqué et le mur se referma derrière eux. Les jumeaux descendirent les quelques marches qui les séparaient de l’étage du dessous et longèrent une coursive faiblement éclairée.

« -Brr ! Fais pas chaud ici, fit Yugo en se frottant les bras.

-Dis plutôt que t’as la trouille, petit porkassin, le taquina son frère.

-Yugo ? Adamaï ?

-Pinpin ? S’exclamèrent les jumeaux.

-J’étais sûr que tu n’étais pas parti, s’exclama le garçon en trouvant son ami enfermé dans une cellule.

-Evidemment ! Yugo, où sont Ruel et les filles ? Interrogea le Iop.

-Avec Xalian en ville, l’informa le dragonnet.

-Mince, il faut les prévenir, s’inquiéta Tristepin, Xalian est…

-Pas ce qu’il dit être. On sait et les autres sont au courant aussi, le rassura Yugo.

-Comment vous avez deviné ? S’étonna le Iop.

-Ben, on t’a trouvé dans une cellule dans sa maison. Pas besoin d’être un génie, se moqua Adamaï. Bon, éloignes toi de la porte qu’on te fasse sortir de là.

-Attends. »

Le chevalier alla dans le fond de la cellule et les jumeaux aperçurent alors le deuxième détenu. Quand Pinpin l’aida à se mettre debout et lui servit d’appuie pour s’approcher, les deux frères remarquèrent la ressemblance entre l’inconnu et le jeune noble. Des cheveux chatains assombris par la saleté, encadrés un visage amaigri où ressortait deux yeux bleus claires. L’homme était mal en point mais il semblait près à se battre pour sa liberté. Sans perdre de temps, Adamaï utilisa la transformation qu’il s’était découverte contre Nox pour arracher la porte de la cellule. Quand le Iop sortit, Yugo se jeta dans ses bras, trop content de le retrouver.

« -Filons avant que quelqu’un décide de passer par ici, décida Yugo.

-Attends, je récupère Rubilax, objecta Tristepin avant d’attraper l’épée pendue au plafond.

-Ah ben quand même, c’est pas trop tôt, se plaignit le shushu.

-Ne m’énerves pas ou je te laisse ici, menaça le Iop.

-Ah oui, et tu feras comment pour protéger ta pauvre cervelle de Iop ? Se moqua Rubilax.

-Vous n’avez pas fini avec vos disputes de vieux couple, taquina Adamaï.

-Beurk, firent le gardien et son shushu après s’être regardé de travers.

-Eh, les gars ! Regardez ! Appela Yugo en montrant un objet sur le mur. On dirait une sorte de noxine, non ? »

Aussitôt, Tristepin abattit le plat de sa lame sur la machine.

« -Ca en avait tout l’air, s’inquiéta Adamaï.

-Alors, ça veut dire…commença Yugo.

-Que vous avez été repéré, poursuivit une voix venant de l’entrée. »

Adamaï, Nathalian, Tristepin et Yugo se retournèrent. En face d’eux se tenait un Xelor. Autour de lui volaient plusieurs créatures métalliques du même type que celle que le Iop venait d’écraser. Tristepin comprit alors comment Xalian avait pu savoir pour sa dispute avec Evangelyne ainsi que pour sa tenue de nuit. Les chambres devaient être infestées de ces noxines. Derrière le Xelor, ils virent arriver plusieurs gardes armés, qui avancèrent jusqu’à eux. Décider à ne pas se laisser avoir comme la dernière fois, le Iop brandit son épée devant lui. Et après un regard avec Yugo et Adamaï, ils se jetèrent sur les soldats.

1 0
Score : 179

Ah ! Un nouveau chap ! Let's go ♪

Bon, techniquement, je n'aurais pas dû le lire avant demain – jour où l'on reçoit les résultats du Brevet – mais bon, temps pis, t'façon je n'aurais pas résisté à la tentation xD

Bref. Alors... Un chapitre plus long que la moyenne. Tu écoutes donc nos critiques O.O J'aime, même si ça reste un peu court – pas au niveau de la longueur, au niveau de l'action dans les chapitres. Ce serait mieux (du moins, je pense u_U) de davantage enchaîner les actions dans tes chaps. Du coup, bah ça les rendrait encore plus longs et plus complets.

Peut-être un peu plus de maladresse dans l'expression, mais pas une seule virgule mal placée (mon Dieu, Floflo, je ne te remercierais jamais assez pour avoir enfin expliquer pourquoi les virgules ne sont pas agréables au beau milieu d'une phrase). Je suppose que ça équilibre ^^

J'ai remarqué que tu utilisais souvent les mêmes verbes de paroles dans tes dialogues. Attention, du coup, les répliques perdent de leur exclusivité. Essayent de varier, et si tu n'y parviens pas de toi-même, il y a de très bon site de synonyme sur le Net, il suffit que tu marques « dictionnaire synonyme » sur Google et tu trouveras =)

Je me suis bien marrée avec le coup de la pince (j'imaginais parfaitement Ruel balançant la pince d'Eva par la fenêtre, ne me demande pas pourquoi xD).

En revanche, la p'tite Noxine (pardon, les p'tites Noxines) et le Xélor, euh... x_X Pitié, ne me dis pas que c'est Nox. Sinon je me jette par la fenêtre. Et tu ne profiteras plus de mes supers-comms-pas-organisés-et-pas-intéressants.

Rah, du coup maintenant je veux savoir ce qui se passe >.< Peut-être que Xalian a très bien compris le coup de la Confrérie O.O Alors là, ils sont mal x)

Bref, merci pour le chap (c'est le genre de petite intention qui touche) et dépêche-toi de mettre la suite u_U Je te surveille...

0 0
Score : 661

Super chapitre!!
Mais attention: si, par la suite, Pinpin devait écrire une lettre, n'oublis pas qu'il ne sait que très peu écrire!!
Sinon rien à dire à part que, par ce que j'ai compris, les liants sont dans les dagues.
DSL du retard!!
Mulou-Mulou
PS: je laisse la nmérotisation à -floflora-

0 0
Score : 704

Niaa mais depuis quand on me laisse l'argumentation ?! è_é Enfin si par argumentation vous entendez bien les différents points numérotés à la one again dans l'ordre où ça me vient à l'esprit. ph34r

Akuo, cette explication des virgules je l'ai sortie sous tout les angles à une amie qui comme Lily en mettait partouuut dans ses textes, mais elle n'a jamais compris pour autant. xD

Pour ce qui est des Sacri, parce que je vois qu'on m'en parle ^^ Madride, tu me dis Illana ? Sadique, barbare, violente, insensible... mais au fond elle n'avait pas de mauvaises intentions ! biggrin ioslesombrean a sans doute raison, ils sortent vraiment les griffes quand ils veulent quelque chose. Mais Lily, les Sacrieurs sont tous sadiques, TOUS !! Mais pas forcément méchants, regarde Akuo et moi, malgré notre sadisme nous sommes gentilles. biggrin (enfin... presque ! xD)

Faudrait ptet passer au commentaire de l'épisode Floflo ? Ah oui peut-être...

1. Yehaaa, prochain épisode y a d'la baston ! Mais nous laisser sur cette fin-là... j'la veux la baston ! Et moi qui pars en vacs mercredi, ça veut dire 3 semaines d'attente avant de lire la suite ? :O
2. J'adore Evangelyne qui se torture intérieurement et pourtant n'en laisse rien paraître aux autres. C'est tellement courageux mais idiot. ^^ Enfin j'aime. tongue
3. Pas seulement Eva, mais aussi les autres, qui ne peuvent pas croire que Tristepin les a abandonnés, comme comme on peut s'y attendre de la part de véritables amis. wink
4. Il est fourbe ce Xalian il est fourbe ! biggrin
5. Les petites vannes que les persos se lancent entre eux, du genre Amalia à Ruel pour son sens de l'orientation, les atterrissages spécialisés de Yugo, et surtout la façon dont ils arrivent toujours à piéger Eva, la pauvre. ^^

Bref, chapitre bien sympa, comme d'hab', même si comme l'a dit Akuo ça a beau être long avec tout les dialogues au final l'histoire n'évolue pas tant que ça. Non pas qu'on s'ennuie dans les petites scènes comédies où les vannes volent hein, mais dans ce cas pourquoi ne pas faire un chapitre encore plus long pour qu'il se passe plus de trucs ? biggrin (Flora tu veux tuer l'auteur ? Bah non voyons pourquoi ? *Aie !*)

0 0
Score : 179

Mais vous savez, le sadisme a du bon ^^ (ça fait 4 ans que je suis sur des forums et c'est la première fois que j'arrive pas à faire une citation sur un point bien précis >.< Mais où va le monde ?)

Je me suis aperçue que j'avais oublié de préciser (merci Floflo ^^) que moi aussi j'adorais quand Eva cache ses sentiments. Parce qu'après en principe ça explose et les autres s'en prennent plein la tronche x) [Oh oui pitié... (TT)]

0 0
Score : 661

Pour une fois que Amalia et Ruel s'entendent (presque) bien, on va pas se plaindre!!
J'adore la scene ou Ruel regarde la pince puis la jette par la fenetre trop mdr!!!
j'arrive à me l'imaginer un truc de malades!!
Je suis pressée de voir l'évolution des raports pinpin x eva!!!
a quand la suite??
Fleur de Lwatertus, dite L:wind:tus
PS: quelques fautes énormes quand même, comme ''génialE'' pour parler de Ruel, mais bon, j'me tais, vaut mieux!!

0 0
Score : 543

Salut salut

Un nouveau chapitre plus long que les précédents (enfin normalement :unsure: Un petit chapitre cloturera le sejour de nos héros à Enhia avant de partir pour de nouvelles aventures. J'essayerais de le poster vendredi mais je ne suis pas sûr d'être là. sinon se sera pour lundi prochain.

Un mini spoiler: qui dit nouvelle aventure dit nouveaux personnages! A vous de deviner qui! Je peux d'ores et déjà vous dire qu'Eva va en baver pour le reste... ben patiencewink

Bonne lecture et merci pour les coms

Chapitre 24

Evangelyne fronça les sourcils et essaya de se concentrer. Mais peine perdue, elle n’y arriva pas. Autour d’elle, le bruit des habitants qui se réjouissaient du retour du reste de la population l’empêcher d’entendre. Quand elle ouvrit les yeux, Amalia la fixait avec une pointe d’angoisse dans le regard.

« -Alors ? Demanda la sadidette.

-Non, c’est trop bruyant, informa la Crâ. »

La princesse poussa un soupir de déception avant de jeter un oeil par-dessus l’épaule de son amie. Quelques mètres plus loin, Xalian était en pleine discussion avec l’un de ses officiers. Celui-ci était arrivé en courant pour parler en privé avec le fils du Comte. Pensant que sa venue pouvait avoir un rapport avec leurs amis, Evangelyne avait essayé de capter leur conversation à l’aide de son ouïe Crâ plus développée que celle des autres classes. Malheureusement, l’arrivée récente des marchands revenus de Bonta avait créé une véritable effervescence sur la place.

« -Amy, arrête de regarder. Il risque de te repérer, fit remarquer la jeune guerrière.

-C’est forcement en rapport avec Yugo, s’inquiéta la sadidette.

-Sûrement. On voit ce qu’il nous dit, proposa Eva. S’il doit partir, on le suit. Sinon, c’est que soit ce n’est pas important, soit ils peuvent se passer de lui. Dans ce cas, Ruel, tu t’esquiveras pour retrouver Yugo et Adamaï.

-Quoi ? Et pourquoi moi ? Se plaignit l’Enutrof qui n’était pas très enthousiaste à l’idée d’avoir des ennuis.

-Parce que, comme l’a fait remarquer Amalia, j’attire un peu trop l’attention de Xalian. Et si Amalia y va, il le remarquera forcement puisque je suis sa garde du corps et que je suis censée rester près d’elle. On a déjà été limite avec notre justification pour le départ de Yugo. Comment veux-tu qu’on justifie celui d’Amalia ?

-D’accord, d’accord, céda l’ancien chasseur de prime. Mais tu m’en devras une.

-Dis-toi que si Xalian nous a menti jusqu’à présent, il a du mentir pour l’état de santé de son père. Et qui crois-tu que Nathalian remerciera si tu l’aides ? Motiva la Crâ.

-Ah, j’y vais…s’écria l’Enutrof avec des étoiles dans les yeux en imaginant la récompense.

-Et attends ! S’exclama Amalia en l’attrapant par son havre-sac. On a dit pas maintenant.

-Pfff, pour une fois que j’étais motivé, bouda Ruel.

-Motivé à quoi ? Questionna le Sacrieur qui venait juste de les rejoindre.

-A aller voir une boutique de mode ! Justifia l’Enutrof, à la surprise du jeune noble et au désespoir des deux filles, qui trouvaient l’argument absolument ridicule. Ben, je déteste ça habituellement, surtout avec Amalia, mais il paraît que certains commerçants ont ramené des tenus de Boufbowl. Je voulais voir s’il y avait celle du Real Boitar, rajouta Ruel au grand soulagement de ses amies.

-Et bien, je vous laisse aller voir ça. Je suis désolé mais je suis obligé de vous fausser compagnie. Un problème avec mon père.

-Pas trop grave j’espère, s’enquit Eva.

-Rien d’insurmontable, rassurez-vous. Je vous rejoins dès que possible, lança le Sacrieur en partant vers sa demeure.

-Ou c’est nous qui vous rejoignons ! Murmura la princesse avec un petit sourire. »

Quand le Sacrieur ne fut plus en vue, les trois amis quittèrent la grande place et se faufilèrent dans les ruelles, Evangelyne en tête.

« -Tu es sûr que c’est le bon chemin ? Demanda Amalia.

-Oui, ne t’inquiète pas. J’ai repéré tout à l’heure. A la prochaine, on devrait atteindre l’un des murs de la maison, expliqua Eva avant de bifurquer à droite.

-Oh, oh ! Ca ne sent pas bon, fit la princesse, en voyant une dizaine de soldats qui bloquaient la ruelle dans laquelle ils venaient de s’engager.

-Eh pour une fois que c’est pas moi, plaisanta Ruel pour détendre l’atmosphère.

-La maison est juste derrière eux, fit remarquer l’archère tandis que les gardes s’approchaient d’eux. Xalian devait se douter qu’on essayerait de venir.

-Et il nous a laissé un comité d’accueil. On devrait les remercier, proposa Ruel. A coup de pelle, rajouta t-il avant de lancer celle-ci sur leur adversaire. »

Aussitôt, Evangelyne tendit son arc pendant qu’Amalia plaquait ses mains au sol.

« -Yugo, attention, hurla Adamaï avant de cracher une boule de feu qui s’écrasa sur le garde qui avait faillit faucher son frère.

-Merci, frérot ! Dit l’Eliatrope en se mettant dos à dos avec son jumeau.

-Tu as plutôt de bon réflexe pour un porkassin, plaisanta son frère.

-T’enflammes plutôt bien pour une allumette, répliqua le garçon, avant de lancer un rayon de wakfu sur un adversaire qui alla s’écraser contre un mur. »

Depuis qu’ils avaient retrouvé Pinpin, les trois garçons avaient mis KO une quinzaine de soldats. L’étroitesse de la galerie où ils se trouvaient, avait l’avantage d’empêcher les gardes d’attaquer en même temps. Mais le revers de la médaille, c’était qu’il en arrivait de plus en plus et les trois amis furent rapidement submergés.

« -Baissez-vous, hurla Tristepin, ensevelit sous trois gardes qui s’étaient jetés sur lui. »

Les deux frères se plaquèrent au sol juste à temps. D’un violent coup d’épée, le Iop envoya balader les trois soldats qui bousculèrent plusieurs de leurs alliés. Profitant de ce court répit, Adamaï se redressa et se transforma à nouveau, tandis que le chevalier et son frère achevaient à coup d’épée, ou de wakfu, ceux qui les entouraient encore. Le dragonnet, sous sa forme la plus costaud, se rua sur quelques nouveaux arrivants. Après qu’il en eut assommé un bon nombre, les soldats, un peu effrayés par la créature, reculèrent vers la sortie. Sentant que la situation lui échappée, le Xelor se concentra pour utiliser sa magie. Adamaï hurla avant de se jeter sur lui. Son frère, avertit par le cri, entra dans un portail. Mais il était trop tard. Le Xelor figea le temps évitant par cela les attaques des jumeaux.

Xalian observa avec plaisir son bras droit sortirent du passage, suivit de près par ses soldats qui tenait fermement les quatre hommes ligotés et désarmés. Le Xelor vint se placer à coté de lui tendit que les prisonniers furent agenouillés devant eux. Le Sacrieur eut un sourire satisfait.

« -Yugo ! Adamaï ! Comme c’est gentil de venir nous retrouver. Moi qui croyais que vous vous étiez perdu en ville, ironisa le jeune homme.

-Où sont les autres ? Demanda Yugo inquiet pour ses amis.

-Oh, rassurez-vous. Ils vous rejoindront bientôt, affirma le fils du Comte. Je leur ai réservé un petit comité, au cas où ils essayeraient de venir vous aider. Ce dont je ne doute pas puisqu’ils ont vu le messager qui est venu me prévenir de votre intrusion. D’ailleurs, félicitation Yugo. J’ignore comment tu t’y es pris…mais tu finiras par me le dire.

-Tu peux toujours courir ! S’exclama l’Eliatrope.

-Vraiment ? Et si je menaçais l’un de tes amis, serais-tu toujours aussi réticent à parler ? Questionna le noble. Comme le garçon ne répondit pas, il poursuivit : Je m’en doutais. »

Le Sacrieur tendit la main vers un soldat qui lui apporta alors l’épée de Tristepin et le sac qui contenait le dofus et l’éliacube. Le jeune guerrier regarda à l’intérieur et en sortit le second objet.

« -Tiens donc, l’éliacube !

-C’était vous. L’homme qui a envoyé ses Roublards au royaume Sadida. L’homme en noir ! Devina Yugo.

-L’homme en noir ! Répéta Xalian avec un sourire. Non, malheureusement, je ne suis pas cet homme. Mais s’il vous cherche, je me ferais un plaisir de vous remettre à lui.

-Vous le connaissez ! Demanda Adamaï, surpris. Alors le Sacrieur se mit à rire.

-Personne ne le connaît, petit dragon. Mais tout ce qui cherche à se faire une place dans ce monde savent où le contacter.

-Tous les imbéciles qui cherchent le pouvoir en gros, répliqua Tristepin.

-Toi, fit le fils du Comte, en s’approchant du Iop, avec un sourire sadique. Je ne te livrerais pas à l’Homme en noir. Je prendrais plus de plaisir à te torturer. Oh, et, Evangelyne restera aussi. Je suis sûr que tu apprécieras de la voir quand elle sera auprès de moi. »

L’idée de savoir Eva aux mains de cet homme rendit Pinpin, fou de rage. Le début de la colère de Iop faisant son effet, Tristepin réussit à se défaire des trois gardes qui le maintenaient au sol. En se retournant, il donna un coup de pied dans la tête de l’un d’eux, avant de se baisser et d’enfoncer son épaule dans le ventre du second. Le troisième n’eut pas le temps de réagir qu’il reçut un coup de tête et s’effondra. Les mains toujours liées dans le dos, le Iop se tourna vers le Sacrieur près à l’attaquer. Le Xelor se préparant à jeter l’un de ses sorts, le noble ne bougea pas quand le chevalier se rua sur lui. Il eut juste le temps d’entendre un sifflement avant d’être plaqué au sol par le Iop.

Alors que son ami tombait à terre en emportant le Sacrieur avec lui, Yugo balaya des yeux la cour de la demeure à la recherche de la personne qui avait congelé le Xelor. Plus haut, sur la coursive de l’étage, il aperçut alors Amalia, Evangelyne et Ruel. Tandis que l’Enutrof et la Sadida descendaient dans la cour pour affronter les gardes qui venaient à leur rencontre, la Crâ tendit son arc et fit pleuvoir une volée de flèches sur ceux qui entouraient les jumeaux afin de les protéger. Profitant d’être à l’abri, le dragon se pencha sur les liens de son frère pour les embraser avec une petite flamme et le petit Eliatrope le libéra à son tour, ainsi que Nathalian. Enfin libres, les jumeaux se jetèrent dans la mêlée.

Toujours ligoté dans le dos, Tristepin évitait chaque attaque du Sacrieur. Quand celui ci se rua sur lui, le Iop se retourna au dernier instant en écartant le plus possible les mains. La lame fendit l’air et s’abattit sur ses liens. Le Iop profita de la proximité de son adversaire et de sa nouvelle liberté pour lui flanquer un coup de poing magistral. Tandis que l’homme se remettait du coup, il récupéra rapidement Rubilax et lui fit face. Alors le Sacrieur se jeta sur lui lame en avant. Le Iop bloqua l’épée de son adversaire avec le shushu et tenta de lui faucher les jambes. Xalian sauta puis roula sur le coté avant de revenir à la charge. Tristepin eut juste le temps d’esquiver la lame mais il reçu quand même un coup de coude en plein visage. Un peu sonné, il para de justesse l’épée du Sacrieur en plaçant Rubilax devant lui. Les lames se heurtèrent avec fracas. Pinpin plia légèrement les jambes afin d’avoir un meilleur appui. Décidé à avoir le dessus, le Sacrieur appuya encore plus fort sur son arme. A ce moment là, Pinpin se retira du rapport de force et se poussa sur le coté. Déséquilibré, son adversaire partit vers l’avant. Le Iop en profita pour lui crocheter les jambes et le jeune noble alla s’étaler dans la poussière. Enervé, le Sacrieur se jeta sur Tristepin avec encore plus de rage.

De leur coté, Amalia, Ruel et les jumeaux combattaient toujours les soldats présents dans la cour pendant qu’Evangelyne les couvrait avec ses flèches. Quand la jeune femme entendit un bruit sur sa gauche, elle se pencha en arrière et une dague vint s’enfoncer dans le poteau qui était juste à coté d’elle. En se tournant, elle vit arriver un quatuor de garde à son niveau et une douzaine dans la cour. Elle prévint ses amis de l’arrivée des renforts avant de tendre son arc et de tirer une flèche de glace au pied de ceux qui venaient vers elle. Si le premier glissa et se cogna contre un mur, le laissant un peu hagard, les trois autres esquivèrent et se ruèrent sur elle. Bloquant une épée avec son arc, elle enfonça son genou dans l’entrejambe de son adversaire. Tandis qu’il se tortillait de douleur au sol, elle se baissa pour éviter un coup d’épée et effectua une roulade sur le coté, fauchant les jambes d’un garde au passage. Coincée entre celui qui avait glissé sur la glace et le dernier garde, elle courut vers le premier mais, au dernier moment, elle sauta par-dessus le garde corps de la coursive. Se retenant au poteau, elle fit un arc de cercle et se retrouva derrière le garde qui reçu ses pieds joints dans le dos et qui fut projeté contre son collègue. Les quatre hommes étant assommés, Eva retourna à son poste. Sa protégée s’en sortait bien. En duo avec Ruel, elle utilisait ses ronces pour ralentir ou coincer leurs adversaires avant que l’Enutrof les assommait avec sa pelle. Plus loin, les jumeaux se débattaient contre un Sram et deux Pandawa, qui commençaient à avoir l’avantage. La Crâ tendit alors son arc et d’une flèche de feu, embrasa l’un des Pandawa. Profitant de l’effet de surprise, le dragonnet roussit le second et les deux frères s’occupèrent du Sram.

Evangelyne s’apprêta à débarrasser Ruel et Amalia de quelques-uns de leur adversaire quand un hurlement de rage se fit entendre. Pas loin, Xalian venait de se faire entailler la cuisse sur toute la longueur. Habitué à être blessé, il poursuivit le combat malgré la douleur. Ne s’attendant pas à le voir revenir à la charge aussi vite, Tristepin reçu un coup dans le ventre qui faillit lui faire lâcher Rubilax puis un coup de pommeau dans la figure qu le fit tomber à terre. La Crâ bandit son arc et visa le Sacrieur. Mais les deux combattants étaient trop proches et elle ne se décida pas à tirer de peur de toucher Pinpin. Alors que le Iop était toujours à terre, Xalian abattit son arme sur lui. La lame du sacrieur se heurta bruyamment au shushu qui proférait des menaces à son propriétaire pour que celui-ci se décide à le libérer. Ignorant les jurons de son épée, le chevalier esquiva de justesse un nouveau coup en roulant sur le coté. Il eut juste le temps de se relever que le comte était à nouveau sur lui. Les épées se rencontrèrent à nouveau dans un grincement métallique. Un coup de lame plus rapide et plus précis que les autres atteignit Tristepin et lui lacéra le bras. Tandis que le Iop reculait sous la douleur, un rictus de satisfaction apparut sur le visage du comte. Croyant sa victoire assurée, Xalian n’eut pas le temps de réagir quand le gardien propulsa ses jambes dans son ventre, lui coupant le souffle.

Evangelyne se sentit soulagée quand elle comprit que le Iop avait feint la douleur pour avoir son adversaire. Xalian étant à terre à quelques pas de son ami, elle s’apprêta à en finir quand une violente douleur au poignet lui fit lâcher son arc qui tomba dans la cour. La jeune femme retira d’un coup sec la dague qui était venue se ficher dans son bras. Ses traits se crispèrent mais elle ne retint ses larmes pour se concentrer sur la nouvelle menace. L’un des quatre soldats s’était relevé et s’apprêtait à lancer à nouveau une dague sur elle. Désarmée et blessée à la main, la Crâ sauta du balcon de justesse pour éviter le projectile. Elle fit un roulé boulé en atterrissant et récupéra son arc. Elle se tourna alors vers le soldat et lui tira une flèche explosive qui le propulsa en arrière. Elle n’eut pas le temps d’être soulagée qu’elle sentit une lame contre sa gorge tandis qu’on lui coinçait les bras contre son corps. Derrière elle, le combat entre Tristepin et Xalian s’était rapproché. Le Sacrieur avait remarqué qu’Adamaï, Amalia, Ruel et Yugo avaient vaincu leurs adversaires et se dirigeaient à présent vers eux. Il s’attendait à être encerclé d’un instant à l’autre. Mais l’arrivée de la jeune femme, inattentive grâce à l’un de ses soldats, avait été un moyen inespéré pour le Sacrieur de récupérer définitivement l’avantage.

Un sourire mauvais apparu sur le visage de Xalian quand il vit la peur dans les yeux des membres de la confrérie. Il avait très vite compris, après les avoir rencontré, que si leur amitié était leur force, c’était aussi leur point faible. Pour une équipe comme la leur, la vie de chacun d’eux était essentielle aux yeux des autres. En s’en prenant à l’un, on s’en prenait aux autres. Mais pour Xalian, s’en prendre à l’un, était aussi un moyen de manipuler les autres.

En voyant la Crâ aux mains de leur ennemi, Adamaï, Amalia, Ruel, Tristepin et Yugo s’étaient figés. L’angoisse leur nouant les entrailles, ils en avaient presque oublié de respirer. Alors que leurs cœurs manquaient un battement, celui d’Eva, battait à tous rompre. La lame froide contre sa gorge l’angoissait moins que la peur qu’elle lisait dans les yeux de ses amis. Plongée dans le regard inquiet d’Amalia, elle sentit ses jambes faiblirent quand l’image de deux grands yeux verts, torturés par l’angoisse, s’imposèrent à son esprit. La douleur du souvenir lui fit fermer les yeux alors qu’un petit gémissement sortit de sa bouche. Aussitôt, elle sentit la pointe de la lame s’enfoncer légèrement dans sa peau tandis qu’un liquide chaud coulé le long de son cou. En rouvrant les yeux, elle vit ses amis s’arrêtaient à nouveau. La plainte de leur amie les avait poussé à agir. Mais ils avaient vite été rappelés à l’ordre.

« -Si vous approchez à nouveau, je ne me contenterais pas d’un filet de sang, menaça le jeune noble. Maintenant, poser doucement vos armes par terre. »

Le Sacrieur les regarda se consulter du regard puis obéir à ses ordres. Tandis que Tristepin posait le shushu et ses dagues à terre, Yugo, Amalia et Ruel se défirent de leurs dagues puis le vieil Enutrof se sépara de sa pelle. Xalian se baissa alors légèrement, gardant son arme contre la gorge de sa prisonnière, et fit glisser une main le long de la jambe d’Evangelyne. La jeune femme grimaça et Tristepin commença à faire un pas vers eux. Le Sacrieur lança un avertissement tandis que sa lame se serrait un peu plus la gorge de la jeune femme. Xalian retira alors les dagues cachées dans les bottes d’Eva avant de se redresser et de les jeter derrière lui.

« -Calmes toi, petit Iop. Je ne compte pas m’en prendre à ton amie de la sorte. Du moins pas maintenant, taquina le fils du Comte tandis que le chevalier serrait les dents. »

Le Sacrieur plaqua son visage dans les cheveux de la Crâ et respira son parfum avant de l’embrasser dans le cou. Dégouttée, Eva ne pouvait pas faire un mouvement sans risquer de se faire égorger tandis que ses amis grognaient de colère et d’impuissance. Mais c’était la réaction du Iop que le Sacrieur cherchait. Au delà du plaisir d’avoir la Crâ dans ses bras, il se délectait de voir le Iop en colère, jaloux et impuissant face à lui.

« -Quelle tête tu fais ! Serais-tu jaloux ? Se moqua Xalian. Dans ta petite cervelle aurais tu le folle espoir de pouvoir être avec cette jolie Crâ ? Enfin, aucune fille ne pourrait vouloir de toi.

-Tristepin ne l’écoute pas, s’exclama Yugo en voyant son ami serrait si fort les poings qu’il en avait les jointures blanches. Il cherche juste à t’énerver parce que tu l’as presque battu.

-Plutôt malin ce môme, constata le Sacrieur quand il vit que les paroles de l’enfant calmait le chevalier. Tant pis je me suis bien amusé. Maintenant, vous allez retourner dans les cellules. »

Le petit groupe faillit obéir quand Amalia vit quelque chose briller dans la main d’Eva. Le bras le long de son corps, la jeune femme faisait doucement apparaître la flèche d’or qu’elle avait reçu du rituel. Elle savait que les risques étaient importants mais si elle ne faisait rien, elle savait aussi qu’ils n’auraient aucune chance de s’en sortir. Consciente que sa garde du corps avait besoin de temps pour matérialiser la flèche dans sa main en sang sans que l’homme ne la sente, la sadidette décida d’intervenir.

« -Pourquoi faites-vous ça alors que vous dirigiez déjà la ville ?

-Mon père dirigeait la cité, pas moi.

-Et alors, vous étiez destiné à lui succéder, fit remarquer la sadidette.

-Pourquoi attendre alors qu’il me suffisait de prendre les choses en main ? Il m’a suffit de faire croire que mon père était malade et tous ces idiots m’ont suivit comme des aveugles. Il suffit de leur faire un petit sourire et ils mangent tous dans vos mains. Vous leur faites croire que vous les protégez et vous pouvez tranquillement les piller.

-Mais alors, les brigands qui ont attaqué le village, c’était vous qui les avez envoyés, devina Yugo.

-En effet. Tellement sûr de ne rien craindre sous ma protection, la population est beaucoup moins vigilante. L’absence d’une partie des habitants était une occasion en or. Tous se déroulaient très bien jusqu’à votre arrivée. Votre intervention a fait foirer mon plan mais finalement, la crainte d’un nouveau raid va asseoir mon autorité. Bientôt, ils ne pourront plus se passer de moi et feront tout ce que je veux.

-Vous êtes un grand malade, cracha Amalia.

-Il est facile de dire ça quand toute une population se prosterne devant vous, fit remarquer le Sacrieur.

-Les Sadidas le font par respect, pas pour avoir la protection d’Amalia et de sa famille, répliqua Eva.

-Mais finalement, le résultat est le même. Vous êtes supérieurs à votre peuple, dit-il en s’adressant à la princesse des Sadidas. Je domine déjà cette ville et bientôt, je répandrais mon influence sur d’autres cités. Ce n’est qu’une question de pouvoir et je compte bien le prendre. »

L’enthousiasme de Xalian le fit relâcher la pression qu’il maintenait sur Evangelyne. Celle-ci en profita alors pour, d’un mouvement sec du poignet, enfoncer la flèche qu’elle avait fini de matérialiser dans la jambe du Sacrieur. Sous la douleur et la surprise, l’homme desserra son emprise et la jeune femme put libérer totalement ses bras. Avant qu’il n’ait pu se ressaisir, elle attrapa le poignet qui tenait l’arme près de son cou et le tordit. La lame tomba au sol. Yugo, Adamaï, Amalia, Ruel et Tristepin réagirent aussitôt mais Xalian se reprit avant qu’ils l’atteignent et attrapa la Crâ qui n’avait pas eu le temps de fuir. Une main autour de son cou, il la souleva du sol devant lui.

« -Si vous approchez encore, je lui brise la nuque, cria t-il énervé. »

Comme ils lui obéirent, Xalian baissa les yeux sur la flèche enfoncée dans sa chair. De sa main libre, il l’arracha tandis que du sang coulait le long de sa jambe.

« -C’était une idée stupide, observa le Sacrieur en voyant la flèche d’or tintait de rouge. tu vas le regretter. »

Sur ce, il resserra ses mains sur le cou de la jeune archère. Comprenant que Xalian allait faire payer à Eva cet affront, ses amis allaient intervenir quand le Sacrieur lâcha subitement sa prisonnière qui tomba au sol. L’instant d’après, l’homme poussa un hurlement avant de s’effondrer, une dague dans le dos. La confrérie vit alors Nathalian. Trop faible pour combattre, il avait contourné les affrontements et se tenait dans l’ombre en attendant le bon moment pour agir.

Amalia se précipita au coté d’Evangelyne qui tentait de reprendre une respiration normale. Voyant que son amie était en un seul morceau, excepté une plaie au cou et une à la main, la sadidette jeta ses bras autour de son cou.

« -Amy, arrêtes, tu m’étouffes ! S’exclama la Crâ.

-Oups pardon, s’excusa Amalia en se défaisant de sa garde du corps. J’ai eu tellement peur ! »

Yugo et Ruel tendirent une main à leur amie pour l’aider à se relever. Une fois sur pied, la jeune femme vacilla légèrement. Amalia plaça alors un bras autour de la taille de son amie pour être sûr qu’elle ne perd pas l’équilibre.

« -Tu es sûre que ça va ? S’inquiéta Yugo.

-Oui, j’ai juste l’esprit un peu embrumé. Mais je vais bien, promis, rassura l’archère. C’est plutôt à Nathalian qu’il faut demander ça. »

En effet, le Comte était penché sur le corps inerte de son fils. Ruel s’approcha de l’homme et posa une main réconfortante sur son épaule. Le Sacrieur leva les yeux et vit alors la mine affligée des membres de la confrérie. S’ils avaient essayé de stopper Xalian, ils n’avaient jamais eu l’intention de provoquer sa mort. Tuer n’avait jamais fait partie de leur action.

« -Ne soyez pas désolé, les rassura Nathalian. Mon fils est mort depuis le jour où je l’ai envoyé en mission à Brakmar. Cet être n’était qu’un démon.

-Qu’est ce qui lui est arrivé ? Questionna Adamaï.

-Je n’étais pas en mesure d’aller à une réunion qui avait lieu à Brakmar, pour parler d’un criminel qui se fait appeler l’Homme en noir. Vous en avez entendu parlé d’après ce que j’ai pu entendre.

-Oui, acquiesça Yugo. Des hommes à lui ont attaqué le royaume Sadida pour nous voler l’éliacube.

-Cela ne m’étonne pas. Cette réunion avait pour but d’essayer de mettre fin à ses agissements. Mon fils était plein de fougue et aimait l’aventure alors j’ai accepté de le laisser y aller, raconta le Comte De lorne. Quand il est revenu, il était diffèrent. Plus égoïste, plus autoritaire. Avant d’avoir pu agir, je me suis retrouvé dans une cellule tandis que la rumeur de ma maladie circulée. Il m’a appris qu’à Brakmar, il avait rencontré l’Homme en noir et que celui-ci lui avait fait par de sa vision du monde. Je ne sais comment il a réussi à pervertir mon fils.

-D’après ce qu’on sait sur lui, il est plutôt persuasif, fit Eva en se rappelant ce que son mentor leur avait appris sur l’enrôlement de brigands de toutes classes.

-J’ai cru que tout ce que je lui avais appris, les valeurs que je lui avais inculqué, le protégerais de ça. J’avais tort, avoua Nathalian. Et à cause de moi, vous avez couru beaucoup de risques.

-Bah, on a l’habitude, intervint Ruel.

-Peut être mais j’aurais du intervenir plus tôt. J’ai mi du temps à comprendre que mon fils était définitivement perdu. Malgré tout ce qu’il avait pu faire, j’ai quand même espéré. Mais quand j’ai vu ce qu’il s’apprêtait à vous tuer, expliqua le Sacrieur en regardant Eva, j’ai su qu’il ne restait plus rien de lui. Alors…je n’ai pas hésité.

-Je suis quand même désolée de ne pas avoir réussi à me libérer seule. Cela aurait pu vous éviter à faire ça.

-Vous avez essayé. Rien ne pouvait l’arrêter. Maintenant, mon fils repose en paix et je suis heureux de savoir qu’il n’a pas ôté la vie de quelqu’un. Je vous demande pardon pour tout le mal qu’il a pu vous causer, s’excusa Nathalian en s’adressant à toute la confrérie mais à Pinpin et Eva en particulier.

-C’est déjà oublié ! Et puis rien ne vaut une bonne baston pour tout remettre en ordre, s’exclama le Iop avec un immense sourire.

-Pinpin ! S’exaspéra Amalia.

-Ben quoi ?

-On ne prend pas plaisir à un combat qui se termine par la mort de quelqu’un, s’offusqua la princesse.

-Mais il a dit que ce n’était pas grave, se justifia le chevalier.

-Peut être mais ce n’est pas une raison pour…commença la sadidette.

-Qu’importe ! S’exclama le dirigeant de la cité en se relevant. Votre ami n’a pas tort. Mieux vaut se réjouir que vous soyez tous en vie, plutôt que penser à ce que j’ai fait. Le temps du deuil viendra bien assez tôt. Pour le moment, je n’ai pas le temps de pleurer sur mon sort. J’ai une ville à gérer. Et des invités à guérir, rajouta-il en montrant la blessure, encore saignante, du chevalier. »

Sur ce, Yugo et Adamaï partirent chercher l’Eniripsa du village ainsi que la garde de la ville qui n’avait pas été soudoyée par Xalian. A leur arrivée, les soldats s’occupèrent des hommes de mains du fils du Comte et les amenèrent en prison. Pendant ce temps, le guérisseur, à la demande du Comte, s’occupa d’abord des blessures de Tristepin, puis de celle d’Eva, avant d’enfin s’occuper du maître des lieux. Nathalian étant enfermait depuis plusieurs jours, son état demanda plus de soin que pour les deux jeunes gens. L’Eniripsa demanda donc à deux soldats de l’aider à conduire son patient jusqu’à sa chambre. Avant de partir, le Sacrieur fit promettre à la confrérie de demeurer ses hôtes et de rester pour la soirée qui avait été prévue en leur honneur. Les aventuriers acceptèrent de bons cœurs.

Afin d’attendre les festivités du soir, Ruel proposa de retourner sur la place afin de prendre leur repas de midi à l’auberge de Dalnar. La proposition fut accepter avec fort d’enthousiasme par les estomacs d’Adamaï, Tristepin et Yugo. Alors que tous se dirigeaient vers le village où il avait été annoncé le retour de Nathalian, Eva s’arrêta soudainement et tourna la tête. Elle balaya du regard la cour, les coursives puis les toits sans rien voir. Pourtant, son instinct lui soufflait que quelqu’un les observait. Elle attendit un instant afin d’être sûr.

« -Tout va bien mademoiselle ? »

La Crâ se retourna et aperçu deux soldats qui s’étaient arrêtés en la voyant troublée. Les deux hommes portaient le corps de Xalian pour l’installer dans sa chambre en attendant la cérémonie funéraire qui aurait lieu dans l’après midi.

« -Oui, oui, c’est juste…commença Eva en se retournant à nouveau vers les toits de la demeure. Non, ce n’est rien… »

La sensation d’être épiée ayant disparue, la jeune femme mit cela sur le compte du stress de cette matinée pour le moins mouvementé.

« -C’est plutôt normal que vous vous sentiez tendue, avec tout ce qui s’est passé, admit l’un des deux soldats en jetant un œil au corps qui gisait sur le brancard que son collègue et lui tenait. »

A ce moment là, quelque chose intrigua la Crâ. Les mains du défunt reposaient sur son ventre et elle pouvait voir une marque sur le poignet. Après avoir demandé la permission, elle s’approcha du corps sans vie de Xalian et regarda attentivement la blessure.

« -Il s’est sûrement fait ça lors du combats avec votre ami, supposa l’un des soldats.

-Sûrement ! Répéta Eva pendant qu’ils emportaient le corps. »

Mais la Crâ savait. Les blessures que causaient une épée, et surtout une épée comme Rubilax, n’avaient pas ce genre d’aspect. Celle que le Sacrieur avait au poignet était trop fine, trop précise. Exactement comme celle que pouvait faire une flèche lançait avec précision. Fouillant dans sa mémoire, la jeune femme revécu le moment où Nathalian avait poignardé son fils. Alors, elle se rappela que Xalian l’avait lâché avant de hurler et de s’effondrer de douleur. Ce pouvait t-il qu’une flèche l’est obligée à la lâcher ? Ou le Comte avait il fait en sorte qu’il la libère avant ? Evangelyne se tourna une dernière fois vers les toits en se demandant si son étrange impression n’était pas liée à cela. Des questions pleins la tête, elle se détourna et partit en courant rejoindre ses amis.

1 0
Score : 661

Prim's!!
JE SUIS SURE QUE C L'HOMME EN NOIR!!!
ou le Cra de je ne sait plus quel chapitre qui a tué les roublard qui voulaient leur dût!!!!!!!
C'est une intuition, bien sur!!!
Quelques fautes mais rien de grave!!
Vous avez dût remarquer que je suis surtout active la nuit, non??? c'est tout a fait normal!!
Aquand l'arrivée de Raphaël ou Weldor???
Weldor... tu me manque!!!!*snif*
mdr Ta fic devient de plus en plus bonne; plus de révélations et plus d'action!!
J'aime ça!!
La relation pinpin x eva avance, j'ai trop hâte!!!
Bye
L:wind:tus

0 0
Score : 2101

Le chapitre m'a plus, l'action s'est bien fait ressentir dans les combats et j'ai adoré ! smile
Par contre tu fais toujours les même erreurs stupides de grammaire, à croire qu'il n'y a vraiment que moi qui les remarque ! è.é

Et pis c'est vrai ça, il arrive quand Raphaël ? happy Il doit être sacrément timide...

0 0
Score : 24

Salut Salut!!!
Ma soeur jumelle m'avait conseillé le forum fanfictions et cette fic, et elle n'as pas eu tort!!!
C'est magnifique!!
J'adore l'histoire, l'histoire, et surtout le sadisme (j'y suis habituée depuis toute petite)!!!!
Bonne continuation Lily!!!
Lilas

0 0
Score : 179

En principe j'attends un peu avant d'aller sur ton topic quand je vois que tu as posté. Je traînasse sur le fow', je vais sur la rubrique FanArt, etc. Mais là, pas question d'attendre une seconde !

Si je n'ai pas posté de commentaires, c'est tout simplement parce que j'étais en vacances. Ce qui ne m'a pas empêché de réussir à voler l'ordi une petite demi-heure pour lire ta fic'. Et le premier mot qui me vient est...

Mon Dieu.

Sur ce chapitre, tu t'es surpassée. Tiens, je te fais une petite liste des bons points, parce que honnêtement, y a quasiment que ça !

  1. La longueur. Tu nous l'avais dit, on l'avait attendue, mais là, c'est parfait. L'action s'enchaîne beaucoup plus fluidement, on est davantage plongés dans l'histoire. Surtout, ne raccourcis rien. Ou c'est moi qui te raccourcis les oreilles.
  2. L'action. Très bien décrite. Tu t'es beaucoup améliorée sur ce point-là, tu nous dépeints mieux l'action et de ce fait, c'est bien plus aisée de se la représenter.
  3. L'histoire. Elle prend un petit côté (ou un gros, c'est selon) dramatico-sadique qui me plaît énormément. Tiens, un exemple parmi tant d'autres, le fait que Nathalian doivent tuer son propre fils. Alors là, si tu veux me faire plaisir, y a pas mieux xD
  4. Je continue sur la trame de l'histoire, en pointant du doigt (dans le sens mélioratif du terme, signifiant que je l'ai remarqué et apprécié) le petit élan de perversité de notre cher Xalian (je savais bien que c'était un pervers è_é) devant Pinpin. Encore du sadisme psychologique. C'est ce qui, selon moi, forme l'originalité de ta fic'. Et c'est génial.
  5. L'orthographe. Je n'ai pas particulièrement fait attention (trop passionnée par l'histoire – hou la focu >.>wink, mais rien ne m'a sauté aux yeux. Y a juste une virgule qui se balade, mais rien de grave, sinon, c'est génial.

Je ne fais pas dix points comme la dernière fois, parce que je n'en vois pas l'intérêt. J'ai dit tout ce que j'avais à dire, et j'attends juste la suite avec impatience.

Note : Non, en fait, j'ai oublié le moment des hypothèses (foireuses). Arrête-moi si je me trompe (ou plutôt, non, poste la suite x) ), mais la flèche qui aurait dégommé le poignet de Xalian me fait penser à un épisode d'Esprits Criminels ne viendrait-elle pas de l'un des deux fameux personnages que notre cher Weldor aurait envoyé à la suite de la Confrérie ? Ou serait-ce, autre scénario possible qui avait déjà été évoqué, le Crâ associé à « l'Homme en Noir » (l'un n'excluant pas l'autre) ?

Allez, au boulot Lily, on veut la suite emballée dans un paquet cadeau et en vitesse si possible x)
0 0
Réagir à ce sujet