FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

L'histoire d'un homme (presque) ordinaire

Par Muledecogere 04 Novembre 2012 - 20:23:46
J'ai déjà eu envie d'écrire une fanfiction sur l'univers de Dofus ou Wakfu,mais les différents projets dans lesquels je m'étais lancée n'ont pas abouti par manque de motivation.Cette fanfic est la première où j'arrive à finir plus d'un chapitre.Il y aura plus ou moins dix chapitres en plus de l'intro.

Pour cette fanfic,j'ai voulu faire quelque chose de différent de la plupart des fanfics de ce forum.L'histoire ne parlera pas de la Confrérie du Tofu,ni des Eliatropes,ni d'un groupe de héros qui veulent sauver le monde ou les trucs du genre,mais d'un gars ordinaire qui a vraiment pas eu de bol.C'est aussi pour ça que j'ai choisi d'écrire avec un style un peu particulier...

Bon,alors,j'ai relu avant de poster,mais il est possible qu'il reste des fautes d'ortho ou des phrases totalement bizarres car j'ai dormi que 4 heures cette nuit (soirée avec potes oblige)

Bon,je blablate beaucoup,alors place au texte!

Bonne lecture (et bon courage pour lire car c'est long) happy

Introduction : Juste une ombre qui recherche quiconque te ressemblera


Un soir de Javian.La nuit tombe sur Astrub,apportant à la cité des vices son lot de malheurs quotidien.Partout en ville,les ivrognes titubant se font détrousser dans des rues minables par des criminels qui le sont tout autant.Bref,tout semble normal.Pourtant,si l’on se montre un peu attentif,on peut percevoir une étrange rumeur dans certaines tavernes…

« Vous avez vu les affiches ?Ils l’ont eu !   

« Il était pas censé être mort ?!   

« Il paraît que les Dieux s’en seraient mêlés !   

« N’importe quoi ! Il y a un truc pour que ce troudubwork s’en soit sorti,j’en suis sûr !  

Il est coupé dans sa phrase par un Ecaflip belliqueux qui lui assène un coup de poing dans le ventre.Avec les griffes sorties,cela fait nettement plus mal,c’est bien connu,c’est aussi pour ça qu’il l’a fait.«Dis pas du mal du Chef !C’est le plus fort !Il va s’en sortir et …   un iop lui enfonce le pommeau de son épée dans le menton,ce qui l’assomme et le fait taire.

Visiblement,ce soir,personne n’est d’accord ;et comme cela arrive fréquemment dans un bouge d’adeptes de la boisson (pas spécialement fidèles de Pandawa ;ceux-là,ils tiennent l’alcool,au moins),la discussion dégénére en bataille générale : on se bagarre beaucoup,boit beaucoup,rit beaucoup, se réconcilie beaucoup,le tout dans le désordre le plus total et demain,les participants diront de la soirée que « Ca a été un joyeux bordel hier soir !On remet ça ?  .Ailleurs dans la ville,un Zobal portant un masque de Psychopathe agresse sans raison un Eniripsa qui refaisait ses lacets. Moralité : portez des chaussures à scratch.

Moi,je vois tout cela,Astrub,ses alentours,et même le monde entier,car je ne suis qu’une ombre qui passe là où elle le désire,saisissant au passage les pensées des gens.(Dit comme ça,ça peut paraître cool,l’omniscience,mais en fait,non.Parce que je suis mort,et ça,c’est balot !)Cela fait bien longtemps que je suis décédé et suis devenu un fantôme…Et à cause de lui,en plus. J’étais guerrier dans les troupes d’élite des forces bontariennes et ça ne m’a pas empêché de mourir,bien au contraire…Le roi donnait des ordres,je poursuivais les criminels et l’un d’eux m’a eu.Peut-être est-ce pour cela que je guette,avide de… quoi ?Vengeance ?Justice ?Ces notions qui me tenaient tant à cœur auparavant me paraissent maintenant si dérisoires…Non,en fait,je pense que je veux tout simplement savoir.Au fond, si on y réfléchit bien « pourquoi ?   est la question la plus essentielle du monde,surtout pour une âme errante sans motivation comme moi.

Le type dont ils parlaient si véhément tout à l’heure à la taverne est incarcéré au bagne d’Astrub,une des prisons les plus sécurisées du monde des Douze,sinistre bloc d’un gris lugubre à l’air moins accueillant que la tanière du Bworker,située un peu à l’écart de la ville,à la lisière des faubourgs malfamés (sauf que,même pour tout l’argent de la banque d’Astrub, les habitants de ces quartiers miteux n’auraient jamais voulu y mettre les pieds ;pour tout dire, la réputation de cet endroit décourageait les complices Iops les plus stup…suicid… euh,courageux).Il est assis sur un banc de pierre brute dans une pièce aux murs sombres maculés de taches,sans fenêtres,à peine éclairée par les faibles lueurs de deux Metarias de feu accrochées au plafond.Le prisonnier,un Xélor,petit homme aux grands yeux violets sans pupilles qui lui donnent un regard assez effrayant et aux cheveux mauve en tenue rayée de bagnard, reste calme malgré les chaînes qui l’entravent et les gardes armés qui le surveillent en jouant aux cartes pour passer le temps.Ce qui attire le regard,chez lui,c’est son bras droit,remplacé par une prothèse-deux tiges métalliques parcourues par un flux de wakfu permettant au membre artificiel de bouger-et les nombreuses cicatrices qui recouvrent son corps.Il ne faut jamais jouer avec la Stasis.Ca peut être dangereux.

Un garde en armure appartenant à la Milice Astrubienne à l’allure fatiguée,tout d’orange et de jaune paré,entre et déclare simplement à l’homme : « Votre avocat est arrivé   .

Celui-ci,un Cra au port altier vêtu de la robe de son métier,une longue tunique noire avec un insigne doré accroché dessus,pénètre dans la pièce quelques instants après.Il s’agissait accessoirement aussi du seul avocat qui ait bien voulu le défendre,tellement l’affaire avait des allures de cause perdue d’avance.Mais qu’importe !Lah Vocadudiaablh aimait prendre des risques.C’est d’ailleurs pour cela qu’il s’occupait du dossier de ce Xélor voué à une perte certaine,il le savait.Mais il se disait que,de toute façon,il en retirerait pas mal de notoriété et que cela l’aiderait à relancer sa petite affaire.Quel égoïste.

- Je ne vous attendais plus.

- Et pourtant je suis là…Je me présente : Lah Vocadudiablh,maître du barreau astrubien depuis deux ans,à votre service,fit-il en lui tendant la main.Mais le Xélor ne la saisit pas,trop occupé à pouffer de rire.

- Mais vous vous fichez de moi,ma parole !

-Bien vu ! Pardon,c’est nerveux…Votre nom dans une telle situation…J’ai pas pu me retenir et j’en suis terriblement désolhihihi et il repartit de plus belle dans son fou rire.

Lah attend qu’il retrouve son sang-froid pour ajouter :

- C’est pas grave,j’ai l’habitude…Vous n’êtes pas le premier à rire de mon nom.Bon,si ca vous dérange pas trop,on pourrait passer à la rédaction de votre défense ?Racontez-moi tout.Dans votre situation,la moindre circonstance atténuante,aussi infime fût-elle,pourrait vous sauver la mise.

- Je vous sens très confiant…Ca me rassure,vraiment,ironisa-t-il.

- Vous n’êtes pas en position idéale pour ironiser,Mr Copiraille.Aidez-moi ou fermez-là !

- Hum.Il n’était visiblement pas de bonne humeur (mais,en général, on ne l’est pas quand on se trouve en prison,à moins d’adorer Osamodas et de se révéler très maso).Très bien,on va commencer par mon enfance.

« Mon père m’a abandonné à la naissance pendant la nuit,en plein mois de Descendre.Je serai mort gelé si Zekah,un Xélor membre de la Geste des Protecteurs (vous savez,ces gens aussi appelés Gardiens qui s’occupent de trouver et garder des Armes Shushutées,des Familiers particuliers ou même les légendaires Dofus dont tout le monde parle mais que personne ne voit) donc un brave type ne m’avait pas recueilli.

-Pourquoi un père aurait-il voulu la mort de son enfant ?Lah était étonné ;il avait deux garçons en bas âge et,malgré leur caractère… très turbulent et beaucoup trop bruyant à son goût,il n’avait jamais songé à les abandonner.Il y penserait la prochaine fois qu’ils démoliraient la maison en essayant leurs sorts Iop.

-Car je n’étais pas un enfant normal,mais une créature étrange,maudite,une abomination de la nature…

- Ca se voit !,le coupa le Cra.Bwork !Il avait pensé tout haut.

Il y en a qui devraient se regarder avant de parler…et dire que je vais supporter cet imbécile durant toute la durée de mon procès,pensa-t-il amèrement.Parfois,la condition de criminel se révélait vraiment pénible à porter.Il décida de l’ignorer superbement.

- Je voulais dire que je suis un hybride … une sorte de créature mi-humaine mi-animale si tu veux.C’est pour ça qu’on m’a abandonné.Enfin,je suppose.

Ah,là,ça devenait vraiment intéressant.De telles créatures ne courraient pas les rues,et disposaient souvent de pouvoirs très utiles,que ce soit pour s’infiltrer discrètement dans un endroit réputé inviolable ou y dérober des objets. Lah connaissait des gens peu recommandables qui auraient grand besoin des services de celui-ci.Il envisagea un instant de le faire évader grâce à son réseau dans la mafia Bontarienne section Astrub. Mais libérer un tueur à gages violent n’était peut-être pas la meilleure solution pour rester en vie.D’ailleurs,comment était-il resté libre jusqu’à maintenant,celui-là ?Le gouvernement Bontarien affirmait haut et fort que ces choses,comme il les appelaient,si agressives, si dangereuses pour la société étaient capturées et éliminées le plus vite possible par des escouades d’élite pour garantir la sécurité des habitants du monde des Douze. En voir un y ayant échappé durant plus de 80 ans relevait tout bonnement de l’impossible.

-Je vois.Comment se fait-il qu’ils ne t’aient pas pris tout jeune ?fit-il,étonné.

-Zekah m’adorait et souhaitait me protéger à tout prix.Il m’a caché aux Inkisiteurs pendant toute mon enfance.

Les Inkisiteurs,une des divisions des Forces Armées de Bonta,tristement célèbre à cause de sa fonction,à savoir traquer et éliminer les hybrides,jugés néfastes –quand on regardait Anselme,à juste titre.La moyenne d’âge des hybrides attrapés se situait autour de 2ans ;il fallait souvent détruire des innocents aux vies à peine entamées. Voilà la raison pour laquelle j’ai quitté cette section.On m’avait chargé de la localisation des créatures et de prévenir les « nettoyeurs    les plus proches pour qu’ils s’occupent du problème.Cela mettait un peu de distance entre mes victimes et moi,je ne me rendais pas totalement compte de ce qui se passait sur le terrain…

Jusqu’au jour qui bouleversa ma vie : nous étions en plein cœur du mois de Fraouctor ,la journée était chaude et ensoleillée,je devais bientôt obtenir une permission et revoir ma femme,bref,j’étais heureux.Ce jour-là,mon supérieur,le commandant en chef Vyeh Ollens,un Iop roux au regard dur et au visage aussi inexpressif que le fessier d’un bouftou,m’a demandé de venir : il avait une mission à me confier : accompagner Chäh Szeur,un Ecaflip borgne au poil roux,un de nos Traqueurs les plus réputés,dans la traque d’un hybride très puissant.Je m’imaginais un combat héroïque contre un énorme démon hideux aux mâchoires acérées et luisantes de bave;il n’en fut rien.

-Mais ils ont fini par me trouver.Je devais avoir quatre ans.C’était la nuit,je dormais paisiblement et j’ai entendu la porte s’ouvrir.Ca m’a paru étrange : Zekah ne venait jamais me voir pendant mon sommeil.

L’hybride était un jeune garçon dont la nature « anormale    se révélait par ses yeux vairons perçants et sa couleur de cheveux inhabituelle (le bleu clair,c’est pas le must niveau discrétion…).Lorsqu’on a pénétré dans sa chambre,il s’est mis à trembler comme une feuille ;il devait savoir ce qui l’attendait.Chäh, très rodé dans l’art de tuer les « monstres   , m’a calmement dit : «Attrape-le et tiens-le immobile.Il ne souffrira pas.   J’en doutais. Comme mon compagnon Traqueur constatait mon immobilisme ,il a ajouté : « Allez,ne fais pas ta chochotte.On s’y habitue vite,tu verras !Et je te paie un pot après !    Oh non,je ne voulais pas m’habituer à ce genre d’acte !Moi qui m’étais engagé pour le Bien,pour combattre au nom de la Justice des démons malfaisants,je me retrouvais à assassiner des gosses!Ca le faisait vraiment pas !Il fallait que je fasse quelque chose !Mon collègue s’est avancé vers le gamin qui,lui,s’est recroquevillé au fond de son lit en appelant à l’aide.J’ai tout de suite pensé à mon petit Allioth,à ce qui m’arriverait si un inconnu me l’arrachait juste par ce qu’il était différent,même pas parce qu’il était nuisible… et j’ai fait ce qui me semblait le plus juste… Je me suis jeté sur l’Ecaflip et je l’ai poignardé à mort.Ce n’était pas la première fois que je tuais un homme,mais tout de suite après,je me suis senti très mal.J’avais agi comme un lâche et un traître en prenant un de mes « alliés    par derrière ; mais en voyant l’enfant encore vivant,j’étais certain que j’avais fait pour le mieux.Un Xélor adulte à l’air soucieux s’est rué dans la petite pièce pleine de jouets.Il s’est apaisé en voyant le corps à terre.

-Ils étaient deux.Un grand Ecaflip cruel et un plus jeune (un Feca,je crois)qui paraissait … bouleversé…Le Traqueur s’est approché de moi,j’ai hurlé et…

-Et ?

-J’ai pas compris ce qui s’est passé cette nuit-là…Le jeune a sauté sur l’Ecaflip et l’a poignardé dans le dos.Zekah a accouru en quatrième vitesse,l’a remercié et l’a aidé à enterrer le corps.

Je garde un très vague souvenir de cette nuit,mais je me souviens que ca n’a pas été de la tarte pour transporter le corps dans les bois à deux.Il était lourd pour un Ecaflip !

Après notre petite balade nocturne,le Xélor m’a offert une amulette en forme de sifflet en gage de sa gratitude.Il m’a expliqué que,si je portais le pendentif à ma bouche et soufflais dedans,il se téléporterait à mes côtés pour m’aider.Ca m’a été très utile par après.

-A part ça,tu as connu d’autres ennuis durant ton enfance ?

-Non. Aucun Inkisiteur n’est revenu,je suppose que mon sauveur m’a déclaré mort auprès de ses supérieurs.Pour ma sécurité, Zekah m’a obligé à camoufler mon physique « différent    qui me désignait comme une cible en portant des lentilles uniformes pour cacher mes yeux vairons,et des vêtements amples pour cacher mes écailles.Ensuite,je suis devenu un disciple du dieu Xélor,ce qui m’a permis de sortir sans me soucier du regard des autres : mes bandelettes cachaient tout de mon anatomie reptilienne/ophidienne.

-Il y a autant de sortes de cho… d’hybrides que ça ?J’ai déjà entendu parler d’êtres à moitié humains et Moogr,Bouftou,…mais tu es le premier mi-crocodaille que je rencontre.Je peux voir tes écailles ?

Décidément,en plus d’être un con arrogant,il est aussi curieux et voyeur,ce Cra.Il va pas me lâcher avant que je lui ait dit oui.Et il répondit :

-Si ca te fait plaisir.

J’assiste à un spectacle étrange.Les bandelettes ondulent et se retirent,comme mûes par leur propre volonté.Je dois dire que je trouve ça assez fascinant.En-dessous,la peau est recouverte de minuscules écailles bleu foncé chatoyantes en forme d’aileron de Pichon.C’est très joli.J’aurai voulu avoir une peau comme ça pour décorer ma salle des trophées à Bonta.Lah est émerveillé,les gardes baissent leurs cartes et le regardent d’un air étonné,je les comprends.

-Bon,maintenant que tu es satisfait,tu peux continuer à prendre des notes pour ma défense ?

Acquiescement du Cra.Les bandelettes se remettent en place.

-Bref,j’ai pu vivre comme un enfant plus ou moins normal.Je dis plus ou moins car,étant apparu dans la vie de Zekah de manière assez inexplicable,les habitants du village croyaient que j’étais son enfant caché et on me regardait bizarrement ou me traitait de bâtard.Je ne savais pas ce que ca voulait dire,mais je sentais déjà que ce n’était pas très affectueux…Mais j’ai réussi à me faire des copains parmi des gens plus tolérants.

-Et ensuite ?

- Le jour de mes sept ans,Zekah est rentré à la maison accompagné d’une petite fille.Elle avait de beaux cheveux bruns et des yeux d’un bleu pur,c’était une Feca.Elle était mignonne...Marysa.Il regarde dans le vide.Ce que j’ai trouvé étrange chez elle,c’était cette grosse cicatrice sur son bras droit,mais je n’ai rien dit.Après tout,ses parents l’avaient peut-être abandonnée elle aussi,je ne voulais pas la blesser en lui demandant.Zekah ne m’a jamais expliqué ce qu’elle venait faire à la maison,mais elle m’a raconté son histoire par elle-même des années après.Et puis,j’étais content d’avoir de la compagnie à la maison,car à l’époque, Zekah s’absentait souvent sans m’ expliquer pourquoi.

-Marysa … Ce nom me dit vaguement quelque chose.Il fouille dans ses souvenirs mais sans succès.Encore un qui aurait dû suivre tous ses cours à l’unif’ au lieu de faire la grasse matinée après une guindaille.

-Tu as dû l’entendre pendant tes cours de criminologie.Les parents de Mary’,Connie la Iop et Blyde l’Ecaflip,sont connus pour avoir été les criminels les plus ... violents du siècle passé.Ils ont fait de ces trucs…

Bien sûr.Les amants Boulefricsteuplé,Connie and Blyde,sont restés dans l’histoire comme les pires brigands que le Monde des Douze ait jamais porté.349 attaques armées sur des transports de kamas,dont 235 mortelles,des casses de génie comme celui de Central Park (le parc du centre d’Astrub,pas celui de Niouw Iorke) et l’attaque du Métrool 123(vous savez,ce véhicule tracté par des câbles attachés à des Trools qui poursuivent des prisonniers tirés au sort).Des sales types prêts à tout pour un peu d’argent.Un beau jour,ils se sont rangés sans crier gare,on n’en a plus entendu parler.On était contents,bien sûr,qu’ils arrêtent de massacrer des innocents ou des gardes pour satisfaire leur folie meurtrière,mais on n’était pas satisfaits…Car ils auraient pu ressurgir à l’improviste et ajouter de nouvelles victimes au compteur !Et on ne pouvait décemment pas les laisser faire cela.Moi et mon équipe avons décidé de les traquer et de les éliminer.L’entreprise était risquée,c’est pourquoi chaque fois que je partais à la chasse,c’était avec un pincement au cœur,car je savais que j’aurai pu ne jamais revoir ni Alioth ni Inah.

Un beau jour,un célèbre indicateur Astrubien,Hogy les Bons Tuyaux, est venu nous trouver à la Milice pour nous indiquer la cache du couple criminel.Il est reparti avec plusieurs millions de kamas dans les poches.

La planque en question était une petite ferme sans étage isolée située quelque part au Nord-Ouest des Calanques d’Astrub.Un endroit bien discret pour des brigands au train de vie effrené,capable de tous les abus.Nous y sommes arrivés à l’aube,pour les surprendre dans leur sommeil.Notre méthode n’était pas très digne mais la fin justifiait les moyens.On a enfoncé la porte,les armes à la main.L’équipe s’est dispersée dans toute la maison.Jull,mon coéquipier habituel des Forces Armées de Bonta,était un Sacrieur de grande taille au physique athlétique,un « beau gosse    qui les faisait toutes craquer avec ses boucles blondes et son visage angélique.Il aurait facilement pu embrasser la carrière de mannequin professionnel (et beaucoup plus de femmes qu’en restant dans un métier aussi ingrat que le nôtre) s’il en avait eu envie,mais il appartenait aux orphelins que Connie et Blyde avaient laissés et souhaitait se venger avant tout.Eh ouais,on ne choisit pas la Déesse Sacrieur si on n’a pas le sang chaud et des raisons pour taper les gens.

Lui et moi,on a pénétré dans la chambre et on les a réveillés en sursaut.Jull a déployé ses tatouages tandis que je le couvrai avec mes armures.Un poing de sang a cueilli l’Ecaflip au visage,l’assommant sur le coup.Blyde a rapidement réagi : elle a violemment projeté un vase sur mon compagnon,qui fut sonné durant quelques secondes.Elle matérialisa une large épée de Iop qui nous fondit dessus.Je n’eus que le temps de me protéger par un bouclier qui vola en éclat ;Jull grogna de douleur.Déjà,Connie se relevait,des cartes à la main.

A deux contre un,mes chances de l’emporter semblaient faibles mais c’est à ce moment-là que j’ai eu une idée de génie : j’ai matérialisé un bouclier solide et je l’ai fait grandir jusqu’à ce qu’il emplisse toute la pièce, repoussant les amants contre le plafond le temps que Jull se remette.

Mon collègue s’est relevé tant bien que mal en matérialisant une épée de scarification,celle avec laquelle les Sacrieurs s’entaillent pour se blesser,s’exciter et entrer dans une transe dévastatrice,aussi bien pour leurs alliés que pour leurs ennemis.

D’un coup de lame sanglante,il s’était ouvert le bras gauche jusqu’à l’os.On voyait à ses traits contractés que ça lui faisait extrêmement mal et bien à la fois.La douleur produite par sa blessure l’insensibilisait temporairement aux coups de griffes de l’Ecaflip qui se débattait.

J’ai vu ses tatouages se détacher de sa peau et fouetter l’air en absorbant le Wakfu ambiant,pour engranger plus de puissance avant l’assaut.

Je savais ce qu’il préparait.

Un des sorts les plus dévastateurs au monde.

La Punition de Sacrieur.

Les tentacules de sang ont filé à travers la pièce,puis se sont resserrés sur les amants.

Un détail a attiré mon attention.Ils étaient trois et pas deux.

Oh,je venais de comprendre pourquoi ils s’étaient retirés du métier.A cause de leur enfant.Blyde,la terrible Iop,était devenue mère d’une fille aux boucles brunes.

Elle a réussi à faire sortir le bébé tant bien que mal de l’enchevêtrement de tentacules qui la broyaient,elle et son mari.

Puis,sans que j’aie pu arrêter Jull,ils furent spratchi.Il y avait du sang partout.

Déjà,Jull se retournait vers la petite.Excité par l’odeur du sang et en pleine démence meurtrière,il allait l’écraser elle aussi.Et peut-être moi avec d’ailleurs.Je saisis la fillette et incantais un sort d’Immunité.La barrière invisible repoussait les assauts de mon pote Sacrieur,mais pour combien de temps encore ?

Mon bouclier cédait juste au moment où le reste de l’équipe entrait dans la pièce.Jull a juste eu le temps d’érafler la petite avant de se faire calmer par un sort de Trêve lancé par le second Feca du groupe.Le mal était déjà fait ;la petite saignait abondamment du bras droit.

C’est un miracle si l’enfant a survécu à cette matinée.Et je suppose qu’elle en a gardé des séquelles,tant psychologiques que physiques, durant sa vie.

-Au vu de ton dossier,j’ose pas imaginer ce dont ils étaient capables…

-Je déteste tuer…Je dois être le seul tueur à gages incapable de briser une vie de sang-froid…Quelle ironie !

-Alors,comment as-tu assassiné tous ces gens ?

-Ce n’était pas moi,je ne voulais pas !On m’y a obligé !C’était un démon qui me contrôlait de l’intérieur! se défendit-il avec véhémence.

-Bon,au moins,on pourra plaider la folie si y a rien d’autre d’intéressant qui ressort de notre entretien.Je pense que dans ce cas,tu t’en sortirais bien,on pourrait t’enfermer à l’asile pendant une trentaine d’années,le temps que tu deviennes inoffensif,puis te relâcher.

Anselme meurt d’envie d’étrangler Lah avec ses chaînes,ca se voit à son visage qui devient rouge en-dessous de ses bandelettes.Le problème,c’est que,s’il le fait,il mourra tout court.Il en est parfaitement conscient et se calme tout en serrant les poings et en lui jetant des regards assassins.

Le plus vieux des gardes,un Enutrof sans barbe (oui,c’est rare mais ca existe !) lève les yeux de sa main et s’adresse à l’avocat :

-Ah non m’fi,je peux t’assurer que cette crapul’ dit k’la vérité,et rein k’la vérité !

Le visage du Xélor rayonne.

-Ah,tu vois !Enfin quelqu’un qui me soutient ici !

-Ouais,mais les histoires de possession par des démons,fantômes et tous les trucs du genre,c’est bon pour les superstitieux ;moi,je n’y crois pas.C’est un Xélor ;il sait contrôler le temps et réaliser des illusions pour tromper les gens et il pourrait bien vous avoir dupé !En plus,vous êtes vieux,vous pouvez très bien radoter…

Y a pas à dire,Lah est un imbécile un peu trop imbu de sa personne à mon goût.Je lui ferai ravaler son arrogance tout à l’heure ;eh oui,bien qu’étant décédé,je suis capable de manifestation ectoplasmique pour effrayer les gens et je dois dire que c’est bien marrant…Surtout quand la victime joue les cartésiens et se dit que les esprits n’existent pas … Mon bwork,ouais,que les fantômes ne sont qu’invention de la pensée !

-Kestudi twè ?Tutla ramène ?Tous les aut’ gard’,ce qui disent sur toi c’est pas beau à voir,ni à entendre,d’ailleurs… !Moi,j’dis qu’un bon avocat,ct’un type qui gagne les procès,pas un pëy qui fait tout foirer en s’amenant rond comme la queue de ma pelle au tribunal…

J’adore trop comme il parle.Casséééééé le Cra orgueilleux !

-Quoi ?Anselme était effaré,consterné,et plein d’autres adjectifs qui veulent à peu près dire la même chose.Vous voulez dire que cet avocat,MON AVOCAT est un gros naze qui n’a jamais gagné de procès ?

-Ben wé.Je me d’mand mèm’ ce qui vient foutr’ici,fit l’Enutrof en haussant les épaules.

-C’est une blague hein ?

Lah ne répond pas.Evidemment.Il regarde ses pieds.Ah ça,quand t’as honte,tu te sens mal,mais perso,je trouve ça bien fait pour lui.

« T’as déjà pas l’air très doué en temps normal,alors sous influence…

Il secoue la tête,puis plante son regard dans celui du Cra et déclare :

« Ecoute-moi bien : je te jure que si tu n’es pas fichu de me défendre et qu’ils m’exécutent,je m’arrangerai pour organiser l’assassinat de ta famille …

Anselme s’est levé,et doit impressionner Lah malgré son mètre soixante car ce dernier se recroqueville sur son siège.Le Xélor le prend par le col de sa robe,l’approche de son visage et ajoute en criant :

… ET TOI AVEC !   

Le cra se dégage,horrifié,et s’enfuit à toute allure en criant « A l’aide !A la garde !On veut me tueeeeeer,c’est une honteee !    ou quelque chose du genre.

L’Enutrof pouffe de rire parce que,dans sa précipitation,l’avocat se trébuche sur une sacoche qui traînait malencontreusement par là (bon,OK,c’est moi qui l’ait tapée là) et se couvre de ridicule (et de bleus).

L’autre garde,qui se tenait en retrait depuis le début de la conversation ,approche prudemment du prisonnier et lui demande :

-Tu l’aurais vraiment fait ?

-Bien sûr que non, je bluffais.Je n’arriverais pas à écraser un moskito sans mon démon,alors tuer un homme.. ?Bon,vous me détachez pour que je puisse jouer aux cartes avec vous ?

*********************************

Je suis le Xélor jusque dans sa cellule où on l’enchaîne aux anneaux scellés dans le mur.Ce n’est qu’un petit espace étroit constitué d’une porte en bois de Charme renforcée par des barres de métal et de quatre murs gris sales et couverts d’inscriptions hostiles du genre «A mort les vaches ! Les bontariens sont tous des cons et des petites …   (enfin,vous avez compris…C’est totalement faux,je tiens à le préciser !)et de divers grafitis plus ou moins injurieux à la craie.Il y a un pichet d’eau sur le côté et de la paille mouillée (par quoi ?) disposée un peu partout à terre.Ca doit puer.

Les heures s’égrènent au compte-goutte,les secondes passent comme des minutes (ou les minutes sont des secondes comme dirait une chanson connue) et …

-Ton avocat !

Un garde le réveille en le secouant brutalement.

-C’est bon,pas besoin de me hurler dans les oreilles !

Il ajoute :

-Si c’est l’imbécile de tout à l’heure,je ne veux pas le voir !

-Tu verras.

Le gardien l’empoigne et le relève brutalement.Il ne résiste pas.C’est bien beau d’être un disciple de Xélor et de pouvoir maîtriser le temps et tout ce qui va avec,mais on manque sérieusement de force physique.Le milicien recule et un homme entre.

Il s’agit d’un Ecaflip dont le pelage blanc un peu hérissé ressemble à celui d’un Croc-Gland.Il a de longs cheveux rouges qui lui dissimulent les yeux et porte une veste en cuir assortie à sa chevelure et un pantalon noir comme les plumes d’un corbac.C’est le type qui a déclenché la rixe dans la taverne.Il braque son regard d’acier incandescent sur le Xélor,qui n’en revient pas.

-Ace !?Il n’en revenait pas.

Ils se connaissent ?

-Ravi de vous revoir en vie,chef !fait-il ironiquement.

-Mais qu’est-ce que tu fiches ici ?Je t’avais dit de filer avec la prime !

-J’ai entendu dire que ton avocat avait démissionné prématurément ,alors je suis venu le remplacer !lui expliqua-t-il avec le plus grand sérieux.

-Mais…Tu n’es pas avocat !

-Oui,mais ça,ils ne le savent pas !lui dit-il avec un grand sourire.Oh,allez,laisse-moi le faire,avec tout ce que tu as fait pour moi,je te dois bien ça !

Le prisonnier secoue la tête.

-Ace,depuis le temps que je vous connais,toi et ta maudite famille,je ne me suis attiré que des ennuis.Je pense que si je me défends seul,j’aurai plus de chances de m’en sortir vivant…

-Alleeeeez quoi!insista Ace.T’as plus rien à perdre !

-Bon,d’accord ,si tu insistes...Je te permets de m’aider.Tu vas prendre le carnet là-bas et noter ce que je vais dire.Compris ?

-Mais je dois pas d’abord prendre un crayon pour noter ?L’Ecaflip était perplexe.

-Ah,Ace…Tu peux pas savoir combien tes réflexions à la con m’ont manqué !lui dit-il en souriant.

Ace ronronne de contentement et s’installe confortablement sur un tabouret qu’il a apporté,prêt à noter ce qu’Anselme lui dira.Je me place derrière lui,de manière à pouvoir lire ce qu’il écrira par-dessus son épaule.
0 0
Réactions 8
Score : 427

Génial j'adore continue moi aussi j'ai une fan fic ci tu veutlaugh la lire

0 0
Score : 2688

Très bonne fan-fic... Tu m'as cloué au texte en tout cas...
Mais je te conseille de bien relier les personnages aux phrases, car des fois on s'y perd. Mais rien de plus à dire autre que... CONTINUE! TU ES SUR LA BONNE VOIE!

0 0
Score : 797

Super à part quelque p'tite fautes mais sinon super !

0 0
Score : 26
d'abord une chose pas très constructive a dire mais bon : Ta fic est excellente !

bon je vais raconté ma vie un peu mais bon je galérais sur internet , vu que avant j'était sur se forum sur un autre compte ,sur un coup de tête je suis retourné sur ce forum regardé les fic' (vu que je jouerais plus a wakfu ,dofus ou autres , il m'ont un peu gavé mais bon l'univers et le background ma toujours plus donc voila bref ) et ta fic' ma reconcillié avec cette univers , merci beaucoup :p


j’espère que tu continueras ^^
0 0
Score : 302

@tactik-cratte : Merci smile

@Stirio: OK,je vais mettre plus de descriptifs dans les dialogues.Merchi happy

@ioslesombrean : Thanks !

@Zenzaburo : Ma fic t'as réconcilié avec l'univers Dofus/Wakfu,carrément?Wouaaaaah *super flattée*
Bah,tu sais,je ne joue plus non plus à Doflol ou Wakflol (j'ai été dégoûtée par la V3...),ca m'empêche pas d'écrire ou de dessiner des trucs en rapport avec ces univers.
Et compte sur moi pour continuer :p

Tant d'enthousiasme pour ma première fanfic,ca fait plaisir à voir smile au risque de me répéter : merci!
Sinon là j'ai juste une petite question : préféreriez-vous que je poste l'histoire chapitre par chapitre (mais faut savoir que je vais très lentement pour faire un chapitre) ou les chapitres petit bout par petit bout?

Et sinon,pour ne pas venir les mains vides,un fan-art d'Anselme by moi-même en personne!

 
0 0
Score : 26

Le dessin est pas mal ! sinon pour mon avis , je pense que tu devrais continué a faire chapitre par chapitre bien que sa soit long , car vaut mieux que tu prenne sont temps et que sa ne soit pas trop court , enfin après fait comme tu veut hein ^^

Ravis que tu continus , j'attend la suite avec impatiente

0 0
Score : 302
Alors je poste pour dire que je pars étudier en Angleterre dans pas longtemps.Donc je pense pas pouvoir écrire ou poster la suite avant mon retour.
Mais j'ai quelque chose à vous mettre sous la dent avant.Un espèce d'intro du chapitre 1.J'ai pas grand-chose sur ce chapitre-là parce que ce chapitre 1 est extrêmement difficile à écrire (il faut que je raconte la vie d'Anselme quand il est encore un gens ordinaire,donc faut que je m'arrange pour que ce soit pas trop chiant et c'est hard).Et aussi parce qu'il risque bien d'aller dans les 15-20 pages Word facile.


LES NOTES D’ACE

Bon,on va reprendre là où j’en étais arrivé avec l’autre imbécile.Non,Ace,je ne te vise pas quand je dis « imbécile   ,je n’oserai jamais.Enfin,plus maintenant.Et qu’est-ce que tu fais avec ce crayon ?C’est très bien,c’est un joli tour que tu sais faire là mais je crois qu’écrire avec ta queue ne me sauvera pas.C’est même excessivement énervant !Comment ça,si j’ai déjà vu Dikkenek ?Parce que j’ai dit « C’est excessivement énervant    avec un accent Belge ?Mais arrête de noter tout ce que je dis !Et aère un peu,espèce de pey !

*********************************

NOTES RÉALISÉES PAR MOI-MÊME EN PERSONNE,ACE ITVI STARLIGHT DELLA PATATA,SUR LE PASSÉ DE MON IRASCIBLE EX-CHEF.

-Je ne suis pas irascible !Je suis de mauvaise humeur,c’est tout.

NOTES RÉALISÉES PAR MOI-MÊME EN PERSONNE,ACE ITVI STARLIGHT DELLA PATATA,SUR LE PASSÉ DE MON IRASCIBLE EX-CHEF.

Sweet Dreams are made of this…

Je suis un hybride.Une créature pas tout à fait humaine,ni tout à fait animale.A moitié homme,à moitié crocodaille.Il suffit de me regarder pour le voir.Je veux dire par là que j’ai l’apparence d’un type ordinaire une fois que j’enfile mes bandelettes,la morphologie d’un être humain,mais ma peau est couverte d’écailles bleutées,j’ai des crocs à la place des dents, et mes yeux ont tous deux une couleur différente : celui de gauche est mauve,l’autre,vert.A peine pas discret.

Mais,à part mon physique assez inattendu et les sens plus aiguisés que me confère ma moitié crocodaille,je me sens plutôt humain à l’intérieur.

Il m’a été difficile de le rester avec tout ce qui s’est passé…

D’ailleurs…Je ne suis même pas sûr d’avoir réussi.

Peut-être que mes parents biologiques se doutaient que j’étais destiné à devenir un monstre. Peut-être que c’est pour ça que j’ai été abandonné à peine né.

Je ne le saurai jamais.Maintenant,je connais leur identité,mais ils sont morts il y a quelques années,avant que j’aie pu leur rendre visite pour leur demander des comptes.

Cette appartenance à deux milieux,celui des hommes et celui des monstres,m’a toujours rendu méfiant envers mes semblables humains…Il fallait bien que je fasse attention si je voulais survivre dans un monde qui ne tolérait pas les gens comme moi.J’ai toujours eu honte de ma nature ;jamais je ne me suis dévoilé au grand jour.Maintenant,je sais que j’aurai dû.Cesser de me cacher sous un masque,abattre les barrières pour me montrer tel que j’étais.Désormais,il est trop tard.Si je me déclarais publiquement comme étant un hybride,cela ne ferait que renforcer les sentiments de haine des habitants du monde des Douze envers nous.

Je savais ce que j’étais ;j’en avais honte,honte de ma lâcheté;mais malgré cela,je me suis toujours considéré comme un homme.Parce que,dans certains cas,la lâcheté c’est la propre de l’homme.

Ah…

A l’époque à laquelle je suis né,être un hybride et le reconnaître signifiait signer son arrêt de mort.Parce qu’on était différent,on était monstrueux pour la plupart des gens.

Heureusement,certaines personnes pensaient différemment.

Zekah,bien évidemment,qui m’avait recueilli en dépit du bon sens,car il savait qu’il s’engageait ainsi à avoir des tonnes d’ennuis durant toute sa vie pour un geste pourtant charitable.

Marysa aussi.

Tant qu'à faire je donne aussi les titres des chapitres de la fanfic'.Normalement,ça devrait pas beaucoup changer :

1)Sweet Dreams are made of this (mais ça vous l'aviez vu je pense)

2)Ce monde derrière nous

3)Jours de nuit

4)Le laboratoire

5)Brakmar

6)Djaul

7)Alys

8)Retour aux sources/Projet Big Brover

9)Le meilleur des mondes

10)La fin de la fin du monde ?

Epilogue:Nouveau départ
0 0
Score : 56

Y a quelque temps,j'ai repris l'écriture.Autant le partager.

Marysa était une Féca d’un genre un peu particulier.Comme moi,elle ne possédait pas de pouvoirs magiques.Elle ne pouvait pas matérialiser les super boucliers et glyphes qui faisaient la fierté des Disciples de la déesse gardienne de Bouftous,mais croire que le seul et véritable pouvoir réside dans le fait de lancer des sorts est débile.

Son pouvoir à elle résidait dans son charme incroyable et sa capacité à communiquer la bonne humeur à toutes les personnes qui la croisaient.Elle aurait été capable de redonner le goût de vivre au mec le plus basé du monde…Si ca c’est pas mieux que de se protéger des attaques des Moskitos pendant la nuit en été !

J’ai sympathisé avec elle dès son emménagement à la maison.Elle était gentille,câline,drôle,mignonne,pas trop bavarde…Bref,c’était la fille idéale !Le genre de fille qui vous communiquait sa bonne humeur à la seule vue de son sourire radieux.Elle parvenait à me faire lever les matins froids de Descendre,quand il fait noir à 6 heures du matin,et qu’on n’a absolument pas l’envie de se lever pour partir à l’école ou au travail car il fait plus froid dehors que sous la couette.Bon,en général,elle renversait le lit et moi avec pour parvenir à un tel résultat…Mais ca prouvait qu’elle avait du caractère.J’ai toujours aimé les gens qui ne se laissent pas faire et ne se laissent pas imposer les idées que tu veux leur faire passer.

Et surtout…elle était si belle.

Imagine une femme au teint rayonnant,d’une belle couleur brune,mais pas d’un brun trop intense non plus.Ajoute-lui des longs cheveux bruns aux reflets roux flamboyants semblables à du feu liquide,à du métal en fusion.Des yeux d’un bleu aussi profond que l’océan,entourés de longs cils noirs délicats.Des lèvres roses parfaites qui te donnent une envie irrésistible de les embrasser.Un nez bien dessiné qui ne gâche pas l’ensemble.Un corps aux courbes fermes et généreuses.Des jambes parfaites,longues et élégantes.Et surtout,une de ces poitrines!

Elle aimait porter des robes,longues ou courtes.Quelquefois des pantalons et des blouses.Blanc,bleu,vert,orange,ou rouge.Jamais de noir,ni de couleurs sombres « de déprimé ».

La seule chose qui gâchait un peu ce tableau,c’était sa cicatrice au bras droit,témoignage douloureux de son passé.Elle la dissimulait avec un peu de fond de teint.

Voilà à quoi ressemblait mon amour.

Grâce à ce physique avantageux,Mary était devenue mannequin.

Elle faisait ça parce que c’était pas trop prenant,c’était moins chiant d’être un médecin toujours au service des autres (merci Mary’ !),ça rapportait de l’argent par paquets et que ça lui laissait une occasion de voyager à travers le monde des Douze…avec ou sans moi.

Si bien que mes collègues me demandaient souvent pourquoi une telle beauté avait décidé de se mettre avec moi, « un gars au physique banal,avec une carrure de tofu malade ».Lorsqu’ils ont posé la question à ma femme,elle leur répondait que j’avais « les yeux les plus magnifiques du monde,et en plus il est gentil et il est chou et j’ai trop envie de lui faire des câlinnnnnns » en me donnant un petit baiser dans le cou.Ca me faisait bien marrer de voir leurs tronches de jaloux après ça…

Mais c’est vrai que j’étais pas spécialement un canon.Plutôt banal en fait,ni laid ni vraiment beau.Mignon tout au plus.J’étais petit,plus petit que Mary’ qui me dépassait d’une tête au moins,je portais des lunettes de vue en permanence sous peine de ne pas voir le patient que j’opérais,mes cheveux avaient poussé et blanchi avec les années (à trente ans,ils étaient déjà de la même couleur que la neige !),mes yeux que je détestais avaient une couleur bizarre (mauve et vert,c’est pour ça que je les aimais pas d’ailleurs,je ressemblais à un monstre de foire avec ces abominables yeux vairons),et j’étais « si mince qu’on se demande si ta femme te donne à manger ».Pas de muscles bien marqués non plus.Pas un physique de beau gosse,quoi.

Mais à l’époque j’avais d’autres atouts.

J’étais très gentil.Je restais calme tout le temps,ne m’énervais jamais dans les situations les plus exaspérantes,et j’allais même jusqu’à m’impliquer personnellement pour rectifier les conneries des autres.Je me laissais marcher dessus par les autres aussi.Trop bon,trop con.

Maintenant,tu peux essayer de me faire chier,mais je te le conseille pas,je vais te démonter la gueule tellement vite que tu vas rien comprendre à ta vie.Enfin,à condition de pas être entravé comme je le suis.

Je souriais tout le temps,je rigolais,je faisais des réflexions à la con,j’étais pervers,mais j’étais heureux.

Maintenant j’y arrive plus.J’ai vu trop de choses,subi aussi,je pourrais plus jamais être aussi insouciant que je l’ai été par le passé. Je suis un homme ravagé,qui s’est fait bouffer par l’intérieur par ces Bontariens de merde et ce putain de démon qui m’a tout enlevé!

J’étais chirurgien,je sauvais des vies et on me respectait.

Mon autre job a été nettement moins glorieux…Tueur à gages,ça consistait à les prendre,les vies en question.Mes victimes m’ont déjà dit que j’avais pas d’honneur,pas d’amour-propre,qu’ils me plaignaient parce que je devais avoir eu une vie bien triste pour m’abaisser à faire le sale boulot pour de l’argent.Comme une prostituée.

J’étais le Dr Copiraille,le gentil monsieur de l’hôpital en blouse blanche et pantalon bleu marine qui avait deux enfants adorables bien que chiants et une femme géniale.

Je suis devenu Anselme le Démon d’Astrub,le terrible Xélor toujours en tenue d’assassin,vêtements sombres pour se fondre dans la nuit après avoir exécuté un contrat et quelqu’un par la même occasion,cape qui dissimule le visage et gants de cuir noir pour pas trop salir ses mains meurtrières.Aux cheveux et aux yeux d’un mauve étrange.Le tueur qu’on payait des millions pour interrompre le cours de la vie de quelqu’un de gênant.Et qu’on allait toujours voir la peur au ventre,priant pour qu’il n’aie pas reçu un contrat pour vous éliminer,vous.Un type louche,considéré comme un seigneur par les bas-fonds d’Astrub en raison de sa puissance,mais plus par crainte que par réel respect,et qu’on préférait éviter de croiser parmi les criminels parce qu’il est réputé instable et possédant un démon capable de détruire tout sur son passage s’il s’irrite.Un homme dont la présence n’annonçait que du malheur.L’homme qui vous aurait rapporté dix millions de kamas si vous réussissiez à le capturer ou mieux,à le tuer.

Avant,les gens m’aimaient pour ce que j’étais.

Maintenant plus.On m’a craint,on me hait.Je suis juste l’ennemi public numéro un,un homme en prison .

Ma vie avait bien commencé,pourtant.

Marysa :

0 0
Réagir à ce sujet