FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

The End Of The Beginning , Duo Avec LMS.

Par Tatii-Mimii 20 Octobre 2012 - 21:34:02
[HRP] Ceci est une fanfiction faite par LMS et moi , en espérant qu'elle vous plaira , pour ma part ne vous inquiétez pas je continue Wakfu Saison 3 ! tongue [HRP]

....

La fin.

On avait appeler ça comme sa , mais personnellement j'y croyais pas.
Jusqu'à ce que ma famille soit complètement décimé , j'ai vus la vérité.
Une vérité assez sanglante , la vision de ma petite soeur et de mes parents , morts.

Il n'y avait qu'une seule issue , une seule décision , la fuite.
J'était lâche a l'époque , j'aurais voulus me venger , mais le faire ne m'aurais pas ramener ma famille à la vie.
Alors j'ai rencontré une personne qui avait vécus la même chose que moi.

La perte.

Je suis Aïden Walker , et je suis un survivant.

Nous sommes à l'ère du Wakfu , et un tragique destin frappe les habitants du monde des douzes.

Les Dieux sont morts.

Et les shushus ont envahis le monde des douzes , seul les plus courageux on décidé de se libérer et de se rebeller de cette tyrannie. Quand aux autres , ce sont des esclaves au service du grand Rushu et de ses shushus. Comme on dit , la roue tourne , et cette fois ci , c'était pour le mal qu'elle à tourner. Mais il y à encore un espoir.

Des héros aux courage sans limite et aux pouvoirs surpuissants.

Le Monde Des Douze , Dans Un Désert , 18:48.

Un homme de grande taille , au teint mat , plutôt mince et musclé. Les cheveux rouges mis-longs en bataille , lui donnant un air irrésistiblement sauvage et sexy, de mystérieux yeux bleus clair et perçant , vêtue d'une simple veste noir , courte , et ouverte laissant voir son torse sillonner par de multiples cicatrices. Puis accompagné d'un pantalon noir assez serrer de même couleur , mettant ses grandes jambes en valeurs. Une chaîne accrocher à son pantalon et comme chaussure , des rangers noirs arrivant aux mollets , un sacrieur à première vue.

Il se dirigea vers ce qui semblait être un petit camp , autour du feu on pouvait distinguer une silhouette , un homme de même taille , la peau plutôt pâle , habillé d'un long manteau noir arrivant a ses chevilles et d'un simple pantalon noir et pour finir des bottes style rangers noir elle aussi.

Il avait plutôt les traits fin , les cheveux courts et brun et ses yeux hypnotisant était gris la pupille était fendue , c'était peut-être bizarre pour un sram , mais il avait désirer de ne pas porter de masque. Ses mains était recouverte par des gants noir , il semblait en pleine concentration , observant le feu émettre des bruits de crépitement , mais il fut couper de sa méditation.

- Périmètre sécuriser ! , fit l'homme au cheveux rouge.

Sa voix masculine et viril résonna dans les oreilles du brun qui se redressa à son entente.

- Bien , on va rester la pour la nuit et demain direction Brakmar , fit le brun.
- Damon Stygian , t'as pas l'impression d'aller trop vite en besogne ? T'sais que Brakmar c'est devenus un nid à merde ! , fit le rouge en s'asseyant à son tour en face du feu , les sourcils froncés.
- Mon cher Aïden Walker , le monde entier risque de devenir de la merde si on se bouge pas de trouver d'autre rebelle !

...
...
...

- La j'avoue... T'as raison.

A SUIVRE ! tongue

[HRP] Maintenant il faut attendre que LMS poste ^^ ! Laissez vos commentaires biggrin [HRP]

 
0 0
Réactions 12
Score : 359

C'est chouette, mais c'est bourré de fautes d'ortho XD tu n'aime pas les participe passé?

Sinon ça à l'air pas mal moi j'ai hate de voir la suite^^

0 0
Score : 876

Pas mal, un style qui te ressemble bien, un manque de tact et de finesse dans les discussions qui sont du plus bel effet et un début qui promet, continue comme ça !

0 0
Score : 2098
Bonjour à tous, voici la suite tongue

Ces chaînes.

Ces chaînes entourent mes chevilles et mes poignets depuis ma naissance. Elles m'emprisonnent, m'empoisonnent.

Privé de tout rêve...

Est-ce qu'un jour, mon Briseur de Chaînes viendra ?

A la mine où je travaille, le bruit du fouet claque de toute part, endolorisse le dos déjà meurtri de chacun. Nous sommes soumis à lui. Ce bruit là, je ne peux plus le supporter. D'ailleurs, personne ne le supporte. Mêlé aux cris de douleur et des rires sordides des Shushus, c'est la plus malsaine des chansons.

Il résonne dans mes oreilles. Le bruit du malheur.
De la douleur.

Privé de tout rêve...


Pourquoi plus personne ici ne se lève ?
Est-ce qu'un jour, mon Briseur de Chaînes viendra ?

Humiliation et soumission sont les maîtres mots de notre vie. On nous insulte.
Mais on ne peut rien faire : on ne peut rien décider ; c'est eux qui décident de nos vies et de nos morts.
On ne peut plus se relever ; ils nous ont tué nos espoirs.
Tué nos Dieux.

Privé de tout rêve...

Pourquoi les humains se laissent-t-ils humilier ?
Pourquoi plus personne ici ne se relève ?
Est-ce qu'un jour, mon Briseur de Chaînes viendra ?

Humiliés, violés, tués, blessés, torturés, détestés, moqués, hués : voici ce que subit l'Humain.

Il n'a plus aucun courage.
Il n'a plus aucune bravoure.
Il n'a plus aucune intelligence.
Il n'a plus aucun rêve.
L'Humain n'est plus rien.

Comment pourrait-on retrouver notre gloire passée ?
Pourquoi les humains se laissent-t-ils humilier ?
Pourquoi plus personne ici ne se relève ?
Est-ce qu'un jour, mon Briseur de Chaînes viendra ?

Ces chaînes.

Elles sont incassables.
Elles me narguent. Dans mes cauchemars, elles n'oublient pas de me susurrer :
« Nous seront toujours à tes côtés.
Personne ne viendra nous briser.

Alors mon Briseur de Chaînes ne viendrait-t-il donc jamais ?

Je relève ma tête : je vois les cadavres des Dieux pendus.
Leurs membres sont pourris, arrachés.
Rushu, qu'as-tu fais ?

Il y a d'autre monde à détruire que le notre !
Pourquoi tu t'acharnes sur celui là ?

Je ferme les yeux.
Les pleurs des enfants.
La souffrance des pères.
Les cris des mères.
La douleur des femmes
La douleur des hommes.

Le désespoir des êtres humains.

J'ouvre les yeux.
Mon cœur rate un battement.

Cette silhouette au loin. Ce corps svelte, musclé, couvert de cicatrices.
Ces cheveux rouges, en bataille.
Ces yeux clairs perçants.
Mais surtout, ces poignets sans chaîne.
Il me regarde.
Je cligne des yeux.

Ce n'est pas un mirage.

Je sens, au plus profond de moi, comme une brise d'espoir. Un vent de liberté.

« C'est donc toi, mon Briseur de Chaînes ?

-LMS-
0 0
Score : 797

C'est super ! Rien à dire ! A part quelque fautes c'est tout !

On dirait un moment de la vie de Kylira .

0 0
Score : 3313
[HRP] Ios merci , mais arrête de tout reporter sur ton personnage ! xD Sur ce voilà la suite smile [HRP]

La nuit se leva sur le désert , les étoiles montrèrent leurs brillantes lumière illuminant le ciel de milles feux. Damon s'endormis rapidement , quand à Aïden il passa son temps à surveiller les alentours , puis il observa le ciel , en pensant a de meilleur lendemain. Il s'allongea de tout son long sur le sable , les bras croisé sous la tête , petit à a petit le sommeil le gagna et il s'endormis au creux des bras de morphée.

Le lendemain , il entendit une voix masculine , petit à petit il sortis de ses songes , et vit Damon déjà debout , s'entraînant non loin du camp. Il se frotta les yeux , et se releva lentement en sentant la chaleur du soleil sur sa peau , il enleva sa veste noir et l'accrocha autour de sa taille , laissant voir son torse bronzé.

Il se dirigea vers le camp , marchant dans les cendres du feu de la soirée , puis il se dirigea vers Damon en faisant de grande signe avec ces bras.

- Hé ! DAMON ! , hurla-t-il en s'en briser la voix.

Le dit en question , repris sa veste posé par terre et l'enfila rapidement avant de se diriger vers son frère d'arme.

- T'es enfin réveillé , tu as vraiment le sommeil lourd ! , râla le brun.
- Ahah , j'devais sûrement penser a des trucs coquins dans mon sommeil... , repris le rouge avec un filet de bave sur les lèvres.
- Imbécile... On ferais mieux d'y aller , fit Damon en prenant les devants.


Malheureusement il avait perdue leurs dragodinde en chemin , et il devait donc continuer à pied. Ils marchèrent sous le soleil brûlant du désert , se dirigeant vers la ville macabre , Brakmar. Elle était maintenant le lieu de résidence de Rushu , mais comme Damon avait toujours aimé les défis , ainsi que son coéquipier , Aïden , ils avaient tout deux pris sa pour un challenge de haut niveau. Histoire de testé jusqu'où leurs capacités pourraient allés.

Peut-être était-ce sa qui les différenciés bien des autres ? La folie à l'état pur , en même temps il faudrait être assez fou pour que des rebelles aillent dans la ville même du grand roi des démons.

Après des heures de marche , ils parvinrent à quitter le désert , et enfin à arriver a Brakmar , ils se réfugièrent au sud de Brakmar , dans une petite chapelle abandonné. Maintenant qu'ils étaient arrivés à destination , il leur fallait trouver des rebelles , pour pouvoir contrer les shushus , mais surtout Rushu lui même en personne. Depuis la mort de leur famille , c'était leur unique et seul but , la vengeance.

- J'vais essayer de trouvé quelque truc a grignoté en ville , dit Aïden.
- Te fait pas remarquer , le conseilla le sram.

Aïden était quelqu'un justement qui aimer bien se faire remarquer , même les conseils de son plus précieux ami ne lui ferait pas changer sa nature. Il se dirigea rapidement a travers les ruelles les plus sombres et les moins fréquentés de la ville , il s'arrêta quelques instant quand il croisa un regard véron , bleu et vert , ses yeux étaient magnifiques mais semblait être éteint de tout espoir.

Ses cheveux blonds et son petit corps frêle donna pour la première fois à Aïden de grand frisson. Côté coeur , que sa proie soit une femme ou un homme ne changer en rien , tant qu'elle lui plaisait c'était primordial. Mais quand il le vit , des chaînes accrochés a ses pieds comme un vulgaire esclave , et que sont regard croisa le sien , il vit lentement les lèvres du petit blond bouger.

C'est donc toi, mon Briseur de Chaînes ?

Son sang se mit à bouillir et rapidement , sans se soucier , de l'avenir , du passé , ni même du futur , il s'élança vers lui , sous le regard ahuris de tout les autres esclaves , mais surtout sous le regard noir que lui lançait les shushus.

Il pris le petit blond par la taille qui se mit à rougir , ses joues semblait en parfait accord avec les cheveux du beau roux. Il rapprocha sa bouche de son oreille.

- Moi c'est Aïden , t'inquiète pas , j'vais briser tes putain de chaînes... , fit-il d'une voix rauque qui fit frissonner le petit blond.

Le petit blond en eut le souffle couper.

- Reste derrière moi , lui ordonna-t-il.

Il hocha la tête et l'écouta.

Aïden fit quelque pas en avant , les mains dans les poches de son pantalon , sa veste toujours accroché a sa taille.

- Les shushus hein... Z'êtes vraiment qu'dés merdes... COMME VOTRE PUTAIN DE ROI ! , hurla-t-il avant donner un coup de poing phénoménale sur le sol.

Le sol se releva en direction des shushus qui se firent écrasés par les pierres , sous le regard ahuris de tout les autres esclaves , les sourcils violemment froncés , une aura meurtrière et bestiale l'entourant , il se tourna vers les esclaves. Avec un simple geste de main toutes les chaînes se brisèrent.

- Vous êtes libres maintenant , dit-il avant de se tourner vers ce petit être qui lui avait fait ressentir un tas d'émotion étrange qu'il n'aurait cru jamais ne plus ressentir.

Il posa ses mains dans ses poches , et se rapprocha du petit blond.

- Par contre toi t'viens avec moi...

A SUIVRE ! biggrin

[HRP] A toi LMS wink [HRP]

0 0
Score : 2098

Mon Briseur de Chaînes.
Il est là devant moi.

« Vous êtes libres maintenant.   

Mon espoir. Mon étoile. Ma liberté. Mon rêve.
Il se rapproche de moi, les mains dans les poches.

« Toi par contre, t'viens avec moi...

Je viens vers lui, ma tête se nicha au creux de son ventre. Je sens ses abdomens musclés. Je l'enlace.

- Merci, mon Briseur de Chaînes.

-Aïden, j'te prie.   

Je lui prends la main. Ça l'énerve sûrement. Mais je veux qu'il sache combien il est important pour moi. Qu'il sache que je ne veux pas le perdre.

On commence à avancer, ensemble . Je me blottis contre lui.

Avec lui, je n'ai peur de rien.
Parce qu'il me protège.
De tout son corps.
De tout son cœur.

Nous marchons une bonne vingtaine de minute comme ça. Je suis toujours collé à lui.

J'ai laissé derrière moi mes confrères. C'est triste. J'ai grandi avec ces personnes, et malgré toute la souffrance, la douleur et l'humiliation que nous ont fait subir les Shushus, je me sentais bien avec eux, même si l'on ne se parlait pas du tout et qu'un certain égoïsme régnait là-bas. Mais même. C'était un peu... Ma « famille    on va dire. Je suppose... Je ne sais pas tellement ce qu'est une famille en fait.

Je fixe mon sauveur intensément. Si je lui demandais ?
Je remarque qu'il est incroyablement beau. Magnifique. Séduisant.
Il se rend compte que je le dévore des yeux. Je le détourne. Timidement, je le regarde de nouveau.

« Dit, Aïden...
- Ouais ?

Je deviens hésitant. En fait, ma question est sûrement idiote.

- Bah vas-y accouche ! Qu'est ce qu'il y a ?
- Euh...

Je ne dis plus rien. Apparemment, il lâche l'affaire.
Mais je ne veux pas abandonner.

- C'est quoi exactement une famille ?

Je m'attendais à une moquerie, une raillerie, un rire. Mais rien de tout ça. J'ose un regard.
Le sien se promène vers l'au-delà de l'horizon.
Ai-je dis quelque chose qu'il ne fallait pas ?

-Une famille c'est...

Je remarque un tremolo dans le son de sa voix. Il marque une pause. J'entends son souffle.
Je le connais. Combien de fois l'ai-je fais ?

Un souffle plein de souffrance.
De douleur.
D'humiliation.

Il reprend d'un ton sec :

- Il y a un daron, une daronne. Ils font des trucs, et après ils ont des enfants. C'est tout.
- C'est tout ?
- Ouais.
- Et euh... Il n'y a pas autre chose en particulier ?
- Ta gueule.

Je rougis de honte.
J'ai honte. Très honte. Trop honte.

Aïden, dans ton cœur persiste une incroyable douleur. Une blessure qui ne s'est pas refermé, qui n'est pas refermé, qui ne sera jamais refermé, sûrement.

Tu reprends ma main, me ramène contre toi. Tu me prends dans tes bras.
Tu me sers fort, très fort, trop fort. Au point de sentir sur ma poitrine ton cœur en train de battre en accéléré.
En fait, tu as besoin de moi autant que j'ai besoin de toi, c'est ça ?

Même si nous n'avons pas reçu la même douleur, nous souffrons.
Mais nous rêvons, parce que nous sommes encore humains, et des rêves, nous en avons encore besoin.

Après un long moment, je me sépare de son étreinte. Je le regarde dans ses yeux clairs. Une larme s'enfuie de mon œil. Puis deux. Puis trois. Et cela devient impossible pour moi de les compter.
Il passe sa main dans mes cheveux pour me consoler.

Je me blottis à nouveau contre lui.

-Ca va aller, c'est fini maintenant... Il ne te feront plus de mal.
-C'est pas pour ça que je pleure, dis-je entre deux sanglots.
-Beh alors, c'est pour quoi ?

Je ne te réponds pas. Je ne veux pas te répondre.
Ca te blesserai en quelque sorte. Et je ne veux pas te blesser.

Je réalise que tu es comme moi, mon Briseur de Chaînes.

- C'est quoi ton nom, en fait ?

Je relève la tête. Je fais tout pour arrêter ces fichues larmes.

- Islaz.

Il me donne sa main.
Je la regarde. Mes doigts passent entre les siens, s'enlacent amoureusement.
Il me murmure :

-Avançons, Islaz.   

C'est ce que nous faisons.

Je me retourne.
Derrière moi s'éloigne ma prison, mon calvaire.
Devant moi s'approche le rêve, la liberté.

Nous marchons quelques heures comme ça. Nous ne disons rien. C'est comme si quelque chose flotte dans l'atmosphère, et nous en profitons avec délice. Sa main emprisonne toujours la mienne. Son corps chaud se colle au mien.

Une église abandonnée se dresse devant nous. Elle est complètement délabrée et n'a plus aucun plafond, sûrement détruite par les Shushus de Rushu. Les vitraux autrefois magnifiques qui représentaient le Chaos d'Ogrest sont brisés, et les statues des Douze Dieux sont décapitées.

Un vitrail retient mon attention. J'y vois Dathura, en train de tomber dans les abysses du temps..
Je me demande si je ne réussissais pas à réaliser mon rêve, je connaîtrai le même sort qu'elle.
Je n'ai pas le temps de résoudre cette énigme qu'une ombre se dessine sur la fenêtre.

Je me tourne vers Aïden.
Il avance avec une certaine confiance.
Il lâche ma main, ses doigts filent entre les miens. C'est désagréable. Je me sens abandonné, même si ce n'est pas vrai...

Je reste sur place.

Je le vois entrer dans l'église.

« Hey ! Damon ! J'sais que t'es là, crie Aïden.
- T'étais où ? J't'attends depuis dix piges là.

Cette voix m'est inconnue, mais avec la familiarité avec laquelle il parle à mon sauveur, cela doit être l'un de ses amis.

- 'Scuse mec, j'avais à faire !
- T'as ramené la bouffe ?
-Ah, merde...
-Bah voilà, on peut compter sur toi , gronda l'inconnu.

C'est là que je décide de les rejoindre.
Je passe l'ancienne porte.

Aïden se trouve dans la nef central, tandis que l'autre, un Sram brun, ne portant aucun masque, est assis au rebord d'un vitrail.

-C'est qui, ce petiot, demanda-t-il.

Je ne trouve pas le courage de répondre, mon sauveur le fait à ma place.

-Islaz.
-Tu l'as trouvé où ?
-A quelques lieux d'ici. C'tait un des esclaves de Rushu.
-Et les autres, t'en as fait quoi ?
-Je les ai libéré.
-Et pourquoi y a que lui qui t'as suivi ? Où sont les autres ?

Aïden se tait. J'ai l'impression qu'il est gêné de répondre à cette question.

-C'est moi qui ai décidé de le suivre, dis-je à sa place.
-Et les autres, ils sont devenus quoi ?

-Ils sont morts !

Je me retourne brusquement : c'était un Shushu qui avait pris la parole. Il esquisse un sourire sadique et du feu s'échappe de ses narines.

-Et vous allez connaître le même sort, pauvres humains !   

D'autre démons apparaissent de toutes part. Devant, derrière, à droite, à gauche, du ciel.

Je cours vers Aïden, mais un des êtres malfaisants me barre la route. Un souffle enflammé s'échappe de ses lèvres et me brûle l'épaule. Je tombe à la renverse.

Son pied m'écrase. Il s'approche de moi ; je sens son haleine putride.

« Merde.   

-LMS-

0 0
Score : 1004

Franchement, l'histoire est pas mal!!!
C'est dommage que l'orthographe gache tout!!
J'attends la suite!!!!
Mais pas trop d'gros mots car il se pourrait qu'un modo vienne sanctionner!!!

0 0
Score : 3313
[HRP] Merci Maston , et voilà la suite ! smile[HRP]

Le regard de Aïden et Damon avaient changé dès que ces démons étaient rentrés et Islaz l'avait bien
remarqué, leurs coeurs étaient remplis de haine et de vengeance.

- On va encore devoir s'taper du menu fretin, t'en penses quoi Damon, fit Aïden, affichant un sourire dément sur les lèvres.


Le dit Damon relève sa tête en direction de son camarade et émet un souffle blasé.

- C'est ennuyant.


Islaz, lui, tremblait de peur, et n'arrivait pas à garder son sang froid comme le faisait les deux autres. Ses jambes se cognèrent fortement, et ses yeux devinrent humides, presque sur le point de pleurer.
Les shushus commencèrent à rire , un rire sadique , qui fit frissonner le petit blond. Il se demandait vraiment si il allait sortir de cette situation. Il fixa Aïden d'un regard suppliant.

- Aide moi...


Ces deux simples mots le firent réagir en à peine quelques secondes. Du sang sortit du sol, juste en face du shushu qui se tenait face à Islaz. Il pris la forme d'une lame et transperça le shushu de toute part. Islaz eut une envie de vomir en voyant les organes du shushu se déverser sur le sol. Il regarda ses mains et constata que le sang lui avait giclé dessus. Il émit un cri de peur et de folie.

Aïden avait connu ce même sentiment dans le passé, ce sentiment de peur, de folie et de haine, la vision du corps de sa famille, tous morts, se déversant de leur sang sur le sol.

Il allait leur faire payer.

Les lames de sang firent leur apparition sur les poignets d'Aïden qui fonça droit sur les shushus en les perforants un à un , sous le regard effrayé d'Islaz , qui essayait de calmer ses frissons et ses tremblements, ainsi que ses cris de terreur.

Damon, quant à lui, sorti ses deux katanas aux manches noires et sauta dans le vide, rejoignant au milieu de la pièce Aïden. Ils se retrouvèrent dos à dos,encerclés par les shushus qui ricanaient , mais ce qu'ils n'avaient pas compris, c'est qu'ils étaient déjà morts d'avance.

Aïden et Damon se mirent à courir vers les shushus et les décimèrent. Le premier qui venu vers
Aïden fut embroché au niveau du ventre, le deuxième, derrière lui, se prit un coup de pied dans la mâchoire et traversa la paroi de la petite chapelle.

Damon, quant à lui, les découpa, un à un, toujours sous le regard d'Islaz, qui était en train de devenir fou.

Une fois le massacre terminé, l'église ressemblait à un bain de sang. Les murs, le sol, et même le plafond étaient tapissés du liquide pourpre.

Aïden et Damon remarquèrent qu'Islaz poussait des cris de terreur. C'était ça, la triste réalité de ce nouveau monde de terreur. La loi du plus fort, que ça soit mentalement ou physiquement.

Il fallait survivre.

Quand Aïden voulu rejoindre Islaz, le petit blond se mit à reculer en hurlant.

Quand il se heurta au mur derrière lui , Aïden se rapprocha de lui , tendit que le petit se débattait férocement. Mais quand il lui fit une étreinte , il cessa toute défense et se laissa emporter par ses grands bras chaud et puissants.

- Va falloir qu'tu t'y habitues , Islaz , dit Aïden d'une voix rauque,
- Aïden , on ferait mieux d'y aller , les autres vont rappliquer , fit remarquer Damon.

Il prit le petit entre ses bras, puis ils sortirent de la chapelle et traversèrent Brakmar, de toit en toit pour enfin arriver à la frontière de la ville. Il sautèrent du haut de la muraille, atterrissant sur leurs pieds , tel des félins.

- On fait quoi maintenant ? , demanda le jeune sacrieur au cheveux rouge.
- On va monter un camp pour la nuit , j'connais un coin désert ou y'a pas un rat , on y va , expliqua le brun.
- Et c'est où ? , repris Aïden , tenant entre ses bras le petit blond qui était recroquevillé.
- Le village de Gisgoul.


A SUIVRE !


[HRP] J'te laisse la suite LMS ! :p [HRP]
0 0
Score : 2098

Du sang.
Des organes.
Des cadavres.
Des membres.
Des os.

La scène de ce massacre me revient sans cesse. Plus j'essaie de l'oublier, plus elle revient me hanter.

Je me souviens de tes yeux que tu avais à ce moment là. On dirait ceux d'un fou sanguinaire.

Tous les Shushus que tu apercevais, tu les tranchais, embrochais, découpais, taillais, déchiquetais, démembrais, dépeçais.

Je ne veux pas que mon Briseur de Chaînes soit un homme corrompu par la colère.
Je ne veux pas que mon Briseur de Chaînes soit un homme corrompu par la haine.
Je ne veux pas que mon Briseur de Chaînes soit un homme corrompu par la soif de vengeance.

Tes bras chauds autrefois chaleureux et réconfortants sont maintenant repoussants. J'ai juste envie de m'enfuir loin, loin de toi et de ta folie.

Malgré le fait que je sois exténué, je n'arrive pas à m'endormir. Et j'ai peur de fermer les yeux.
Parce si je les ferme, je revois encore ce bain de sang. Et je n'en ai pas envie.
Pas du tout.

Je ne veux plus revoir ce regard haineux. Ça ne te ressemble pas.
Ne t'avise pas de recommencer ce massacre, mon Briseur de Chaînes.

J'essaie de capter ton regard. Pour te transmettre ce que je ressens en ce moment même.
Mais tout ce que je vois, c'est la vision de ton visage, couvert de sang.

Je me crispe devant cette horreur.

Je cache mon visage dans mes bras. Je me sens glisser vers le sommeil, dans le creux de ceux de mon sauveur fou.


« Il dort le petiot ?

- Ouais j'crois.

Aïden regardait intensément Islaz. Il savait que ce qu'il avait fait subir à ce dernier risque de le traumatiser assez longtemps, mais il n'avait eu pas le choix.

- Au fait pour Gisgoul, t'es sûr de ton coup ? J'croyais que ça avait été complètement détruit et qu'il reste pus rien, demanda le Sacrieur.
- Ouais, mais y a encore une partie en ruine et y a une rumeur comme quoi y a des rebelles là-bas.
- Ah ouais , fit Aïden, sceptique. T'as entendu ça où ?
- Je sais pas, c'est des rumeurs, tu les entends partout, répondit Damon.
- Et si y a des Shushus, qu'est ce qu'on fout ?
- On les tue. Comme tous les autres.

Le Sacrieur écarquilla les yeux à l'entente de cette réponse. Il serra un peu plus son protégé qui se trouvait entre ses bras. Ce dernier semblait tourmenté dans son sommeil.

- Ouais mais...
- Ouais mais quoi ? Tu vas me raconter quoi encore comme conneries ?

Il y eut un moment de silence pendant quelques secondes.

- Nan rien, soupira finalement Aïden.

Il serra un peu plus son protégé qui se trouvait entre ses bras.


« Je ne veux pas te faire revivre ça, Islaz   


J'ouvre à nouveaux mes yeux.

Les bribes de mon cauchemars me reviennent, j'essaie d'oublier. Rien à faire. Du sang, des cadavres, des membres, des os...

Je me relève, c'est déjà la nuit ; apparemment, ils ont marché toute la journée.

Damon et Aïden ont allumé un feu à l'intérieur d'un monticule de terre , je les vois en train de cuire des brochettes de bouftou. L'odeur m'emplit les narines, je commence à avoir l'eau à la bouche.

Je me lève, je vais vers eux. Damon sent ma présence.

« Yo mec ! Bien dormi, demande-t-il.

Je me contente de hocher la tête.
Aïden essaie de capter mon regard, mais je l'évite. Je ne veux pas le regarder pour l'instant. D'ailleurs, j'en suis complètement incapable.

Je m'assois entre eux deux, en essayant d'être le plus loin possible d'Aïden. Le Sram me donne une brochette. Je la dévore complètement sans laisser aucune miette. Il rit.

- Eh beh, t'avais la dalle mon bonhomme !

Il décoiffe mes cheveux. Je rougis un peu. C'est la première fois que je reçois un geste affectif de la part de quelqu'un. Je n'avais reçu le moindre câlin de ma mère jusqu'ici .

Je regarde furtivement Aïden ; il surveille si sa brochette n'est pas en train de brûler. Je remarque qu'il a grise mine, c'est parce que je l'évite un peu ? Il sent la répulsion que j'ai pour lui ?

En fait, je me demande si ce dégoût est exagéré ou pas. C'est vrai, en fait, je viens juste de le rencontrer, c'est à dire ce midi.

Je prends une autre part, que j'engloutis aussi.

« Où sommes-nous ?
- Dans les ruines de Gisgoul, répond le Sram.
- Des ruines ?

Je regarde autour de moi ; effectivement il y a des restes de murs et des babioles un peu partout par terre caché par la pénombre de la nuit.

- Qu'est ce qu'on fait ici ?
- On cherche d'autres rebelles, dit Damon.
- D'autres rebelles ?
- Pour tuer Rushu.

Cette fois-ci, c'était Aïden qui avait pris la parole.

Je répète, incrédule :

- Tuer Rushu ?
- Bah oui, pauvre con ! On a un putain de mec qui se permet de tuer nos Dieux il nous impose une vie de merde et tu crois qu'on va se laisser faire ?!
- Aïden, calme toi...
- Non j'me calme pas, crie-t-il, ce con et ses Shushus de mes deux ont tué et mis en esclavage des putains de millions d'autres gens !
- Mec, si y a des Shushus aux alentours, ils vont nous entendre...
- Eh ben qu'ils m'entendent ! Qu'ils viennent ! Je zigouillerai chacun d'eux !
- Aïden, soupire son ami, ferme la.
- Mais putain ! Tu veux que j'me la ferme après tout ce qu'ils nous ont fait subir ?! Ces ordures nous ont privé de nos familles ! La TIENNE, et la MIENNE !

Damon se lève et le frappe. Si fort que le Sacrieur tombe à la renverse. Il se relève, essuie le filet de sang qui coule de sa bouche.

- P'tit con, éructe-t-il.

Aïden renvoie la pareille, en deux fois plus fort. Ils échangent ainsi coups de poings, coups de pieds, coups de tête. Aïden soulève Damon et le renvoi à quelques mètres.
Alors qu'il essaie de se relever, son adversaire le cloue au sol.
Il commence à se défouler sur lui.

Moi, je suis pétrifié.
J'ai peur. Je veux m'interposer entre eux, mais ma lâcheté me cloue au sol.
Je ne sais pas quoi faire. Je mets ma tête entre mes bras, je ferme les yeux.

Et je revois.
Je revois le bain de sang.

Du sang. Des cadavre. Des membres. Des os.

Les poings d'Aïden couvert de sang.
Le corps sans vie de Damon.

C'est ce qui arrivera si je ne fais rien.

Je murmure : « Arrêtez   

Ils continuent.

Je dis un peu plus fort « Arrêtez   

Ils continuent.

Je libère ma tête de mes bras. Je crie de toutes mes forces, à pleins poumons. Je veux que le monde entende.

« ARRÊTEEEEEEEEEEEEEEEEZ !!   

L'écho de mon cri résonnent entre les murs, entre les montagnes et se laisse porté par le vent.
Aïden se fige complètement. Il se tourne lentement vers moi.

« Merde, merde, Islaz... jure-t-il.

Il abandonne Damon. Je vois son visage défiguré, couvert d'ecchymoses et de sang.
Il vient vers moi.

-Merde, Islaz, je suis désolé, je voulais pas...

Sa main effleure mon épaule. Je l'évite. Je le regarde, apeuré.
Il ne comprend pas ce qu'il m'a fait subir.

Je souffle :

-Ne t'approche pas. Reste loin de moi.   

Il reste figé, abasourdi.
Je cours vers Damon.

Le pauvre est affaibli par les coups du fou. Je pose mes mains sur son torse, et j'essaie de le soigner avec la maigre magie Eniripsa que je connais. Un flux vert passe de mes mains vers sa poitrine.

« Ca va aller ?   

Comme pour répondre à ma question, Damon essaie de se relever, mais je vois bien qu'il est faible.

Soudain, on entend un bruit sourd. Plusieurs même. Tout le monde se retourne, sur ses gardes...

« Ca viens de là bas, dit Aïden en pointant là-bas.

Je ne vois rien du tout. Le fou prend une branche enflammée de notre feu et pointe vers l'obscurité. On distingue enfin un vieux temple abandonné. Il décide de s'aventurer, seul.

-Putain, attend nous !   

Le Sram se lève enfin mais avec difficulté, pour mieux observer.

Je le prend par dessus l'épaule et nous marchons ensemble.

On entre dans le temple.

Je cherche Aïden des yeux.

Il n'est pas dans les parages. Où est-il ? Mon visage se perle de gouttes de sueur. Je suis inquiet pour lui.

J'entend un bruit de pas. Une ombre féminine. se détache, vient vers nous. Je distingue son long manteau de plume, ses cheveux bleus bouclé, ses yeux dorés et sa lance. Elle a une certaine assurance dans sa démarche presque féline. Et puis, elle fait un geste de la main. Un corps tombe du ciel.

« AÏDEN !   

Je laisse Damon à son triste sort pour m'occuper de mon sauveur fou. Il s'écroule, mais, j'en ai rien à faire.

Je veux le prendre dans mes bras, sentir son corps contre le mien.

Mais la femme m'en empêche en écrasant ses bottines sur le corps de mon sauveur.

De quelle droit ose-t-elle souiller le corps de mon Briseur de Chaînes avec ses chaussures crasseuses ?

Je la regarde.

Elle me regarde.

De haut, j'ai l'impression qu'elle me domine, qu'elle m'écrase, qu'elle me soumet, qu'elle me surpasse, que c'est elle la prédatrice et moi la proie.

Et pour bien me le faire comprendre, elle prend sa lance l'enfonce avec malice et plaisir dans mon ventre.

-L
MS-

0 0
Score : 3313
[HRP] Et voilà la suite =P [HRP]

Cette femme mystérieuse venait en un instant de bouleversé leur plan de rébellion. Aïden tenta de se relever , mais il sentis la paire de talon aiguilles de cette sadida sur son dos.

- Sa... Salope ! , hurla-t-il de rage.


La femme sadida prit Aïden par ses cheveux rouges, ses yeux dorés à la pupille fendue transpercèrent le regard du jeune sacrieur. Elle se rapprocha de lui , la bouche ouverte comme si elle était affamée, ou l'on pouvait apercevoir ses gros crocs d'un blanc immaculé.

- T'as vraiment envie de crever comme ton p'tit copain ? fit-elle avec un air presque félin.


Il ne répondit rien , et se contenta de regarder Islaz. Ses yeux étaient emplis de haine et de rage. Il regarda l'endroit où était reposé Damon quelques secondes plus tôt mais il ne le trouva pas.

Où était passer ce fumier ?!

La femme se releva , elle l'avait bien remarquer aussi qu'il n'était plus là , sur ses gardes elle se mit a regarder autour d'elle en essayant de cherché Damon. Ses sens en alerte , en quelques secondes elle se retrouva projetée contre un mur , ses yeux grand ouvert, elle sentit une lame sous sa gorge , elle reconnut directement le sram brun.

Les sourcils froncés , les yeux en orbite , elle n'en crut pas ses yeux. Cet homme était beaucoup plus rapide qu'elle, elle émit un feulement tel un chat en colère.

- Finis de jouer chaton , fit Damon avec un sourire sournois presque sadique.
- Ferme ta gueule ! lui répondit-elle.

Damon esquissa un sourire et resserra sa lame sur la gorge de cette femme.

- Pardon ? J'ai mal compris ! reprit-il.


Damon regarda Islaz , il était en train de se vider de son sang. Rapidement il se tourna vers Aïden , celui-ci compris directement , il se releva et partis aussi rapidement qu'une furie vers Islaz.

- Islaz... , fit Aïden l'air mélancolique.


Celui-ci avait les yeux a moitiés ouverts , suffoquant. Le coeur d'Aïden émit quelques battements de coeur puissant.

Il était en train de mourir.

Islaz...
0 0
Score : 2098

Je vais mourir.

Tout s'est passé très vite, je ne comprends rien de ce qui s'est fait, je ne daigne même pas à m'en souvenir.

Je regarde incrédule mon sang s'écouler progressivement, décrivant un cercle pourpre autour de moi.

Je suis dans ma bulle ; les fracas métalliques des armes de Damon et de la Sadida, me parviennent embrouillé, tels des sons venant d'un rêve.

Je quitte ce monde, lentement mais si sûrement.

Je repense à ma vie.
Qu'elle était misérable. Si misérable que personne ne va se souvenir de moi.

Je vois flou. Les sons me paraissent lointain, les battements de mon cœur ralentissent, ma respiration devient haletante. mes sens m'abandonnent, la douleur ne se sent plus. Je ferme les yeux. Je suis prêt à donner mon ultime souffle lorsque j'entends une voix. Sa voix.

Elle est incompréhensible, sourde, comme un murmure, un écho venu de nulle part mais je sais qu'il m'est destiné.

Mon Briseur de Chaînes.

Je sens sa main qui prends ma tête et la pose sur ses genoux.

Je ne comprends pas tout ce qu'il dit, mais je sais qu'il jure comme à son habitude et que je dois me réveiller.

Pour lui, j'ouvre les yeux mais difficilement. Son visage mate semble si torturé, ses traits si durs. Quelques mèches rouges me caressent le front.

Je vois sa bouche s'ouvrir, criant quelque chose . Aïden me désigne ma blessure et le sang qui s'écoule abondement. Il me secoue très fort en m'insultant. Alors pour l'apaiser, je lui souris et articule quelques mots à peine compréhensible. Ça ne fait aucun effet ; au contraire, sa colère redouble. Il me secoue encore avec plus d'acharnement et me frappe même. Il crie, hurle à s'en briser la voix. Il est prêt à tout pour que je reste en vie, même si il faut me blesser encore plus pour qu'il que je m'accroche encore quelques infimes secondes à la réalité.

Il s'arrête. Aïden s'approche de mon visage et murmure doucereusement pour que je puisse comprendre ses paroles.

« S'il te plaît, vis.

Désolé.

- Tu ne peux pas mourir comme ça.

Je m'excuse.

- Ne meurs pas.

- Pardonne moi.

C'est tout ce que j'arrive à dire.

Il se tait. Ses sourcils sont froncés, ses yeux pleins de colères.

- Merde, c'est tout ce que tu as à dire ?! T'sais quoi ? J'en ai rien à foutre de tes excuses de mes deux ! Tu tiens vraiment tant que ça à mourir ? T'es qu'un lâche Islaz. Un putain de lâche égoïste qui n'essaie même pas de se battre pour sa propre vie ! Tu me dégoûtes !

Ces paroles brisent mon cœur déjà meurtri. J'enrage de ses insultes qu'il me crache au visage. Non je ne suis pas un lâche ! Non je ne suis pas un égoïste ! Je suis tout ce que tu veux, sauf ça ! Je vais te montrer qui je suis vraiment, et crois moi, tu ne seras pas déçu.

Une aura bleue commence à m'entourer. Mon cœur bat de plus en plus vite. Je retrouve mes sens, ils sont même décuplés. Le visage de mon sauveur se fait de plus net Quelque chose coule dans mes veines se propage . Ca me rend puissant, énergique.

Vivant.

Je me retire de l'étreinte d'Aïden. Je prends son col et je m'approche de son visage.

- Je ne suis pas celui que tu crois !

Il me regarde incrédule. Il ne comprend pas ce qu'il se passe. Moi non plus d'ailleurs. Je ne comprends rien du tout. Tout d'un coup, des ronces sortent du sol et enlacent Aïden. Ils entourent ses membres, prêt à l'écarteler.

La Sadida.

Je cherche Damon des yeux, et je le retrouve à ses côtés, inconscient.

Je vois qu'elle me toise avec une certaine curiosité.
Elle sourit. Je vois qu'elle passe sa langue entre ses dents avec un certain délice.

Son arrogance me dégoûte.

Je m'approche vers elle.

« Fais pas le con Islaz ! Arrête-toi !   

Je ne fais pas attention aux conseils d'Aïden et continue d'avancer jusqu'à ce que je me retrouve en face d'elle.

On se défie du regard. Je veux qu'elle baisse les yeux devant moi, qu'elle voit ma puissance nouvelle.

C'est moi qui la domine, qui l'écrase, qui l'a soumet, qui l'a surpasse. C'est moi le prédateur et elle la proie.

Mais elle ne l'entend pas de cette oreille.

Elle dégaine sa lance.

Le combat peut commencer.

[Allez, fait péter Tatii smile]

-LMS-

0 0
Score : 3313
[HRP] J'entre en scène , AHAH biggrin [HRP]

Aïden sentis les ronces lui transpercé la peau , petit à petit , une torture. En hurlant des mots incompréhensibles , il regarda Damon , allongé au sol.

- BORDEL DE MERDE ! , hurla Aïden a s'en briser les cordes vocales.

Islaz écouta le supplice qu'était entrain de vivre Aïden , le courroux emporta son corps tout entier , il courut aussi vite qu'une furie sur la sadida , qui tenait sa lance droit devant. Elle donna un coup sur Islaz qui l'évita avec une agilité hors pair , tel un félin , il bondit sur le mur. Il fit un sauta périlleux en arrière et se retrouva derrière la sadida , lui tenant le cou fortement.

- Relâche le sinon j'te brise le cou , fit Islaz , comme s'il était posséder.

La sadida , les sourcils froncés , hurla de rage avant d'enlever les ronces qui avait transpercé le corps du sacrieur. Elle n'en revenait toujours pas , ou est comment ce gamin avait acquis une tel combativitée ? Aïden , quand à lui , affaiblis , tomba à terre en crachant du sang , il se dirigea en rampant jusqu'à Damon et le releva , les deux étaient bien amochés et regarder Islaz avec un air incrédule sur le visage.

- Vous êtes venus pour me tué c'est sa ? Rushu , vous as envoyé parce que j'suis un monstre née d'une mère sadida et d'un père shushus ? C'EST SA HEIIN ?!! , s'égosilla-t-elle.

A SUIVRE...

 
0 0
Réagir à ce sujet