FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

[RP / Divers / Histoire?] LA BOXE SUFOKIENNE (de sous la surface)

Par Maraoka 24 Octobre 2020 - 17:14:57
Extrait du Le Ring Sufokant Magazine, numéro spécial n°03 : l'Histoire de la Boxe Sufokienne. Rédigé par Hair-2D2. Imprimé en 975, tiré à 9.999 exemplaires. 


Cela faisait un bon moment qu'aucun de nos numéros n'avait traité plus en détail de l'Histoire et les origines de la Boxe Sufokienne. C'est avec un partenariat avec la Fédération Sufokienne de Boxe qui nous laissera profiter de ses archives photographiques et photogravées, que nous avons donc la joie d'écrire cet article aujourd'hui dans ce numéro spécial dédié à l'historique de la discipline. Une occasion rêvée pour nos jeunes fans de la première heure de découvrir les origines du Noble Art, et une autre pour les vieux et fidèles du milieu pour vous replonger dans de beaux et profonds souvenirs. Préparez vos moteurs et armez-vous de vos plus belles carrosseries vintage, car nous allons sans plus attendre plonger avec nostalgie dans le temps…


LA NAISSANCE DE LA BOXE SUFOKIENNE.

Le sport de la boxe tire ses origines bien avant le chaos d'Ogrest ou l'immersion de notre ville chérie au plus profond de l'océan. Cependant, ce fût, lors de l'isolement de la ville au fond de l’océan, une pratique et un sport bien marginal et très peu répandu dans la société sous-marine, alors considéré comme violent et souvent associé à l'image des gros-bras de certains groupes mafieux et peu scrupuleux.Mais les avancées et prouesses des techno-mages de l'époque allaient toujours plus loin, réalisant des prothèses toujours plus avancées et des robots plus performants. Des combats de machines furent d'abord organisés dans le quartier sombre et peu recommandable des abysses. Le succès des combats, entraînant des paris dans les caves des vieux bars miteux, rendit rapidement la pratique populaire auprès des jeunes techno-mages des quartiers populaires de la cité avoisinant la grande décharge. Ces derniers se joignirent au domaine, construisant des robots de combat sans trop de moyens mais avec beaucoup d’ingéniosité à partir des machines jetées à la décharge.

Rapidement, quelques lieux iconiques naissent de ces débuts éparpillés. La pièce de rechange, La mer à boire, Le saoul marin, ou encore le désormais célèbre Bar Tabasse... Autant de noms maintenant oubliés ou célébrés par les boxeurs de la cité. Ce sont dans ces lieux que la culture de la boxe s'est développée. Très vite, des combats de cyborgs furent organisés, par certains gangs notamment comme le gang originel de Boteul Strite et ses fameuses distilleries, d'abord spontanés et donc illégaux, donnant lieux à des paris sur les vainqueurs.

Un commerce juteux et lucratif commença à se faire, et peu à peu, afin d'aligner tout le monde sur les mêmes règles et justifier des paris loyaux, des règles furent instaurées. Comme la séparation des combats entre Cyborgs et Modifiés, devenant deux catégories bien distinctes (Pour rappel pour nos plus jeunes lecteurs, ce que le vieux terme “modifié” désigne, à l’inverse des “Cyborg” qui sont des humains partiellement modifiés, sont des esprits humains totalement transférés dans des corps métalliques, le gros de notre population actuelle).

Bref les prémices des règles de la boxe Sufokienne étaient nées.


LE DÉVELOPPEMENT DU SPORT ET SON INSCRIPTION DANS LA CULTURE POPULAIRE

Le sport étant de plus en plus populaire et s'étendant aux classes moyennes en plus des classes sociales les plus précaires, les autorités décidèrent d'encadrer la pratique, afin d'éviter les bavures encore trop nombreuses, et d'officialiser les règles en les adoptant. La FSB, ou Fédération Sufokienne de Boxe fut créée et chargée d'organiser la pratique. C'est à ce moment qu'une nouvelle catégorie fait son apparition plus officiellement dans les papiers en plus des cyborgs et des modifiés ; les robots, de simples machines faites et programmées pour le combat. Les combats de robots existaient depuis bien longtemps, mais la pratique n’avait jamais été plus encadrée que ça, et la création de la FSB fût une belle occasion de légaliser ces combats pour le gouvernement.
Ces trois catégories bien distinctes ne peuvent se combattre. C’est l’une des premières et plus importante règle. Le degré de violence et de moyens étant extrêment différent d’une catégorie à l’autre.

Le sport de la Boxe Sufokienne était né.

Grâce à l’officialisation du sport, des lieux officiels et dédiés furent très vite aménagés en plus des lieux iconiques des débuts. Le Ring Sufokant, le plus connu et à l'origine de ce magazine spécialisé, la mer de Cell, ou encore La Reine Fracassante
Autant de lieux combats ayant chacun leurs spécialités et devenus des références, pouvant accueillir de nombreux spectateurs autour des rings, avec leur lot de compétitions légendaires, comme le tournoi du Roi de La Reine, le tournoi de Cell (ou les réparations sont interdites entre les combats), ou encore le Sufoke Sufokia ! (un tournoi ou un boxeur affronte seul à chaque round le double d’adversaire qu’au round précédent).
Tous ces lieux et ces compétitions ont toutes vu passer des champions et références aujourd’hui de l’histoire de la Boxe Sufokienne. Parmis eux nous pourrions citer Rock Ybolboa champion du monde sous-marin durant 7 ans consécutifs. Brute Lee réputé pour sa maitrise exceptionnelle de ses prothèses. Helmut le concasseur, le fameux Steamer travaillant à l'origine dans les carrières des abysses. Popy Poing-d'Acier et son ascension fulgurante, réputée pour être sa propre mécanicienne. Frank Eushtagne le monstre de fer, un Steamer dont le corps est l'assemblage de plusieurs robots. Saille Tama au poing dévastateur. Le jeune et fulgurant Ipo Makuno Chi, champion de trois championnats professionnels à ses 16 ans. Ou encore Oil Might, le boxeur toujours souriant malgré la difficulté et sa pose iconique, le poing levé

Au fil du développement du sport, la relation entre boxeur et mécanicien s'est étroitement mélée. La boxe sufokienne a notamment permis l'essor de nombreux techno-mages aujourd'hui plus que célèbres, et sont pourtant pour beaucoup partis de rien en se faisant un nom grâce à leurs inventions sur le ring. Nous pourrions par exemple citer Rosy la Riveteuse, Cutty Flamme, Nicole Atesla, ou encore des groupements de techno-mages réputés comme Galet La Compagnie, Hanry Forde Moteur Compagnie, ou Micheulin et Cie.

C'est notamment par sa relation étroite avec la technologie et ses avancées, que la boxe sufokienne est devenue populaire si rapidement et qu’elle prit une place plus importante dans la culture de la cité. À partir de là, toutes les strates de la société, des plus basses jusqu'aux plus hautes, s'intéressèrent de plus près au sport et les innovations technologiques qui en découlaient.


LA BOXE SUFOKIENNE AUJOURD’HUI

Aujourd'hui, de nombreux clubs existent, entraînant les futurs champions qui s'affronteront sur le ring (et qui feront sûrement l’objet d’un futur article du magazine). Les compétitions sont disputées pour la plupart dans les lieux mythiques et dédiés que nous citions plus haut.

Le sport semble aujourd'hui globalement accepté par les Sufokiens, et la culture de la boxe a su se faire une place dans la culture sous-marine en évoluant étroitement avec la technologie, comme de nombreux autres sports. De son origine modeste, et ayant porté dans ses premières heures des champions issus de classes populaires, la boxe sufokienne véhicule des valeurs de ténacité, d'espoir, d'innovation, de combativité et de détermination dans l'imaginaire collectif. 
Bien que la discipline soit encadrée et officielle, certains combats, manifestement illégaux, continuent de se produire dans la sphère privée et sombre du quartier des abysses. Chapeautés par de vieux gangs et des organismes mafieux, il n'est pas rare d'entendre des histoires de combats mélangeant les catégories ou faisant abstraction des règles instaurées par la Fédération Sufokienne de Boxe et qui finissent, sans trop grande surprise, mal. 
Heureusement pour nos lecteurs et boxeurs, la compétition officielle en tant que professionnel ou amateur bat aujourd’hui son plein. Et il n’a jamais été aussi facile de s’inscrire dans un club, de trouver un coach et un mécanicien.

C'est ainsi que notre article sur l’histoire de la boxe sufokienne s’achève. Mais ne vous en faites pas, comme nous aimons surprendre nos lecteurs et les gâter. Nous vous avons concocté, à la suite de cet article une suite d’images et photographies des lieux iconiques, des champions historiques et des combats les plus épiques du fonds de l’océan, sorties tout droit des archives de la FSB !

En plus de ça (oui oui, on est généreux à la rédaction) en compagnie de ce numéro spécial, et pour rhabiller votre chambre d’adolescent fanatique, un superbe poster du célèbre Rock Ybolboa au tournoi du Roi de la Reine en 946 ! De quoi vous continuer de vous mettre un peu de bulles dans les yeux malgré la fin de notre superbe article.

Votre journaliste préféré, Hair-2D2.


La suite du magazine est composé d’une vingtaine de photographies pleines pages des plus grands noms, lieux et moment de la boxe sufokienne, qui pourront notamment illustrer certaines des mentions de l’article ci-dessus.


[HRP] Voilà un article que j'ai rédigé pour m'aider à construire l'histoire d'un de mes personnages, mais je trouvais plus intéressant de le partager sous une forme un peu plus drôle ! Je me suis appuyé sur des bases du lore que j'ai pu trouver sur le Forum ou en discutant. Si il y a des incohérences que vous relevez, ou même si vous voulez prendre appui sur ça pour vos propres personnages (qui sait ?) et que vous aimeriez portez quelques modifications ou mentions à cet article, hésitez pas à me le dire je me ferais une joie de le modifier ! Chaque infos, nom et élément de contexte que j'ai pu imaginé son en gras et italique dans le texte.(comme ça) Merci d'avoir lu et hésitez pas sur les retours c'est toujours sympa ! [HRP]
8 -1
Réagir à ce sujet