FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

[Journal RP] Le jeu de Carte

Par TodoKirin 09 Janvier 2019 - 18:30:19
Au sud de Kelba se trouve un Havre-Sac, celui de la famille Ephira. Il est toujours rempli de joie et d'amour et une pièce, la chambre de Vivalira Ephira. A l'intérieur de celle-ci on y trouve de nombreux jeux, cartes, dés ou encore pelote de laine. Sur son lit se trouve une peluche chacha avec une poche ventrale où se trouve quelques feuilles. La première page est constituée de gribouillis ainsi que des dessins de carte. La deuxième page elle est bien différente.

[HRP]

Ce journal sera constitué de plusieurs pages que j'écrirais au fur et à mesure du RP de mon Ecaflip. Ephi écrit à cause de l’ennui mais elle fait aussi cela en faisant un nouveau jeu. Vous en saurez plus dans les différentes pages. Bonne lecture à vous.

[HRP]

 

Dans un jeu de carte classique, les As sont souvent les meilleures cartes du jeu.

L’As de Cœur est considéré comme la carte la plus bénéfique du jeu. Il porte les valeurs du cœur, à savoir tout ce qui touche à l’émotion et le monde du sentiment. Il indique la réussite sentimentale et le succès en amour. L’As de Cœur dégage alors une image chaleureuse et aimante.
Dans le tarot divinatoire, il pourrait être assimilé à un mélange entre le « Monde » et « l’Amoureux ».
Le monde dans la mesure où il représente le triomphe, la gloire, la puissance de l’individu sur les éléments qui l’entourent. L’Amoureux pour ses attributs sentimentaux et bien affirmés, le Cœur.
Il symbolise le foyer, la famille, la maison.
L’As de Cœur représente aussi « son moi », ce qui est en lui, ce qui le touche, quelqu’un ou quelque chose qu’il aime : ce qui concerne donc une union, un lien affectif, ce à quoi il aspire, qu’il aime, comme un souhait, un projet affectif ou qui lui tient à cœur.

Le Roi de Cœur lui représente un personnage d’âge mûr au regard bienveillant.

Il évoque la protection, l’abondance de richesses et la réussite économique. Un personnage remarquable, il séduit par sa clairvoyance et sa culture qui impressionne ce qu’il croise.

C’est deux cartes représentent chacune l’amour qu’il porte aux personnes qui lui sont cher.

Il apporte alors l’amour à sa famille, à son aimée, à ses amis ainsi que ce qui ont besoin d’amour en leur apportant un peu de chaleur. Rien qu’un sourire de lui peut faire sourire de nombreuses personnes et en émouvoir beaucoup.
Mais il apporte aussi la connaissance et le savoir à toutes ses personnes.
Cet As de Cœur et ce Roi de Cœur sont liés et m'ont fasciné depuis mon plus jeune âge et continuent toujours et perdura à jamais.
Il est important dans le foyer de là où je vie, à Kelba, il évite les ennuis ainsi que les problèmes en nous protégeant et nous aimant sans limite, il n’y pas de barrière à l’amour pour ce que l’on aime.
Un bisou chaque matin et chaque soir avec un je t’aime avant de s’endormir pour ne jamais l’oublier ni même s’en séparer. A chaque blessure, petite ou grande, il était là. Toujours, pour me consoler et me dire que ce n’était rien et que j’en deviendrais simplement plus forte.
Il resserre les liens de la famille grâce aux sentiments qui nous a à tous appris chaque jour depuis que je suis arrivé en ce monde magnifique qu’il m’a fait découvrir mais impose aussi le respect si cela est nécessaire. Je sais qu’il ne me laissera jamais tomber même le jour où il partira rejoindre Ecaflip, de là-haut il me protégera, me guidera et m’aimera.
J’espère qu’Ecaflip l’accueillera avec tout l’amour, la chaleur, la joie et le jeu comme cet As et ce Roi m'ont accueilli quand je suis venue le rejoindre lui ainsi que ceux qui m'ont tant aimé et chéri.
Il impose le respect à tous et m'a toujours soutenu dans tout ce que je faisais, je suis heureuse qu’il est, soit et sera à mes cotés.

A Arials Ephira, mon papa. 
5 -3
Réactions 13
Score : 3642
[HRP]

Meow ! 

Premier chapitre intéressant, j'aime beaucoup la métaphore tout au long du texte expliquée à la fin grâce à la phrase "À Arials Ephira, mon papa." ça donne beaucoup de sens au texte et ça le rend plaisant ! 

J'aime beaucoup cette thématique autour du jeu de carte, en vrai je jalouse un peu heh. Le personnage d'Ephira que je connais pas beaucoup du fait que je n'ai RP qu'une seule fois avec, sous Haankor, mais qui m'a l'air intéressant, hâte de voir la suite ! 

Voilà ! 

Katze~

[HRP].
1 0
Score : 1599

[HRP]

Hoi! ^^

Merci pour tes compliments, ça me fais très plaisir!^^
Comme je l'ai dis Ephi fait cela pour s'occuper tout en jouant d'une certaine manière pour éloigner l'ennuie.
Je suis contente que cela t'ai plus^^
La suite arrivera très vite!

A une prochaine! wink

[HRP]

2 0
Score : 1599

La Dame de Cœur représente une femme d’un âge incertain, elle pourrait être une jeune femme, une mère, une épouse ou même une grand-mère. Son coté universel lui confère une image forte.

Dans le monde professionnel, la Dame de Cœur peut indiquer une femme qui impacte la vie professionnelle. Il s’agit d’une personne fortement impliquée dans la société ou dans les affaires, qui par ses actes opère une grande influence.

Comme l’As et le Roi de Cœur, elle représente tout ce qui touche aux sentiments.
Cette Dame est essentielle au sein de la famille.
Auprès de son aimé, elle l’aide à prendre des grandes décisions qui sont plus ou moins importantes, lui porte l’amour dont ce Roi à besoin ainsi que son soutien, elle lui tient la main et ne la lâchera pour rien au monde.
Auprès de ses enfants, elle les conseille, règle tous les problèmes, en apportant tout l’amour qu’elle peut donner. Oui, je crois que c’est ça le plus important, l’amour qu’elle donne à ses enfants et son aimé. C’est pour cela que c’est la plus belle et la plus fantastique des Dames de Cœur.
Elle se retrouve souvent derrière son Roi, car c’est son rôle de la protéger mais ce Roi juste il sait qu’il pourra toujours compter sur elle. Comme moi, je sais que je pourrais toujours compter sur elle.
Ma Dame de Cœur m’a aidé pour mes devoirs, à me montrer qu’elle avait confiance en moi et il y a quelque mois, me dire qu’elle acceptait que je découvre le Monde des Douze.
Elle a fait cela avec mes frères et sœurs et reste auprès d’eux même s’ils sont partis loin comme moi qui commence à passer un peu plus de temps à Bonta mais je crois que cela la rend heureuse que je découvre ce monde dont le Roi de Cœur m’a tant parlé.
Enfin de compte je pense que ça lui fait aussi du bien d’être un peu seule avec le Roi. Elle a passé beaucoup de temps à s’occuper de moi ainsi que mes frères et sœurs.
Pour moi, cette Dame de Cœur est une femme forte, une épouse amoureuse et une maman protectrice et aimante.
Si elle n’avait pas été là, tout aurait été différent. Je ne serais pas ce que je suis aujourd’hui.
Et ce que je veux lui dire à cette merveilleuse Dame de Cœur c’est un grand merci et que je suis fière d’elle et de ce qu’elle a fait de moi.

A Mawene Ephira, ma maman.
3 0
Score : 3642
[HRP]

Meow ! 

Bon chapitre dans l'ensemble, le seul bémol que je vois là tout de suite est l'absence de substance et notamment  -mais pas seulement- vis-à-vis du background, on en découvre très peu sur Ephi dans ce chapitre, quoique l'autre d'avant aussi, mais c'était moins flagrant à mon sens. Le "mais pas seulement" vient du fait qu'ici j'ai l'impression que tu répètes beaucoup de fois la même chose mais avec d'autres mots, exemple : 

 "Auprès de son aimé, elle l’aide à prendre des grandes décisions qui sont plus ou moins importantes, lui porte l’amour [...]".
"[...] l’amour qu’elle donne à ses enfants et son aimé.".
"une épouse amoureuse [...]".


Tu vois où je veux en venir ?

En somme : Un chapitre agréable mais qui manque à mon avis de contenu. Hâte de voir la suite pour en découvrir toujours plus sur ce personnage !

Voilà !

Katze~

[HRP].
1 0
Score : 116
En l’an 956, la Dame de Cœur accoucha d’une première portée ainsi qu’une seconde en 961 et la troisième en 964.

La première portée fut composée de deux petits, un garçon et une fille.
Le garçon est donc le Valet de Cœur.
Le Valet de Cœur est un jeune homme célibataire, gentil, juvénile, de temps en temps immature.

Petit, il aimait se battre avec les enfants de sont âge dans la cour de l’école mais juste pour arrêter les vilains garçons qui embêtaient ce qui était seul ou les petites filles. Il était apprécié par les autres élèves même si le professeur lui ne l’entendait pas vraiment de cette oreille.
Il revenait souvent avec un œil au beurre noir ou des griffures sur le visage mais il ne perdait jamais son sourire et savait que ce qu’il faisait, du moins pour lui, c’était bien.
La Dame de Cœur n’appréciait pas cela et lui disait chaque jour d’arrêter et qu’il finirait avec de gros problème s’il ne l’écoutait pas et qu’il ferait mieux d’apprendre les jeux du Monde de Douze plutôt que de se bagarrer. Mais il ne l’écoutait pas et appris vite à se battre avec des armes et ses poings. Le Roi de Cœur lui donnait quelques leçons même si la Dame était contre.
Le Valet continuait de défendre les autres et apprenait de nouvelle technique seule, il était très fier de lui jusqu’au jour où la Dame de Cœur lui dit qu’il irait dans une grande école à Bonta. Voyant que cela rendrait heureuse la Dame il accepta et prépara son balluchon pour partir à Bonta. Il n’avait que sept ans mais était déjà prêt à découvrir le Monde.

Il revient huit ans plus tard, retrouvant sa famille qui s’était bien agrandi. Et oui il découvrit une petite fille de sept ans qui ne pensait qu’à jouait toutes les secondes de sa vie.
Chaque soir, le Valet de Cœur nous réunissait dans le salon et nous racontait ce qu’il avait vécu dans la magnifique ville de Bonta. La petite fille était toujours assise sur ses genoux l’écoutant intriguée par cette ville qu’elle n’avait jamais vue.
Le Valet resta alors à la maison et commença à l’aller sur le marché accompagné par la Dame et le Roi. Puis petit à petit c’est lui qui installait les produits, à faire quelques petites ventes puis il allait de temps en temps à Bonta pour vendre sur les marchés et rapporter un peu de kama.
Il acceptait de faire chaque soir une partie de dés ou de carte avec la petite et la journée il allait aider sur le marché de Kelba ou s’installait à Bonta pour vendre de temps en temps.

Il aime beaucoup ce qu’il fait, puis un jour il remarqua une nouvelle carte. Une magnifique carte sur le marché de Bonta. Il passait alors beaucoup de temps avec elle jusqu’à ce qu’elle accepte de l’aider sur le marché.
Le Valet lui demanda alors sa main et elle accepta.
A dix-huit ans, il se maria avec la jolie carte, c’était un très beau mariage et beaucoup de monde étaient présent.
C’est ce jour-là que la Dame de Cœur chuchota à l’oreille du Valet qu’elle était fière de lui et très heureuse, je me rappelle qu’elle en avait les larmes aux yeux mais un magnifique sourire sur le visage. Le Valet lui rendra alors un beau sourire.
Aujourd’hui, le Valet de Cœur n’a pas quitté le foyer. Il y vit avec son épouse et ensemble ils font souvent le marché de Bonta ainsi que celui de Sufokia.
Peut-être qu’un jour ils arrêteront de faire les marchés afin de mettre au Monde une nouvelle carte.


 Nayel Ephira, mon grand grand frère.
2 0
Score : 3642
[HRP]

Meow ! 

Chapitre amusant, peut-être pas assez mit en lien avec Ephi, mais j'ai passé de bonnes minutes à le lire. La famille de l'Ecaflip à l'air sympathique et hâte de voir la suite ! 

Voilà ! 

[HRP].
1 0
Score : 1599
 La dame de pique présente une femme hostile, seule, et négative.
En vérité, c’est qu’elle n’a pas choisi d’être cette carte. C’est pour cela qu’elle a deux visages, celui de son enfance et celui qu’elle a finalement choisi de devenir.
Etant petite, c’est une vraie petite fille joyeuse qui aimait Ecaflip et jouait pour lui, elle le priait au moins quatre fois par jour et s’en voulait terriblement si elle ratait une de ses prières.
Cette dame était aimée des autres cartes, elle avait tout pour être comblée avec ses parents ainsi que son frère le Valet de Cœur.
L’école pour elle était un plaisir, elle aimait apprendre et découvrir de nouvelle chose. Elle voulait toujours en savoir plus et rester jusqu’à tard le soir pour écouter les histoires du Roi de Cœur. La Dame de Pique ne pouvait s’empêcher de demander à chaque enfant de son école s’ils voulaient un cache-cache ou une partie de carte, mais elle était appréciée par la plupart des enfants et se moquaient de ce qui la critiquaient.


Puis petit à petit elle n’entendait plus que cela, des critiques, des critiques et encore, sans arrêt. Elle ne comprenait pas pourquoi plus elle grandissait plus les gens devenaient méchants plus particulièrement sur la discrimination entre les hommes et les femmes.
A ses dix-sept ans, quand elle décida de partir de la maison pour découvrir le Monde des Douze, la Dame de Pique décida d’aller en premier à Brakmar voir ce qu’on disait sur cette ville était si horrible entre les différents Hommes et être vivant, ainsi qu’envers les femmes.
Un an plus tard, quand elle rentra à la maison, la petite fille courra vers la Dame de Pique qui la repoussa gentiment.  Elle s’enferma dans sa chambre sans dire un mot et y resta pendant plusieurs jours, la petite fille venait chaque jour frapper à la porte de la Dame de Pique mais elle n’obtenait jamais de réponse. Jusqu’au jour ou la petite fille décida d’ouvrir la porte.

La Dame n’était plus la petite fille qui aimait jouer et faire sourire ses copines dans la cour de l’école. Elle s’était coupé les cheveux au plus court qu’elle pouvait, déchiré chaque robe de son armoire. Elle regarda alors la petite fille puis lui murmura quelques mots.

« Ne laisse jamais les hommes choisir à ta place. »

Puis elle prit son sac et partie du Havre-Sac. Je suppose que ce jour-là, elle alla sur le marché de Kelba pour aller voir la Dame et Roi de Cœur car le soir même quand la petite fille sortie de sa chambre, elle vit la Dame de Cœur entrain de pleurer mais cette fois ce n’était pas des larmes de joie.
La petite fille retourna dans sa chambre sans un bruit et sans que personne ne la remarque.
Le lendemain, la petite alla dans la chambre de la Dame de Pique, elle y trouva la Dame de Cœur. La chambre était presque vide, tous les dessins, tous les jouets ainsi que les vêtements avaient été emballé dans des cartons. La petite fille sortie alors du sac et regarda vers l’horizon comprenant que la Dame de Pique avait disparu laissant place au Valet de Pique.

Le Valet ne revint jamais au Havre-Sac de Kelba mais quelques lettres arrivaient jusqu’à Kelba de ça part. Même s’il avait décidé de faire sa route, il n’avait pas oublié ce qu’il avait vécu avec sa famille.

 A Vélira Ephira, ma grande grande sœur. 
3 0
Score : 3642
[HRP]

Haaan <3 J'aime beaucoup cette page et le personnage de la grande soeur qui, du coup, est devenu un grand frère (trans power, même si je n'en suis pas). Hâte, grosse hâte de lire la suite !

Voilà !

Katze~

[HRP].
1 0
Score : 1599

[HRP]

Hoi!^^
Merci beaucoup, j'ai mis pas mal de temps à faire cette page pour une résultat qui me plais.
A la prochaine wink

[HRP]

1 0
Score : 1599
 Après la première portée, la Dame de Cœur mit bât à la seconde quelques années plus tard. Elle fut composée d’un garçon et de deux filles. Le jeu de carte ne faisait que s’agrandir au grand plaisir de la Dame et du Roi de Cœur, même s’il fut de courte durée. Je vous en dirais plus dans une prochaine carte.

Dans cette portée, il avait le Dix de carreau. Petit, il restait un peu à l’écart des autres et se faisait discret mais cela ne semblait pas le déranger pour le moment.
Il aimait rester dans son coin de la cour pour que personne ne le dérange mais son professeur s’inquiéta rapidement qu’il ne s’intègre pas aux autres. Son professeur prit alors rendez-vous avec la Dame et le Roi pour leur expliquer le problème, ils regardèrent alors le Dix de carreau qui ne semblait pas très bien comprendre ce qu’il se passait.
On lui expliqua qu’il ne devait pas rester seul et apprendre à grandir avec les autres sinon plus tard cela lui porterait préjudice. Le Dix de Carreau écouta et fini par comprendre qu’on lui faisait des reproches et qu’il devait changer.
Il resta longtemps sans dire un mot et continua à rester seul, passant ses jours à dessiner sans sourire. Il dessinait tous les jours, assit à son bureau et s’en éloignait uniquement pour aller manger, dormir et aller à l’école. Oui, il allait toujours à l’école mais pendant les heures de pause il préférait rester dans la classe pour dessiner. Son dessin était toujours le même, un petit garçon seul.
Les gens autour de lui s’inquiétaient beaucoup et ne savait pas vraiment quoi faire, beaucoup pensèrent que c’était lié à sa naissance mais personne ne pouvait changer ce jour-là.
Un jour, sa sœur est venue le voir. Le Dix de carreau était en pleure et essayait de cacher son visage à sa sœur ayant un peu honte de lui. Sa sœur resta silencieuse, lui pris la main et ils partirent ensemble se promener dans tout Kelba. Le sourire du garçon était enfin revenu sur son visage, il découvrait des nombreuses choses qui lui était encore inconnu. De nombreuses personnes, des monstres, les commerces et le plus important Irmir.
Les deux enfants s’arrêtèrent devant un étalage couvert d’arme en tout genre, des dagues, des épées, des cartes et plein d’autre. Le Dix de Carreau était fasciné, il prit alors une dague et se coupa, le commerçant lui cria dessus lui disant de ne rien toucher s’il ne savait pas sans servir de plus que c’était dangereux. Le Dix de Carreau répond alors.
« Apprends-moi. »
Irmir fut très étonné par la demande de l’enfant, mais fini par hocher. Il emmena alors les enfants dans une plaine commençant à lui apprendre à maîtriser une épée et de revenir le lendemain s’il le souhaitait. Le lendemain le jeune garçon n’hésita pas une seconde, il sorti rapidement de son lit allant rejoindre Irmir pour en apprendre plus sur les armes et comment les maîtriser.
Chaque jour, le Dix de Carreau allait s’entrainer avec joie et enthousiasme. En rentrant de son entrainement, il racontait son « aventure » de la journée en montant sur la table comme un récit épique.

Les années passèrent et il apprenait toujours de nouvelles techniques. La petite fille, elle, ne comprenait pas vraiment le plaisir que le Dix de Carreau avait en se battant.
Un jour, quand il partit pour une de ses entraînements, la petite le suivi juste dans la plaine afin de comprendre ce qu’il avait d’intéressant dans le fait de se battre. Elle observa les deux hommes, faisant un peu de bruit, le Dix de Carreau se retourna vers elle la pointant de l’épée pensant qu’il s’agissait de quelqu’un d’autre. La petite fille apeurée partie en courant en pleure.
Le soir, la petite fille s’était enfermée dans sa chambre. Le Dix de Carreau essaya de lui parlait mais elle ne voulait pas le voir.
Pendant plusieurs années, ils ne s’étaient pas parler jusqu’au jour ou le Dix de Carreau annonça à sa famille qu’il allait partir à la découverte du Monde des Douze.
La petite fille alla dans la chambre du Dix de Carreau, elle s’assit sur le lit et lui fit de même. Elle s’excusa de ne pas lui avoir parler pendant tout ce temps et qu’elle regrettait, qu’elle avait enfin compris qu’il aimait se battre comme elle elle aimait jouer.
Le Dix de Carreau resta silencieux et pris la petite dans ses bras, ils restèrent un loin moment enlacé et silencieux.
La petite fille lui dit au revoir et resta un loin moment dans la chambre, comprenant qu’elle avait bien fait et que le Dix de Carreau était heureux qu’elle lui ai pardonné.
 

A mon grand frère, Elire Ephira.

 
3 0
Score : 116

[HRP] Bon, ça faisait un long moment que je n'étais pas revenue sur le journal d'Ephi. Je pense qu'aujourd'hui ce sera probablement la toute dernière aux vues des événements qui sont arrivés. Sur ce, bonne lecture ! [HRP]

L'écriture est bien différente que les autres pages. Quelques taches d'encre ont coulé sur la page fraîchement écrite. Le bas de la page étant griffé et forme alors un E majuscule.

Ma chère sœur, notre As de Pique,

Hier, pendant la fin d’un combat que j’ai lancé contre un Iop, j’ai reçu un corbac qui me demandait de rentrer au plus vite mais sans aucune précision. Cela me semblait bien étrange car je n’avais jamais reçu un message aussi inquiétant et avec si peu d’information. Je ne perdis alors pas une minute et retournai à Kelba pour savoir ce qu’il se passait.

Arrivée au Havre-Sac, je découvris chaque membre de notre famille présente. Je me dirigeai alors vers les personnes qui pourraient au plus rapidement me donner une réponse sur ce rassemblement si soudain. C’est alors que j’appris la terrible nouvelle. C’était un grand choc en apprenant chaque détail que j’ai pu obtenir même si la raison de cela reste encore inconnue de tous.

La Dame et le Roi de Cœur, comme tu les nommes dans ce journal, sont effondrés et ne comprenaient pas comment cela était arrivé ni personne ne savait ce qu’il avait pu se passer dans ta tête pour que tu en arrives là. Je suis donc allé dans le seul endroit ou j’obtiendrais peut-être une réponse, je m’en excuse d’avance. Je suis donc entrée dans ta chambre et j’ai cherché pendant des heures une réponse jusqu’à ce que je tombe sur ce livre. Je ne savais pas que tu aimais écrire mais cette écriture, ses cartes, cela te ressemble tellement. J’ai pris le temps de lire chaque page et plus particulièrement la mienne. La Cartes aux Deux Visages, arrivée à la fin je n’ai pas pu m’empêcher de lâcher quelques larmes puis je me suis rendu compte que tu n’avais pas terminé ton récit, qu’il manquait encore quelques pages et que je n’aurais sûrement pas de réponse de pourquoi tu n’es pas ou n’as pas pu aller jusqu’à la fin de tes cartes comme celle d’Elirira.

Aujourd’hui la tristesse remplie le cœur de toute la famille ainsi que les proches qui te connaissaient, nous avons beaucoup de soutien mais cela me parait tellement étrange alors qu’il y a quelques années nous passions nos journées ensemble à jouer et rire. J’espère que tu as pu rejoindre Eliria, ton aînée, tu voulais la connaitre alors qu’aucun de nous n’a pu le faire. Les prières que tu lui dédiais chaque soir. Je suis sûr qu’elle t’a accueillie à bras ouverts et que vous serez toujours ensemble et unie.

A toi, notre As de Pique, j’aurais voulu te protéger plus que je ne l’ai fait par le passé. J’aurais dû en faire plus pour toi en tant que ton aînée et j’espère que tu m’excuseras de là où tu es. Tu as toujours aimé cette As de Pique, la considérant comme la plus forte de tout ton jeu mais si je devais te donner une carte aujourd’hui serait l’As de Cœur car c’est ce que tu as, un grand Cœur.

Prend soin d’Eliria, toute la famille pense à toi et peut-être, de là où tu te trouves aujourd’hui tu nous soutiens et que tu lis les mots que j’ai déposé sur cette feuille. Nous t’aimons et t’aimerons toujours.

 A Vivalira Ephira, ma cadette.
2 0
Réagir à ce sujet