FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

[BG/RP] Karin Lern.

Par maia96 01 Juillet 2017 - 15:39:30

Chapitre 1 : La naissance d’une Lern.


Le Soleil se levait sur les plaines de Brakmar en ce matin du 4 joullier, et déjà des cris se faisaient entendre. Non, ce n’était pas un combat, une attaque ou la mort d’un bouftou. Ces cris provenaient d’une petite maison, à l’écart de toute civilisation, la maison des Lern, un jeune couple qui attendait un heureux événement. En effet, ce fut ce jour- là que Lora Lern, une jeune éniripsa de 24 ans aux longs cheveux blonds, décida de mettre au monde son enfant.

Le mari, Victor Lern, fut violemment mis à la porte par la sage femme, disant qu’elle n’avait pas besoin d’un père hystérique dans les pattes. C’est donc en faisant les cent pas devant la porte que ce futur père attendit, la peur au ventre, que son enfant naisse. Cet Écaflip bien bâtit ne connaissait que très peu la peur, lui qui jadis avait combattu sous les ordres de sa fière patrie Brakmar. La mort il l’avait affronté un nombre incalculable de fois, tellement même qu’il dut se retirer à cause d’une attaque qui lui coûta son bras droit. Heureusement, il rencontre la douce Lora, il tomba vite sous le charme de cette belle éniripsa, dont les yeux émeraudes vous faisaient oublier toutes douleurs.Il soupira en repensant à tout ces bons moments qu’il avait passé avec elle mais la peur revint quand il se tourna vers la porte, un énième cri retentissant. Il avait peur pour cette petite vie qui arrivait et pour sa femme. Et si il n’arrivait pas à s’en occuper ? Lui qui avait tellement de sangs sur les mains, pouvait il toucher cette âme innocente ? Cela, il en doutait. Il ne voulait en aucun cas salir sa fille, elle serait une belle enfant innocente.

Un énième cri retentit derrière la porte suivit d’un braillement d’un bébé. Sans attendre, Victor ouvrit la porte et se précipita à l’intérieur, regardant les larmes aux yeux sa petite fille qui criait à plein poumons. Ce fut la plus belle chose qu’il vit de ses yeux. Une jolie petite écaflip au pelage brun, une petite touffe de cheveux blonds qui partaient dans tous les sens et une jolie petite bouille mécontente qui pleurait. Il laissa la sage femme nettoyer son enfant et s’approcha de sa femme, la félicitant pour le travail.

-Elle est magnifique… murmura-t-il en l’embrassant, la prenant contre son bras.
-Oui… Notre petite Karin est en bonne santé… dit elle, plongeant ses yeux verts dans ceux bleus de son mari, l’air fatigué.

Ils se regardèrent ainsi un long moment jusqu’à ce qu’ils entendent la sage femme, une vieille Éniripsa de 50 ans, crier de surprise. Le jeune père s’approcha précipitamment et fut tout aussi étonnée que la femme. Son enfant venait tout juste d’ouvrir les yeux, et regardait le monde avec curiosité, s’étant arrêté de crier. Ses yeux étaient dorés, scintillant d’une lueur étrange. Chose étonnante sachant qu’aucune personne dans sa famille ne possédait des yeux aussi beaux et étranges que les siens. La petite regarda alors son père puis tendit ses frêles petits bras vers lui en pleurant et se manifestant, comme si elle savait qui il était. Victor secoua la tête en éloignant cette pensée absurde de son esprit et prit sa fille avec son bras, lui souriant.

-Bonjour ma petite Karin… Bienvenue dans la famille.. murmura-t-il en lui caressant ses cheveux, l’amenant vers sa mère.

La petite gazouilla et rigola, semblant heureuse d’être entourée de sa famille. La vieille éniripsa regarda la petite famille au complet et esquissa un petit sourire qui ne prévoyait rien de bon, cependant personne ne le vit, personne ne la vit partir. C’était comme si elle s’était volatilisée. Mais cela, la famille ne s’en occupa guère. Ils étaient enfin réunis et vécurent heureux, ne se doutant de rien… Mais le mal guette et les Lern n’échappent pas à la règle...


[HRP]: Soyez indulgent c'est mon premier BG ^^

0 0
Réactions 5
Score : 59
Chapitre 2 : Une enfant pas comme les autres.


 4 ans passèrent au sein de la petite famille. Les nouveaux parents se rendirent bien vite compte que leur petite Karin était hors du commun. En effet, elle apprit très tôt à parler et pleurait presque toutes les nuits à causes de cauchemars à répétition. Les parents ne comprenaient pas trop, normalement un enfant ne devait pas faire autant de mauvais rêves. Ils comprirent lors de ses 4 ans que leur enfant n’était pas normal. Karin pouvait deviner des choses improbables, comme par exemple la fois où elle dit innocemment qu’un groupe de Bouftou allait ravager le champ de son père, ce qui arriva bien évidemment.

 Les deux parents comprirent bien vite que la petite avait un don extrêmement rare, celui de voir l’avenir dans ses rêves. Ils décidèrent donc de prendre au sérieux les prémonitions de leur fille unique.

 Un jour d’hiver, alors que Karin dormait suite à une de ses crises de narcolepsies, un jeune Féca habillé de noir toqua à la porte. La jeune mère alla lui ouvrir et ne se douta de rien, le laissant entrer. Il se présenta comme un scientifique de Brakmar qui effectuait des sondages dans la nation, passant de maison en maison pour en savoir plus sur les habitants. Les jeunes parents y répondirent avec le sourire, ne se doutant de rien, discutant tranquillement avec cet homme qui était très sympathique aux premiers abords.

 Ce fut à ce moment là que la petite fille de 4 ans se réveilla et entra dans la pièce. Elle se frotta les yeux de fatigues et regarda un moment l’homme en noir, ouvrant grand la bouche et tremblotant.

 -Ma chérie, voici un gentil monsieur qui vient pour un sondage.. commence le père de famille en souriant.

 -Non ! Pas gentil monsieur ! Méchant monsieur qui veut faire du mal à Papa et Maman !! s’écria la jeune enfant, pointant le Féca qui étirait déjà un large sourire satisfait.

 Ce dernier se releva en souriant, devant les jeunes parents qui s’étaient éloignés et se mettaient déjà en position de combat. Cependant, ils ne pensèrent pas à protéger leurs enfants, qui fut attraper par un Sram qui s’était caché depuis le début de la conversation. Karin se mit alors à se débattre, criant et demandant de l’aide à ses parents, mais c’était trop tard, le piège s’était refermé sur eux.

 Le Féca s’approcha de la petite famille et immobilisa le couple sous les yeux horrifiés de l’enfant. Il plongea son regard bleu où brillait une lueur de convoitise dans les pupilles dorées de la petite Écaflip, venant lui caresser doucement la joue, un sourire satisfait aux lèvres.

 -Enfin… Enfin nous t’avons ma petite… murmura-t-il. Tu vas nous être d’une grande aide petite Lern…

 -Lâchez là !! s’écria Victor en tentant de se dégager de l’emprise du Féca, en vain.

 L’homme en noir se tourna vers le père un instant avant de reporter son attention sur l’enfant, une lueur de folie dans le regard.

 -Ma petite, ton Papa va te montrer ce qui arrive quand on est un échec pour sa nation d’accord ?

 Une fois sa phrase terminée, une glyphe s’activa et le pauvre Écaflip se mit à crier de douleur, se faisant brûler vif par le Féca fou. Il tenta de tenir, regardant son enfant qui pleurait et criait son nom mais, le supplice fut beaucoup trop intense. La dernière image qu’il eut avant de succomber fut celle de son enfant pleurant et de sa femme implorant le Féca de le laisser en vie.

 Ce dernier éclata d’un rire fou en voyant le magnifique spectacle qu’il avait devant les yeux. Il fut stopper dans son rire par la petite fille qui s’était mise à parler et chouiner.

 -Monsieur… S… S’il vous plaît… Pas maman… Maman a rien fait… Pas maman…

 Il la regarda impassible avant d’esquisser un sourire. Il hocha la tête en continuant de lui sourire.

 -Je ne toucherais pas à ta maman petite….

 Il laissa sa phrase en suspend, tandis que Karin soupirait de soulagement. Cependant son soulagement fut de courte durée, le Sram qui la tenait avait invoquer un clone qui tenait dorénavant la tête tranchée de sa mère. Elle regarda horrifiée le visage de sa mère, figé dans un cri d’horreur.

 -… mais lui si… dit le Féca en ricanant.

 S’en fut trop pour la petite qui finit par lâcher prise, tombant dans l’inconscience tandis que les deux hommes l’amenaient avec elle. Plus tard tout Brakmar mettrait la mort des Lern sur le compte de mercenaires d’une autre nation, qui voulaient se défouler sur un jeune couple. Plus personne n’entendit parler de Karin, ils supposèrent qu’elle mourut, dévorée par des bêtes sauvages. Personne ne connu la véritable histoire sur l’affreuse mort des Lern et l’enlèvement de Karin.



[HRP] : Voilà la suite! Dites moi ce que vous en pensez smile
0 0
Score : 1097

[HRP]  

Bonjour ! Je viens dire ce que je pense de ce premier BG que tu écris. Tout d'abord, bravo pour la première partie ! Tu prends le temps de raconter une scène de vie qu'on n'a pas l'habitude de voir racontée sur ce forum en détails, c'est frais, agréable à lire. La deuxième partie contient plus de problèmes, mais clairement pardonnables pour un premier BG, et même si c'est un style d'histoire dont je ne raffole pas, c'est propre, je n'ai pas relevé de fautes gênantes, c'est globalement bon ! Je t'encourage à continuer d'écrire, et si tu veux parler des quelques problèmes du deuxième passage ( encore une fois inévitables pour une première fois ), je serai ravi d'en discuter avec toi en MP. Merci de nous partager tes histoires, j'espère que tu en as encore en réserve !


- Le Conteur.
[/HRP]

0 0
Score : 59

Chapitre 3 : La sortie de l’enfer :

Le noir. Voilà où était là petite Karin, dans les ténèbres de Brakmar, enfermée loin de tout pendant 20 longues années. Le féca et le Sram qui l’avaient enlevés étaient du gouvernement de Brakmar, et avaient créé l’unité Espion, une unité regroupant exclusivement des enfants, des Brakmariens, possédants un don de voyance accru. Qui aurait cru que son don qu’elle était fier se retournerait contre elle.

Pendant les premières années dans ce centre, elle tenta de lutter, refusant de dire les informations lui venant en tête, mais elle le regretta amèrement. Le Sram se faisait un plaisir de la torturer, tout en la gardant en vie avec la vieille Eniripsa. Elle finissait bien sur par craquer, leurs donnant ce qu’il voulait, mais elle s’en voulait, se disant que ses parents devaient la rejeter d’où ils étaient maintenant… Gustav Marow, le Féca qui l’avait enlevé et le dirigeant de la base, s’intéressait beaucoup au cas de Karin. L’observant de près, venant jusqu’à la regarder dormir, l’écoutant marmonner. Il se disait que cette petite était l’atout indispensable pour Brakmar et qu’il ne la laisserait pas partir, sous aucun prétexte.

Il se mit alors à confectionner des armes dans le but d’améliorer le pouvoir de cette petite talentueuse qui, il en était sûr, irait loin dans la vie. Pendant vingt ans, il observa Karin, la regardant lutter mais échouer facilement, se laissant submerger par son pouvoir. Pour lui, c’était inacceptable qu’une perle comme elle puisse perdre face à ce pouvoir trop grand pour elle. Il fit une chose qu’il n’avait jamais fait de toute son existence : Il aida un cobaye.

Ce fut quand la petite Écaflip eu 24 ans qu’il vint la voir. Karin le regarda sans le voir, son regard étant vide de toute émotion, s’attendant à ce qu’on la réprimande, qu’on lui demande son rapport, et elle n’avait plus la force de répliquer. Son envie de vivre était vite partie, elle avait même oublié jusqu’à ses parents et sa vie d’avant. Son existence se trouvait dans ce centre caché de Brakmar, loin de tous avec pour seul but la recherche d’information.

Gustav s’approcha de la petite, un sourire bienveillant au visage, ce qui mis tout de suite le peu de conscience de la blonde en alerte.

-Bonsoir cobaye… susurra-t-il en s’approchant, une boite dans la main. Aujourd’hui cela fait exactement 24 ans que tu as été créé, te souviens tu ?

La petite secoua la tête, le regard baissé avec soumission et une lueur de peur dans les yeux. L’homme s’approcha encore d’elle, s’arrêtant seulement à un mètre pour finir par s’accroupir, lui donnant la boite. Il lui chuchota alors, un sourire terrifiant au visage.

-Utilise ça… Karin. Bientôt, très bientôt, tu pourrais être l’unique arme de Brakmar la sanglante… Grâce à toi, nous ferons de grande choses.

Il se releva alors, s’éloignant, un sourire aux lèvres, se dirigeant vers la salle des gardes. La jeune fille quant à elle, observa le paquet, l’ouvrant avec crainte. Quelle ne fut pas sa surprise de voir un paquet de carte dans la boite, des cartes divinatoires. Elle les prit alors délicatement, les mélangeant et les observant de plus près. Ce cadeau, elle le sentait, n’était pas commun, une sorte de mécanisme magique émanait des cartes, c’était étrange, mais elle sentait son énergie en elles. Peu à peu, elle se mis à reprendre conscience, la jeune Karin revint à elle, se remémorant enfin, après tant d’année, de ses parents, de leurs morts… et de leur amour. Elle se mit alors à pleurer, pleurer sans s’arrêter, des larmes de tristesses, de soulagement… et de haines se mélangeant.

Lentement, elle se releva, les chaînes qu’elle portait aux pieds cliquetant, sa main serrant les cartes avec force, comme si elles la maintenaient en vie. Elle inspira, fermant les yeux et se laissant submerger par son don, sa haine envers ce lieu amplifiant son contrôle tandis que les cartes l’aidait à gérer ce surplus d’informations. Elle ouvrit lentement les yeux, ceux ci ayant pris une apparence particulière, d’un doré unique, seulement du doré, pas de pupille, pas d’iris, rien, elle semblait comme en transe, plus elle-même. Lentement elle s’approcha des barreaux, d’une démarche souple et élégante, s’arrêtant juste devant, attendant.

L’attente fut de courte durée, en effet son geôlier arriva, le Sram, il venait récolter comme à son habitude les informations de son cobaye. Il fut fort surpris de la voir debout, immobile, devant la cage, à l’observer de ses yeux étranges et inexpressifs. La surprise fut de courte durée cependant, il reprit contenance et s’approcha, frappant les barreaux pour la faire reculer en lui parlant avec froideur.

-Le fond de la cage, l’arme. À moins que tu ne souhaites encore souffrir…Karin resta silencieuse, l’observant toujours et restant à sa place.

-Vous allez mourir… Chris Jodd. C’est triste, personne vous pleurera… dit elle lentement et avec froideur.

Le dénommé Chris la regarda avec stupeur, se demandant bien comment elle avait pu connaître son vrai nom sachant qu’ils utilisaient des noms de codes dans le centre. Il lui sourit avec froideur, invoquant son double, se préparant à la chattier comme il se doit. Cependant, elle fut plus rapide, avec une dextérité qu’il ne lui avait jamais vu, elle esquiva le double puis plaqua une de ses cartes sur son front. Il vit alors des images se succédant dans son esprits, trop d’images pour lui et finit par tomber, inconscient, au sol. L’Écaflip, récupéra les clefs et sortit, s’arrêtant sur le palier de la porte, observant son ancien geôlier. Avec froideur, elle récupéra un couteau et enfonça la lame dans son cœur, lentement, le faisant souffrir avec délectation. Un sourire flotta sur ses lèvres puis elle sortit enfin.

Dans toutes les salles qu’elle traversa, elle fit la même chose, tuant les personnes qu’elle rencontrait avec une sorte d’autosatisfaction intérieur. Quand toutes les personnes furent tuées, elle se dirigea vers la salle des gardes, où se trouvait le meurtrier de son père, Gustav. Ce dernier est penché sur ses dossiers, il lève ses yeux vers son arme favorite, la regardant avec étonnement et une pointe de fierté. Il sourit.

-Enfin… Enfin tu t’es libéré !!

Un rire fous s’échappa de ses lèvres tandis qu’il se relevait, s’approchant de la jeune femme couverte du sang de ses anciennes proies. Ses mains tremblées doucement, elle le sentait au fond d’elle, sa transe allait prendre fin, elle serait bientôt à la merci de cet homme. Alors, pour la dernière fois, elle parla.

-Gustav Marow… Tu vas vivre. Je vais partir.

-Héhé, bien sur ma chère enfant ! Pars, mais n’oublie pas… Sans moi tu n’es rien… susurra-t-il avec délectation. Tu m’appartiens, jusqu’à ta mort tu es à moi… Si tu pars, je ferais tout pour t’avoir, le gouvernement te cherchera sans relâche… Après tout… Tu es celle qui a tué, celle qui a survécu…

La jeune fille ne dit rien, se dirigeant simplement vers la sortie, tremblotant légèrement. Elle marcha, pendant encore quelques heures, elle marcha, pour finalement tomber inconsciente, dans les plaines de Brakmar. Plus tard, un avis de recherche tomba sur sa tête, le gouvernement la qualifiant comme une personne dangereuse et à risque, qu’il fallait la capturer et la ramener… vivante de préférence aux autorités. Gustav quant à lui, disparu, on n’entendis plus parler de lui mais il attend toujours le bon moment pour récupérer son arme, pour la dévoiler au monde.



[HRP] voilà le dernier chapitre, merci de l'attente! Je posterais surement d'autres BG ou histoires si cela vous intéresse! Si vous voulez connaitre plus en détail ce qu'a subit Karin, vous n'avez qu'à demander! Je le ferais avec plaisir! Merci d'avoir lu!! [HRP]

0 0
Score : 2598

[HRP]

" Attention à tes jolis yeux dorés, chérie, attention ~ "

M'hihihi, j'aime les pavés. Quelques petites erreurs de syntaxe par-ci par là mais on y sent de la bonne volonté, et ça c'est agréable.

Soutient ma belle.

[/HRP]

0 0
Score : 59
Épilogue et explication :

Si un jour vous passez par le Bibliotemple jeunes aventuriers, vous trouverez sûrement un livre ouvert, posé par terre. Toutes les pages de cet ouvrage sont barrées illisibles même, comme si une certaine personne voulait empêcher quiconque de le lire. Seule l’une d’entre elle sera visible, et traitera d’un sujet étrange et mystérieux, comme ce livre.

 Si vous, jeune aventurier, vous vous intéressez à ces notes, vous pourrez lire le traité suivant :

« L’œil d’Écaflip :

Voici ce que mes prédécesseurs ont nommé ce phénomène encore étrange et inexplicable. L’œil d’écaflip est en effet une anomalie de la nature, le sujet présente une sorte de capacité à voir au-delà du réel. Il peut transgresser les règles du temps et de l’espace en voyant le passé, le présent et le futur, des événements importants et forts.

Mes prédécesseurs n’ont pu savoir d’où provenait ce phénomène, si c’était bel et bien un don d’Écaflip, ou si, plus scientifiquement parlant, c’était une mutation du wakfu qui faisait changer leurs yeux en doré, tel leur dieu vénéré. En ma qualité de scientifique, j’ai pu expérimenter ce cas.

En effet, je me suis penché sur des sujets que l’on nomme avec barbarie des « voyant », cherchant parmi eux un sujet possédant ce don. J’ai donc mené le projet « Espion », une couverture bien évidemment, pour trouver cette perle rare.

C’est en été, que je découvris ce trésor, une jolie petite Écaflip aux yeux dorés possédant ce don de nature. J’ai bien évidemment dû éliminer les personnes non contaminées par cette « mutation » pour ensuite mener à bien mes expériences. Cependant, rien n’y faisait, impossible de comprendre ce mystère. La petite possédait bien le don mais impossible de percer à jour son secret.

En relisant les notes de mes collègues, je compris enfin. Son wakfu, tout était dans son wakfu. Je mis 10 ans de ma vie à créer l’outil parfait, pouvant canaliser son énergie et lui permettre d’utiliser le maximum de ses capacités un court instant. Ce n’était que temporaire bien sûr, quand elle contrôlera son don, l’objet ne lui sera d’aucune utilité.

Je lui offris cet outil et je partis, en sachant pertinemment qu’avec cet objet, je l’avais condamner. En effet, ceux qui découvrirent ce phénomène, comprirent bien vite que la suractivité de ce pouvoir, était désastreux pour le corps, de telle sorte que, plus le sujet utilise son don à son maximum, plus son espérance de vie diminue. »

Le texte se terminera ainsi, étant signé d’un simple G.M. étrange, sûrement la signature de l’auteur. D’ailleurs, pourquoi un tel livre se trouverait il ici, à la vue de tous ? Vous chercherez peut être à le découvrir aventurier, mais seul une phrase, écrite à la main en bas du texte sera inscrite.


« L’œil voit tout, cherchez le, il est parmi nous et bientôt, très bientôt, je le retrouverais. »


[HRP] Voilà ce qui cloture vraiment l'histoire de Karin, la suite sera en jeu! Bonne soirée! [HRP]
0 0
Réagir à ce sujet