FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

[Journal d'Aloma Mambo-Boo] Juinssidor, tas de rats tannants

Par shinyb 18 Juin 2017 - 12:11:37
Lien vers l'épisode précédent

18 Juinssidor,
Le Couvent Tripotant


Je suis de retour au couvent, de retour et bien vivante.

Mais que de temps j'ai perdu dans ces Ratacombes !

Par Xelor ! Cela m'a pris l'éternité et un jour pour parvenir à en sortir.

Pendant tout ce temps, les larves ninjas m'ont nourri et m'ont laissé observer leurs techniques de combat. Grâce à elles, j'ai pu aller plus en avant dans ce trou !

Mais le nombre de rats et leur puissance augmentaient à mesure que j'avançais, je me retrouvai à nouveau bloquée.

Dans cette pièce obscure et humide, mon pied marcha sur une ouassingue imbibée d'eau. Je mourrais de soif ! et c'était là la seule eau que je pouvais boire. Je m'attendais à boire une eau poisseuse, mais, à ma grande surprise, cette eau était pure comme tout droit jaillie de la roche.

J'avais étanché ma soif ; je restais malgré tout au même point, plantée là comme une cawotte en espérant que le Prince charmant vienne me délivrer ...

... Il déboula dans un nuage de poussière... un Osamodas vêtu de crasse de pied en cap !

- C'est quoi ça ? lançai-je. C'est vivant ?

- Ha ha ! Ne me méprisez pas ! Je m'appelle Darko, Général de Sufokia.

- Heu... cela me rappelle quelque chose ? Ne seriez vous pas un général déchu par hasard ?

- C'est exact ! Comment l'avez-vous deviné ?

- Ah ! C'est donc bien vous ! Voilà, je me souviens... votre histoire est bien connue dans le Monde des Douze, et on en a bien rigolé à Brakmar ! Vous êtes Darko le Crado, le seul Osamodas qui peut se vanter de ne s'être jamais lavé une seule fois dans sa vie.
Lorsque Sufokia est partie en conquête sur Bonta, votre armée avait à traverser les marais de Cania. Les boos, la saleté, les moskitos, tout ça vous plaisait tellement que vous y êtes resté à faire des bains de boos, tandis que Sufokia essuyait une des pires défaites de son histoire.

- Oh, si vous connaissiez le plaisir des bains de boos, vous seriez moins sarcastique.

- Que venez-vous faire ici ?

- Eh bien jeune fille, sachez que j'ai été expulsé comme un malpropre de Bonta. Les Bontariens m'ont mis dans le premier bateau pour l'île aux Moines. Pour repartir d'ici, le capitaine du navire me demande de lui apporter la bague Chouillarde, jalousement gardée par Ratachouille.

- Tiens ! C'est la même bague que la Mère Sup' m'a commandé d'aller chercher.

- Alors, je dois vous tuer.

- Par Jiva ! Pourquoi donc ? dis-je avec une lueur de frayeur dans les yeux.

- Parce qu'un anneau ne se partage pas !

- Haha ! Je m'en moque de cet anneau. Tout ce que je demande, c'est de déguerpir de ce trou à rats !

- Bien ! Bon ! Allons-y. Si vous me mentez, je vous tuerai.

Du coup, avec Darko le Crado nous formions une belle équipe, et notre avance dans les profondeurs des Ratacombes devenait simple et rapide.

Darko invoquait toutes sortes de boos, des rouges, des verts et des immatures, tandis que moi, j'étais aux petits soins dans son dos.

Enfin, nous arrivâmes dans l'antre de Ratachouille :

Il était monstrueux : le poil blanc comme neige, le museau pointu comme un ciseau, les yeux rouges-sang.

Il nous dominait dès les premières attaques :

Le Crado invoquait ses boos, et moi je hurlais mes mots curatifs de tout mon souffle.

Cependant, le Ratachouille esquivait toutes les attaques, et l'Osamodas commença à faiblir… critiquement… puis mourru. Je me retrouvais seule devant Ratachouille, sans aucune autre aide qu'un boo invoqué qui n'avait pas encore été réduit à néant… Je me préparais à mourir à mon tour...

Et là, il s'est passé quelque chose de bizarre : Ma ouassingue s'envola de mon sac tandis qu'un phénix, comme une flèche, traversa la pièce. Des braises ardentes jetées par les ailes du phénix saupoudrèrent la ouassingue qui prit une teinte écarlate et lumineuse.
Puis la ouassingue retomba sur le boo survivant, qui tout à coup s'enflamma, gonfla et explosa, réduisant le Ratachouille en poussière.

Je croyais halluciner, mais non ! Je frottais mes yeux : cela était bien réel !

J'ai récupéré la bague et adopté le boo orphelin de son maître en tant que familier. Et puis, je suis rentrée au Couvent Tripotant.
J'ai retrouvé la Mère Sup' encore plus acariâtre que jamais . Mais malgré toute sa méchanceté, je lui suis reconnaissante de m'avoir donné l'occasion de vivre une telle aventure.

Bon ! Le jour de l'ultime examen avance à grands pas. Je dois le réussir…

Je m'en remets à mes marques ! Je dois être prête.

Lien vers l'épisode suivant
2 0
Réagir à ce sujet