FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

[BG/RP] Le Sanguinolent Sec

Par Pandora-Le-masque 03 Avril 2017 - 14:21:15
Rapport n°147 de l'ère 975 du trois Apériel. 

Garde de Bonta la Divine : Jak Dutronc


Apparition d'une personne atypique dans la région, voilà maintenant quelques jours qu'un Sacrieur ressemblant plus à un cadavre qu'un humain, se ballade sur notre archipel. Mais le plus important à noter est qu'il semble se sacrifier pour n'importe quel humains. 

Le premier Apériel il aurait sauvé un groupe d'Huppermages en sortie dans la forêt de Tonkult. Il se serait Sacrifié pour eux durant une attaque d'abraknydes. 

D'après les étudiants : " Il serait arrivé comme une flèche, puis après une attaque éclair, les Abarknydes se seraient écroulés sur place... Sans lui, on était cuit!"

Le deuxième Apériel le disciple de sacrieur se serait transposé avec un Riktus pour éviter son exécution, destabilisant les gardes présents. Le Riktus aurait pris par la suite la fuite.

Nous sommes à ce jour incapables de savoir si nous devons mettre sa tête à prix. Après concertation avec l'archipel d'Amakna, nous hésitons. Il semblerait qu'Amakna ne se soit pas gênée pour mettre sa tête à prix. Bien que son visage soit souvent difficile à cerner. 

Fin du rapport. 

                                                                           Jak Dutronc, Garde de la forêt de Tonkult, Bonta.
2 -1
Réactions 8
Score : 1734
Rapport n°148 de l'ère 975 du sept Apériel. 

Garde de Bonta la Divine : Jak Dutronc

Depuis quelques jours, ce disciple de Sacrieur semble continuer ses actes. Mais nous ne sommes toujours pas en mesure de mettre une avis de recherche sur lui. De ce fait le dernier témoinage provenant des plaines de Karra ont permis de mettre en avant ses actes de bonté. Il aurait sauvé un groupe de paysans d'une attaque d'encapuchonés. 

Par la suite mon supérieur m'a demandé d'enquêter sur ce Disciple... Qui aurait cru que j'avais que ça à faire... M'enfin, on me paye pour. 

Mes premières recherches m'ont permis de localiser certaine de ses apparitions dans la ville mercenaire d'Astrub. Il semble y faire quelques passages. 

Je vais donc commencer mon enquête là bas. Essayer de comprendre qui il est et pourquoi agit-il sans aucun respect des lois. J'espère que je n'aurais pas de soucis sur le trajet. Je vais tenter de me faire passer pour un artisan du Destin. Cela devrait me donner une bonne couverture. 

Fin du rapport.


                                                          Jak Dutronc, Garde de la forêt de Tonkult, Bonta.
1 -1
Score : 1734
Rapport n°149 de l'ère 975 du dix Apériel. 

Garde de Bonta la Divine : Jak Dutronc

L'investigation a commencée. Et je dois avouer que je me prete pas mal au jeux. Je ne suis pas encore intervenue pour poser des questions aux habitants. Mais j'ai pu croiser le dis Sacrieur. Il ne paye vraiment pas de mine... On dirait un cadavre ambulant. Pourtant même en passant juste à côté de lui, j'ai faillis m'écrouler. Faut croire que je n'aurais aucune chance si je devais l'arréter. 

Il semble surveiller le parc à la demande du Vieux pâle. Maître des mecenaires d'Astrub. Donc si j'en crois mon bon petit cerveau, ce type est un mercenaire. Je l'ai entendue se dire Chasseur du Vall'. Je n'ai que vaguement entendue parlé de ce petit groupe. Un groupe de chasseurs qui aide le monde des douzes avec un système de contrats.

Donc pour le moment, ce Sacrieur se nomme Sin, c'est un mercenaire et un chasseur. Il surveille le parc pour éviter ses débordements habituels. Il semble plutôt apprécié dans le coin. Je vais essayer d'en savoir un peu plus. Peut-être qu'il serait temps que je pose des questions aux habitués d'Astrub.

Fin du rapport.


                                                          Jak Dutronc, Garde de la forêt de Tonkult, Bonta.
 
1 -1
Score : 156

LA SUITE ! LA SUITE ! LA SUITE !
:tap:Ju Bakuhatsu, créateur d'explosions et d'armes en tout genre.

0 0
Score : 1734
Rapport n°150 de l'ère 975 du vingt Apériel. 

Garde de Bonta la Divine : Jak Dutronc

Voici mon 150ème rapport... Par Feca. Ca se remplie vite tout ça. J'commence à avoir une pile de dossier que je n'aurais jamais cru avoir. 

J'ai reppris les investigations à Astrub, mais le Sacrieur fût difficile à trouver pendant quelques jours. J'ai pas réussis spécialement à me renseigner auprès des habitants. Mais pourtant, quand j'ai tout observer hier en cachette... On aurait dit une star Locale. Et voilà que plusieurs personnes le salut de loin, qu'un Huppermage prenne un portrait de lui, qu'un Roublard vienne lui serrer la main. On dirait clairement une célébrité locale. Allez savoir ce qu'il fait pour être connu comme ça.

Je l'ai suivis peu de temps après. Il est partit a Bràkmar. A ma grande surprise il a pris deux aventuriers novices sous son aile pour aller chasser des monstres. Ils sont passés par la Scarrière abandonnés, puis la Nécropoil de Morbax. Ils ont finit leurs tours sur les terres sauvages de Bràkmar. Je suis assez stupéfait. Ce n'est clairement pas un bandit ou un autre fou qui traine dans le monde. 

L'on pourrait croire presque que c'est un prêtre de Sacrieur qui arpente les terres des Douzes pour montrer ce qu'est la réel religion de Sacrieur. L'intérêt du Sacrifice pour autrui. L'entraide. La douleur. Le combat. Et le sang.

Le sang... Ce Sacrieur n'use jamais de tatouage. Il n'en porte même pas. Rare sont encore les disciples sacrieur qui se battent avec le pouvoir étrange du sang. Affuté comme une lame et bouillant comme la lave. Voilà ce qu'est le sang pour ce Sacrieur. 

Bien que sur le retour un groupe de Tofus Sauvage m'a aggressé, j'ai réussis à fuir. Mais ce ne fût pas sans quelques égratignures... J'écris ce rapport depuis l'hopital des gardes de Bonta. 
La suite... Et bien je pense aller me renseigner réelement sur le terrain. Je ne vois pas pourquoi je ne le ferais pas.

Fin du rapport.


                                                          Jak Dutronc, Garde de la forêt de Tonkult, Bonta.
2 0
Score : 1734
Récit ensablé, Lust Dessable. 

Première page,

Les vainqueurs écrivent l'histoire. C'est bien vrai. Mais pourtant tout le monde n'est pas vainqueur. Tout le monde n'est pas un héro. Tout le monde ne vie pas dans la joie et le bonheur. Tout le monde ne nait pas avec les mêmes chances. Et ce souvent ce qui fait notre différence. Le monde des douzes est diversifié. Il offre bon nombre d'histoires et de contes. 

C'est ainsi que vit la naissance d'une famille de Sacrieur, la famille Dessable. Cette famille trouve ses origines dans le désert sec et aride du Saharach. Même si la famille n'était qu'un petit groupe, leurs dévouement pour la déesse aux mains liées fît bien souvent parler d'eux. Transmettre sa parôle, son culte, enseigner les arts du sacrifice, tel est la destiné de cette famille. Respectueuse de l'humanité Douzienne, la religion est un point d'honneur pour eux. Ne pas respecter ses commandements et c'est la punition... Dans le dos de préférence. 

Ils établirent un village, dans le désert, près de quelques falaise et d'un oasis où un puit fût érigé. Garant de la protection, la famille Dessable était respectée dans les environs et permit à de nombreux rescapés et colons de s'établire. 

Ils instaurèrent même un système de Mercenariat au sein de leurs village. L'on peut aussi y trouver parfois des fêtes du village, souvent le jour de l'arrivée de Sacrieur au panthéon. Ce grand jour est aussi synonyme du passage à l'âge adulte des enfants Sacrieurs du Village. Les familles se multipliant, le rôle des Dessable était bien souvent de tenir le culte en place. Ainsi en ce jour saint, les enfants de quinze ans étaient amené à grimper en haut d'une grande falaise, une fois en haut, les jeunes sacrifiés devaient se lancer dans le vide. Ceux qui survivaient étaient ceux que la Déesse acceptait. Ils étaient destinés à survivre par une volonté telle, qu'elle en devint infaillible.

Après leurs survie d'une chute comme celle ci, les jeunes sacrieurs devaient être adulés durant toute une journée. Les morts ne causaient pas de la peine à leurs parents. Tel était la volonté de Sacrieur. Mais une larme de sang sera toujours versée pour eux, ainsi qu'une prière pour que leurs âme puisse un jour se réincarner à nouveau. Durant cette journée de fête, l'alcool coulait à flot. La musique se faisait entendre à des KiloKamamètre à la ronde. 

Une fois le rite terminé et la fête finit, les disciples de Sacrieurs vivant sont considérés comme adulte et apte à entamer leurs rôle au sein du village. Le village prospère, bien que petit, il permettait à ces familles de se développer au fil du temps. 

C'est ainsi que le culte de la Déesse Sacrieur prit une tournure intéressante, dans ce petit endroit bien caché du Desert. 

Nous analyserons plus en détail chaques membres de cette famille et certains de leurs exploits dans les prochaines pages. Vous lecteurs, qui lisez ce livre. Sachez que vous êtes en mesure de changer les choses, d'apprendre à utiliser votre religion, votre dévouement, afin de devenir une personne accomplie, une personne d'exeption. Perdre la foi en les Douzes, c'est abandonner les Douziens et ce monde. 


 
2 0
Score : 1734
Récit ensablé, Lust Dessable. 

Deuxième page,

Si nous devions citer une personne de la famille Dessable, nous devrions évidement commencer par Aurg’oeil Dessable, le fondateur du village. L’un des sacrieurs les plus puissants de son vivant dans la région du Saharach. Sa taille et sa musculature lui permettait de bien souvent résister aux températures extrêmes. Originaire de Bràkmar, Aurg’oeil Dessable fuit sa nation afin d’établir un village destiné au culte de la Déesse Sacrieur. 

Il fonda alors la première colonie avec l’aide de certains amis Sacrieurs et de quelques membres de la famille Dessable. Ce petit groupe d’une vingtaine de Sacrieur réussirent à s’installer. Aurg’oeil avait donc pris la tête de la colonie. Il commencèrent par ériger un autel pour Sacrieur, un autel ou chaque jours, chaques disciples de sacrieur effectués ses sacrifices pour lui rendre hommage. Acceptant la douleur et la difficulté de vie de la région du désert de Saharach. 

L’un des attrait distinctifs qui fût d’Aurg’oeil un disciple différent des autres fût son absence de nez. En effet sa dévotion était-elle que les attraits physique de la Déesse avait complètement transformés cette homme. Ses cheveux roux et ses dents de requin firent de lui le premier Requin des Sables du village. Ce titre est réservé aux plus puissants Sacrieurs du village, mais aussi aux plus importants.

Les années passèrent et la colonie prospéré. Les premières familles furent fondés. Aurg’oeil rencontra auprès de nouveaux colons souhaitant s’installer dans ce village, sa femme. Elle était resplendissante, d’une beauté sans nom, avec sa chevelure brune. Une disciple de Sacrieur, bien plus jeune qu’Aurg’oeil. Elle se nommait Hélvol Tavi. Ce fût par la suite la première femme du village. 

Au fur et à mesure des années Aurg’Oeil et Hélvol réussirent même à instauré un pacte de non-agression avec les Cacterres avoisinants. Permettant ainsi un travail constant, mains dans la mains. Les langages furent transmit entre les deux peuples. 

Durant de longues années Aurg’Oeil se consacra au maintient du village. Afin qu’il prospère au mieux. De l’autre côté, Hélvol, pris la décision de prendre la place de prêtresse du village et fonda un petit temple en l’honneur de Sacrieur. 

Ils eurent trois enfants, deux garçons, Grein Dessable et Danléyeu Dessable, et une fille, Envy Dessable.
Ils élevèrent leurs trois enfants selon les règles établies par la Déesse selon les dires de Hélvol. Seul, Danléyeu ne survînt pas aux rites du passage à l’âge Adulte. C’est ainsi que seul Envy et Grein, se mirent à travailler pour le village. 

Aurg’oeil et Hélvol, voilà les réels fondateurs du Village Sec du Désert. Ils sont d’autant plus importants que sans eux, ni moi, ni mon mari... Ni personne dans ce village ne pourrait actuellement vivre de manière heureuse.

 
2 -1
Score : 1734
Récit ensablé, Lust Dessable.

Troisième page, 

Passons quelques années, Aurg'oeil et Hélvol trépassèrent. C'est ainsi que Grein et Envy reprirent les commandes du village. Grein maintenu la religion à son paroxysme le plus total au sein du village. Envy quand à elle prit le groupe de mercenaire du Village en main. Elle nomma ce groupe les "Requins de Sable". Ces guerriers, que rien n’arrêtait devaient se limer les dents en l'honneur d'Aurg'oeil. Les Dents pointues. Comme les crocs d'un requin. 
Ils étaient garant de la protection du village. Toutes relations extérieure, passée par eux. Même lorsqu'il fallait escorter les marchands, l'on faisait appel à eux. 

Grein, quand à lui, mit en place la recherche d'anciens récits Sacrieur. Grâce à lui, de nombreux savoirs perdus furent conservés et réapprit par les disciples du village. Le Savoir des Disciples de la Déesse aux mains liées de l'air des Dofus. 

Ensemble, ils perdurèrent à l'amélioration du village. Il prit une tournure très intéressante du fait que de nouveaux arrivants commençaient à affluer. Une famille Pandawa fonda même une taverne au sein du village. Chaque culte avait sa place, car Grein, respectait cela. Il permit, la prospection et la sécurité pendant de nombreuses années. 

Grein, rencontra à son tour une femme, une marchande disciple de Sacrieur. Ensemble, ils mirent au monde un garçon. Mon futur mari. Il fût nommé Senpression. Ils l'éduquèrent comme il se le devait. Comme un vrai Dessable. Descendant d'Aurg'oeil et Elvol. 

Ce fût lors de ma naissance. Trois ans après celle de Senpression, que le village ferma ses portes. Une épidémie semblait toucher les oasis restant du désert et les Cacterres devenaient de plus en plus instables. En quête d'eau, il se mirent à nous attaquer régulièrement, afin de récupérer le point d'eau que nous contrôlions. Encore de nos jours ils essayent. 

Envy, prit les devants et amena les "Requins de Sable" à se battre régulièrement pour protéger le village. De nos jours, Senpression en fait partie. Il est partit ce soir même.

Je ne sais pas, jusqu'à quand... Ou même plutôt, pour combien de temps je pourrais continuer cette histoire. 

Mais je souhaite, de tout mon cœur, que toi, Sin, mon enfant... Tu devienne le plus grand et le plus Sage des disciples de Sacrieur de ce monde. Je sais, que tu sera là pour tes amis, ta famille, tes proches. Tu nous ramènera une femme formidable. Ou un homme peut-être. Qui sait? Tu sera libre comme le vent qui caresse le sable de Saharach. Tu sera aussi fort que la roche soutenant cette archipel. Tu sera aussi calme que la nuit glacée que nous offre les dieux depuis que nous sommes installés ici. Tu sera digne de porter le nom des Dessable et tu montrera, aux autres... Que la tolérance et le meilleur moyen de fonder la cohésion. Je serais toujours là pour toi. Et je veillerais à ta sécurité. A tes demandes. A ce que tu suive la bonne voie. Ton père sera tellement fier de toi. 

Car, après tout cela. Tu sera, celui qui conduira une nouvelle voix pour ce monde. Celle de la liberté et de la confiance. De la souffrance et du sacrifice. Tu sera mon fils. Mes espoirs.  

 
2 -1
Score : 1

Une après midi au village Sacrieur de Saharach. Sin se baladait, entre les maison, amusant les enfants du coin, jouant avec eux. Il finit par atteindre sa maison familial. Son Vieux père, accoudé à la fenêtre le regarde un instant. Puis d'un air sérieux ajoute ces mots :

"Sin, rentre, je dois te donner quelque chose."

Sin hausse un instant les sourcils. Ses grands yeux blancs se dirigent alors vers la porte d'entrée. Il prit le temps de l'ouvrir et viendra aux côtés de son père. Celui ci tient en sa main droite, un livre, plutôt poussiéreux. Il prend un instant pour examiner son fils, puis d'un sourire simple, il vient à lui tendre le bouquin. 

"Qu'est-ce que c'est?" Réplique Sin, dans sa voix rauque, sèche et désormais étonnée.

"Un livre... Tout particulièrement les derniers écrits de ta mère, Fils." Répond alors son père en souriant fébrilement.

Sin observe un instant son père et se décide finalement à saisir le bouquin. Il viendra mollement lire les quelques pages que sa mère avait écrit. Il referme alors le bouquin d'une main. Se tourne vers son père, puis viens à l'observer quelques instants. Dans un soupir, il ajoute :

"Maman? Pourquoi tu me le donne que maintenant?"

"Simplement car désormais tu es ce quelle aurait souhaitée que tu sois. Un père. Un Mari. Un Puissant disciple de Sacrieur. Un prêtre aguerrit. Et avant tout notre fils. Ta sœur était un peu loin de tout ça. Mais ta mère souhaitait que ce soit toi qui obtienne ce bouquin. Je pense qu'elle voudrait que tu le poursuive."

La voix du père est assez fébrile, on peu sentir la souffrance et la tristesse de la perte de sa femme remonter en lui. Sin pose alors le bouquin sur une table et viendra rejoindre son père pour se positionner en face de celui ci. 

" Bah alors l'Vieux, c'pas souvent qu'j'te vois dans cet état... "

" Sacrieur me met à l'épreuve chaque jours. Je n'ai pas plus grande souffrance que la mort de ta mère. Cette séparation que Sacrieur m'oblige à supporter. Je m'en sert pour vous instruire, toi et ta sœur. Mais... Lust me manque terriblement." Ajoute le père, en sanglotant doucement des larmes de sang.

Sin se retourne alors, prend le bouquin dans ses mains, l'observe un instant et ouvre la porte de la maison. Juste avant de sortir il regarde ses pieds puis se tourne vers son père.

" On n'aurait pas pu rêver meilleur éducation... Ou même Famille. Tu es celui qui nous a forgés. Le seul et unique Vieillard du village encore debout pour s'occuper des enfants sans familles. Un ancien Requin des Sables. Et avant tout, un Dessable. 
Tu retrouvera Maman. Dans les draps rugueux de notre Mère des douleurs. Elle t'attend... Nous attend. Nous lui raconteront nos exploits, nos aventures. 
Sois sûr d'une chose... Papa. Nous t'aimons. Je t'aime. Et je te vénère. Maman prendra soin de toi lorsque tu la rejoindra."


Sin vient offrir son sourire le plus chaleureux à son père, puis ajoute mollement :

" J'garde le livre. J'verrais ce que j'en fais. Mais ça pourrait bien suivre des générations. Nous ne seront pas oubliés facilement. Krrr krrr! "

Le père de Sin, vient se redresser, pour récupérer ses larmes dans un flacon. Il se tourne ensuite vers son fils et ajoute : 

" Krrr krrr! Je n'en doute pas un instant. Prend soin de Melana durant votre voyage! C'est une super nana que tu nous as ramené. "

Sin sort alors de la maison dans un rire sec et joyeux. Il prend ensuite la direction de la sortie du village, enfilant son manteau de tissus rapiécés, et entame alors sa longue marche dans le désert aux côtés de sa femme. 

" Qu'est-ce que c'est? " Demande Melana en pointant le bouquin.

" La preuve... La preuve que je suis pas prêt de crever. J'ai deux mères qui veillent sur moi là haut."

Une bourrasque de vent vient alors caresser les cheveux du Sacrieur qui observe avec un grand sourire le ciel.

1 -1
Réagir à ce sujet