En poursuivant votre navigation sur ce site ou en cliquant sur la croix, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à réaliser des statistiques de visites ainsi qu'à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des publicités personnalisées et un service de chat. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies X

FR EN ES PT
Naviguer dans les forums 
Trackers Ankama

Complément d'étude sur Wakfu: long mais très intéressant j'espère !

Par Jack-Jacktofu 11 Août 2012 - 20:23:59
Petite note : ce post m’a pris plusieurs jours à écrire alors je m’excuse d’avance pour sa longueur et sa qualité décroissante - a force, on perd un peu de la hargne avec laquelle on avait commencé- cependant, même si ça demande du courage, ne renoncez pas et lisez le, même si c’est en plusieurs fois, car je pense que ça vaut le coup smile Merci d’avance smile

Bonjour, me revoilà après une longue absence, faute aux vacances, pour continuer quelque chose qu’en apparence, j’avais déjà fait ; une étude comparative : pas de panique je m’explique ! Lorsque j’ai comparé les deux saisons la première fois, on en était encore à la moitié de la deuxième, je n’avais donc ni les clefs finales ni le recul nécessaire pour porter un regard objectif sur la série dans sa globalité, un regard qui n’aurait pas été entaché par le ressenti direct d’un épisode récent. De plus, les révisions de bac français m’avaient obligée à bâcler mon analyse de fond, donc j’ai calmement revu tous les épisodes à la suite, et j’en ai conclu que vouloir les comparer était une chose totalement stupide, les deux saisons étant totalement différentes – c’est comme une pièce de théâtre jouée plusieurs fois ; la dixième représentation ne sera pas la même que la troisième, les pièces, bien que basées sur le même texte, le même principe, seront différentes selon un changement d’intonation, d’éclairage… mais je m’égare- Cependant, comme je suis une Crâ un peu iop sur les bords, j’ai quand même essayé : plus sérieusement, tant qu’on ne cherche pas à les mettre sur le même plans et qu’on reste souple, une comparaison reste possible. Je me suis concentrée sur trois pôles différents, comme à mon habitude ; la forme, le fond, et mes impressions personnelles, que vous pourrez sauter si vous en avez marre de me lire smile

Cependant, juste avant de commencer mon étude, je voudrais délivrer un petit message que je tiens à adresser aux personnes un peu brutes de décoffrage, aux trolls et aux grognons grogneurs : beaucoup parmi les spectateurs de la série ont été déçus par quelques épisodes de la deuxième saison, moi comprise, mais je tiens à signaler que les messages haineux n’avancent à rien, ou pire, ont un impact négatif sur les créateurs de la série, comme en parlait Kam dans le Wakfu mag, bien que le cas soit légèrement différent : en lisant des messages comme ça ils ont l’impression de trahir notre confiance, en oubliant même les bons moments qu’on a passé grâce à eux. Si vous êtes mécontents c’est votre droit le plus strict de vous exprimer, mais n’oublier pas de le faire de manière respectueuse et en vous expliquant ; un message concis, confus et hargneux ne vous rendra pas plus heureux, et ne permettra pas de corriger ce qui ne va pas. Je pense malheureusement que ceux qui me liront ne font pas partie de ces gens là, donc je ne vais pas vous embêter plus longtemps, merci de l’attention et place à la réflexion !

Dans cette première partie, je compte évoquer le graphisme sous toutes ses formes, l’animation, la musique, les doublages, la diversité et mon coup de cœur visuel, les machines.

Tout d’abord, l’évolution des graphismes des personnages principaux à travers les deux saisons ; Tristepin ayant eu le premier sa nouvelle dégaine, je vais commencer par lui. La première chose a signaler est que, quoi qu’on en dise, le graphisme a toujours collé a la personnalité du personnage : Son aspect un peu tunique dans la saison 1, qui met bien en évidence la marque des iops et surtout son côté chevalier marque dès les premières seconde un manque évident de confiance en lui – comme dirait grougal, quelle est cette ombre de peur sur ton cœur ? – Il se raccroche à la seule chose qui le définisse, sans vraiment dégager une personnalité propre : c’est un chevalier Iop, rien de plus. D’un autre côté, la pâleur originelle de son teint marque bien son innocence et sa naïveté. On remarque d’ailleurs que ce n’est qu’à partir du moment où Tristepin se met à acquérir une personnalité propre et à s’affranchir de sa condition que ce qui était prédominant auparavant (tunique iop) devient accessoire (cape). Le bronzage devient alors un nouveau symbole, comme s’il avait enfin réussi à redorer son blason intérieur, et les marques montrent bien qu’après les durs combats qu’il a menés, il a su en tirer des enseignements et surtout qu’il en a gardé la trace. La suppression du haut, qui met en avant sa musculature, montre quant à elle son passage à l’âge adulte, enfin, il s’assume, quoi ! Il est plus aussi fermé, et s’assume en tant que pinpin et plus seulement comme iop. Sinon, au niveau de la qualité graphique en elle-même, je peux sans hésiter affirmer que, à quelques exceptions près, le nouveau pinpin a un visage beaucoup plus expressif, mieux dessiné que le premier.

Qui parle de Pinpin parle d’Evangelyne, c’est donc par elle que je compte continuer. Je dois avouer que son évolution graphique me laisse perplexe ; par contre, tout comme pinpin, son graphisme suit son mental. La jupe et la barrette, assez enfantins, laissent place à un costume moulant beaucoup plus féminin – le contraste est peut-être un peu trop brutal- ce qui laisse voir qu’elle s’assume beaucoup plus en tant que femme. De même, la coupe des cheveux, genre de symbole à la mulan, montre qu’elle s’émancipe et prend ses responsabilités – surtout par rapport à elle-même et ses sentiments- cependant au-delà de cette évolution mentale et graphique, je reste mitigée sur la qualité du dessin. Dans la première saison, autant le corps était moins bien défini, les proportions moins biens faites que dans la seconde, mais le visage était tellement plus joli, avec des traits moins grossiers que dans la deuxième saison (exemple, réconciliation avec pinpin dans l’île des Bellaphones, pas top le dessin) Mais elle reste malgré tout bien jolie.

Pour Amalia, pas d’évolution majeure, sa tenue de cérémonie mise à part (super design, par ailleurs). Sinon, rien de neuf, une petite amélioration sur le dessin, on voit bien que c’est un personnage que les dessinateurs maitrisent. Une évolution à venir ?

Pour Ruel, c’est autre chose : On laisse quand même tomber la vieille serpillère qu’il avait sur le dos pour une tenue beaucoup plus complexe, avec un graphisme nettement plus précis. Ce changement de tenue donne l’impression d’une seconde vieillesse pour notre papi préféré (qui débute avec l’arrivée de Kamasutar Jr.) le personnage ne souffre pas de ce changement de design, qui au contraire laisse entrevoir de nouvelles expressions faciales.

Pour Yugo, enfin, le meilleur pour la fin. Son changement de graphisme est à la fois discret et spectaculaire, surtout à la fin de la deuxième saison. Son dessin s’est beaucoup amélioré, en même temps c’est le seul, avec Amalia, à n’avoir pas eu de nouvelle tenue, donc l’entraînement prime. Cette nouvelle façon de dessiner Yugo, avec des traits plus durs, un regard plus déterminé, nous montre son gain spectaculaire de maturité avec un Yugo qui assume, sur la fin, sa responsabilité de roi et qui prend ses propres décisions, même quand elles sont déchirantes. On n’est pas face à un Yugo tout puissant, on le voit bien à travers ses cicatrices et ses bleus, mais un héros tragique qui souffre mais ne se rend pas. Sa musculature, qu’on voit particulièrement bien dans le dernier épisode, est un symbole fort pour montrer qu’il est sorti de l’enfance. Il a beau n’avoir que douze ans, il a perdu son innocence et quand il voit le monde, ce n’est plus à travers les yeux naïfs qu’il arborait dans la première saison. Niveau qualité, c’est énorme aussi, une grosse progression.

Enfin, pour Adamai, même Topo, design maîtrisé et des nouvelles formes bien recherchées et avec un très bon graphisme ; pas d’évolution sinon.

En gros, pour les personnages principaux, c’est généralement d’une meilleure qualité graphique dans la saison 2 –entraînement oblige et Eva mise à part- mais quoi qu’il en soit, leur graphisme a toujours épousé leurs caractères à la perfection, et pour ça, chapeau parce que c’est pas facile, mine de rien.

Pour l’évolution du graphisme des personnages secondaires en général, il y a eu du changement. Aucune comparaison possible entre Nanda et Chouquette, ou encore Vampyro, exemple parfait, qui arbore un design totalement différent entre les deux saisons. La force graphique de la saison 2, c'est-à-dire reprendre les mêmes personnages ( Vampyro, ombrage, kriss, Alibert et les Sadidas) pour pouvoir mieux les dessiner, devient ailleurs une petite faiblesse niveau diversité. Mais bon, à part une petite amélioration dans la façon de dessiner les persos avec un gros effort sur Cléophée –il fallait qu’on puisse voir qu’elle et Eva sont sœurs, tout en marquant sa grande différence et son côté tête de lard ; j’ai un coup de cœur sur son arc, quand on se penche sur son fonctionnement, c’est une merveille d’inventivité- pour le reste, peu de différence entre les deux saisons.

Pour les décors, c’est une toute autre histoire ; on a dans la saison 2 un énorme jeu de lumières envoutantes qu’on ne trouve que très rarement dans la saison 1. Ça confère un côté davantage magique à l’ensemble, ça colle mieux avec l’univers. Dans la deuxième saison, on sent vraiment que le wakfu est omniprésent, qu’il émane de chaque brin d’herbe, de chaque fleur, de chaque feuille… On retrouve ce côté lumineux notamment dans les épisodes 6-8-21-20-24-25-26… etc. De même, la saison 2 offre une plus grande diversité de paysages à découvrir (C’est là où le côté feuilletonnant de la première saison a sa seule faiblesse, c’est qu’on stagne parfois au même endroit, comme le royaume sadida, l’île d’Oma, chez Xav, Bonta...) En effet, grâce à cette succession d’aventures sans lien, on découvre des donjons, l’ile des Wabbits, la Pandalousie, L’Île des Bellaphones… Là, même quand on reste au même endroit dans la saison 2, comme le royaume Sadida, on découvre des paysages inédits. De belles prouesses graphiques qui méritent d’être signalées au niveau de la diversité. Malgré tout, ça n’enlève rien à la qualité des décors de la première saison, ce sont juste deux univers graphiques totalement différents, le premier plus enfantin et kawai et le second plus héroïque et tragique ; je suis juste davantage sensible à celui de la deuxième saison. J La série a évolué avec nous, chacun peut se reconnaître dans l’un des héros, avec lequel on partage un gain de maturité entre les deux saisons ; mais je m’égare une fois de plus J Pour les décors donc, un changement de ton et une petite amélioration de la technique graphique, et on note qu’ils gèrent bien mieux la superposition des différents éléments de décor.

Enfin, j’arrive au dernier point des graphismes, les objets secondaires, qui sont selon moi beaucoup plus soignés dans la deuxième saison, même quand ils sont destinés à être cassés quelques minutes plus tard ^o) Les arcs des sœurs cras sont remarquablement bien faits, les dagues d’une poignée de kamas, les coussins fleurs d’amalia qui gagnent en précision… Bref, petite supériorité graphique pour la saison deux en général, mis à part quelques couacs, mais bon, on n’est plus dans les mêmes catégories graphiques, donc on ne peut pas chercher à designer un vainqueur entre les deux, c’est une histoire de goût.

Pour l’animation, c’est la même chose, l’expérience se sent. L’animation des personnages au quotidien se fait plus naturelle, et se met à correspondre aux humeurs des personnages (exemples, Eva attendrie a une attitude douce dans l’épisode 7 de la saison 2, quand elle s’agenouille pour nettoyer le visage de pinpin de la bave d’oriphan, et pinpin furax qui a une attitude crispée en envoyant remington dans le décor) De même les combats se font plus fluides, plus véloces, il n’y a plus de pause entre les mouvements comme ça arrivait parfois avant ; gros progrès donc au niveau de l’animation, qui acquiert un niveau quasiment parfait. Ce qui est dommage, c’est qu’on nous cache des combats ( episode 7, 10, etc…) du coup on est un peu frustré. J’ai moins de choses à dire que pour les graphismes, c’était la partie la plus conséquente parce qu’il fallait détailler.

Après l’image, la musique ! S’il est vrai que l’une des plus grandes forces d’Ankama est son innovation et sa qualité graphique, son succès repose avant tout sur la performance de la totalité des secteurs, dont celui de la composition musicale. Juste avant de commencer d’ailleurs, Oyez oyez, braves wakfusérisiens, je suis sur un projet de taille qui consiste à lister toutes les musiques des épisodes pour savoir quelles seraient les musiques à avoir sur l’OST, c’est un travail conséquent donc si vous voulez participer et me filer un coup de main, dites le en dessous J

J’en reviens à la musique ; comme l’ensemble de la série elle se fait plus sérieuse et tragique dans la saison 2, mettant de côté les musiques plus héroïques de la fin de la saison 1. De même, leur répartition a changé, de musiques thématiques dans la saison 1(thème du ballon d’or, thème Rubilax, Thème amakna et Vampyro) on passe de semi-thématiques qu’on retrouve généralement dans deux épisodes au plus (fontaine maudite/les bellaphones, Dragon cochon/les bandits…) Cependant ce sont toutes des musiques qui ont toutes un point commun : elles sont envoutantes et aussi belles les unes que les autres. Selon moi, Guillaume Houze est à l’aune des grands compositeurs comme John Powell ou Hanz Zimmer ; même si le style est différent. En tout cas, avoir d’aussi bonnes musiques est assez rare pour un dessin animé, bravo.

Pour les doublages, pas de changement de qualité, c’est toujours nickel mis à part quelques bogues comme à l’épisode 4 où on dirait que Fanny Bloc lit une ligne d’Adeline Chétail (Eva, pinpin ?Ruel, il faut faire quelque chose…) et à l’épisode 21 où le doublage est franchement mauvais lors de la réconciliation d’Eva et Pinpin à la fin, mais c’est pas que le doublage, la scène est ratée en entier mais elle reste attendrissante tout de même. Mais sinon, doublage d’extrême qualité, bravo au quatuor, Geneviève Doang qui a une voix magnifique naturellement, Adeline chétail dont j’admire sincèrement les travaux comme sur Arietty, Thomas Guitard qui a une voix tellement iop, et Fanny Bloc qui a du fournir des efforts incroyables pour donner vie à Yugo. Sinon, des guests toujours au top avec mon chouchou du doublage qui revient, bruno Choël, manque plus que mon autre préféré, Donald Reignoux J (mais sa voix ne collerait pas je pense à la série). J’ai déjà évoqué la diversité dans les graphismes, donc je vais directement passer à mon coup de cœur avant de me mettre sur le fond. Vous vous êtes sans doute rendus compte qu’Ankama ne colle à aucun style connu, c’est ni enfantin ni trop sérieux, mais c’est pas du steampunk c’est à la limite de la magie et de la technologie. Dans cet univers visuel je dois avouer que je suis tombée raide dingue des machines de Wakfu qui sont à la fois terriblement détaillées, effrayantes, mais aussi particulièrement belles et fascinantes. Elles sont à l’image d’Ankama, une immense horloge qui tourne à la perfection. C’est une alchimie parfaite, dans ces machines, qui ne me laisse pas indifférente. J’étais déjà folle de l’horloge de Nox, mais l’arrivée des steamers m’a subjuguée. C’est LE truc d’Ankama. Pour conclure cette première partie, je dirais qu’il y a une petite amélioration graphique avec l’entrainement que l’équipe a pu avoir avec la première saison, mais ce sont deux univers différents qui restent de même qualité, la saison 2 est juste plus sombre et plus adulte que la première saison, et ça se sent sur la forme, c’est tout ! J

Maintenant que j’ai pu comparer les 2 saisons sur la forme, il me reste maintenant à voir ce que ça donne sur le fond, en étudiant le scénario général, les scénarios particuliers, la cohérence, la continuité du récit, l’humour et les clins d’œil, le charadesign, les relations entre personnages, les petits méchants et le grand méchant de l’histoire. Autant vous dire que j’ai eu du pain sur la planche pour réfléchir à tout ça.

Le scénario de la première saison, globalement feuilletonnant, était simple mais efficace. Un vilain monsieur veut tuer un dragon et les sadidas pour retrouver sa famille, alors que Yugo recherche la sienne. Enfin, ça, c’est pour résumer de la façon la plus simple. A côté de ça on voit bien qu’on pose les bases des éliatropes, sans trop chercher plus loin. L’éliacube reste prédominant, avec l’utilisation que Nox en fait. La deuxième saison ne joue plus du tout dans le même registre : l’éliacube a toujours une importance primordiale, certes, mais le méchant étant un éliatrope, ça permet de se concentrer davantage sur le Krosmoz et les éliatropes et non plus sur le royaume Sadida. Je dois avouer en revanche que la saison 2, davantage la saison 1, me donne l’impression d’avoir servi un peu de poste d’avant-garde, de guide touristique. Mais Tot nous avait prévenu ; la série sert également à ça ( dans les premiers dofus mag, même si il disait aussi que la raison d’amalia pour accompagner Yugo était une tentative de sauvetage du Kastiva. Où est le Kastiva dans la série ? ^o)) Cependant, malgré ça, le scénario principal de la saison 2 est à la fois plus captivant et plus sombre : C’est clair que le Quilby, on l’avait vu arriver gros comme une maison, mais même si on sent sa traîtrise arriver, il y a un autre type de suspens qui s’installe (un peu comme les tragédies grecques ; on sait dès le début qui va mourir et pourquoi mais le comment est au cœur de la pièce) on ne devine pas ses raisons, on peut même dire qu’il cache bien son jeu. Après, il y a toujours Rushu, mais il sert plus de décor et de remplissage pour la bataille finale que de réel danger ( le vrai danger étant quilby). Pour les scénarios généraux, je pense qu’ils sont quand même de (très trèèèèès grande) qualité égale, mais avec des forces et des faiblesses différentes qui ne jouent pas sur la même tonalité (bon enfant/tragique). La première sert surtout à présenter les personnages et à poser les relations futures (mais aussi déjà à nuancer la bonté des éliatropes, le cube pouvant être aussi bienfaiteur que dévastateur), en gros, ça met des jalons pour la suite, surtout niveau du peuple draconique eliatrope. La saison deux se concentre sur les éliatropes et renforce les liens de la confrérie déjà formés.

Pour les scénarios particuliers, je dois avouer que j’ai parfois eu peur pendant la saison 2. Autant dans la saison 1, les histoires n’étaient jamais semblables, autant là on avait pas mal de recraché qui faisaient mauvais genre ( Corbeau noir, Vampyro, boufball). Cependant, même si on a eu quelques redondances, on a quand même eu un joli bouquet final avec des scénarios bien cherchés (Les bellaphones, L’île de Breta, mais aussi La Pandalousie…) Mais bon, la première saison a quand même l’avantage sur le plan des scénarios particuliers, parce qu’elle a la surprise et l’exclusivité pour elle.

Ensuite on arrive sur le GROS défaut de la saison 2, la cohérence et la continuité du récit. En effet, tant dans la saison 1 ils se cantonnaient aux infos du MMORPG, tant dans la saison 2 ils ont laissé leur imagination se déployer tous azimuts ce qui a donné parfois des trucs un peu incohérents et agaçants sur les bords. Par exemple, le côté guide touristique du monde des douze ça va bien cinq minutes, mais point trop n’en faut, il ne faut pas faire des tours et des détours inutiles, quoi. Dans la série on passe des plaines de Cania (Nord) au donjon du dragon cochon(Sud) à Brakmar( Ouest) puis Pandalousie( Est) Ile des Wabbits( encore plus à l’est) Foire du Trool ( Centre) Ile des griffes pourpres( x) Voilà. On va un peu dans tous les sens, et parfois, ça tient pas la route. Après, il y a toujours du flou autour des dragons, on ne voit pas trop de distinction entre aguabrial et les dragons eliatropes, etc. On sait qu’Ankama est une boite gourmande, et on ne peut leur reprocher : la création successive de Dofus, Wakfu et du Krosmoz représente un travail tellement gigantesque qu’entre les milliers d’informations, il fallait s’attendre parfois à des problèmes du genre qui restent cependant bénins et bien pardonnables. Après, pour la continuité, c’est pas trop la faute d’Ankama, jetons plutôt nos pierres sur France 3 qui refuse la série feuilletonnante ; ça a occasionné des ruptures souvent injustifiées dans le récit, ce qu’on avait pas dans la première saison. Heureusement, au travers d’Eva et Yugo ils ont su nous faire passer le message : ils ne perdent pas de vue leur objectif, donc, pas de problème insoluble, la boucle est bouclée. Sinon, on peut toujours se dire que parfois ces petites ruptures ne sont pas toujours mauvaises, elles permettent de découvrir des persos très recherchés comme Cassis ou les Bellaphones. Et puis, la série a été le théâtre de nombreuses avant premières comme Les steamers, remington et les éliatropes. On peut donc leur pardonner à côté de ça les quelques reprises qui manquent d’originalité.

Ensuite, autre chose qui mérite qu’on s’y attarde, la qualité des dialogues, l’humour made in Ankama et les gros clins d’œil. Les répliques sont mordantes, parfois salaces, toujours sagaces, l’humour est aussi présent dans les deux saisons, bien que de façon plus discrète dans le final de la 2 ; leur manie de faire des jeux de mots sur un thème pendant tout un épisode est tordant ( On n’accepte pas les cartes, il y a fausse donne, J’ai pas l’habitude de battre les cartes…/ Les carottes sont toujours pas cuites, n’aie crainte petite cochonne, tu ne finiras pas en saucisson, la botte secrète du filet mignon) ou encore, le fait de juger des chanson bonnes par la quantité de mots « kama    qu’elles contiennent… de l’humour grinçant, cinglant et des répliques à tomber par terre, que demande le peuple ! Pour les clins d’œil, c’est différent, ils sont souvent plus pertinents que dans la saison 1 mais moins nombreux : on ne les trouve que dans certains épisodes comme le voleur de voix( Grand corps malade, lady gaga, johnny Halliday…) ou l’Île des Wabbits(jeux vidéos dont Sonic, fight, casse brique, space invaders…) ou encore le chevalier justice qui parodie de manière parfaite les super-héros( Captain America, le bouffon vert, etc…) ; d’autres se cachent dans les jeux de mots comme Kamasutar Jr, ou encore Evangelion… Où va Tot chercher ses idées (si ce n’est à la fnac wink) ? Pour l’humour donc, on déguste quelque soit la saison, avec des points forts des deux côtés.

Je passe maintenant au Charadesign, un autre gros morceau, et les relations entre persos.

Comme dans ma première partie je vais débuter avec Tristepin, le but de cette partie étant de voir si l’évolution des personnages a été cohérente. Dans la première saison, au début tout du moins, Pinpin est tout simplement Iop. Pas de grande personnalité, il se cherche, il est naif, jeune et assez solitaire, ce qui limite ses évolutions. Au contact de la confrérie, il évolue et apprend, gagne en maturité. Seulement, après sa mort et sa renaissance on a voulu un peu trop forcer le trait en privilégiant le côté Iop et Vantard que Tristepin avait pourtant réussi à gommer dans la fin de la première saison, avec une humilité spectaculaire. Du coup, ça donne un mélange assez étrange et surtout peu cohérent entre Ioperie enfantine et une maturité très forte. C’est seulement après qu’il commence à réagir de façon plus cohérente avec une attitude responsable, moins iop. Comme il le dit, il en a marre d’être le crétin de service et se met à tenir tête ( un peu trop d’ailleurs, c’est un couple qui fait dans les excès, tantôt l’un qui est mis dans une position délicate, tantôt l’autre qui est à la limite de la maltraitance) à Eva quand elle se montre trop agressive injustement. Finalement on le voit quand même assumer – bien que la lecture du mange me fasse douter de cette capacité- ses responsabilités, en proposant une pause d’aventure à Eva en apprenant qu’elle est enceinte. Donc au final, mis à part une fausse note sur les épisodes 4-7, 17-21 qui marquent une régression, on peut dire que l’évolution du chara-design est plutôt bien réussi.

Pour Evangelyne, c’est une autre histoire. Dans la saison 1, c’était une personnalité qui m’avait subjuguée, conquise, par son équilibre entre humour et sens des responsabilités, sa patience, sa prévenance. Ce n’est pas un personnage parfait, on peut s’identifier facilement à elle car elle a ses faiblesses – dont la facheuse manie de rester en face des trucs qui tuent alors qu’elle pourrait bouger- et se montre beaucoup plus humaine qu’on peut le croire au premier abord en tombant amoureuse de Tristepin. C’est un personnage Tragique, le plus tragique de la série avec Yugo, celui qui a le plus souffert (La mort consécutive de Pinpin et Amalia dans la saison 1 l’achève, par exemple). Par contre, la Eva qui revient dans la saison 2 est un personnage excessif, manichéen et plein de contradictions. Tantôt douce, câline et l’instant d’après sèche et très agressive, elle n’arrive pas à trouver de juste milieu dans sa relation avec Tristepin, tout comme elle n’arrive pas à trouver de milieu entre sa position de chef du groupe et son amitié avec les autres. Elle reste un personnage fier mais beaucoup plus dépendant et assisté ; elle est plus féminine mais du coup perd un peu le côté amazone qui faisait son charme. On dirait que son aventure avec Pinpin a fait vaciller ses certitudes, et qu’elle ne sait plus trop où elle en est ni ce qu’elle veut faire. Très mise en avant dans les premiers épisodes de la saison 2 ( la saison deux est par ailleurs bien moins équilibrée que la saison 1 niveau apparition des personnages, ce sont des fortes apparitions à tour de rôles, puis des rôles secondaires en général et plus un équilibre de l’équipe) on la met ensuite au second plan jusqu’à l’épisode 17, où ils se mettent tous à lui cracher au visage et à la finir à coup de pieds sans vraiment de raison, jusqu’à l’épisode 21 où elle remet les choses en place. C’est d’ailleurs à partir de ce moment là qu’elle donne le sentiment d’avoir enfin trouvé sa place, son équilibre et qu’elle s’investit davantage par elle-même, sans trop compter sur tristepin ou les autres pour la sauver. On a donc une évolution totalement incohérente du personnage à partir de l’épisode 4 jusqu’à l’épisode 16-17 où elle souffre pas mal, puis un rétablissement final qui ne suffit malheureusement pas à faire oublier les ratés du personnage. Mais bon, c’est un personnage qui je pense nous réserve encore quelques surprises comme celle qu’elle nous a faite cette saison : Cléophée.

Cléophée est également un personnage intéressant qui ne correspond à aucun autre personnage de la première saison, ce qui à la fois redonne un petit souffle frais et une grosse bourrasque dévastatrice sur la confrérie, la scindant presque en deux au départ. On la sent jalouse, provocatrice, mais ce trait de caractère est davantage lié à de la frustration qu’à de la méchanceté, et une fois qu’elle comprend les liens qui nouent la confrérie, et qu’elle se trouve une petite place quand même elle cesse de faire sa chipie et se montre au contraire très attachée à sa sœur. C’est un personnage qui ne manque pas de courage et d’indépendance, elle cherche à s’affirmer et à ne pas rester dans l’ombre de sa sœur (c’est d’ailleurs pour ça qu’elle a tant tenu à mettre le grappin sur tristepin au départ, sans dépasser la ligne jaune, c’était une petite revanche prise sur son illustre sœur) mais comme c’est le premier a accompagner aussi longtemps la confrérie, on ne peut pas mettre en relation son caractère avec celui des autres de la saison 1.

Amalia, quant à elle, a grandement évolué sur le plan mental entre les deux saisons, et de manière cohérente. Princesse jusqu’au bout, c’est sa ritournelle comique, elle garde ses grands airs, mais se montre moins pourrie gâtée, plus responsable et consciente de ses atouts. Sur un champ de bataille, elle n’a pas les bonnes armes pour faire des dégâts, elle est plus dans la stratégie sur une échelle aussi grande, comme dans les derniers épisodes de la saison 2. L’épisode 13 marque notamment un gros travail sur elle-même qui la pousse à ravaler sa fierté et à se montrer plus tolérante et ouverte d’esprit. Elle devient plus sympathique dans cet épisode. Par contre ce cher Pandiego de la Vega n’a pas vraiment tort, vu l’attachement un peu moins innocent qui se crée entre Yugo et Amalia, aurait on autre chose que de l’amitié en perspective ? Une surprise plutôt sympathique donc par rapport au personnage d’Amalia.

Yugo justement, je pense que de tous c’est celui qui a le plus vu son charadesign évoluer sur les deux saisons. Lorsqu’on le rencontre pour la première fois, c’est un enfant particulièrement innocent qui s’émerveille de tout, pur, prêt à donner sa vie pour n’importe quelle cause perdue. Il pense que derrière chaque méchant se cache un gentil comme Grufon, Vampyro ou choupette. Il pardonne même à Nox, c’est la compassion incarnée. Dans la saison 2, il passe progressivement de cet enfant innocent, qui a peur de se faire corrompre, à un guerrier, un combattant au cœur pur qui assume sa colère autant que son statut d’éliatrope. Il est marqué par son utilisation du Wakfu, et se montre fort et décidé alors qu’il faut prendre des décisions difficiles. Déchiré par son combat avec Quilby, il en ressort grandi, un personnage qui sort de l’enfance tout en gardant sa bonté d’âme, mais qui laisse tomber en route sa candeur et son optimisme éternel. Après, Yugo acquiert une autre forme de fascination, d’autant plus qu’on apprend qu’il est éternel. On brûle de savoir ce qu’il a pu faire dans ses vies passées, au sein du conseil des six. Il est de mon avis qu’on ne nous a pas encore tout dit…

Enfin, Ruel qui lui aussi a bien évolué entre les deux saisons, malheureusement pas de la meilleure manière. Ça sent la fin de l’aventure pour notre papi préféré. Dans la première saison, c’était un grippe sou, mais toujours prêt à aider et à défendre la confrérie. Il se montre particulièrement compatissant à la fin de la saison 1 ; cependant dans la deuxième on ne voit que très peu Ruel, il évite les combats et reste souvent en arrière. C’est un personnage qui se défraichit un peu dans la saison 2, et c’est bien dommage. Une évolution cohérente, donc, mais pas de bonne augure.

Adamai enfin, c’est le vide intersidéral. C’est un personnage absent, bien que présent depuis le début de la saison 2. Il est constamment mis de côté contrairement à la saison 2 où il jouait quand même un bon rôle. Peut-être un souci de garder la vraie confrérie comme elle l’était ?

Mais si le charadesign est important, ce qui a fait le charme de la série est la cohésion du groupe, qui s’est formée au fil des épisodes. En effet, des liens plus ou moins privilégiés se sont crées entre persos, chacun ayant plus d’affinité avec deux personnes, Yugo mis à part. Par exemple, Yugo est proche de tous, Pinpin est lié à Yugo et à Eva, Eva est liée à Amalia et pinpin, Amalia est liée à Eva et Yugo, et Ruel avec Pinpin et Yugo. Cependant, on peut dire que Ruel est le cinquième dragodinde du carrosse car au fil de l’aventure, les amitiés se sont modifiées ou renforcées, sauf le concernant.

Ainsi, Tristepin s’est rapproché de Yugo, avec qui il noue une véritable complicité dans la saison 2. Ce n’est plus le stéréotype du guerrier courageux et vantard sur qui Yugo prend modèle, mais véritablement un ami à qui il peut se confier (épisode 20). De même, Tristepin s’est rapproché d’Eva avec qui il entretient désormais une relation bien plus que platonique, et avec qui il va bientôt partager les joies de la pater-maternité. Cependant leur histoire, la plus développée et la plus complexe de la série, connait quelques revers dans la saison 2 qui pimentent un peu le tout, mais de manière trop extrême. Ces revers sont notamment dus au côté lunatique et dominateur d’Eva, mais aussi à la ioperie de Tristepin, parfois soupe au lait. C’est un couple explosif, parfois aux réactions qui ne collent pas du tout, qui a connu et connaitra des tensions ; mais c’est avant tout un couple qui marche et qui apporte un peu de douceur dans ce monde de brutes.

La relation qu’Eva entretient avec Amalia s’est quant à elle un peu détériorée, les deux filles n’étant plus aussi proches. Eva s’est rapprochée de Tristepin, ce qui a tendance à agacer Amalia, elles tombent souvent en désaccord et surtout, Eva ne prend plus autant à cœur son rôle de garde du corps. Elle a désormais tendance à considérer Amalia comme son égal, ce qui embrouille parfois les choses. On sent malgré tout un lien puissant qui demeure entre les deux filles, solidarité féminine oblige.

Le lien entre Yugo et Amalia, lui, s’est grandement renforcé à force de câlins et de petites attentions. Des Calins, que des calins, encore des calins. On voit bien que Yugo tient vraiment à Amalia, d’autant plus que notre cher petit bonhomme sort de l’enfance et entre dans l’adolescence, il a les hormones qui se réveillent (Lady Glagla), on peut le voir notamment dans la nuit des soiffards, ou dans le manga, où Amalia se montre particulièrement jalouse alors que Maud souhaite bon anniversaire à Yugo. A mon avis, c’est une relation qui ne s’arrêtera pas là… Une belle histoire en perspective ? à moins que notre petit éliatrope soit trop pur pour ça…

Yugo est un cas spécial dans la confrérie, c’est autour de lui qu’elle s’organise, il entretient des relations proches avec l’ensemble du groupe. Avec Eva, c’est une relation un peu maternelle, Eva c’est un peu sa grande sœur, celle qui a toujours réponse à ses questions et qui est le plus apte à le comprendre. Elle et Yugo ont un lien particulier qui mérite d’être approfondi ; une confiance absolue, la seule relation adulte que Yugo entretient. Pinpin quant à lui devient un peu son confident, son pote de jeu, de baston. Yugo se montre même souvent plus mature et responsable que notre iop, ce qui nous pousse à nous demander, lequel est le grand frère platonique. Quant à Ruel c’est un peu son modèle, un personnage qui a eu une vie tellement remplie et qui fait toujours rêver Yugo. Ruel, c’est un peu le papi qui raconte les histoires, c’est une relation sentimentale très forte mais toujours très familiale. Car au final, ça se résume à ça, la confrérie du tofu, une grande famille. Sinon, parmi les autres, ils s’entendent tous bien mis à part Amalia et Pinpin, la première ne comprenant pas l’attachement qu’Eva éprouve pour le second. Comme dernière évolution notable, on peut noter Yugo et Adamai ; l’un devient indispensable à l’autre, même si ce côté est inégalement rendu. On passe du pas du tout au terrible pour le manque entre les deux. La relation Chibi Grougal rend déjà mieux selon moi. Sinon, pas d’évolution au niveau des relations principales, même si l’arrivée du Crop (Crâ-iop) risque de bouleverser bien des choses. Déjà, Amalia risque de ne pas apprécier que l’attention se décentre encore un peu plus d’elle. Finalement, on peu dire qu’au niveau des relations l’équilibre et l’évolution n’est pas toujours réussie mais on a toujours ce rétablissement final qui remet les choses en place. Des problèmes réglés en fin de saison donc.

Ensuite, pour les méchants des petits épisodes, je dois dire que je suis mitigée. Dans la saison 1, ils étaient tous bien recherchés, aucun ne se ressemblaient et surtout la plupart étaient en réalité des gentils aveuglés par quelque chose (Choupette, Kriss, Grougal, Vampyro, Miss moche, Armand, les Taures) Dans la saison 2 on ne cherche plus d’excuses. Les méchants sont méchants, très rarement maudits ( Fontaine Maudite). Sinon, généralement, contrairement à la première saison, on ne fait plus de quartier. Les vrais méchants, avant, ils les fuyaient (Sibannak) ou les laissaient fuir (Smiss monde) Dans la saison 2 ce n’est plus pareil, on ne fait plus dans la dentelle. La fontaine, ils la détruisent, ils mettent Cassis hors d’état de nuire et enterrent les bellaphones. Ça montre l’évolution générale de la mentalité de la série, plus sombre et plus sérieuse. Le message est clair ici, parfois il y a des méchants qu’on ne peut pas raisonner, ni épargner. Le public grandit et la série mûrit. Sinon, niveau qualité, même si je dois concéder quelques recyclages inutiles et redondances (les bandits, Vampyro, ombrage, etc.) c’est en général des méchants aussi voire plus originaux, avec un réel travail sur la personnalité et l’histoire personnelle. Par exemple, Cassis est un oppresseur, son symbole est un tampon. Simple mais ingénieux et bien trouvé. Peu de déceptions donc parmi les petits méchants, plus de petites frayeurs sur la suite en revanche. La qualité reste à peu près la même au final.

Il ne me reste plus qu’à traiter les deux grands méchants de l’histoire, Nox et Quilby. Avant toute chose je dois dire que j’ai bien réfléchi sur le sujet, il faut admettre que les deux grands méchants sont des exploits de la part d’Ankama, des chefs d’œuvre. Quand on y pense, il n’y a pas tellement de scénarios possibles pour un méchant ; être sadique, vouloir tirer un profit personnel, se venger, dominer le monde, etc… Mais Ankama n’est pas comme ça, je cite d’ailleurs une phrase de l’excellent court métrage Goultard le barbare : « Mais sachez que personne n’est ni blanc ni noir, et ce guerrier, comme tout le monde, a une histoire. Ankama part donc du principe que chaque méchant a une histoire derrière lui, ses raisons, ses malheurs, ce ne sont pas que des coquilles vides qui veulent détruire le monde comme ça. Nox était déjà une merveille de charadesign, à la fois c’était un vrai méchant, qui tue sans remords, et à la fois c’était une personne qui ne cherchait pas à mal faire, dans sa logique, s’il réussit rien ne se sera jamais passé et du coup il ne fait rien de mal. On peut donc dire au final que c’est juste une personne particulièrement pathétique, qui n’a jamais eu de chance dans sa vie et qui a seulement fait des mauvais choix. Tout est une question de point de vue au final. Par contre, là où Ankama a eu du génie, c’est au niveau du retour dans le passé. Ça évite la fin classique du gentil qui défonce le méchant sans rien payer en retour. Là, c’était un feu d’artifice. Des morts très soignées partout, Pinpin, Amalia, les sadidas, Adamai et même Yugo. Tous meurent ; c’est le méchant qui de lui-même va réparer certaines de ses erreurs. Le gentil affaiblit donc le héros mais échoue, le méchant aussi échoue à moitié à effectuer sa mission, ce qui conserve un aspect très tragique et limite les dégâts quand même. Un final extrêmement travaillé et complexe donc, qui m’a laissée baba ; et m’a touchée en plein cœur –moi qui ne verse jamais de larmes devant les films, jamais, j’ai pleuré pour la mort de tristepin-. Pour la saison 2, j’ai d’abord été très sceptique, parce que le quilby, on l’a vu arriver de loin. Mais finalement, au fur et à mesure qu’on découvre le vrai visage de Quilby, on se rend compte que ce personnage est une fois de plus une merveille made in ankama. On ne peut pas connaître l’étendue de sa souffrance, mais on la devine, ainsi que son ennui et la conjugaison de ses vies successives. Ça nous permet de comprendre ce qui l’a poussé jusqu’à la folie, et à développer un point de vue Krosmique contre nature. Son séjour dans la dimension blanche ne l’a pas arrangé non plus, je dois avouer. C’est un personnage fascinant, pein de contradictions ; il est plein de haine envers les siens mais ne peut se résoudre à s’en éloigner, il est solitaire mais se désespère de ce statut. Tantôt il aimerait qu’on le comprenne, tantôt il se montre supérieur, comme si il se délectait de cette image d’incompris. C’est un personnage qui a longtemps intériorisé ses sentiments, sa colère. Il en veut aux siens de ne pas l’avoir compris et de l’avoir abandonné, mais il espère toujours un geste, un changement de leur part dans leur nature profonde qui pourrait l’amener à leur pardonner. Seulement, il s’aperçoit un peu plus à chaque rencontre que ce qu’il attend est complètement impossible, et finit par perdre espoir. Sa vision des choses justement, est paradoxale (para-doxa, en grec, qui va à l’encontre des idées de la foule) mais compréhensible. A l’échelle du Krosmoz, cette planète n’est rien, alors pourquoi s’y attarder ? Comme le dit Quilby, on ne fait pas d’omelette sans casser du dofus, mais ça dépend la taille du dofus, tout est relatif. A notre échelle, Quilby serait un cuisinier et le monde des douze un œuf parmi une douzaine d’autres, parmi une douzaine de boites, parmi une douzaine de fermes, et ainsi de suite. Pour lui, ça ne revêt aucune importance. En tout cas, à travers ces deux méchants, Ankama fait preuve d’une grande sagesse et nous démontre une philosophie essentielle : La folie dépend du point de vue, ce n’est qu’une vision des choses paradoxales. Je trouve ces deux méchants très soignés dans l’absolu, dotés d’une raison et d’un but, ils occasionnent à chaque fois une fin terrible, mais surtout terriblement belle et profonde. Même si ces deux méchants ne se ressemblent en rien, ils se rejoignent au final dans la perfection.

Quant à mes impressions générales sur les deux saisons, j’ai envie de dire que toutes deux sont Wakfu, sans l’être vraiment. C’est comme une musique jouée avec deux instruments différents, ou en mineur et en majeur. On a la même partition, mais pas le même ton ni la même sensation. Je pense qu’on ne peut pas vraiment dire qu’une saison est meilleure que l’autre, mais que tout ça n’est qu’une histoire de goût et de couleurs. La saison 1 était destinée tout publics, mais orientée plus pour les âmes d’enfant, tandis que la saison 2 est quant à elle beaucoup plus sombre. Comme je l’ai dit plusieurs fois, la série a évolué en même temps que ses personnages. Un jeune enfant n’a pas la maturité nécessaire pour évoluer comme les personnages, Yugo étant forcé de gagner en maturité contrairement au public. Les adolescents, quant à eux, y seront plus aptes (une évolution du style Amalia-Eva-Pinpin) Pour mon cas personnel, j’ai aimé les deux saisons pour des raisons différentes ; je comprends que certains aient été déçus par la saison 2, mais il faut être tolérant et accepter qu’elle ait pu être appréciée par d’autres. Pour la suite, les deux saisons ont semé quelques indices de fils rouges comme le crop, Ogrest ou les Steamers, qui n’ont pas encore été exploités. Les steamers, par ailleurs, ne m’inspirent pas confiance du tout. Je vous renvoie pour ça à mon précédent post sur les fils rouges. Croisons les doigts pour la saison 3 : pour ma part, je me refuse à lire le manga tant qu’il n’y a pas d’annonce officielle. S’il y a une saison 3, je neveux pas qu’on me gâche la surprise. Si c’est effectivement le cas, et que la série suit la trame du manga, il faudra mettre en place un système anti-spoiler, chers modérateurs.

Merci pour m’avoir lue, je sais que ça a été long et parfois ennuyeux, j’espère juste que vous avez apprécié mon travail… Faites vivre le post s’il vous plait !

Peace and love, frères éliatropes,

Votre fidèle serviteur, Jack, le penseur.

PS : J’ai battu mon précédent record de post, et surement celui du forum, qui était je le rappelle de 3377 mots ; ce pavé là fait plus de 7445 mots smile Enjoy !
4 0
Réactions 159
Score : 2062

Une analyse très intéressante de ta part Jack-Jacktofu. Tu m'as fait découvrir la série sous un autre angle et je t'en remercie smile

-LMS- 

0 0
Score : 65

j'ai aimé lire ton travail ou tu as passé du temps a l'écrire en y mettant du coeur, franchement bravo et j'espère comme toi aussi qu'une saison 3 fera sont arriver

0 0
Score : 1465

à ton service, LMS, et au tien, ducsdangers smile ça me fait plaisir de voir que certaines personnes ont encore le courage de lire des gros pavés smile 

0 0
Score : 15

un bon gros doublon de la mort qui tue. Même si ça m' arrache la geule de te dire que ton sujet est comme même(pour un doublon) intérresant

0 0
Score : 1465

Merci de l'admettre Donlapinos, même si ce sujet n'est ABSOLUMENT PAS un doublon. J'ai posté la première, je me suis donc assurée que ce ne serait pas un doublon: en effet, quand j'ai posté ma précédente étude, mon point de vue était différent, ce qui a changé notamment ma façon d'interpréter certaines choses. De plus, comme je l'ai dit, le bac anticipé m'avait forcé à négliger certains éléments, j'ai donc préféré recommencer une autre analyse, sans a priori. Je tiens à signaler que lors que je m'y suis attelée, je n'avais pas accès à internet, donc à aucune théorie ni à mon précédent pavé; Je ne m'en suis donc pas inspirée, ce n'est pas un doublon et je pense que personne d'autre que moi n'a posté de sujet semblable ( mais si c'est le cas qu'il me contacte je serais ravie de partager quelques points de vue). Voilà smile

0 0
Score : 1169
Pour Yugo, enfin, le meilleur pour la fin. Son changement de graphisme est à la fois discret et spectaculaire, surtout à la fin de la deuxième saison. Son dessin s’est beaucoup amélioré, en même temps c’est le seul, avec Amalia, à n’avoir pas eu de nouvelle tenue, donc l’entraînement prime. Cette nouvelle façon de dessiner Yugo, avec des traits plus durs, un regard plus déterminé, nous montre son gain spectaculaire de maturité avec un Yugo qui assume, sur la fin, sa responsabilité de roi et qui prend ses propres décisions, même quand elles sont déchirantes. On n’est pas face à un Yugo tout puissant, on le voit bien à travers ses cicatrices et ses bleus, mais un héros tragique qui souffre mais ne se rend pas. Sa musculature, qu’on voit particulièrement bien dans le dernier épisode, est un symbole fort pour montrer qu’il est sorti de l’enfance. Il a beau n’avoir que douze ans, il a perdu son innocence et quand il voit le monde, ce n’est plus à travers les yeux naïfs qu’il arborait dans la première saison. Niveau qualité, c’est énorme aussi, une grosse progression.

Il reste un héros classique, tout du moins.

Après, il y a toujours du flou autour des dragons, on ne voit pas trop de distinction entre aguabrial et les dragons eliatropes, etc. On sait qu’Ankama est une boite gourmande, et on ne peut leur reprocher : la création successive de Dofus, Wakfu et du Krosmoz représente un travail tellement gigantesque qu’entre les milliers d’informations, il fallait s’attendre parfois à des problèmes du genre qui restent cependant bénins et bien pardonnables. Après, pour la continuité, c’est pas trop la faute d’Ankama, jetons plutôt nos pierres sur France 3 qui refuse la série feuilletonnante ; ça a occasionné des ruptures souvent injustifiées dans le récit, ce qu’on avait pas dans la première saison. Heureusement, au travers d’Eva et Yugo ils ont su nous faire passer le message : ils ne perdent pas de vue leur objectif, donc, pas de problème insoluble, la boucle est bouclée. Sinon, on peut toujours se dire que parfois ces petites ruptures ne sont pas toujours mauvaises, elles permettent de découvrir des persos très recherchés comme Cassis ou les Bellaphones. Et puis, la série a été le théâtre de nombreuses avant premières comme Les steamers, remington et les éliatropes. On peut donc leur pardonner à côté de ça les quelques reprises qui manquent d’originalité.

Tu as mis le doigt sur le principal travail de Oiseau, qui commence à être court d'idées. J'aurai voulu faire la même chose que toi, mais je vois que tu as su le faire, je t'en remercie.

Yugo justement, je pense que de tous c’est celui qui a le plus vu son charadesign évoluer sur les deux saisons. Lorsqu’on le rencontre pour la première fois, c’est un enfant particulièrement innocent qui s’émerveille de tout, pur, prêt à donner sa vie pour n’importe quelle cause perdue. Il pense que derrière chaque méchant se cache un gentil comme Grufon, Vampyro ou choupette. Il pardonne même à Nox, c’est la compassion incarnée. Dans la saison 2, il passe progressivement de cet enfant innocent, qui a peur de se faire corrompre, à un guerrier, un combattant au cœur pur qui assume sa colère autant que son statut d’éliatrope. Il est marqué par son utilisation du Wakfu, et se montre fort et décidé alors qu’il faut prendre des décisions difficiles. Déchiré par son combat avec Quilby, il en ressort grandi, un personnage qui sort de l’enfance tout en gardant sa bonté d’âme, mais qui laisse tomber en route sa candeur et son optimisme éternel. Après, Yugo acquiert une autre forme de fascination, d’autant plus qu’on apprend qu’il est éternel. On brûle de savoir ce qu’il a pu faire dans ses vies passées, au sein du conseil des six. Il est de mon avis qu’on ne nous a pas encore tout dit…

Tu te répètes un peu ! happy
Le problème est que le physique de Yugo ne change pas. Nous n'avons pas d'échelle pour mesurer les personnages et j'ai bien l'impression que son physique ne change pas.

La relation qu’Eva entretient avec Amalia s’est quant à elle un peu détériorée, les deux filles n’étant plus aussi proches. Eva s’est rapprochée de Tristepin, ce qui a tendance à agacer Amalia, elles tombent souvent en désaccord et surtout, Eva ne prend plus autant à cœur son rôle de garde du corps. Elle a désormais tendance à considérer Amalia comme son égal, ce qui embrouille parfois les choses. On sent malgré tout un lien puissant qui demeure entre les deux filles, solidarité féminine oblige.

Je n'en suis pas sûr. J'avais repris espoir dans l'épisode 19 S2, mais c'est surtout à effet comique. De plus, le début de l'épisode 20 S2 montre que Eva et Amy ne s'entendent plus si bien.

Le lien entre Yugo et Amalia, lui, s’est grandement renforcé à force de câlins et de petites attentions. Des Calins, que des calins, encore des calins. On voit bien que Yugo tient vraiment à Amalia, d’autant plus que notre cher petit bonhomme sort de l’enfance et entre dans l’adolescence, il a les hormones qui se réveillent (Lady Glagla), on peut le voir notamment dans la nuit des soiffards, ou dans le manga, où Amalia se montre particulièrement jalouse alors que Maud souhaite bon anniversaire à Yugo. A mon avis, c’est une relation qui ne s’arrêtera pas là… Une belle histoire en perspective ? à moins que notre petit éliatrope soit trop pur pour ça…

On en a déjà discuté. Mais faire vivre un personnage est très dur. Les relations passionnelles sont très compliquées. L'un est peut-être plus aimé que l'autre. Le mystère persistera jusqu'à la fin du manga, au moins.

Croisons les doigts pour la saison 3 : pour ma part, je me refuse à lire le manga tant qu’il n’y a pas d’annonce officielle. S’il y a une saison 3, je neveux pas qu’on me gâche la surprise. Si c’est effectivement le cas, et que la série suit la trame du manga, il faudra mettre en place un système anti-spoiler, chers modérateurs.

Un modérateur (Géliplop) a précisé que le manga est en quelque sorte, la saison 3 de Wakfu, je crois que Tot l'a dit lui-même. Un magazine de manga a annoncé que la suite de la série TV Wakfu serait en manga.
Je ne veux pas détruire tes espoirs, mais j'attendrai 2014 au moins. Si tu restes fan, bien entendu.

Cordialement.
0 0
Score : 1672
j'ai bien l'impression que son physique ne change pas.
Il a du prendre au moins 10cm, dans la saison 1 il faisait 1m10. Sinon, il a changé :
 
0 0
Score : 1465

Pardonne moi Oiseau, je n'ai pas lu tout ton post, je ne sais pas si j'ai pu dire quelque chose que tu as dit; Youkaramou, je m'excusais d'avance dans le post pour les redondances, mais c'est très compliqué d'écrire un truc aussi long tout en gardant une vue sur l'ensemble. J'ai tendance à reformuler des idées en pensant que je ne les ai pas encore développées, ça m'arrive smile Mais sinon, je ne suis pas trop d'accord avec toi sur deux choses: Yugo a grandi, pas forcément physiquement mais ses traits sont plus durs; as-tu vu l'évolution entre le physique d'enfant qu'on voit bien quand il est torse nu épisode 8 et le physique des derniers épisodes, musclé, presque adulte? Sa tenue change un peu, mais pas vraiment, c'est plus qu'on l'a passée au broyeur. Et deuxième chose; la saison 3 pourrait être adaptée sur l'écran, mais tirée du manga. ça arrive souvent. Par exemple, pour Naheulbeuk ( référence un peu puérile je l'avoue mais on a tous été un peu comme ça à un moment) Lang a d'abord écrit un livre (couette de l'oubli) avant de le donner à son illustratrice pour la BD. Il est tout à fait probable qu'Ankama fasse de même et prenne les scénarios du manga pour la série visuelle. D'ailleurs, l'un de vous a surement remarqué que les actions du manga se déroulent à peu près dans le même laps de temps qu'un épisode de 20 minutes? L'ouverture avec la chasse aux flaqueux, l'anniversaire, le combat et enfin la conclusion; la même structure qu'un épisode animé.
Bien à vous !

0 0
Score : 1169
Je passe maintenant au Charadesign, un autre gros morceau, et les relations entre persos.

Je crois qu'en réalité, ce ne sont pas les Characters Design qui s'occupent de faire évoluer les personnages mais les scénaristes, notamment Tot, qui les fait évoluer à l'aide du script et de la bible littéraire.

musclé, presque adulte?

C'est pour plaire aux téléspectateurs, les héros sont souvent musclés et doués de pouvoirs dépassant celui des autres.
0 0
Score : 1465

Tu cherches vraiment la petite bête Youkaramou smile Je vois autre chose dans cette musculature, une évolution plus profonde du personnage, Yugo est forcé de grandir et ça se voit; je ne pense pas que ce soit une tactique pour plaire au spectateur; quant au charadesign, c'est une expression abstraite pour moi; je l'utilise pour parler du mental des personnages, navrée si ça te choque wink Question suivante?

0 0
Score : 15
oiseaublancquivole|2012-08-12 22:43:23
j'ai bien l'impression que son physique ne change pas.
Il a du prendre au moins 10cm, dans la saison 1 il faisait 1m10. Sinon, il a changé :
yugo passe de l enfance à l adolescence il vas découvrir le sexe la drogue et le rock n roll et l alcool aussi
0 0
Score : 1465

Je crois que ce n'est pas trop l'esprit de la série, Yugo est un être pur, innocent, je le vois mal tomber dans une abîme sexe/drogue/alcool, laissons ça à notre pauvre société dégénérée. Pour le premier c'est possible, mais pas avant longtemps, je pense qu'ankama va préférer prodiguer un modèle idéalisé de l'innocence de la jeunesse dans ce dessin animé plutôt que de présenter une réalité pour le moins déplaisante et surtout sujette à la censure. On retrouve bien des allusions à ça bien sur dans dofus et Wakfu ( la cape hotte pour ne pas la nommer ^^, ou encore les chopines pandawas, etc...) mais ça reste toujours bien sage smile Yugo ne pourra jamais mal tourner, seulement évoluer et faire des choses conformes à son âge.

0 0
Score : 15

c est juste imagé ce que j ai dis. je vois mal yugo se mettre une cuite ou utiliser des substances pas trop catholique(peut être la drogue du violeur). non je déconne

0 0
Score : 1169
oiseaublancquivole|2012-08-12 22:43:23
j'ai bien l'impression que son physique ne change pas.
Il a du prendre au moins 10cm, dans la saison 1 il faisait 1m10. Sinon, il a changé :

Je trouve que sur la photo, en haut,à gauche, il est trop "mignon". Celle-ci aussi m'a fait craqué :



Jack-Jacktofu|2012-08-13 12:13:59
Tu cherches vraiment la petite bête Youkaramou smile Je vois autre chose dans cette musculature, une évolution plus profonde du personnage, Yugo est forcé de grandir et ça se voit; je ne pense pas que ce soit une tactique pour plaire au spectateur; quant au charadesign, c'est une expression abstraite pour moi; je l'utilise pour parler du mental des personnages, navrée si ça te choque wink Question suivante?

Cela ne me choque pas. Ce mot est trop fort, par ailleurs à mon goût, pour ce contexte.
Oui, mais en grandissant, on obtient pas des muscles. La musculature se travaille, Yugo est un bon sprinteur (voir Boufbowl) mais musclé des bras, je ne pense pas.
Regardez Yugo dans l'épisode 26, il est un peu trop musclé, à 13 ans, je doute de faire pareil :



Un autre souci dans les graphismes, on ne reconnaît pas assez Yugo sur l'image. Sans son chapeau, j'ai l'impression de voir un autre personnage.

Yugo ne pourra jamais mal tourner, seulement évoluer et faire des choses conformes à son âge.

D'où l'intérêt inutile du sujet : "Evil Yugo".

c est juste imagé ce que j ai dis. je vois mal yugo se mettre une cuite ou utiliser des substances pas trop catholique(peut être la drogue du violeur). non je déconne

Nous sommes dans un dessin animé.....
0 0
Score : 15

et toute les allusion au sexe dans le dessin animé temps fait quoi miss je sais tout

0 0
Score : 2062
donlapinos|2012-08-13 16:33:29
et toute les allusion au sexe dans le dessin animé temps fait quoi miss je sais tout
Les allusions dans la série, il y en a certes, mais elles sont subtils donc pas voyantes et c'est la signature d'ANKAMA.

-LMS- 
0 0
Score : 15

subtil je ne crois pas....

0 0
Score : 1465

Quand même. Même moi et pourtant je n'ai pas des idées incorruptibles, j'ai eu du mal à saisir l'allusion pour pinpin et eva. De plus l'une des pattes d'ankama, c'est d'avoir un humour à deux niveaux de compréhension : pour les plus jeunes et pour ceux qui ont passé un certain age, disons d'innocence.
Sinon, Youka, - je peux t'appeler Youka?- je pense que la transformation un peu trop accentuée de Yugo est volontaire. Face à Quilby, il n'est plus le même et ça se voit niveau physique; il est en colère, en rage même, il vient d'ingurgiter des nombreux éléments qui l'ont remué, et comme je l'ai dit, son visage se fait plus dur, mais on le reconnait tout de même. En fait, le seul truc qui bloque c'est sa coupe de cheveux. On est pas habitués à la voir. Enfin, pour la musculature, c'est peut-être lié à ce que phaéris lui a fait; il n'a pas fait que lui débloquer des pouvoirs, peut-être lui a-t-il aussi développé momentanément sa force, qu'elle soit physique ou wakfique. Joli néologisme btw, Wakfique.

0 0
Score : 97

Je te félicite! Même si certaine choses sont répétées ou déjà abordées dans d'autre sujet tu t'en es bien sorti! Merci j'ai appris beaucoup de choses car je ne suis pas très observatrice( la magie d'ankama me rends aveugle!) je n'ai donc malheureusement rien a ajouté...mais je serais plus attentive à l'avenir! En tout cas même si je n'étais pas très enthousiaste pour le lire je me suis donnée cette peine(ça ne tue personne après tout!) et je n'ai pas été déçu, j'invite tout le monde à le lire!

Merci d'avoir eu le courage de nous le faire partager!

The-red-guerriere

0 0
Réagir à ce sujet